AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Prise de quartiers [PV Xandrin]

Aller en bas 
AuteurMessage
Julian Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Julian Effeday

Nombre de messages : 1252
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 21 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Occlumencie
Date d'inscription : 05/05/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Prise de quartiers [PV Xandrin] Left_bar_bleue100/100Prise de quartiers [PV Xandrin] Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Prise de quartiers [PV Xandrin] Left_bar_bleue100/100Prise de quartiers [PV Xandrin] Empty_bar_bleue  (100/100)

Prise de quartiers [PV Xandrin] Empty
MessageSujet: Prise de quartiers [PV Xandrin]   Prise de quartiers [PV Xandrin] EmptyJeu 12 Juil - 15:08

Archie Crystoll avait engagé les meilleurs décorateurs de l’Allée des Embrumes.
Surtout pas ceux du Chemin de Traverse. Outre le fait qu’il avaient tendance à demander des sommes démesurées, ils auraient posé des questions fâcheuses : pourquoi cette soudaine envie de refaire l’intérieur d’un pub miteux ?
Il avait dépensé déjà une grande partie de l’argent qui lui avait été donné : les œufs de chimère avaient rapporté un joli pécule, bien assez pour refaire un intérieur bleu, comme souhaité par monsieur Effeday, mais encore suffisamment rassurant pour sa clientèle habituelle.

Monsieur Effeday venait rarement. Sa première visite, quelques jours plus tôt, avait été une bénédiction pour Achie, Archibald Junior Crystoll selon l’état civil. Il ignorait encore pourquoi avoir choisi son pub, pourquoi lui, pourquoi lui offrir une vie qu’il n’avait fait qu’espérer, mais à quoi bon se plaindre d’être satisfait ? A présent, il pouvait parler de luxe : son pub était un des plus beaux de l’Allée (un mérite qui importait peu dans ce genre d’endroit), un des plus en vue, et il était surtout fréquenté par un homme apparemment riche, très riche (et peu scrupuleux quant à la loi, encore mieux).

Monsieur Effeday ne venait que rarement : la première fois, quelques jours plus tôt (quant il avait eu les œufs de chimère), Archie avait été prié de disparaître, mais à présent que Monsieur Effeday lui avait demandé d’aménager un petit bureau à l’arrière-boutique, loin des regards et des oreilles indiscrètes, il pouvait continuer à servir sa clientèle en même temps que Monsieur Effeday s’occupait de ses invités.

La seconde fois, il était venu seul, pour voir l’avancement des travaux, comment Archie avait accompli son travail. Monsieur Effeday avait été satisfait, et Archie en avait été content. Il n’aurait pas à rendre la « monnaie » (dont il avait gardé une grande partie, histoire de pas laisser moisir d’aussi jolies pièces), et c’était encore mieux.
La salle principale n’avait guère changée : des tables neuves, des lustres, des murs plus propres, un comptoir tout neuf (le petit plaisir d’Archie). Il ne fallait pas témoigner de changements colossaux, ne pas attirer l’attention, car mêmes les plus fidèles clients auraient pu demander d’où venait l’argent à l’origine de ce « reloooking ». Les réelles transformations avaient été apportées dans le petit salon de Monsieur Effeday, à l’arrière-boutique : il avait apporté ses propres meubles, mais les murs bleus, le lustre aux cent bougies au centre de la pièce, les tapis splendides, c’était une idée d’Archie.


Bien. C’est mieux que ce que j’espérais, Archie. Vous avez fait du bon travail. Continuez ainsi.
-Oui, Monsieur Effeday. Je suis content que cela vous plaise. Je voulais attendre votre visite pour convenir des meubles.
Les meubles, je m’en occupe. Mais j’attends de vous un travail d’entretien. Après chacune de mes visites, nettoyage complet. Vous remplirez le petit bar qui sera installé, réapprovisionnerez en papier et encre le bureau. Rassurez-vous, lors de vos venues, vous ne serez pas tenté par quelque indiscrétion : je ne laisserais aucun document important ici. Je n’aurais pas à craindre votre curiosité, et vous n’aurez pas à résister à une tentation.
-Euh… d’accord… mais jamais je n’aurais…
Taisez-vous, pas de mensonge dans un établissement rénové à mes frais.



Aujourd’hui, Monsieur Effeday allait revenir pour la troisième fois, sans doute pour installer les meubles, pour prendre ses marques.

Je vous préviendrais une heure à l’avance de mes arrivées, mais il se peut que je vienne à l’improviste, poussé par une urgence. Lorsque vous saurez ma venue, faites sortir le plus de personnes. Je ne veux pas clairement m’afficher ici. Débrouillez-vous pour qu’ils quittent l’établissement et ne reviennent pas de la journée. Vous ne parlerez jamais de mes visites, et tâcherez d’y inventer une explication. Faites preuve d’imagination. Pas de questions sur le pourquoi ni de questions sur mes compagnons.
-Bien, Monsieur Effeday, mais je crois qu’il va falloir que je note tout ça !
plaisanta Archie.
Non. Aucune trace écrite. Mangez du poisson, travaillez votre mémoire.
-Mais… je… je plaisantais !
Moi aussi, vos repas ne me concernent pas, voyons. Mais pas de trace écrite quand même.


Comme l’avait demandé son « ami » (pouvait-on parler d’amitié ou de hiérarchie ?), Archie avait fait partir une bonne partie de sa clientèle, prétextant une infection de Doxys qu’il devait traiter. Tous partirent, excepté un vieux clochard complètement ivre, qui avait dépensé son aumône de la veille à boire, et qui dormait à présent dans le fond de la pièce.
Le comptoir était lustré, le bureau parfaitement rangé. Monsieur Effeday arriverait à 18 heures, qu’il avait dit.


A 18 heures tapantes, Monsieur Julian entra, toujours habillé dans cette robe d’un noir bleuté, toujours ce visage fermé et ces yeux critiques. Il ouvrit la porte, vérifia à gauche et à droite de la pièce (va savoir pourquoi) et entra d’un pas vif jusqu’à Archie.

-Bonjour, Monsieur Effeday !
Bonjour, Archie.
-J’ai fais partir les clients.
Bien.
-Ils ont détallé comme des lapins !
Pourquoi ?
-Infection de Doxys !
Vraiment ?
-C’est pas vrai, hein, c’est propre chez moi, c’était pour qu’ils partent.
Avec un peu de chance, ils ne reviendront plus.
-Je dois faire tourner mon commerce !
Je finance votre commerce, Archie.
-C’est pas con.


Monsieur Effeday ne le regarda en tout et pour tout que trois fois pendant qu’ils parlaient. Il avait retiré sa robe, arborant à présent un pantalon de Moldu noir, une chemise d’un bleu plus clair que sa robe.

-Euh, je peux vous aider à transporter vos meubles ?

Monsieur Effeday l’observa avec étonnement et sortit sa baguette, l’agitant sous son nez.

-Ah, bin, oui, ça sera plus pratique.

Archie repensa à sa baguette, cassée deux mois plus tôt, et qu’il n’utilisait jamais : toutes les tâches ménagères, il les effectuait à la main.

Bien, j’espère que je n’ai pas fait d’erreur de calcul.
-Comment cela ?
D’ici à Poudlard, c’est assez dur d’être précis.
-Vous avez tout envoyé de Poudlard ?


Monsieur Effeday ouvrit la porte de ce qui était désormais son bureau, et Archie fut étonné d’y voir un espace à présent meublé : un bureau, deux bibliothèque, un petit bar dans le fond, comme prévu. Le bois brun dans une atmosphère emplie de bleu donnait une impression de royauté hors du commun.

-Hé bé, voilà un joli bureau. Vous voulez que j’aille vous chercher des boissons ?
Plus tard. Quant je serais parti. Merci Archie, c’était du beau travail. Vous pouvez disposer.


Archie fut un peu surpris du ton presque agressif de son actionnaire. Mais il comprenait, à force du temps, qu’il agirait et parlerait toujours ainsi, du moins à Archie. Il se retira de l’embrasure de la porte, qui se referma derrière lui, et s’installa derrière son comptoir.
Le clochard ronflait toujours plus fort.




Julian s’installa sur le siège posté derrière le bureau. Aussi confortable que le jour où il l’avait acheté. La vision de la pièce lui rappela la Salle sur Demande, où il avait aussi pendant un temps aménagé un espace qui lui était réservé. C’était le moyen le plus sécurisé (et le plus pratique) qu’il avait alors trouvé, mais à présent dépendre de Poudlard n’était plus acceptable. D’autant que ce bar moisi offrait une relativement bonne couverture, tant qu’il resterait discret.

Archie Crystoll, bien que mal élevé et lèche-cul, avait fait un boulot remarquable, sans poser de questions superflues. Contre une telle somme d’argent, Julian pouvait espérer un travail de qualité et de la discrétion.

Il convierait régulièrement ses invités à le rejoindre ici, par le moyen du transplanage le plus souvent possible. Entrer et sortir par la porte d’entrée serait trop indiscret.
Aujourd’hui, il s’y installait « officiellement ». Il voulait par la même occasion régler une affaire qui attendait depuis quelques années d’être déterrée.

Eilane Snake, la peste soit cette femme, avait refusé en bloc qu’il accède au Département des Mystères. Soit. Il trouverait un autre moyen, comme il avait toujours fait, et parviendrait à obtenir ce qu’il désirait.
Mais cela restait compliquée, il ne pouvait pas envoyer un sous-fifre chercher sa Prophétie. Il voulait y aller en personne, car c’était là quelque chose d’unique, de fragile et précieux. Le secret de sa destinée.
La Prophétie, il trouverait comment la prendre. Le Grimoire aurait peut-être un secret à lui transmettre, comment voler une Prophétie ? Seul problème : le Grimoire ne dévoilait pas tous ses secrets, et on l’avait mit en garde : « Attention, le Grimoire est fourbe avec ceux à qui il ne fait pas confiance. Il transforme les formules, change les textes, pour éviter de transmettre trop de savoir, et du même coup faire planer une menace sur les Sorciers. »

Il devait connaître les secrets des Grimoires, et donc retrouver les notes d’Augustus, qui traitait de ses 6 années de recherche intensive sur le Grimoire. Ces notes se trouvaient ans le bureau d’Eilane Snake, et il ne pouvait s’y rendre.

Mais un de ses amis en était capable.


Xandrin !
Revenir en haut Aller en bas
Xandrin
Elfe de Maison
Elfe de Maison
avatar

Nombre de messages : 6
Age Roleplay + Sorts : Plus de 80 ans. Elfe de Maison.
Capacités Spéciales : Elfe de Maison. Capacités de nettoyage, donc.
Date d'inscription : 16/11/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Prise de quartiers [PV Xandrin] Left_bar_bleue100/100Prise de quartiers [PV Xandrin] Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Prise de quartiers [PV Xandrin] Left_bar_bleue100/100Prise de quartiers [PV Xandrin] Empty_bar_bleue  (100/100)

Prise de quartiers [PV Xandrin] Empty
MessageSujet: Re: Prise de quartiers [PV Xandrin]   Prise de quartiers [PV Xandrin] EmptyMar 17 Juil - 18:41

Son nom avait retentit à ses oreilles, et pourtant il était à plusieurs kilomètres de là.
Foutue magie. Entendre son nom parce qu’on est un serviteur, et devoir rappliquer sur le champ.
Mais cette voix était celle de Julian. Et Julian, bien qu’assez orgueilleux, savait être à l’écoute de son esclave de Xandrin. L’Elfe lui faisait confiance, digne petit-fils d’Augustus, aussi brillant, aussi talentueux. Aussi sombre.
Julian avait écouté ses théories. S’était intéressé à son passé.


Ils s’étaient rencontrés des mois plus tôt. Julian l’avait cherché, pas très longtemps, et l’avait trouvé. Xandrin ignorait même que ce jeune homme le cherchait. Il aurait plutôt pensé à cet incapable d’Eric.
Julian lui avait témoigné de l’intérêt. Il lui avait indiqué qu’il comptait faire de grands changements, et qu’il voulait que les personnes intelligentes et méritantes méritent leur vraie place.
Xandrin aurait une vraie place d’Être intelligent et évolué.
Julian devait trouver un moyen de monter sur les plus hautes marches du Ministère. D’imposer des décisions nécessaires, car il voulait montrer qu’un rang n’est pas un objectif, mais bien des responsabilités auxquelles incombent des résultats.

Xandrin avait fait ce que Julian lui avait demandé. Peu de choses en somme. Et presque rien n’avait évolué.
Et là, il sentait qu’on lui demanderait encore un service.
Quelque chose d’important.
Mais toujours sans rapport avec une amélioration de son existence.

Un Pouf ! étouffé. Une superbe pièce. Très grande. Aux teintes bleues.
Royal.
Xandrin venait d’apparaître au milieu de la pièce.
7 Allée des Embrumes.
51 degrés, 30 minutes, 23 secondes Nord ; 0 degrés, 21 minutes, 5 secondes Ouest.
Le formidable sens de l’orientation des Elfes de Maison.

Julian était assit derrière son bureau. Xandrin le salua, pas comme un elfe, mais comme un ami. Il ne se devait pas d’être inférieur, juste respectueux.


Bonjour, Maître Julian.

Saleté d’habitudes.

Vous m’avez appelé ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Prise de quartiers [PV Xandrin]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Centre ville-
Sauter vers: