AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Hurleur
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
Le Hurleur

Nombre de messages : 45
Age : 207
Age Roleplay + Sorts : Le chagrin n'a pas d'âge.
Créature : Banshee
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 08/07/2008

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue100/100*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue100/100*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (100/100)

*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty
MessageSujet: *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]   *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] EmptyDim 23 Jan - 10:55

[HJ : Si le post est dédié originellement à Djaniah, l'arrivée du Hurleur est tout sauf discrète ; de fait, n'importe quel résident de Poudlard, élève ou professeur, est appelé à réagir à cette inquiétante venue s'il le désire.]




Il vient avec l'orage.


Ballotté par le souffle des vents, par les brusques coups de flancs des rafales, l'oiseau, comme un navire noir à la dérive, virevolte dans les prémices de la tempête. Au-dessus : le ventre gonflé des nuages - tels des noyés roulant à la surface de l'eau. Bas, lourds de pluie à venir. Lui-même ne s'en approche pas - ou le moins possible - car l'antique magie du tonnerre et de la foudre sont choses dangereuses, même pour un être tel que lui.

Ses rémiges vrombissent et vibrent en vaguelettes, malmenées par un vol aussi incertain qu'erratique. Il tente un puissant coup d'aile, vire de bord. Le monde, loin en-dessous, chavire. C'est un tonneau involontaire qui le précipite vers la terre, comme une petite tornade de plumes d'ébène.

Ah ! S'il n'avait pas été blessé... Ô combien plaisant aurait été ce vol dans l'air violent et chargé d'humidité, et comme cela aurait été enivrant de s'étendre, ailes déployées, pour pousser un ultime cri dans les grondements de l'orage ! Mais le Destin en a décidé autrement, ce soir. Ce n'est point en sinistre héraut, mais en animal meurtri, que le Mauvais Présage file vers les hautes murailles de Poudlard. File oui, comète noire vomie par les cieux, ainsi que filent bien d'autres êtres ailés fuyant comme lui le courroux des nuages.

Il rétablit péniblement l'assiette de son vol, d'un coup d'aile douloureux, se cabre, manque être happé par une nouvelle vrille. A présent les murs sont si proches qu'il peut voir l'alignement irrégulier des fenêtres, toutes ces bouches ouvertes et avides dans les parois de l'édifice. Tantôt plongées dans l'obscurité, tantôt dorées comme ces tranches de fruit que l'on met à griller sur les braises rougeoyantes. Dans les flancs du bâtiment, il perçoit toute la multitude des vies passées, présentes, et quelques échos des existences à venir. Tous ces petits fils de Destin qu'il n'est, lui Hurleur, appelé qu'à contempler.

Mais le Hurleur a d'autres soucis en tête que son
keening pour l'instant. Chassé par une dernière bourrasque, il tournoie près d'une fenêtre salutairement ouverte, sautille un instant sur le rebord de pierre fouetté par la pluie naissante et, d'un dernier claquement d'aile, se précipite à l'intérieur. Ses serres noires de corbeau griffent le sol froid. Que le vent cherche à le happer, maintenant ! Il est hors de portée. Mais le territoire sur lequel il vient de pénétrer n'est pas, pour les êtres tels que lui, sans danger.


Chante-la-Mort se secoue. D'une seconde sur l'autre, le corbeau n'est plus un corbeau. A sa place se tient cet homme, grand et mince comme une lame, tout enveloppé dans le vaste habit couleur de ténèbre qui est l'apanage des Messagers, les cheveux en rideau devant son visage.

Il s'ébroue, hume l'air, claque de la mâchoire. Contre son flanc, et le long de son bras droit, s'affichent de larges entailles d'un beau rouge vif d'où s'égoutte lentement un sang vieux de plusieurs siècles. Ce sang-là qui, fulgurant poison, marque de rouge et de noir la pierre à ses pieds, traces à jamais indélébiles.

Le Hurleur est blessé. Et, comme toute fée meurtrie dans sa chair, le Hurleur est aux aguets, méfiant, dangereux, agressif. Son esprit, d'ordinaire calme et mesuré, n'est à cet instant qu'une somme d'instincts bouillonnants.

Cet instinct le pousse à faire quelques pas silencieux dans le couloir pour l'instant désert, à écouter les longs hululements du vent qui ricoche sur les antiques pierres, puis, finalement, fatalement, à extraire de sa gorge le
Cri.


Ce n'est d'abord qu'une petite plainte sourde, faible et douloureuse. Puis cela enfle rapidement. Devient vagissement, hurlement grave et strident tout à la fois ; et ce cri déjà presque insoutenable se brise soudain en une myriade d'autres clameurs, comme s'il émanait de dizaines de gorges en même temps. Redouté, puissant, l'Appel investit chaque recoin de l'Ecole, rampe dans chaque salle, rugit au creux de chaque oreille. Ceux qui n'ont jamais entendu de tel cri ne pourront qu'être brièvement saisis d'effroi face à tant d'inhumanité ; mais les avertis reconnaîtront sans mal toute l'effroyable splendeur de cette voix de
Banshee.

Il hurle, hurle, hurle encore. Le Cri est comme une vague qui reflue et repart brutalement à la charge en redoublant d'intensité. Ce n'est pas la déploration du
keening ; c'est quelque chose de plus pressant, de plus anxieux et de plus impérieux. Comme une mise en garde.


Ou un appel à l'aide.


Tout frissonnant de sa blessure, Chante-la-Mort s'interrompt un moment et se remet à gronder comme une bête aux abois. Il sait, bien sûr, quels risques il encourt tant la race à laquelle il appartient est sue puissante et dangereuse - il sait que si le Cri attire quelques présences, toutes ne seront pas bien disposées à son endroit. Mais il sait, aussi, que la grande majorité des résidents de Poudlard sont Sorciers. Et si cela ne rend le danger que plus grand encore pour lui, Hurleur, c'est aussi, à ses yeux, un détail salutaire.

Car il a besoin de soins. Et à quel endroit en trouver sinon ici même ?


Dernière édition par Le Hurleur le Dim 23 Jan - 18:48, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=10841
Djaniah Lebrec
Admin
Admin
Djaniah Lebrec

Nombre de messages : 1939
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 4 SPE 1
Capacités Spéciales : Elémentalisme de l'eau / Charme oral / Illusion / Enchantement / Emphrépatie sombre
Créature : Nymphe des eaux
Points Prestige : 13
Date d'inscription : 23/06/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue1770/1770*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (1770/1770)
Points de mana:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue2470/2470*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (2470/2470)

*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]   *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] EmptyDim 23 Jan - 13:11

Cela faisait plus d'une heure que le ciel ne laissait aucun répit à la terre et à toutes les créatures qui la constituaient. Les zébrures meurtrissaient le ciel sombre, l'innervant de mille élans de lumière criarde. A chaque coup de projecteur, l'image était différente. Et le son qui accompagnait ce spectacle de la nature sonnait avec terreur et fracas. Même les plus assidus des Serdaigle ne pourraient parvenir à travailler. Bien, il fallait néanmoins avouer que si la préfète n'avait pas le nez plongé dans un livre ou un cours, cela n'avait rien à voir avec l'orage. Il tombait plutôt bien en fait...

Il était tard, les élèves devaient être rentrés dans leur Salle Commune comme la règle le demandait. Seuls les préfets et les professeurs étaient autorisés à circuler dans les couloirs, sans compter bien-sûr les membres de l'AD qui possédaient une dérogation pour se réunir plus tard que le couvre-feu. Mais il n'y avait pas de réunion ce soir et de ce fait, seuls les préfets et quelques rôdeurs en infraction se promenaient librement. Depuis quelques temps, la sorcière avait pris l'habitude de marcher seule tous les soirs jusqu'à la fin de sa ronde. Si elle ne le faisait pas, il lui était alors impossible de trouver le sommeil. Elle se sentait cette année pleine d'un débordement de sentiments et les contrôler devenait un travail exténuant. Elle venait de vivre deux événements assez majeurs en ce début de septième année : son petit frère avait intégré Serdaigle, et elle avait retrouvé Maël. Maël... Or, au lieu de ressentir du soulagement et un certain apaisement, c'était tout le contraire. C'était comme si deux pôles excitateurs vivaient près d'elle, l'entraînant dans une hyper-vigilence et une hyper-activité forcée. Nul moment n'était propice au repos. Beaucoup de choses bougeaient en elle, et bougeait en Brocéliande. Elle pouvait le percevoir désormais malgré les kilomètres et l'eau qui les séparaient. Djaniah avait discuté avec Kurun en Bretagne. Et, même si elle n'avait pas voulu l'inquiéter, elle aussi sentait imperceptiblement dans son coeur et dans son corps que certaines puissances et certaines créatures sortaient de leur silence pou s'approcher de plus en plus des hommes. Impossible de savoir si c'était de bonne ou de mauvaise augure car comme tous les êtres vivants, chacun renfermait en lui du bon et du mauvais.

Djaniah était montée tout en haut de la Tour d'astronomie pour admirer pleinement l'orage qui hurlait au-dessus de leurs têtes. Une grande mélancolie lui étreignait le coeur. Comment oublier que ce fut lors d'un orage aussi terrible que celui-ci que sa tendre grand-mère avait quitté la vie pour retrouver ses illustres ancêtres? Elle avait tout juste seize ans à l'époque, c'était la nuit de son anniversaire. Jamais elle ne pourrait l'oublier. Elle avait fugué de chez son père, bravant une pluie battante et courrant à corps perdu vers un flou total. Elle avait finit, comme souvent, dans l'eau de la rivière, à demie-consciente jusqu'à ce qu'on l'amène à Sainte-Mangouste. Elle ne se souvenait pas de ce qui s'était passé, seulement le goût de l'eau, l'odeur de l'humidité lourde, le contact de ses vêtements détrempés et le bruit presque constant du grondement dans ses oreilles. Ce soir, bien à l'abris de l'orage, tous ces souvenirs lui remontaient l'échine, trouvant dans ses sensations le retour dans le passé. Le froid, l'humidité, le flou dans le regard, le bruit... C'était d'une tristesse à pleurer. Pourtant, d'un autre côté, cela lui apportait aussi une grande force. Autant d'eau déchaînée trouvait écho dans son lien à l'affinitaire aqueux. Djaniah ouvrit la fenêtre et la porte claqua brutalement. Contre le vent elle s'avança, prête à affronter les éléments. Elle murmura, le son de sa voix totalement recouverte par le tonnerre. Mais c'était sans gravité car son élémentaire entendrait quel que soit le vacarme alentours. Il toujours avec elle, toujours en elle.


Aquis orbis pareo

La sphère d'eau se forma doucement, bravant le vent pour conserver sa forme ronde. Elle ondulait au-dessus des mains de sa créatrice, semblant d'une prise d'une grande joie par toute cette eau autour d'elle. Voilà ce qui réconfortait Djaniah en ce moment : ces moments privilégiés avec son élémentaire. Elle était comme fascinée et apaisée par sa présence. Elle caressa l'eau toujours ondulante.

Tu es heureuse de ce temps n'est-ce pas?

L'élémentaire se contentait de tourner lentement, absorbant l'eau au passage mais sans grandir pour autant. Ce genre de discussion était forcément un monologue vu de l'extérieur. Et c'était peut-être bien le cas. Mais le lien que ressentait l'élémentaliste lui permettait de percevoir des impressions, des émotions si toutefois on pouvait accepter qu'un élémentaire puisse ressentir des émotions. Peu importait pour la sorcière. Elle ressentait et ça, personne ne pourrait la convaincre du contraire. Soudain quelque chose la traversa avec l'effet d'un couteau invisible. Elle perçut la lacération violente d'un être impalpable. L'élémentaire tresaillit avec elle. Refermant brutalement la fenêtre pour se retourner et faire face à ce qui l'attaquait, elle écouta prête à se servir de l'eau. Personne ne semblait dans la pièce. Pourtant il y avait quelque chose... quelque part.

Ce fut alors qu'elle entendit ce qui l'avait transpercé. Une voix. Un hurlement qui n'appartenait pas aux humains. Ce cri, déchirement ultime, ne lui était pas tout à fait inconnu. Immédiatement elle repensa à certaines nuits dans la forêt de Brocéliande. Elle avait déjà entendu au loin quelque chose de ce genre. Il fallait absolument qu'elle trouve son origine. Elle se mit à courir aussi vite que ses jambes lui permettait, dévalant les escaliers, traversant les fantômes sans formule de politesse, se prenant des côtés de portes et de murs sur l'épaule ou le genoux. Mais rien ne pourrait stopper sa course folle. Des gens étaient peut-être en danger et il était de son devoir de maîtriser la situation. Il n'était pas difficile de retrouver le phénomène étrange, il criait tellement que personne ne pourrait le rater. Peut-être que certain étaient déjà sur les lieux. Elle verrait. Enfin elle arriva. Elle s'immobilisa. Trois mètres les séparaient. Personne n'était encore arrivé. Une douleur la parcourait, une douleur indéfinnissable et incontrôlable.

Prudente, elle s'avança lentement, pour que cette créature la voit. Sa présence l'arrêterait sans doute de crier. Djaniah se sentait d'une tristesse à pleurer. Elle n'avait pas dégaînée sa baguette mais son élémentaire était sufisemment aux aguets pour réagir à la moindre menace. Avec la pratique, elle faisait davantage confiance à l'eau qu'à la magie de base. Elle put bientôt voir ce qui se trouvait face à elle. La créature ressemblait étrangement à un homme, grand, des cheveux noirs tout comme ses habits. Par terre elle vit rapidement une trace rouge et noire. La créature était blessée, et le noir était signe que ce n'était pas un homme. Le coeur battant, la préfète respirait lentement. Elle luttait contre la fascination et l'angoisse. Elle n'avait jamais rien vu de tel. Rassemblant ses esprits, elle murmura, la voix meurtrie et assourdie :


Qui êtes-vous?
Savez-vous où nous sommes?
Vous avez l'air blessé, avez-vous besoin d'aide?
Ne faîtes pas de geste brusque, je suis Djaniah Lebrec et je vous demande de me répondre
.

Il n'y avait plus que deux mètres entre eux-deux. Sur le qui-vive, la sorcière attendit la réaction de son interlocuteur étranger.

_________________
*Si le Destin ne mène pas à toi...?*
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Yisign10
*... alors j'emprunterai un autre chemin.*

Héritière du Royaume de Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/Biographie-des-personnages-f
Le Hurleur
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
Le Hurleur

Nombre de messages : 45
Age : 207
Age Roleplay + Sorts : Le chagrin n'a pas d'âge.
Créature : Banshee
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 08/07/2008

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue100/100*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue100/100*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (100/100)

*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]   *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] EmptyDim 23 Jan - 14:06

Quelqu'un vient.


Il le sait avant de le voir. Le sent, en vérité. C'est un parfum d'eau, froid et puissant, qui s'impose à ses sens. Par dessous, il perçoit une odeur de sang jeune et frais comme une sève d'arbrisseau, pas tout à fait un sang d'enfant, mais pas encore celui d'un adulte. Il y a, dans le souffle de celle qui s'approche, un éclat d'urgence et d'anxiété. Quelque chose de familier.

Chante-la-Mort se tient au milieu du couloir, tenant sa haute taille légèrement voûtée et les bras fermés autour de ses reins, compressant la douleur sourde de la blessure. Sa respiration est lente, basse, profonde comme celle d'un animal ; comme un animal également, il ne cesse de gronder. Il émane, de ce grand personnage au teint de marbre et aux habits vastes comme une flaque d'ombre, quelque chose de terriblement menaçant bien qu'il ne fasse pas le moindre geste. Une aura déployée, ancienne et forte, électrisante. De ces auras qui envahissent l'air et le rendent semblable à du velours moite.

La mortelle est proche, maintenant. Ses pas précipités ont fait place à une démarche plus lente, plus prudente. En d'autres circonstances, le Hurleur se serait tout d'abord étonné de voir quelle jeune personne son Cri a fait venir - puis, en la dévisageant mieux, et sondant de manière plus approfondie son essence, il aurait
compris. Malheureusement, l'intensité de sa blessure tait ce genre de considération au profit de l'instinct de survie, pour le moment ; et, lorsque Djaniah consent à parler, le son de sa voix lui fait l'effet d'une véritable agression.



- Qui êtes-vous ?
Savez-vous où nous sommes ?



Immédiatement le visage clair et mince se redresse, offrant à voir toute sa beauté douloureuse d'icône votive ou de statue ; les yeux intégralement noirs se fixent, crochets de ténèbres, dans ceux de la jeune fille. Les lèvres sont retroussées, offrant l'éclat pâle et aigu des dents. Non. Des crocs.


- Vous avez l'air blessé, avez-vous besoin d'aide ?


Le grondement dans sa gorge s'intensifie. Se fait feulement, s'apaise, repart. Il se ramasse légèrement sur lui-même, fait cliqueter ses ongles ; d'ordinaires laqués d'argent, ceux-ci sont à cet instant noirs et acérés. L'hostilité latente s'intensifie encore. Ce n'est pas ainsi, jeune Djaniah, que l'on s'adresse aux animaux blessés. Il lui faudrait... peut-être... une autre approche. Quelque chose qui puisse le rassurer.


- Ne faîtes pas de geste brusque, je suis Djaniah Lebrec et je vous demande de me répondre.


Elle est si proche - l'inconsciente ! - qu'elle peut sentir le parfum de fleurs séchées qui émane de la créature et l'odeur, étonnamment opiacée, du sang sombre qui continue de couler au sol. Aurait-elle le temps de réagir s'il se jetait, là, sur elle ? Les yeux d'encre ne la quittent pas, tout à fait fixes ; les ongles ont cessé de crisser. C'est d'une immobilité totale qu'il lui fait face, statufié.

Est-ce l'ordre donné ? Est-ce le nom qu'elle a offert ? Est-ce la présence tacite de l'élémentaire ou bien le regard dont il ne se détache pas ? Quoi qu'il en soit, aucun mouvement agressif n'est lancé contre elle ; ni les griffes, ni les crocs, ni quelque antique magie ne se tendent pour la lacérer. Tout au contraire, c'est sa voix qui s'élève. Lente et grave, plurielle et murmurante, ricochant tout autour comme un écho irréel.



- J'ai eu bien des noms... De nombreux noms. Aucun d'entre eux ne te serait connu, Enfant. Oui, je sais où je suis. Le grondement persiste, toutefois ; tout danger n'est pas écarté. Poudlard est comme une vieille falaise battue par les vents marins. Elle est ancienne, elle grince et elle chante. Ses racines plongent profond dans le malheur et la douleur. Je vous ai sentis, tous, et vous vibriez comme mille et mille étincelles de vie. Vous étiez le fanal dans mes ténèbres."


Il s'interrompt. Baisse un instant les yeux vers l'une de ses mains, écartée de la blessure qui court sur son flanc, pour observer sa paume engluée de sang. Pour toute réponse à la dernière question, une plainte sourde se mêle au grognement dans sa gorge.


Même le Hurleur connaît la douleur.


Dernière édition par Le Hurleur le Dim 23 Jan - 17:15, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=10841
Djaniah Lebrec
Admin
Admin
Djaniah Lebrec

Nombre de messages : 1939
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 4 SPE 1
Capacités Spéciales : Elémentalisme de l'eau / Charme oral / Illusion / Enchantement / Emphrépatie sombre
Créature : Nymphe des eaux
Points Prestige : 13
Date d'inscription : 23/06/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue1770/1770*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (1770/1770)
Points de mana:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue2470/2470*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (2470/2470)

*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]   *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] EmptyDim 23 Jan - 15:10

Le règlement de Poudlard demandait à toute personne étant prévenue d'un danger potentiel ou imminent de le faire savoir à un adulte. Envoyer un message via un sort, courir chercher quelqu'un, crier, lancer un signal d'alarme grâce à sa baguette, n'importe quoi mais informer, appeler et ne pas rester seul. C'était logique, qui aurait pu se croire assez fort pour faire face à une situation telle que celle-ci? La naïveté et la bravoure suicidaire avait provoqué son lot de blessures graves. Mais il ne fallait pas s'y tromper. La préfète ne recherchait ni la gloire ni les honneurs. Elle n'était pas suicidaire non plus, et pas prétentieuse à outrance. Non, si elle ne prévenait personne, une autre raison s'imposait. C'était ce genre de raison qui n'obéissait à aucune raison. Son vécu et son expérience, à la fois en tant qu'Héritière de Brocéliande et à la fois dans l'apprentissage de son lien à l'élémentaire, elle avait compris qu'il était très important de se fier à ses impressions les plus intimes et plus convaincues. En ce moment tout à fait hors du commun, extra-ordinaire, a-normal, tout son corps et toutes ses pensées se trouvaient dirigées vers lui. Et à aucun instant elle ne songea à l'obligation de prévenir. Il n'y avait qu'elle, et lui, et l'eau. Le pourtour s'estompait tranquillement, pour laisser l'obscurité les enlacer et les protéger.


Qu'est-ce donc que ceci...


Ses premières paroles avaient pourtant retrouvé le chemin des conventions de l'école. Demander le nom, le pourquoi, informer sur le lieux et donner son propre nom. Voilà qui était le comportement d'une préfète responsable. Pourtant, en écho à ses mots, elle sentait son étrange interlocuteur bouillir d'un sentiment qu'elle ne parvenait pas à identifier. Etait-ce de la colère? Du désespoir? De la rage? Quoi qu'il en soit, il ne s'apaisait pas, c'était la seule certitude. L'élémentaire trembla contre la main maîtresse. La douleur que Djaniah avait ressentit ne s'estompait pas, elle demeurait, lancinante, par a-coups douloureux. Si la créature ne souhaitait pas directement infliger du mal à la sorcière, sa propre douleur et son cri le faisait malgré elle. Peut-être aurait-elle du se mettre à courir, à fuir cet être qui, sans en douter, était bien plus puissante qu'elle ne le serait jamais? Mais la fuite était impossible parce que l'idée même était impossible. Les pensées se trouvaient obnubilées par une unique envie : répondre à celui qui lui faisait face. C'est pour cela qu'elle ne recula pas, dans une inconséquente proximité et dans une dangereuse vulnérabilité. Il aurait pu faire d'elle ce qu'il voulait. Et le pire était qu'elle le savait. Une force, une envie plus grande que tout danger l'empêchait d'agir autrement.

Puis, finalement et alors qu'elle ne l'attendait plus, il lui répondit d'une voix qu'elle n'avait jamais entendue. Semblable à un murmure, semblable à un vent obscur, semblable au silence éloquent. Elle écouta, but chaque mot comme si ce serait le dernier qu'elle entendrait. Ses phrases résonnaient en elle, faisant écho à ses pensées. Elle répéta, en écholalie...


De nombreux noms?
...
Elle chante...
Le fanal de vos ténèbres...


Sa façon de parler était troublante. Ses construction semblait ancienne, pleine d'un temps disparut. Ce mot, fanal, elle ne l'avait entendu que dans la bouche d'une personne, sa grand-mère. Aujourd'hui plus personne ne l'utilisait... Mais il était beau dans sa bouche, et sonnait avec tout son éclat et sa poésie. Une lanterne, une lumière, un signal d'alarme, c'était sans doute le sens de ce mot oublié. Ce mot permet à l'esprit de la sorcière d'un peu s'échapper dans un monde de vagabondage poétique, de littérature et de langue ancienne. Cette digression d'esprit s'interrompit lorsque la main de la créature s'écarta de lui pour faire apparaître la blessure qui semble lui infliger une souffrance atroce. Djaniah reprit son rôle de préfète.

Vous êtes blessé, laissez-moi vous aider. Je ne sais qui vous êtes ni d'où vous venez, mais je sens en vous cette puissance et cette clairvoyance qui vous permet de sentir en moi qui je suis et d'où je viens.

Elle laissa un plus grand silence, et fit un pas de plus, s'approchant encore plus dangereusement.

Regardez en moi...

La voix de son parrain lui revenait en mémoire. Combien de fois lui avait-il enseigné de ne pas s'approcher d'un animal blessé car celui-ci pour se protéger ne pourrait comprendre que celui qui lui fait face ne lui veut pas de mal. Djaniah le savait mais jusqu'au bout elle prendrait un risque insensé pour lui. Et si Jimy ou Axel arrivait, elle se ferait particulièrement reprendre à l'ordre. Et elle ne pourrait qu'acquiescer, sachant qu'aucun d'eux ne pourrait comprendre ce qu'elle ressentait face à lui. Son attirance fascinée, cet effrois douloureux mélangé au désir brûlant d'avancer. Et cette voix profonde, belle, effrayante, séduisante, douce, glaciale. Ce fut sans savoir pourquoi elle disait cela, que justement elle le dit en un souffle.

Belle voix, bel effrois...

Elle avait avancé d'un pas de plus. Maintenant il n'y avait plus qu'un mètre entre eux. C'était une bien courte distance. Elle ressentait plus brutalement l'aura la combattre et l'odeur lui monter à la tête. Si on pouvait mourir d'une odeur agréable, et bien peut-être mourrait-elle maintenant. Elle tendit extrêmement lentement la main, permettant à sa boule d'eau élémentaire de s'approcher de lui. C'était là une part d'elle qu'elle lui offrait à voir. Vacillante, elle tomba à genoux, ayant de plus en plus de mal à soutenir l'aura, la douleur et l'odeur.

_________________
*Si le Destin ne mène pas à toi...?*
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Yisign10
*... alors j'emprunterai un autre chemin.*

Héritière du Royaume de Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/Biographie-des-personnages-f
Le Hurleur
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
Le Hurleur

Nombre de messages : 45
Age : 207
Age Roleplay + Sorts : Le chagrin n'a pas d'âge.
Créature : Banshee
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 08/07/2008

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue100/100*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue100/100*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (100/100)

*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]   *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] EmptySam 5 Fév - 18:24

De nouveau l'instinct a refait surface. Violent et tout-puissant, il est cette pulsion salutaire que tout animal connaît face au danger, que l'être humain apprend - parfois - à dominer, et que la Fée, pour sa part, se plaît à sublimer.

Il se courbe, monte un bras en barrière devant lui, replié. La manche ample du vêtement se froisse contre son poitrail, ainsi que le ferait une grande aile de corbeau : constituée, ici, de larges pans de tissu noir en guise de plumes. La douleur foudroie sa chair, et s'il n'émet plus de gémissements, c'est la manière dont ses membres tremblent qui trahit l'intensité de sa souffrance. Brièvement, vient au Hurleur l'envie de se retirer, là maintenant, d'aller se calfeutrer dans un coin de couloir comme un jeune loup blessé et d'attendre, oui, attendre que la pluie cesse de gronder à l'extérieur, attendre que ses plaies cessent de saigner, attendre qu'on l'oublie enfin et que ses pulsions de survie s'apaisent.


Mais la mortelle en a décidé autrement.


Chante-la-Mort, s'il entend parfaitement la voix de la jeune femme, peine à saisir le sens de ses propos. Non pas que les mécanismes du langage lui soient inconnus, bien au contraire ; mais à cet instant où l'Instinct le fait sien tout entier, le poids des mots est bien maigre face à l'empire de ses sens. Tout lui parvient avec une grande netteté. L'humidité de son sang qui sourd hors de sa chair. Le vent qui babille dans la frange de son manteau. La respiration contenue de la jeune fille devant lui. Ses pas prudents tandis qu'elle s'avance. Et son air fasciné. Fasciné.



Belle voix, bel effroi...


Un pas. Elle est proche, proche, offre sa main paume en avant, et fait venir à lui son étrange petit familier tout fait d'eau vivante. Aussitôt, le Hurleur cesse de gronder. Et se déploie, lent et majestueux, de toute sa hauteur.

Un pas. Il ne bouge guère tandis qu'elle vient à lui, ainsi qu'une jeune phalène vers une bougie faite de lumière noire. Il frémit à peine alors que l'Elémentaire, dans toute sa grâce fragile, frissonne et ondoie à quelques pouces de sa personne.

Un pas. Maintenant, il sait
ce qu'elle est. Il le sait, depuis les reflets de son regard jusqu'aux reflets de la sphère liquoreuse. Depuis l'allure jusqu'à l'odeur de son sang. Depuis les racines jusqu'au présent. Et peut-être même d'avantage.

Un pas. Elle est proche, proche à le toucher. C'est ce qu'elle semble vouloir faire. C'est ce qu'elle devrait faire.


C'est ce qu'
il fera.



Belle voix, bel effroi...


Tandis qu'ainsi dressée Djaniah s'offre toute entière au regard du Hurleur, l'ombre du manteau s'étire. Bientôt, elle croît et enveloppe, se fait ailes de ténèbres dans lesquelles toute lumière paraît oublier d'exister. Bientôt Djaniah est seule, avec pour seule étoile la présence palpitante de son Elémentaire. Seule, avec le contact improbable des deux grandes mains blanches sur ses joues.

Il a capturé le visage de la jeune fille entre ses paumes et, ses yeux de nuit ancrés à ceux de la mortelle, la contemple, l'observe, l'apprend. C'est un échange muet qui se fait. Quelque chose de poignant, d'immanent, d'indicible. Une communion née du fond des âges. Un début de symbiose.


Et le temps, le temps lui-même, paraît brièvement retenir son souffle...

... Jusqu'à ce que la plaie se rappelle à lui.


Eclair. Le visage de marbre blanc penché vers l'humaine à genoux, si près que son haleine de pavot frôlait jusqu'aux lèvres de Djaniah, se redresse brutalement. Le manteau siffle, claque. Et les paumes, jusque là froides et caressantes, saisissent, empoignent, soulèvent d'un sursaut, puis rejettent. Il la repousse avec violence, et sûrement ira-t-elle choir plus loin, sur le dallage glacé.



- Inconsciente ! feule-t-il, la voix à peine humaine tant elle est multiple. Que cherches-tu à mon contact, sinon l'heure de ta mort ? Elle n'est pas venue. Elle n'est pas encore venue, bien que nombreux soient les nuages dans le ciel de ton futur."


Montrant les crocs et grondant, le Hurleur. Il recule d'un pas, courbé vers l'avant.


- Mais si c'est vraiment m'aider que tu désires, siffle-t-il ensuite, plus doux, quoique toujours méfiant et menaçant, va me quérir l'asphodèle, l'armoise et l'if. Leur sang et leur chair sont les seuls qui puissent guérir ma chair et mon sang."
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=10841
James T. Rayan
Serpentard
Serpentard
James T. Rayan

Nombre de messages : 1704
Age : 29
Age Roleplay + Sorts : 18 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Elémentaliste du Feu - parle la langue des animaux - Charmeur Visuel + Pouvoirs du Vampire -
Créature : Reflet/Doppelgänger - Vampire
Points Prestige : 200 000 000 Lol ?
Date d'inscription : 27/09/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue3070/3070*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (3070/3070)
Points de mana:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue4180/4180*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (4180/4180)

*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]   *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] EmptyMer 9 Fév - 15:49

Un nouvel éclair bat le ciel.
C'était comme un craquement, comme une déchirure douloureuse, comme l'amère sommet d'une pointe qui vous transperce le pied. Il y avait quelque chose de vraiment mauvais dans la place, quelque chose, et pas quelqu'un. Les traits assombris, vêtu caché, cape noire descendante, noire dissimulante. Les pointes de ses chaussures devant le visage de Djaniah. Hésitant un moment, il la regarde à ses pieds, laissant son visage s'illuminer d'un très vague rictus, avant que ses yeux n'aient atteint son visage. Oh il ne doit pas le montrer. Il inspire à fond, une fois, deux fois, l'heure d'entrer dans le rôle est arrivée. Sa dureté se transforme alors, ses sourcils froncés s'élèvent et parlent l'inquiétude. Ses pupilles sont expressives, son coeur palpite. Se penchant vaguement, le brun ténébreux laisse l'une de ses mains tendre son bras vers le sol, il suppose qu'à présent, il va aider leur dulcinée à se relever.


-Oh mon amour, ça va ?

Ni vu, ni connu.
James relève Djaniah d'une poigne forte et assurée. Où est donc Raven le maladroit ? Déjà bien loin derrière eux. Se voulant rassurant, il caresse le visage délicatement. Il replace une mèche en bataille derrière l'oreille de Djaniah et il regarde plus loin. La prédation brille dans le creux de son regard, mais qui serait l'illustre interprète de son fiel secret ? L'immonde créature qui se débat comme une volaille à laquelle on aurait coupé une patte ? Qu'importe, James a toujours adoré s'amuser avec les insectes. Du moins, depuis qu'il a vu le jour il y a quelques mois.


-Tu n'es pas à ta place ici, Banshee. Et tu ne dupes personne. Comment oses-tu te présenter ici et faire du mal à la charité ? Es-tu maudit au point de ne même plus reconnaître une femme de bonté ? Mais ...

Il fallait bien jouer le concupiscent.

-Tu es blessé ?

L'odeur du sang fait exploser en lui des millions de petits picotements, il sent en son coeur la palpitation de l'afflux sanguin caractérisé. Ses veines se gonflent, son torse aussi. Il est dans tous ses états et cet état l'excite. Mais il doit se tenir. Détournant le regard de cette effluve maudite, il s'en cantonne à l'odeur qu'il fait désagréable. Personne ne viendra gâcher ce plan qu'il médite. Car aujourd'hui sonne le gong de sa première victoire.

-Si c'est une plaie béante, il va falloir la cautériser. Je refuse de prendre le risque d'utiliser une baguette sur vos chairs. Dieu seul sait à quel point vous êtes emplis de venin.

Et il se tourne alors vers sa belle, feignant l'air le plus faussement aimant dont il savait faire preuve. Bien que, en cet instant, quelque chose voila son amère objection et l'excitation céda à la douce chaleur d'une première vraie rencontre. Ses yeux sont si beaux. Secouant la tête, il tâche de se reprendre. Cette situation est intenable et le cri a sûrement réveillé toute l'école. Il est temps d'agir et d'agir vite. Mais que diable peut-on faire contre l'agressive disvolonté d'être soigné ?

_________________
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Jamret10
- Certains ont trop souvent voulu croire que j'avais des principes - Ils ont eu tort -
Revenir en haut Aller en bas
Djaniah Lebrec
Admin
Admin
Djaniah Lebrec

Nombre de messages : 1939
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 4 SPE 1
Capacités Spéciales : Elémentalisme de l'eau / Charme oral / Illusion / Enchantement / Emphrépatie sombre
Créature : Nymphe des eaux
Points Prestige : 13
Date d'inscription : 23/06/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue1770/1770*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (1770/1770)
Points de mana:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue2470/2470*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (2470/2470)

*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]   *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] EmptyMer 9 Fév - 19:52

Le corps de Djaniah était complètement tremblant en sentant le noir l'enserrer. Elle aurait juré qu'elle venait de disparaître de ce monde pour passer dans un autre dans lequel la lumière n'existait plus, seule subsistait l'étincelle oscillante du regard du Banshee... Le noir. La préfète ne pouvait plus penser, le souhaitait-elle seulement? Peut-être aurait-on pu la croire envoûtée sous l'emprise puissante de la créature qui lui faisait face, et peut-être n'était-ce point faux. Ce noir, elle le connaissait. C'était la couleur de l'évanouissement. Un bel amant qu'elle avait eu à embrasser de nombreuses fois. Elle n'était pas de nature fragile, presque jamais malade au contraire de Lilian. Mais elle s'évanouissait souvent pour la simple raison qu'elle s'était mise maintes fois en situation extrême depuis son plus jeune âge. Des conduites à risques, des tentatives vaines, une non-conscience? Les réponses ne se trouvaient pas dans ces trois explications. Quelque chose battait dans le corps de Djaniah. Quelque chose de fort et de déterminé.

Deux mains glacées enlacèrent son visage. Elle eut l'impression de revenir en arrière jusqu'à la nuit où elle était tombée dans l'eau gelée d'hiver au sein de Brocéliande. Que poursuivait-elle déjà? Une ombre, ou une boule bleue, elle ne savait plus. Ce contact aussi froid que la mort en plongeant dans la rivière, elle retrouvait soudain la même sensation. Comme si tout son organisme se figeait pour ne plus vivre. Ne pas mourir non plus. C'était comme un entre-deux, le corps coincé, stoppé entre vie et mort. Le souffle court, elle ne pouvait ni parler ni bouger. Ses yeux restaient braqués sur le Hurleur et rien n'aurait pu détourner son attention. Elle était à lui.

Cet arrêt du temps, cette farce à la vie et à la mort devait prendre fin. Avec violence, la sorcière est rejetée et c'est en elle que résonne un écho de fracas. Elle a l'impression d'être un morceau de glace qu'on aurait lâché au-dessus du béton pour qu'il se brise en mille éclats non-réassemblables. Elle tombe. Elle glisse au sol. Elle ne peut pas comprendre immédiatement ce qui se passe. Le charme est rompu mais sa conscience a besoin de plusieurs secondes pour retrouver sa vigueur. Les secondes passent et elle entend le banshee s'adresser à elle en lui demandant des choses. Elle ne bouge pas. C'est quelqu'un d'autre qui la fera bouger...

Jimy...

Son regard se pose sur lui. Ou plutôt lui se pose devant son regard. Le Hurleur passe au second plan de son champs de vision. Elle n'arrive pas encore à lui parler. Pourtant tout à coup elle se sent emplie de larmes qui ne coulent pas. Elle est ailleurs, revenant au monde réel lentement comme si elle avait été anesthésiée. Elle redescent sur terre. Et IL est là. IL est enfin là. Maintenant, pour elle. Son coeur se remet à battre. Ses mains à LUI sont tièdes et agréables. Elle aime quand il met ses mains sur ses joues. Elle aime quand il plante ses yeux dans les siens. Elle l'aime, tout simplement. Et maintenant elle est en sécurité. Elle commence à reprendre des forces et son esprit lui revient. S'aidant de son amour, elle se redresse lentement pour se tenir debout à nouveau. Elle a mal, la chute sera sans doute à l'origine de beaux bleus. Elle passe une de ses mains sur le bas de son dos en grimaçant avant de souffler
.

Oui, il a besoin de soin... Je suis contente que tu sois là, tu m'as tellement manqué...

Et elle pose sa tête dans son cou. Ce n'est certainement pas le moment mais elle a besoin de sentir son corps contre le sien pour se remettre d'applomb. Il va falloir soigner le Hurleur mais elle murmure quand même avant toute action

Je t'aime...

_________________
*Si le Destin ne mène pas à toi...?*
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Yisign10
*... alors j'emprunterai un autre chemin.*

Héritière du Royaume de Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/Biographie-des-personnages-f
Kurun Aven
Gryffondor
Gryffondor
Kurun Aven

Nombre de messages : 172
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Prescience (1)
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 19/08/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue560/560*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (560/560)
Points de mana:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue520/520*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (520/520)

*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]   *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] EmptyMer 9 Fév - 20:59

Ce n'est pas un cri, pas un chant, pas un hurlement, pas une mélodie... C'est tout cela à la fois. Rare sont les gens à avoir entendu réellement cette sonorité funeste. Mais jamais aucun n'a su l'imiter ou ne serai ce que la décrire pour prévenir la génération suivante : quelle est la signification de ces notes, crachées au monde et aux oreilles mortelles... D'ailleurs, personne ne devrait savoir.
Pourtant, ce déchirement ne laissait pas Kurun indifférente. Dans le fond de son coeur, elle était même persuadée que personne ne serai indifférent à tant de douleur.

Biensur, elle n'aurai pas dû l'entendre puisqu'elle n'aurai pas dû se trouver dans les couloirs à cette heure-ci. Si toutefois elle avait eu le temps de se balader dans le calme frai en journée, rasant les fenêtres et les pierres, jamais elle n'aurai franchi cet interdit.
Mais cela était. Et elle avait entendu la douleur et la peine fendre les airs. Et, maintenant, elle montait discrètement l'escalier la menant à la source. Source de questionnements et de curiosité, source de souvenir. Souvenir de légendes et de contes. Souvenir de croyances. Ancestrales, certes, mais croyances de son pays, de sa terre, de son sang. Et c'est cachée dans l'obscurité, contre les pierres rafraichies par l'orage extérieur, qu'elle observa ce que jamais elle n'aurai cru voir.

Une banshee...

La Princesse Lebrec se tenait également là-bas, devant la funeste créature. Au creux de sa main, une petite part de l'orage jouait. Eau mystérieuse contenue en cette main. Cela ne l'étonnait qu'à moitié. Elle avait vu Raven, maintenant la belle Lebrec. Qui d'autre en cette école cachait sa vraie nature au yeux de ses camarades ?
Bien que la question traversa l'esprit de la sorcière pendant quelques secondes, elle fut vite chassée par l'exitation, la fascination et la crainte de la créature mystique entrée dans l'établissement. Une seule envie : l'approcher. Un détail la heurta cependant : noir, sombre, coulant, obscur signe de faiblesse et de danger mêlé.

Djaniah est préfète. Où je sort maintenant, l'aider de mon mieux à contenir le danger et apporter soin à cette créature, où j'attends encore de voir ce qui se passe. Dans un cas, mes balades nocturnes sont mises à jour. Dans l'autre je n'aurai que peu de temps pour intervenir si il devait y avoir un problème... Que choisis-tu Kurun ? Courage ou prudence ?

L'idée de se retourner et rentrer au dortoir comme si elle n'avait rien vu, rien entendu n'était même pas une possibilité envisagée. La demoiselle était tout de même une Aven ! Sang breton, magie anglaise, fierté des deux mêlés. Arrogance assortie, parfois. Mais ce soir, curiosité et tempérence étaient les deux maîtresses de ce bal.

J'attends encore un peu... J'observe, tiens toi prête...

En se disant cela, Kurun plongea sa main dans son sac, et sorti un carnet, qu'elle feuilleta rapidement, sa baguette toujours à la main. Un stylo moldu dans la poche, elle griffonna une brève note d'observation, ne trouvant pas ce qu'elle recherchait. Une telle créature, blessée, aurait probablement énormément intéressé son frère. Mais à qui donc venait-il chanter la mort ? Et comment un être de sa carure, de sa prestance se trouvait-il entaillé de la sorte ? La voix d'Iwan résonna dans sa tête... ''Apporte soin qu'importe le dessein, sauf si le danger dois te faire reculer.'' Voici ce qu'il disait parfois quand il soignait des créatures ''atypiques'' même dans le monde magique et féérique de Brocéliande.

Alors qu'elle venait de fermer les yeux, revoyant son frère penché là sur un Gryffon enragé, elle ne se rendit pas compte de ce qui se passait.
Ouvrir les yeux. Penser vite : la tête de la Princesse se trouvait maintenant entre les pattes de la noble et crainte créature. Saisissant quelques mots et remèdes au passage, asphodèle, armoise, if. Un pas vers la lumière, baguette en main, courage dans l'air, précision en tête. Mais, de l'autre côté du couloir, un autre préfet était apparu : Jimy. Il n'eu qu'à faire quelques mouvements pour libérer sa douce qui se blottit contre lui.

Kurun n'avait pas reculé, mais, si quelqu'un l'avait aperçue, ce dont elle doutait, ce quelqu'un l'avait magistralement ignorée. En cet instant, elle ne savait que penser.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/t12163-kurun-aven#244786
Le Hurleur
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
Le Hurleur

Nombre de messages : 45
Age : 207
Age Roleplay + Sorts : Le chagrin n'a pas d'âge.
Créature : Banshee
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 08/07/2008

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue100/100*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue100/100*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (100/100)

*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]   *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] EmptyJeu 10 Fév - 14:40

L'orage, dehors, tonne à nouveau.


C'est un éclair qui révèle la présence d'un troisième personnage. L'une de ces lumières brutales et fracassantes qui colorent la chair d'un blanc plus blême que le lait et rendent tout être vivant semblable à un fantôme. Pendant ce court moment, le Hurleur, dans toute son inhumanité, resplendit. Apparition effroyable, haute et majestueuse, auréolée du noir manteau qui claque autour de lui sous les à-coups du vent. Un court moment, oui, avant que ne revienne la pénombre et que ne s'élève une nouvelle voix.



- Oh mon amour, ça va ?"


Chante-la-Mort frémit. Un instant, la stupeur se mêle à la douleur dans ses frissons. Ce jeune homme qui se penche vers Djaniah gisant au sol, il ne l'a pas senti venir. Comment cela se peut-il ? Et tandis que le soit-disant Gryffondor l'invective, lui, de son côté, tient le silence et - à petits coups - hume l'air. Flaire. Avec un mélange de méfiance et de curiosité, comme un animal qui s'aventure en vue d'un territoire qui ne lui appartient pas. Les yeux de ténèbres, braqués sur "Jimy", se plissent. Lorsque la jeune bretonne se love contre ce dernier, il comprend enfin.


- Funestes sont les destinées..." souffle-t-il, murmure mélancolique qui ira mourir non loin des deux amants.


Car à l'instant où ses yeux ont surpris l'éclat de prédation dans le regard de Jimy, tout son instinct et son essence gorgée d'ancienne magie lui ont hurlé la vérité. Vérité qu'il ne pourra que garder par-devers lui - étant ce qu'il est - mais qui lui tire, malgré tout, un long soupir attristé. Ah... Les ficelles du drame commencent à se faire nettes, dans son esprit. De ce qu'il a lu en Djaniah, de ce qu'il sait des avenirs probables, et de ce qui se déroule devant lui naissent de nombreuses visions qui, brièvement, lui font clore les paupières comme s'il était pris de vertige. Il devine. Il voit. Il sait qu'il y aura bien des chants à hurler, désormais, et que sa venue ici, loin d'un simple hasard comme lui-même le croyait pourtant, n'a rien d'anodin. Il y a dessous tout ceci le sourire sanglant de sa Déesse et le rire cruel du Destin.


Destin dont il est héraut, tout autant que pion.


Se secouant légèrement, le banshee revient au présent - rappelé par la voix assurée de Jimy.



- Si c'est une plaie béante, il va falloir la cautériser. Je refuse de prendre le risque d'utiliser une baguette sur vos chairs. Dieu seul sait à quel point vous êtes emplis de venin.
- Non... La voix multiple du Hurleur se refait grondante et sifflante, lèvres retroussées à nouveau sur les crocs aigus comme des poignards. If... ArrRRrrmoise... AsSSssphodèle. Il chuinte, tend une main griffue sans toutefois s'avancer d'avantage. Apporte-les moi... Apporte..."


Un sursaut l'interrompt. Enténébré par ses visions prophétiques, le Hurleur n'a pas vu venir la troisième mortelle et c'est avec une violence brusque qu'il se tourne vers Kurun, sifflant et crachant comme un serpent ou comme un félin, aussi surpris que furieux. Son aura d'hostilité s'accroît d'avantage ; et c'est d'un ultime effort qu'il se contraint à demeurer immobile, quand son instinct, tout au contraire, le pousse à passer à l'attaque.

En vérité, ils ont de la chance, tous trois, d'avoir en face d'eux un représentant de l'une des races les plus humaines parmi les fées, de ceux qui savent se tempérer et modérer leurs pulsions ; un autre que le Hurleur aurait probablement déjà bondi, pour assaillir, lacérer, déchirer. Avec l'ichor venimeux qui coule au sol, ses forces faiblissent tout autant ; et le danger, pour lui, se fait pressant. D'un pas, de deux, il recule, vacille. S'adosse contre la muraille froide, près de la fenêtre qui l'a vu entrer. A ses pieds, le sol est noir de sang.

Nouvel éclair. Les yeux couleur nuit quittent Kurun, glissent sur Jimy, s'arrêtent à nouveau sur Djaniah, blottie dans les bras du jeune homme. Ramassé sur lui-même, Chante-la-Mort feule ; et à travers ce grondement perce à nouveau sa voix, dernière étincelle d'humanité dans un océan de sauvagerie chaque seconde plus pressant, chaque seconde plus présent.



- Hâte-toi..."
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=10841
Kurun Aven
Gryffondor
Gryffondor
Kurun Aven

Nombre de messages : 172
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Prescience (1)
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 19/08/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue560/560*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (560/560)
Points de mana:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue520/520*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (520/520)

*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]   *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] EmptyJeu 10 Fév - 21:58

Les yeux de la créature venaient de se planter en elle. Non pas sur elle, mais en elle, laissant le message de douleur la traverser.

Un bref regard vers les préfets, toujours enlacés. Les déranger aurait été déplacé en cet instant, mais, les feulements de la créature ne pouvaient qu'attirer l'attention.
Sans s'approcher plus, Kurun tenta de capter le regard de la créature maintenant adossée au mur de pierres froides. La marre de sang noir reflétait les éclairs dehors.

Asphodèle... fleur de résurection, rien que ça. ce sont les feuilles fraîches qui soignent les plaies. Mais pour en trouver en cette saison, il va falloir tricher...
Armoise purificatrice... pour son suc ? Herbe de feu, quelle drôle de coïncidence.
If, symbole de vie et de mort... Quelle part vous en faut-il ? Ecorce ? Feuilles ? Arilles ?

Ces questions, à peine murmurées étaient adressées tant à l'être blessé qu'aux deux sorciers présents et qu'à elle même. Son coeur battait tant et tant qu'elle eut pendant quelques instant besoin de respirer l'air frai de l'extérieur. Air humide au parfum de son nom, éclair ou orage, qu'importe. Elle se voyait là dans un sinistre tableau. Celui des éléments dévastateurs, comme pétrifiée par la beauté de ce qu'elle représentait.
Sa conscience naviguait sur des chemins de pensées qu'elle ne contrôlait pas, tout aussi fascinée par la Banshee que par le spectacle extérieur. Elle se tenait cependant prête à sortir si besoin affronter le temps. Affronter et vaincre pour chercher et trouver ce qu'il faudrait, à la serre ou dans la forêt interdite, afin de sauver le Chanteur mourant en cet instant.

Ses yeux se détachèrent de la patte ensanglantée pour se reporter sur ses camarades. Attendant un signe, une réponse, elle n'espérait qu'une chose : que les préfets ne jouent pas ici leurs rôles et ne la renvoient pas au dortoir. Il était de toute façon nécessaire qu'ils acceptent l'aide qu'elle pouvait apporter. Pour la survie de la créature.

''Hâte toi'' Voilà ce qu'il avait dit. Elle n'attendait qu'un signe.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/t12163-kurun-aven#244786
James T. Rayan
Serpentard
Serpentard
James T. Rayan

Nombre de messages : 1704
Age : 29
Age Roleplay + Sorts : 18 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Elémentaliste du Feu - parle la langue des animaux - Charmeur Visuel + Pouvoirs du Vampire -
Créature : Reflet/Doppelgänger - Vampire
Points Prestige : 200 000 000 Lol ?
Date d'inscription : 27/09/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue3070/3070*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (3070/3070)
Points de mana:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue4180/4180*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (4180/4180)

*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]   *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] EmptyLun 14 Fév - 17:28

-If Armoise et Asphodèle ? Ca ressemble curieusement à un mauvais titre de roman tout ça.

James regardait la créature se tortiller toujours comme une volaille à l'aile arrachée, se blottissant, se ratatinant dans son coin, plus épris de peur envers eux, qu'eux envers lui. Un maigre nouveau sourire éclaira le visage du garçon apparent et dont l'identité avait été sans souci assimilée à celui qu'il jouait. Serrant la main de Djaniah et la serrant toute entière contre lui, il la laissa venir loger sa tête dans le creux de son épaule droite, confortant son geste en appuyant la joue symétrique de ce qui lui faisait office "d'appuie tête" contre son "aimée".

-Toi aussi tu m'as manqué, ma douce. Et je t'aime ... Tellement.

Avait-il dit en gardant ce même regard prédalien fixé sur la forme inconstante du Banshee. En entendant les mots de Kurun, le garçon esquissa un nouveau maigre sourire et laissa son regard s'embrumer d'une amicale et répugnante affection. Posant une main sur l'épaule de Kurun, l'autre tenant toujours celle de Djaniah, le brun ténébreux vint lui susurrer quelques mots à l'oreille, laissant ses paupières en ce temps recouvrir ses pupilles dont la rétine était encore emprunte d'une émotion significativement contrastée.

-Tu as l'air de t'y connaître, en plantes. Alors peut être vas-tu t'en charger ? Il vaut mieux que je garde un oeil sur cette chose le temps qu'elle passera ici. Et il serait aimable à toi d'éviter à Djaniah de courir partout, elle est encore sous le choc.

Finit-il de susurrer de la façon la plus sensuelle qui soit, les lèvres du garçon venant amoureusement frôler les oreilles délicates de sa consoeur, comme une ode au charme et à l'appel à des pulsions bien moins catholiques que les dernières. Futiles sont les superstitions auxquelles tout le monde croit. Lui il les craignait.

-Poses toi là mon amour, tu seras mieux et évite de croiser le regard de cette chose, je ne tiens pas à ce qu'elle t'éjecte autre part cette fois-ci. Il y a trop de fenêtres ... Si tu vois ce que je veux dire.

Et il pris soin de suggérer à Djaniah de s'adosser à un pilier qui soutenait la voute arquée du morceau de couloir sous lequel ils s'étaient abrités. Une main dans ses cheveux, il eut l'irrésistible envie de tirer dessus pour en arracher quelques mèches. Le regard à présent vide de toute émotion, aussi profond que le gouffre le plus noir de l'univers. Ramenant les quelques cheveux jusqu'à lui, il laissa l'envie le ronger de l'intérieure, de son bas ventre jusqu'à ses narines qui s'élargirent en plein, lui donnant le souffle de plus en plus irrégulier. Puis finalement il laissa sa main ressortir, secouant vaguement la tête. La laissant faire son choix, il lâcha la main de son aimée avec lenteur, laissant chacun de ses doigts caresser les siens, jusqu'à une rupture douce et hésitante du contact. Son autre main s'était faite tremblante et il devait le cacher. Mais comment soulager son vice sans paraître suspect ?

-Il paraît que ces effluves de sang noir ont une connotation infernale. Je devrais en récolter un peu, voir si ce qui constitue la bête est aussi toxique que ce qui la défini.

Puis avançant vers le Banshee, sourire aux lèvres, il s'accroupit au dessus de la marre de sang et y plongea directement le doigt. Laissant sa langue titiller ses dents, il se retint de la sortir pour se lécher les babines. Il tournoya dans le liquide visqueux encore chaud, y créa du mouvement et relevant sa main devant lui, il regarda un filet rejoindre le sol depuis le bâtonnet formé par son index et son majeur. Faisant apparaître avec sa baguette un petit tube en verre, il enfonça ces mêmes doigts pour répandre le liquide à l'intérieur. Et il répéta, une fois, deux fois même la même opération pour en avoir une pleine éprouvette. Se relevant, il essuya sa main dans une petite serviette blanche qu'il jeta au sol.

-Eh bien ? Ne restes pas plantée là, Kurun, files chercher ce dont on a besoin !

_________________
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Jamret10
- Certains ont trop souvent voulu croire que j'avais des principes - Ils ont eu tort -
Revenir en haut Aller en bas
Kurun Aven
Gryffondor
Gryffondor
Kurun Aven

Nombre de messages : 172
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Prescience (1)
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 19/08/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue560/560*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (560/560)
Points de mana:
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Left_bar_bleue520/520*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty_bar_bleue  (520/520)

*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]   *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] EmptyDim 20 Fév - 19:21

Elle venait d'observer l'étonnant spectacle d'un Jimy différemment orgueilleux de d'habitude. A la fois si impliqué et détaché... pourtant, l'envoyée seule chercher les plantes demandées par la noble créature ressemblait plus que fortement à l'un des test qu'il lui faisait constamment passé. Le caractère imprévisible et changeant de ce garçon était pour le moins étonnant, aussi incertain que les flammes avec lesquels il jouait et violent que la pluie et le vent sur les carreaux du château...

Déstabilisée par la manière qu'il avait eu de lui parler, elle regarda d'abord la tempête gronder.

Il se fou de moi, je vais pas sortir là-dessous faire le tour de la forêt pour leur ramener trois brins d'herbe et un peu d'écorce...

Si elle n'avais pas ce Banshee sous les yeux, cette créature blessé ne demandant que de l'aide, elle aurai regretté de s'être montré. Mais là, le simple espoir de le toucher pendant quelques secondes, l'idée même d'approcher autant de magie l'excitait.

Il me faut les clefs permettant d'accéder à la réserve ou au bureau du Professeur Slent.

Sa voix, plus sèche que d'habitude, avait percé le silence de l'obscurité. Si elle pouvait éviter de prendre des risques inutiles comme sortir en forêt par cet orage... Quoi que l'idée d'une humide balade ne lui faisait pas peur.
De la verte arrogance perça dans son regard quand il se retourna. L'affirmation qu'elle venait de poser, sans une once d'explication, étonnait les deux sorciers face à elle. Adressant un dernier regard à la créature blessée, elle se redressa, fière. Souriant doucement à Djaniah assise sur le sol, elle ne baissa pas les yeux devant Jimy.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/t12163-kurun-aven#244786
Contenu sponsorisé




*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]   *Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
*Couloirs* De sinistres Clameurs. [Djaniah/Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hentaï
» Hentaï RP
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'École de sorcellerie Poudlard :: Autres lieux-
Sauter vers: