AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptySam 13 Oct - 20:30

Anastasia Eladriel de Rochefort venait juste de sortir d'Azkaban. Elle avait perdu tous ses repères. Les rues avaient changé, les gens aussi. En 15 ans que de changements, dans sa vie, dans le monde ... Le pire, c'était qu'elle était épuisée, sans le sou, sans endroit pour vivre. Elle n'en pouvait plus ... Elle tomba d'épuisement au beau milieu de la rue, mais personne ne denia l'aider.

Que le monde est devenu cruel. A mon époque ... Mon époque, qu'elle est loin ... Ce monde remplit de cruauté envers les plus faibles. Il faut que je devienne forte, il faut que je survive ...

Elle arriva à se traîner sur le bord du trottoir, et éclata en sanglots ...


Que vais-je devenir ? Je suis seule au monde ... J'aurais du rester à Saint-Mangouste. Il faisait chaud, j'avais à manger, une couverture, un toit ... Que vais-je faire ? Mourir de faim, de froid ? Je suis épuisée, sans le sou, je n'ai même plus la force de lancer un sort, et ainsi amadouer un Moldu pour qu'il m'ouvre sa maison.


Elle regarda sa baguette avec dégoût, et la rangea dans sa poche. Elle leva les yeux au ciel dans l'espoir qu'une réponse lui tombe de là-haut ...

Aidez-moi !!

Les sorciers continuaient de passer devant elle, sans même un regard de compassion, ou même un regard tout court ...

Je dois reprendre mon destin en main, je dois me forcer à vivre ...


Elle essaya de se relever, mais elle était morte d'épuisement, et n'arrivait même pas à bouger ...

Et si je faisais comme les moldus que j'ai croisé dans la rue, une pancarte, un message ... un espoir
Non, non, je ne peut pas tomber aussi bas. Moi, une grande dame de la noblesse française, habituée aux grands galas, aux châteaux, au confort, au luxe ...
Oui, mais en même temps, je dois survivre ...


Tiraillée par ses sentiments, elle décida de s'abaisser au niveau des moldus plutôt que de mourir de froid et de faim. Elle ramassa un bout de carton qui traînait par terre, se coupa à l'aide d'un bout de bout la jambe, et récolta le sang pour érire un message

Citation :
Vieille femme sans toit, sans le sou, et sans nourriture, recherche personne compatissante pour l'aider ... S'il vous plaît

Elle posa la pancarte devant elle, et s'endormit des larmes sur les joues ...
Revenir en haut Aller en bas
Servus Malifatius
Serpentard
Serpentard
Servus Malifatius

Nombre de messages : 270
Age : 48
Age Roleplay + Sorts : 39 ans sorts 1 2 3 SPE
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 21/10/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Left_bar_bleue900/900*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty_bar_bleue  (900/900)
Points de mana:
*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Left_bar_bleue800/800*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty_bar_bleue  (800/800)

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptySam 13 Oct - 21:13

Il trainait ses ailes noires dans les rues interdites pour un homme comme lui. Doux parfum du danger qui se mélangeait si bien a sa folie, comme c'etait savoureux. Enveloppé dans une veste longue noire qui dessinait sa queue de corbeau de malheur, le visage caché par un large chapeau sombre a bords plats, il avançait pieds nus, enfant de la boheme insanité.
Il faisait nuit, et sous le règne du maitre même les rues commerçantes accueillantes le jour se transformaient en coupes-gorges lorsque la lune devenait le seul éclairage.
Le serviteur s'arreta devant la forme recroquevillée sur le sol, la femme semblait être dans un état lamentable, il emit son grincement ironique avant de secouer le corps du pieds.
Il attendit quelques secondes et s'accroupit pour observer de plus près l'oiseau blessé qu'il dévorera peut-être.


Ce n'est pas un nid convenable pour des cheveux blancs....

Il se remit a rire tout en sortant un paquet de gitanes écrasé dont il tira une cigarette tordue qu'il colla entre ses lèvres. Il l'alluma avec sa baguette puis tira une bouffée nauséabonde qu'il souffla sur la grisonnante femme.
Le corbeau jeta un coup d'oeil a la pancarte sur le sol et un sourire carnassier étira ses lèvres, l'odeur du sang avait quelque chose de savoureusement appétissant.


Ne sais-tu pas pauvre erre que la compassion n'est qu'une illusion faite pour encore plus etre écrasé par la bêtise de la vie...

Il sortit de sa poche une bouteille contenant un liquide transparant, il la deboucha avec les dents et en bu une gorgée avant de la tendre a Anastasia.

Tiens ça te rendra lucide sur ta honte.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyDim 14 Oct - 12:02

Anastasia avait réussi à s'endormir, malgré le froid ambiant. La nuit était froide, son ventre vide, et ses poches trouées... Elle tomba dans un sommeil sans rêve ... qui ne dura pas longtemps. Elle fut réveillée par des coups de pieds dans son corps. Suivit d'un rire cynique, et d'une bouffée de fumée de cigarettes en pleine tête. Elle ouvrit les yeux, et découvrit devant elle une forme noire ... L'ombre lui dit quelque chose qu'elle ne saisit pas ...

Ma fin est-elle arrivée ? Je ne peut pas mourir comme ça, dans une rue, seule ... Non, je ne peux pas, ce n'est pas possible, ma vie ne peut pas se terminer ainsi.

Pitié, aidez-moi ! Ne me laissez pas seule ici ... J'ai peur dans le noir ... Aidez-moi ! Des sous, un toit, n'importe quoi.

Elle émit ces mots dans un murmure, qui ne s'entendit presque pas. L'homme continuait à la regarder, mais elle n'arrivait toujours pas à comprendre ce qu'ils voulaient dire.

Est-ce une aide, ou est-ce quelqu'un venu pour me tuer ? Pour abréger mes souffrances.


Elle regarda autour d'elle, et vit ses habits sales, et la pancarte posé devant elle.

A quel niveau me suis-je abaisser ... J'espère qu'il fait trop noir pour me voir ainsi,j'ai honte, honte, honte...
Non, n'aie pas honte, c'est normal, tu dois survivre ...


L'homme lui tendit une bouteille contenant un liquide transparent. Il la déboucha avec ses dents, en but une gorgée, et lui tendit, en lui ordonnant de la boire.

Est-ce que c'est fiable ? Je peux boire, enfin, je crois .. Il en a bu, mais ça ne veut rien dire ...

Aidez-moi ! Pitié !

Elle bu tout de même la bouteille, et regarda l'homme devant elle dans les yeux ...

J'espère qu'il va m'aider ... Peut-être va-t'il m'emmener chez lui, et m'héberger ? Ou peut-être va-t'il me tuer, ou me laisser mourir ici seule ... Que va-t'il se passer pour moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Amadeo Whitemore
Serpentard
Serpentard
Amadeo Whitemore

Nombre de messages : 877
Age : 35
Age Roleplay + Sorts : 34 ans + sorts 1, 2, 3
Capacités Spéciales : Occlumens
Date d'inscription : 26/08/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyLun 22 Oct - 0:41

Ce soir là, Amadeo était sorti tard du Ministère. Son poste lui demandait énormément de travail. Entant que Directeur de Département il pouvait certes déléguer, mais il ne souffrait pas que quelqu'un puisse endosser les responsabilités qui étaient siennes à sa place. Aussi il se faisait un point d'honneur à terminer complètement et quotidiennement la masse des travaux dont il avait la charge.

Il était donc sorti de son bureau fourbu et harassé par la lourde charge des Dossiers en cours. Il se dirigea vers l'Atrium d'un pas rapide pour y gagner une cheminée qui ne manquerait pas de le faire échapper à l'atmosphère studieuse et étouffante qui règnait sous le Gouvernement Lancaster.

Il prit une bonne poignée de Poudre de Cheminette et s'en servit pour se rendre au Chemin de Traverse pour déposer à Gringott's quelques papiers relatifs à son compte en banque... Il poussa un soupir de soulagement lorsque les flammes d'émeraude s'élevèrent pour l'emporter loin de tout cela. Ouf !

Il arriva par la cheminée du Chaudron Baveur. Le bar, à cette heure plus que tardive, était bel et bien vide si ce n'était le jeune serveur qui était de garde cette nuit là. Amadeo salua ce dernier d'un bref "gneugne'soir" et s'en alla directement rejoindre la coure pour y faire jouer les briques.

Le Chemin de Traverse s'offrait à lui. Vide, sombre, venteux, l'endroit qui, de jour ressemblait presque à un parc d'attraction avait cette nuit là l'aspect d'une ville fantôme. Danger m'Adeo, danger !

Un courant d'air frais vint le surprendre et Amadeo se couvrit un peu mieux de son long manteau. Il venait de frissonner mais n'arrivait pas vraiment à déterminer si c'était le courant d'air glacé ou la vue ténébreuse de la rue qui en était la cause.

Mouais, po confiance le m'Adeo ! se dit-il en sortant de l'une de ses poches sa baguette de bois d'ébène. Vigilance constante come disait Moody ! Et d'un pas désormais plus affirmé grâce à la préhension rassurante de son arme à la main, Amadeo s'avance dans la rue sinueuse presque entièrement dépourvue d'éclairage.

Ce petit "périple" se fit sans anicroches jusqu'à Gringott's où il trouva la boîte aux lettres de la banque et y déposa les instructions qu'il voulait faire passer aux Gobelins. Satanées bestioles tiens ! On ferait mieux d'y mettre des Trolls à la place de ces petits penn-culs qui pètent plus haut que leurs culs !

Il se retourna et commenca à faire machine arrière lorsque une faible lueure vint attirer son attention. Intrigué, Amadeo s'approcha du coin de rue là où se croisaient le Chemin de Traverse et la petite Allée des Embrumes...

Il y avait là quelqu'un d'allongé par terre. En tendant l'oreille Amadeo put entendre la personne supplier. La silouhette qui se dressait au-dessus était toute de noir vêtue, arborrant un large chapeau à bords plats qui cachait son visage. Elle tenait quelque chose à la main mais de là où il était, Amadeo ne pouvait savoir ce dont il s'agissait. Il empoigna sa baguette magique et s'approcha d'un air décidé...


Et vous là ! Qui êtes-vous ? Que se passe t'il ? demanda t'il d'un ton qu'il espèrait autoritaire et un minimum impressionant. Lumos !

A la faible clarté de sa baguette, Amadeo découvrit deux visages se tourner vers lui. Le premier était celui d'une vieille femme. Le cheveux gris, la ride marquée, la pauve semblait vêtue de haillons et le regadait comme s'il était à la fois un ange et un démon.

Le second visage quant à lui était bien connu du jeune Directeur de Département. Devant lui se tenait Servus Malifatius, Mangemort émérite de son état ! L'homme qui était recherché par tout les Aurors du pays ! L'homme dont Quindiniar en personne voulait réduire la carcasse en charpie !

Ce fou, cette loque, ce criminel... Un dément qui se balade ni vu ni connu en plein Londres aux yeux et à la barbe du Ministère ! Que s'appretait-il a faire subir à cette pauvre petite vieille sans défences ?! Amadeo plissa ses yeux et une seconde après qu'il l'est reconnu, son sang ne fit qu'un tour et c'est d'un geste machinal qu'il pointa sa baguette vers le Mangemort en s'écriant :


Incarcerem !!
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/Presentation-f3/Presentation
Servus Malifatius
Serpentard
Serpentard
Servus Malifatius

Nombre de messages : 270
Age : 48
Age Roleplay + Sorts : 39 ans sorts 1 2 3 SPE
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 21/10/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Left_bar_bleue900/900*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty_bar_bleue  (900/900)
Points de mana:
*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Left_bar_bleue800/800*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty_bar_bleue  (800/800)

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyMar 23 Oct - 19:32

Encore a répéter ce mot si dénué de sens, pauvre chose....

Il ne semblait pas le moins du monde apitoyé et partit d'un grand rire, ce rire qui retentissait si rarement et que seul un certains médicomage avait connu pour l'instant en étant encore vivant pour le décrire. Dans les yeux du mauvais serviteur la lueur non pas de la folie simple mais de la démence pure venait de s'éveiller. C'était si drole ce petit théatre ridicule de guignol lui apportait tellement de bonnes et lugubres surprises.

Récupérant la bouteille il but une longue goulée brulante de l'alcool qui n'était rien d'autre que la pire vodka de tout le pays. Il essuya d'un coup de langue prédateur la goutte au coin de sa bouche et se mit a sourire sadiquement à la pauvre petite vieille loque en face de lui.

Tirant une bouffée de son cancer en baton, il jeta la bouteille derrière lui qui explosa dans un fracas de verre qui se répercuta lugubrement dans la ruelle. Le corbeau prit sa baguette et s'amusa un instant avec, passant sa langue sur ses levres avant de tirer un troisieme nuage de fumée qui dessina des esquisses morbides dans la nuit.


Ce n'est pas du noir qu'il faut avoir peur, pauvre erre...

Endoloris!!


Il se mit a rire le dément serviteur pendant que la femme hurlait, il relacha enfin la torture et fut, a ce moment interrompu par une voix suivie d'une lumière... Une réjouissance de plus dans cet acte si délicieux du théatre ridicule.

Le regard d'un connaisseur fou de raison, quelle betise! Par quelques pas de danse il évita le sort et se mit a rire vers la Lune cachée. Comme c'était gouteux de sentir ce danger, il ne manquait plus que la mort et se serait complet comme repas.
Mais il savait le fou, le malsain que cette petite scène prenait fin mais l'acte n'était pas fini et ils se retrouveraient surement.

Il écarta les bras et déclama:


Bien inconscient le raisonnable qui défi l'irraisonnable... prends garde a la folie elle pourrait bien te faire rencontrer la mort...


Sur ce il disparut dans un CRAC sourd.
Revenir en haut Aller en bas
Amadeo Whitemore
Serpentard
Serpentard
Amadeo Whitemore

Nombre de messages : 877
Age : 35
Age Roleplay + Sorts : 34 ans + sorts 1, 2, 3
Capacités Spéciales : Occlumens
Date d'inscription : 26/08/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyMer 24 Oct - 0:10

Le fourbe Mangemort avait préféré la fuite. Il avait laissé derrière lui cette vieille femme à la limite de l'agonie après qu'elle ait encaissé le sortilège Doloris presque sans broncher. L'est résistante la bougresse ! Je me demande bien d'où elle peut venir pour se faire torturer comme ca sans moufter ! Amadeo se pencha et releva de sa main libre les mèches de cheveux trempées qui recouvraient le visage de la vieille femme.

Il la contempla un moment et put lire la noblesse de ses traits bien que sa figure légèrement parcheminée semblait comme ravagée par le froid, la détresse et la solitude. Il ne faisait aucun doute que cette personne, qui qu'elle soit, avait eu droit à sa part de malheur et de fatalité. Son regard était hagard tandis qu'elle était encore sous le choc du sortilège que le corbeau lui avait infligé.

Ne vous inquiètez pas Madame... lui murmura t'il doucement à l'oreille. Tout va bien, je suis là. Ne vous inquiètez pas...

Il posa la tête de l'inconnue contre son torse et caressa avec douceur ses cheveux sâles et enmêlés. Peuchère... Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire d'elle ? Il se releva un instant, juste le temps de se dévêtir de son manteau et d'en recouvrir d'un geste ample le corps tremblant de sa nouvelle protégée. Je suis vert ! C'est un Avada que j'aurais du lui lancer à cet oiseau de malheur... La vieille femme elle semblait ne plus penser à rien. Toujours la tête posée contre la poitrine d'Amadeo, elle avait fermé les yeux et n'était guère plus réactive à son envirronnement.

Madame... Madame... Vous m'entendez ? Ho, ho ?
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/Presentation-f3/Presentation
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyMer 24 Oct - 14:07

Anastasasia subit avec une grande dignité l’Endoloris jeté par son persécuteur…

Ce n’est pas un sauveur, c’est l’ange de la mort qui est venu pour me tuer…
Ne pleure pas Anastasia, ne pleure pas… Sois forte… Ne résiste pas… Laisse ton corps vagabondé, chercher les portes de la mort…
Ca ne peut pas ce finir comme ça… Après toutes les épreuves que j’ai passé…


Elle revut toutes les périodes de sa vie qui repassaient devant ses yeux… Son enfance tranquille dans un manoir français, puis son arrivée à Poudlard et à Serdaigle, ses études brillantes, son poste au Ministère… sa fin malheureuse à Azkaban, sa sortie, son évasion de Sainte-Mangouste…


Je n’ai pas fait tout ça pour finir seule ici dans la pénombre du Chemin de Traverse, tuée par un dément, un fou… Mon Dieu, qu’ai-je fait au destin pour me retrouver ici ?

Son calvaire prenait fin … L’homme qui se dressait devant elle avait arrêter son sort …

Pourquoi ? Pourquoi ne m’a t’il pas achevé ? C’est vraiment un dément si il se réjouit de me voir souffrir. Il cherche à me torturer … Quel âge a-t’il ? Il paraît jeune … Comment a-t’il peut tomber si bas ? Venir voir souffrir les vieilles femmes comme moi … Il me répugne.


Une lumière vive venait d’apparaître … Le fou se retourna, et Anastasia pu distinguer un homme se dirigeait vers eux …

Un complice ? Un autre venu pour me tuer ? Elle leva les yeux aux ciel. Qu’ai je fait au destiin pour supporter de pareils chose ?

Mais l’homme esquissa quelques pas sur le côté à la manière d’un danseur, il bougeait avec beaucoup de grâce, et de volupté, ce qui contrastait beaucoup avec son aspect triste. Il évita le sort qui lui avait été destiné …


Tiens ? Que se passe t’il, un combat ? L’autre serait-il un ami, un sauveur … ?


L’ange de la mort déclama une phrase dont Anastasia ne perçut pas le sens. Puis il se volatilisa dans les airs. Elle suait à grosses gouttes, la mort lui été passée à côté, mais elle été encore en vie … L’homme, son sauveur s’approcha d’elle, et lui souleva les cheveux, il put ainsi la regarder … Mais elle aussi, elle le regarda de plus près. Un homme, ni trop jeune, ni trop vieux. Il lui parla, mais elle était trop épuisée pour les comprendre … Elle s’endormit quelques temps, la tête posée sur sa poitrine … Lui, continuait de l’appeler dans son sommeil. Cette nuit là, elle s’endormit réconfortée par la présence d’une chaleur humaine qui manquait tellement à son environnement depuis si longtemps.


Madame... Madame... Vous m'entendez ? Ho, ho ?


Hein, quoi ? Que se passe t’il ?


Elle se remémora les événements vécus dans la nuit. Le soleil venait à peine de se lever, et les sorciers allaient commencer à envahir le Chemin de Traverse …


Merci pour tout … Merci beaucoup …
Mais s’il vous plaît … Aidez moi !


Dernière édition par le Lun 29 Oct - 13:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amadeo Whitemore
Serpentard
Serpentard
Amadeo Whitemore

Nombre de messages : 877
Age : 35
Age Roleplay + Sorts : 34 ans + sorts 1, 2, 3
Capacités Spéciales : Occlumens
Date d'inscription : 26/08/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyJeu 25 Oct - 2:51

Merci pour tout... Merci beaucoup...
Mais s’il vous plaît... Aidez-moi !


Le soleil allait bientôt percer et Amadeo ne savait plus quoi faire. Il souffla un bon coup et analysa la situation. Ok, ok m'Adeo. Il fait nuit, Servus vient de te passer sous le nez et là t'es tout seul sur le Chemin de Traverse avec une petite vieille amorphe dans les bras... Ok, ok, no soucy, respire un bon coup... Alright ! m'Adeo tu fais quoi de la petite vieille pour commencer ?

Je vais vous ramener chez moi, l'Orphelinat n'est pas loin... murmura t'il à la femme dans ses bras. Vous y serez en sécurité.

Amadeo se releva et aida sa protégée à se tenir sur ses jambes. Il passa l'un de ses bras autour de son cou et tout deux commencèrent à marcher tandis que les premiers rayons du soleil se reflètaient à l'horizon. Par chance, l'Orphelinat Rightway n'était pas loin aussi, et malgré l'état de la dame, ils ne mirent pas longtemps avant de dépasser les hautes grilles de fer forgé qui donnaient accès à l'établissement qu'Amadeo dirigeait.

Ils entrèrent par la grande porte et Amadeo ne fut pas étonné de trouver dans le hall la bonne Hildegarde qui marchait déjà à leur rencontre. Dans son regard si familier, Amadeo lu : les enfants sont encore au lit Monsieur le Directeur, Mona est aux cuisines, elle prépare le petit déjeuner, c'est une brave fille bien comme il nous faut, Martho elle, est encore au lit, c'est une garce fainéante et si un jour j'ai l'occasion de l'assomer je le ferais sans scrupules. Vous rentrez à l'aube Mr Whitemore ? Bizarre, bizarre... Et c'est quoi cette créature avec vous ? Tient même pas sur ses béquilles ! Vous l'avez ramassée dans la rue ?

Pas de questions s'il vous plaît Hildegarde... demanda poliment Amadeo. Je vous expliquerai peut-être les choses un de ces jours ! ajouta t'il avec un sourire polisson. Mais pour le moment s'il vous plaît, veuillez préparer une chambre à notre invitée et demandez à Mona de monter un plateau-repas je vous prie.

Hildegarde hocha de la tête sans plus rien ajouter et partit de son pas rapide pour s'acquitter des tâches que venait de lui confier le jeune homme. Ma petite vieille bique d'Hildegarde ^^. Il la regarda s'éloigner en souriant puis reporta son attention sur l'inconnue qu'il continuait toujours de soutenir. Celle-ci semblait si harassée par la fatigue que l'on pouvait se demander si elle était réellement consciente de ce qui se passait autour d'elle. Les yeux mis clos, à deux doigts de s'évanouir, elle respirait avec lenteur tandis que ses doigts s'accrochaient d'une étreinte désespérée aux vêtements de son protecteur.

Allez m'Adeo, bouge, amène-là en haut et mets-la au lit avant qu'elle ne te claque dans les bras ! Il souleva doucement la vieille femme qui ne pesait pas bien lourd et il la porta pour monter les escaliers qui menaient à l'étage des chambres. Parvenus là haut, Amadeo la guida jusque l'une des chambres situées tout au fond du couloir, là où Hildegarde avait déjà défait les draps et tirait les rideaux de la pièce, prête à recevoir son hôte en bonne et due forme. Amadeo coucha la dame toute habillée. Hildegarde elle, s'en alla jusqu'aux cuisines tandis qu'Amadeo remontait déjà les couvertures jusque sous le menton de son invitée.

Voilà, vous êtes bien là. Il ne peut rien vous arriver ici. Soyez tranquille, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles... dit-il d'une voix douce et rassurante. Au fait, je m'appelle Amadeo Whitemore, je suis le Directeur de cet Orphelinat, pour vous servir Madame ! Puis-vous demander à qui ais-je l'honneur ?
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/Presentation-f3/Presentation
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyLun 29 Oct - 12:52

Anastasia respira doucement. Elle s’était endormie dans les bras de son sauveur … Elle n’arrivait même pas à marcher. Elle ne se rendit pas compte qu’il la leva, et la porta … Elle était trop épuisée pour se rendre compte de se que faisait l’homme qui était avec elle. Le jour venait juste de se lever, mais le Chemin de Traverse était encore vide … Personne dans la rue. Il l’emmena dans un bâtiment, qu’elle ne connaissait pas, mais elle préféra se laisser guider. Elle n’avait même pas la force de résister. Ses yeux s’ouvrirent à peine, mais elle eut le temps de distinguer la bâtisse vers laquelle il l’emmenait. Il pénétrèrent ensemble cette immense immeuble, et Anastasia put distinguer une vieille femme s’avancer vers eux. D’un seul regard, l’homme la congédia …

Il n’a pas l’air très méchant, mais par contre, il a l’air important … C’est bien ta veine, Anastasia …


Il la coucha sur un lit, dans une chambre bien plus belle que ce qu’elle avait connu à Azkaban ou à Saint-Mangouste. Les rideaux étaient tirés, mais la lumière du jour filtrait quelque peu dans la chambre. Les draps étaient enlevés, et l’homme la déposa dans le lit. Elle tremblait de froid, mais avait le front très chaud. Il tira les couvertures sur elle, et commença à lui parler, mais elle était trop harassée de sommeil, et tomba dans un sommeil profond sans rêve, enfin presque. Durant son sommeil, elle marmonna des paroles incompréhensibles… Elle était très malade, mais elle luttait désespérément, essayant de se rattacher le maximum à la vie. Le froid allait-il avoir raison d’elle ? Heureusement non, elle dormit deux jours à la suite, récupérant le maximum de force qu’elle le pouvait. Le matin du second jour, elle se réveilla, et eut la bonne surprise d’avoir devant elle l’homme qui l’avait sauvé, ainsi qu’un bon petit déjeuner. Elle préféra se jeter sur le petit déjeuner, mais l’homme s’approcha d’elle.

Voilà, vous êtes bien là. Il ne peut rien vous arriver ici. Soyez tranquille, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles... dit-il d'une voix douce et rassurante. Au fait, je m'appelle Amadeo Whitemore, je suis le Directeur de cet Orphelinat, pour vous servir Madame ! Puis-vous demander à qui ai-je l'honneur ?

Anastasia sortait à peine de son sommeil, et déjà cet inconnu se jetait sur elle.


Quel impoli … Il n’a pas honte de venir me déranger alors que je dors … Depuis combien de temps est-il là ? Quel tête ai-je ? J’espère que je suis sous mon meilleur jour ? Une glace, où y a-t’il une glace ?


Enchantée cher M. Whitemore, je me nomme Anastasia Eladriel de Rochefort, et je viens d’une très grande famille de la noblesse française. Je ne devrais peut-être pas trop lui parler de mes antécédents … Mais il risque de me questionner sur ma présence sur le Chemin de Traverse, il faut que je me trouve une excuse, et un moyen de rester ici, je ne désire pas retourner dans les rues, dans le froid, seule dans la nuit. Je m’excuse de m’imposer ainsi à vous, mais je viens de France, dans le Sud exactement … Et je viens d’apprendre la mort de ma … euh … mon frère, ici en Angleterre. Mais j’ai été attaqué par un voyou dans les rues, et il m’a dépouillé de mes Gallions, de mes affaires, et il m’a laissé presque comme morte. Voilà, c’est bien ça, joue la carte de la compassion, ton frère mort, verse quelques larmes. Elle versa quelques larmes, se moucha dans sa manche, eut un hoquet mêlé à un sanglot. Je suis désolé de vous imposer ça, je vous quitterais dès que possible, dès que j’aurais repris des forces. Je ne veux pas vous imposer ma présence. Voilà, continue comme ça, joue la carte de la compassion, ça marche à tous les coups, avec un peu de chance, il versera des larmes, mais en tout cas, il me supplieras de rester ici. Mais au fait, où suis-je donc ? Dans un Orphelinat ? Dieu merci, cela prouve que vous êtes un honnête homme. Vous vous occupez d’enfants, que votre âme est pure … et que votre combat est juste … Tu en fait peut-être un peu trop là avec la carte des compliments, mais bon au point où j’en suis … Maintenant, j’aimerais me reposer… Pourriez-vous me laisser seule s’il vous plaît, je vous en serais très reconnaissante …

L’homme se leva, exécuta une petite révérence, et sortit par la porte. Une fois la porte refermée, elle repoussa les couvertures sur le lit, elle se leva, et se dirigea vers la porte.


Jusqu’à quel point a-t’il confiance en moi ?

Malheureusement pour elle, il avait fermé la porte à clé, et lui avait pris sa baguette. Elle en profita alors pour découvrir un peu plus l’endroit où elle était arrivée… La pièce était assez petite, juste la place de faire tenir un lit, deux fauteuils et une armoire. Il y avait aussi une pièce adjacente où il y avait un cabinet de toilettes. Par la fenêtre, on pouvait distinguer Londres. C'était déjà bondé de moldus en tout genre qui venaient faire leurs achats. Elle s’attarda quelque peu devant la fenêtre puis alla prendre une douche. L’homme avait eu la bonté de déposer des habits propres sur un des fauteuils… Bien entendu, il ne s’agissait pas de robes de grands couturiers sorciers, mais bon, c’était mieux que rien…

Une fois douchée et habillée, elle se coucha dans l’espoir que tout s’arrangerait durant sa sieste. Son sommeil fut peuplé de nombreux rêves, aussi bizarres les uns que les autres. Elle revoyait sans cesse l’image de son agresseur, la bataille qui s’en suivit, ainsi que des images de son enfance dans le manoir familiale… Elle fut troublée par ses images qui passaaient dans sa tête sans suite logique. Après quelques heures, elle se réveilla, et quel ne fut pas sa surprise de voir qu’elle avait été déplacé dans une plus grande chambre…

Enfin quelque chose de digne de moi, cela faisait longtemps… Je remercie ce bienfaiteur qu’est Amadeo Whitemore, cela me manquait de ne pas avoir été reçue comme il se doit, avec les honneurs dignes de mon rang…

Elle décida de partir à la découverte de cette nouvelle chambre. La chambre était séparée en trois pièces : la chambre en elle même, une petite bibliothèque qui servait aussi de hall, et un petit cabinet de toilettes. Mais avant tout, elle se dirigea vers la porte.

Fermée ! Quel petit saligaut ! Ne pas avoir confiance en une vieille femme comme moi ! Elle se précipita devant le miroir de la salle de bain, et se détailla. Elle examina de plus près ses rides, ses cernes sous les yeux, ainsi que son teint pâle. Je n’ai pas l’air sénile et innocente ? Je n’en reviens pas. Et ma baguette ? Où est-elle ? Il l’a confisquée ? Quelle honte ! Oter sa baguette à une sorcière…

Dépitée, elle se dirigea vers la bibliothèque. Essayons de s’occuper un peu. Elle se dirigea vers les rayons remplis de livres. Voyons voir, quels sont les livres que je peux lire ? Elle promena ses longs doigts crochus sur les livres. Vie et mensonges d’Albus Dumbledore de Rita Skeeter. Une biographie d’un grand sorcier, mais totalement fausse. Ce livre n’a pas sa place dans une bibliothèque d’un sorcier. Bon voyons ce qu’il y a d’autres… Elle continua ses recherches. Les animaux fantastiques de Newt Scamander. Une bonne encyclopédie, mais vraiment pourquoi devrais-je la lire ? L’Histoire de Poudlard de Bathilda Tourdesac. Un classique. Mais je préfère un bon roman moldu, un policier de préférence. J’adore les façons de tuer qu’on les moldus, c’est vraiment fantastique !

Elle finit par choisir un bon livre de sorcellerie sur les potions et s’assit dans un des fauteuils confortables qui trônaient près de la cheminée. Un bon feu y était allumé, et sa chaleur lui rappela les bons moments de son enfance durant laquelle elle avait été si heureuse auprès de ses parents. Mais les temps avaient changés. Ils étaient devenus plus rudes, plus mauvais. Mais cela ne changerais plus rien pour rien elle. Elle avait fait son choix depuis longtemps, mais pour l'instant, elle devait à tout prix sauver les apparences. Personne ne devait avoir peur d’elle. Après avoir regardé le feu avec une très forte intensité, elle se plongea dans le livre. D’une écriture très fine et serré, le propriétaire du livre avait écrit toutes sortes de choses… Mais au bout de quelques temps, elle en avait assez de toutes ces potions qui lui montaient à la tête. Elle allait le reposer, quand elle découvrit, caché entre deux encyclopédie, une sorte de manuscrit, de la même écriture que dans le livre de potion. Intriguée, elle se pencha un peu plus sur le manuscrit.

Pas un nom, pas une date … Ce manuscrit me paraît bien mystérieux.

Elle ne préféra pas pousser plus loin la lecture. Ses yeux étaient trop fatigués pour continuer plus loin, mais elle se promit de garder ce manuscrit en mémoire. Elle reposa le livre dans sa cachette, et se dirigea vers la fenêtre. Presque la même vue sur le quartier moldu de Londres.


Où suis-je ? La vue me rappelle quelque chose. Ce bâtiment était déjà là il y a 35 ans, mais il n’avait pas la même utilité. Quel était-il déjà ? Maintenant, c’était un orphelinat. Mon Dieu, il ne faut pas aider les enfants, il faut les laisser ce débrouiller seuls… Mais non, réfléchis un peu. Si cet homme et cette association n’existait pas, tu serais sûrement toujours à la rue. Il faut justement les remercier, même si je trouve que c’est un peu trop…

Elle faisait maintenant les cents pas dans sa chambre … Je m’ennuie, je m’ennuie. Elle prit alors la décision d’y remédier. Elle tambourina à la porte de toutes ses forces. Laissez moi sortir ! A manger ! Laissez moi sortir ! A manger ! Aidez moi ! Mais aucune réponse n’arriva à son oreille. Et aucun pas ne retentit dans le couloir. Je suis seule, je suis seule dans une cage dorée…Elle s'assit contre la porte, et sanglota quelque peu.


Dernière édition par le Sam 10 Nov - 21:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amadeo Whitemore
Serpentard
Serpentard
Amadeo Whitemore

Nombre de messages : 877
Age : 35
Age Roleplay + Sorts : 34 ans + sorts 1, 2, 3
Capacités Spéciales : Occlumens
Date d'inscription : 26/08/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyDim 11 Nov - 21:02

Amadeo était assis derrière son bureau tout occupé à régler factures et autres quittances au nom de l'Orphelinat quand la vieille Hildegarde vint toquer doucement à sa porte et entra sans autre préambule. Elle offrit à son Patron un sourire coriace et maternel et déposa devant lui une assiette de porcelaine sur laquelle reposait une énorme part de crumble poire-chocolat à peine sortie du four. Mhmmm. Amadeo n'eut pas le temps de la remercier qu'elle s'était déjà lancé dans l'un de ses monologues acerbes quoique pour la plupart de temps, assez objectifs. Trop tard, la machine est lancée..

Mona a bien tout fait, oh oui, en voilà une brave fille mais alors l'autre, "Martho" dit en prononcant le prénom avec une rage mal contenue, alors oui, celle-ci n'en fiche pas une ! Je l'ai trouvée dans le jardin à faire des colliers de fleurs avec les petites !! Vous vous rendez-compte Amadeo ? Vraiment ! rho ! La Fondation ne la paye pour tresser des paquerettes !!

Mais Mona est venue avec moi en cuisine et tout était prêt pour le repas ! Nous reste le brossage de dents, le pyjama, l'histoire et/ou les études et fiou ! Tout le monde au lit !


Ah par contre, tant que j'y pense, dit-elle en reprenant à peine son souffle, la petite vieille que vous avez ramenée hier ! Et bien figurez-vous que je l'ai entendue tambouriner contre la porte de sa nouvelle chambre ! Vous vous rendez-compte Amadeo ! Quel toupet ! Quel manque de savoir vivre ! En voilà des manières ! Et voilà même que... Amadeo l'avait interrompue d'un geste de la main. Il lui sourit sincèrement et lui assura de sa considération.

Tout va bien Hildegarde, je m'en occupe, allez voir où en sont les filles avec les enfants s'il vous plaît.

La vieille intendante acquiessa silencieusement et sortit du bureau un peu plus légère à présent qu'elle avait pu déverser son venin quelque part. Amadeo lui emboîta le pas mais ne monta pas desuite à l'étage. Il alla d'abord aux cuisines et y prépara un plateau-repas pour son hôte. Une assiette de ragoût de boeuf, une carafe de vin rouge, du fromage français et une bonne part de crumble encore chaude.

Voilà qui devrait rassasier la vieille femme. Muni de ces victuailles, il se rendit à l'étage et déverrouilla la porte de la nouvelle pensionnaire de Rightway d'un coup de baguette magique. Bien qu'il eut les bras chargés il réussit néanmoins à frapper quelques coups contre la porte pour s'annoncer et il entra dans la pièce tandis que le soleil lancait ses derniers rayons à travers la fenêtre magiquement fermée.

Bonsoir chère Anastasia ! dit-il gaiement. Veuillez pardonner mon manque de tact. Vous vous êtes endormie tôt ce matin et nous avons profités de votre sommeil pour vous installer sans heurt dans une pièce plus convenable.

Ensuite les évènements se sont enchaînés, j'ai été travaillé au Ministère puis je me suis attelé à la paperasse en rentrant ici. Je dois dire que je ne pensais plus à rien d'autre ! fit-il en donnant à son hôte un léger sourire d'excuse. Celle-ci le regardait, impassible et il ne savait pas très bien à quoi s'en tenir. Ah ca l'Occlumencie tu connais m'Adeo ! Mais pour savoir ce qu'il se passe dans la tête des gens... tout de suite y a moins de monde ! Il déposa le plateau sur un petit secrétaire disposé à côté de la bibliothèque.

Voilà qui devrait me faire pardonner ma chère ! Ce n'est certes pas un met très délicat mais vous pouvez me croire : Hildegarde n'a pas son pareil en matière de petits plats maison ! Anastasia restai debout, plantée à côté du lit et ne disait toujours mot. Et bien quoi ? l'aurais-je heurter d'un quelconque manière ?

Quelque chose ne vas pas Miss Eladriel ?
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/Presentation-f3/Presentation
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyMer 14 Nov - 20:34

Anastasia était fatiguée de cette attente, elle n’en pouvait plus. Mais elle n’avait plus la force de rien faire, elle restait là assise contre la porte. Soudain, elle entendit des pas dans le couloir qui menait à sa chambre. Elle se redressa rapidement, passa dans la salle de bain essuyer quelques larmes, elle dépoussiéra ses vêtements, et se tint prêt de son lit. Quelques coups furent frappés à la porte qui s’ouvrit quelques secondes plus tard. Les rayons du soleil traversaient la fenêtre, et la réchauffait quelque peu. Elle était en plein dans la lumière, mais ne clignait pas des yeux. Amadeo rentra dans la chambre, chargé d’un plateau qu’il déposa sur le petit secrétaire à côté de la bibliothéque.

Bonsoir chère Anastasia ! Veuillez pardonner mon manque de tact. Vous vous êtes endormie tôt ce matin et nous avons profités de votre sommeil pour vous installer sans heurt dans une pièce plus convenable.


Beh voyons, il fallait pas vous donner cette peine, j’aurais très bien pu rester seule dans la pièce d’avant. Un manque de tact ? Un manque de tact ? Je n’appelle pas ça un manque de tact, mais plutôt une énormissime erreur par rapport aux règles de bienséance.

Ensuite les événements se sont enchaînés, j'ai été travaillé au Ministère puis je me suis attelé à la paperasse en rentrant ici. Je dois dire que je ne pensais plus à rien d'autre ! Voilà qui devrait me faire pardonner ma chère ! Ce n'est certes pas un met très délicat mais vous pouvez me croire : Hildegarde n'a pas son pareil en matière de petits plats maison !


Anastasia regarda d’un bref coup d’œil le plateau qui était posé sur le secrétaire.

Une assiette de ragoût de bœuf, une carafe de vin rouge, du fromage français et une bonne part de crumble ?Et il croit qu’il va arriver à me faire avaler ça ? Non mais franchement, un ragoût, mais où a t‘il été élevé ce jeune homme ? Dans une ferme ? Et du vin rouge ? Pas de la meilleur qualité vu la robe que je peux apercevoir. Du fromage ? Elle écarquilla encore plus les yeux. Mais quel odeur, même d’ici je peux la sentir … Où lui a t’on appris que les vieilles dames comme moi mangeaient du fromage ? « Hildegarde » n’a pas l’air de trop savoir cuisiner …

Quelque chose ne vas pas Miss Eladriel ?

Pour la première fois depuis l’entrée du gentleman, Anastasia ouvrit la bouche.

Si quelque chose ne va pas ? Vous me demandez si quelque chose ne va pas ? A part le fait que je sois prisonnière d’une cage doré, sans ma baguette magique, dans un lieu dont je ne connais rien, et avec un, si je puis me permettre, homme qui n’a pas l’air de connaître beaucoup de chose en manière de bienséance, qui ne fait ni la révérence, ni un baisemain à son aînée, … Oui, tout va bien.

Elle avait prononcé ces mots d’un ton acide et ironique. Elle était dans une colère folle, dans tous ses états, mais elle avait beaucoup de mal à le cacher.


Vous voulez savoir ce que je pense de vous ? Que vous le genre d’emmerdeur qui serait capable d’exiger d’être assis dans la section non fumeur du canot de sauvetage. Pour reprendre une expression de John Pepper.

Je vous remercie énormément de m’avoir sauver la vie, et de m’accueillir, mais il y a des limites à ne pas franchir, mais ses limites, vous les avez franchis allègrement.


Elle devenait de plus en plus furieuse. Elle se retourna un instant, effaça la colère de son visage pour se forger un de ses sourires artificiels dont elle avait le secret, et se retourna vers Amadeo.

Vous voulez ajouter quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Amadeo Whitemore
Serpentard
Serpentard
Amadeo Whitemore

Nombre de messages : 877
Age : 35
Age Roleplay + Sorts : 34 ans + sorts 1, 2, 3
Capacités Spéciales : Occlumens
Date d'inscription : 26/08/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyJeu 15 Nov - 19:05

Si je veux ajouter quelque chose ? répéta Amadeo qui avait, l'espace d'un instant, perdu un peu de sa contenance. Assurrément Miss Eladriel ! Je vais ajouter quelque chose !
Il me semble que vos repproches à mon égard sont très, très, malvenus ! Comme vous venez de le dire, je vous ai sauvé d'une mort certaine ! Je vous accueille ici et vous fournit tout ce dont vous avez besoin !


La vieille femme ne cilla pas. Elle restait impassible devant son hôte tel une statue de chair et de sang mais même son regard ne semblait exprimer pas le moindre sentiment, pas la moindre émotion. Bon sang ! Cette bonne femme est aussi sèche et cassante qu'un Botruc ! Et moi qui m'était entiché de ces petites manières de vieille femme ! Tsss m'Adeo..

Je vous retire votre baguette ? Je vous enferme dans une cage dorée ? Bien entendu ! Je ne vais pas laisser une parfaite inconnue se balader dans les coulois de mon Orphelinat avec sa baguette et laisser à sa mercie mes pupilles et mes employées ! Bien qu'à mon avis, ma bonne Hildegarde en aurait fait de la pâtée pour chats avant que l'autre vielle ne tente quoique ce soit ! Huhu ! Alors, oui, je confisque votre outil et oui, je vous enferme le temps d'en savoir plus sur vous !

Amadeo bomba le torse et sa voix déjà assez dure, se fit encore plus tranchante. En effet, sa journée au Ministère avait été fructueuse. Il en savait désormais plus sur sa nouvelle pensionnaire, beaucoup plus, voire même trop ! Mais comme cette vieille dame n'avait pas assez de savoir-vivre pour se faire toute petite et remercier poliement des bonnes grâces que le jeune homme lui accordait et bien soit, elle allait en payer les conséquences.

J'ajouterais aussi, Miss Eladriel, que je suis Directeur de Département au sein du gouvernement et que par conséquent, j'ai accés aux archives du Ministère. Et aujourd'hui, je ne m'en suis pas privé : j'ai été chercher votre nom dans les documents officiels et vous devez bien avoir une idée de ce que j'y ai trouvé... ajouta t'il avec un regard sombre. Votre condamnation Miss Eladriel ! Vous sortez à peine d'Azkaban !

Ce fut le coup fatal. La vieille dame qui se sentait jusqu'alors si sûr d'elle semblait à présent chanceler. Ses médisances et ses repproches s'évanouissaient en fumée. Cette petite vieille avait l'âme meurtrière et ô combien Amadeo avait eu raison de lui confisquer sa baguette et de l'enfermer pour ne pas la laisser déambuler dans les couloirs de Rightway ! Saletée ! Amado respira profondément, faisant bien ressentir sa puissance et sa supériorité sur son "invitée", il reprit la parole d'un ton net et cassant.

Bien, Miss Eladriel, maintenant que vous savez que je sais, les choses sont claires. Tout ceci me conforte dans les dispositions que j'ai prises à votre égard avant de vous laisser ici en mon absence. Si au moins vous aviez un minimum de reconnaissance et de savoir-vivre, peut-être les choses auraient été différentes mais devant vos sarcasmes et vos manières de vieille bique sénile, je n'ai d'autre choix que de vous mettre à la porte !

Tiens prends ça vieille chouette stérile, meutrière et rabougrie ! Niark, niark, niark, niark !

Je vous laisse donc ! Mangez si vous le désirez et préparez vos maigres effets personnels. Je viendrais vous chercher ici-même dans une demie heure et je vous reconduirais hors de mon établissement. Puisque vous êtes libre à présent je vous remettrais votre baguette mais je vous INTERDIT de remettre les pieds ici ! Me suis-je bien fait comprendre ?
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/Presentation-f3/Presentation
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyDim 18 Nov - 10:23

Anastasia ne pouvait plus supporter le regard assassin que lui lançait Amadeo en la regardant. Son visage se décomposa à une vitesse folle. Ses rides se creusèrent encore plus, son teint vira au pâle, ses yeux devinrent plus perçants, ses ongles s’enfonçaient dans la paume de sa main. Elle sentait toute son âme quitter son corps. Le soleil commençait à baisser à l’horizon, et ses rayons orangés traversaient la fenêtre, et virent frapper de plein fouet Anastasia, qui du, sous le choc, baisser les yeux. Elle se voyait déjà seul au monde, dans le froid, dans la rue, seule, seule, solitaire, seule. Contrairement à Amadeo qui bombait le torse, la vieille femme commença à se recourber sur elle-même. La pièce semblait se rétrécir, et c’était comme si elle pouvait sentir le souffle chaud d’Amadeo. Des bribes d’angoisse flottaient encore dans le cerveau d’Anastasia, mais très vite, elles sombrèrent dans un néant hébété. Elle se reprit finalement, et prit la parole. Le ton net et cassant d’Amadeo l’avait totalement démoralisé. Elle n’avait presque plus la force de répliquer.

Non, s’il vous plaît, ne faites pas ça, ne me laissez pas seule à la rue …

Elle commençait à sangloter. Comme une grande tragédienne, elle se jeta à genoux, rampa vers Amadeo, s’agrippa à ses genoux, et déversa un long, et continu, flot de larmes.

J’ai été condamné injustement … Je sors à peine d’Azkaban, et je me suis déjà fait agressée … Je n’ai plus la force de résister, je n’ai presque plus la force de vivre … S’il vous plaît, ne m’obligez pas à quitter un foyer, où je me sens bien. Je vous promet de me contentez de ce que vous me donnerez. Je vous offre mes services. J’ai besoin de me racheter. J’ai passé les 30 pires années de ma vie à Azkaban, et s’il vous plaît, ne m’obligez pas à quitter cet Orphelinat. Je ferais tout ce que je pourrais, même sans ma baguette.


Même à manger cet horrible fromage ? J’espère bien que non … Je pourrais toujours les étrangler ces petits morveux.


Elle prit une mine de chien battu. Les larmes coulaient sur son visage, et reflétaient le soleil qui commençait à se coucher.

Nous sommes en plein hiver, vous ne pouvez tout de même pas m’obliger à rester dehors en plein nuit. S’il vous plaît ! Aidez-moi.


Elle avait utiliser toutes les larmes de son corps, et semblait à cours d’arguments. Elle regarda son protecteur. C’était son seul espoir, il ne restait plus que lui, elle était soumise à sa bonne volonté. Elle le regarda dans les yeux, même si ses yeux ne pouvaient trop voir, car ils étaient remplis de larmes. Elle comptait surtout sur la tête qu’elle avait pour amadouer Amadeo. Elle se releva difficilement, et n’attendant pas la réponse de son interlocuteur, entreprit de rassembler ses affaires. La réponse ne venait toujours pas, elle décida alors de porter un grand coup en s’effondrant à terre, espérant porter le coup fatal dans ce qui pouvait apparaître comme une grande tragédie classique de Racine. Elle se mit dans la position du fœtus, et attendit la réponse qui, espérait-elle, serait la bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Amadeo Whitemore
Serpentard
Serpentard
Amadeo Whitemore

Nombre de messages : 877
Age : 35
Age Roleplay + Sorts : 34 ans + sorts 1, 2, 3
Capacités Spéciales : Occlumens
Date d'inscription : 26/08/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyMer 28 Nov - 0:58

Ce que la vieille femme fit alors laissa Amadeo sous le coup de la stupeur. Oui, de la stupeur. Anastasia lui faisait face et de ses yeux ridés coulaient des litres de larmes et de sa bouche, un flot de suppliques qui faisaient appel à la pitié et à la grâce du jeune homme.

Elle venait littéralement de se jeter à ses pieds et bien entendu, il se fit avoir. Comment un homme tel que lui pouvait rester de marbre face à une vieille femme qui, à genoux, l'implorait et lui demanait asile et protection ?


Néanmoins et fort heureusement, son esprit pragmatique et paternel le mettait en alerte. C'est quand même une meurtrière tout juste sortie d'Azkaban... Je ne peux pas la garder ici... Je ne peux pas la laisser à l'Orphelinat...

Quand elle s'éffondra sur le sol, ce fut pour Amadeo le coup de grâce qui lui fit changer d'avis, il n'allait pas la mettre desuite à la porte... Lorsqu'il reprit la parole, ce n'était plus l'ascendance impérieuse sur son invitée qui caractérisait le ton du Directeur mais plutôt la compassion raisonnée.

Allons, voyons Miss Eladriel, relevez-vous... lui dit-il doucement en s'approchant d'elle. Il n'est pas besoin de vous mettre dans de tels états. Si vous êtes si désespérée, je ne peux décemment pas vous mettre à la porte...

Anastasia était toujours sur le sol, dans la position du foetus, elle continuait de sangloter comme une enfant en bas âge à qui l'on venait de confisquer sa poupée. Cette attitude n'était vraiment pas commune pour une vieille dame et contrastait avec force avec les manières sèches mais raffinées de son hôte. Jouait-elle la comédie ou bien était-elle vraiment à deux doigts d'en finir avec la vie ?

Tout ceci parut tout à coup à Amadeo un peu trop..."théâtral". Et il faut ajouter à cela que la vieille dame avait des antécédents qui n'incitaient pas vraiment à lui donner le bon Dieu sans confession. Il fallait se rendre à l'évidence : Anastasia Eladriel n'avait rien d'une petite vieille vertueuse au-dessus de tout soupçons...

Ho, ho ! Vous m'entendez ? souffla t'il à nouveau. Anastasia, je ne vais pas vous mettre à la porte pour ce soir mais pour des raisons évidentes de sécurité je ne peux vraiment pas vous garder ici. Vous comprenez ?

Demain, nous irons voir ensemble l'une de mes Amies, elle dirige la Fondation Lancaster au nom du Ministre et elle pourra vous aider, je vous promets que nous allons trouver une solution à votre situation. lui assura t'il enfin.

Il en serait ainsi. Miss Eladriel resterait encore là cette nuit et ce, sans sa baguette. Et demain, avant de rejoindre son bureau au Ministère, Amadeo allait amener la vieille femme voir Gaïa. Celle-ci serait alors tout à fait à même de remédier au problême. Que son hôte soit au bord du gouffre ou bien qu'elle se joue de lui en abusant de sa crédulité et de sa générosité, dans tous les cas, Amadeo avait fait le bon choix. Trop fort m'Adeo..^^

Je vous laisse Miss. Que la nuit vous soit douce....
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/Presentation-f3/Presentation
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyMar 25 Déc - 20:20

Anastasia s’était relevée doucement. Le jeune homme était décidément beaucoup plus intelligent qu’elle ne le pensait. Il était … différent. Plus jeune, mais en même temps, beaucoup plus mûr que la plupart des jeunes gens, qui ne savaient que se regarder le nombril. Il avait su trouver LA solution pour lui éviter de la mettre à la rue, mais en même temps de la garder dans l’orphelinat.

J’ai du être trop théâtrale pour être vraie. On me l’a toujours dit, j’en fait trop, beaucoup trop.
Une fondation, mais quelle fondation ? Je n’ai jamais entendue parler d’une fondation qui avait pour but d’aider les gens.


Anastasia respira doucement, elle était complètement relevé. Ses yeux étaient fatigués, la journée avait été fatiguante, et l’annonce d’Amadéo avait été éreintante. Elle avait pleuré tout ce qu’elle avait pu. Elle ne pouvait pas croire ce qui lui arrivait. Elle gardait toujours l’espoir qu’elle allait se réveiller, et que toute cette histoire ne serait qu’un mauvais cauchemar.

Inspire, expire, inspire, expire … Inspire, expire, … Cache les apparences, fais comme si tout allait bien …


Elle se dirigea donc d’un pas lent, claudiquant jusqu’à son lit. Elle s’allongea avec une lenteur qui ne lui était pas coutumière.

Dormir, il faut que je dorme, je ne sais pas de quoi sera fait ma vie demain … J’ai déjà passé la moitié de ma vie enfermée, je ne veux pas passer le restant dans la rue, il faut que je me contrôle, contrôler mes actions, mes paroles, sinon je ne pourrais jamais y arriver … Je suis devenue une associable …

Elle était enfin arrivé sur le lit. Le chemin pour y arriver lui avait paru extrêmement long, et contraignant … Très long, beaucoup trop long pour son corps qui avait subi de nombreuses épreuves toutes les unes plus éprouvantes que les autres. Elle s’allongea sur le lit, mis ses jambes sous la couverture, ramena la couverture sur elle, comme une enfant que l’on a privé de sa poupée. Elle s’endormit presque immédiatement, le sommeil lui venait beaucoup plus facilement ces derniers temps, sans doute depuis sa sortie d’Azkaban, et son périple dans les rues de Londres. Elle avait enfin trouvé un foyer, mais elle devait déjà le quitter à cause d’une erreur bête de sa part. Elle le savait, et elle savait qu’elle ne pourrait pas reproduire deux fois la même erreur, sans en risquer des conséquences, plus ou moins malvenues. Une fois à la « fondation », elle devrait se montrer courtoise, et polie, tout faire pour se fondre dans la masse, sans quoi elle se retrouverait très vite à la rue. Elle savait tout cela, mais bizarrement, elle n’aimait pas l’appliquer.

Une fois plongé dans son sommeil, elle ne pensait plus à rien, tout lui était sorti de la tête, un sommeil sans rêve et sans cauchemar …
Elle fut réveillée par la lumière du jour. Quelqu’un avait pénétré dans sa chambre, avait tiré les rideaux, et avait déposé une tasse de café encore chaud sur la table de nuit. Il y avait aussi une valise posé près du lit, avec des affaires de différentes formes et couleurs, des tailleurs, des jeans, …

Il y aura au moins pensé un peu à moi … Je ne pas décemment sortir dans la rue avec les mêmes habits chaque jour …

Elle ferma la valise, se dirigea à la porte, et frappa trois coups discrets, en attendant qu’Amadeo, ou son « chien de garde », Hildegarde, vienne la chercher pour l’emmener à la fondation.
Revenir en haut Aller en bas
Hildegarde Van Houten
Gryffondor
Gryffondor
Hildegarde Van Houten

Nombre de messages : 12
Age : 35
Age Roleplay + Sorts : Ca ne vous regarde pas + sorts 1, 2, 3
Capacités Spéciales : MD3 + Gachette diabolique !
Date d'inscription : 16/01/2008

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptyJeu 14 Fév - 21:26

HJ Pas le courage de relire avant de poster, héhé sorry pour les fautes éventuelles ; ) HJ

Hildegarde n'avait pas fermé l'oeil de la nuit. Armée de son arbalète magique, elle avait patrouillé dans les couloirs de l'Orphelinat des heures durant en pensant à la sottise d'Amadeo Whitemore qui ramenait au sein de l'établissement de parfaits inconnus et qui en l'occurence, cette inconnue là se révélait être une quasi-meurtrière tout juste sortie des murs d'Azkaban.

Biesse cet Amadeo !! Et dire qu'il doit dormir comme un bébé..

Néanmoins, il ne se passa rien d'exceptionnel cette nuit là. La détraquée était resté dans les quartiers qui lui vaient été alloués et ce satané Croque-Mitaine n'avait pas montré le bout de son nez. Hildegarde en fut soulagée quoique légèrement décue. Le fait de carresser les carreaux de son arbalète pendant des heures avait quelque peu donné à la vieille bique l'envie d'embrocher quelqu'un ou quelque chose..

Au petit matin, elle avait rangé son arme et s'était affairée comme tous les jours à préparer le petit-déjeuner pour la marmaille et le Patron. Une fois que Mona et Martho furent levées, elle s'en alla fouiller dans son armoire pour en sortir quelques vêtements qu'elle ne mettait plus. Elle enfourna le tout dans une valise passée de mode et s'en alla de nouveau jusqu'au cuisine pour préparer un café bien serré.

La valise dans sa main droite et le café en lévitation à côté d'elle, Hildegarde entra dans la chambre de leur "invitée" la main crispée sur sa courte baguette magique. Si l'étrangère avait la folle audace de tenter quoique ce soit, elle payerai le prix de sa témérité au centuple.. Et ce n'est pas peu dire !!

En constatant que l'intéréssée était encore bien assoupie dans son lit, Hildegarde alla jusqu'à la fenêtre vérouillée où elle ouvrit d'un brusque coup de baguette les rideaux en laissant malicieusement pénétrer dans la pièce les premiers rayons aveuglants de l'astre solaire. Ca te fera les jambes cocotte !! Mais cette Anastasia ne réagit aucunement à l'attaque lumineuse et se contenta seulement de se tourner de l'autre côté du lit. Tsssss..

Hildegarde posa la tasse de café bouillant sur la table de nuit et posa au pied du lit la valise qui contenait une bonne partie de sa garde-robe. Sèche la vieille bique mais le coeur en or.

Elle quitta la pièce et partit au rez-de-chaussée s'assurer que tous les marmots mangeait bien et qu'aucun ne quittait la table sans avoir entièrement vidé son assiette. Après cela, elle donna ses instructions à ses jeunes aides, Martho et Mona, puis s'en retourna à l'étage chercher l'indésirable pour l'amener jusqu'à Londres où elle serait recueillie par la Directrice de la Fondation Lancaster.


TOC TOC TOC.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/presentations-f3/presentatio
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
Anastasia de Rochefort

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) EmptySam 1 Mar - 21:56

Trois coups ! Comme au théâtre … Le rideau venait de se lever sur une nouvelle vie qui allait bientôt commencer pour Anastasia. Il ne manquait plus que les acteurs, qui allaient rentrer d’une minute à l’autre sur scène, pour jouer une nouvelle pièce … La vie n’était pour Anastasia qu’un immense théâtre, où elle tenait, bien sûr, un rôle important. Elle avait appris depuis son plus jeune âge, vers les 6 ans, qu’elle était une grande menteuse, qu’elle savait mentir avec tellement de conviction que tout le monde l’a croyait sur parole … D’ailleurs, son visage d’ange l’y aidait énormément … Mentir était devenu au fil du temps sa seconde nature. Pas seulement mentir pour survivre, mais surtout mentir pour le plaisir de mentir.
Inspirant au maximum, Anastasia se redressa, passa en coup de vent vers la salle de bain se repoudrer le nez. Que voulez-vous ? Une femme, même au bord de la crise de nerfs à le droit de se montrer un peu coquette ….
Sa valise à la main, son sac sur son bras, elle prit une expression de chien battu, avec des yeux quelque peu enjôleurs, essayant de jouer une toute dernière carte pour essayer d’apitoyer Amadeo sur son sort.
Elle souffla longuement, la main sur la poignée. Elle n’arrivait pas à franchir le pas. La vie était tellement pleine de surprise qu’elle n’osait pas imaginer comment allait se dérouler cette nouvelle étape dans sa vie …
Plusieurs secondes passèrent, Anastasia gardait la main sur la poignée. Prenant son courage à deux mains, elle tourna la poignée, apparemment, la personne derrière la porte l’avait déverrouillé.


Amadeo ! Amadeo ! Amadeo ! Amade…. HILDEGARDE !
Manquait plus qu’elle pour que mon bonheur soit complet !
Quelqu’un s’acharne contre moi, ou je le fais exprès ?


Ah, Hildegarde, c’est vous ! Comme je suis heureuse de vous revoir !
Sale hypocrite !
Et alors ?

Comment allez vous ? J’espère que vous avez passé une bonne nuit, en tout cas, la mienne fut merveilleuse, vos draps sont d’une finesse, et le petit-déjeuner était exquis. Mon séjour dans cet Orphelinat fut vraiment constructif et passionnant ! D’ailleurs, travaillez avec les enfants, ce la doit vraiment être … enrichissant !



Ah, je vois, vous ne devez pas me parler, ou alors, vous n’en avez pas envie … Vous êtes juste là pour me guider jusqu’à la « Fondation » … M. Whitemore n’a pas daigné venir me chercher ? Il avait trop peur de changer d’avis en me voyant ? Quoi ? Ne me regardez pas comme cela ! Je sais que vous ne devez pas me parler, mais je suis très capable de faire la conversation toute seule !

Hildegarde marchait loin devant, elle n’avait même pas daigné porter la valise d’Anastasia. Son attitude psycho-rigide faisait d’elle une véritable névrosée. Elle marchait comme un patin, avec une certaine froideur supplémentaire. Elle se dirigeait maintenant vers ce qui ressemblait fortement à un … salon, mais à un salon de troisième catégorie. Le pire était les chiards. Il y avait là un nombre incalculable d’enfants. Ils se rangeaient tous par deux ou par trois, dressant une haie d’honneur entre Hildegarde, et Anastasia, et la cheminée. Ils arboraient tous un air sérieux, mais aussi terrifié, comme s’ils venaient de voir un monstre … Hildegarde.

Le cheminée ! Elle veut que je prenne la poudre de cheminnette ! Et pourquoi pas non plus la marche à pied ! Les gens de nos jours, aucune considération pour les vieilles femmes de mon âge ! En plus, c’est d’un salissant, c’est incroyable que depuis le temps, les gens n’aient pas pensé à inventer … un sort, n’importe quoi qui aurait pu améliorer le voyage en cheminée !

Arrivée devant la cheminée, Hildegarde se retourna vers Anastasia, en lui tendant une poignée de poudre. Elle se pencha vers elle, et lui murmura à l’oreille : Voici les seuls mots que je veux vous entendre prononcer: Fondation Lancaster, je vous surveille Miss Eladriel, je resterais derrière vous. Il suffit de mettre …

Non, mais je sais comment cela marche ! Je ne suis pas non plus une demeurée sénile imbue d’elle même, je sais comment ça marche, même si je trouve ce moyen de transport extrêmement salissant, et que j’aurais préféré …

Le regard noir que lui lança Hildegarde à ce moment là la dissuada de continuer plus loin sa phrase. Elle prit la poignée, se dirigea vers la cheminée, et murmura : Fondation Lancaster.

[ - Whitehall, proche de la Fondation Lancaster - ]


Whitehall, cela faisait longtemps, cela faisait 15 ans en fait, depuis l’entrevue que j’avais eu avec le Premier Ministre Moldu à propos de mes parents, à son domicile, au numéro 10 … C’était le bon temps, des galas, la vie me souriait, et maintenant, j’en suis rendu à suivre une vieille folle psycho-rigide et névrosée comme un chien suit son maître à la trace … Comme la vie peut changer en peu de temps.

Hildegarde était maintenant arrivée. Après avoir jeter un regard noir lourd de reproches comme elle paraissait avoir le secret, comme si elle regrettait d’être dans les rues moldus à accompagner une vieille folle. Elle se dirigea vers un bâtiment qui paraissait d’allure plutôt moderne.
Elle s’arrêta devant l’immense porte en bois, et frappa trois autres coups, comme le début d’une nouvelle pièce qui allait encore une fois recommencer, encore une fois … et ce jusqu’à l’épuisement complet de la vieille femme.


TOC TOC TOC

[HRP] Si problème il y a, tu me le dis, j'éditerais. [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty
MessageSujet: Re: *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)   *Chemin de Traverse* Dure réalité (libre) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
*Chemin de Traverse* Dure réalité (libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hentaï
» Hentaï RP
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Centre ville-
Sauter vers: