AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Après-midi culturel au British Museum (Thalie)

Aller en bas 
AuteurMessage
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptyMar 6 Nov - 15:34

Anastasia Eladriel de Rochefort aimait se promener au British Museum de Londres. Elle avait l’impression de se sentir chez elle, parmi les vieilleries. En passant devant la salle des Antiquités Egyptiennes, elle se remémora une phrase d’une célèbre auteur de roman policier anglaise. « Un archéologue est le mari idéal pour une femme. Plus elle vieillit, plus il doit s’intéresser à elle ». J’aurais mieux fait de me trouver un mari archéologue. Lui au moins m’aurait été fidèle. Anastasia adorait se promener entre ces statues, ses tableaux, … Elle connaissait la place de chaque objet. Rien n’avait vraiment changé depuis 35 ans, les styles avaient évolué, de nouvelles statues étaient découvertes, et d’autres reléguées à la cave. J’espère que je ne finirais jamais comme ça. Enfermée dans une cave, complètement détruite.

En se promenant dans les allées du musée, elle avait un port du buste altier, ainsi que la tête haute. De nombreuses personnes se retournaient, car sa présence avait de quoi impressionné les gens au alentour. Seulement, ils ne savaient pas ce qu’elle endurait quotidiennement. Toutes ses fanfreluches qu’elle portait n’était son reflet, mais celui qu’elle voulait donner. Tout en elle n’était que miroir, mais il lui arrivait de croire à ses propres mensonges, quand elle était trop fatiguée autant physiquement que mentalement.


Peu de sorciers se rendaient au British Museum, ils jugeaient sans doute que cet endroit n’avait guère d’importance, mais elle était, au contraire, persuadée qu’il regorgeait de nombreuses pièces qui pourraient se montrer d’une importance capitale pour mieux comprendre les origines de la magie. Mais les sorciers étaient trop fiers pour s’abaisser à cela. Elle-même était très fière, mais pas à ce point là.

Alors qu’elle regardait un superbe tableau surréaliste, elle recula de quelques pas, et fit tomber un vase étrusque qui avait l’air d’une grande valeur. Affolée, elle vérifia que personne ne la regardait, et sortit sa baguette.


Reparo

Elle espérait que personne ne l’avait vu même si rien n’était sûr avec tous les moldus qui traînaient dans les parages.

Je l’ai échappé belle cette fois-ci ! Il me faudra être plus prudente la prochaine fois. Mais j’espère qu’il n’y aura pas de prochaine fois.
Elle avait perdu l’habitude de lancer des sorts, et se retrouva très vite à cours de souffle. Elle préféra s’asseoir sur un banc, et regarda les moldus déambuler dans les couloirs du musée. Cette mésaventure lui rappela une citation de Ed Reinhart. « Une sculpture, c’est ce dans quoi vous vous cognez quand vous reculez pour regarder un tableau. » Décidément, cet après-midi était riche en citation...

Après quelques minutes, elle se sentit gênée. Un lourd regard pesait sur elle, mais elle ne savait pas d’où il venait. Un moldu m’a vu lancé le sort ? Non, impossible … Un sorcier alors ? Non, il se serait sans doute manifesté depuis longtemps. Enfin, elle repéra l’origine de son malaise. Une jeune femme, la vingtaine, la regardait depuis un poteau. Anastasia préféra faire comme si de rien n’était, se releva, et entreprit de se diriger vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Thalie Musae
Serdaigle
Serdaigle
Thalie Musae

Nombre de messages : 206
Age Roleplay + Sorts : 21 ans Sorts 1 2 3
Date d'inscription : 21/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptyJeu 8 Nov - 10:57

Cela faisait des années que Thalie n’était pas venue au British Museum. A chaque fois, Mamina était celle qui l’emmenait. La dernière fois elle devait avoir 14 ans, des cheveux longs jusqu’aux fesses et une adoration totale pour un conservateur du musée. Un moldu… John Reevers je crois. Mamina avait beaucoup rit à ça, mais sans méchanceté. D’ailleurs elle lui avait promit de l’y emmener l’année de ses 16 ans, mais il y eut l’accident. Après ça, le choc et la tristesse l’empêchèrent d’aller au musée qui lui rappelait, comme tant d’autres endroits, sa grand-mère morte tragiquement. Mais tu es forte maintenant, hein ma chérie. Elle avait désormais très envie de se promener dans les allées du musée, au milieu des moldus et des vieilleries qu’ils trouvaient si particulières et qui sait, elle allait peut-être croiser John Reevers ! En montant les marches qui menaient à la grande entrée du British Museum elle ne sentait tout de même fébrile. Allez, souffle un bon coup ma chérie et lance toi. Un…deux…trois…

Elle était dans le musée. Lentement elle s’avança plus à l’intérieur et leva la tête pour admirer le lieu. Il renfermait peut-être des vieilleries, mais c’était un endroit magnifique. Thalie, prenant un peu d’assurance respira de mieux en mieux. Une respiration lente et calme. Elle se félicita d’avoir mis son vieux jean et un simple sous-pull rouge sous son manteau car il faisait une chaleur étouffante dans le musée. Comment font-ils pour travailler ici ? Il fait si chaud ! Pourtant il ne me semblait pas que nous sorciers avions une perception différente du chaud. Mais on dirai bien que si. Bien qu’elle pensât à totalement autre chose, elle se laissa ses pas la guider vers la salle où était exposé du surréalisme. En regardant autour d’elle la jeune femme fut étonnée de trouver cette salle familière. La salle préférée de Mamina… Sa grand-mère avait toujours eut un faible pour l’art surréaliste moldu, elle disait souvent que le seul moyen que les moldus découvrent l’existence des sorciers était par l’imagination développée dans cette forme d’art.

Thalie s’appuya contre une des lourdes colonnes qui soutenaient le plafond sculpté de la grande salle et regarda tout autour d’elle. Les gens passaient et regardaient les toiles sans prêter attention les uns aux autres. La jeune femme était entrain de réfléchir à ça, comment peut-on se passer dix fois à côté comme ça, se gêner mutuellement et s’ignorer ? lorsqu’elle vit une femme entrer qui attira son attention. Elle avait un port tellement altier que Thalie se demanda si elle n’était pas une des ces actrices moldues des années 50 puis en l’observant attentivement remarqua qu’elle n’était sûrement pas aussi vieille que ça. C’est à ce moment-là qu’elle fit tomber un vase étrusque. Oh…. Mais… Elle venait de jeter un coup d’œil autour d’elle et avait sortit une baguette. Une baguette, une vraie baguette de sorcier. Thalie la vit jeter un sort pour réparer le vase et le replacer sur son socle comme si de rien n’était. Je rêve !

Thalie ne savait pas que faire, partagée entre l’étonnement de voir une sorcière dans le musée, la curiosité et ses questions sur l’inconnue. Elle le suivit et se lança.

Madame. Madame. Elle s’approcha et sourit à la femme. Bonjour. Je suis désolée si vous me trouvez impertinente, mais… elle baissa la voix, j’ai vu ce que vous veniez de faire. Elle sourit légèrement en voyant l’air alarmé de la femme. Je suis comme vous...

Et voilà ma chérie, tu viens de faire une énorme bêtise ! Qu’est-ce que tu avais besoin de lui parler ? Maintenant elle va partir en courant, crier à la folle ou t’ignorer royalement. Bien joué ! Thalie se tenait droite, les mains les poches de son jean devant la femme. La mèche de sa frange avait glissé de derrière son oreille et s’était callée contre le bord de ses lunettes. Maintenant, qu’est-ce que je fais ??
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptySam 10 Nov - 22:08

Anastasia détestait au plus au point qu'on la regarde, surtout venant de la part d'une moldue. Mais elle faisait semblant de n'avoir rien vu. C'était le point fort d'Anastasia : faire semblant, sauver les apparences, créer une facade de confiance. Mais le regard de la jeune moldue avait quelque chose de déroutant, comme si elle avait vu quelque chose qu'elle n'aurait pas dû voir.

Et si ...? Non, ce n'est pas possible, j'avais fait attention pourtant...Mais si ... elle ... avait vu quelque chose ?


Anastasia ne pouvait admettre cette éventualité, elle était trop sûre d'elle. Elle décida donc de prendre les devants. Tout en rester très sûre d'elle même, elle se dirigea vers la salle dédiée aux oeuvres baroques. Elle s'assit sur un banc, et observa un peu plus la jeune femme, qui la suivait toujours. Elle était habillée d'un jean, un peu trop sale au goût d'Anastasia, ainsi qu'un sous-pull rouge, qui semblait délavée pour Anastasia, et d'un manteau.


Mais comment est-elle habillée ? Comment peut-elle ne pas avoir honte de sortir ainsi dans la rue, habillée de la sorte ! Et sa mère ? Sa pauvre mère ! Qui est-elle pour la laisser sortir ainsi ? Heureusement que c'est une moldue !


Anastasia avait beau essayer de cacher son agacement, il était très visible. La vieille femme était devenue d'une humeur acaciâtre depuis sa "mésaventure" à Azkaban., mais elle, qui avait été habitué à vivre dans le luxe et l'oppulence dès son plus jeune âge, avait vite repris ses goûts un peu luxueux, et l'image de cette jeune fille la répugnait un peu. Soudain, un affreux doute s'emparat d'elle.

Et si cette moldue m'avait vu jeter le sort ? Je n'ai pas l'expérience pour lui lancer un sort d'oubli, et encore moins devant de nombreuses personnes. Dans quelle galère me suis-je encore embarquée ? Pourquoi a t'il fallu que je renverse ce superbe vase étrusque d'une valeur inestimable ?

La jeune fille avait dû prendre une décision. Elle s'avancait vers Anastasia d'un pas décidé, mais une marque d'étonnement était sur son visage. Partagée entre la peur et la crainte, Anastasia décida de se forger un visage vide d'expressions et de sentiments, mais son sentiment de panique était tel qu'elle gardait un air alarmé sur son visage. Une fois près d'elle, elle lui sourit. Anastasia eut juste le temps de regarder un peu plus la jeune femme qui se tenait devant elle.

Brune, une frange, des lunettes, un air enjoué sur le visage, ... A mon époque, de nombreux ragots aurait déjà jasé sur cette femme. Et de nombreuses têtes se seraient retournées sur son passge, mais pas pour les bonnes raisons.

La jeune femme s'était enfin décidé à parler. Le plus étonnant pour Anastasia, fut qu'elle la regarda dans les yeux, et ne regarda pas d'abord son apparence physique.

Mais qui est cette jeunette qui se permet de me regarder dans les yeux. A mon âge, on avait le respect des plus vieux, on n'osait même pas les regarder dans les yeux, tellement ils dégageaient une sorte d'aura d'une connaissance inouïe. Mais maintenant, tout cela est fini, c'est la place aux jeunes, qui se croient tout permis, et qui croient tout connaître.

La jeune femme s'était enfin décidé à parler.


Madame. Madame. Bonjour. Je suis désolée si vous me trouvez impertinente, mais… j’ai vu ce que vous veniez de faire. Je suis comme vous...

La première réaction d'Anastasia fut la colère, mais l'expression de son visage se transforma bien vite avec le discours de la jeune femme. Elle resta un moment silencieuse.

Mais qui est-elle pour me juger ? Elle suppute que je suis mariée, et en plus, elle ose m'appeler Madame. Cela me vieillit encore plus. Et maintenant, elle suppute que je suis une sorcière, mais pour qui se prend t'elle ?

Madamoiselle, permettez moi de remettre en doute votre façon de voir les choses. Je pense que vos lunettes sont sales, et que vous avez mal vu. D'ailleurs qu'avez-vous vu exactement ? Je suis sûre que vous avez mal vu. C'est tout.


Mais qui est-elle ? Une sorcière ? Habillée comme ca ? Mais quel honte pour notre société ?

Elle serra ses poings, et s'enfonca les ongles dans la peau pour se retenir de dire d'avantages de méchancetés. Elle répféra se lever, et regarder de plus près un tableau de Rembrandt : "La Ronde de nuit".

Rembrandt a peint environ 700 tableaux. Il en reste à peu près 3000 dans le monde.


Anastasia eut un petit sourire à l'évocation de cette citation de Wilhem Bode, mais la jeune femme revanait à la charge. Anastasia décida donc d'écouter un peu plus cette femme qui voulait, elle ne savait pourquoi absolument lui parler.
Revenir en haut Aller en bas
Thalie Musae
Serdaigle
Serdaigle
Thalie Musae

Nombre de messages : 206
Age Roleplay + Sorts : 21 ans Sorts 1 2 3
Date d'inscription : 21/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptyDim 18 Nov - 21:27

C’est au moment où elle vit le regard dédaigneux de la femme qu’elle venait d’aborder que Thalie se rendit compte de l’énorme bêtise qu’elle avait fait. Jamais personne ne l’avait regardé avec un air si dégoûté et elle eut presque envie de faire demi tour direct et de faire comme si cette rencontre n’avait jamais eut lieu. Mais presque était bien le mot qui correspondait car jamais Thalie n’aurait fuit face à quoi que ce soit.

Enfin, n’oublie pas ton départ très réussi et rapide de Sydney ma chérie. N’ose pas me dire que ce n’était pas une fuite. Ok, j’ai fuis de Sydney, mais tu connais bien les raisons de ce que j’appellerai plutôt un départ précipité. En attendant j’aimerai bien qu’elle arrête de me regarder comme ça parce que je sais que ma réaction a peut-être été un tantinet bizarre, mais ce n’est pas une raison pour me regarder comme si je sortais des bas fonds de Londres ! Enfin, quand même !

La femme se décida enfin à parler, mais ce fut sur un ton sec et extrêmement peu encourageant. Thalie en eut des frissons dans les dos. Bien que la femme l’intimide elle continua à la regarder bien droit dans les yeux car pour elle c’était une marque d’honneur. Celui qui baisse les yeux a perdu. Quelque chose d’assez français dont elle avait pris l’habitude après son passage à Beauxbatons.

Citation :
Mademoiselle, permettez-moi de remettre en doute votre façon de voir les choses. Je pense que vos lunettes sont sales, et que vous avez mal vu. D'ailleurs qu'avez-vous vu exactement ? Je suis sûre que vous avez mal vu. C'est tout.

Thalie fit un pas en arrière en entendant la réponse de la femme. Elle était tellement estomaquée qu’elle ne savait que faire et resta prostrée comme elle était, les mains dans les poches et les yeux grands ouverts pendant quelques secondes. La femme s’était éloignée et Thalie n’avait toujours pas bougée. Le sentiment qu’elle éprouva ensuite fut de la colère. De la colère pour les regards de dédain qu’elle n’avait pas arrêté de lui jeter à partir du moment où Thalie était entrée dans le champs de vision de la femme, de la colère pour sa réponse si sèche, de la colère aussi pour son attitude. De quel droit la traitait-elle comme ça ?

Non mais je rêve ! Pour qui elle se prend celle-là ? Je suis quoi à ses yeux, la dernière des clochardes ou quoi ? Zut de zut de flûte de pourceau écrasé, c’est le comble ça ! C’est elle qui fait une énorme bourde, qui utilise la magie pour la réparer et qui pourrait être vue par une centaine de moldus et c’est moi qu’elle traite comme si j’étais une sous-race d’elfe de maison. Elle se croit vraiment supérieure au reste du monde celle-là dit donc !

Thalie sera les poings, remit sa mèche rebelle derrière son oreille (satanée mèche !) et partit à la suite de la femme qui regardait un tableau de… Rembrandt il me semble. Elle se posta à côté de la femme et commença sans même que l’autre ne lui jette un regard. Thalie était tellement énervée qu’elle ne prêta guère attention aux règles de politesse cette fois-ci. Et zut !

Excusez-moi encore une fois. Non, ne m’excusez pas d’ailleurs. C’est vous qui avez été d’une impolitesse extraordinaire à l’instant et qui devriez vous excuser. Est-ce que vous vous rendez compte de ce que vous venez de faire ? Le risque et…

Thalie jeta un regard autour d’elle et vit que plusieurs personnes la regardaient, elle devait parler beaucoup trop fort pour le niveau audible dans un musée. Mais bien qu’elle allait essayer, elle doutait qu’elle n’arrive vraiment à baisser sa voix. Il lui arrivait tellement peu souvent de se mettre dans une telle colère qu’elle savait qu’il lui serait très difficile de se calmer. Elle tenta tant bien que mal d’ignorer le tambour qui battait dans son cœur et dans sa tête et continua à voix plus basse.

Le risque et le danger dans lequel vous venez de nous mettre. Imaginez si quelqu’un vous avait vu ! Quelqu’un de votre âge devrait pourtant savoir l’ampleur des causées par des incidents similaires par le passé. Vous ne semblez pas prendre conscience de ce que vous venez de faire devant une centaine de moldus.

Thalie du se mordre l’intérieur des joues pour ne pas en dire encore plus à la femme sur sa façon de penser. Jamais elle n’aurait osé faire quelque chose de la sorte avec qui que ce soit, surtout pas avec une femme qui semblait aussi frigide que celle qu’elle avait en face d’elle à ce moment là, mais elle ne pouvait contenir cette colère qui avait éclatée pour 5 malheureuses phrases. Maintenant la jeune femme se sentait défaillir, cela faisait quelques années qu’elle ne s’était pas mise dans un tel état et ne se sentait pas bien.

Non Thalie, ne tombe pas ! Ne tombe pas ma chérie ! Il ne faut pas que tu lui montres que tu es vulnérable. Déjà qu’elle te déteste, sans même savoir quoi que ce soit sur toi.

Thalie avala difficilement sa salive et se ressaisit. La femme n’avait pas bougé, elle avait simplement tourné la tête pour la regarder. La jeune femme attendit une réaction de la part de son interlocutrice, si on pouvait parler ainsi de la femme qui était face à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptyMar 20 Nov - 9:40

Anastasia ne faisait plus guère attention à la jeune femme, quand celle ci se posta à côté d’elle. Elle paraissait énervée. Mais le tableau de Rembrandt était encore plus passionnant. Son attention était particulièrement tourné vers la jeune femme à gauche. Elle était rayonnante, et paraissait incongrue dans ce décor noir . La lumière, les couleurs, et les jeux de lignes du tableau mettaient en vedette les deux officiers du centre et la petite fille en robe jaune. Ce tableau était vraiment passionnant, et Anastasia savait qu’elle pourrait passer des heures à le regarder si elle n’était pas dérangée. Mais malheureusement, ce plaisir ne lui fut pas accordé.

Excusez-moi encore une fois. Non, ne m’excusez pas d’ailleurs. Mais pour qui se prend t’elle ? Ne pas l’excuser ? C’est vous qui avez été d’une impolitesse extraordinaire à l’instant et qui devriez vous excuser. Est-ce que vous vous rendez compte de ce que vous venez de faire ? Anastasia lui jeta un regard assassin. Elle parlait trop fort. Le risque et… Elle qui parlait de risque ne parvenait même pas à se contrôler. La jeune femme baissa enfin la voix.

Le risque et le danger dans lequel vous venez de nous mettre. Imaginez si quelqu’un vous avait vu ! Quelqu’un de votre âge devrait pourtant savoir l’ampleur des causées par des incidents similaires par le passé. Vous ne semblez pas prendre conscience de ce que vous venez de faire devant une centaine de moldus.

Mais quel risque ? Il n’y avait aucun risque ! J’ai bien regardé, et aucun moldu ne me regardait. Je sais ce que vous allez dire : Mais je vous ai vu ! Bien sûr que oui, mais un petit sort d’Oubliettes, et hop, tout vos souvenirs seront effacés.
Elle avait prononcé ces derniers mots en la regardant fixement, essayant de la transpercer du regard.

Mais vous mettes sympathique. Je dois dire que vous avez une sorte de culot, qui je dois dire, m’éblouit parfaitement. Je vous aimes bien d’ailleurs pour ça. Son ton était devenu plus mielleux, comme si elle était devenue une autre personne.

Et voilà, une nouvelle personne qui te prend pour une schizophrène, pour une fois que tu rencontres quelqu’un qui paraît intéressant, il faut que tu fasses la conne en la prenant de haut, et en croyant qu’elle va s’aplatir à tes pieds. C’est déjà bien étonnant qu’une sorcière soit dans un musée moldu …

Que diriez vous de continuer la visite avec moi … Comme je vous l’ai déjà dit, vous me paraissez être une gentille fille. Tout d’abord comment vous appelez vous ? Je suis sûre que vous avez un magnifique nom. Que diriez vous d’aller voir la Pierre de Rosette ?


En disant cela, elle prit la jeune fille par le bras, et l’entraîna vers la salle des Antiquités Egyptiennes, sans même attendre une réponse de la jeune femme. La jeune femme avait l’air de se laisser faire.

Vous savez, c’est très étrange qu’une sorcière soit ici. Je croyais être la seule qui ait un petit peu de culture. Mon mari m’a quitté il n’y a pas si longtemps. Vous savez, ça été très difficile pour moi. Mais heureusement, j’avais mon chat, Mistinguette, qui été toujours là pour moi. Mais il est mort la semaine dernière. Le médecin m’a dit qu’il avait fait une crise au foie. Quel malheur ca a été pour moi. Mais dites moi tout. Etes-vous seule dans votre vie ? Je suis sûre qu’une jeune femme comme vous doit faire tourner tous les regards des hommes.


Alors, trop c’est trop Anastasia. Après la vieille femme acariâtre qui prend un malin plaisir à embêter les gens, puis une femme tout à fait charmante, tu passes pour une grand-mère sénile. Arrête ça de suite. En plus, qu’est-ce qui t’a pris de lui dire qu’elle faisait tourner la tête des hommes. Elle le sait j’en suis sûr, mais elle l’utilise dans le mauvais sens du terme.


Pardon, j’ai oublié de me présenter. Je m’appelle Anastasia Eladriel de Rochefort, et d’ailleurs, je parle, je parle, mais vous ne m’avais toujours pas dit comme vous vous appelez.

En même temps qu’elle prononçait ces derniers mots, elles passèrent devant la Vénus de Milo.

Savez vous ce qu’a dit Will Rogers à propos de la Vénus de Milo. Non ? Il a dit que la Vénus de Milo était l’exemple typique de ce qui arrive à ceux qui ne peuvent s’empêcher de se ronger les ongles.
Entre nous, je dois dire que je trouve cette citation fausse. Regardez moi, je me ronge les ongles depuis environ 40 ans, et je suis toujours avec mes 2 bras, et mes 2 jambes !


Anastasia, il va falloir que tu apprennes à te contrôler. A force de dire des conneries, tu vas te faire interner.


Dernière édition par le Mar 25 Déc - 20:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thalie Musae
Serdaigle
Serdaigle
Thalie Musae

Nombre de messages : 206
Age Roleplay + Sorts : 21 ans Sorts 1 2 3
Date d'inscription : 21/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptyJeu 13 Déc - 0:20

Compose toi Thalie. S’il te plaît. Ne flanche pas. Ce n’est qu’une vieille femme aigrie. Je ne comprends même pas pourquoi tu prends tant de peine pour cette histoire ? Mais si ! Tu te rends compte de ce que ça voudrai dire pour nous tous si elle s’était fait attraper par un moldu ! Je sais bien qu’il y a les sorts d’Oubliettes, mais elle ne m’a pas l’air bien apte à jeter ce genre de sort.

Thalie soutint tant bien que mal le regard de la femme face à elle. Il était totalement hors de question pour la jeune femme de laisser entrapercevoir, ne serai-ce qu’une minute, le sentiment de désemparement total qu’elle éprouvait face à cette femme qui l’intimidait autant qu’elle la répugnait par son attitude et son arrogance, mais aussi par l’immense risque qu’elle venait de prendre. Lorsque les mots Vous m’êtes sympathique. sortirent de la bouche de l’interlocutrice de Thalie, cette dernière ne pu retenir une sorte de hoquet d’étonnement.

Est-ce possible qu’elle ait dit ça ? Attends… Qu’est-ce qu’elle est entrain de faire ? Non mais je rêve ! Elle me prend par le bras la vieille folle ! Attends, qu’est-ce qu’il se passe ? Elle a des troubles du comportement ou quoi ? Ce n’est pas dans un musée qu’elle devrai être, mais à Sainte Mangouste ! Imagine qu’elle se soit enfuie de l’hôpital.

Thalie se raidit, mais elle se trouvait déjà face à une Vénus de Milo splendide bien que mutilée. Elle se dégagea de l’emprise de la vieille femme au moment où celle-ci lui dit son nom.

Anastasia Eladriel de Rochefort… M’étonne pas qu’elle soit une de quelque chose. Elle en a bien l’attitude et l’air. Et puis, elle pose des questions et tu crois qu’elle me laisserai répondre ? Non, et ben zut alors ! Et maintenant elle me cite Will Rogers ! Mais où va-t-on ? Peut-être que tu ferai mieux de la couper avant qu’elle ne se mette vraiment à divaguer sur tout et n’importe quoi.

Thalie se frotta le bras que la vieille femme avait pris avec plus de force que la jeune femme aurai pu le croire en la voyant. Elle se tourna pour faire face à Anastasia et dit rapidement avant que cette dernière puisse recommencer son pseudo monologue :

Je m’appelle Thalie Musae, bibliothécaire à l’école de Poudlard. Vous savez, je trouve fort intéressant tout cela. Je suis assez intéressée par tout ce qui a rapport avec la culture, faisant un travail aussi proche de l’éducation que le mien. Sans pour autant avoir des connaissances assez importantes pour pourvoir prétendre à un poste d’enseignant. Vous semblez en savoir beaucoup sur ce musée. Ca doit faire longtemps que vous venez ici. J’ai entendu dire qu’il y avait tellement d’objets qu’une seule vie ne serai pas suffisante pour en savoir assez sur ce musée et ses collections.

Thalie savait fort bien qu’elle avait éludé la question sur sa vie sentimentale tout autant qu’elle avait fait comme si elle ne trouvait pas cette Anastasia complètement fêlée de la citrouille. Mais le plus important était de jouer le jeu. Elle n’avait rien d’important à faire pour le moment et ne voulait pas laisser cette femme seule tant qu’elle n’était pas sûre qu’elle ne ferait pas d’autre « bêtise ».

Mais qu’est-ce que je peux lui dire ? Je n’ai rien à lui dire ! Allez Thalie ! Tu es très sociable comme fille. Et puis, zut ! Je n’ai aucune raison de ne pas passer un bon moment, même s’il y a une femme vraiment bizarre avec moi.

Thalie sourit à la femme puis admira la Vénus de Milo, ses mains qui s’étaient calées au fond de ses poches sortirent lentement et très doucement elle commença à s’approcher de l’imposante statue. Thalie n’avait qu’une envie : toucher la statue. Si pure, si blanche, si belle. La jeune femme avait toujours eu un faible pour ces reliques d’une toute autre époque de l’Histoire moldue. Inutile de dire que lors de ses 2 années passées en Grèce elle avait été au comble de la joie dans ce domaine.

Elle est tellement belle. Si seulement j’avais mon carnet de croquis… Elle me fait penser à une que j’ai dessiné en Crète. Elle était dans un cimetière encastré dans une petite colline… Quelle idée de ne pas avoir pris mon carnet !

Thalie était perdue dans ses pensées et les mots sortaient tout seul de sa bouche, presque sans qu’elle ne s’en rende compte. Elle ne regardait même pas la femme qui l’accompagnait et dit simplement :

Je suis sûre que vous devez avoir des dizaines de portraits de vous, mais je pense que vous feriez un modèle très intéressant. Dans un cadre moyenâgeux à la française avec beaucoup de fleurs de printemps.

Thalie Thalie Thalie, que fais-tu donc ? Aurai-tu perdu la tête ?

La jeune femme se ressaisit juste à temps pour apercevoir le regard de la femme à laquelle elle s’adressait et qui n’avait dit mot depuis que la jeune femme lui avait dit son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptyVen 28 Déc - 21:36

Anastasia s’était tournée vers son interlocutrice. Elle avait enfin décidé de prendre la parole, et à lui raconter son histoire … Elle paraissait avoir plusieurs sentiments en elle en même temps. Elle semblait perdue dans ses pensées, rêveuse, … Anastasia était elle même perdue dans ses pensées, hésitant entre l’arrogance et la gentillesse, mais la page était maintenant tournée, les dés étaient jetés … Elle devait resté la vieille dame qu’elle paraissait être, et arriver à obtenir la confiance de la jeune femme.

Vous vous appelez Thalie, comme la Muse de la Comédie, cela tombe bien d’ailleurs, vu que vos parents se nomment Musae. Dommage que vous ne fassiez pas partie de la noblesse, c’est beaucoup mieux un Thalie de Musae, ne trouvez vous pas ? On dirait quand même que ce nom a été fait pour vous … Vos parents s’appellent comment ? Je m’étonne de ne pas les connaître, je suis sûr qu’ils doivent être aussi adorable que vous … Une bibliothécaire, bonté divine, moi même j’adore les livres … Je possédais une grande collection avant … avant. Parlez moi de votre métier, il doit sûrement être très intéressant. Tout le temps en contact avec les élèves et les enseignants, tout en conservant un certain statut indépendant. Mais vous ne trouvez pas que ce métier est un peu dégradant, enfin je veux dire déshonorant ?


Boulette, boulette, boulette … Ne laisse pas l’arrogance reprendre le dessus, ne laisse pas la vieille femme aigrie reprendre le dessus … Tu finiras à Saint-Mangouste avec tes bêtises … Allez Ani, on se reprend, on sourit, allez sourit Ani, et reprends toi !


Euh, non, ce n’est pas ce que je voulais dire … Je … euh … je voulais dire que … Enfin, vous me comprenez n’est-ce pas ?

Je suis sûre que vous devez avoir des dizaines de portraits de vous, mais je pense que vous feriez un modèle très intéressant. Dans un cadre moyenâgeux à la française avec beaucoup de fleurs de printemps.


Oh, espèce de petite dévergondée … J’ai senti un petit soupçon d’ironie dans sa voix … Allez, fais comme si tu n’avais rien entendu, souris, allez souris … SOURIS ! Ferme les yeux, rouvres-les, et souris !


Bien sûr que j’ai plusieurs portraits de moi. Des portraits en forêt, sur un cheval, avec des chiens et un habit de chasse … Je me rappelle de celui-ci, il était magnifique, mais très dur à réaliser. Les chiens et le cheval n’arrêtait pas de bouger dans tous les sens … Il est vrai que j’ai aussi un portrait de moi dans l’herbe, avec des feuilles de cerisier avec mon château derrière moi, mais tout cela est trop faste, trop baroque pour moi … Vous comprenez n’est-ce pas ? Vous avez l’air de vous y connaître en art … D’ailleurs, qu’est-ce que l’art ? Je pense pour ma part que l’art ne peut être défini que par nous-même, et non par les autres. Regardez cette Vénus de Milo ? Est-ce de l’art ou non ? Chacun est juge …


Anastasia s’était assise sur un banc, et contemplait la Vénus de Milo … Le regard perdu dans le vide, elle réfléchissait à son présent, son passé, son futur.

D’ailleurs pour résumer cette pensée, Georges Bernard Shaw a dit un jour : « Quel tableau de la National Gallery j’essayerais de sauver s’il y avait le feu ? Le plus proche de la porte. » On voit tout de suite que pour lui l’art n’avait que peu d’importance, comme la culture … Certains trouvent que la culture n’est qu’un loisir, qu’elle n’ait pas importante, mais pour moi, et pour vous aussi je pense, la culture est ce qu’il y a de plus important dans ce monde, c’est elle qui permet à la société actuelle de marcher, de fonctionner … A votre avis, la société détermine t’elle, et conditionne t’elle nos comportements ? Ou est-ce l’inverse ? Une grande question vous ne trouvez pas ? Je m’égare dans mes pensées et dans mes dires … Parlez moi un peu de vous …

La conversation, enfin le monologue, que menait Anastasia depuis maintenant quelques minutes prenait une allure trop philosophique pour elle … Perdue dans ses pensées, Anastasia écoutait d’une oreille discrète la conversation qu’elle menait avec Thalie.
Revenir en haut Aller en bas
Thalie Musae
Serdaigle
Serdaigle
Thalie Musae

Nombre de messages : 206
Age Roleplay + Sorts : 21 ans Sorts 1 2 3
Date d'inscription : 21/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptyJeu 3 Jan - 13:35

Thalie ne pu s’empêcher de sourire lorsqu’Anastasia mentionna la muse de la comédie. Elle faisait effectivement partie de son histoire, de qui elle était. Bien que n’étant pas une comédienne dans l’âme, elle aimait beaucoup jouer des rôles. Ses parents avaient aussi choisis de l’appeler ainsi parce que cela collait parfaitement à leur nom de famille. Une vraie petite muse… Mais Thalie s’était toujours demandé pourquoi ils ne l’avaient pas appellée Terpsichore, comme la muse de la danse. Cette muse qui avait inspiré sa mère tout au long de sa carrière de danseuse. Peut-être était-ce parce qu’ils ne voulaient pas qu’elle devienne comme sa mère… Ils voulaient beaucoup d’enfants, Terpsichore aurai pu être une deuxième fille. En tout cas Thalie aimait beaucoup son prénom et ne regrettait point de ne pas porter le nom de la plus magnifique des danseuses parce qu’elle le trouvait dur. Pourtant, on pouvait dire que les prénoms dans sa famille étaient assez diversifiés dans leur origine et leur signification.

J’aurai pu être une de Musae effectivement. Mais cela ne m’importe guère, la noblesse française qu’il y avait dans ma famille s’est depuis longtemps exportée hors des frontières de ce beau pays. Mes parents se prénomment William Musae et Ella Foster, mais ils ont beaucoup voyagé donc je doute que vous les connaissiez. J’ai des origines très multiculturelles et je suppose que c’est pour cette raison que mes parents ont choisi un prénom aussi… original.

Non mais pour qui est-ce qu’elle se prend avec ses réflexions de vieille pie sur mon travail. Dégradant ! Je t’en ferai voir moi des dégradants, espèce de crapaud poussiéreux ! J’aimerai bien savoir d’où elle sort pour être aussi arrogante. L’âge et le statut social y sont pour quelque chose mais je suis sûre qu’il y a autre chose qui se cache là-dessous. Arrête Thalie ! Ce ne sont pas tes affaires et puis, qu’est-ce que ça peut te faire qu’elle sorte du fin fond d’un caveau ou qu’elle soit juste une femme renfermée sur elle même, hein ? Serre les dents et dès que tu le peux éclipse-toi. En bonne et due forme certes, mais éclipse-toi tout de même.

C’est un travail absolument passionnant bien que quelque fois solitaire, surtout après la fermeture. Mais j’aime beaucoup me retrouver seule. On s’entend mieux penser et les choses paraissent plus claires à mon sens lorsqu’on a cette possibilité. J’apprend tout autant de choses que les élèves et ça me permet de faire des recherches personelles. La bibliothèque de Poudlard est gorgée de livres rares sur tellement de sujets qu’il serai impossible de tous les lire, même en utilisant la magie.

Thalie préféra rester debout à côté du banc sur lequel Anastasia s’était assise et photographier mentalement chaque centimètre carré de la surface de cette beauté intemporelle pour pouvoir la reproduire dès son retour chez elle plutôt que de s’installer près d’une femme qui l’intriguait mais en même temps ne lui plaisait pas du tout. Son attitude et ses gestes ne collaient pas avec ses paroles. Thalie avait l’impression qu’une bataille intérieure se livrai chez cette femme. En toute sincérité, plus elle lui parlait et plus elle avait l’impression qu’Anastasia était folle.

Effectivement, j’apprécie beaucoup l’art. J’ai grandi entourée d’artistes et d’intellectuels en tout genre et je pense que ça a beaucoup influencé la personne que je suis devenue. Je vis avec des livres, mais l’art est mon échappatoire. Vous qui faites autant de citations devez connaître cette phrase de Pablo Picasso, « Je ne peins pas ce que je vois, je peins ce que je pense ». C’est tout à fait mon état d’esprit. La peinture est un mélange de pensée et de vision, mais contrairement à ce que les masses peuvent penser c’est l’esprit qui doit l’emporter sur le visuel.

Thalie avala lentement sa salive et reprit d’une voix calme et posée, comme si elle avait l’habitude de parler de cette passion personnelle devant des parfaites inconnues. Un doigt fin remonta ses lunettes qui étaient descendues un peu trop bas à son goût alors qu’elle disait :

La société conditionne notre vision, c’est sûr. Beaucoup trop de gens sont influencés par les autres. C’est un problème qui heureusement est nettement moins étendu dans notre société que dans celle des moldus. C’est à croire qu’ils n’ont parfois aucun avis sur quoique ce soit. Si quelqu’un avec un tant soit peu de pouvoir ou d’influence donne son avis sur quelque chose, vous pouvez être sûr qu’une partie de la population va le suivre aveuglement. Enfin, c’est sûrement un sujet vaste, beaucoup trop vaste pour qu’on puisse ne serai-ce que le survoler comme il le faudrai en une après-midi.

La jeune femme ressenti soudain une douleur déchirante dans son genou gauche, elle s’appuya sur le mur qui était à sa droite et espéra que la femme qui l’accompagnait n’avait pas vu ce geste de faiblesse. Thalie n’avait jamais vraiment fait attention au regard que les autres portaient sur elle, mais pour une raison qui lui était inconnue cette femme l’intimidait. Elle la mettait tellement mal à l’aise que le simple fait de lui montrer qu’elle avait mal lui donnait l’impression qu’elle se sentirait en état de domination sur elle. C’était totalement ridicule, insensé et enfantin, mais c’était ainsi. Thalie ferma les yeux et essaya de recomposer son visage avant de s’assoire à l’endroit qu’elle avait dédaigné quelques minutes auparavant. Elle enchaîna comme elle pouvait pour ne pas qu’Anastasia se rende compte de ce qui se passait dans son genou.

Il n’y a rien à dire sur moi. Vraiment. Je ne suis que la fille d’un couple de grands voyageurs qui aimaient trop le monde. Désormais je suis une simple bibliothécaire, certes dans une des plus prestigieuses écoles de magie au monde, mais tout de même. Je ne suis vraiment pas quelqu’un d’extraordinaire. Enfin, si on peut dire ça de gens comme nous… Et vous alors ? Qui êtes vous ?

Tout en se massant le genou, Thalie attendait une réponse qu’elle voyait vague, courte et distante. Elle avait le sentiment que son interlocutrice allait détourner la conversation sur un autre sujet, mais qui sait ? Elle remis sa frange derrière son oreille et regarda la femme assise à côté d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptySam 12 Jan - 17:33

Anastasia commencé à écouté d'un peu plus près ce que lui racontait Thalie, mais son esprit avait vite dérivé sur un nouveau sujet. Ecouter n'était pas vraiment le fort d'Anastasia. Elle préférait largement parler et être écouté qu'écouter les autres ... C'était vraiment inutile, trouvait-elle, de les écouter raconter une vie qui semblait en plus ennuyante à mourir ... Mais elle savait aussi se montrer sociable et ponctuer les récits des habituels : « non ! », « c'est pas vrai ! », et autres formules usuelles ... Le récit de Thalie était à la limite du supportable, mais elle commit l'erreur de lui demander qui elle était, la seule question qui pouvait arriver à mettre Anastasia hors d'elle.

Pardon, j'ai cru mal entendre ... Qui je suis ? Mais voyons pourquoi posez vous cette question ? Ne me dites pas que vous ne possédez pas chez vous le célèbre Who’s who ? A votre air déconfit j’en doute fortement … Savez-vous au moins ce que c’est ? Le Who’s who est le livre qui doit être présent dans chaque maison londonienne, et même anglaise, digne de ce nom, placé à côté de la Bible le plus souvent. D’ailleurs, le Who’s who est ma Bible, il y est indiqué tout sur toutes les personnes qui y figurent. Bien entendu, tout le monde n’est pas digne, et je puis affirmer, en toute modestie, que ma famille est celle qui est la seule à être présente dans ce livre depuis sa création. Ma famille fait parti du Who’s who in France depuis 1956, et en Angleterre depuis 1849, mais qui a malheureusement disparu … Cela resta tout de même un bon livre à garder chez soi … Vous vous coucherez moins bête ce soir ….Tout le monde me connaît à part vous apparemment ... Et ce n'est pas un bon point pour vous ... Pourquoi éprouvez vous le besoin de toujours tout savoir ? Est-ce que, moi, je suis aussi indiscrète que ça ? La curiosité est un vilain défaut, mais apparemment, votre maman ne vous l'a pas assez répété ... L'éducation des jeunes gens de nos jours leur fait défaut ... Heureusement que je ne serais plus là quand la nouvelle génération verra le jour ... Pire que la votre je pense ...

Mais pour qui se prend t'elle celle là ? Mais franchement, ils ne respectent plus rien ces jeunes ? Juste bon à rester assis chez eux, à utiliser leur baguette pour tout faire, tout et n'importe quoi ... La fainéantise est le plus vilain des maux qui parcourent notre monde ... C'est tout bonnement incroyable !

Anastasia reprit la jeune femme par le bras, l'obligea à se relever. Elle l’entraînât vers la salle de lecture du musée. La pièce était ovale, et des livres tapissaient toute la totalité du mur ... Elle l’entraînât au milieu de la pièce, juste sous le dôme en verre.

De l'ambition, jeune fille, il n'y a rien de mieux ! Bibliothécaire à Poudlard, c'est vraiment bas à côté de cette bibliothèque là ! Franchement, ce n'est pas le rêve de toute bibliothécaire, je suis sûr que vous avez les moyens, pour travaillez ici, mais que vous n'avez aucune ambition pour ... Je suis sûr que vous n'arriverez jamais à rien dans la vie avec une attitude pareil ! Et ne me regardez pas avec un air pareil ! Je suis sûr que moi je pourrais ! Et puis vous êtes une sorcière non ? Je suis sûre que j'y arriverais alors que je n'ai pas les compétences ! Et effacez cette air de votre visage ! J'ai l'air d'un monstre ?

Anastasia avait levé les yeux au ciel. Elle commençait à baisser les bras. Elle n'arriverait jamais à faire quelque chose de bien avec cette jeune femme. Elle s’effondra de manière peu catholique sur un siège qui traînait tout près … La jeune femme n’avait cependant toujours pas cillé, et attendait toujours là, comme une … bibliothécaire !

Oui ? Vous avez encore quelque d’autre à me dire sur vous, une nouvelle déclaration sur votre vie … MINABLE ! Mais féminiser vous un peu, au nom de Dieu ! Devenez enfin quelqu’un ! Cette frange, mais faites quelque chose avec ! Ce n’est pas possible ! Vous avez quel âge ? Un ami ? Certainement pas avec une telle dégaine …

Anastasia prit soudain conscience que tous les regards étaient tournés vers elle. En temps normal, elle en aurait été ravi, mais elle baissa le ton de sa voix. Elle se rapprochât de la jeune femme, la saisi par le bras, et lui murmura à l’oreille :

Pardon d’être un peu brusque, mais je ne crains qu’il ne faille vous secouer pour que vous preniez conscience de vous, ce n’est pas contre vous …

Quoi que …

Soudain Anastasia porta la main à son coeur. Elle avait beaucoup trop marché cet après-midi, beaucoup trop crier, beaucoup trop énervée. Son coeur n'en pouvait plus ... Elle s'accroupit par terre, consciente d'être le centre de l'attention. Elle leva la tête vers Thalie, et prononca quelques mots d'un ton haché et saccadé.

Aidez moi, je ne me sens pas bien, accompagnez moi dehors ...
Revenir en haut Aller en bas
Thalie Musae
Serdaigle
Serdaigle
Thalie Musae

Nombre de messages : 206
Age Roleplay + Sorts : 21 ans Sorts 1 2 3
Date d'inscription : 21/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptyLun 21 Jan - 3:32

Thalie n’avait pas fait attention à ce qu’elle disait. Elle était perdue dans ses pensées et les mots sortaient de sa bouche sans même qu’elle y fasse attention. Elle fut surprise, mais pas étonnée lorsque Anastasia se mit soudainement en colère. Dans la dernière heure qu’elles avaient passées ensemble Thalie avait comprit qu’il ne fallait pas qu’elle se pose de questions sur la femme acariâtre qu’elle avait en face d’elle. C’était ridicule et ne servait à rien. Elle fut cependant blessée par ce que la femme aux cheveux grisonnants lui dit et bien qu’elle se laissât faire lorsque cette dernière la traîna dans une autre pièce elle n’avait qu’une envie : partir. Oui, il était temps pour elle de partir. Fini de jouer à l’assistante sociale. Fini d’être gentille. Non, ce n’est pas comme ça qu’il faut dire les choses. Thalie ne pouvait s’arrêter d’être gentille car c’était ainsi qu’elle était. Elle était foncièrement gentille mais il y a des limites et même la plus aimable des personnes peut se retrouver à un moment ou à un autre excédée au point de vouloir prendre ses jambes à son cou et partir le plus loin possible.

Pendant ces quelques minutes qui parurent des heures à la jeune femme la pièce tourna sur elle-même. Elle se trouvait au centre, face à Anastasia et il lui semblait entendre la voix de celle-ci en sourdine. Thalie était ailleurs. Elle ne fit pas attention aux gens qui les regardaient ni aux murmures lorsque son interlocutrice se mit à parler vraiment fort. Tellement fort d’ailleurs que Thalie reçut un grand coup de fouet au visage. C’en était trop. Vraiment trop. Il fallait qu’elle cesse cette mascarade ridicule.

Elle avait l’impression de voir la scène qui se déroulait devant ses yeux depuis un promontoire, comme si elle flottait dans les airs et se voyait à travers les yeux de quelqu’un d’autre. Elle vit ses poings lentement se fermer et se resserrer en une petite boule qui l’empêcha d’exploser face à Anastasia car trop était trop. En se voyant silencieuse et calme face à celle-ci Thalie n’eut qu’une envie : se donner une paire de claque et réagir.

De retour dans son corps, dans sa tête, la jeune fille n’attendit pas une minute pour réagir. Elle n’avait que trop repoussé le moment où elle allait dire à la vieille ce qu’elle pensait. N’était-elle pas restée avec elle juste parce qu’elle la croyait complètement folle et qu’elle avait peur qu’Anastasia ne commette quelque bêtise aussi grosse que celle du vase ? Les choses n’avaient que trop traîné. Il fallait qu’elle laisse sortir sa colère ou elle allait exploser, elle qui détestait les conflits au plus haut point.


De quel droit vous permettez-vous de ne parler ainsi ? Je ne vous connais pas. Je ne vous juge pas. Ai-je fais quelque commentaire sur vous, votre attitude, votre vie ou votre apparence ? Non ! Non car ce n’est pas ma place de le faire et certainement pas constructif étant donné que nous ne nous reverrons jamais. Sincèrement, je me souci guère de l’avis qu’une vieille chouette aigrie peut bien avoir sur ce que je dois faire ou pas. Je ne sais pas d’où vous venez pour avoir des manières aussi déplacées. Non, je devrai plutôt dire pour n’avoir aucune manière. Londres n’est pas le village perdu dans la campagne française où vous faites sûrement régner une ambiance terrible. Ici les gens méritent le respect, qui plus est les inconnus.

S’occupant peu des gens qui les fixaient d’un regard noir, Thalie avait laissé sortir sa tirade, essayant de ne pas perdre le contact visuel qu’elle avait avec Anastasia. Selon elle il ne fallait pas baisser les yeux devant quelqu’un qui semblait avoir le dessus, au contraire. Et là il fallait l’admettre, la plus âgée des deux femmes et ses sautes d’humeur avait un léger avantage : la timidité de Thalie. Elle était cependant beaucoup trop énervée pour se préoccuper de ce qui se passait autour. Les gens, les bruits, les voix, rien n’importait.

Ce n’est pas contre moi ? Ce n’est pas contre moi ? Mais qu’est-ce qu’elle raconte encore ? Thalie, part et va vite à Sainte-Mangouste. C’est un danger public cette femme !


Vous voulez rire j’espère. Ce n’est pas dirigé contre moi ? Mais dans ce cas, pour qui est-ce ? Et pourquoi me le dire ? Vous rendez-vous compte que vous dites des choses qui n’ont ni queue ni tête ? J’en ai assez entendu pour une après-midi. Tout ce que vous chercher c’est de l’attention que j’ai eu le malheur de vous donner. Allez vous rendre intéressante aux yeux de quelqu’un d’autre, je vous trouve absolument pathétique. Oui, je sais que vous allez encore monter sur vos grands chevaux, mais je trouve ça pathétique que vous ayez besoin de faire de telles scènes pour qu’on vous remarque. Vous devriez…

La femme, raison des énervements de Thalie, venait de se plier en deux, une main sur le cœur. Son visage fier et hautain déformé par la douleur.

Vous croyez vraiment que ça va marcher ça ? J’ai autre chose à faire que de baby-sitter quelqu’un comme vous. Ne faites pas semblant d’être mal pour qu’on s’occupe de vous.

Elle tomba sur le sol et à ce moment là Thalie se demanda si Anastasia jouait vraiment la comédie. Peut-être était-elle vraiment mal. La jeune femme attrapa le bras de celle qui était accroupie sur le sol et malgré l’envie pressante qu’elle avait de partir sans se retourner et d’oublier tout ce qui s’était passé depuis son entrée au musée elle ne put. Elle emmena la femme sur les marches à l’extérieur du musée et la força à s’assoire sachant que c’était le seule moyen pour qu’elle le fasse, le sol étant sûrement trop sale pour son noble derrière.

Vous sentez-vous mieux ?

Elle espérait une réponse positive car cela voudrai dire qu’elle pouvait définitivement partir sans demander son reste. Elle n’avait plus rien à faire ici tant que cette vieille bique jouait la simagrée.

Oui. Oui. Oui. Oui. Oui. Dis oui espèce de vieille corne ! Oh et puis zut ! Oui ou non je m’en vais je n’en peux plus de toutes ces histoires. Moi qui pensait passer un après-midi tranquille…
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptyDim 3 Fév - 20:27

Anastasia était au sol, dans une position d’infériorité, et elle détestait ça. Son seul objet de préoccupation été elle, et elle seule, rien d’autre ne l’intéressait, mais voilà, les années avaient passé, son séjour à Azkaban l’avait affaiblie au plus au point, mais son amour-propre était intacte, et elle voulait le conserver, aussi longtemps qu’elle le voudrait, et rien n’y personne ne pourrait y arriver, même si elle se trouvait dans une position forte inconfortable. Thalie aurait pu la laisser là, seule, mourante. Mais elle n’eus pas la réaction qu’Anastasia aurait eu à sa place, la laisser là, non, elle lui prit le bras, comme si elle était une vieille dame sénile, et l’emmena sur les marches devant le musée, au milieu des colonnes grecques, sous le fronton représentant quelques statues imitées du grec. Le froid, le vent, s’engouffrèrent dans le musée, au moment au Thalie avait poussé les portes qui y menait. Anastasia respira profondément, ouvrant ses poumons au maximum, pour récupérer l’air qu’elle avait perdue. Thalie l’a fit s’asseoir sur les marches de force. Anastasia mis sa tête dans ses mains, ferma les yeux, respira longuement. En les rouvrant, elle vit que Thalie était toujours là, malgré les atrocités qu’elle avait pu lui sortir. Cela étonna fortement Anastasia, et du fermer et rouvrir plusieurs fois les yeux pour vérifier ce qu’elle voyait.

Vous sentez-vous mieux ?

Oui, oui, je crois que ça va … mieux … Je ne saurais pas comment vous remercier. Permettez moi de vous offrir quelque chose, n’importe quoi … J’ai été un peu brusque avec vous, mais seulement un peu, et puis, je ne suis pas la seule responsable ...

Anastasia savait qu’elle jouait beaucoup avec le feu à ce moment là, elle adorait jouer avec les limites, essayer de ne pas les franchir, mais elle n’y arriver décidément pas. Malgré son vieil âge, sa « maturité » , elle n’avait jamais su où étaient placé les limites, et c’est pour ça qu’elle les franchissait le plus souvent avec une certaine allégresse. Le feu ne lui avait jamais fait peur, c’était même une obsession chez elle, le feu, le feu de sa vie, qui peut s’éteindre à tout moment, qui peut s’arrêter, s’étouffer. Mais tout ca n’avait plus d’importance pour Anastasia, tout ce qu’elle voulait, c’était s’amuser, franchir les limites, jouer avec le feu. Les Moldus était tellement pitoyables, que jouer devant eux offrait un plaisir jouissif à Anastasia, elle avait un public, elle se montrait comme elle voulait, elle pouvait même montrer ses pouvoirs si elle le voulait, rien n’avait d’importance pour elle. D’ailleurs cet après-midi avait bien commencé, elle avait lancé un sort devant des Moldus, mais une jeune femme été venue la prévenir, la mettre en garde. Une proie trop facile qui en plus s’était présentée avec une sorte d’innocence presque clownesque devant elle. Elle ne pouvait pas ne pas la faire tourner en bourrique. C’était tellement facile, tellement jouissif. Histoire de s’amuser un peu, elle s’était fait passer pour un vieille femme horrible et cruel, puis pour une vieille mégère, une vieille sénile, et pour finir une mourante. Ses cours de théâtre avait fini par payer, et en plus, le public qu’on lui offrait était … sorcier. Qu’est-ce qu’il ne fallait pas faire pour pouvoir se montrer. Toujours assise là, sur les marches du British Museum, avec la grisaille pour changer de ce climat tellement différent de celui qu’elle avait connu dans le Manoir Familiale en France. Enfin bref, elle était en vie, mais celle qui l’accompagnait ne le savait pas …

Pourquoi ne pas s’amuser un peu ? Je pourrais l’attirer chez moi … et la tuer … Ou alors la torturer en lui lançant quantité de sorts …

Anastasia pas maintenant ! Tu viens juste de sortir, et tu comptes déjà y retourner ! Tu n’es pas possible. Contrôle un peu tes pulsions …

Mais en même temps, c’est tellement jouissif de faire peur aux gens …

C’est une sorcière !

Bon d’accord, je compenserais par un Moldu, un homme de préférence, de … disons … 33 ans, veuf ou célibataire, et sans enfants ! Je ne suis quand même pas cruelle !

Pour l’instant, ressaisis toi Anastasia ! Tu as une sorcière devant toi, qui est en plus beaucoup plus jeune que toi, même si elle a l’air un peu … fade …


Anastasia continuait de jouer la comédie devant Thalie, lui faisant croire qu’elle allait très mal. Elle continuait de respirer difficilement, laissant sa tête entre ses mains, fermant les yeux, et lançant quelques regards à la jeune femme.

Comment vais-je m’amuser avec elle ? J’ai déjà fait la cruelle, la sénile, la mégère, et la mourante … Je vais faire la malade … Pour continuer à la garder près de moi, ce public est tellement … distrayant.

Vous ne comptez tout de même pas m’abandonner ici seule ? Je n’ai pas fini la visite du musée, voulez continuer à m’accompagner … où cas ou … si je refais une crise, je préférerais que ce soit une sorcière plutôt qu’un Moldu qui soit avec moi, vous comprenez … si je dois utiliser la magie. Comme vous l’avez dit, on ne doit pas utiliser la magie devant des Moldus, vous vous en voudriez d’avoir laisser une vieille femme comme moi faire de la magie devant les Moldus. D’ailleurs, je ne vous laisse pas le choix. Si vous ne m’accompagner pas, je risque de faire des bêtises, et je dirais que Thalie Musae m’a laissé seule, alors qu’elle était au courant … Enfin, je ne vous oblige à rien …

Anastasia avait pris son air de petite fille qui venait de commettre une atrocité. Avec son sac à main sur les genoux, ses yeux grands ouverts, elle ressemblait plus à une petite fille qu’à une vieille femme mature. Elle finit tout de même par se lever, et remonta les marches du Musée. Une fois arrivée en haut, elle se retourna. Thalie était toujours resté en bas, d’un geste brusque, ferme, et plein d’assurance, elle indiqua à Thalie de monter les marches.
Revenir en haut Aller en bas
Thalie Musae
Serdaigle
Serdaigle
Thalie Musae

Nombre de messages : 206
Age Roleplay + Sorts : 21 ans Sorts 1 2 3
Date d'inscription : 21/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptySam 1 Mar - 21:36

Thalie regarda Anastasia avec des yeux qui se voulaient durs et sévères, mais qui laissaient tout de même pointer une lueur d’intérêt et de souci. Elle s’assied à côté d’elle et l’observa, essayant de deviner si la scène dont elle venait d’être témoin n’était qu’un acte dans la pièce de théâtre qui semblait être cet après-midi, ou si la femme qu’elle accompagnait contre son gré était vraiment mal. Elle ne parvint pas à savoir. Elle penchait cependant pour la comédie, mais n’étant pas sûre elle préféra rester encore quelques instants avec Anastasia au cas où son cœur lâchait.

On ne sait jamais… Tu t’en voudrai toute ta vie si elle mourrait là et tu le sais fort bien. Mais dès que tu le peux va t’en ma chérie, ne lui laisse pas l’occasion de te prendre au piège. Piège, piège, quel piège ? Une vieille bique sénile comme elle.


Vous avez été juste un peu brusque avec moi et vous n’étiez pas la seule responsable ? Je crois bien que nous n’avons pas du tout la même conception des termes composants cette phrase. Je ne dirai pas que vous avez montré autre chose que de la brusquerie et encore moins que quelqu’un d’autre que vous en êtes responsable. Il me semble qu’en plus d’apprécier une attention que je m’obstine, malgré le bon sens, à vous donner, vous n’avez pas la notion d’autrui. Vous devriez lever la tête et assumer vos petites crises de femme se croyant plus importante que n’importe qui d’autre.

La jeune femme reprit son souffle. Une fois de plus elle s’était quelque peu laissée emporter par ses sentiments, sans pour autant hausser la voix. Elle se contentait de parler plus vite. Elle écouta la vieille femme et la regarda sa lever en silence. Thalie se retrouvait dos au mur. Elle ne pouvait faire qu’un pas en avant vers la femme qui semblait désormais prendre un malin plaisir à la torturer. Certes cette torture n’était pas physique mais morale, et n’importe qui l’ayant subit peut affirmer sans ciller que c’est sûrement tout aussi éprouvant qu’une torture physique. Les sautes d’humeurs, les excès de colère soudains d’Anastasia laissaient la jeune femme fatiguée et lasse. Elle ne savait plus que faire. Non seulement elle se sentait responsable de la mégère de par leur appartenance mutuelle au monde sorcier, mais aussi car Thalie était comme ça. Elle n’avait jamais pu laisser quelqu’un dans le besoin seul. C’était une qualité mais à cet instant précis elle se demanda si ce ne pouvait être aussi une tare. Elle n’avait aucune envie de se laisser entraîner par la vieille femme dans le musée pour être le témoin d’une autre de ses crise de colère, mais en même temps elle pensait encore une fois à ce qu’elle serai capable de faire si elle la laissait seule. Devait et pouvait-elle supporter cela pour le bien de la communauté sorcière ? Se sacrifier pour une cause qu’elle trouvait juste n’avait jamais posé de problème à Thalie, du moins en principe cela ne lui avait jamais posé de problème, car elle n’avait jamais vraiment eu à le faire. Mais là…

Non Thalie, n’y va pas ! Tu sais que tu vas le regretter si tu y vas. D’un autre côté, si je la laisse seule elle est parfaitement capable de faire exprès d’utiliser la magie et cette fois-ci elle ne s’en cachera pas. Mais d’où peut bien sortir un monstre pareil ?


La jeune femme n’avait jamais été confrontée à une personne qui avait aussi peu de scrupules que cette Anastasia de Rochefort. Qui pouvait assurer qu’elle ne sortait pas de Sainte Mangouste ou pire, Azkaban. De quoi était-elle capable ? Ca Thalie n’en avait aucune idée et elle aurai adoré pouvoir lire dans ses pensées à cet instant précis pour savoir ce qui l’attendait si elle acceptait de suivre son bourreau et si elle refusait. Seulement elle n’avait pas ce don et ne pouvait donc savoir à quoi s’attendre. Ce qu’elle n’aurai pas donné pour recommencer la journée et décider d’aller au parc plutôt que de venir au British Museum. Malgré tout ça, elle en était toujours au même point, fixant la femme qui lui intimait de monter d’un geste sec et assuré du haut des marches de l’entrée du musée.

Elle n’avait pas envie d’y aller, mais cette petite fille serviable qu’elle avait dans le cœur semblait contrôler la femme lucide qui emplissait son cerveau et son cœur, dans un grand élan de gentillesse, ou de folie, qui sait, lui ordonna de monter les marches. Elle marchait extrêmement lentement, comme si son cerveau et son cœur allaient littéralement dans des sens opposés. Arrivée en haut des escaliers elle ne put retenir un souffle qu’elle savait irriterai Anastasia. Ne sachant toujours pas que faire elle commença à suivre la femme qui menait le chemin que tout à coup elle prit sa baguette et murmura un Silencio à l’attention de la vieille femme. Thalie ne revenait pas de son geste. Elle, Thalie Musae, venait de jeter ce sort à un vieille bique qui lui rendait son après-midi totalement misérable. Dans un élan de bravoure, ou plutôt d’inconscience totale, elle avait laissé son cerveau, ou du moins une partie de son cerveau, prendre le dessus et lui dicter sa conduite.

Si tu la laisse toute seule il n’arrivera rien. La survie des sorciers ne dépend sûrement pas de ça. Tous les jours des sorciers commettent des erreurs et ce n’est pas pour autant que nous avons été découvert. Il faut juste que tu t’occupes de déguerpir le plus vite possible.

Ayant ainsi une certaine forme de pouvoir sur Anastasia, elle la poussa dans un renfoncement sous les colonnes qui ornent l’entrée du musée et lui parla d’une voix tellement sèche qu’elle se demanda elle-même d’où elle pouvait bien sortir.


J’en ai plus qu’assez de votre simagrée. Au moins maintenant vous allez être silencieuse deux minutes. J’ai quelques petites choses à vous dire avant de défaire ce sort. Vous n’êtes qu’une vieille marâtre sans occupation et sans avenir qui ne cherche qu’un peu d’attention. Je ne sais pas d’où vous venez, ni ce qui s’est passé dans votre vie, mais je peux vous dire que ça vous a desséché et pourri l’intérieur. Je me contre fiche de ce qu’il peut se passer si je vous laisse seule et vous savez pourquoi ? Parce que j’ai autre chose à faire que de m’occuper d’une espèce de vieille folle qui devrait être internée à Sainte Mangouste. D’ailleurs je crois que je vais vous y amener. Là-bas au moins vous pourrez être soignée, parce que je suis sûre que ça se soigne ce que vous avez.

En fait Thalie parlait car elle ne savait que faire d’autre. En réalité ça avait été une bien bête idée que de lui jeter ce sort car dès qu’elle la libérerai du sort qui lui entravait les cordes vocales, Anastasia lui jetterai sûrement un sort qui ne serai pas aussi inoffensif que celui qu’elle venait de placer sur elle.

Je vous libère si vous me promettez de vous taire et de ne pas hurler comme une truie se faisant égorger. J’aurai vite fait de dire que vous êtes ma tante échappée d’un asile et dans ce cas, quoi que vous disiez personne ne vous croira. Compris ?

Thalie défit tout aussi discrètement son sortilège qu’elle ne l’avait fait et se tourna à moitié.

Maintenant vous allez me laisser partir, nous ne nous reverrons plus jamais et tout se passera pour le mieux ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptyDim 6 Avr - 19:51

Anastasia attendait avec impatience la réaction de Thalie. Tout n’avait été que pur provocation depuis la première fois qu’elles s’étaient vues, et ce aussi bien de sa part que de la sienne. Mais, pour l’instant, c’est Thalie qui avait la balle dans sa main. Thalie, qui pour l’instant, n’avait eu que très peu de réactions fortes, pas même un geste déplacé. Juste son air de gentille petite roturière, bien élevé, mais qui n’avait aucune ambition dans la vie. Les jeunes gens de nos jours avaient tellement changé. Tout cela était bien différent de l’internat où elle avait été élevée, et même s’il n’y avait que très peu de roturière, le peu qu’elle avait côtoyé avait de l’ambition, et souhaitait aller loin dans la vie, comme la jeune Diana qu’elle avait souvent croisé dans les couloirs. Le bon vieux temps lui manquait énormément … L’époque où tout le monde la connaissait, se retournait sur son chemin, savait qui elle était, et murmuré sur son passage quelques formules de politesse. Mais tout cela était bien révolu, le temps l’avait laissé derrière, et les jeunes gens lui manquaient à présent de respect. Mais elle recommençait à prendre confiance en elle, et Thalie lui servait merveilleusement bien de patin pour vérifier qu’elle n’avait pas perdu la main.

Thalie marchait avec lenteur, ce qui exaspérait fortement Anastasia qui commença à avancer devant prendre un peu de vitesse, et obliger Thalie à en faire de même. Elle s’apprêtait à ouvrir les grandes portes qui menaient dans le hall du musée, quand une étrange sensation lui parcourut le corps.

Elle se retourna vers Thalie, et vit que cette dernière avait sorti sa baguette. Elle comprit trop tard que cette dernière lui avait jeté le sort visant à se taire, alors qu’elle n’avait pas encore recommencé à parler, et à raconter nombreux potins, et autres. Tout cela manquait fortement de tact pour Anastasia qui n’avait pas l’habitude d’être ainsi coupé du monde par la parole. Elle tenta bien d’ouvrir la bouche et de prononcer quelques paroles, mais rien ne sortit. Elle ne pourrait donc pas tout de suite répliquer aux phrases, sans doute assassines que pourrait bien lui jeter à la figure Thalie.


Et bien enfin ! Je commençais à croire que ce moment n’arriverais jamais ! Elle s’est enfin décidé à prendre une décision qui sort de l’ordinaire, qui sorte des vulgaires règles de conduite qu’on lui a sans doute inculqué dans sa petite maison bourgeoise. D’ailleurs, je ne crois pas que quelqu’un ait du lui enseigner la bienséance, l’art de dresser un table, ou même la génuflexion ! Il faut croire que les jeunes d’aujourd’hui n’ont plus aucune culture … Ils n’iront jamais bien loin dans la vie ! Alors, petite Thalie, qu’as-tu à me dire qui soit si important pour que tu m’ai lancé un Silencio ?

Vous n’êtes qu’une vieille marâtre sans occupation et sans avenir qui ne cherche qu’un peu d’attention.

Je suis certes vieille, mais moi, une marâtre ? Je ne crois pas … à moins que ma fille ait épousé un homme, et ait fait un enfant ! Mais je n’espère pas ! Combien de fois lui ai-je répéter : « Ne fais pas d’enfant ! On divorce d’un mari pas d’un enfant ! » Je n’espère vraiment pas qu’elle ait commis la même erreur que moi !

Thalie avait l’air furieuse, et Anastasia ne pouvait s’empêcher de sourire à la vue de cette jeune femme qui paraissait tellement sérieuse et respectable il y a quelques minutes, et qui s’était transformée en un horrible monstre qui s’offusquait des frasques bénignes d’une vieille folle. Mais Anastasia avait réussi. Elle ne pouvait pas s’empêcher de sourire, cela lui faisait tellement plaisir de voir qu’elle n’avait, pas encore, perdu la main. Il lui avait fallu beaucoup plus longtemps qu’à l’ordinaire pour pousser à bout la jeune fille. A l’époque de sa jeunesse, il lui aurait fallu moins de cinq minutes, mais en 15 ans de prison, il paraissait normal de perdre la main, surtout après tout ce qu’elle avait vécu.

Je vous libère si vous me promettez de vous taire et de ne pas hurler comme une truie se faisant égorger. J’aurai vite fait de dire que vous êtes ma tante échappée d’un asile et dans ce cas, quoi que vous disiez personne ne vous croira. Compris ?

Anastasia fit un signe de la tête prouvant qu’elle avait effectivement compris, mais elle savait que cela ne l’empêcherait pas de ne pas hurler. Promettre avait toujours été quelque chose de répulsif chez elle, mentir était une seconde nature par contre. Dès l’âge de 6 ans elle avait pris conscience qu’elle était une bonne menteuse, et n’avait depuis, pas cessé un seul instant s’usé de ce pouvoir. C’était presque aussi enivrant que le pouvoir. Mis à part que le mensonge permet d’accéder au pouvoir et que le pouvoir permet de tout contrôler.

Thalie commença à descendre les marches sans se retourner. Anastasia sut que c’était le moment qu’elle devait exploiter. Elle allait retourner la ruse de Thalie contre elle-même. La jeune fille était maintenant rendue à mi-chemin, quand Anastasia se rendit compte qu’elle avait recouvert la parole. Plus rien ne l’empêchait de parler à présent. Mais elle ne voulait pas jeter un sort à quelqu’un qui se trouvait de dos, ce serait la prendre en traître Il fut un temps où Anastasia n’aurait pas hésiter à le faire, mais elle avait décidé de jouer subtilement, sans prendre trop de risques. Thalie était presque en bas des escaliers. Il fallait agir maintenant, ou jamais. Anastasia n’allait pas laisser passer cette occasion en or d’exercer son pouvoir sur elle.

Elle descendit presque en courant les escaliers, le port de tête altier, et s’arrêta au milieu des marches.


THALIE ! THALIE CHERIE ! Tu ne vas tout de même pas me laisser seule ici ?

Elle avait crié, et savait que Thalie se retournerait. Trop de personnes étaient autour d’elle, pressés de voir sa réaction. Les gens avaient changé, mais pas leurs mœurs, et c’est sur cela qu’Anastasia comptait. Sur le fait qu’elle se sente piégée, et obligée de continuer de l’accompagner pour continuer la visite. Toutes les personnes présentes sur les marches étaient à l’arrêt, et même certaines étaient sortis du hall pour assister à la scène. Anastasia eut un petit ricanement intérieur, et cria de plus belle.

THALIE CHERIE ! JE NE ME SENS VRAIMENT PAS BIEN ! LAISSE MOI T’APPUYER SUR TOI POUR CONTINUER LA VISITE !
Revenir en haut Aller en bas
Thalie Musae
Serdaigle
Serdaigle
Thalie Musae

Nombre de messages : 206
Age Roleplay + Sorts : 21 ans Sorts 1 2 3
Date d'inscription : 21/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptyJeu 10 Avr - 19:36

Voilà qui est fait ! Pars maintenant ! Vite ! Pars… Cours… Vole ! Plus vite tu seras loin et mieux tu te porteras ma chérie. Allez…

Elle avait finit de parler et n’avait pas demandé son reste, se tournant immédiatement. Elle ne pouvait pas courir bien sûr, mais elle marchait assez vite pour que quelqu’un d’observateur se rende compte qu’elle n’avait pas envie d’être là un instant de plus. Chaque pas qu’elle faisait l’éloignait de la vieille acariâtre qui avait pris un malin plaisir à la torturer pendant l’après-midi. Chaque foulée la libérait du poids et de la tension qui environnait cette femme. Elle était au milieu des escaliers lorsqu’une pensée la frappa : Anastasia n’avait pas bougé. Certes elle ne pouvait pas la voir, les sorcières n’avaient pas encore la chance d’avoir des yeux derrière la tête, mais elle avait un sentiment étrange. Il lui semblait que quelque chose de terrible aller se passer.

Se forçant à continuer son mouvement, elle posa le pied sur la marche en dessous de celle sur laquelle elle se tenait lorsqu’elle entendit un cri. Un cri strident et atroce. Un cri venant de la bouche d’Anastasia. Thalie s’arrêta net. C’est à peine si elle osait respirer. Sentant tous les regards tournés vers elle, elle sut que sa tourmenteuse avait du faire un signe qui montrait qu’elles étaient ensemble.

Oh la garce ! Elle n’a pas osé ! Je rêve ! Tu rêves ma chérie… Ce n’est pas la réalité, tu cauchemardes… C’en est trop ! Beaucoup trop. Arrête de te laisser manipuler par cette vieille folle et embarque-la. Aller simple direction Sainte Mangouste!

Un instant, la jeune femme eut envie de partir comme si de rien n’était. Après tout, il n’y avait aucune raison pour que ce soit elle qui s’occupe du « danger » que représentait Anastasia pour la communauté sorcière. Après tout, il y avait des gens au Ministère qui étaient payés pour ça. Leur travail était de s’occuper des cas à problème comme elle. Ils lançaient les sorts d’oubli comme elle lisait les livres, à longueur de journée. Malheureusement sa conscience l’en empêcha. Même si elle était irritée par l’attitude de la femme elle ne pouvait partir en la laissant là. Se tournant lentement vers Anastasia qui gesticulait dans tous les sens au milieu des escaliers, hurlant son nom à tu tête. Evitant comme elle pouvait de croiser le regard des gens qui les fixaient elle monta les quelques marches qui la séparait d’Anastasia. Là, elle la prit par le bras et l’entraîna à sa suite dans les escaliers. Les lèvres bougeant à peine elle murmura d’une voix ferme à Anastasia :


Taisez-vous ! Vous avez gagné, je vous accorde l’attention que vous désirez si ardemment. Mais ne croyez pas que vous aurez le dernier mot ! Je vous emmène à l’hôpital Sainte Mangouste tout…

Un grand sourire vint s’afficher sur son visage lorsqu’une femme d’une soixantaine d’années passa à côté du duo et esquissa une sorte de grimace. Tenant toujours le bras d’Anastasia, mais s’approchant de la femme âgée, elle dit d’une voix douce :

Veuillez excuser ma tante madame. Elle est un petit peu… particulière. Vous savez… Elle a un petit problème… là-haut !

Continuant leur descente, Thalie reprit son discours à l’intention de la femme qu’elle tenait fermement par le bras.

Donc je disais… Je vous emmène à l’hôpital de Sainte Mangouste tout de suite. N’essayez pas de crier sinon je vous coupe encore les cordes vocales. Vous savez que je le ferai. Avancez normalement.

Elle n’aurait peut-être pas du dire à la femme où elle avait l’intention de l’amener, mais elle avait l’impression que quoi qu’elle dise ou fasse elle ne pouvait être tranquille. Anastasia pesait sur son bras comme elle pesait sur son esprit. Un poids qui avait plombé sa journée qui s’annonçait paisible et pleine de souvenirs dans un lieu qu’elle appréciait. Une main sur le bras d’Anastasia, l’autre prête à se saisir de sa baguette elle avançait dans les rues de Londres en essayant d’avoir l’air le plus naturel possible.

Heureusement qu’on est pas loin ! Plus que deux rues…
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptyMer 30 Avr - 19:15

Anastasia avait réussi son coup. Thalie paraissait totalement hors d’elle, faisant de grands gestes. Elle s’était retournée, et elle la fusillait d’un regard noir. Une garce, voilà tout ce qu’elle était. Mais c’est tout ce qu’elle voulait. Les personnes présentes sur les marches s’étaient arrêtées. Quelques unes regardaient Anastasia en se demandant sans doute qui était la vieille folle qui criait comme si on était en train d’égorger un cochon, mais la plupart regardaient Thalie, se demandant si elle allait revenir cherche sa tante, mère, grand-mère, … ou si elle allait la laisser là seule. Anastasia comptait d’ailleurs beaucoup sur cet effet, l’effet de la foule, cet effet sur les personnes lorsqu’elles sont observés. Elles deviennent tout de suite plus facile à manipuler … Mais c’est toujours assez difficile à réaliser …

En tout cas, Thalie n’avait pas d’autre choix que de revenir la prendre. Après peu importait leur destination, que ce soit le musée, ou un endroit quelconque, du moment qu’Anastasia puisse encore user de toute son influence sur l’âme « pure » que paraissait être Thalie.

Elle avait grimpé les quelques marches qui la séparait encore d’Anastasia, paraissant se soucier des personnes qui l’entouraient, comme l’avait, évidemment, prévue Anastasia. Elle prit Anastasia par le bras fermement, comme pour se rassurer, comme pour croire qu’elle avait encore le pouvoir sur elle, alors qu’en fait, rien de tout cela n’était vrai. Depuis le début Anastasia contrôlait la situation, mais il lui fallait bien s’amuser un peu. Lorsque la vieillisse arrive, les moments de loisirs et de plaisirs se font de plus en plus rares, jusqu’à devenir inexistant. Et Anastasia avait un énormissime besoin d’action, besoin de plaisir. Elle ne voulait pas se contenter, comme la plupart des vieilles femmes de son âge, de devenir une petite parfaite femme au foyer, qui fait la vaisselle, change l’ordre des serviettes dans la salle de bains tous les jours, tout en respectant une symétrie et une harmonie parfait entre le mauve du papier peint, et le pourpre et le rose des serviettes. Non, cette vie là n’intéressait en aucun cas Anastasia.

Thalie approcha son doux visage, sans aucune ride, près du visage d’Anastasia, et lui murmura à l’oreille quelques paroles qui lui glacèrent le sang. Elle n’avait pas prévu cette éventualité. Mais après tout, Sainte-Mangouste, ce n’était pas non plus très grave, elle allait pouvoir manger et se loger sans dépenser le moindre sou, et surtout, elle allait pouvoir exercer ce petit pouvoir tyrannique sur les médecins qui lui seraient attribués, les faisant tourner en bourrique le plus possible.

Thalie continuait de descendre les marches du musée, lorsqu’elles croisèrent une paire de vieilles femmes, du genre acariâtre, et qui ne manqueraient pas de relater l’événement qu’elle venait de voir dans leur Club du Mardi. Rentrant dans le jeu de Thalie, elle sourit aux deux femmes.


Elle a un petit problème… là-haut !

Anastasia leva les yeux au ciel, faisant semblant de rechercher un quelconque signe, qui pourrait lui indiquer qu’elle avait un problème. Bien entendu, cela eut pour effet de faire fuir les deux femmes qui n’allaient pas chercher à discuter avec une folle. Thalie reprit son discours, se faisant beaucoup plus menaçante, Anastasia ne savait pas comment prendre sa menace. Elle semblait décider, mais jamais elle n’oserait lui lancer un sort, surtout pas devant des Moldus, elle était trop bien « élevée » pour oser tenter une action devant eux. Alors que Thalie essayait de passer pour une jeune femme équilibrée et naturelle, Anastasia accentuait les traits d’une folie qui n’existait pas. Elle marchait d’un pas frénétique, faisant de grands gestes de sa main libre.

Sainte-Mangouste se rapprochait à vue d’œil, et Thalie paraissait relâcher un peu plus. Elle respirait maintenant d’une manière naturelle, et la vue du bâtiment la faisait sourire. Un grand sourire, un sourire de soulagement.


J’espère qu’on va me donner un beau médecin … un médecin souriant, qui respire la joie de vivre … comme ça … cela sera encore plus drôle de le torturer. Ce sont toujours les médecins les plus gentils qui sont les plus serviables. Mais moi, je ne ferais pas de sentiments, je n’aurais aucun remord à lui demander des choses impossibles … ou non … Ce séjour devrait normalement bien se passer … sans coûter le moindre sou ! Je pourrais m’acheter une nouvelle tenture pour la salle à manger du château comme ça … Il y en a vraiment besoin … Les deux soirs par an où j’y organise quelque chose, cela me semble toujours vide …

HJ Pardon pour la qualité de la réponse /HJ
Revenir en haut Aller en bas
Thalie Musae
Serdaigle
Serdaigle
Thalie Musae

Nombre de messages : 206
Age Roleplay + Sorts : 21 ans Sorts 1 2 3
Date d'inscription : 21/10/2007

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptyMar 6 Mai - 8:28

Thalie avait du mal. La vieille femme accrochée poussait légèrement la comédie. Elle gesticulait dans tous les sens, faisant de grands mouvements de son bras libre. La jeune femme tentait tant bien que mal de faire comme si de rien n’était. Elle n’arrivait pas à croire qu’une journée qui avait si bien commencé pouvait avoir dérapé ainsi. Rencontrer une sorcière dans le British Museum devait déjà relever de l’exploit, mais en plus il fallait que celle que Thalie avait rencontrée soit complètement folle. Elle commençait à douter de sa chance. Enfin, que venait faire la chance là-dedans ? Rien, absolument rien. La jeune femme ne pouvait même pas se dire que c’était le hasard car elle avait toujours eu beaucoup de mal à y croire. Le fait qu’elle connaisse la magie, qu’elle soit de ce monde parallèle faisait que les questions sur le destin, le hasard et la chance n’étaient pas vraiment d’actualité. OU l’étaient-elles ?

Ah ma chérie ! Arrête de penser à tout cela. Ce n’est vraiment pas le moment. Plus que quelques mètres et tu seras débarrassée de cette vieille mégère, certainement pas apprivoisée, qui te gâche l’existence. Plus que quelques mètres…

Il faut admettre que la jeune femme était très étonnée qu’Anastasia se contente de gesticuler un peu et qu’elle ne fasse pas une seconde, ou troisième, peut-être plus même, crise. Thalie avait pu voir à quel point elle était vicieuse et s’attendait à pire lorsqu’elle lui avait annoncé qu’elles se dirigeaient vers l’hôpital de Sainte Mangouste. Le coup dans le dos, l’attaque surprise, n’était pas arrivée et la jeune femme en était quelque peu soulagée. Non, pas quelques peu, elle en était vraiment soulagée. Elle tourna la tête pour regarder celle qu’elle portait à moitié depuis de longues minutes. Décidément cette femme devait être quelqu’un avec une histoire, peut-être fort intéressante. En d’autres circonstances Thalie l’aurai interrogée mais là, étonnement ou pas, l’envie l’en manquait.

Un immense sourire vint se peindre sur le visage doux de la jeune femme. Elles y étaient. Elles venaient d’arriver à Sainte Mangouste. O miracle, ô vue salvatrice. Relâchant son étreinte sans pour autant lâcher complètement la femme en laquelle elle n’avait pas confiance le moins du monde, Thalie regarda dans deux côtés pour vérifier qu’il n’y ai pas de moldus en vue.

Après ce vieil homme avce son chien.

Elle fit mine de montrer quelque chose sur un des balcons plus haut à Anastasia en attendant qu’il passe puis et dès qu’il eut tourné au coin de la rue, marcha directement dans la fenêtre d’un magasin soi-disant en rénovation appelé Purge & Pionce Ltd. Elles se trouvaient à présent dans le hall de l’hôpital sorcier de Grande-Bretagne. De toutes part il y avait des employés habillés avec les robes vertes qui caractérisaient le personnel de l’établissement. Thalie laissa échapper un petit soupire de soulagement. Maintenant, quoi qu’Anastasia décide de faire, elle ne serai plus seule avec elle. Elle n’aurait plus à elle seule la responsabilité de sa petite personne à l’ego double. La tirant pour la dernière fois de la journée, oh non, de sa vie, derrière elle, la jeune femme se dirigea vers le comptoir d’accueil. Le plus dur allait peut-être être à venir. Comment expliquer tout ça sans avoir l’air folle elle-même ?

Qu’est-ce que tu racontes ma chérie ? Bien sûr qu’ils vont te croire. Ce n’est pas toi la vieille folle dans l’histoire.


Elle prit une grande inspiration et se lança.

Bonjour. Je voudrais savoir où il faut aller pour les personnes ayant des petits problèmes mentaux. Je veux dire… j’ai trouvé cette femme au British Museum, elle a fait un grabuge impressionnant. Je pense qu’il faudrait qu’elle voit un médecin. Elle ne va pas bien. Je ne sais pas, peut-être a-t-elle eu un accident…

A ce mot Thalie pâlit. Accident… Mamina… La dernière fois qu’elle avait pénétrée dans cet établissement était après l’accident de balai de sa grand-mère. Elle ne parlait plus, elle ne mangeait plus. Elle avait bien failli mourir elle-même. Mais de chagrin cette fois… Un frisson parcouru son dos mais elle réussit à se contrôler. Elle n’espérait qu’une chose : qu’Anastasia continue à bien se comporter car elle ne pourrait en supporter plus.

Elle n'avait pas prononcé un seul mot à l'intention d'Anastasia depuis qu'elle lui avait dit qu'elles allaient à Sainte Mangouste. Son regard devait en dire plus. Agacement, pitié peut-être même. Trop tard, il était trop tard à présent pour que la jeune femme redevienne aimable avec la femme.


C'est bon? Vous êtes contente? Vous allez avoir tout l'attention que vous désirez.
Revenir en haut Aller en bas
Deletrius Vector
Poufsouffle
Poufsouffle
Deletrius Vector

Nombre de messages : 242
Age : 29
Age Roleplay + Sorts : 23 ans sorts 1 2 3 MD3
Capacités Spéciales : Médicomage confirmé
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 26/10/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Left_bar_bleue100/100Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Left_bar_bleue100/100Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty_bar_bleue  (100/100)

Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) EmptySam 31 Mai - 16:34

Deletrius abordait les dernières semaine de son stage à Ste-Mangouste dans le calme, il n'avait pas eu de grande difficulté à s'adapter au aléas de la vie de médecin. Il éprouvait même une certaine facilité dans ce domaine. Il parcourait les couloirs de l'étage des maladies et blessures magiques. Il venait d'ôter les derniers veracrasse contenu dans la plaie d'un jeune homme. Brave gens qui lisez ces lignes, évité de faire du jardinage sur le territoire d'une horde de veracrasse en pleine saison des amours, ces bestioles pondent n'importe où et notre jeune homme en a fait l'amère expérience. Il prit les escaliers pour descendre à la réception car il venait d'être informé qu'une patiente avait besoin d'aide.

Arrivé devant l'accueil, il prit le petit dossier fait par l'infirmière. Tout était noté, son nom prénom et ce qui l'amène ici. Se tournant vers l'infirmière pour lui dire tout simplement.


Envoyé la moi dans la salle 302 vous seriez trop aimable ma chère Sirpina.

Familiarité quand tu nous tiens. Sirpina, quel idée grotesque d'appelé sa fille Sirpina, presque étonnant qu'elle n'aie pas mal tourné. Bon revenons à l'autre déglinguée. Une fois dans la dites salle 302, Deletrius se mit à attendre, attendre...attendre. La porte s'ouvrit enfin une femme d'âge mûre plutôt de bonne famille mais les traits tiré entra dans la pièce.

Bonjour Madame de Rochefort, que puis-je faire pour vous?

°*°Suite=>ICI°*°
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/biographie-des-personnages-f
Contenu sponsorisé




Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty
MessageSujet: Re: Après-midi culturel au British Museum (Thalie)   Après-midi culturel au British Museum (Thalie) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Après-midi culturel au British Museum (Thalie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Centre ville-
Sauter vers: