AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kelpy
Invité
avatar


Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV] Empty
MessageSujet: Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV]   Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV] EmptyMar 9 Oct - 11:07

Ce jour-là, Kelpy McGlenn a plus rempli les fonctions de membre du comité de surveillance des apparitions fantomatiques qu’unité active du FICM. Dans les faits, ça veut dire qu’au lieu d’aller gambader en équipe dans la campagne des Carpates, il a épluché pendant toute la journée les dossiers de revenants et autres poltergeists. Assommant. Classer ceux qui se manifestent, ceux qui se manifestent plus, les moldus, les sorciers, les dangereux, et les incorporels, ceux qui préfèrent faire du bruit, et puis ceux qui font juste peur, la sorte qu’on invoque, ou ceux qui hantent des endroits précis… Il a essayé, pourtant, de se faire envoyer sur le terrain aujourd’hui, mais peine perdue. Amadeo le voulait cloîtré dans son bureau, tout ça parce qu’il s’est chopé le rhume du siècle pendant le court séjour aux Carpates. Sa seule consolation ? Etre à peu près sûr que Godiva, la cruche qui est à la botte de Blancpégase, soit encore plus malade que lui. La folle était en jupe. Puisque le Directeur a insisté pour le garder enfermé dans son bureau, il a pris le droit de sortir plus tôt que d’habitude. Mal à la tête, tout ça…

Il passe donc dans l’atrium ministériel, complètement indifférent aux nobles statues qui sèment le décor, ainsi qu’à la magnifique fontaine magique, et aux bibelots de prix. Il se mouche en marchant d’un pas régulier, sa cadence habituelle ralentie – boudiou que c’est dur de faire deux choses à la fois ! Son nez fier et étroit de Sang-Pur sortira de l’aventure rougi à cause du frottement de cet impur de mouchoir pas assez doux pour sa peau délicate…


« Bordel de pompe à merde de rhume de pute aveugle » grommelle sur un ton menaçant le Kelpy sauvage et malade, bien décidé à aller se réfugier sous sa couette et à attendre que ça passe, quitte à mourir tout seul dans son lit. Enfin, mourir d’un rhume ; il ne prend pas grand-risque. Quand Kelpy part tôt du travail, ça veut dire environ 17h, il peut donc croiser pas mal d’autres fonctionnaires qui prennent la poudre d’escampette – enfin de cheminette plus exactement – qu’il ne se prive pas de traiter intérieurement de tous les noms, parce que eux sont bien portants et qu’ils ne semblent pas le mériter. Il y a également dans l’atrium une masse de gens un peu plus sérieux qui viennent assister à des réunions ou déposer des rapports à leur supérieur direct – qui seront copieusement injuriés toujours intérieurement également, y’a pas de raison, à bas les gens qui vont bien. Kelpy est malade ? Le monde entier se doit de compatir et de l’être aussi, non mais.

Il accélère un peu le pas, dans l’objectif de traverser le plus vite possible ce hall interminable, avec cet insupportable carrelage trop étincelant sur lequel ces satanées godasses portées par ces putains de gens font un bruit incroyable. Oh, nous ne sommes pas un troupeau de mammouths en période de migration, veuillez faire moins de bruit et marcher feutré ! Tout le monde choisit le jour où il a mal au crâne pour étrenner ses nouvelles chaussures qui couinent, on dirait… Vie injuste, monde injuste, encore une fois !

Et à force de se lamenter sur son sort, et ne pas faire attention à ce qu’il peut bien se passer autour de lui ( « Oh les gens se pousseront bien de mon chemin ! » ), on finit forcément par bousculer quelqu’un. Enfin, s’il n’y avait eu qu’une bousculade, à la limite… Ce qui vient de se produire entre le brun et un autre jeune homme relève plutôt de la collision brutale et violente. Kelpy, déséquilibré, recule de quelques pas, mais rien n’est cassé : il est resté en station bipède, et son mince dossier contenu dans une pochette jaune est toujours bien calé sous son bras. En face, par contre, la situation est plus critique… Un blond. Non châtain, étalé par terre, des piles entières de feuilles qui sont semble-t-il numérotées tombées à ses côtés. Merde. Meeeeeeeeerde. La voix légèrement enrouée de Kelpy s’élève, accompagnée d’un geste de la main fataliste.


« Euh… Navré. »

Ah, ça, tu fais bien d’être navré… Il aura du bol si l’accidenté ne lui saute pas à la gorge pour l’étrangler, là. Il adopte une expression neutrement désespérée. En pareil cas, c’est grave, un délit de fuite ? Oh et ce mal de crâne… Malchance de merde. Il tend une main au jeune homme par terre, lèvres prises dans une moue contrite.

[ PV : Simon Dorcha. ]
Revenir en haut Aller en bas
Simon Dorcha
Serdaigle
Serdaigle
Simon Dorcha

Nombre de messages : 79
Age : 35
Age Roleplay + Sorts : 22 ans sorts 1 2 3
Date d'inscription : 07/08/2007

Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV] Empty
MessageSujet: Re: Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV]   Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV] EmptyVen 12 Oct - 8:43

C’est d’un pas vif que Simon arpente les couloirs du Ministère, se voulant sourd aux différentes rumeurs qui agitent le bâtiment, aux conversations des employés, au froissement des robes sur le sol lisse.

Le nez plongé dans ses dossiers, le jeune Dorcha ne daigne pas lever les yeux de ses notes, louvoyant dans la foule qui glisse autour de la fontaine centrale. Il bouscule parfois une personne ou une autre d’un coup d’épaule, évite certains obstacles sans y penser, avec cette attention très atténuée, instinctive, des gens qui marchent tout en se concentrant sur une autre tâche. Journée plutôt productive. Des pages et des pages recouvertes d’une écriture noire et serrée, quelques croquis qui parsèment le tout. Du travail qu’il ramène chez lui afin de l’examiner plus sérieusement, loin de toute l’agitation du Ministère, de toutes ces présences humaines qu’il ressent confusément, même cloîtré dans les salles du Département des Mystères, et qui le perturbent au plus haut point.

Environné par l’odeur florale de son herbe à pipe, laquelle, coincée entre ses lèvres, laisse à sa suite un mince sillon pâle agacé par les quelques avions de papier qui volettent dans l’Atrium, Simon tourne une autre page, sans s’arrêter de marcher.


« ... supposer qu’un fantôme, libéré du temps et ne ressentant plus ses effets physiquement parlant, pourrait pourquoi pas remonter le long de la trame et fournir de précieuses indications vis à vis de celle-ci. Peut-être demander dérogation au Ministère et emprunter un retourneur. Expérience à mener. Consulter archives sur... »

Un groupe d’employés passe en riant à sa gauche, indice sonore qui lui fait froncer les sourcils. Morose, Simon se presse d’avantage.

Un peu de silence, que diable ! Impossible de travailler dans tout ce bruit...


« ... sur tests passés antérieurement. A noter cependant qu’un fantôme pourrait être retenu par certains liens émotionnels. Déjà observé qu’un esprit a-vivant ne fait qu’obéir aux schémas que lui impose sa nature (théorie), tandis qu’un fantôme reste une personne à l’ego certes morcelé, mais dont l’affect est très certainement capable d’évoluer. Possibilité expérience + salle de l’amour, interpénétration de... »

Le choc fait voler sa réflexion en morceau, tout comme les feuilles qui s’épanouissent, plumes blanches, et s’éparpillent à ses côtés. Le temps de constater que l’horizon a basculé, Simon se découvre à terre, sonné.

Que... Quoi ?

L’instant de surprise passé, le jeune homme relève la tête, pour accrocher du regard celui qui lui fait face. Créature fine, féline, yeux couleur venin, moue embêtée mais non désolée. Une excuse et une main tendue.

D’abord, silence obstiné de la part de Simon, visage fermé ; le jeune langue-de-plomb semble passer en revue, mentalement, les pires maléfices qu’il connaisse, et se demander lequel lancer pour châtier ce petit effronté aux allures de chat à écailles. Regard contre regard, vert contre vert. Après avoir manifesté, à sa manière silencieuse et froide, à quel point il a été blessé dans sa dignité, Simon accepte l’appui de l’inconnu – la moindre des choses – et tire sur son poignet pour se redresser, époussetant les pans de sa robe grise. L’autre est un peu plus petit, de taille maigre, d’allure bizarrement dépenaillée. Qui est-ce ? Sans doute un quelconque visiteur.

Coup d’oeil vers le bas, tandis que Simon attrape sa baguette, jusque là logée dans une poche. Les documents épars, la pipe à côté, embout brisé. Il soupire.


- Reparo. »

Le petit objet d’acajou retrouve une intégrité satisfaisante puis saute docilement dans la paume du jeune homme, sur l’ordre – Accio – donné par celui-ci. Le même sort permet aux nombreuses feuilles de venir se ranger sous son bras ; dans le désordre pour la plupart, certes, mais il n’a pas le temps de les classer convenablement, pas ici.

- Faites un peu attention », gronde enfin Simon, attention de nouveau tournée vers le perturbateur qu’il dévisage avec sévérité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV] Empty
MessageSujet: Re: Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV]   Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV] EmptyVen 12 Oct - 13:36

Si Kelpy pouvait aller se taper la tête contre les murs impeccables de l’atrium, il irait. Le jeune homme qu’il a envoyé valser au sol semble goûter très moyennement à l’aventure, et comme sa grand-mère disait toujours « quelqu’un qui a les yeux verts est forcément rancunier, ça ne trompe pas ». En se basant sur l’étude de tous les sujets aux yeux verts qu’il a rencontré dans sa courte mais aventureuse vie, Kelpy ne peut qu’adhérer au proverbe de mamie. C’est bien sa veine. Après avoir relevé l’accidenté – diaaable, c’est qu’il pèse ses kilos, le fifrelin – il passe une main sur sa nuque, le détaillant rapidement de son regard franc. Correction, il ne pèse pas ses kilos, mais sa taille. Boudiou qu’il est grand, l’animal ! Vu sa taille plutôt réduite, Kelpy croise pas mal de gens qui le dépassent, mais à chaque fois c’est l’étonnement. C’pas lui qu’est p’tit, c’les autres qui sont grands ! Le Serpentard prend des paris, intérieurement : allez, il parie le chien de Childérik qu’il va lui lancer un sort sur le coin du nez, histoire de lui apprendre à être resté debout suite au choc. C’est pour ça que la main pâle et nerveuse de Kelpy fait un bond vers sa propre baguette quand Simon attrape la sienne.

Parfait, comme ça non seulement il passe pour une espèce de tank humain qui arrive à foutre par terre des gens plus grands que lui, mais en plus il a l’air de vouloir l’agresser. Dommage, Simon répare juste sa pipe, qui paraît moins solide que le carrelage… Childérik, devine quoi, s’il avait vraiment parié, t’aurais plus de chien ! Le brun grimace, lâche sa baguette, la laissant calée sous son bras, et porte la main à son front, fermant à demi les yeux. « Merlin, Godric, Salazard et toute la troupe, je vous jure que j’ai pas fait exprès de tuer ce pigeon hier midi, c’est pas la peine de s’en prendre à moi. » Et il se paie le luxe de pousser un court soupir, alors que le mal de crâne resserre un peu plus ses anneaux lourds sur ses tempes. Pendant ce temps, Simon a récupéré à peu près toutes ses affaires – même si Kelpy a clairement vu la feuille numéro 51 se placer derrière la 13, ça c’est pas son problème, hein – et le Serpentard a dans l’idée de pour une fois, fermer sa grande gamelle, et s’esquiver sans mot dire.

C’est la jambe en l’air, sur le départ, que la phrase agacée du jeune Dorcha le surprend. Les yeux verts s’étrécissent, les lèvres minces perdent leur expression boudeuse pour prendre un pli vengeur, et il repose le pied au sol, tournant la tête vers Simon. Quelle insolence ! Ces derniers temps, Kelpy a l’habitude de traîner sur certaines syllabes dans ses phrases, histoire de rendre encore plus agaçante sa locution claire et vive.


« Eeeeexcuse-moi, mais il me semble que j’peux te retourner le compliment, sur ce coup-là ! »

Bizarre mélange entre une façon de parler très correcte et une autre beaucoup plus enlevée… Plus cette difficulté à employer le vouvoiement, ça fait un combo assez terrible pour les nerfs. Les fins sourcils noirs se froncent perceptiblement dans le visage mince du jeune homme. Espèce d’impudent de… Serdaigle ! Voilà, c’est ça. Ce mec était à Poudlard en même temps que lui, Kelpy en est sûr et certain. Un Serdaigle bizarre qui traînait souvent seul, sur le dos duquel il avait comploté quelques sales blagues – au final, elles avaient toutes servi à énerver les braves petits Gryffondors, mais l’idée était là. Mal de crâne et maladie aidant à le mettre de mauvaise humeur, il décide immédiatement que Simon lui est insupportable, et le fait savoir d’un regard assassin. Kelpy est très doué pour se faire pardonner !

Et en plus, le nom de ce Serdaigle de bas étage qui ne veut pas lui revenir… Ce mec a tout pour l’énerver ! Il claque des doigts, mord un ongle, regard agacé et mouvant. La question sort toute seule, acide et vivace.


« Rha, et tu t’appelles comment déjà ? »

Une expression du genre " pauvre pomme " est la suite logique de la question vu le ton employé, et c'est tout comme si elle avait été prononcée tellement elle est perceptible. Kelpy, une méthode pour faire lâcher vos nerfs, en une leçon, garanti 10 minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Simon Dorcha
Serdaigle
Serdaigle
Simon Dorcha

Nombre de messages : 79
Age : 35
Age Roleplay + Sorts : 22 ans sorts 1 2 3
Date d'inscription : 07/08/2007

Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV] Empty
MessageSujet: Re: Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV]   Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV] EmptyMar 8 Juil - 17:08

De déjà fort peu chaleureuse qu'elle était, l'atmosphère se fait glaciale, du côté de Simon. Le visage dur, fermé, rend le regard avec une intensité fixe, menaçante, tandis qu'il redresse l'échine et serre sous son bras la liasse de feuillets manuscrits. L'indignation est pleine et entière. Comment se fait-il que le Ministère - Diable... Le Ministère ! - daigne accepter entre ses murs des visiteurs aussi... aussi peu... aussi provocateurs, insolents, insupportables ?

Regardez-moi ça. Et que ça lève le menton en se pensant important. Un moineau qui gonfle le jabot ne sera jamais rien d'autre qu'un moineau, mon petit gars.

Les longs doigts osseux de Simon pianotent sur le papier, font mine de se glisser dans une poche, peut-être à la recherche d'une baguette pour enfin faire taire ce jeune présomptueux, d'un sort suffisamment tordu pour lui faire regretter d'être né... Mais, non. Ce sera finalement la pipe, extraite de l'étoffe profonde, et de nouveau glissée entre les lèvres. Il joue du bout des dents sur l'embout tout juste réparé, et oppose à la provocation constante, agressive, du dit Kelpy, une impassibilité de façade, froide et hautaine.


- Me... retourner le compliment ? Pardonnez-moi, Monsieur, glisse Simon avec une douceur acérée de scorpion, en insistant d'ailleurs bien sur le vouvoiement et la fausse politesse dont il ponctue ses propos, mais il me semble qu'entre vous et moi, l'offensé, ce n'est pas vous. Vous m'avez perturbé dans mes réflexions. Vous avez gâché mon travail. Et vous osez m'agresser ? Où est-ce que vous vous croyez ? Dans une cour d'école, prenons à tout hasard... oh ! Poudlard, où l'injustice et la raillerie sont monnaie courante et restent impunies ? Non, Monsieur, non. Veuillez présenter vos excuses, immédiatement, ou bien vous aurez à répondre à l'accusation d'entrave à la mission d'un agent du Ministère. "

Il n'élève pas même la voix tout en parlant, le ton restant égal, coupant, venimeux. Désormais campé devant son agresseur, qu'il détaille sans retenue, le jeune Dorcha attend la réaction de son interlocuteur - et surtout celle produite par les mots magiques "agent du Ministère". Manière de remettre à sa place ce qu'il continue à prendre pour un touriste sans bonnes manières, persuadé d'être dans son droit - et l'étant, sans aucun doute. La question sur son nom est également mise sur le compte d'une impolitesse générale, d'une familiarité vulgaire, à laquelle il ne prend donc pas la peine de répondre.

Lui n'a pas reconnu Kelpy. Tous ses tourmenteurs se ressemblaient. Tous.

Revenir en haut Aller en bas
Kelpy
Invité
avatar


Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV] Empty
MessageSujet: Re: Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV]   Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV] EmptyJeu 31 Juil - 19:03

Pour l’atmosphère glaciale, mettons un point partout, parce que les yeux de Kelpy s’étrécissent sensiblement, fixés avec une expression mauvaise sur le visage de Simon. L’irlandais est généralement considéré comme une espèce d’ingénu sans cervelle, mais c’est oublier son caractère particulièrement obstiné, et pas vraiment… gentil. Serpentard n’a pas grand-chose à faire là-dedans, avis aux amateurs de clichés. Il passe son index sur ses lèvres pendant la tirade du châtain clair, puis les pince légèrement.
La contre-attaque ne se fait pas attendre, rapide, prononcée sur un ton ouvertement agressif.


« De une, non je ne te pardonne pas. » Aucune trace d’une quelconque politesse singée sur celle de Simon là-dedans, Kelpy n’abandonne pas sa manière de parler aussi facilement, surtout qu’il est bien meilleur dans le registre provocateur que dans celui du type doucereusement menaçant. « De deux, je ne vois pas ce que tes réflexions et ton travail viennent faire là-dedans, jusqu’à preuve du contraire, c’est ton problème, pas le mien. »

Il se redresse, manifestement absolument pas effarouché par le fait que Simon soit plus grand que lui. Il croise les bras sur sa poitrine, serre brièvement les dents, et les attaques reprennent, ciblées, franchement méchantes. Kelpy n’a eu jusqu’à maintenant aucun désir de faire mal, mais ça ne lui fait pas peur non plus.
Et là, il y a une accumulation de choses qui font qu’il est inhabituellement énervé, et parfaitement prêt à se disputer pour une raison complètement puérile avec un mec qu’il a vaguement croisé quand il était à Poudlard. C’est pas une question de maturité, pour une fois, juste une histoire de trop-plein.


« C’est pas parce que t’es pas capable de regarder où tu vas quand tu marches, ou que tu regrettes d’avoir passé ta scolarité seul que tu dois te venger sur moi. »

L’indice est un peu plus visible, mais c’est pas vraiment une volonté de la part du brun. Lui, tout ce qu’il voit, c’est que ce type se met entre lui et la perspective d’aller se saouler de sommeil pour faire passer un début de maladie, c’est tout. Et il s’en prend violemment à lui parce que Kelpy a strictement horreur d’être ainsi considéré comme un sale gamin qui enchaîne conneries sur conneries – même si c’est un peu ce que tout le monde pense à son sujet. Il aime pas qu’on lui montre, simplement.
Un petit rire parmi les plus ironiques de sa gamme monte à ses lèvres :

« Ouais, c’est ça, plains-toi, et dans deux semaines, tout le monde se prend une note interdépartementale pour que le calme revienne dans les couloirs du ministère, en disant que c’est honteux qu’à notre âge vénérable, on arrive pas encore à tous travailler dans le même sens pour la gloire de la magie anglaise, irlandaise, et assimilés. Je t’en prie, vas-y, va te plaindre, plein de gens t’en remercieront tu peux me croire. »

Un petit claquement de doigts alors que la mémoire réintègre brusquement le cerveau quelque peu échauffé par l’agacement de Kelpy.

« Ah ouais, voilà. Tu t’appelles Simon Dorcha. »

HJ : Si quelque chose te plaît pas, hésite pas. /HJ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV] Empty
MessageSujet: Re: Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV]   Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Carambolage dans l'atrium ministériel : 1 blessé. [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Atrium et autres lieux-
Sauter vers: