AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyMer 4 Oct - 15:18

Sati regarda Eilane s'en aller sans mot dire. Le silence et l'attitude dégagée de celle ci à son égard l'avait quelque peu soulagée. Elle avait eu un pincement au cœur lorsque la vélane l'avait saluée. Elle avait craint sur le coup que celle ci se serve encore de sa légilimencie pour s'introduire subrepticement dans son esprit, et découvre ainsi ce qu'elle cachait, ses sentiments enfouis. Heureusement il n'en était rien.
Tout en se félicitant de sa discrétion, Sati reporta son attention vers Maïa, le regard grave, elle lui fit signe de la suivre.
Sati quitta alors le salon et s'engouffra dans un couloir étroit, d'aspet somme toute assez banal si ce n'est que l'éclairage venait à faiblir, les ombres des deux jeunes filles dansaient dans ce couloir obscur. aucun bruit ne se faisait entendre excepté celui des épaises semelles des chaussures de Sati qui frappaient le sol en balatum. Le parfum de vanille qui, il n'y a pas si longtemps embaumait la pièce avait subitement disparut

On y vois comme a travers une pelle ici !
se lamenta Sati. Elle se dirigea vers l'interrupteur surmonté d'une lueur rouge, le rendant plus visible dans le noir. la jeune appuya dessus à plusieurs reprise, mais, à sa grande surprise rien ne se passa. Coupure de courent ? Pour palier à se problème, Sati sorti sa lourde baguette ondulée de sa poche
Lumos !
Un cercle de lumière vive jaillit alors de la baguette, inondant le couloir sombre, au grand damne des quelques tableaux qui se trouvaient accrochés aux murs. Les personnes qui y était représentés, sorciers et sorcières du passé, tous affublés de robes verdâtres ornés de serpents et autres colifichets trahissant leur appartenance politique, se mirent a brailler, a se tordre dans tous les sens. L'un d'eux se mit a hurler
Eteignez moi ça petites insolentes ! On aimerais dormir nous !
Sati continua a avancer sans obéir le moins du monde au cadre belliqueux, elle murmura, un sourire sadique aux lèvres
Ne vous a t'on jamais enseigné que les morts ne parlent pas ?
Sati ouvrit la porte que sa lumière avait révélé. Les deux jeunes filles se trouvaient à présent dans la chambre d'Eléa. Celle ci se trouvait là, allongée sur le lit. La jeune fille tenta sa chance avec l'interrupteur de cette pièce. Sans plus de succès. Le sort de lumière était toujours actif, Sati promena doucement sa baguette le long du corps d'Eléa. La peau de celle ci était parfaite, et d'un blanc laiteux, offrant un net contraste avec ses long cheveux d'ébène qui traînaient sous elle comme une large flaque de sang noir, et serpentaient éparses de chaque coté de son beau visage. Sati resta là, à la contempler en silence…
Revenir en haut Aller en bas
Maïa Magdaleña Ilcìk
Serdaigle
Serdaigle
Maïa Magdaleña Ilcìk

Nombre de messages : 536
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 19 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : illusionniste, apprentie maître de potions
Date d'inscription : 03/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)

[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyJeu 5 Oct - 14:07

Maïa suivit Sati, une inquiétude grandissant en elle que le manque de lumière ne fit qu'empirer encore d'avantage. Elle restait presque collée à la colocataire de sa mère qui tenait devant elle une baguette magique éclairée leur permettant d'avancer malgré la pénombre. L'angoisse arriva à son paroxysme lorsqu'elles arrivèrent devant la porte de la fameuse chambre. Maïa sentit son coeur s'accélérer alors qu'elle rentrait à l'intérieur, terrifiée à l'idée de ce qu'elle pourrait éventuellement y découvrir. Cette arrivée dans la chambre lui rappelait amèrement la dernière fois où elle avait pu voir ses parents, alors qu'ils étaient allongés sur dans deux immenses cercueils de bois bruts et que le prêtre attendait pour refermer.
Maïa essaya de calmer sa respiration et avança à l'intérieur de la pièce. Eléa était allongée sur son lit, plongée dans un sommeil profond et peut-être éternel, ses longs cheveux noirs auréolant son visage trop blanc.


Elle...Elle r-ressemble à un f-f-fantôme ! murmura Maïa tout en s'approchant d'Eléa et en étendant une main au dessus d'elle, hésitant toutefois à toucher sa peau tant la jeune fille se sentait persuadée qu'elle serait glacée comme la mort.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5564
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyJeu 5 Oct - 15:35

La réflexion de Maïa tira brutalement Sati de sa contemplation passive. La jeune fille quitta un instant Elea des yeux et orienta la lumière de sa baguette vers Maïa afin de mieux la distinguer dans la pénombre.

Un fantôme ! et ben on fera de tout pour qu'elle n'en arrive pas à ce stade n'est ce pas ?

Lui répondit elle, une pointe d'ironie dans la voix. Elle faisait ce qu'elle pouvais pour tenté de garder son calme et sa bonne humeur et ainsi ne pas de laisser dévorer par la tristesse et le désespoir. Elle avait fait des pieds et des mains pour amener Maïa jusqu'ici, mais maintenant qu'elle se trouvait là devant le corps inerte d'Eléa, Sati se trouvait quelque peu désarmée, elle ne savais plus quoi faire. Lorsqu'elle vit Maïa tendre, hésitante son bras du corps de sa mère, Sati, un petit sourire attendrit aux lèvres fit une légère pression sur la main de la jeune fille et la plaqua sur la peau parfaite de sa logeuse. Celle ci contrairement à ce que son aspect laissait à craindre était toujours tiède, indiquant que le souffle chaud de la vie n'avait pas encore quitté le corps endormis d'Eléa.

Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir murmura Sati plus pour se rassurer elle même que Maïa

Puis, la jeune fille se pencha vers le visage d'Eléa, il paraissait si angélique, en le regardant à se moment précis, il serait difficile d'imaginer qu'il appartenait à une fervente et impétueuse servante des ténèbres, une femme au première abord froide comme la glace, et tranchante comme l'épée, aux mains sans doute entachée du sang de nombreux sorciers et sorcières. Sati, elle, se moquait pas mal de tout ce qu'Eléa avait pu dire et faire, ça n'avait aucune importance. Eléa restait pour elle cet être bon et lumineux qui l'avait la première, considérée, sortit des ténèbres anonymes dans lesquels elle était plongée. Sati se pencha davantage, tant et si bien que son souffle chaud et saccadé frôlait à présent la blanche peau d'Eléa.

Eléa, commença t'elle, elle voulait qu'une voix aussi joviale et optimiste que possible arrive jusqu'a l'âme d'Eléa égarée Dieu seul sait où

Regarde qui est venu te rendre visite, c'est Maïa ta fille ! je te l'ai amenée, moi.
Je sais que votre première entrevue ne s'est pas tout à fait bien passé, mais c'est du passé maintenant, elle est venue ici parce qu'elle t'aime et qu'elle veux que tu revienne

Sati savait bien qu'elle s'avancait beaucoup en disant cela, que c'était sans doute faux, mais peu lui importait en vérité. La seule chose qu'elle voulait c’était donner une raison à Eléa de revenir, de lutter contre le mal qui l'assaille...

Moi aussi je veux que tu revienne, nous le voulons tous, et puis tu as encore du travail ici, je suis sur que ton maitre à besoin de toi ( nous avons tous besoin de toi ) je suis persuadée que ton abscence contrarie ses plans Tu dois lui manquer cruellement ( tu nous manque à tous ) ! I faut que tu revienne et que tu reprenne le travail !

La jeune fille fixait désespérée les lèvres d'Eléa qui restaient cruellement closes et muettes.

Eléa.. Sati ne pu continuer à parler davantage tant sa gorge était serrée, dans ses yeux des larmes troublaient sa vision..
Revenir en haut Aller en bas
Ivy Mistery
Serdaigle
Serdaigle
Ivy Mistery

Nombre de messages : 194
Age : 62
Age Roleplay + Sorts : 49 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : nécromancie, maître de potions
Date d'inscription : 20/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)

[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyJeu 5 Oct - 15:53

Eléa, toujours enfermée dans cette bulle d'ombres qui la maintenant prisonnière, sentit de manière éloignée, quelque chose l'effleurer, comme si une brise le balayait ou comme si des doigts souples et doux avait voulu sentir son contact.
La voix de Sati lui parvint, éloignée, tellement déformée qu'elle était à peine reconnaissable et Eléa ne comprit qu'à moitié les paroles qu'elle lui disait.
La mangemort sentait une présence autour d'elle, mais ce n'était pas celle de Sati et encore moins celle de Maïa... L'impression étrange que son corps l'attendait dans un autre endroit ne la quittait pas... Mais si son corps était dans une chambre et qu'elle flânait elle ne savait dans quel endroit infernal, qu'est-ce que cela signifiait ?
Etait-elle morte ?


Le livre !

Eléa s'étonna elle-même d'être encore capable de penser !
Les morts ne pensent pas !
Malgré tout c'était la seul chose qui lui restait... elle ne pouvait ouvrir les yeux puisque seul son esprit fonctionnait et qu'il semblait avoir décidé de quitter son corps. Elle ne pouvait pas non plus se lever, ni marcher et encore moins parler ou hurler sa peur comme elle aurait pourtant aimé le faire.
La présence se rapprocha, inquiétante, intrigante...


Qui est là ???? ne put que penser Eléa.

Pas de réponse... Peut-être s'imaginait-elle des choses. peut-être était-elle réellement morte en fin de compte !

Tu es toute seule ?! demanda finalement une voix inhumaine qui l'aurait faite frissonner de la tête au pieds si elle avait été capable de frissonner.

Aidez-moi, sortez-moi de là, implora Eléa tout en imaginant qu'elle aurait sans doute pleuré si son corps avait répondu à ses pensées.

Bien loin de l'endroit où se trouvait l'esprit d'Eléa, sur un lit moelleux, entouré de deux jeune femme, le long des joues d'Eléa s'écoulèrent quelques larmes.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=2830
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyJeu 5 Oct - 17:29

Sati distingua quelque chose entre ses larmes, quelque chose qui attira son attention. Elle s'essuya les yeux d'un revers de main. Et lança un regard intrigué au visage d'Eléa, il y avait quelque chose qui scintillait dans l'obscurité.

Est ce..

La jeune fille orienta sa baguette en direction du visage blême et muet d'Eléa, elle place sa baguette juste au dessus de celui ci. Et mis à jour la rigole de larmes qui coulait des yeux clos de sa logeuse

D-Des larmes ? E-elle pleure.. Elle pleure !

Sati agita frénétiquement sa main au dessus du visage d'Eléa, surexcitée, assaillie par un nombre incalculable d'émotions en même temps, Elle se retourna frénétiquement vers Maïa

Que faut il en penser Maïa ? ?

Puis, tout aussi prestement, elle reporta son attention vers sa chère logeuse, la respiration haletante. La jeune fille expira vivement, pour se calmer, ses lèvres sombres frôlaient presque le visage d'Eléa lorsqu'elle lui murmura

Eléa.. Eléa ? Tu m'entend ? ?
Eléa ? ?

Elle l'appela longtemps, de plus en plus fort, oubliant le reste du monde, seule contait la femme qui était allongée et l'espoir qu'elle lui avait donné. Mais cet espoir finit par se révéler vain. Sati une moie désabusée sur le visage stoppa ses tentatives, dans un soupire dépité. Avec une infinie douceur elle essuya les paupières et les joues humides d'Eléa chassant ses larmes.

Elle lança un regard éploré à Maïa,

J'ai vu mes parents mourir, ils sont morts sous mes yeux, j'ai vu mon frère mourir, il est mort dans mes bras, mon père et ma mère adoptifs m'ont été enlevés...

A nouveau, Sati se retourna vers Eléa et ajouta

Mais toi Eléa je ne veux pas te perdre ! Je ne te perdrais pas ! Ne veux .. Ne peu.. Ne peu te perdre !

Elle leva les yeux, juste au dessus d'Eléa, regarda dans le vide comme si quelque chose se trouvait là quelque chose d'invisible pour le commun des mortels. C'était comme si elle voyait plus loin, plus loin que les rideaux de la fenêtre au pied de laquelle se trouvait le lit de sa logeuse, plus loin que le verre, plus loin que la matière, plus loin que cette réalité même..

Puissance au delà de la vie et de la mort, toi qui donne et reprend les âmes, Seigneur / Dame... Maître / Maîtresse des serpents et des roseau, Roi / Reine de magie obscure, toi la seule et l'unique qui règne sur les univers du dessous.. Ecoute ton humble servante, libère l'âme d'Eléa pour moi !
...Je t'en supplie
Revenir en haut Aller en bas
Maïa Magdaleña Ilcìk
Serdaigle
Serdaigle
Maïa Magdaleña Ilcìk

Nombre de messages : 536
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 19 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : illusionniste, apprentie maître de potions
Date d'inscription : 03/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)

[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyJeu 5 Oct - 21:46

Les doigts de Maïa effleurèrent la peau, douce et tiède, de sa mère et ce contact la fit frissonner de la tête aux pieds. C'était comme si elle ressentait la douleur d'Eléa et son émoi, comme si elle ressentait aussi la chose qui s'attaquait à elle. Pendant un instant, les yeux bleus de Maïa se remplirent d'encre noire, la même encre qui avait investi le regard d'Eléa. Et elle l'entendit à son tour.

"Tu es toute seule ?!"

Maïa sursauta et releva la main, coupant le contact avec sa mère. Elle fixa le visage d'Eléa de ses yeux à nouveau bleu clair et contempla les larmes qui coulaient le long de ses joues.

O-oui ! Elle p-pleure !

Maïa arrivait à peine à parler tant ce qu'elle venait de ressentir était intense. Elle regarda Sati invoquer elle ne savait quoi, totalement désarmée par cette réaction, puis elle se décida quand même à intervenir.

E-elle est p-pas seule... Il y a q-quelque chose avec elle, je l-l-l'ai sent-ti !

Maïa aurait bien été incapable d'expliquer comment elle avait senti cela. C'était comme essayer d'expliquer l'apparition du sang à la place de l'eau... Ca la dépassait complètement, ça l'effrayait même... cette fois elle en avait la certitude, elle n'était pas "normale"... Eléa avait raison, le seigneur des mangemorts l'avait destiné à les rejoindre pour une raison particulière et elle finirait tôt ou tard entre ses griffes, parce que c'était son destin, parce qu'elle était faite comme ça, comme un monstre qu'il manipulerait et façonnerait à sa guise...

J-je... J-je d-d-d-dois y a-a-aller ! s'exclama Maïa, plus paniquée que jamais, tremblante comme une feuille. Je p-peux pas rester plus longtemps... P-pardon... Si elle s-se réveille, d-dites lui que j-je suis venue... dites le lui...

Maïa s'éloignait déjà dans le couloir quand elle se retourna et revint jusqu'à l'entrée de la chambre.

Et si e-elle...enfin si e-elle r-revenait jamais à elle... v-vous m'avertirez ?

Possédant l'assurance que, quoiqu'il arrive, Sati la préviendrait, Maïa s'échappa de l'atmosphère trop lourde qui régnait dans l'appartement. Il ne lui restait plus qu'à retourner à Poudlard en évitant à tout prix de tomber sur un professeur ou sur un préfet ! Maïa frissonna rien qu'à l'idée qu'à son arrivée dans le château, elle pourrait se trouver nez à nez avec le préfet de Serdaigle... Il avait semblé particulièrement sévère la dernière fois, même si elle n'avait finalement reçu aucune punition... cette fois-ci serait sûrement différente !
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5564
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: De l'autre coté du miroir ( l'appartement d'Eléa )   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyVen 6 Oct - 14:24

Non !
Ne la touchez pas !
Laissez la!
Je ne vous laisserais pas l'emmener.. Jamais vous entendez !

Ces mots, Sati avait l'impression de les hurler.. Mais qu'est ce qui sortait vraiment de sa bouche ?
Etait ce vraiment elle qui parlait . Ses mots étaient si lointains, des échos qui se reflétaient contre toutes ces surfaces de chair et de fer, des murmures dans la brume si faibles...Faible ?
Sati ne savait pas ce qu'elle voyait, ne savait pas ou elle se trouvait, elle ne distinguait plus nettement ce qui se passait. Un infinie horizon flou l'entourait.

Elle ne distinguait plus la réalité du cauchemar
rouge, noir.. Des grilles, des cages, des lames, lèvres de chair.. pleine de crocs.. de fer ?, des cadavres.. de partout Ils se dissolvent à la lumière ? La lumière.. Ne pas s'approcher des lumières ! ses pensées l'assaillirent sans qu'elle sache si c'était bien les siennes, Des silhouettes.. fantomatiques.. déformées, les hurleurs ! de tout côté, des flashs, lumineux, Des chaînes tranchantes, qui sont tous ces écorchés vifs ?
tout ce succédait à une vitesse effroyable.
Sati était en proie à un mal de tête atroce, comme si son crane allait exploser, ses yeux la brûlait, un vent cruel lui fouettait le visage.. Peu importe..

Eléa !

C'était la seule chose à laquelle elle pensait, Sati avançait, brandissant sa baguette, dans une brume écarlate, bouillonnante, Des images, des voix des visages.. autour d'elle, des formes menaçantes, des hurlements de terreur, des choses difformes pas vraiment des personnes braillant piaillant sifflant, un brouhaha cataclysmique elle ne distinguait rien, elle avançait. elle avait l'impression de faire du sur place ou de marcher dans de la glue, ou naviguer dans des sables mouvants. Les abysses grondant sous ses pieds une mer de ténèbres au dessus de sa tête..

Eléa ! Non !

Dans ses griffes. . une masse de chair abominable, un python gigantesque. .brûlé, du sang.. noir, des tableaux.. hurlants, des flashs.. sanguinolent, Des silhouettes... difformes au visage.. de triangle, Les murs .. les murs bougent !, ils sont recouvert d'une substance rouille, du liquide noir coule.. a flot, O mon Dieu !: Elle disparaît, Eléa plonge.. un serpent gigantesque.. brûlé, Il l'entoure l'enserre dans ses anneaux, l'entraine dans une mer de sang noir, gluant.. vers les tréfonds, elle s'enfonce inlassablement ! Une bâtisse.. décomposée, des âmes errantes.. torturées, des flammes.. figées, un nit .. de serpents ! indicible et grouillent de vie et d'yeux.. Les ténèbres, La marque des Ténèbres ! Une clef.. des créatures abjectent, ridées rouillées et pourries.. Pas de pieds juste des lames.. 3 cadavres liées pas le bassin rampent à l'unisson, d'autres et encore d'autres ! ARRIERE !!!
Mon propre reflet ! Un miroir.. sans teint, pas de reflets. juste le destin l'aimée ! ICI !! Les structures tremblent, les murs hurlent..
C'etait un amalgame de pensées et d'images torturées qui venaient à l'esprit de la jeune fille, elle était plongée dans un univers inconnu, atroce pleins d'images de morts et d'atrocités, un monde ou les illusions cauchemardesques prenent vie et deviennent bien réelles..

la Bête s'envient ! La baguette droit devant elle quelque part un grand de sable noyé dans le chaos.

Avada Kedavra !
Avada Kedavra !
Avada...


Sati se réveilla en sursaut le front trempé de sueur, les joues brûlantes. son crane lui faisaient mal et ses oreilles bourdonnaient. Désorientée et apeurée, elle lanca un regard alentours. Elle était.. ici.. Dans la chambre d'Eléa. Tout paraissait normal. Même cette panne de courent avait disparue. Les lumières étaient à présent toutes allumées, à l'unisson elles brillaient d'une lumière vive et blanche, si vive, qu'elle gêna les yeux encore plein de sommeil de Sati. Celle ci s'en protégea d'un revers de main. Elle ne se souvenait pas les lumières de l'appartement d'Elea si brillantes.

M.Maïa ?

Sati se trouvait désemparée, assise sur le lit d'Eléa, ou était passée cette jeune fille qu'elle avait amenée ici ? Elle lui avait dit quelque chose, Sati s'en souvenait vaguement, c'était nébuleux, Elle avait vu pleuré Eléa, elle avait supplié. Cette puissance dont on lui avait enseigné la religion, ce dieu ancien qui règne sur un lointain paradis, reflet, parfait, un univers de formes purs aux portes de notre dimension, les plans inférieurs, sous et au delà de notre plan d'existence, au delà du mirroir
... lui a t'on appris..
Mais après ? Sati se souvenait juste d'avoir perçu un bruit de fond, la voix d'une jeune fille apeurée qui s'éloignait d'elle.. Quand s'était elle endormie ?

Les yeux toujours plissés, la jeune fille chercha à tâtons la main d'Elea. Apres un temps qu'elle trouva étrangement long, elle finit par rencontrer de la peau.. tiède. Bien cela signifiant qu'Eléa était bel et bien la et en aussi bonne santé que la situation lui permettait. Sati pouffa d'un petit rire fluet. riant de sa bêtise. Comme avait elle pu envisager une seule seconde qu'Eléa pouvait ne plus être la dans son lit. Comment avait elle pu craindre que l'enlèvement si confus d'Elea qu'elle vit dans ce rêve.. si réel.. s'était véritablement produit ? Son hilarité passée, et ses yeux à présent plus ou moins habitués à la lumière, Sati se retourna pour constater plus avant de l'état d'Eléa.


Oh mon Dieu !

Tout d'un coup Sati, d'un bond se jeta littéralement hors du lit.

Qu-Qu'est ce que.. Eléa !?

Les yeux de Sati étaient à présent amplis d'horreur. Le lit d'Eléa.. vide.
Vide ? Pas exactement.. Car en son milieu se trouvait une large flaque immonde, visqueuse, un liquide noirâtre, une sorte d'ancre, pareille à celle qui avait recouvert les yeux d'Eléa

Un vif sursaut ! Sati poussa un cris horrifié, la chose qu'elle avait prit pour le bras d'Eléa, sur le sien, traînant jusqu'au sol.. Un serpent, répugnant. d'une couleur qui pourrait rappeler de la peau humaine, brûlée par endroit, fripée et ridée, La créature déjà assez imposante, grossissait à vue d'œil, comme une baudruche que l'on gonfle, des veines noires apparaissaient sur sa peau qui se tendait. Tout en fixant la jeune fille de ses yeux morts, comme deux taches d'ancre desquels coulaient le même liquide noire que celui qui recouvrait le lit d'Eléa, l'animal s'approcha dangereusement du visage de la jeune fille. La face triangulaire du serpent toute entière se divisa en quatre mâchoires dotée chacune de deux crocs suppurant le venin. D'un geste vif et impulsif sans se poser de question , Sati se saisit de l'animal immonde et le jeta sur le lit. Elle sorti vite sa baguette braqua le serpent et hurla
Vipéra Evanesca
à peine eu elle prononcé c'est mot que raisonna, à sa grande surprise un hurlement suraigu, comme si un porc se faisait égorger..
Sati avança vers le lit, il y avait quelque chose d’autre dans la flaque. empilés pelles mele dans le liquide noire gluant, se trouvait en effet, des serpents, non pas le cadavre d'un seul gros serpent difforme, mais bien une multitudes de serpents morts, plus petits !

A..Alors ce n'était pas un rêve ! Qu'est ce qui se passe ici !! Terrorisée, Sati se rua vers la porte de la chambre. De tout ses forces elle tira sur la poignée, la tourna dans un sens, puis dans l'autre. rien à faire, la porte restait coincée, collée.

Je veux sortir !! Laissez moi sortir !! se mit elle à hurler, tambourinant sur la porte... sans succès. Prise de panique, elle s'en éloigna, recula vers le centre de la pièce. La ou se trouvait sur le sol, un symbole magique, un pentacle étrange, rougeoyant.. Il n'était pourtant pas la tout à l'heure, lorsqu'au coté de Maia Sati se trouvait au chevet d'Eléa... La respiration saccadée, elle navigua frénétiquement du regard entre le lit "vide" et la porte bloquée.

Pourquoi sui-je enfermée ?
Eléa.. ou est tu ?? Qu'avez vous fait d'elle !? Le jeune fille serra les poings, elle sentait sa haine monter, prendre forme se cristalliser autour de nombreux visages, tout ceux qu'elle soupçonnait avoir monter ce coup. Elle sentait sa "dame noire" lui battre les tempes, hurler à l'intérieur d'elle. Sati ne pouvais pas la contenir pas cette fois, et d'ailleurs elle en le voulais pas spécialement. Une vague de folie et de fureur se dégagea de la jeune fille. Mais.. à sa grande surprise, nulle destruction ne fut à déplorer lorsque sa rage se calma.. rien.. si ce n'est que la porte de la chambre jusque la complètement bloquée venait de s'ouvrir dans un grincement sonore qui faisait plus penser à un râle de mourrant. Sans se poser davantage de questions, Sati se rua vers la porte. Mais lorsqu'elle s'en approcha, elle poussa une vive exclamation. Quelque chose ou quelqu’un était passé en courant dans le couloir, elle en était certaine...

Ou êtes vous ! Je vais que vous êtes la ! s'exclama t'elle, lorsqu'elle jaillit comme une furie dans le couloir. Les lumières y étaient aussi allumées en grand. Sati avançait baguette à la main, la voici à présent dans le grand salon. Elle appuya machinalement sur l'interrupteur contrôlant les lumières du couloir.. Mais rien, ne se passa, les lumières étaient encore là, figées. La main de la jeune fille resta là, tremblante suspendue au dessus du bouton de l'interrupteur
Ces lumières.. ampoules, diodes, néons et même bougies, toutes allumées à l'unisson.. Sati évitait de les regarder, de fixer ses yeux sur leur source. Son instinct le lui interdisait. Elle était incapable de dire pourquoi, mais lorsque ses yeux rencontraient ses sources de lumière, son cœur s'accéléraient, et elle sentait sa gorge se serrer.. non, elle ne la sentait pas se serrer, elle sentait que des mains invisibles gelées et hostiles serraient sa gorge de toute leurs forces

Il y a quelque chose qui cloche..

Sati plaqua une de ses mains au dessus du front, en visière.. Elle ressentait la nécessité vitale de se proteger de ces sources de lumière, cette lumière incroyablement blanche et vive et qui embaumait l'appartement et lui conférait un aspect surréel et éthéré

Il y a des choses dans ces courants lumineux.. des chose, qui ne m'aiment pas..
Des choses qui nous haïssent tous.. toute chose vivante


Tu es toute seule ?! [i]Cette voix inhumaine raisonna soudain. Sati fit brusquement volte face, elle se mit à chercher de tout coté. La peur au ventre la source de ces paroles. elle courut dans le salon dans la cuisine, sa baguette sur laquelle elle transpirait abondamment serrée entre ses mains. A ce moment, la sonnette à la porte d'Eléa se déclencha tout d'un coup faisant sursauter la jeune fille.
Pourtant, celle ci d'un pas hésitant s'approcha de la porte. Elle avait peur .. mais quelque chose en elle lui hurlait de sortir de ne pas rester ici ? pourquoi ? y avait il du danger ?

La main tremblante de Sati actionna la poigne de la porte, aussitôt, le bruit de la sonnette cessa laissant place à un silence de mort...

Qui est la ? Répondez ! hurla t'elle. Toujours rien.. En scrutant les environs Sati vi quelque chose traîner sur le sol, un morceau de papier déchiré.. Sans quitter des yeux le couloir extérieur, Sati s'accroupis et le récupéra.

Citation :
Retrouves moi au repaire des mangemorts

Retrouves moi au repaire des mangemorts ? Mais.. c-c'est l'écriture d'Eléa !


Dernière édition par le Sam 28 Oct - 16:03, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: De l'autre coté du miroir ( le couloir )   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyVen 6 Oct - 14:35

A peine eu t'elle levé les yeux que Sati poussa un cris d'effroi. Suintant du sol, avec un bruit répugnant, ce liquide noire, le même qui se trouvait sur le lit d'Eléa. La jeune fille fit un bond en arrière, observait l'encre étrange se répandre sur le sol.
Soudain.. Un bruit se mit à raisonner dans le couloir, un bruit de pas tout pret de Sati. A ce moment précis, une empreinte de pas, noire d'encre se dessina sur le sol. Puis une autre, puis encore une autre..


Vous êtes ici.. Je peux vous voir, vous.. Vous vous êtes trahis ! Sati à nouveau brandit sa baguette

Les empreintes continuèrent de marquer le sol suivant un trajet linéaire. sans se soucier un tant soit peu de la jeune fille.

Vous êtes repéré ! Vous etes repéré ! Chantonna Sati Amateur ! Elle suivit les traces d'une démarche féline. Celles ci, soudain se figèrent

Inutile de vous cacher derrière une cape d'invisibilité, Regardez devant vous ! C'est un cul de sac ! Un sourire narquois marqua le visage de la jeune fille. Voila ce que c'est lorsqu'on se fait coudre une cape avec un tissus trop épais, on ne vois pas à travers !

force était de constater que l'invisible semblait s'être piégé lui même. Devant lui un cul de sac. Cette personne semblait d'ailleurs prise de panique puis ce que de plus en plus d'empreintes apparurent, comme si elles piétinaient ou tournaient en rond.

Assez, je ne joue plus à présent ! dites moi ce que vous avez fait d'Eléa ou sinon..

Mais une fois de plus l'invisible ne répondit pas. Par contre le mélange de bruits vague de grésillements de sifflement de chuintement qui se faisait entendre depuis son apparition s'était grandement emplifié.. Impossible d'en déterminer la source mais ces sons étranges étaient apparemment liés à l'invisible.

Ou est Eléa ! Hurla Sati !
Répondez !

devant ce nouveau silence la colère de Sati monta d'un cran

Vous l'aurez voulu.. Puis ce que ce'st ainsi je vais vous conduire à quelqu’un qui saura comment vous faire parler !
Pétrificus Totalus !

Le sort de la jeune fille fila comme une flèche et frappa .. le mur du fond

C-Comment ?? Ce n'est pas possible, mon sort n'as pas pu juste.. le traverser !

Soudain ! Les empreintes se divisèrent, partirent chacune, deux par deux de leur coté, c'était tout comme si des dizaines de personnes se trouvaient la dans se couloir.
ILs continuèrent à évoluer droit vers le mur.. Sati resta là en proie au plus grand désarroi. cette émotion fut vite remplacée par un sentiment beaucoup plus fort et beaucoup plus destructeur, la terreur ! De nombreuses empreintes s'étaient arrêtées à quelques centimètres à peine du mur, pourtant le bruit de leur pas continua de raisonner derrière ce mur, s'éloignant lentement.
Mais Sati n'était pas au bout de ses surprises car la grosse lampe circulaire qui trônait sur le mur ( celui que les traces de pas semblaient avoir traversé ), se mit soudainement à briller de milles feux. On aurrait juré voir apparaitre, mélangée à ses imperfections étranges qui ressemblaient à des visages incrustés, des veines sur les murs, et un liquide noiratre couler en flot abondant sur tout leur longueur. Mais la lumiere blanche était de loin la plus chose la plus captivante, elle assaillant le couloir de sa lumière spectrale intense. Et cette fois ci... Sati les vit nettement, des dizaines de formes humaines tordues et déformées hurlantes, fondus et assimilés dans la lumière fonçaient vers elle. Et plus elle était exposée à cette violente lumière, et plus sa elle sentait sa vie la quitter, s'échapper de son corps


Là, il faut courir ! cette voix inhumaine, la même qui avait demandé à Sati si elle était seule raisonna a nouveau, plus narquoise cette fois ci. La jeune fille ne se fit pas prier pour suivre ses conseils. Elle se mit à courir à perdre haleine courir pour échapper à la nuée fantomatique, elle fixait le sol, les yeux plissés afin de ne pas voir la lumière des néons, qui s'illuminaient les uns après les autres sur son passage, avec à chaque fois un tintamarre de hurlements suraigus et de plaintes.

Haletante, Sati rejeta sur la porte "sortie de secours" et se retrouva dehors loin des lumières. Une fois dehors, Sati repris difficilement son souffle, elle aurait voulu manifester ce qu'elle ressentait, elle aurait voulut pleurer, ca la soulagerais.. Elle aurait voulu mais ne le pouvais pas.. Elle ne savais pas pourquoi mais elle le sentait.. Cela ne marcherais pas.. Parce que.. Elle était ici, sans y être. Une sensation étrange qu'elle avait du mal à formuler mais qui était bien réelle pourtant

Lorsque enfin, elle réussit à reprendre son souffle, elle ouvrit des yeux ronds comme des billes bouche bée elle resta figée incapable de dire un mot, incapable de bouger.. Devant elle, s'étendaient les ténèbres, C'es alors que la jeuen fille s'en rendit compte, elle n'était plus dans sa monde, dans sa dimension dans son univers, dans son plan d'existence, elle avait passé la frontière fragile entre les réalités..

Pas un rêve.. pas un rêve…


Dernière édition par le Sam 28 Oct - 16:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ivy Mistery
Serdaigle
Serdaigle
Ivy Mistery

Nombre de messages : 194
Age : 62
Age Roleplay + Sorts : 49 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : nécromancie, maître de potions
Date d'inscription : 20/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)

[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptySam 7 Oct - 13:44

Eléa flottait... Du moins, c'était le mot qui se rapprochait le plus de son état, même si, elle le savait, il n'était pas tout à fait exact. Elle sentait une brise, comme une brise marine, balayer son visage... Son visage ? Non pas vraiment. Son visage devait se trouver bien loin de là... Mais alors comment ressentait-elle la brise ? Aucune idee... Son esprit la sentait, un point c'est tout ! La peur continuait de l'étreindre tandis que son esprit flottait dans cet endroit sinistre. La voix, la présence, elle les avait senti...si proche, si palpable... tout comme elle avait senti l'autre présence... une présence rassurante, connue... Sa fille... Maïa etait venue un court instant la rejoindre... Puis elle avait disparu à nouveau... Eléa aurait aimé tendre la main vers la jeune fille lui demander de ne pas la quitter encore une fois... Mais Eléa ne voyait ni jeune fille ni main !

Puis tout à coup, sa vision s'éclaircit, comme si, tout à coup, elle était à nouveau capable d'ouvrir les yeux. Elle se trouvait allongée dans sa chambre... Du moins l'endroit ressemblait à sa chambre... Mais la luminosité rappelait ces horribles salles d'hôpital où les médecins moldus, ces infâmes médecins, opéraient leurs victimes. Eléa tenta de se lever et remarqua avec bonheur qu'elle en était à nouveau capable.
Elle scruta les alentours.

Personne n'était resté à son chevet !


Eléa fit quelques pas mais fut soudain prise de panique quand elle réalisa qu'elle ne sentait pas la douceur du tapis sur le sol, qu'elle ne sentait rien du tout d'ailleurs !
Elle baissa les yeux et s'aperçut dans un accès de frayeur qu'aucun corps ne la soutenait ! C'était impossible, il fallait qu'elle garde son bon sens. Personne ne pouvait se lever et marcher sans un corps !


Eléa courut jusqu'au miroir de la salle de bain et regarda son reflet. Elle ne vit d'abord rien d'autre que le mur devant lequel elle se tenait, comme si elle était soudainement devenue transparente. Mais le reflet se mit petit à petit à se former, et alors qu'Eléa s'apprêtait à pousser un soupir de soulagement, ce fut un cri de terreur qui sortit de sa bouche : la femme qu'elle voyait dans le reflet possédait ses yeux bleus, mais à part ça, il était difficile de la reconnaître encore... Des marques, des cicatrices affreuses ornaient tout son visage et la défiguraient de telle sorte qu'elle en devenait méconnaissable.

D'un geste colérique, Eléa donna un grand coup de poing dans le miroir et le brisa en milles morceaux. Elle ne sentit pas la douleur sur sa main et quand elle voulut regarder si du sang y coulait, elle s'aperçut que sa main, tout comme le reste de son corps, n'était pas non plus visible à l'oeil nu ! Mais son attention fut vite détournée de cet étrange phénomène : les bouts de verres tombés sur le sol semblaient fondre et se rejoindre pour créer une étrange forme fantomatique... La chose s'éleva du sol, prenant une apparence presque humaine.

Viens à moi Eléa, viens !

Il n'en fallut pas plus à Eléa pour comprendre que sa seule issue était la fuite. Elle ignorait encore où elle se trouvait réellement, mais une chose était sure : cet endroit n'avait pas grand chose à voir avec son chez soit bien douillet et rassurant. A toutes jambes, elle s'éloigna de la chose et atteignit la porte d'entrée qu'elle ouvrit à la volée. Un cri effroyable s'empara d'elle tandis qu'elle allait pour en franchir le seuil... Il n'y avait rien de l'autre côté de la porte... rien d'autre que le néant.

Tu ne pourras pas t'échapper pauvre petit agneau !

Eléa se retourna, observant avec frayeur la chose, qui s'était matérialisée grâce au verre du miroir, s'approcher à présent d'elle... Il ne lui restait que deux choix : soit sauter dans le néant, soit laisser cet être effrayant s'emparer d'elle !
Sans réfléchir, Eléa sauta, tout en fermant les yeux, dans les ténèbres. La créatures derrière elle grogna de fureur et sauta à son tour, la rattrapant au vol.

A cet instant Eléa ignorait que Sati était partit à sa recherche, et encore moins qu'elle avait rejoint le plan inférieur où elle-même se trouvait !
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=2830
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: De l'autre coté du miroir ( l'exterieur )   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptySam 7 Oct - 22:41

Sati ouvrit des yeux énormes remplis de terreur, un frisson glacé lui parcourut l'échine, son cœur qui avait repris un rythme à peu près normal suite à sa folle cavalcade pour fuir de l'appartement d'Eléa, se remit soudain à battre à la chamade...
Elle le comprenait enfin.. Maintenant plus aucune hésitation, elle avait depuis longtemps quitté sa réalité, ce qu'elle avait là devant elle n'avait rien d'un paysage que l'on pourrait trouver quelque part dans le monde des vivants...
Serrant de toutes ses forces son crane dans ses mains, la jeune fille se laisse glisser du mur sur lequel elle s'était appuyé, se retrouva à genoux sur le sol... Ou ce qui faisait office de sol.
Par terre, il n'y avait qu'une succession de griffes de fer, rouillées, et anciennes, comme un antique appareil de torture.. Elles semblaient couvertes de sang.. Non c'était comme si elles avaient été forgées dans le sang, le sang coagulé, plus solide que le plus solide des métaux. Sous ces grilles constituée du même alliage couraient comme des grands serpents de longs tuyaux, ils étaient nombreux, innombrables. La jeune fille ne savait pas si ces yeux lui jouaient des tours mais elle avait l'impression qu'ils étaient flous, éthérés, fantomatiques, malgré leur consistance leur aspect incroyablement solide. à certains endroits goûtait de ces pipelines ce liquide gluant et noir qu'elle avait souvent vu ici.
Quoi qu'il en soit, Sati préféra relever la tête du sol, regarder ces tuyaux la mettait mal à l'aise, elle sentait qu'ils.. la regardait.. La regardait ? Comment était ce possible ? Ce n'était que des tuyaux.. mais pourtant..
Sati, tremblante, se releva, ses jambes étaient flagellantes.. Elle s'attendait à retomber sur le sol métallique et écarlate à tout moment. Elle n'osait pas bouger, n'osait pas avancer. Elle se demandait comment elle trouverais le courage de faire le moindre pas le moindre geste dans un endroit pareil. Sa respiration raisonnait, et même elle lui semblait hostile au milieu des ténèbres..
Devant la jeune fille, ces grilles s'étendaient à perte de vue, sous celle ci, il n'y avait rien, un néant, un gouffre insondable un abysse noir.. au dessus d'elle le même abysse faisait office de ciel. cette étendue obscure et inquiétante... rien que de le regarder Sati se sentait prise de vertiges.

Soudain, alors qu'elle se sentait seule perdue, au milieu de ce terrible désert d'obscurité et de décrépitude, quelque chose au loin attira son attention, une forme, une silhouette. Sati plissa les sourcils, fit quelques pas en avant hésitants en avant, pour mieux la voir.. une pointe gelée perçait le cœur de la jeune fille ! Cette silhouette.. elle n'arrivait pas à croire ce qu'elle voyait !

Qu'est ce que !! Mais c'est..

Sati s'en approchait, chancelante, elle faisait presque du sur place, la peur, comme un violent courent contraire, la bloquait sur place l'empêchait d'avancer plus avant, le brouillard danse, teinté de rouge qui l'enveloppait les abysses de ténèbres au dessus et au dessous d'elle ce tapis métallique de sang séché, ces serpents de fer.. Cet environnement inhumain, ce paysage sinistre figé, la terrifiait. C'est alors qu'il se produisit un changement.. Elle le vit apparaître, sans l'expliquer, elle le vit l'englober se superposer aux ténèbres, fulgurant, c'était comme un gigantesque écran panoramique, projetant un vieux film souillé crasseux,

Eléa !!

Son image, courrait, Sati ressentait son cœur s'emballer comme si elle ressentait sa peur.. s'essouffler.. comme si elle courait à sa place,

Eléa ! Sauve toi ! Vite !!

le film si réel montrait un être difforme, la chair ridée carbonisée, son visage était flou vide muet, ses cheveux longs et gluants courraient derrière son dos, comme une masse de vers. sa main croche était tendue vers Eléa qui couraient. Tout était si vieux, si crasseux, plein de taches noirs, des rayures des mouches se promenaient sur la projection

La bête s'envient !

La créature de la vision, glissait lentement vers Eléa, un flot de lumières vives ardentes, brûlante, s'extirpait de la projection éblouissant la jeune fille, comme si elle tentait de l'empêcher de voir la suite du film. Elle hurlait... la lumière et les choses dans la lumières, tous ces visages difformes et haineux, puis les ténèbres, les abysses, le gouffre, s'étendais à l'infini,

Non !
Ne la touchez pas !
Laissez la!
Je ne vous laisserais pas l'emmener.. Jamais vous entendez !

Sati à ce moment la senti sa peur son angoisse la quitter, alors que le film illusoire sortit de nulle part s'évanouissait dans la brume, qui elle même paraissait plus fine plus abordable, comme si elle invitait la jeune fille à la traverser.
ET Sati se mit à courir à nouveau. Vite aussi vite qu'elle pu

Dépêche toi...Ta Eléa à besoin de toi

Une voix, la même que celle que Sati avait entendu à deux reprises déjà. Elle raisonna à nouveau.. Mais la jeune fille n'y prêta guère attention.. Elle courait, sans relâche, lançant des regard de droite à gauche.
Ces rues.. Elle les connaissait bien, c'était la rue commercial devant sa maison
Mais à l'image de l'appartement d'Eléa. Il étaient un reflet, un reflet tordu déformé. A moins que ce soit la réalité telle qu'on la connais qui soit un reflet affadis de cette dimension. Les magasins, les immeubles, les résidences les boutiques, elle passaient devant eux à la vitesse de l'éclair..
Ils étaient couvert de rouille, de leur façade coulait le même liquide noire. Leurs fenêtres étaient comme de grands yeux fixés sur la jeune fille, vieux, délabrés, sombres, éventrés comme si ils avaient brûlés. les armatures d'aciers apparaissaient de partout, cerclant touts les bâtiments, s'enfoncent de le sol, s'étendant vers le noir du ciel. Une jungle de barbelés tranchants et écarlates gigotait dans touts les coins, englobant tout le cartier dans une toile d'araignée gigantesque


Tout est lié ! la voix, familière a présent raisonna de nouveau dans la tête de Sati

Affluents et confluents, ramifications.. Innombrables, un labyrinthe de fils de fer.. au niveau du sol, en hauteur, dans le ciel, dans les espaces entre les immeubles, au dessus d'eux, entre eux..
Impressionnants, insignifiants, ou terrifiants.. étroites ou larges, toutes ces "tentacules" de fer écarlate formaient une gigantesque toile
A plusieurs reprises, la jeune fille, sans cesser de sourire droit devant elle, sans se soucier des ruelles embrumées, du enjamber les "tentacules" qui se trouvaient à sa hauteur et traversaient la rue, d'autres fois, elle du au contraire se baisser..

Sati toujours les yeux levés, aperçut, a de nombreuses intersections dans cette masse de fils barbelés des cadres, constitués du même acier sanglant. A l'intérieur se trouvait une.. civière ?.. Sur chacune d'elle, un drap blanc ou on pouvais distinguer la forme d'un corps.

Nous sommes tous enchainés à la toile du destin...
.. pour l'éternité
fit la voix

Comme elle avait quitté la route des yeux, Sati ne pu voir l'obstacle devant elle.. Elle s'y emplafonna violemment, et tomba sur le sol !

AÏe ! Elle plaqua ses mains effilées sur son nez douloureux.. Puis, anxieuse, haletante, se décida à prendre son courage à deux main et à remonter les yeux vers la chose qu'elle avait percuté...
A sa vue, la jeune fille poussa un cris aiguë, rampa sur le sol pour s'éloigner de cette.. être.
Inhumain, asexué, sa peau était pâle quoique beige et souillée de sang et de rouille par endroit, ses muscles très développés et marqués, ses formes étaient nettement féminines. Quand à son visage, lisse comme le marbre, il ressemblai presque à une photo, un tableau ou la face et les oreilles d'une statue qu'on aurait découpé et collé sur un coup de chair. Le plus terrifiant était le fait qu'il était monté sur deux longues et larges épées. Celles ci se trouvaient en lieu et place de ses pieds.

Je récompense toujours ceux qui me donnent leur âme.. et leur sang ! fit la voix, chantant et doucereuse

P-p..Pa-pardon

bégaya Sati, sans même savoir si la créature l'entendait ou la comprenait. sans mouvement brusque, Sati se releva, et reparti, contournant la créature, qui n'eu aucune réaction, continua de errer lentement, ne prêtant aucune attention à la jeune fille.


Sati se remit à courir dans la brume, elle ne se savait pas capable de courir si vite et si longtemps. Malgré cette expérience, elle ne pu s'empêcher de regarder à droite à gauche, au dessus de la route..
Elle constata que se trouvait, courant le long des câbles barbelés ainsi que sur les façades des immeubles, des formes vivantes... Elles les avaient vu, au même titre que la créature contre qui elle s'était cognée dans sa vision..
Ces êtres étaient sans doute encore plus terrifiants.. Chacun était 3. 3 corps, tous 3 reliés par le bassin..
Sati constata avec effroi que d'e tres nombreuses autres créatures identiques à celle qu'elle avait percutés longeait la rue qu'elle remontait


Mes fidèles esclaves...

La jeune fille avait l'impression que l'air tout comme les lumières de l'appartement d'Eléa étaient constitué de milliers de millions peu être d'âmes qui circulaient librement. Celles ci étaient manifestement bien moins agressives
Bientôt la jeune fille se trouvait devant le repaire des mangemorts... Encore plus inquiétant que dans le monde des vivants. Sati cherchait l'entrée lorsque soudain, elle fut prise de sursaut. Un bruit intense, un fracas violent, un bruit de verre qui explose, elle n'eu pas a chercher longtemps la source de ce vacarme..

Pres d'elle, une fenêtre venait de se briser, mais le pire étant la chose qui avait été défenêstrée.
Sati poussa un cris de terreur en le voyant, l'être immonde encore relié au mur du repaire par celle infâme gelée noire se levait doucement, poussant un hurlmement rauque.
Dégoulinant, il s'extirpa du liquide, se retourna menaçant vers la jeune fille. Son aspect était repoussant, sa tête, comme une bulle vide et gluante dodelinait gigotait dans tous les sens comme si son coup était brisé, une large fente pleine de dents se trouvait à l'endroit ou on se serait attendu à voire une bouche et se prolongait jusqu'a l'extremité de son corps. De cette fente jaillissait un flot noir gélatineux, et surtout un long serpent qui tombait jusqu'au sol. La créature était emmitouflée dans une longue cape de sorcier et une capuche pointue, celles ci n'étaient pas des vêtements... Organiques, elles lui collaient à la peau, elles faisaient parti de sa chair salie blême morte à certains endroits beige et pourrie à d'autres. Râlant, sifflant chuintant, souillé de sang frais et de sang séché il avançait lentement, courbé sous le poids d'une bosse gluante vers la jeune fille. Le long serpent dont la face évoquait plutôt une sensue la fixait férocement
Sati terrorisée ne se soucia évidement pas du fait que les bouts de verre de la fenêtre par laquelle la créature était passée venait de faire le trajet arrière, comme si la fenêtre se brisait à l'envers..
reconstituée..

Arrière !! hurla Sati sortant sa baguette, le regard empli d'horreur, mais tentant malgrés tout de se montrer courageuse


Dernière édition par le Sam 28 Oct - 16:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: de l'autre coté du miroir ( le repaire des mangemorts )   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyDim 8 Oct - 16:52

Le monstre abominable qui avait jaillit du lugubre reflet du repaire des mangemorts tendis ce qui lui servait de main vers la jeune fille, un trou se creusa à l'intérieur de cette main ensanglanté aux doigts démesurément longs et crochus ou atrophiés et recourbés. De l'orifice nouvellement apparut jaillit quelque chose qui ressemblait à une baguette, mais celle ci était très longue, effilée et pointue comme une aiguille à coudre.

*********

Il marmonna quelque chose d'incompréhensible qui sonna comme le nom d'un sort, Sati ne chercha pas à le comprendre, car elle eu la bonne idée de hurler à l'instant même ou cette pointe avait jaillie de la main du monstre.

Protego

Une lueur infâme, frappa son bouclier magique avec un bruit sourd qui ressembla farouchement à une volée de hurlements torturés. le sort était si puissant que Sati manqua de tomber à la renverse. Elle ne savait pas du quel il s'agissait, mais elle se félicitait de sa réaction.
La panique s'empara d'elle. Elle se mit à courir autour du repaire cherchant la porte d'entré cherchant à échapper à son monstrueux adversaire. Engluée dans son stresse et son angoisse sa recherche devient de plus en plus fastidieuse.
Elle respirait fort, haletante, elle suffoquait presque, le bruit de sa respiration étaient si fort qu'il couvrait à moitié le clapotis spongieux des pas de la créature ainsi que ses terribles râles d'agonie.
Brusquement la jeune fille se retourna fouettant l'air de ses deux longues couettes..
Derrière elle ! La jeune fille eu a peine le temps d'articuler


Magma volo

La formulation de se sort, elle la sorti d'un trait, à une vitesse ahurissante, d'une brutale impulsion comme un cris d'effroi. Elle était parvenu à blesser le monstre.. Le torse de la bête était noir, brûlé, une fumée e n jaillissait. Des pores sales de sa peau s'écoulait un sang noirâtre souillé. La créature poussa un hurlement strident et se cabra, prêt à bondir sur sa proie.
Sati avait devancé de justesse le sort que la créature s'apprêtait à lancer.
Mais... à ce moment, elle sentit quelque chose dans son dos, un vent glacé, non.. plutôt une main, une main gelée, une main petite osseuse et effilée, aux ongles pointus la pousser, avec une force incroyable vers l'avant, vers la créature..
Elle ne pu y échapper, elle était trop prêt du monstre, trop prêt même pour recevoir la morsure du serpent qui jaillissait de sa "bouche"
Elle ne pu échapper à son étreinte... La bête referma ses longs bras gluants sur elle, l'écrasant contre son torse ensanglanté, Une étreinte aussi forte que celle d'un monstrueux boa constrictor.
Sati n'eu pas le temps de crier, soulevée à quelques centimètres du sol, elle se sentait étouffer, ses poumons se contracter, elle s'attendais à entendre d'ici quelques secondes ses os craquer et ses veines exploser. Cette attaque foudroyante lui avait fait lâcher sa baguette. Elle se trouvait désarmée, face à une mort certaine. Elle sentait sa vie la quitter.
Un mouvement, de panique, il n'y avait plus rien à perdre, le tout pour le tout.. Ses bras n'étaient pas pris dans l'étreinte de la bête, elle pouvait encore les bouger,

Cela lui avait sauté aux yeux ! La jeune fille s'était soudain rappelée de ce passage de sa vie... C'était l'anniversaire de son frère, on lui avait servit ce gros pouding, ce gâteau gélatineux, gluant, agité de remous et de spasmes, comme le visage vide de cette créature.
La situation était un peu différente, mais très similaire en même temps. Elle n'hésita pas, elle savait ce qu'elle avait à faire...
Ce jour là dans la grande salle à mangé, elle avait fondu sur la chose gluante, quand les invités avait le dos tourné, en un geste brusque. Elle serra ses mains osseuses le plus fort possible sur la chose, tel un rapace y enfonça ses ongles pointus. renversant au passage sur cette table d'anniversaire une bouteille de vin située devant sa cible,.
Peu importait si des flots de liquide rouge noirâtre en jaillissaient et la trempait jusqu'aux os ! Elle devait à tout pris s'acharner sur sa proie sans faillir. Cela continuait a gigoter, aucune importance il le fallait, elle ne lâcha pas prise, pas avant d'avoir enlevé un morceau gluant et de l'avoir emporté au loin, un rictus victorieux au visage. Libérée, elle partit se cacher et attendre la suite des évènements..
Le monstre dans un hurlement fini par lâcher Sati, il vacilla, chancela, puis tomba sur le sol, mort.

Sati poussa un soupir de soulagement.. Repris péniblement sa respiration. Et ouvrit la porte en vieux bois du repaire.
Tremblante, la jeune fille fit quelque pas, il faisait sombre très sombre on y voyait pour ainsi dire rien, c'était comme marcher au milieu d'un néant insondable. Aussi, Sati sorti à nouveau sa baguette, alliée plus que jamais précieuse.

Lumos

Lorsqu'elle vit ou elle se trouvait, la jeune fille compris à quel point elle avait bien fait de lancer ce sort..
En effet, Sati se trouvait tout au bord de l'une de ses nombreuses grilles rouillée. face à elle un escalier dans le même état, et de chaque coté.. Rien, un gouffre dont on ne voyait pas le fond surmonté par ces gros tuyaux vrombissant. Certains filaient tout droit vers l'obscurité, alors que d'autres, serpentant le long des murs de pierres. Ceux ci d'ailleurs étaient non moins étranges, couverts de symboles lugubres au sens obscur, sans doute reflétant la magie noire accumulée et stagnant ici depuis des années. à l'ouest de cette salle une série de grilles; étroites menaient à une porte, lointaine. "Sortie de secours". Sati ne la considéra pas ,toujours autant passionnée par la magie noire elle ne quittait pas des yeux les symboles gravés sur les murs alors qu'elle descendait les escaliers en colimaçon. Elle éclairait davantage les symboles que la route qu'elle suivait. La descente fut longue très longue, si bien que la jeune fille du s'arrêtée à de nombreuses reprises pour se reposer. Elle ne sentait pas cette odeur de magie noire, son charme olfactif était remplacé par le charme visuel des symboles.


Et qu'en sera t'il lorsque tu rentrera chez toi ? descendra tu aussi profondément dans les ténèbres ?

Cette voix.. à nouveau raisonna. Sati n'y prêta pas attention, passa son chemin, ouvrit la porte qui se présenta enfin à elle

Eh ben ce n'est pas trop tôt ! grommela t'elle.

Poussant la porte elle se retrouva dans un couloir, toujours aussi sombre, il était si différent, mais elle le connaissait bien... Elle le longea par la droite, avança vers la large porte qui se trouva au fond..
Lorsque soudain ! Elle fut stoppée net dans sa course, quelque chose marchait, là. à coté d'elle.. Elle l'avait entendu, senti s'éloigner. Son rythme cardiaque accélérait sensiblement. De nouveau sa respiration se saccada.. Elle avait peur.. de regarder en arrière.. Cette chose qui avait fait ce bruit, elle l'avait vue passer avait vue une ombre sur les murs.. Peu importe, elle continua à longer se couloir. Il y avait tellement de bibelots accrochés aux murs dans sa réalité, mais ici rien ou presque.. Les couleurs par contre étaient particulièrement vives, elle bavaient presque les unes sur les autres.. Des armatures métalliques cernaient chaque pant du murs qui semblaient y être accrochés comme une large et épaisse peau chez un tanneur... Elle avançait..


Alors, Sati fut prise d'un nouveau sursaut, elle se jeta dos contre l'un des murs ! Il y avait quelque chose, une autre oui ! Là ! Non pas à coté mais en dessous, sous elle. Elle l'éclaira de sa baguette.

Oui ! c'était bien cela, progressant vite, sous les grilles, rampait une créature.. et une autre non loin.. Leurs mains étaient des cercles.. Au milieu desquels une bouche aux lèvres larges la regardait.. Regardait ? Elle en avait nettement l'impression.. Elle se posait un instant sur elle, comme un regard.. Comme un œil. Sa curiosité la poussa à se pencher.. Très légèrement vers eux, pour mieux les distinguer.. Des ailes repliées. aux montures de chair, très vite il lui apparu que ses êtres évoluaient à l'envers,
Ils s'accrochaient par ce qui était l'équivalent de pieds au grilles. leurs jambes semblaient grêles tordues comme celle des chevaux ou des brebis et si longues que leur corps étaient à peine visible, enfoncé loin dans les ténèbres du dessous. et . ils ressemblaient en de nombreux points a ces créatures qu'elle avait vue dehors. Mais l'obscurité au dessus de laquelle ils évoluaient paraissait annulé l'effet du sort de lumière de Sati. Haussant les épaules, d'un air lasse,

Hier encore.. J'aurais trouvé ça bizarre.. Mais maintenant..
dit elle, un sourire narquois aux lèvres, encore essoufflé sous le choc qu'avait été l'arrivée soudaine de ces ..êtres..

Lorsqu'elle repris sa respiration, elle continua à progresser le long du couloir, d'autres créatures passaient, elle n'y prêta pas attention, eux non plus.. et c'était tant mieux !
Ses pas la conduisirent dans une grande salle carrée, La salle principale sans doute. De l'âtre crépitaient des flammes, pourtant aucune n'était visibles.. un échos alors.. Lointain.. D'ici et d'ailleurs.. Des voix englobaient cette salle, vagues très vagues à peine compréhensibles.. D'ici et d'ailleurs...
..Rien à craindre !

Des poutres, métalliques dans cette réalité jaillissaient du sol, d'autres en hauteur étaient parallèle au plafond.
Sati eu un large sourire lorsqu'elle leva la tête au plafond, l'une de ses poutres lui rappela un souvenir pas si ancien. Elle avait fait impression ce jour là et en avait rencontré du beau monde !
Ce sourir.. Ne dura pas. Autre chose attira son attention. Un bruit, Des bruit effacèrent toute joie de son visage, frénétiquement, elle éclairait différentes zones de cette pièce, sa lumière n'étant pas assez puissante pour tout éclairer d'un coup.

Ces murs.. Ils sont ni noirs... Quelque chose cloche ... murmura t'elle,

Elle avait raison ! Tout d'un coup comme une mer déchaînée, les murent se desquamèrent, partirent en lambeaux ! Des lambeaux ? Non. Vivants, à tir d'elle, ils fonçaient vers Sati, noir comme la nuit un torrent, une nuée furieuse d'insectes
En proie à une nouvelle panique soudaine, son sang lui battant les temps, les jambes tremblantes elle tira quelque part, au hasard ils étaient si nombreux !


Electro

Elle entendit des hurlements aigus, lui meurtrissant les oreilles. Sa peau, elle la sentait s'entailler. Aillant lancé le sort électro, le sort le sort de lumière n'était plus actifs, elle était dorénavant plongée dans le noir complet ! Ne voyait plus rien,
Entendait des centaines d'ailes battre au tour d'elle
Entendait sa propre voix hurler de douleur,
Sentait sa peau se déchirer de plus belle !


Feu à volonté ! fit la voix familière, chantante

Sati jetta un nouveau sort et un anneau de feu s'éleva entoura la jeune fille. éclairant la pièce à nouveau. Les dizaines d'insectes encore vivants hurlaient, comme des humains juvéniles, des hurlements suraigus d'enfants, ils brûlaient les uns âpres les autres dans l'anneau de feu. Au milieu des cris, des piaillement Sati discerna les mots
Voleuse !!
...
Voleuse !
...
Elle est à moi !!
...
Rien qu'a moi !!!
...
Voleuse !!!

Cette voix masculine à glacer le sang, différente en tout points de celle que la jeune fille avait entendu jusque là, s'éteignit aussi brusquement qu'elle apparut, au début très forte, elle perdait de l'ampleur au fur et à mesure que les insectes mouraient pour finalement s'évanouir dans le néant..

Lumos


Dernière édition par le Sam 28 Oct - 16:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: derriere le miroir ( dans l'antre du serpent )   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyDim 8 Oct - 16:53

Le sol étaient noir de cadavres d'insectes. Et la jeune fille plein de blessures. Saignaient de partout.. Elle poussa quelques cris de douleurs, elle était prête à pleurer.. Mais elle ne le pu.. La même sensation qu'à la sortie de l'appartement d'Eléa..
Eléa ? Il lui fallait tenir pour elle..

Serrant les dents, la jeune fille marcha vers la sortie.


A Moi !

C'était encore cette voix familière, contrairement à ce qu'avait craint Sati, ce n'était pas celle qui menaçant avait hurlé alors que les cafards mourraient, Sati se retourna, ce qui la fit atrocement souffrir. Les yeux écarquillés elle observait ce phénomène..
Les poutres, c'étaient écartées, d'elles même, du centre du plafond, D'ou jaillit à présent une bouche, large, énorme, à demi spectrale, elle s'ouvrit, comme une sangsue, les lèvres disparurent et ils n'y eu plus qu'un trou remplis de dents. Les cafards volants morts, se désintégrèrent les uns après les autres, leurs cendres s'envolèrent vers l'orifice. Qui disparu à son tour comme si il n'avait jamais été la. Sati ne s'en soucia pas plus avant, trop omnubilée par ses nombreuses blessures. Serrant les dents, elle ouvrit la porte.
Un nouveau sursaut ! Elle la vit encore, une silhouette, féminine, courir dans ce nouveau couloir


A..Attend !


Sati la suivit, elle ne la voyait pas bien dans cette obscurité, elle s'extirpait systématiquement de la lumière de sa baguette. La jeune fille la suivit aussi vite que ses blessures lui permettaient, tressaillant à chaque pas.. Elle sentait le venin, circuler, se répandre dans ses veines..
Elle était là.. Mais elle passa, en riant, au travers d'une porte. à la manière d'un spectre.


Viens.. La voix féminine raisonna encore, calme et apaisante.

Sati, hésita un instant puis, ne sachant pas quoi faire d'autre poussa la porte.
La pièce était un cagibis. Très étroit, mais haut très hauts, des étagères, toutes pleines de potions..
Sati eu un pincement au cœur, un pressentiment, quelque chose était à l’œuvre ici, une force.. puissante.. Très puissante..


Aïe !
Sati frotta son crane dans sa main, celle qui n'était pleine de cloques faite par des dards d'insecte. Quelque chose était tombé d'une étagère. Cette chose.. 2tait la par terre à ses pieds..
La jeune fille s'accroupie.


Une potion..
Lotion contre les piqûres d'insectes, Même quand la Mort vous guette, il n'est pas trop tard, avec la potion miracle d' Adolphus Lombard ! ..
Slogan débile..
Elle pouffa d'un petit rire fluet
Mais c'est exactement ce qu'il me faut ! Hasard ? Qu'est ce que tu raconte Sati, tu as déjà vu un hasard pareil ?


Sans se poser plus de questions, Sati but la potion d'un trait...
Alors elle sentit une douleur intense, elle se mit à hurler, un instant ,de toutes ses forces tomba sur les genoux.. Brusquement.. .. Comme si ses veines brûlaient.. Toutes en même temps.. Puis, plus rien...
... les cloques avaient disparues en même temps que la douleur !
Ebahie, stupéfaite et ravie, Sati les yeux pétillant de joie embrassa le verre de la potion !


Monsieur Lombard soyez béni des dieux !


Chantonna t'elle joyeusement, avant de se relever et de laisser là la bouteille vide
Une fois hors de cette pièce étroite, la silhouette apparue à nouveau, Sati lui courut après sans l'ombre d'une hésitation cette fois.
Des créatures passèrent sous les grilles du sol.. Sati les dépassa, faisant tout de même attention à ne pas marcher au dessus d'eux sait on jamais.. au détour d'un couloir, le spectre disparut..


Ce couloir... Est ce que par hasard ce ne serait pas..

Ce corridor était identique à ceux qu'elle avait parcourut jusque la dans cetet version du repaire.. Si ce n'est que, au centre de chaque pan de mur se trouvait incrustés une statue représentant des serpents entremêlés. Statue ? Une statue bouge t'elle ? Ors celles ci oui.. Les serpents ondulaient en une danse terrifiantes, sans jamais quitter les pans de murs / peau ? dans lesquels ils étaient incrustés, leurs yeux verts émeraudes brillaient d'une lumières vives, et ils sifflaient au passage de la jeune fille et de sa baguette..
Celle ci se faisait toute petite, passant entre les murs du couloirs, le plus précautionneusement du monde. Au plafond de très nombreux symboles de magie noirs étaient dessinées....
A l'issue de ce couloir, une porte, tatouée d'un nombre incalculables de symboles obscurs, qui luisaient dans l'obscurité.
Sati prit son courage à deux mains..
le bruit inquiétant des serpents qui sifflaient aux murs l'encouragea vivement dans sa décision, d'ouvrit cette porte, et de quitter se couloir !

Une croix.. était dessinée par les grilles sur le sol. A part celle ci , un vide, insondable, ce néant..
A chaque branche se trouvaient des meubles, tout ce qu'il y avait de plus normal.. excepté le symbole qui luisait sur chacun d'eux. Les murs de cette vaste pièce étaient couverts de tableaux...

La jeune fille s'approcha de l'un d'eu, elle fit une grimace de dégoût lorsqu'elle vit ce qui y était représenté. Un buste nu, difforme, plein de rides, de plissures, le visage, une sorte de crane recouvert de chair. chauve, bouffit, aux traits flous, des traînées noires coulaient des deux orbites vides donnant l'illusion qu'ils étaient encore plus larges qu'ils ne l'étaient. Un symbole vague et presque aussi flou que leurs traits son front, comme un troisième œil... Sati s'en approcha encore...
Sans crier gare, le portrait, ouvrant une bouche aux lèvres noires dégoulinantes, se mit à hurler, un cris suraigu. Bientôt rejoints par ceux des dizaines d'autres tableaux de cette pièce conique.
Un tintamarre incroyable, un vacarme. Sati plaqua ses mains sur ces oreilles. Elle ne sentait pas de danger cette fois, seulement une fortement nuisance sonore !


Silence !!! finie t'elle par hurler.

A sa grande surprise, les tableaux se turent, suite à un râle indigné.

Les âmes de ceux qui refusent de quitter le monde des vivants.. Damnés.. jusqu'au jour ou ils réaliseront leur folie.
fit la voix féminine

Sati ressenti autre chose dans cette pièce, une puissance.. Gigantesque.. Et maléfique.. Pas ici, de l'autre coté, mais elle était tellement grande qu'elle la ressentait. La jeune fille entendait, comme dans la grande salle, des murmures. Ceux d'ici étaient plus aigus, courts et chargés de puissance.. Il y avait quelqu’un de réveillé ici, du coté des vivants..


Est ce .. Lui.. ?

Sati s'approcha du chic bureau central. Il y avait une lampe sur celui ci. Dans cette dimension, elle n'éclairait rien.
Soudain, Sati, prise d'un violent sursaut, fit plusieurs pas en arrière, et manqua de tomber dans le vide, elle poussa un petit cris aigu et se ressaisit de justesse..
Derrière le bureau se trouvait.. Une sorte d'arbre.. Sans feuille, ni fleur... une sorte de fourche toute tordue...
Sur celle ci s'enroulait un serpent.. sa face était pointée vers Sati, sa langue fouettait l'air, sifflante.
Sati pris une longue inspira et lança, d'un ton à la fois fasciné et légèrement emplis de terreur..


C'est toi.. Nagini n'est ce pas ?

Jamais Sati n'avait plus regretté de ne pas savoir parler fourche langue plus qu'à cet instant. Le serpent la toisait. Il était tres différent de l'idée qu'on pouvais se faire du serpent de lord Voldemort. Sans doute ressemblait il à n'importe quel autre serpent dans l'autre monde mais ici...
Blanc / beige, taché de sang, et ridé comme l'étaient toutes les créatures que la jeune fille avait vues ici. Tout l'avant de son corps avait une forme vaguement humaine, un homme couché, deux longues bosses sur ses cotés faisait penser à deux bras, collés le long de son corps. Son visage, bouffi, ses deux cavités oculaires vides, mais qui voyaient pourtant, larges et étrangement inclinées, les traits flous, faisaient penser par de nombreux points aux tableaux. Sati n'en avait pas peur, elle avait vu tellement de créatures terrifiante aujourd’hui.. que cela lui paru presque banal, mais pourtant fascinant.


Horcrux... Ah oui, un éclat d'âme divisée de celui qui règne en ses lieux.. De l'autre coté.

Tu m'as conduit jusque ici ! Pourquoi !

Cette fois ci, Sati pour la première fois interpella la voix. Elle sentait une angoisse monter en elle.. Il ne semblait pas y avoir d'autres issues ici..
Avait elle été menée en bateau, reverrait elle un jour Eléa ?


Ou est Eléa ! I n'y a aucune autre issue ici !

OHH Si ma chère enfant ! Cherche bien. Le passé.. Est ton avenir..

C'est ça ton issue !

Quoi ? Quoi ? ? Qu'est ce que ça veux dire ?

La voix se tu, plus rien ne raisonna dans ses murs si ce n'est le sifflement éthéré du l'âme piégée dans le corps d'un serpent, et les murmures lointains, d'un sorcier puissant. Alors que Sati, y croyant à moitié scruta la salle du coin de l'œil se trouva nez à nez avec.. ce passé ..
Elle contourna le serpent, longea la branche de la croix de fer qui se dirigeait vers le murs du font.. Il y avait 5 tableaux...
4 étaient similaires à celui qu'elle avait vu à son arrivé, et la toisaient d'un air mauvais.. Celui du milieu..


P-papa ??

C'était bien lui, son père... le portrait était immobile ressemblant à une photo normale, comme l'on en trouve chez les moldus. Le père de Sati y était dépeint, fier et hautin comme à son habitude..
.

Le passé.. Est mon avenir.. C'est ça mon issue

marmonna Sati, se remémorant les paroles de la voix. Apres moult hésitation, sous le regard inquisiteur de l'horcruxe, Sati pointa sa baguette.. toucha le portrait de son extrémité

Désolé !

Inflamaré

Le tableau se disloqua emporté par les flammes.. Derrière, un trou.. Assez large pour qu'une personne puisse y évoluer....


Dernière édition par le Sam 28 Oct - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ivy Mistery
Serdaigle
Serdaigle
Ivy Mistery

Nombre de messages : 194
Age : 62
Age Roleplay + Sorts : 49 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : nécromancie, maître de potions
Date d'inscription : 20/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)

[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyMar 10 Oct - 12:10

Eléa se débattait autant qu'elle le pouvait. Elle aurait voulu que la créature relâche sa main, la laisse tomber plus profondément que jamais dans les ténèbres. Elle ne souhaitait plus qu'une chose dans cet enfer où elle se retrouvait plongée : que cela finisse. Que tout finisse. Que son dernier soupir soit poussé et qu'elle puisse à jamais reposer en paix. Enfin, le tourbilon sombre dans lequel elle évoluait se stabilisa, sa main se retrouva pendue dans le vide, plus secouée que par l'air marin. Un air marin ? C'était la seconde fois qu'Eléa en ressentait les effets. Y avait-il donc un océan dans cet endroit sinistre ?
Scrutant les alentours, elle comprit assez rapidement qu'elle se trouvait sur un plage déserte. Mais le sable y était noir comme le jais et la mer, qui s'écrasait sur les rochers, d'une horrible teinte rouge. Des oiseaux criaient au dessus de la mangemort. Eléa leva la tête pour les observer et son sang se glaça tandis qu'elle réalisait qu'aucune tête ne finissait leurs corps. A la place se trouvait seulement un oeil dont l'orbite tourbillonait en tout sens, ne réussissant à se fixer sur quoi que ce soit.
Eléa baissa la tête, contempla à nouveau la désolation de la plage, essayant de ne plus penser à ces étranges oiseaux qui devaient, par moment, poser leur unique oeil sur elle. Mais à nouveau, elle se figea. Un amas de tissu, inexistant un instant auparavant, trainait par terre à deux ou trois mètres d'elle. Et ces morceaux de chiffons bougeaient, s'agrandissaient, s'élevaient comme s'ils étaient en train d'accomplir une curieuse danse macabre.
Eléa recula de quelques pas, le regard agrandit par l'effroi que lui produisait cette vision. Il y avait quelque chose sous l'amas de tissu, quelque chose de vivant et, vu tout ce qu'elle avait vu de cet endroit depuis qu'elle s'était réveillée dans cette chambre qui n'était pas la sienne, elle se sentait assez peu rassurée quant à la forme que cette chose allait prendre.
Mais lorsqu'enfin la chose se dépetra de ses bouts de chiffons, Eléa poussa un soupir rassurant, même si l'étonnement s'était emparé d'elle.
Devant elle se trouvait une jeune fille, son visage aussi blanc que la lune renvoyait une lumière inquiétante, mais ses yeux bleus clairs étaient familiers à Eléa, tout autant que la chevelure rouge feu qui s'échappait par mèches autour de sa tête.


Maïa !

Maïa n'ouvrit pas la bouche, n'articula aucune parole, pourtant Eléa entendit distinctement sa voix qui ricochait contre les rochers de la plage.

La fille n'est qu'une enveloppe.

Je ne comprends pas...,
murmura la mangemort.

Comprendre, c'est avoir une épée à triple tranchant. Tu cherches un sens? Alors écoute la musique, pas la chanson.

Eléa s'était rarement sentie aussi perdue. La voix était celle de Maïa, le visage était celui de Maïa. Mais pour le reste... elle commençait seulement à comprendre. Il ne s'agissait pas de Maïa, la chose avait seulement pris son apparence pour se montrer à Eléa. Sans doute parce que Maïa était quelqu'un qu'Eléa aurait écouté ? Ou simpement parce que c'était la première personne à qui Eléa pensait lorsqu'elle était désesperée ?

Qu'est ce que vous me voulez ? Pourquoi suis-je ici ? demanda Eléa.

Tu as toujours été ici !

Des larmes montèrent aux yeux d'Eléa tandis que l'incompréhension embrumait à nouveau ses pensées. Au même instant, un nuage sombre sembla s'évader du corps de Maïa dont le regard se vida brusquement. La jeune fille s'enfonça dans le sable et Eléa n'attendit pas plus pour foncer à ses côtés.

Maïa... reste avec moi !

Eléa réalisa alors que ses mains étaient couvertes de sang, non pas le sang de Maïa, mais son propre sang, qui avait tâché sa longue robe blanche au niveau du bassin. La mangemort, effrayée, chercha le réconfort dans les yeux de sa fille, mais plus aucun corps ne se trouvait à côté d'elle.

Tu es toute seule !

A nouveau la voix inhumaine retentit et Eléa sentit sa présence dans son dos. elle se releva en un bond et courut droit devant elle, ne réflechissant même pas à ce qu'elle allait faire lorsqu'elle aurait atteint la mer qui s'étalait à perte de vue.

Cours petit agneau, cours. Toujours je te rattraperai !

Eléa avança dans l'eau rouge, une eau visqueuse à l'odeur écoeurante. Bientôt elle se retrouva ensevelie jusqu'à la poitrine, puis jusqu'aux épaule. Le liquide était trop dense pour pouvoir y nager et Eléa ressentait toujours la présence qui se rapprochait sans cesse derrière elle. Elle devait fuir, par n'importe quel moyen. Même la mort serait une fuite en comparaison à tout ce cauchemar. Continuant sa pénible évolution, elle sentit le liquide lui battre le menton, inonder sa bouche, envahir ses narines...

Tu ne t'échapperas pas, petit agneau.

Eléa entendit à peine la créature s'adesser à elle. Le liquide avait englué ses tympans et même ses cheveux à présent...
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=2830
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: de l'autre coté du miroir ( le manoir )   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyMar 10 Oct - 15:23

Le trou s'étendait devant elle, il avait quelque chose d'inquiétant, de terrifiant.. Sati n'y entra pas immédiatement. Distraite par un fracas qui se fit entendre, loin derrière elle, la jeune fille se retourna brusquement. Son cœur sous l'emprise de la peur se mit à nouveau à battre à l'accéléré. Un monstre, similaire en tout points à celui qu'elle avait tué à l'entrée du repaire venait de faire son apparition dans l'encadrement de la porte.
La bête lança immédiatement un sort à la jeune fille..
Celle ci, une fois de plus eu le bon réflexe, elle se jeta à terre, à couvert derrière le somptueux bureau. Le sort de la créature vient frappé le mur du fond, juste au dessus du circulaire, laissant une trace noire, qui d'ailleurs disparue aussitôt..
Les tableaux s'étaient à nouveau mis à hurler en cœur.. Le monstre avançait, dangereusement vers le centre de la pièce vers la cachette de Sati.
La jeune fille, tenta dans ce vacarme ambiant de réfléchir à la meilleure stratégie à adopter. Prenant son courage à deux main, elle visa le monstre de sa baguette prête à lancer un sort..
Elle n'eu pas à ce donner cette peine.. car l'horcrux entre temps avait glissé de son perchoir, il se trouvait à présent tout proche de la créature hostile, une membrane avait gonflé de chaque coté du coup du serpent, comme si il s'était agit d'un naja fantomatique prêt à attaquer .
Le monstre, quitta Sati " des yeux " et pointa sa baguette vers lui. Mais le serpent, en un éclair, le serpent se rua sur la bête prête à la mordre. Cependant, ce ne fut pas une morsure qui frappa la créature, mais bien un sort ! Sati n'entendis pas l'horcrux le prononcer mais à en juger par les effets, il devait s'agir de sectusempra. Immédiatement après, le serpent enchaîna sur un autre sort. Une lumière verte, la bête tomba à terre, raide morte!
Même si elle savait que celui ci ne servait que son intérêt, Sati lança tout de même un sourire reconnaissant à l'horcrux, sans même savoir si celui ci était doué d'une conscience assez évoluée pour le remarquer.
Puis, la jeune fille s'engouffra dans ce trou mural, inclus dans un symbole mystique circulaire rougeoyant.
Alors que couchée, elle rampait à l'intérieur, un nouveau grognement torturé arrivé à ses oreilles.. Un autre de ces monstres était entré dans le bureau !
Sati progressa plus vite, sans s'arrêter, il n'y avait rien d'autre à faire, le trou / tunnel était trop étroit pour se lui permettre de se retourner.
Une lueur verte et le bruit caractéristique d'une chute, la rassura.. L'horcrux semblait très bien se débrouiller.
Elle continua d'avancer..
Jusqu'à cette lumière, vive à l'autre bout du tunnel, elle s'en rapprocha de plus en plus.. Elle y était....

Qu.. Quoi ??

Son dernier souvenir, cette lumière dans les yeux.. Et la voila maintenant.. ici, assise par terre.. ailleurs.. Un hall.. somptueux..
Comment était elle arrivée la ? Peu importe elle préféra ne pas se poser de questions.. A quoi bon Aucun intérêt ici.. Cet au delà n'était régit par aucune règle physique ou même logique

C-cet endroit ! C'est...

Sati avait presque les larmes aux yeux, sa voix chancelait.. Que de souvenirs l'assaillaient.. Oui, elle connaissait cet endroit, même si il apparaissait différent dans cette dimension, elle le reconnaîtrait entre milles.
C'était ici qu'elle avait vécu une bonne partie de sa vie.. Le manoir de son père !
Qu'est ce qu'il faisait là...

Qu’est ce que ..

Nox

Sati hurla ce sort, sans même se poser de question, visant le lampadaire métallique de cette pièce. Fort bien vue, sa lumière s'éteignit, et la jeune fille senti les esprits furieux, se répandre dans la pièce, et finalement, s'enfuir.

Nox

Une douleur vive autour de son coup.. Elle répéta se sort, visant sa source.. Une autre source de lumière.. Celle ci aussi se tarie alors.

Nox

Nox...
Nox.....


Combien de temps avait elle a tirer sur les lumières, tout en faisant de son mieux pour ne pas les regarder directement.. Elle en le savait pas, mais cela importait peu..
Elle était victorieuse.. La pièce était assombrie.
La jeune fille repris son souffle...
Ce hall comparé au reste de ce plan était peu alterné. Les rares objets ayant une teinte autre que blanc, beige et couleurs apparentées bénéficiaient d'un contraste intense, tape à l'œil, Les couleurs déteignaient presque les unes sur les autres. ..Même si elles semblaient toutes engluées dans les mêmes ténèbres.. Les structures avaient toutes un aspects très vieux, une aura pesante les assombrissaient et des gouttes du liquide noire gouttait des jointures et du plafond à un rythme régulier
La jeune fille ne pouvait pas expliquer.. Ce qu'elle ressentait lorsqu'elle scrutait ces lieux toutes les choses présentes ici étaient dotées de formes bien distinctes bien nettes, parfaitement dessinées, des milliers de détails apparaissaient, bien plus qu'elle ne pouvait en voir dans le monde des vivants..
C'était une impression étrange, aucun objet, ne semblait présenter de défauts quel qu'il soit, aucune fissure, aucune imperfection...
Tous éternels.. Invulnérables.
Elle avait déjà constaté cela à plusieurs reprises alors qu'elle sillonnait ce plan, mais c'était encore plus net ici..
Peu être parce que ce lieu avait eu pour elle une importance particulière..
Sati aurait voulut rester ici plus longtemps, s'allonger sur le carrelage dallés de cet endroit, s'y reposer un moment. Mais elle ne pouvais pas ce le permettre

Eléa.. Ou est tu ?

Sati se remit donc en route. Elle avançait, au hasard, préféra commencer par la porte qui se trouvait droit devant elle. Normalement en bois, elle avait été ici remplacée comme beaucoup d'autres, par une lourde structure métallique.
La salle de séjours. Cette pièce était couverte de symboles mystiques, cela n'étonna pas la jeune fille. Si ils se traduisaient dans l'univers des vivants par une puissante aura de magie noire, elle n'étaient pas étonnée de les trouver ici.
Elle avançait dans cette grande salle pleine de bibelots diverses, ses chaussures apaisent martelaient les grilles qui constituaient le sol, avec un bruit d'enfer..

Encore ces.. Machins !

Sati les vit à nouveaux, ces êtres étranges passer sous les grilles...
. elle passa son chemin, son intérêt était ailleurs
devant elle se trouvait, gigantesque, un cercle de ver, il jaillit du mur, entouré de chair... Mauvais signe très mauvais signe, la jeune fille avait un mauvais pressentiment
Celui ci s'avéra hélas vérifié... Car soudain, le cercle s'illumina, déversant un torrent de lumière remplis la pièce, Les murs se chargèrent de veines, comme si ils souffraient. Sati avait déjà été témoin de cette situation.. Dans le couloir qui quittait l'appartement d'Eléa.. Cette fois ci impossible de fuir, la lumière, la noyait, elle sentait sa peau brûler, des centaines de mains enserrer sa gorge. Elle leva difficilement son bras, visant la lampe..
Nox...
le verre s'assombrit un instant, la lumière chavira, puis, brûla de plus belle ! Comme prise d'une rage violente !
La jeune fille poussa un cris de douleur, elle tomba sur le sol.. écrasé sous le poids de la cruelle lumière, apercevant des dizaines de silhouettes déformées..
hurler..

Meurs !
...
Voleuse !!

...
Tu ne me l'enlèvera pas !
[
...

Ils hurlaient tous cela, à l'unisson, comme si un esprit de masse, lointain et puissant les
manipulaient, comme autant de pantins éthérés..
La jeune fille, était à bout de force, pourtant, elle tentait de ramper, vers la sortie.. sa vie.. Elle la sentait la quitter, elle sentait son sang. se dissoudre dans ses veines.. Elle se sentait mourir. Son dernier instant, elle tendit un bras vers la porte baignée de lumière, comme tout le reste de la pièce.
Eléa...
Alors que ses paupières se fermaient, elle sentit quelque chose, une brise, emplir la salle... pour se transformer rapidement en une bourrasque, un vent violent, tournant autour d'un épicentre, au plafond, la réalité s'était fendue, pour laisser place à une gigantesque bouche circulaires, des lèvres épaisses et boursouflées, entourée d'une chair pourrie, dans laquelle des crochets rouillés se plantaient, fondues à celle ci des chaînes la reliait à sa bordure, encadrement métallique sanglant. circulaire. Les lèvres s'ouvrirent. Laissant place à un gouffre ténébreux remplis de dents.
Dans un nuage d'ombre enveloppé,
La lumière chancela, vacilla, Un cœur de hurlement d'effrois, Sati vit les esprits qu'elle contenait être aspirés dans le gouffre, Au fur et à mesure qu'ils quittaient la salle, la santé de la jeune fille remontait, bientôt, la lumière disparut, la bouche aussi.. Et la lampe circulaire, se brisa dans une explosion de liquide noir gélatineux.
Sati se releva précipitamment.. Elle sentait qu'il allait se passer quelque chose.. Une force puissante était à l’œuvre ici, Jamais elle n'avait senti quelque chose de tel... Plus puissant que tout ce qu'elle avait rencontré jusque la..


Tu es toute seule ? Cette voix..

Sati lui répondit, ce qu'elle avait voulu lui répondre la première fois qu'elle l'entendis posé cette question. Mais prise de panique elle n'avait pas eu l'occasion de placer sa réponse. Elle le fit cette fois
Accompagnée par ma foi, je ne marche jamais seule !
Un petit rire narquois et satisfait raisonna alors..
Un bruissement gluant se fit entendre.. Dans toute la salle Il raisonna, Sati, le regard plein d’angoisses et d'inquiétudes, s'agrippait fermement à sa "seule alliée sincère"
Ce liquide noire, se mit à couler.. De partout, des murs, des vases, des rideaux vieux et déchirés, des meubles, des tuyaux qui traversaient les murs, des symboles occultes... La substance noire d'encre coulait à flot..
Jusqu'au centre de la salle.. A quelques mettre d'une Sati terrifiée.. Elle recula, fit de nombreux pas en arrière, quand la substance se rassembla pour la former..
Cette silhouette, obscure.
mince, humanoïde, gigantesque, son tête était une bulle surdimensionnée, suspendue à un coup grêle, la créature se pencha vers la jeune fille, sa fasse muette et vide penchée sur elle.
Le cœur de sati martelait sa poitrine, sa tentions s'accélérait..

La créature, la quitta des "yeux".. Soudain, elle se mit à rétrécir, considérablement, s'éclaircir, sa "face" se dégonflait, son corps prit forme, une peau, des vêtements, des yeux, des cheveux...
Voici la forme spectrale qu'elle avait aperçu, vue et suivit..
Sati poussa un cris de stupeur..
Ce qu'elle avait devant les yeux.. C'était elle !
Son reflet ! ..
Il resta immobile, stoïque, impassible, alors que se retirait, le surplus de liquide noir.
Sati resta, aussi figé que "lui"
Reflet à l"identique ? Non !
Ses yeux, l'un d'entre eux était d'un bleu clair intense pénétrant, presque lumineux, le même que celui de la jeune fille. Quand à l'autre.. Sa pupille était d'un noir d'ancre. De la couleur de ce liquide. Ses cheveux, comme son maquillage étaient d'un noir absolue, si sombre que la couleur bavait, le long de ses joues son maquillage avait coulé, décrivant des grandes traces d'ébène.
Sa chemise blanche offrait un contraste net avec sa jupe ses longues chaussettes et ses chaussures noires. Le contraste était vif, presque éblouissant.. Même si elle semblait cependant fondue dans le reste.. Des veinules noires parcouraient les bras et les tempes de ce sombre avatar..
Elle regardait Sati, fixement, droit dans les yeux, comme si elle lisait à travers eux dans son âme.. la décodait.. l'enregistrait dans son propre esprit.
Sati eu beaucoup de mal à la regarder.. Dans un premier temps.. La fixer était comme avoir son visage balayé par des vents puissants..
Mais la jeune fille savait d'instinct que ce reflet n'était pas hostile...

V-Vous.. C'était vous n'est ce pas ? Cette voix ? Ce spectre que j'ai suivit.. Ce mot me donnant rendez vous au repaire des mangemorts, cette lumière au bout du tunnel..

L'incarnation Observa Sati, les yeux plissé, comme si elle l'étudiait, décodait.. Ses lignes de comportement.. le s'enregistraient dans son propre esprit..
Sati eu un sursaut, lorsqu'elle vit l'avatar de la mystérieuse entité hocher la tête brisant son immobilité, et.. lui lancer un sourire, le sien !


Euh... Est ce que vous êtes d-de mon côté ?

Le sourire du reflet, s'élargit, encore.. Elle ouvrit la bouche, un creux noir dans un premier temps s'y trouvait, puis, de cette noirceur, des dents, des gencives... une langue se formèrent, prirent forme,

Oui ! Puis ce que tu es du mien... petite mortelle

Le reflet avait parlé sur ce ton familier et affectueux, que Sati connaissait parfaitement bien puis ce qu'il agissait du sien.. Celui qu'elle employait si souvent. Cela la rassura

Qu-Qui êtes vous ?

J'ai de nombreux noms...
Sati, sécurisé par l'expression narquoise de son reflet, répondit

hm. D'accord.. Mais peu être pourriez vous m'en donnez au moins un ?

L'avatar reflétant toujours l'attitude pleine de joie de la jeune lui dit:
Appelle moi.. Acanti !

A-Acanti ! Mais c'était.. C'était le nom de..

Oui, je sais, le nom de ta sœur, ta sœur jumelle, elle mourut, à ta naissance, un soir du moi du cancer. Une seule sur les deux devait survivre. Et c'est toi qui fut choisie ma chère.
L'autre.. Sombra dans la décomposition.
[/b]
petite masse de chair.
ses yeux jamais ouverts.

L'avatar rayonnait d'un sourire macabre, tout à fait celui que Sati aurait adopté si elle avait elle même prononcé cette rime improvisé.. Si elle n'était pas si concernée.

J'ai vu son âme.. Elle se porte bien, nulle souffrance. Normal, le monde féroce des vivants l'a si vite recrachée !
C'est le destin !


Ajouta t’elle

Euh.. bien.. va pour Acanti donc ! Conduis moi à Eléa, je t'en prie.

Waw ! Doucement ma chère ! C'est ton voyage ne l'oublie pas
Répondit celle ci pointant Sati de son doigts effilé, a l'ongle noir, tout pareils à ceux de la jeune fille.
Et puis c'est toi l'héroïne du jour ! Je m'en voudrait de te voler la vedette ! ET si jamais TA demoiselle en détresse, TA Eléa se déride, c'est toi seule qui pourra ainsi recevoir ses gracieux remerciements !

Les joues de Sati devirent rouges et ardentes.. Avant qu'elle ne reprenne la parole
Donne moi au moins la direction à prendre..


L'avatar se retourna pointa la porte qui se trouvait loin derrière elle et par conséquent droit devant Sati
Par là !


Dernière édition par le Sam 28 Oct - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: de l'autre coté du miroir ( les pechers du pere... )   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyMar 10 Oct - 15:33

La jeune fille s'y dirigea, contournant son sombre reflet, déterminée, sa lourde baguette fermement serrée dans sa main droite. Au fur et à mesure qu'elle avançait, qu'elle s'approchait de cette porte, elle sentait un vent glacé essayer de la repousser en arrière, murmurant des injures à ses oreilles..
Enfin elle arriva à cette porte baignée dans une aura étrange, translucide.. Floue..

Acanti la regardait du centre de cette pièce, un sourire moqueur et énigmatique aux lèvres

la jeune fille pris la poignée, figurant un serpent dans le creux de sa main... Aie !!!

un choc électrique, un éclair violent, l'aura de la porte se décomposa en une masse visages hostiles translucides.. Hurlant.. ils apparurent ..
..disparurent
promptement La jeune fille retira sa main.
Prise d'un sursaut, Sati tomba nez à nez avec son reflet. Elle était apparue, sans prévenir face à elle.

Oh j'avais oublié de te prévenir... un puissant enchantement bloque cette porte. Tu ne pourra pas la franchir avant d'avoir vaincus TOUS les serviteur de l'être maléfique qui se terre derrière cette porte.

Ah super ! Tu n'aurais pas pu me le dire plus tôt !

Grommela la jeune fille

Peu être !répondit Acanti, adossée, les bras croisés, au mur dans lequel la porte maudite était encastrée.
Mais si je l'avais fait, si je t'avait dis qu'Eléa était derrière cette porte prisonnière et en danger mortel n'aurait tu pas essayé de l'ouvrir malgré mes avertissements ?

Je!.. Sati esquissa une moue résignée. si..

Bon fit son reflet, un sourire satisfait au visage.

Alors que faut il faire ? Ces gardiens.. Ou les trouver ?

Mais ici ma chère enfant, ils sont postés à toutes les points stratégique pour t'empêcher d'avancer plus avant. Et pour te tuer !
Elle lui fit un clin d’œil qui paru presque sadique en la circonstance.

C'est moi qui les tueraient ! je leur passerais sur le corps ! Je-je ferais n'importe quoi pour sauver Eléa !

Je sais ! répondit Acanti, d'un air radieux

Mais dit moi, contre quoi dois je me battre au juste ?

Contre ton passé ! Il est revenu, cette âme damnée à qui la haine a donnée chair. Il est envie, il est colère, Il n’est plus que l’ombre de lui même. Il n’as plus rien d’humain et il est attiré comme un papillon par cette lumière vive, qu'il a laissé s'enfuit loin de lui de son vivant.

Un frisson gelé parcourut l'échine de Sati en entendant ces mot

"Il".. "Il".. Et si ce "il" désignait.. Non ! Non ! Ca ne veux rien dire.. Eléa, Elle adorait y jouer m'as on dit IL y a dut en avoir beaucoup, beaucoup d'hommes qui se sont laisser entraîner par elle.. Elle est tellement belle. Donc Ce n'est pas forcément lui ce "il" ça ne veux rien dire !

Elle essaya de se convaincre.. Elle même, désespérément.

M-mais vous même ? Pourquoi ne le tuez vous pas ?

Oh mais je vais le faire chère petite mortelle, je vais le faire. Et pour cela j'utiliserais une arme, des plus efficace.. Toi !

Mais pourquoi ? Pourquoi moi !

Mais parce que c'est à toi de sauver Eléa mon enfant. Et c'est à toi de supprimer cette créature qui l'a retient prisonnière.. Apres tout, il est normal que ce soit toi, l'enfant qui mette fin aux pécher du père. Cela rajoute un coté mélodramatique qui me plait tout particulièrement !

Une pointe gelée transperça le cœur de la jeune fille. Ces craintes étaient bien fondées. Son père.. M-M-Mon père !!

adoptif bien sur !

Mais même ! J-je je ne pourrais pas tuer mon père !

Acanti éclata d'un rire cristallin, aigu et à moitié dément.

Oh si ma chère ! Tu le pourra.. ET tu le fera !.. Pour Eléa !

Sati, assaillie par une multitude de pensées contradictoires, toutes plus douloureuses les unes que les autres. péniblement elle hocha la tête. .En signe d'approbation. Même si elle ne savait pas si elle serait capable de faire ce que son mystérieux reflet lui demandait de
faire. Mais celle ci avait prononcer les mots magiques "pour Eléa"..

C’est d’ailleurs seul un fou pourrait prétendre que la chose qui hante ces lieux est encore ton père.

Sa nature présente défie la logique du commun des êtres du plan primaire. Il est bien plus que l’âme maudite de ton père. c’est un être né de son propre ressentiment, une parodie de ce que fut son existence. Et sa présence en a attiré d’autres, d’autres maudits qui se sont joins à lui. En et autour de lui.

A présent, il porte le nom de: Lignage.

Lignage…

Oui ! Il est protégé par ses propres tourments. Ils forment une barrière…
Acanti désigna l’aura qui bloquait la porte.
…infranchissable pour les âmes des être du plan primaire.
Pour la briser, arriver jusqu’a lui, il te faux éliminer ces aberrations que son tourment à engendrés.


Vous-vous ne voulez pas venir avec moi ?

Acanti hocha la tête, un rictus aux lèvres.
A ta guise !

Sati la regarda, ébahie, elle lui avait posé cette question sans véritable espoir. Oh vraiment ?!..Chic alors !
Répondit elle, toute heureuse de ne plus avoir à marcher seule au cœur de cette terrifiante dimension.

La jeune fille lança un regard alentour. Enfoncées dans les murs de cette pièce se trouvait de nombreuses portes sombres, en bois ancien et pourris.
Laisse tombé les portes et les longues traques ! Je connais un moyen plus directe d'arriver jusqu'à tes cibles.
Acanti, son sourire, ou plutôt celui de Sati toujours au lèvres fit signe à la jeune fille de s’approcher.

Celle ci, intriguée s’exécuta.

C’est comme transplaner, sauf qu’il n’y aura aucun effet négatif à l’arrivé.. Tu as appris à ne pas te poser de question sur ce lieu et les phénomènes qui s’y produisent . C’est Très sage !
Un violent flash engloba la pièce, éblouit la jeune fille. Lorsqu’il se dissipa, elle se retrouva ailleurs dans le manoir. Acanti à ses côtés


Dernière édition par le Sam 28 Oct - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ivy Mistery
Serdaigle
Serdaigle
Ivy Mistery

Nombre de messages : 194
Age : 62
Age Roleplay + Sorts : 49 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : nécromancie, maître de potions
Date d'inscription : 20/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)

[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyVen 13 Oct - 9:28

Quand Eléa revint à elle, elle ne se trouvait plus dans cette eau écarlate, plus aucune brise marine ne lui fouettait le visage, plus aucun oiseau sans tête ne volait au dessus des environs.
Avant même de chercher où elle se trouvait ou d'essayer de se lever, Eléa se retourna brusquement sur elle-même et, s'étranglant à moitié, recracha une grande quantité du liquide qu'elle avait absorbé en manquant de se noyer.
Toussant, crachotant, elle tenta de se calmer et de reprendre la position allongée dans laquelle elle était lors de son réveil. Épuisée, elle se força à conserver les yeux ouverts afin de découvrir quel nouvel endroit elle allait devoir découvrir dans ce sordide univers. Elle se sentait comme cette héroïne d'histoire pour enfants moldue. Elle avait dû sauter dans le trou du lapin blanc et se retrouver dans le pays des merveilles ! Sauf que ce pays n'avait vraiment rien de merveilleux ! Eléa s'identifia donc à Alice, concluant que le lapin blanc était la chose qui la retenait prisonnière et qui essayait à tout prix de l'attraper. Mais dans ce cas, qui était la reine de coeur ?
Un grognement incisif lui fit soudainement tourner la tête. Deux énormes chats, aux canines tellement longues qu'elle touchaient le sol, gardaient une porte de bois rouillée, ternie, moisie.
Eléa, assez peu rassurée par la présence des deux animaux, essaya de se relever. Mais c'était peine perdue. Une fulgurante douleur s'empara de ses côtes comme si quelque chose de très puissant appuyait dessus et la maintenait au sol !
Retenant son souffle , Eléa regarda la porte de bois s'ouvrir en grand. Elle contempla bouche-bée la créature qui en sortait : la même robe, la même coiffure, le même visage. Elle lui était semblable en tout point !


Qu'est-ce que ça veut dire ?

Les corps ne sont que des coquilles !


La façon de parler était étonnement similaire à celle de la Maïa qu'Eléa avait rencontré dans cet univers. La créature n'ouvrait pas la bouche, mais Eléa entendait ses paroles, prononcées avec sa propre voix !

Alors, Maïa, c'était vous aussi ?

La mangemort grimaça. Parler lui faisait atrocement mal aux côtes !

Tout est moi ici !

La créature s'installa sur un trône, entre les deux énormes chats, et Eléa aurait juré que ce siège ne se trouvait pas là un instant plus tôt !

Qui êtes-vous ?

Ton destin...


Eléa écarquilla les yeux. Encore une fois elle ne comprenait pas !

Mais encore ?

Ta vie dépend de moi... Ta non-vie dépend de moi... A moi tu t'offres... A moi tu ne peux te reprendre !


Eléa secoua la tête d'impuissance. cette fois, les choses devenaient plus claires... Bien avant la naissance de Maïa, elle avait passé un pacte avec Voldemort. Elle se savait stérile alors et, pourtant, son rêve le plus cher aurait été d'enfanter, non seulement parce qu'elle voulait porter la vie, mais surtout parce qu'elle imaginait qu'ainsi son amant quitterait sa chère femme adorée pour revenir auprès d'elle ! Voldemort lui avait permis, par un sortilège complexe, de donner suite à ce rêve. Mais il y avait un prix à payer... Un prix très lourd. La famille Demeteriem possédait certaines prédispositions pour la nécromancie. Il en était toujours allé de la sorte même si le père d'Eléa avait refusé de s'adonner à ces pratiques... En échange de l'enfant désiré, Voldemort avait mis deux conditions : la première étant d'élever l'enfant en tant que futur mangemort et, lorsqu'il serait assez grand, de le livrer à Voldemort, la seconde concernait directement Eléa. Elle avait dû accepter d'étudier la nécromancie, cette magie qui ronge le sorcier de l'intérieur. Elle n'avait eu d'autre choix que de prêter le serment de sang à ce fichu livre qui, en plus de la consumer lentement, refusait obstinément de lui livrer ses secrets !

Vous êtes la créature avec laquelle on m'a forcée à me lier ?

La Eléa qui se tenait assise sur son trône hocha la tête et afficha un sourire carnassier tandis que la mangemort allongée par terre trembla de tous ses membres.

J'attends depuis trop longtemps que tu utilises ce pouvoir. Je désire une compensation !

Eléa poussa un cri douloureux tandis que la chaire de son ventre se retrouva entaillée de deux profondes blessures d'où du sang s'écoula par petites gouttes.
Loin, très loin de là, sur le vrai lit où le corps d'Eléa reposait dans son vrai appartement douillet, le sang gicla également !
Alors que l'esprit d'Eléa vacillait à cause de la souffrance, le corps de la créature changea. C'était un changement minime, imperceptible puisqu'il utilisait toujours l'apparence d'Eléa, mais ce changement était bien réel...
Eléa cligna des yeux deux ou trois fois, puis sombra dans un sommeil rempli de rêves. Dans chacun d'eux, elle apportait, sur un plateau d'argent souillé de sang, le corps de sa fille, Maïa, et le déposait auprès de la créature infernale en guise d'offrande tout en continuant, avec l'énergie du désespoir, à fuir la chose qui la poursuivait...
La créature infernale à laquelle Eléa était liée prenait alors le visage d'une reine de coeur et l'autre créature, la poursuivante, devenait un immense lapin qui ne cessait de regarder sa montre à gousset ! Les rêves parfois, peuvent paraître vraiment absurdes en comparaison aux circonstances !
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=2830
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: de l'autre coté du miroir ( les gardiens )   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyVen 13 Oct - 9:39

Un râle.. Familier, l'une de ses répugnantes créatures à la langue de serpent et au visage vide venait de jaillir. d'un mur , dans une flot de liquide noirâtre.
Le couloir était instable, il tournait sur lui même, un cylindre qui semblait recouvert de grandes peaux reptiliennes, anciennes, usées, pleins de champignons et autres maladies parasitaires, sur chacune d'elle des bibelots, des tableaux les même que ceux qui se trouvent dans la version du manoir située dans le monde des vivants, saufs qu'ils étaient souillés de liquide noirs et de rouille..
Par endroit jaillissaient des tentacules barbelées, La jeune fille évitait d'avancer, il en sortait de partout. perçant les murs organiques, rentrants et sortant comme des vers creusant des galeries

Allez Sati ! A toi de jouer !

lui siffla dans son oreille son sombre reflet

Avant même que le monstre n'ait eu le temps de sortir son aiguillon / baguette de sa main, la jeune fille avait déjà hurlé

Aqua volo

Une langue d'eau se déversa sur le monstre, Sous le choc, il chancela légèrement.. mouillé il était encore plus gluant et répugnant., furieux.. en supposant qu'une telle créature pouvais ressentir une quelconque émotion, il fonça vers Sati. Ses crocs déployé,s son serpent écumant une bave noire,

Electro

Le monstre arrivant au contacte se mit a hurler, l'eau qu'il avait reçut déchaînait les effets nocifs du sortilèges. Il chavira, tomba sur le sol, se tordant de douleur. Un second electro l'acheva.
Un sourire satisfait au lèvres, Acanti fit signe à Sati que la voie était libre.

La jeune fille alors qu'elle se remettait de ses émotions, fut alors une fois de plus prise d'un vif sursaut.. Quelque chose de gros était passé. derrière la fenêtre.. Toujours débordante de curiosité, Sati ne pu s'empêcher d'aller, voir..
Elle passa sa tête par la fenêtre, se contorsionna pour passer entre les 3 poutres métalliques rouillées et tordues qui barraient la fenêtre..
L'extérieur.. Englobé dans les ténèbres, un faible brouillard rosé, cette éternelle toile métallique et gigantesque s'étendait de partout, au dessus, en dessous, au tour du bâtiment. La jeune fille pu constater que de nombreuses tentacules barbelées s'enfonçaient également ici, dans ce manoir..
Soudain, son regard le croisa.. Cette chose qui était passée devant la fenêtre en rampant.. L'une de ses créatures qu'elle avait aperçu lorsqu'elle longeait la rue commerçante à l'extérieure de l'immeuble résidentiel dans lequel se trouvait l'appartement d'Eléa..
Cet être était l'une de ces nombreuses créatures qui rampait sur les façades des bâtiments, et le long des "fils" de la toile. 3 corps, à la fois à moitié décomposé, et aux formes androgynes parfaites, reliés en un seul par le bassin. L'un de ses visage fixait la jeune fille d'une expression indéfinissable..
Celle ci lui adressa un sourire en coin nerveux et ramena sa tête à l'intérieur du manoir alterné..
Acanti était toujours la, lui lançant un regard moqueur.

La curiosité est un vilain défaut ! chantonna t'elle

Ceux ci.. Il ne faut pas les tuer aussi..? demanda Sati

Ceux ci sont des résidents de cette dimension, plus nombreux encore que les humains. Ils n'ont rien à voir avec Le démon que tu cherche.

De nouveau, ce flash éblouissant se déclencha, et l'environnement changea

______


Sati eu un pincement au cœur, elle savait ce qui se trouvait dans cette salle.. Les murs.. Les murs sont si sombres.. noirs...
.. agités de remous, pleins de vies... Des bruissement d'ailes des crissements et des craquements nombreux se firent entendre.. raisonnant dans la pièce.. Encore..
Sati s'avança, sa baguette fermement serrée dans sa main. Elle avait retenu la leçon. Elle ne se laisserait pas avoir.. Pas question d'être à nouveaux mortellement blessée par ces insectes du diables. Cette plaie de cafards.
Elle arriva au centre de la pièce..
De nouveau.. Une nuée.. noire ténébreuses, comme si les ombres l'attaquait.. Se ruant sur elle.
Elle les attendaient cette fois, lança à nouveau le sort que l'entité lui avait recommandé..
Cacophonie de hurlements suraigus, la masse noire étaient dévorée par les flemmes, de celle ci, une voix, à nouveaux masculine et menaçante s'éleva, faiblissant au fur et à mesure que des insectes tombaient..

Voleuse !!!
...
Elle est à moi !!
...
Eléa est à moi !!!
...
Rien qu'a moi !!
...
Voleuse !!!

Les insectes se mirent à brûler dans un couinement affreux. ceux qui ne brûlaient pas, furent soufflés par la déflagration et tombèrent sur le sol. Sati s'empressa de les écraser de ses énormes semelles, jusqu'au dernier. Un sourire joyeux s'afficha sur son visage, elle eu un rire triomphant et un brin sadique.

Très bien ! Très bien !
Le même sourire sadique, peu être encore plus poussé était apparut sur le visage d'Acanti alors qu'elle applaudissait ce coup d'éclat

Sati lui répondit par une large révérence, bien trop accentuée pour être sérieuse
Merci cher publique !

______


Vite !

Nox
Une salle obscure, un gouffre, au dessus duquel une unique grille, et dessus, noir d'encre un pentacle. A chacune de ses branche une bougie, irradiant une lumière intense et hostile. Sati senti dans toute les directions des mains, serrer sa gorge, elle suffoquait mais n'arrêtait pas, sous aucun prétexte, les yeux à demis clos

Nox...
Nox...
Nox....
Nox.....


Ce n'était pas tout..
Il y avait quelque chose, au centre de la pièce, un levier, tout rouillé et couvert de sang..
Sati se pencha, une inscription, gravée Le long de son manche avait attiré son attention..

"La mort de l'improbable.."

Mais qu'est ce que ça veux dire !?

Tu verra bien ! Actionne le..

Sati s'exécuta, avec la plus grande peine, elle tira le levier à moitié coincé vers elle. Au loin un hurlement épouvantable se fit entendre..
Sati tressaillit, en eu la chair de poule, lança un regard inquiet à son reflet

Oui ! C'est la que nous allons ! Répondit celui ci en souriant

______


Un couloir, Il s’agissait du tout premier dans lequel Acanti avant d'être envoyée. Sati en était convaincue. Le monstre qu’elle y avait tué par l’électricité se trouvait d’ailleurs étendu pour confirmer ses dires
Pourtant il était en un sens différent. Oui, il avait cessé de tourner, des flots de sang noir, souillait de ses murs de peau.. morts..
Comme si la jeune fille venait juste de ..
Tuer le couloir.... Elle ne se posa pas de question, de toute façon aucune réponse logique ne pouvait lui être fournie, elle quitta seulement cet endroit, empruntant la porte qui se trouvait devant elle..
Elle n'était pas là tout à l'heure..
Une masse circulaire, de grande taille, comme un visage, était tombé du mur, la jeune fille se rappela l'avoir vu à sa première visite. Elle avait même sursauté en le voyant.. ce visage,
Il devait masquer cette porte..
Ce n'était qu'une décoration, une simple décoration..
Pourquoi dans ce cas, baignait t'il dans une flaque de sang ?
Mieux valait ne pas y penser...
Aussi la jeune fille ouvrit la porte de bois qui lui faisait face.. Elle n'était pas au bout de ses surprises..
Sati réprima difficilement un cris horrifié ! fixant les yeux écarquillés ce qui se trouvait devant elle..
D'autres résidents de cet au delà, des créatures, d'un autre type.. . Il y en avait ici trois ou quatre.. Longues de quelques mètres, minces, et pâles, humanoïdes.. du visage au bassin., elles se tenaient accroupies sur leurs "jambes" qui étaient ramenées vers l'avant,.. deux crochets.. Semblables aux pattes avants recourbées d'une mante religieuses.. Leurs queues, comme deux énormes langues bifides fouettaient l'air et les murs..
Les créatures s'étaient assemblées autour du cadavre d'un de ses mangemorts difformes.. Les langues des nécrophages, ferment plantée dans sa chaire, comme des sangsues, le vidaient lentement..
La jeune fille plaqua une main sur sa bouche, devant ce macabre spectacle.

Bien qu’observer les lieux était la dernière chose à laquelle Sati pensait en la circonstance, elle constata que ce couloir comme le précédent était couvert d’une couche de peau beige, sale, tirant sur le verdâtre. D’innombrables écailles poisseuses de serpent semblaient le constituer. Cet épiderme crasseux était déchiré par endroit, laissant transparaître ces sempiternels tuyaux rouillés vrombissant au dessus du néant.

Acanti se trouvait comme à son habitude juste derrière la jeune fille. Elle avait un air totalement dégagé et stoïque

Il faut bien se nourrir... De temps en temps

dit elle, d'un ton mielleux et narquois

Je crois que celui ci a eu son compte.. Avançons

Sati, très peu rassurée malgré tout, se plaqua contre un mur, passa.. le plus doucement et silencieusement possible devant ces sangsues, priant pour que leur repas retienne toute leurs attention...
Elle les dépasse, changea brusquement de rythme, et courut, aussi vite que possible jusqu'a la porte au fond de ce couloir
S'y engouffra.
Le reflet de la jeune fille ne prit aucune précaution, nullement inquiet, il marcha au centre de la pièce, enjambant simplement le repas des sangsues.

____


Un autre couloir, des tentacules barbelées jaillissaient du plafond, et s'agitaient dans tous les coins comme un nid de serpent furieux. Des traces de chair et de sang se dirigeaient vers le fond du couloir. Il s'y trouvait une porte, luxueuse même si elle était tachée de sang, différent de tous celui qui se trouvait en abondance. Il était clair et, luisant, brillant même, comme l'eau d'une rivière baignée par le soleil, reflétant sa lumière.
De gros tuyaux se croisaient. interdisant l'accès de cette pièce... Tout, hormis ce sang dont les taches semblaient former des grands serpents entremélés, était particulièrement sombre, à tel point que Sati se demanda si elle n'allait pas lancé un sort lumos pour distingué quelque chose, pas la peine, ca cible était la dans cette pénombre, elle l'entendait, sa grosse silhouette maladroite et difforme marchait lentement vers elle, poussant des râles de douleurs

Je connais ta haine, Sati
lança Acanti, d'une voix mystérieuse et oppressante

Tu peu y arriver allez ! Pense qu'il est l'une des barrière qui te bloque l'accès à ta Eléa. Pense si et montre lui à quel point tu le hais. En deux mots, juste deux mots..
La jeune fille serra les points, et en un seul souffle

Avada Kedavra !

La mort stoppa la bête dans son élan, elle tomba sur le sol..
Un de moins !


Dernière édition par le Sam 28 Oct - 16:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: De l'autre coté du miroir ( les derniers sceaux )   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyVen 13 Oct - 9:41

_____


La salle d'arme ! Cette pièce était assez large, mais deux rangées de grilles, touchant le plafond haut et à demi noyé dans les ombres interdisaient l'accès de la majeure partie de cette salle. Elles ne permettaient en vérité que de circuler le long de la seule allée qui partait de la porte et descendait jusqu'au mur du fond. Sati arpenta en courant ce chemin rectiligne, recouvert de tapis aux couleurs chatoyantes, voir baveuses, déchirés et brûlés à de nombreux endroits, révélant un sol constitué de plaques d'acier écarlates.
La jeune fille sentait un frisson gelé lui parcourir l'échine.. Ces grilles avait l'air d'avoir été façonnées dans du sang.. et d'ailleurs, elle en dégoulinaient.
.. Et qu'elles étaient ces formes humanoïdes, un parchemin cloué sur le visage, qui gisaient empêtrées, crucifiées à celles ci ?
Peu importe, il se trouvait quelque chose de bien plus dangereux, devant elle, faisant dos à une impressionnante collection de boucliers d'épées et autres armes blanches, une de ces abomination auxquelles Sati était si accoutumée.
Sans tarder et surtout sans attendre que la créature ne sorte sa "baguette" Sati pointa les armes clouées aux murs de la sienne

Actio épées !


Une demi douzaine de lames à deux mains, jaillirent du mur et se plantèrent, droit dans la chair du monstre, l'empalant de part en part. un flot de sang coulait de ses blessures. La créature hurlante chancela, leva son bras tremblant vers Sati. Mais celle ci avait apprit à tirer parti de leur lenteur

Sectusempra

Les nombreuses blessures de la bête s'élargirent, en quelques instant, elle se vida de son sang, tomba comme une masse sur le sol, vautrée dans son propre sang noir. Elle gisait exsangue.

______


Nox !

Immédiatement entrée dans cette pièce Sati visa les néons qui répandaient cette lumière intense et féroce.
Le lieu s'assombrit..
Les murs, étaient noirs et vivants... annonciateurs de danger imminent. la salle était gigantesque deux fois plus que la grande salle du repaire des mangemorts.

La salle de bal ! J'aimais admirer tous ces sorciers si sombres parler de tout et de riendanser, s'amuser ici..

Acanti hocha la tête, lança à Sati son propre sourire, Je sais.. Je sais !

La jeune fille n'eu pas le temps de ressasser plus longtemps ses souvenirs. jaillissant de l'ombre, issus de nul part comme si ils avaient prit naissance dans cette salle même, sur ce sol..
Des silhouettes, tordues, désarticulées.. Des pantins de chers, surgirent.. Impossible de dire si c'était eux qui émirent ces sons, mais une cacophonies, de rires, d'éclats de voix, de murmures incompréhensibles, stridents, distordus vocodés raisonnèrent dans cette pièce, se répercutant dans les moindres recoins.
Les visages des créatures étaient la parfaite reproduction de ceux des invités de son père, en cire, ou matière approchante..
Ils étaient bien plus nombreux que les alliés du père de Sati.. Aussi plusieurs étaient affublé de la même face de cire Vomissant incessamment des flots de liquide noir gluant, inondant le sol de marbre..
le reste de leur corps était Putréfié, squelettique, un squelette recouvert d'une fine couche de peau tatouée de symboles obscurs, ce qui reviendrait dans le plan primaire à une aura de magie noire.
Ils s'avançaient, uniformes et haineux vers Sati. Celle ci resta là sur le seuil de la porte, terrifiée....
Elle ne connaissait pas de sort assez puissant pour vaincre cette horde déformée qui l'encerclait.
Acanti un rictus mauvais sur le visage promena son regard bleu et noir, clair et obscur de la jeune fille aux monstres.
Cette. Chair.. molle gluante et pourrie, avait recouvert la pièce lorsque ces créatures avaient fait leur apparition. et elle avait noyée la porte sous sa masse gluante. bloquant toute sortie..
La venue de ce voile de cher avait délogé ce qui recouvrait les murs. La nuée noire et furieuse qui en avait été décollé, volait dans tous les sens, rendant l'environnement encore plus pesant et terrifiant
Acanti, se plaça face à la jeune fille, regardait au plus profond de ses yeux azurs, comme si elle pouvait sonder son âme à travers eux.

Souvient toi, ils ne t'ont jamais aimé, aucun d'eux, souvient toi des pouvoir qu'ils avaient et que tu n'avais pas, souviens toi de leur arrogance, souviens toi de leur mépris...

A chacune de ses paroles un souvenir, 10 fois plus douloureux qu'a l'accoutumé ressurgit dans l'esprit de Sati, comme si son sombre reflet les lui insufflait elle même
La jeune fille sentait le sang lui battre les temps, elle serra ses poings si bien que ses ongles pointus s'enfonçaient dans sa chair..
La haine de Sati se réveilla soudain, suite à ces mots. Celle ci se superposait à la peur panique qu'elle ressentait à cet instant.
Sans prévenir, l'avatar de l'entité, mis une violent gifle à la jeune fille,
Celle ci, choquée par la surprise et la douleur poussa petit un cris aigu, elle sentait des larmes lui monter dans ses yeux, mais cette fois encore, ils ne se mouillèrent pas...

Laisse monter ta colère...

Sati sentait le sang lui brûler dans ses joues, un sang chargé de haine et de fureur, une poussée d'adrénaline..
Acanti avait particulièrement bien choisit le moment pour déclencher la haine de la jeune fille..
Car sous son impulsion, le pouvoir dévastateur de la jeune fille se libéra vague de folie dévastatrice, la sensation de pouvoir, l'envahissait toute entière, grisant enivrant, elle savouraient pleinement sa supériorité, pulvérisait ses ennemis,
brûle leur chair
broie leurs os,
les fait vomir leurs âmes damnées, loin, très loin,
Tous se décomposaient des un tintamarre terrifiant, une orgie de destruction,
Sati senti son souffle puissant se poser sur chacun d'eux, c'était comme se trouver au beau milieu d'un cyclone qu'elle aurait elle même provoquer
Seule, Acanti restait insensible aux effet, nocifs du pouvoir. Postée à coté de Sati, elle riait tout ce qu'elle pouvait d'un rire dément.

Ce n'est pas encore finit !

S'exclama t'elle voyant le pouvoir de Sati s'affaiblir,
les cafards qui voletaient affolés étaient les suivants, leurs corps se décomposaient, en cendres,
Puis la chair tremblante et chargée de veinules, collée au mur comme un vieux chewing-gum de désintégra à son tour
La jeune fille était fascinée par son propre pouvoir, jamais elle ne l'avais ressenti aussi fort, jamais, de l'autre coté elle n'avait réussi ni même essayé à vrai dire de le prolonger aussi longtemps, lorsque toute vie devint mort, la jeune fille dirigea son pouvoir droit devant elle, son souffle se focalisa sur les poutres métalliques, tordues qui bloquaient l'accès à une porte à double battant. A leur tour, elle volèrent en éclat, broyées dans ce déchaînement meurtrier.
Enfin tout cela s'arrêta..
Sati retomba sur ses genoux, essoufflée, épuisée.
Un large rictus satisfait apparut sur le visage d'Acanti.

Pas mal.. Pour une mortelle !

la jeune fit tout son possible pour se montrer vaillante, il lui fallait se presser, pas le temps de lambiner ! La vie d'Eléa était en jeu. Aussi, sans plus attendre, elle se releva et se dirigea vers la porte rouillée, à peine l'eu elle ouverte qu'un flash fit disparaître la salle de bal de sa vue et la transféra ailleurs

____


Une salle circulaire. Une plate-forme. la jeune fille se trouvait au centre, il y avait un nombre incalculable de cadavres, à peine humais, momifiés, rougis, crucifiés sur une série de tiges de métal sanglant. Celles ci étaient plantée dans une eaux noire et visqueuse. Le mur semblaient recouverts d'un carrelage beige et noir, hautement souillé de tout un tas d'immondices Traversé par endroit par ses énormes tuyaux qui émettaient leur habituel vrombissement salis
au nord, au sud, à l'est et à l'ouest partaient des couloirs. Un détail revint à l'esprit de la jeune fille. Un éboulement avait interdit l'accès au couloir nord..
Mais dans cette dimension, le passage était tout à fait libre...
Le long de ses quatre corridors sombres, des cages étaient alignées. Sati cru à plusieurs instant y déceler des mouvements.. des silhouettes, vagues et nébuleuses..
La jeune fille réalisa finalement qu'elle se trouvait au centre d'un large symbole de magie noire prenant presque toute la circonférence de la plate-forme centrale.

C'était ici ! Ici que mon père me forçait à m'entraîner.. Tous les jours sans relâche ! Pour servir sa cause, et son.. son seigneur des ténèbres..

Acanti lui envoya un rictus malsain

Dis moi Sati qu’est ce qui est gros, gluant, avec des crochets partout et qui fait la grimace ?

Sati fixa son reflet, interloquée, une profonde incompréhension dans son regard bleu
Euh.. Je ne sais pas…

Acanti, son rictus toujours sur le visage, pointa du doigt quelque chose par dessus l’épaule de Sati
A Priori moi non plus.. Mais en tout cas ça se trouve derrière toi !
Répondit t’elle, une légèreté paraissant totalement incongrue dans ce cas de figure

La jeune fille se retourna brutalement, elle ut un capable de réprimer un cris d’effroi lorsque ses grands yeux se posèrent sur ce qui se trouvait devant elle…
Un tas de chair informe, apparemment l'accumulation de plusieurs corps et têtes grimaçantes, dans une cage , Des chaînes rouillées et des crochets en jaillissaient de partout, la rendait mobile, dansaient autour d'elle. Les barreaux nombreux, étaient recouverts de pointes et de pics tranchants. Deux autres "créatures" identiques jaillissaient de ce couloir, bouché dans le monde des vivants..
Ces.. choses étaient totalement silencieuses à part quelques claquements métalliques.
Et le fait qu'ils murmuraient presque imperceptiblement les mots

Voleuse !
...
Voleuse !

Sati prise de panique, fit tout pu pour éviter les chaînes, et les crochets, sa respiration se faisait haletante, elle courut pour se mettre hors de portée de ces choses. La jeune fille tremblait de tout son long. Ses jambes flagellaient tellement qu'elle fut surpris de ne pas encore être tombée à la renverse. Ce fut sans doute sa vitesse et sa souplesse qu'elle acquis à Azkaban qui lui sauvèrent la vie.
Acanti suivait l'action, un rictus figé sur ses lèvres. Les ennemis de Sati ne faisait même pas attention à elle.

Imperium !

Sati lança se sort sur l'un des monstres. Sans s'attendre à un résultat flagrant.
Son instinct l'avait pourtant bien guidé !
La bête, même si elle n'obéit pas directement aux commendes de Sati fut pris d'une folie meurtrière !


frénétique, hystérique, murmurant des mots inintelligibles. Elle se mit à jeter des coups de crochets dans tous les sens, frappant au passage les 2 autres créatures. Celles ci, riposteraient aussi tôt..
Bientôt, les 3 cages se lacéraient les unes les autres ! faisant pleuvoir un sang noir, visqueux, à demi solidifié sur le sol. Elles s'arrachaient furieusement, des morceaux de chair, des membres_ collés englués dans leur masse_, des visages- ces visages déformés et grimaçants...


Et enfin, ce furent elle qui tombèrent, les unes après les autres...
Mortes...

Sati, qui l'horreur qu'était la vue des "créature informes" entrain de se lacéré avait poussé à se cacher les yeux, finit par les rouvrir, elle poussa un gigantesque soupir de soulagement.

Acanti qui elle avait fixé la scène sans laisser paraître la moindre émotion se retourna vers Sati qui s'était réfugiée à ses cotés..

Très bien joué ! Ton instinct t'as bien guidé. Combien de temps un être peu il supporter d'être enfermé et dominé avant de réagir avant de craquer ?
Au bout de combien de temps à tu toi même mis avant de haïr ceux qui, te retenais ici, sous leur joug, t'enchaînant petit à petit au savoir qu'ils t'enseignaient ?

Observant le désarroi dans le regard de Sati, Acanti afficha un sourire réconfortant et chaleureux.
Mais tu n'est pas obligée de répondre tout de suite ! ... Viens, la quête, touche à sa fin.. ET le dénouement. Approche !

Allons y !

Pour la première fois, Le sombre reflet ouvra la marche.

Sati, hocha péniblement la tête. Elle était épuisée, mais suivait cependant Acanti

Un bruit, un amalgame de couinements rauques, ressemblant presque à des râles humains attirèrent l’attention de Sati.

Horrifiée, la jeune fille découvrit qu’avaient jaillis du liquide noir qui entourait la plate-forme, leurs langues pendantes, une demi douzaine de ces êtres charognards qu’elle avait déjà vu plutôt. Déjà ces créatures, aillant senti l’odeur du cadavres, avaient leurs yeux flous rivés sur les corps des monstres, ils se ruèrent sur eux, comme des bêtes affamées perçant leur chair de leur langue, asspirant leur sang

Acanti eu un petit rire fluet devant la réaction de Sati. Elle lui fit signe de continuer sans ce soucier de ces sangsues. Il fallait avancer.

Sati ne se fit pas prier. Elle accéléra le pas et remonta le couloir des cages, celui d’ou les créatures qu’elle venait de tuer étaient arrivée. A peine fut elle arrivée à mis chemin, qu’un flash lumineux s’empara d’elle

_____


La salle de séjours. Sati y avait de nouveau été envoyée.

La porte…

Oui Sati, tous les gardiens sont morts. Le passage est ouvert !


Dernière édition par le Sam 28 Oct - 16:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ivy Mistery
Serdaigle
Serdaigle
Ivy Mistery

Nombre de messages : 194
Age : 62
Age Roleplay + Sorts : 49 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : nécromancie, maître de potions
Date d'inscription : 20/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)

[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyVen 13 Oct - 14:43

Eléa dormait de plus en plus profondément. Les rêves s'éteignaient petit à petit, son état redevenait fluide, soluble... Cette impression de flotter la hantait à nouveau. Qu'est-ce que cela pouvait vouloir dire ? Etait-elle arrivée au terme de son voyage ? En avait-elle fini avec son enveloppe charnelle ? La douleur vive qui déchirait son ventre allait-elle s'éteindre elle aussi, comme tout ce qui était chaire et sang ?
C'est alors que, les yeux toujours clos, les rêves affluant une dernière fois, la mangemort le vit, son sauveur, son preux chevalier en armure blanche venu la sortir des griffes de cet horrible enfer, ou quelque chose qui y ressemblait du moins... Le sauveur n'était, en effet, ni un chevalier, ni un homme, et il ne portait pas non plus d'armure ! Ce sauveur était juste une fille, guère plus âgée que Maïa, à la peau sombre, aux yeux clairs... Eléa en eut le souffle coupé en comprenant que celle qu'elle voyait combattre d'étranges créatures dans un manoir qu'elle ne connaissait que trop bien ressemblait trait pour trait à Sati, sa colocataire !
Elle eut envie de l'appeler au secours, mais on ne peut crier dans un rêve !
A vrai dire, était-ce seulement un rêve ? Eléa gardait les yeux fermés. Son esprit semblait refuser de répondre à l'ordre qui aurait du ouvrir ses paupières. Mais elle ne dormait plus à présent et elle restait persuadée que Sati n'était pas loin, quelle allait la sauver !


Ton amie arrivera trop tard, pauvre petit à agneau... Tu es à moi... Tu es à moi !

A l'aide !!! pensa Eléa aussi fort qu'elle le pouvait, toujours dans l'incapacité de bouger alors qu'elle sentait sur son visage le souffle chaud et puant de la créature qui la maintenait prisonnière.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=2830
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: de l'autre coté du miroir ( l'appartement d'Eléa revisité )   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyVen 13 Oct - 15:02

C’est alors que Sati compris que tout serait bientôt finit. Elle eu un vif pincement au cœur elle fut prit d’une panique intérieure et silencieuse. La conclusion était proche et elle avait terriblement peur de ce qu’elle allait devoir faire maintenant.. Cette confrontation avec cette créature qui fut, en partie du moins, son père. Cet être qui promettait d’être bien plus dangereux que tout ce qu’elle avait rencontré jusque ici. Et Eléa..

Pourvue que je n’arrive pas trop tard ! Pourvue qu’elle soit encore en vie, il le faut !

Sati prit une profonde inspiration. Précautionneusement, elle posa sa main sur la poignée de la porte.. A son grand soulagement, elle ne ressenti nulle douleur, l’aura éthérée qui bloquait la porte s’était évanouie.

Tu. Tu ne viens pas ?
Demanda Sati anxieuse, voyant que son reflet n’avançait plus

Acanti sourrit Puis secoua vivement la tête, comme un enfant, fouettant l’air de ses deux longues couettes noires
A partir de ce point tu devra continuer seule. Cette épreuve est pour toi, et toi seule, c’est toi qui dois affronter la bête qui se terre dans ses lieux lui porter le coup de grâce

Je.. Je vois.. Et est ce que .. Est ce que nous nous reverrons ?

Acanti lança un sourire radieux à Sati
Affirmatif !
Et bien plus souvent que tu ne le crois, je serais toujours avec toi ! Dans ta tête..
Allez, va, maintenant preux chevalier, sauve ta princesse !


Les mots de l’avatar sombre eurent exactement le but qui semblait être espéré, motiver Sati à franchir sa porte, et à affronter l’épreuve suivante que le destin à mis sur sa route. En effet Sati avait dans son enfance, et toujours à présent, été friande d’histoire de chevalerie, et ressentait aujourd’hui une fierté absolue à être comparé à un chevalier héroïque.
Elle pris un air déterminé, frappa de ses poings sur ces cuisses.

C’est parti !
Forte de cette motivation, Sati ouvrit cette porte en bois qui semblait faite d’ombres à demi solidifiées et entra dans l’inconnue.
Un couloir, encore…

Lumos

Il faisait effroyablement sombre ici, à tel point que les seules choses que pouvait distinguer Sati était celles qui se trouvaient dans la lumière de sa baguette.
Cet endroit était plus atroce encore que les précédent. A perte de vue s’étendait ce corridor, tout constitué de chair, à tel point que la jeune fille horrifiée avait l’impression d’évoluer à l’intérieur des boyaux sombre de quelques créatures géante, ce qui était faux, mais y ressemblait farouchement.
Malgré la répugnance que lui inspirait cet endroit. Ces murs, se plancher ce plafond organiques qui remuait, gargouillait, suintait.. L’endroit était recouvert de symboles occultes noirs de toutes tailles et de toutes formes qui s’illuminaient périodiquement, à intervalles réguliers, les uns en décalages par rapport aux autres, de rouge, les confondant avec le reste des textures. A lors qu’elle parcourut ce couloir.. qui s’avéra bientôt être un enchevêtrement de corridor de chair gluante, des voix féroces et menaçantes raisonnaient aux oreilles de la jeune fille. Elle les haïssaient ces voix, et cet endroit répugnant..
Enfin, elle y parvint, une porte. Circulaire, comme un sas. Un sas de sous marin. Elle était tellement vieille et rouillée que Sati eu le plus grand mal à en tourner cette espèce de valve qui se trouvait en son centre. Mais finalement..
Un hurlement affreux, une vapeur noire se dégageant de la porte, un fracas métallique.Et la porte s’ouvrit..

Qu’est ce que ??

Sati avait du mal à croire ce qu’elle voyait, elle lança des regards de tout coté, se frotta les yeux pour s’assurer qu’elle ne rêvait pas.
Elle s’y trouvait à nouveau.. L’appartement d’Eléa !
Elle était dos à la porte d’entrée. A tout hasard, en un geste machinale, elle tenta de l’ouvrir. Mais elle ne bougea pas, resta figée.. et d’ailleurs.. A la regarder mieux, Sati avait al nette impression que ce qui se trouvait devant ces yeux, n’état pas une porte.. Pas tout à fait.. pas nettement..
Cela ressemblait plus.. .à un moulage, une sculpture inerte incrustée dans le mur. Ces soupons furent confirmés lorsqu’elle leva les yeux, et vit, écrites en lettre de sang sur la porte les inscriptions..
« Il y eu une porte ici… Sortie… elle s’en est allée à présent »

Qu’est ce que ça veux dire ça ?..
Rhaa peu importe, je préfère ne pas le savoir… Comme toujours il n’y aura sûrement pas de réponse à cette question.. En tout cas ça me donne la chair de poule..

La jeune fille quitta l’entrée de l’appartement, marcha.. traversa la cuisine.. Le salon. Elle se rendis compte à son grand étonnement que les lumières étaient.. mortes.. les lampes, néon, bougies, étaient couvertes de sang…
Leurs ampoules étaient brisées..
Sati ne se trouvait pas cependant plongée dans le noir. La pièce bénéficiait d’une luminosité correcte.. Elle en ignorait la source, d’autant plus que les volets étaient fermés.
Peu importe. Quelque chose lui dit qu’elle devait se diriger vers la chambre d’Eléa.

Eléa !!

A sa grande stupeur, Eléa était là ! Allongée sur le lit ! Toujours inconsciente, mais elle était bel et bien là !

Sati, à sa vue, se rua immédiatement vers elle, traversant la pièce en courant… Mais à peine fut elle arrivée au niveau du corps d’Eléa que l’environnement se mit à changer. Du sang noir se mit à couler du lit, les draps, couvertures etc. disparurent progressivement mettant à jour une armature en fer rouillée, pleine de lattes de clous et de ressorts à vif. Le tapis se transforma en un symbole sinistre, noirâtre. De la rouille et du sang se mirent à couler des murs et les objets. à les recouvrir. Naissant de rien, des silhouettes effrayantes, jaillirent des murs, qui étaient recouverts de chair. Ces choses hurlantes se trémoussaient dans tous les sens, encastrées, piéges, leur tête leur torse, leur buste et jusqu'à leur taillent étaient à l’extérieur des murs, mais le reste de leur corps y restait piégé.

Tous ses êtres féroces pointèrent leur face difforme, aux traits distordus vers Eléa, certains parvirent à extraire des bras griffus du mur et les tendaient menaçants vers Eléa.

Comme pour empêcher que ces créatures lui fasse du mal, que ce sang cette rouille et cette chair, toute cette terrible transformation ne s’abatte sur elle, Sati se mit à enserrer Eléa de ses bras minces et mates, la recouvrant et la protégeant sous son corps.

NON !! Elle est à moi !!

Cette voix inhumaine, tonitruante, monstrueuse, raisonna de nouveau ; pleine de fureur.

A cet instant… alors que l’appartement continuait de s’alterner.. il y eu une puissante bourrasque de vent, tellement puissante que Sati, fut projetée, soufflée vers l’arrière !

elle dévala les couloirs, traversa les pièces, en hurlant, finalement, dans un grand fracas, elle passa au travers de l’étrange porte d’entrée. qui n’en était pas une..

Sati tomba, tomba dans le vide, tout en poussant un long cris d’effroi aigu..
Bientôt, elle se retrouva sur un sol, entourée des débris de la porte d’entrée.
Péniblement, elle se releva et o miracle, constata qu’elle était entière..
Aussitôt, les yeux de la jeune fille s’écarquillèrent lorsqu’elle vit ou elle se trouvait..

Un océan infini de ténèbres.. un vide sans fin. Un abysse sans fond .la seule chose qui permettait à la jeune fille d’évoluer était une grille, gigantesque, circulaire, une grille de métal sanglant, rouillé, sur laquelle circulait une sorte de rail tout aussi corrodé.. tordus, ces rails contribuaient à dessiner ce grand symbole Mystique que la grille formait..

Sati leva les yeux au « ciel ». Stupéfaite, elle se rendit conte d’au dessus du centre de cette grille, à une dizaine de mètres, se trouvait une succession de pièces et de murs cruellement alternés.. L’appartement d’Eléa flottait dans le vide ! Il semblait léger comme un ballon, un dirigeable. Des flots de sang et de rouille s’en écoulaient sans cesse.. Et il était retenu par une dizaine de gigantesques tentacules barbelées..
Sati se dirigea vers l’appartement, essayant désespérément d’y remonter.. Rien à faire.. Soudain.. Elle aperçu quelque chose en tomber.. Une forme.. comme un être humain.
Espérant qu’il s’agissait d’Eléa, Sati courut dans sa direction, le cœur battant…
Lorsque enfin elle parvint à le distinguer, la jeune fille s’arrêta nette, clouée sur place. Stupéfaite

P-père !?.


Dernière édition par le Sam 28 Oct - 16:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: de l'autre coté du miroir ( la boucle est bouclée )   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyVen 13 Oct - 15:08

Il était là, de dos, debout et raide.. Lorsqu’il l’entendit, il se retourna, fixa Sati, d’un regard mort et vide. Il avait perdu toute couleur toute expression. Il était uniformément beige grisâtre, couvert de sang et de rouille. Le plus terrifiant était ce visage, le même que le sien, en plus petit, plus jeune et ce torse, qui jaillissait de son corps. Comme prisonnier à l’intérieur de lui.
Sans crier gare, les lèvres du père damné de Sati, s’ouvrirent, et il se mit à pousser un hurlement affreux, inhumain..

VOLEUSE !!!

Il s’agitait sur lui même, épileptique, comme un pantin désarticulé… Et soudain.. Son corps commença à se déformer, entamant une atroce transformation.

Sati terrifiée, recula de plusieurs pas, l’horreur se lisait dans ses yeux azurs..
… P..père ?

Acanti avait raison ce qui se trouvait devant elle n’avait plus rien de son père, plus rien d’un être humain, plus rien d’un être vivant..
De sa chair jaillit des pustules et des bosses, sa peau se rida se fripa, ses veines bleutées presque lumineuse au milieu des ténèbres devinrent boursouflées et nettement apparentes.. Une bosse gluante, agitée de tressaillement apparu sur son dos et le firent plier vers l’avant. Son coup se distordit, s’allongea, avançant son visage bouffit et tordu par la fureur vers Sati. Ses cheveux devenus graisseux et organiques ressemblaient à de longues anguilles, s’agitant frénétiquement, comme de fins serpents sans tête.
Le visage de garçon qui se trouvait prisonnier au milieu de sa poitrine ouvrit brutalement des grands yeux pleins d’effroi, à partir de maintenant il pousserait une série de hurlements terrifiés.
Deux bras jaillirent, en prolongement de ce petit corps prisonnier. Comme ceux de la créature dominante, ils étaient longs et achevés par de grandes griffes.
Apparues de rien, des barreaux encerclèrent la bête, à droite à gauche, derrière, en dessous, au dessus d’elle. Il n’y avait que droit devant elle qu’il n’y en eu guère, hormis deux ou trois barres horizontales qui le maintenait fermement dans cette sorte de cage ou de cadre rectangulaire et rouillé d’ou pendait négligeant plusieurs chaines. Cette prison ne laissait dépasser que les quatre bras du monstre, ainsi que ses grandes ailes, similaires à celles d’une chauve sourie, qui venaient d’apparaître.
L’abomination s’éleva lentement dans les airs, à tir d’ailes, dans des mouvements raides et longilignes.

Immédiatement Lignage attaqua. Des sorts, informulés, il les lançaient à la vitesse de l’éclair, Tout en sillonnant les cieux, il bombardait le sol de sa magie. Sati, le cœur battant l respiration alternante, courait dans tous les sens, pour échapper aux nombreux éclairs magiques du monstre. Ceux ci frappaient le sol, s’y écrasant, dans un bruissement apocalyptique. Des éclairs verts, des sphères enflammées, plusieurs types de sorts semblant plus dangereux les uns que les autres s'écrasèrent sur les grilles métalliques.

LACHE !
EST CE TOUT CE QUE TU AS RETENU DE TON ENTRAINEMENT ?
TU NOUS FAIT HONTE !

Alors qu’elle courait frénétiquement, Sati se mordit les lèvres. Des larmes lui montaient aux yeux. Elle avait envie de tomber sur le sol, de s’écrouler et de fondre en larmes..

De temps en temps, entre deux attaques du monstre la jeune fille, prenant son courage à deux mains, se retournait, s’arrêtait, visait la créature qui voletait a quelques mètres du sol, et lui lançait un sort. Hélas, elle était peu expérimentée, la sagacité et la vitesse sur manquaient, aussi manqua t’elle souvent sa cible. A son grand damne. A chaque sirt manqué, elle se sentait plus honteuse

ET TU OSE TE CROIRE DIGNE D’ELEA ? J’EN RIRAIS SI JE LE POUVAIS ENCORE

La jeune fille sentait sa colère lui monter. A nouveau, elle visa la créature, mais.. trop tard, il était trop proche d’elle . L’une de ses chaînes la saisit au vol. La jeune se sentit soulevée du sol.. Par le coup.
Elle suffoquait, était en train d’étouffer, frénétique, elle tenta d’arracher de son coup la tentacule d’acier, impossible ! Rien à faire, elle ne voulait pas desserrer son étreinte ! Rien n’y faisait ! Les yeux pleins d’horreur, Sati sentait sa dernière heure venir.

C’EST LA FIN…

Alors que tout semblait perdu, Sati eu une ultime intuition. D’un seul geste, sans hésitation, elle pointa la masse noire qui remplaçait le ciel.

Morsmordore

Un éclair vert jaillit de la baguette de la jeune fille, fila vers les ténèbres du ciel, comme un long serpent sinueux. Brusquement il y explosa faisait apparaître, gigantesque, la sinistre marque des ténèbres.
Lignage lorsqu’il la vit, lâcha prise immédiatement, laissant retomber Sati sur le sol.
Il poussa une série de grognements et de hurlements de douleur, comme si sa chair le brûlait de milles feux. La marque semblait provoquer une douleur indicible Pas de douleur physique non, mais une terrible plaie béante venait de s’ouvrit, dans son âme damnée.
Tout d’un coup, il perdit l’équilibre, tomba du ciel, s’écrasa sur le sol, dans un violent fracas métallique, Il était prit de spasmes à l’intérieur de sa cage rouillée..,
Sur le sol, il s’agitait, en proie à de terribles convulsions, accompagnées d’effroyables couinements inhumains. En un effort incroyable, il se tordit vers l’avant, parvint à se relever..
Plus furieux que jamais, il se rua vers Sati, lévitant légèrement au dessus du sol, toujours aussi droit et raide, le regard plein de haine..

QU’A TU FAIT !!
MISERABLE GAMINE
QU’A TU FAIT !

Celle ci qui venais de se relever serra ses poings, regarda la bête qui un jour fut son père dans les yeux… droit dans les yeux. La peur l’avait quittée, elle était déterminée, plus que jamais, elle savais exactement quoi faire.

Vous avez trahis le seigneur des Ténèbres !
Se mit elle à hurler. Lignage s’arrêta, net dans sa course. Il la fixait avec un mélange de haine et de peur naissante. Ne disant mot..

Mon Père ! Vous avez trahis le seigneur des Ténèbres !
Vous l’avez Trahis !
Hurla t’elle de plus belle

N..Non
La bête vacilla, sa voix était chancelante. Il était effrayé, comme un enfant dans le noir

Vous l’avez trahis ! Vous avez Trahis le seigneur des ténèbres !
De nouveau, la jeune fille cria de toutes ses forces. Elle savait, elle avait toujours su que la plus grande motivation dans la vie de son père, son moteur, était sa dévotion envers Voldemort.

La créature prit son crane entre ses deux mains, poussa une série de cris et de grognements déchirants, dominés par un long hurlement suraigu

Vous avez trahis le Seigneur des ténèbres ! Vous avez trahis Voldemort !
Sati hurlait à tue tête. Elle se moquait éperdument du seigneur des ténèbres, ou que l’on puisse le trahir, surtout en ce moment. Mais elle savait que le seul moyen de détruire ce monstre abstrait était de s’attaquer à sa foi en sa propre dévotion

Poussant un hurlement désespéré, la bête tendit difficilement un de ses longs bras difforme vers la marque des ténèbres.
MAITRE… COMME JE VOUS AI FAILLIT !!!
Se lamenta la créature..

C’est alors qu’à nouveau.. Lignage fut pris d’horribles convulsions.. Les barreaux qui le retenaient, soudain, se brisèrent, tous d’un seul coup, en mille morceaux ! Comme si il s’étaient agis de fenêtres en verre !
La masse du corps difforme du monstre damnée, s’écroula alors sur le sol. Désarticulé, mou gluant, comme un mollusque, il se traîna vers l’avant, tenta de se relever, parvint à se hausser sur les genoux

Sati le regardait, un infinis dégoût dans ses yeux, une main sur la bouche. Il lui semblait inconcevable que son père si fier et si digne ai pu devenir cette masse immonde qui se traînait sur le sol..

La créature semblait se décomposer, à une vitesse accélérée.. Il posa ses yeux sur Sati, et il sembla à celle ci qu’une certaine tristesse, un désespoir s’y trouvait, elle cru même apercevoir une larme noire couler des yeux bouffis et flous du monstre...
En son dernier instant, Lignage remua ses lèvres, il voulait dire quelque chose sans aucun doute, prononcer un mot. Sati y était suspendue, pleine d’un espoir fou. Elle aurait tellement souhaité lui entendre dire : « Je suis désolé pour tout ce que je t’ai fait subire » Ou « je suis très fier de toi », ou tout simplement « ma fille ».
Mais.. Rien, rien ne sortit des lèvres de la créature qui fut un jour son père. C’était trop tard, ses cordes vocales s’étaient déjà décomposées, avaient pourries…

Dis le ! Dis le !!

Fait le !
Hurla Acanti aux oreilles de Sati. Cette dernière, était emplie de rage et de ressentiments. En une fraction de secondes toutes les méchancetés de son père lui revinrent à l’esprit. Ses hurlements haineux qu’il avait prononcé lors de leur affrontement final il y a quelques instants encore résonnèrent dans sa tête .Elle réalisait seulement maintenant l’ampleur de la situation. Son père avait essayé de la tuer !
C’en était trop. Il fallait qu’elle le fasse, la bête se décomposait, cela pressait, c’était maintenant ou jamais, il fallait qu’elle se libère de sa haine. Sati braqua Lignage de la pointe de sa baguette

J-je. J’aurais fait tant de choses, pour vous.. J’aurais déplacé des montagnes.. Si seulement vous m’aviez aimé !
…D’un souffle rageur :

Avada Kedavra

Un flash vert, et ce qui restait de la créature, une dépouille squelettique, à laquelle collait encore une peau noircie et quelques lambeaux de chair décomposé qui restait tomba sur le sol. Inerte, mort.

Une fois de plus. Sati senti les larmes lui monter, mais rien ne coulait. La folie du geste était passé.. Un rire réjouis raisonna dans sa tête.
Sati ne savait trop quoi penser.. Mais elel était forcée de l’avouer, elle se sentait.. mieux maintenant, libérée, d’un poids, soulagée.

R-repose en paix..
Murmura t’elle sans y croire. Elle avait le pressentiment que l’âme de son pere n’avait pas encore vécut le pire, qu’elle allait à présent à purger ses nombreux crimes. Elle espérait seulement qu’il y aurait une lumière au bout du tunnel et une possible rédemption pour cette âme.
Mais mieux valait ne pas penser à cela pour le moment, par ailleurs le plus important pour le « jeune chevalier » était de retrouver enfin sa demoiselle en détresse. Sati était par un certain coté fière d’elle, et de sa victoire malgré le choc qu’elle ai pu être. Sa priorité à présent était de remonter dans cet appartement, de retrouver Eléa, et de prier pour qu’elle puisse, à présent que celui qui la séquestrait était mort, parvenir à la réveiller et à la ramener dans le monde des vivants.
Sati n’eu pas à chercher longtemps. Car, une série de plaques de métal jaillirent des ténèbres, se superposèrent, formant un escalier montant à l’appartement.
Inutile de dire que la jeune fille s’y précipita, monta les marches ainsi crées…
A peine fut elle arrivée à l’appartement d’Eléa qu’un vif flash de lumière blanche l’aveugla, elle n’eu pas même le temps de bouger, qu’une voix, familière, la sienne, lui lança, sur un ton joyeux

Bravo Sati !

La jeune fille se senti partir, sombrer, glisser… Quitter cet réalité, partire Loin de cet univers.


...Bon retour chez toi petite mortelle !
Emmène ta princesse avec toi. Je vous autorise à quitter mon royaume, vous l'avez bien mérité !
Mais, ici ou ailleurs, rappelez vous bien à qui appartient cette voix qui raisonne sans cesse dans vos tête.
Car mes bien aimés fidèles, nous somme tous, jusqu'au dernier liés à la toile du destin...


Dernière édition par le Sam 28 Oct - 16:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ivy Mistery
Serdaigle
Serdaigle
Ivy Mistery

Nombre de messages : 194
Age : 62
Age Roleplay + Sorts : 49 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : nécromancie, maître de potions
Date d'inscription : 20/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)

[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptySam 14 Oct - 17:01

Tout est lié... Tout est lié... Tout est lié...

Cette étrange phrase revenait en écho aux oreilles d'une Eléa sur le point de se réveiller
Un sursaut, un frisson. La mangemort trembla de la tête aux pieds et ouvrit enfin ses yeux... bleus... plus d'encre noir, plus de regard étrange...
Le premier réflexe d'Eléa fut d'observer chaque partie de son corps, de la faire bouger pour réaliser que tout était bien réelle. Qu'elle était bien revenue...
Revenue ? Mais revenue d'où ? Etait-ce un cauchemar ? Une hallucination ?
Mais alors qu'elle essayait une première fois de se relever, la douleur lancinante qui s'abattit sur son ventre lui prouva que tout avait bien été réel. Sans scrupules, elle déchira le morceau de tissu qui cachait sa peau et découvrit avec horreur les deux plaies ensanglantées...
Serrant les dents pour supporter la souffrance, elle se força tout de même à se lever et, à moitié pliée en deux, tenant son ventre terriblement douloureux, elle vacilla jusqu'à la salle de bain. Elle poussa un cri de joie rauque, à moitié comprimé, en apercevant son reflet, son vrai reflet, dans le miroir.
Puis elle se souvint plus distinctement. C'était Sati qui l'avait sauvée... sauvée des griffes de son ancien amant à qui la créature infernale à laquelle elle était liée l'avait livrée...
Sati...
Eléa, trop affaiblie, trop éperdue, n'avait pas même fait attention à savoir si quelqu'un d'autre se trouvait dans la chambre.
Incapable de faire le trajet en sens inverse, elle se laissa glisser le long du mur de la salle de bain et s'affala par terre, appelant sa colocataire d'une voix faible :


Sati ?
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=2830
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptySam 14 Oct - 17:44

Sati se redressa soudain, son visage jaillit des ses mains mate et éfilées , derrière lesquelles elle s'était cachée.
paniquée, elle lanca frénétiquement des regards de tout cotés.. Ou diable se trouvait t'elle ? Avait elle franchit un nouveau soeuil dans cetet dimension de cauchemard ?
Quel était se lieu ?
La dernière chose dont elel se souvenait était ce vif flash de lumière, il l'avait soudainement éblouit alors qu'elle montait les marches la conduisant à une version cruellement alternée de l'appartement d'Eléa..
Elle avait ensuite entendu se son.. Ce son stridant, agressfif, intense, qui s'était insinué dans chaque parcelle de son esprit.. Provocant ces maux de cranes affreux qui l'ont conduit à se prendre la tête entre ses mains. Elle s'était ensuite sentie.. hapée, s'etre sentit glisser.. Comme passer, de l'autre coté d'un mirroir..

Et maintenant ?
Il lui fallut quelques instants pour se remettre de ses émotions, pour mettre sa vision au point.. L'appartement d'Eléa.. Encore.

Non, ce n'est pas pareil.. Je sent.. Ca y est ? Est ce que je suis revenue ?

La jeune fille fit volte face, se tourna vers la porte d'entrée, elle passa sa main dessus, sa matière, sa constitance.. tout ce qu'il y avait de plus normal.. Sati se risqua même à l'entre ouvrir..
Dehors, le couloir.. Les lumière étaient allumées, ni trop vives ni trop sombres.. Des lumières quoi..
Sati ne ressenti rien lorsqu'elle les regarda, et suirtout pas cette sensation d'étouffer. La jeuen fille referma la porte.. Anxieuse, elle approcha sa main d'un interupteur.. L'actionna.


Les lumières, elles s'allument... Et elles s'éteignent ! ! Incroyable !
Oui.. Je suis bien revenue !


Elle poussa un long et appuyé soupir de soulagement, s'adossa contre la porte. Elle pouffa d'un rire, un rire sans joie, un rire nerveux. Puis, de ses yeux des larmes se mirent à couler, toutes ses larmes qu'elle n'avait pu verser dans l'au dela, toutes ces sensationc que le sentiment de reverie qui plananit sur l'au dela lui empécha de manifester pleinement lui revirent d 'un coup, pêle mele en plein visage.
Elle était sur le point de se laisser glisser sur le sol.. Lorsqu'une voix lui parvint, une voix qui l'appellait..
Cette voix, si familière, cette voix, qu'elle avait tant espérée entendre.. durant tout ce temps !

OH !!

Sati quitta le seul de la porte, courut, à toute allure vers l'endroit d'ou ce son provenait .. La salle de bain.. Elle était là, elle s'y trouvait.. enfin, elle bougeait, ouvrait les yeux, vivait..

Sati resta figée, bouche bée, des larmes lui coulaient des yeux..


E..Elé..


Les nerfs de la jeune fille lacherent d'un seul coup, toute sa retenue prudente senvola. Pour l'heure, sa timidé disparue, et sans crier gare, Sati se rua en avant, se jetta littéralement sur Eléa, de toute ses forces, elle l'enserra de ses bras sombres et minces !

Eléa ! Enfin, tu es là, tu es vraiment là ! Je t'ai cherchée partout ! J'ai silloné l'au delà pour te retrouver ! Ne me laisse plus ! Plus jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Ivy Mistery
Serdaigle
Serdaigle
Ivy Mistery

Nombre de messages : 194
Age : 62
Age Roleplay + Sorts : 49 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : nécromancie, maître de potions
Date d'inscription : 20/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Left_bar_bleue100/100[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty_bar_bleue  (100/100)

[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyLun 16 Oct - 9:46

Eléa, à grand renfort de volonté et de grincements de dents, retint le cri de douleur qu'elle faillit pousser lorsque Sati l'étreignit. D'un geste lent, elle repoussa légèrement sa colocataire afin d'éviter de souffrir encore un peu plus !

Hey, doucement !

Son timbre avait perdu de sa froideur et seulement une grande faiblesse s'y faisait sentir.

Je suis là oui ! Contente d'être revenue !

C'était sa manière à elle de dire merci, mot qu'elle ne s'abaisserait sûrement pas à prononcer ! Essayant de se relever, elle maintint ses mains sur son ventre, serrée contre le tissu spongieux de sa robe imprégnée de sang. Mais elle poussa un gémissement d'impuissance et alors qu'elle s'était redressée à moitié, retombé lourdement par terre.

Il va encore falloir que tu m'aides, je crois !
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=2830
Sati Ali
Invité
avatar


[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 EmptyLun 16 Oct - 12:37

Sati deserra son ètreinte, et se retira doucement lorsqu'elle sentit Eléa faire pression sur son corps dans ce but.
A genoux sur le sol à la hauter d'éléa, Sati recula de quelques mettre afin de laisser Eléa souffler, vu que c'était ce qu'elle semblait vouloir.
Une moue dépitée, version édulcorée de ce que Sati ressentait à ce moment là, s'afficha sur son visage. Elle se sentait négligée, repoussée, et ce sentiment l'attristait énormément, surtout apres ce qu'elle venait de faire. Elle réprima une larme qui empli ses yeux. C'est alors que son attention se fixa sur le bras d'Eléa qu'elle avait plaqué sur son ventre.
Les yeux de la jeune fille s'exhorbitairent, horrifiée. La vision de cette blessure sur le corps de sa chère logeuse était à ses yeux aussi horrible que les monstrueuses créatures auquelles elle du faire face dans l'au delà.


Oh mon Dieu !! Eléa ! M-Mais tu es blessée !?

La jeune fille qui s'était écartée d'elle, se pencha vers l'avant, se coucha presque sur le sol, pour se retrouver face à l'inquiétante ligne de sang qui déchirait la peau de marbre de la logeuse.
Lorsqu'elle entendit de surcroit les cris pleintifs d'Eléa, la panique s'empara alors de Sati. Une panique aussi grande que celle qu'elle ressenti lorsqu'elle assista aux terribles convulsions qui agiterent Eléa, lorsque, inconsciente elle était étendue.


O-ou-oui, oui bien sur je vais t'aider ! Dis mois ce qu'il faut faire !! Est ce que.. Est ce qu'il faut ller à Sainte Mangouste ??
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa   [RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[RESIDENCE] *Près du chemin de Traverse* Appartement de Sati et Eléa
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Centre ville-
Sauter vers: