AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le dernier jour du reste de ta vie [PV Caleb ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loélia Dannan
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
avatar

Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
600/600  (600/600)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Le dernier jour du reste de ta vie [PV Caleb ]   Sam 16 Avr - 7:47

Avalant du bout des lèvres une cuillère de porridge, je jetais un coup d’œil à la montre. Il ne me restait que dix minutes avant le cours de défenses contre les forces du mal. Je n’avais aucune envie d’y aller. L’idée d’aller en cours ce matin me rendait malade. Et, non, cela n’avait strictement rien à voir avec le fait qu’en deuxième heure, j’aurais un cours de divination en binôme avec Caleb alors que je ne lui avais pas adresser la parole depuis samedi dernier. J’avais mal au cœur. Lundi je rentrerais chez moi pour les vacances et je ne lui avais encore rien dit. Je fermais les yeux, tout cela n’avait été qu’une monumentale erreur.

Dégoûtée, je me levais et quitter la grande salle d’un pas vif. Il fallait que je prenne l’air. Une fois dehors, je m’assis dans l’herbe près du lac. J’ôtais mes chaussures puis laissa glisser mes pieds sur l’herbe tendre. Heureusement que Tante Yvie avait insisté pour que j’apprenne à me manucurer les pieds. J’aurais eu trop honte de les exhibés autrement. Ramenant mes genoux sur mon menton, je me mis à fixer la rive opposée du lac en espérant que celle-ci, par son calme et sa stabilité, me donne le courage de tout dire à Caleb. Et puisque l’on parlait du loup …

Caleb s’approchait de moi d’un pas lasse. Il avait des cernes sous les yeux et les cheveux en bataille. Même au réveil, il restait le plus beau garçon de toute l’école. Je savais pertinemment qu’il m’abordait ici car personne ne pouvait nous voir. Il était hors de question qu’il mette en péril sa réputation pour une amourette sans importance, c’est moi qui vous le dis. Et puis un Serpentard et une Pouffsouffle. Cela ne devrait pas exister … Il s’assit à côté de moi sans mot dire et se passant une main dans les cheveux, il regarda lui aussi cette immense étendu d’eau. En fixant mes pieds, je su que c’était le moment de tout lui révéler.

« Je suis désolée Caleb mais il faut que je te parle. Il faut que je te dise … Excuse moi de t’avoir évité depuis samedi dernier. Il fallait que je réfléchisse, que je mette tout ça au clair dans ma tête. C’est tout embrouillé. C’est tellement nouveau. Et tellement … contre nature. Il y a des mots qui me gênent, des centaines de mots, des milliers, qui ne sont jamais les mêmes. Le doute me ronge. »

« Donne à ton esprit l'habitude du doute et à ton cœur celle de la tolérance. » C’est ce que Tante Margot me répétait sans cesse, mais aujourd’hui, aujourd’hui, je n’aurais pas voulu douter. J’aurais voulu que, pour une fois dans ma vie, les choses soient claires comme de l’eau de roche. Je pris la main de Caleb dans la mienne afin de capter son regard. Il tourna légèrement la tête vers moi, les lèvres pincées et le regard sombre. Que donnerais-je pour voir ton sourire un jour, tendre amour ?

«Je ne sais pas comment te dire … Je n’ai pas envie de te mentir. Tu m’attires et c’est là qu’est le fond du problème. Mais je vais partir. Je vais rentrer chez moi. Je ne peux plus rester ici maintenant. Je ne reviendrais pas. Et puis, tu sais, j’ai peur. Il se passe des choses dans cette école qui ne sont pas claires. Et cela me donne une trouille monumentale. Poudlard … Poudlard n’est plus un endroit sûr. Poudlard va tomber bientôt n’est ce pas ? Est-ce que tu le sens toi aussi au fond de ton cœur ? »

Du bout des doigts effleurée le tissus de sa tunique, brillant et lisse sous mes doigts. Au propre comme au figuré je touchais son cœur. Son cœur de velours entouré de barbelés d’un métal si dur. Si froid. Si dur. Mais il était important que Caleb saches. Qu’il comprenne. Il était sûr que j’irais chercher magie noire dans les ports du monde entier pour me délivrer du sort qu’il m’a jeté … Et ma sympathie à tout ces fous qui, comme moi, ne passeront pas la nuit loin de l’être aimé. Ma voix se noua :


« Je ne peux pas rester ici. Si ce que je pressens arrive et que tu tombes, je ne m’en relèverais pas. Jamais, Caleb. Je pourrais donner ma vie pour toi. Sans aucune hésitation. Ni aucuns regrets. Mais si tu me laisses, si tu me laisses … »

Les larmes me montèrent aux yeux. Caleb me regardait toujours, des ombres dans le regard. De la … peur ? Impossible. Caleb n’avait jamais peur. C’était le garçon le plus courageux que je connaissais et le plus solide. Un mur de béton armé dont rien ne filtrait jamais. Mon cobra regarda ses pieds, se tordant les mains, puis poussa un soupir. Il était fermé comme une huitre. Il inclina la tête de côté, comme s’il me posait une quantité exponentielle de questions silencieuses puis se rapprocha de moi.

Mon cœur eu quelques ratés. Sa bouche est si belle … Il se pencha vers moi et je su. Ce n’était pas encore arrivé, mais maintenant oui. Tout me semblait si important avec lui que je prenais mon temps. Graver tout ces détails dans ma mémoire. Ok, il n’y avait rien à faire. Ok, tu étais solitaire. Ok, j’avais le cœur à l’envers. Ok, tout ça n’était qu’un jeu. Ok, on jouait avec le feu. Ok, on s’est pris au sérieux. Ok, la peur au fond des yeux. Je réprimais un frisson quand il me poussa légèrement. Il posa ses lèvres sur les miennes. Tout mon corps s’embrasa.


_________________



Quand les larmes de l'ange inonderont la Terre, alors s'ouvriront les portes de l'Enfer.Et tandis que les anges seront sur le point de mourir, ce sera au jeune homme de périr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb Roarch
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 727
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Fourchelangue (2)
Créature : Humain ?
Date d'inscription : 23/02/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1340/1340  (1340/1340)
Points de mana:
1410/1410  (1410/1410)

MessageSujet: Re: Le dernier jour du reste de ta vie [PV Caleb ]   Mar 19 Avr - 14:35

Loélia, Loélia, Loélia ... !

Non ! sors de ma tête !

Impossible, tâche trop ardu pour le Serpentard qui d'habitude ne ressens rien. La, c'était tout autre chose, cette fille, il ne l'avait vu que deux fois, et impossible de l'effacer de sa mémoire. Aujourd'hui plus que les autres jours, il ne faisait que pensé à elle. Pourquoi ? Un pressentiment, une envie d'être avec elle si forte que s'en était déroutant.
Caleb avait suivi ses cours, et l'un de ses préférés allaient arrivés, le cour de Défense Contre les Forces du Mal. Sérieux et assidu, il excellait ce cours, comme tout ceux de sa famille. Revenant toujours au même point, même en changeant de sujet dans sa tête, il s'imaginait déjà faire un duel avec Loélia, l'image lui retourna le cœur.


Il faut que sa s'arrête .. Je n'en peux plus ..

Que ce passait-il ? Le besoin de la voir était tel, si grand, si puissant, si intense. Il en perdait tout ses moyens.
Ayant fini le repas avant tout ses comparses Serpentard, il s'était reculé vers le parc, où un ballade en méditant sur les actions à venir. Attaqué l'ancienne ADT, un moment qu'il se languissait d'avance. Il avait tellement hâte, faire souffrir, tué, tant de choses qu'il voulait mettre en œuvre, enfin il pourrait rire, enfin il pourrait s'amusait. Tout content d'avoir expulsé Loélia de sa tête, il sourit comme un bambin auxquels on venait de tendre un hoquet. Répandre le mal, il n'y a que ça de vrai.

Et dans la maladresse du destin, la plus sublime maladresse, SA plus belle maladresse, Caleb aperçut Loélia. Elle était allongé, déchaussé, habillé d'une jupe en jean arrivant au milieu de ses cuisses, et d'un débardeur blanc qui lui allait à merveille. Oui oui, Caleb la reluquait sans s'en apercevoir. Puis il s'avança vers elle, doucement, l'observant, s'en avoir la possibilité de détourné son regard. Qu'est-ce qu'elle était belle.
Il s'assit à côté d'elle. Trop honteux de rougir vraiment trop en étant si proche, il repensait à leur baiser dans la bibliothèque. C'était si beau. Vraiment gêné, il ne sut sortir un son, et se passa une main dans les cheveux.
Elle prit la parole la première. Ses mots résonnaient dans la tête de Caleb, ils étaient tous emplis de peur, d'amour, de sincérités. Elle évoquait ses sentiments, ses pressentiments. Et le Serpentard amoureux l'écoutait, en regardant ses pieds, pensif. Elle avait vraiment peur, mais qu'en serait-il si elle savait qu'il s'apprêtait à faire tomber Poudlard ? Comment réagirait-elle ? Lui, était sur qu'il faisait les bons choix, qu'il suivait la bonne voie, mais cela était vraiment mal perçu aux yeux des autres .. Et il ne pensait pas qu'elle échapperait à cette règle, elle avait un grand cœur, et ne comprendrais pas que certaines personnes doivent mourir pour le bien de tous.

Alors, pour la réconforté, lui faire oublier toutes ses sombres pensées, Caleb posa ses lèvres sur les siennes, imaginant à l'avance le contact avec elle. Il se mit à tremblé de plaisir, de joie.
Relevant sa tête, il parla enfin.


Tu as raison sur beaucoup de chose Loélia, je ne veux pas que tu partes, j'ai trop besoin de toi à présent. Mais des choses sont entrain de se passer à Poudlard, je ne t'abandonnerais jamais, mais je ne veux pas que tu te retrouves au milieu. Des choses terribles auxquelles je ne veux pas que tu sois touché, alors j'aimerais te voir partir, fuir, saine et sauve, mais je ne peux pas te dire ces mots, c'est trop dur pour moi, je .. je ..

Je t'aime.

Je ne veux pas que tu partes ...

_________________

D'un simple regard, la mort nous sépare.
La lumière est aveuglante, elle l'a toujours été. Il faut la détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loélia Dannan
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
avatar

Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
600/600  (600/600)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Le dernier jour du reste de ta vie [PV Caleb ]   Mar 19 Avr - 20:20

Tu as raison sur beaucoup de chose Loélia, je ne veux pas que tu partes, j'ai trop besoin de toi à présent. Mais des choses sont entrain de se passer à Poudlard, je ne t'abandonnerais jamais, mais je ne veux pas que tu te retrouves au milieu. Des choses terribles auxquelles je ne veux pas que tu sois touché, alors j'aimerais te voir partir, fuir, saine et sauve, mais je ne peux pas te dire ces mots, c'est trop dur pour moi, je... je... Je ne veux pas que tu partes ...

J’écoutais les paroles de Caleb, incapable de réagir. Mon cerveau avait pris des vacances anticipées et que dire de mon cœur qui devait maintenant séjourner à mi chemin entre sa place habituelle et mon nombril. J’étais tiraillé entre le fait qu’il ai confirmé mes craintes pour Poudlard et ses aveux. Donc, il savait que des choses pas saines se tramaient au sein de l’école. Je lui jetai un coup d’œil. Caleb pouvait tout aussi bien en faire partie, ce qui expliquerait qu’il soit si froid. Ou alors justement c’était sa froideur qui lui permettait d’en faire partie. Je claquais la langue. Je n’aimais pas du tout le sentiment qui s’insinuer en moi. A mi - chemin entre la crainte et le dégoût. Il tendit la main vers moi pour effleurer ma peau mais je me dégageais, malgré moi. Mal à l’aise devant son air blessé, je me levais et me mis à faire les cent pas dans l’herbe. Après tout rien ne me prouvait qu’il fasse partie d’une quelconque association obscure. Oui, mais il savait. Il avait des informations réelles, concrètes. Il les tenait bien de quelque part, non ?


D’un coup, la colère s’empara de moi. Une colère froide et tenu. Une colère qui pourrait être destructrice si je ne savais pas la contenir. Je serrai l’arrête de mon nez le plus fort possible, espérant que la douleur remplace la colère. Et maintenant ? Qu’est ce que je devais dire ? Qu’est ce que j’irai raconter aux générations futures ? Que j’étais là, que j’étais présente quand Poudlard, dernier symbole d’espoir pour des centaines de sorciers et de moldus opprimés et martyrisés par les sorciers noirs, était tombé mais que par amour, je n’avais rien fais ? Où était ma dignité ? Où étaient mes valeurs ? Je ne savais pas si j’étais plus en colère contre mon incapacité à réagir ou contre Caleb … Je donnais un coup de pieds rageur dans une touffe d’herbe.

Caleb restait assis, me suivant des yeux. Je savais qu’il deviné tout de mes cogitations intérieures. Entre nous, c’était plus qu’un coup de cœur. Plus qu’une amourette de collégien. C’était animal. Ou magnétique. Et cela nous serait fatal. Avec Caleb, j’avais maintenant la corde au cou. Cependant … cependant, je n’avais pour l’instant aucune preuve de ce que j’avançais. Je pouvais lui laisser le bénéfice du doute tout en sentant au fond de moi que je me jetai droit dans un mur de certitudes inébranlables et une nature profonde étriquée que rien ne changerais jamais. Même pas tout l’amour que j’ai pour lui. Je lui lançais un autre coup d’œil en me mordant la lèvre. Un sentiment de profonde solitude et d’intense désœuvrement remplaça la colère. Est-ce que l’amour pouvait sauver toutes les personnes ou en était-il sur cette Terre que même l’amour ne parviendrait pas à sauver ?

Je me laissais tomber dans l’herbe verte. Je ne voulais plus le voir. J’aimerais tant trouver en Caleb, ou en qui que ce soit une lueur … Un reste de lueur, l’espoir de voir un jour un monde meilleur. Je me pris la tête entre les mains. Je l’entendis se lever et ramasser ses affaires. Je ne bougeais pas. Je ne lui jetai pas même un regard. Pourtant, je me faisais violence. J’avais peur. De tout ce que je pressentais et que Caleb avait affirmé. Pourtant quand j’entendis ses pas crisser sur le gravier, ce n’était pas ma plus grande crainte. J’avais peur de voir mourir ce sentiment d’amour intense. Je me levai d’un bon, et ne l’aperçu pas immédiatement tant la lumière du soleil se fit aveuglante à cet instant précis. La crainte qu’il ne fût déjà parti me transperça et mes genoux fléchirent. Je tombais dans la poussière de la cour, prostrée, tandis que les larmes ruisselaient sur mes joues. Un érable solitaire se dressait à l’entrée du chemin. Caleb, était assis, le dos appuyé contre le tronc ridé, ses deux bras enlaçant ses genoux repliés. Je me mis à l’appeler de toutes mes forces :

« Caleb ! Caleb ! »

Ma voix se brisa de plus belle. De nombreux élèves me regardaient maintenant mais je n’en n’avais rien à cirer. J’étais là, effondrée sur le gravier de la cours, les genoux écorchés, le visage ravagé par les larmes. Qu’est ce qui pourrait être encore plus humiliant ? Qu’il m’ignore ? Pourtant, il tourna la tête et me regarda, incrédule. Je me mis en position fœtale et posa la tête sur le gravier. Il serait toujours là ..

_________________



Quand les larmes de l'ange inonderont la Terre, alors s'ouvriront les portes de l'Enfer.Et tandis que les anges seront sur le point de mourir, ce sera au jeune homme de périr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb Roarch
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 727
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Fourchelangue (2)
Créature : Humain ?
Date d'inscription : 23/02/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1340/1340  (1340/1340)
Points de mana:
1410/1410  (1410/1410)

MessageSujet: Re: Le dernier jour du reste de ta vie [PV Caleb ]   Mer 20 Avr - 14:26

Elle tournoyait autour de lui, faisant les cents pas. Tellement perturbé, il voulait juste la voir en sécurité, mais en la voyant il devinait que plus rien ne serait jamais pareil, elle ne l’accepterait jamais tel qu’il était, ni lui, ni son passé, ni ses origines…
Mais comment ? Comment une fille si parfaite pouvait-elle montrer tellement de dégoût pour lui, son regard le lui montrait bien, elle repoussait ses gestes et lui adressé des regards méfiants. Elle avait tout fichu en l’air, lui qui suivait la bonne voie, elle qui le méprisait pour cela.

Finalement, tu n’es pas différente des autres …

Pensa-t-il, sentant la déception, la colère, la tristesse monté en lui. Tellement déçu, et sachant qu’elle ne reviendra jamais, il ramassa ses affaires, et s’en alla. Il alla se posé plus loin, accroupis près d’un tronc d’arbre, la regardant de loin, se rappelant les souvenirs heureux qu’il avait eu avec elle, les seules de sa vie … L’amour était allé à son apogée entre eux, et maintenant, soit il se stabilisait, soit il dégringolé en flèche, et pour l’un de ces deux choix, tout dépendrai du choix, des actions des jeunes tourtereaux. Et visiblement, Loélia avait choisi la première, et l’amour qu’il y a entre eux sentit les affres de la gravité, à cause d’elle, il ne s’était pas stabilisé …
Il jeta un coup d’œil vers elle, pour voir si elle regrettait la répugnance qu’elle lui avait porté tantôt, mais n’en vit rien. Il l’a voyait, le visage emplit de larmes, le regardant et criant des mots que Caleb n’entendait pas, il était trop loin, et un groupe d’élève s’était immiscé entre eux, faisant un brouhaha impeccable pour que Caleb ne captes aucun mot de sa Loélia.
En se concentrant, il essaya de lire sur ses lèvres, et ce qu’il comprit ne lui retourna le cœur, il avait envie de vomir, il voulait mourir sur le champ, préférant de loin supporter d’avantage d’insultes de Loélia, il quitta les lieux, son visage emplit de larmes, pensant aux mots prononcés de Loélia s’il était à côté d’elle :


Traitre ! Traitre !

L’amour, une chose qui fuyait Caleb comme la peste, c’était trop demandé que d’aimer, il avait l’impression d’avoir souillé se mot en voulant ressentir les affres de l’amour, et maintenant qu’il savait ce que ressentait les gens qui s’aiment, il se jura que plus jamais il laisserait ces stupides sentiments prendre le dessus dans sa vie, jamais …

_________________

D'un simple regard, la mort nous sépare.
La lumière est aveuglante, elle l'a toujours été. Il faut la détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loélia Dannan
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
avatar

Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
600/600  (600/600)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Le dernier jour du reste de ta vie [PV Caleb ]   Mer 20 Avr - 16:59

Front collé à la terre, j’attendis. Mais il ne se passa rien. La terre avait cessé de tournée. Le temps avait suspendu sa course. Connaissais vous ces moments où le silence est d’or ? Le seul bruit qui raisonne reste les battements de votre cœur dans votre corps et les pulsions du sang à vos oreilles. Trois particules en suspension. Une larme qui s’écrase. Une main sur mon épaule mais pas celle de l’être aimé. Des questions, une multitude de questions. Des gestes doux et des paroles tendres. Je suis maintenant comme un automate. Caleb n’était pas revenu.

Qui était-il pour piétiner ainsi mes sentiments ? Je scrutais la foule … Déjà, il se frayait un chemin vers l’entrée du château. Ne joue pas à ça, Caleb Roarch. Je sortis ma baguette. Je me fichais éperdument du monde autours de nous. Je tenais Caleb sous mon regard et tout le reste n’était qu’abstraction. L’attroupement qui s’était formé autours de moi s’était dissipé quand je sortis ma baguette. Ils se lançaient des regards incrédules, teinté de surprise mais aussi de curiosité. Je me relevais, la vue encore légèrement brouillée par les larmes, mais maintenant l’important n’était plus là. J’esquissai un pas, ignorant la douleur fulgurante dans mon genou droit. Je serrai les dents. N’y accorda même pas un regard. Je criais :


« Caleb ! Caleb Roarch ! Idiot de Serpent ! Reviens ici immédiatement ! »

Mais Caleb m’ignora. Délibérément ou non, je n’en savais rien. Je n’aimais pas devoir être comme ça. Devoir tenir en laisse mes sentiments ou ordonner les choses. Mais il y avait ce désir impérieux, monumental, incontrôlable … Cette fureur qui me faisait trembler toute entière. Il me faisait sortir de mes gonds. Il n’avait rien compris. Rien à rien. Il fallait que je lui explique ! Et tant pis si ça faisait mal. Je bousculais les gens, moi, pourtant si polie d’habitude, aucune excuse, rien... Seule l’image de Caleb qui se mouvait vers la porte d’entrée. Il fallait que je ne le touche avant qu’il ne rentre. Ma baguette émie quelques étincelles. Et bien, ma belle, nous voilà en phase pour une fois. Je suis peut être aristocrate, je suis peut être bien éduquée, je suis peut être tout ce que tu veux, Roarch, mais certainement pas une loque dont tu peux te servir comme bon te semble. Je pointais ma baguette sur lui et à quelques mètres dans son dos, je lui lançais un ultime avertissement :

« Maintenant, tu t’arrêtes. Et tu te comportes comme une personne censée. »
Sûre qu’il m’avait entendu puisque juste à quelques pas devant moi, il continua cependant d’avancer. A ton bon plaisir.

« Arata Erpente »

Caleb fut tellement surpris que je l’entendis étouffer un grognement dans sa chute. Il se retourna en me jetant un regard noir mais avant qu’il n’ai pu esquisser le moindre geste, je le désarmais de sa baguette d’un acio bien senti. Je me tenais maintenant au dessus de lui, ma baguette sous son nez, la sienne dans ma main et je lui dis, d’une voix qui me surpris tellement elle était calme :

« Tu étais prévenu, Caleb. Je ne suis pas bonne en Sortilèges complexes mais il faut croire que je le suis suffisamment pour t’empêcher de t’enfuir. Alors, maintenant, tu vas m’écouter.

Il serra les poings et semblait réprimer une furieuse envie de m’étrangler. Son teint avait pris une pâleur de craie et son regard n’était que violence contenue. S’il avait eu deux pistolets à la place des yeux, je serais morte et bien en terre à l’heure actuelle. Je lui adressais un petit signe du menton.

Debout ! Et tu me suis sans faire d’histoire sinon je te jure que ta baguette chérie finie au fin fond du lac ! »

Je ne le quittais pas des yeux, ma baguette pointée sur lui, la sienne hors de portée. Il se leva. Ramassa son sac puis le tenant à bonne distance je lui indiqué la place que nous venions de quitter un peu plus tôt. Derrière les fourrés. Il s’y était rendu sans opposer la moindre résistance à mon grand étonnement. Les autres élèves avaient quant à eux décidé que le spectacle s'était terminé à l’heure de la sonnerie. Nous étions donc seuls. Je pris une profonde inspiration, prête à lui dire ce qui me brulait la langue depuis l’épisode de la bibliothèque mais il ne m’en laissa pas le temps. Il alla si vite que je ne su même pas comment c’était arrivé. Sauf que maintenant, il était au dessus de moi, m’avait désarmé et m’immobilisait. Je lui donnais un coup de genou, et de fil en aiguille … nous nous battions ?

Est-ce que moi, Loélia Dannan, était véritablement en train de me battre comme une chiffonnière ? A vrai dire, il ne s’agissait pas vraiment d’une bagarre. Il essayait juste de me maîtriser et moi de me dégager de son emprise. Lutter pour sa survie. Caleb pointa sa baguette sur moi. Et au moment où il s’apprêtait sans doute à me faire payer l’humiliation cuisante que je lui avais fais vivre, toutes les paroles retenues depuis plus d’une semaine jaillirent de ma bouche toute en même temps :
« CRETIN DE SERPENT ! JE T’AIME ! »

Caleb se figea. Et bien qu’il ne baissa pas sa baguette d’un pouce, un éclat passa dans son regard. Je me laissais retomber dans l’herbe. Me voilà sans défense face à lui. Mise à nue dans mes sentiments. La phrase suivante se perdit dans un murmure :

« Oui, je t’aime, Caleb Roarch. Je t’aime. »

_________________



Quand les larmes de l'ange inonderont la Terre, alors s'ouvriront les portes de l'Enfer.Et tandis que les anges seront sur le point de mourir, ce sera au jeune homme de périr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb Roarch
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 727
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Fourchelangue (2)
Créature : Humain ?
Date d'inscription : 23/02/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1340/1340  (1340/1340)
Points de mana:
1410/1410  (1410/1410)

MessageSujet: Re: Le dernier jour du reste de ta vie [PV Caleb ]   Jeu 21 Avr - 18:01

euh musique ?


Arata Erpente

Humphh !

Non. Caleb était humilié, déjà qu’elle le repoussait comme la peste, maintenant elle l’attaquée en traitre derrière son dos. Indigne de la maison des Poufsouffles, digne de celle des Serpentard, avait-elle perdu la raison ? Savait-elle qu’en l’attaquant de la sorte, il risquait de la tuer ? De se venger ? Elle ne savait rien de lui, ni de son passé. Comprendrait-elle qu’il avait un sens parfaitement aigu de la vengeance ? Surement pas, que cette fille était naïve en fin de compte …
Au moment où Caleb voulu répliquer, une fois à terre, elle prit encore une fois Caleb par surprise en le privant de sa baguette. Grossière Erreur. S’il y avait une chose vraiment proscrite vis-à-vis de Caleb à ne pas faire, c’était bien de lui prendre sa baguette.
Caleb sentait une colère noire s’ancrer dans toutes fibres de son corps.

Tu vas le regretter !

Etant désarmé pour le moment, il fit ce qu’elle lui dit, c’est-à-dire de la suivre vers l’endroit qu’il venait de quitter tous deux, le carré d’herbe devant la magnifique étendue d’eau qui était le lac. La cloche sonnait. Tous les élèves qui avaient remarqués leur petite dispute, s’étaient engouffrés dans le château pour regagner leurs cours respectifs.

Parfait, personne ne verra le comment de sa mort.

Arrivé à destination, il était face au lac, Loélia derrière lui, pointant sa baguette et la sienne vers lui. Un petit rire muet aux lèvres du Serpentard.

Viens à moi.

Pensa-t-il simplement.
Sa baguette de l’Ombre quitta avec brutalité la main gauche de Loélia. Surprise de ce qui venait de se passer, Caleb saisit de cette occasion de faiblesse de sa part pour se jeter sur elle.
D’un geste vif et sec sur son poignet droit, il l’a désarma d’une aisance à couper le souffle. Il faut dire, qu’une fille contre un garçon, ce n’est pas être macho que de penser que le combat était à l’avantage du Serpentard, mais la triste réalité. Une croche en jambe facile amena la jeune fille au sol. Il avait éssayait en vain de la maîtriser, mais la petite teigne se démenait autant que possible.


Maintenant cela suffit.

Il pointa sa baguette vers celle d’on-t-il s’était malheureusement épris. Saisit d’un sentiment de dégoût envers lui-même, il savait qu’il devait le faire. Pour … Pour de délivrait de cet amour qui le faisait souffrir. A contre cœur, il pointa sa baguette de l’Ombre vers elle, d’un regard malsain.
C’est alors, avant de donner le coup de grâce qu’une parole de cette fille vint sonner à l’intérieur de son crâne, comme si l’on mettait son oreille contre une cloche d’une église entrain de sonner ses douze coups de midi.



CRETIN DE SERPENT ! JE T’AIME

Boum ! Boum ! Boum ! Son cœur s’emballa si vite en entendant ses mots.

Quoi ? Non, elle devait se moquer, après l’avoir ainsi repoussé ? Cela ne se peut … Lui mentirai-elle ? Juste pour qu’il souffre encore plus ?
Non, il se trompait du tout au tout, il comprit qu’elle était sincère, elle le regardait avec des yeux … Encore plus mignonne que : le chat potté dans le film Shrek, c’était vraiment déroutant. De plus elle contredit aisément les pensées sombres de Caleb :


Oui, je t’aime, Caleb Roarch. Je t’aime.

Non, impossible, il était bouche bée face à de telle aveux. Portant toujours son regard méprisant envers la jeune fille, il se pencha, la prit par le col de sa cape, l’amenant à lui. Ses lèvres et les siennes étaient si proches, il n’y avait plus que quelques centimètres pour qu’un baiser ai lieu. Une larme coula le long de sa joue, son visage si inexpressif, sa tristesse passant par une larme.

Ne refais plus jamais ça.

Susurra-t-il.
Puis les centimètres disparurent, Caleb posa ses lèvres vers celle qui avait réussi à lui voler le cœur.


_________________

D'un simple regard, la mort nous sépare.
La lumière est aveuglante, elle l'a toujours été. Il faut la détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loélia Dannan
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
avatar

Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
600/600  (600/600)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Le dernier jour du reste de ta vie [PV Caleb ]   Ven 22 Avr - 10:40

Une larme se creusa un chemin sur sa joue. Je l’essuyais du bout du pouce, puis la porta à mes lèvres pour goûter sa saveur salé.

Ne refais plus jamais ça.

Plus jamais ça ? Qu’avais-je donc fais ? Je l’interrogeais du regard. Il resserra ses bras autour de moi. Le silence retomba, peuplé de tous les bruits, de toutes ces vies tapies dans l’ombre de fourrés et des arbres, qui menaient leur combat quotidien. Je pris sa main au creux des miennes et l’enveloppa tendrement, comme si je tenais un oiseau blessé. Sa main si belle, si blanche, avec cette petite cicatrice en forme de « S » située entre son pouce et son index. Rude et douce à la fois. Ce « S » là était lisse. Comme une marque de brûlure. Je passais mes lèvres dessus, pensive. Un mauvais sort ? Caleb me laissa faire sans broncher. Cette main savait caresser. Et aussi tuer. Je n’avais plus aucun doute maintenant.

Il entrelaça ses doigts aux miens et resta ainsi de longues minutes, immobile. Je ne savais pas quoi dire. Je n’avais rien à dire de plus. Caleb sortit alors de sa transe et m’attira à lui, refermant des bras autours de moi comme deux ailes protectrices. Et se laissa tomber dans l’herbe qui commençait déjà à jaunir par endroit en raison des fortes chaleurs. Je posais ma tête contre sa poitrine en écoutant battre son cœur. Je sentais son souffle chaud me caresser la nuque.


« Peut être ne veux tu pas que je parte. Il le faut cependant. Tu me l’as dis toi-même. Des choses se passent ici et je ne suis pas en sécurité. Tu vois mes deux sortilèges pathétiques. C’est à peine ce que je suis capable de faire. Comment veux tu que je me défende ? Et je ne veux pas que ce soit toi. Qui me défende je veux dire. C’est trop dangereux. »

Un rire désabusé s’échappa de la gorge du Serpent, comme un sanglot. Et contre ma joue je sentis les battements de son cœur s’accélérer. On aurait dit un oiseau en cage.

Vous savez ce que c'est d'aimer une personne au point de s'oublier soit même? De l'aimer tellement fort que vous seriez prêt à tout pour avoir seulement un sourire de sa part, de vouloir passer toutes vos journées auprès de cette personne sinon vous auriez l'impression qu'elles n'en valent pas la peine, de ne plus être capable de travailler car vous pensez trop à celle ci ; au point de toujours rêver de cette personne, d'avoir son visage qui vous hante chaque secondes et l'impression que votre vie dépend d'elle ; d'avoir toujours envie de toucher, de l'embrasser sinon vous auriez comme un manque en vous. Au point de tout laisser tomber pour cette personne, de prendre des risques qui pourrait tout vous faire perdre ; D'avoir toujours besoin d'en parler et de s'inquiéter beaucoup trop pour elle ; Au point de faire passer le bonheur de celle ci avant le votre... Moi oui, je sais ce que c'est... Et vous ne pouvez même pas imaginer à quel point j'ai peur de le perdre. C’est pour ça qu’il fallait que je parte.

Je pris sa tête contre ma poitrine, caressant doucement ses cheveux, comme une mère caresse son enfant. Avait-il seulement eu une mère ? Caleb se dégagea doucement pour me regarder puis me contempla un long moment, ses yeux brûlant d’un éclat incroyable. Il tendit la main et saisi une mèche épaisse pour la porter à son visage. Il se leva en disant qu’il avait besoin d’être seul. Et je n’eu d’autre choix que de le regarder s’éloigner en direction du bois.


_________________



Quand les larmes de l'ange inonderont la Terre, alors s'ouvriront les portes de l'Enfer.Et tandis que les anges seront sur le point de mourir, ce sera au jeune homme de périr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb Roarch
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 727
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Fourchelangue (2)
Créature : Humain ?
Date d'inscription : 23/02/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1340/1340  (1340/1340)
Points de mana:
1410/1410  (1410/1410)

MessageSujet: Re: Le dernier jour du reste de ta vie [PV Caleb ]   Sam 23 Avr - 14:26

Quoiqu'il advienne, quoiqu'il advienne ...


Partir, elle allait vraiment partir … Non, pourquoi ? Il avait besoin d’elle, elle avait besoin de lui. Un besoin mutuel n’était pas synonyme de rester ensemble ? Envers et contre tout ? Décidément, même dans l’univers magique des sorciers, les contes de fées n’existaient vraiment pas. Juste affabulations pour permettre aux enfants de mieux s’endormir le soir, juste pour leur mentir et ne pas leur révéler que des monstres étaient réellement sous leurs lits. Pauvres créatures, Caleb lui n’avait pas subi ces stupidités infantiles, car dans sa chambre, le seul monstre de la pièce, c’était lui.

Néanmoins, Loélia transformé peu à peu Caleb, et croire qu’un possible conte de fée puisse naître entre eux le mettait dans tous ses états. Un conte de fée. Sauvé la princesse et blablabla, quand était-il si c’était lui le méchant de l’histoire ? Le conte était à refaire, et leur histoire serait leurs épopées de leur propre testament.

Mais pour le moment, leur histoire s’arrêtait, elle appuyait sur « Start » comme sur une Gameboy color. Et Caleb ne devait pas montré une quelconque expression de son visage qui montrerait à sa belle qui l’inciterait à rester alors que des choses prenaient place au sein de ce château, des choses qu’elle n’apprécierait pas.

Les tourtereaux étaient tous les deux allongés dans l’herbe après leurs petites querelles, Caleb prit une mèche ondulée de Loélia, humant l’odeur qui se dégageait de sa chevelure blonde, comme pour la dernière fois … La dernière fois ? Impossible, ce ne pouvait-être la dernière fois, mais chaque vecteur du futur, chaque possibilité devait être prise en compte, et la perdre était l’une des innombrables possibilités …

Devant réfléchir à des choses, ce qui allait se passer prochainement, les réactions que ça allait engendrés, les bouleversements que cela engendreraient, il se leva.


Je suis désolé, je … je dois … J’ai besoin d’être seul.

Tournant les talons, il prit la direction de la forêt Interdite. A quelques pas, il puisa de sa souffrance, de l’idée de la perdre pour trouver le courage de lui dire, non le faire devant elle, mais enfin pouvoir se l’avouer à haute voix :

Je t’aime Loélia …

Elle ne l’entendit pas.

_________________

D'un simple regard, la mort nous sépare.
La lumière est aveuglante, elle l'a toujours été. Il faut la détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loélia Dannan
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
avatar

Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
600/600  (600/600)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Le dernier jour du reste de ta vie [PV Caleb ]   Sam 23 Avr - 16:16

FIN

_________________



Quand les larmes de l'ange inonderont la Terre, alors s'ouvriront les portes de l'Enfer.Et tandis que les anges seront sur le point de mourir, ce sera au jeune homme de périr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le dernier jour du reste de ta vie [PV Caleb ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le dernier jour du reste de ta vie [PV Caleb ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le premier jour du reste de notre vie
» Aide pour Hen [Toutes les Aides] - EN PAUSE
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 37 !
» Journal du Dernier jour d'un Condamné ?
» Louis Delatour (M) feat Gaspard Ulliel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'École de sorcellerie Poudlard :: Parc et lac de Poudlard-
Sauter vers: