AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Salle du Conseil Gouvernemental

Aller en bas 
AuteurMessage
William Lancaster
Serpentard
Serpentard
William Lancaster

Nombre de messages : 250
Age : 31
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Occllumen, legilimens et fourchelangue
Date d'inscription : 29/06/2007

Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptyMar 17 Juil - 11:57

C'est dans cette pièce que se tiennent prériodiquement les réunions du Conseil Gouvernemental.


Salle du Conseil Gouvernemental Confrence2mt5



NB Rappel, en vertu du décret Lancaster, numéro 2 sur la réforme du Ministère :

Le Conseil Gouvernemental, réunira de façon périodique l’ensemble des acteurs de la politique générale du Gouvernement, soit les directeurs de départements, le Secrétaire d’Etat (aussi directeur du département de la Communication), et le chef du Bureau des Aurors, sous la présidence du Ministre de la Magie.

Ces réunions auront pour but d’améliorer la cohésion et l’efficacité de l’équipe gouvernementale.

Au cours de ces réunions chaque membre du gouvernement sera amené à faire un court rapport sur l’état de son département, et les actions qu’il envisage de mener au cours des prochaines semaines.

C’est au cours de certaines de ces réunions que seront remis aux directeurs de départements, des « lettres missions ». Ces lettres confidentielles écrites par le Ministre assigneront des objectifs à chaque membre du gouvernement. Afin de responsabiliser la classe politique, le Ministre attend de chaque directeur de département qu’il s’engage à atteindre les objectifs qui lui auront été fixés. S’il s’avérait que le directeur ne parvienne pas à remplir sa mission de manière satisfaisante, il pourra alors être procédé à sa démission.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=8733
William Lancaster
Serpentard
Serpentard
William Lancaster

Nombre de messages : 250
Age : 31
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Occllumen, legilimens et fourchelangue
Date d'inscription : 29/06/2007

Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptyDim 26 Aoû - 12:18

En début de matinée le Ministre interpella son secrétaire….

- Monsieur Stump veuillez prévenir chaque membre du Gouvernement que la première réunion du Conseil Gouvernement aura lieu lundi prochain à 14h.

- Bien Monsieur.

- J’attends de chacun d’eux un rapport détaillé sur l’état de leur département, leurs suggestions ainsi que l’évolution pour les prochaines semaines. Merci bien Monsieur Stump.




Le lundi qui suivit…

Un peu avant 14h, le Ministre rejoignit débordant d’énergie la magnifique salle de réunion du Conseil Gouvernemental. Il venait de passer de très agréables vacances sur les plages du « Golden State », c’était donc subtilement bronzé qu’il revenait à Londres. Le Ministre tenait à ouvrir cette prérentrée gouvernementale par la première réunion au complet de son Cabinet.

C’est habillé d’une veste sport, bleue Roy, assez cintrée by Armani Collzioni, d’un chino beige de chez Ralph Lauren et d’une chemise blanche signée Arrow, col ouvert ; que le Ministre accueillit les membres du gouvernements.

Le Ministre occupa le fauteuil central tandis qu’Howard s’installa à sa droite et Edward à sa gauche. Les autres membres du gouvernement à l’exception notable de la directrice du département des mystères (qui était à l’étranger) prirent place, le long des deux prolongements de la table en U.

La nouvelle directrice de la Justice Magique en face du chef du Bureau des Aurors Lenthan, Andréas faisait face à Amadeo tandis que le directeur du département de la coopération magique internationale se trouvait face au siège vide de la directrice des Mystères…

Enfin à l’arrière gauche du Ministre Halvard Stump s’apprêtait à rédiger le procès verbal de la première réunion du CG. Tandis que Andrew stationnait devant les portes fermées.

Le Ministre se leva alors, d’une voix cordiale et assurée il prit la parole.


Mes chers amis et membres du gouvernement,

Bienvenue à vous ! J’espère que vous avez tous passé d’agréables, bien que courtes vacances d’été.

Comme vous n’aurez certainement pas été sans le savoir, le décret Lancaster 2 sur la réforme du Ministère institutionnalise un Conseil Gouvernemental, comparable au Conseil des Ministre moldu et qui aura pour principal objectif d’améliorer la cohésion et l’efficacité de l’équipe gouvernementale.

C’est la première fois qu’il nous est donné de tous nous réunir depuis cette grande et belle victoire électorale.


Bien entendu j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec vous tous personnellement depuis cette échéance mais c’est la première fois que ce gouvernement se réunit officiellement. Et je dois avouer que mon concernant l’émotion est assez forte.

La voix du Magistrat trahissait en effet ce sentiment.

Si je suis ému, c’est parce que j’entrevois ce que ENSEMBLE nous allons pouvoir faire pour notre pays. Cette perspective illimitée me réjouit et me donne à nouveau confiance en l’avenir. Il s’agit désormais de faire partager cette foi avec nos concitoyens…

Puis reprenant son aplomb et sa dignité naturelle, le Duc reprit.

Quoiqu’ informelle, l’organisation de cette première réunion, donnera l’occasion à chacun de s’exprimer et de me remettre le rapport que je lui ai demandé.

Vous avez tous pu constater l’ampleur de la Victoire que nous avons remportée et je tiens une fois encore à remercier chacun de vous pour sa précieuse contribution.


William adressa à l’audience un regard sincère et emplit de gratitude.

Je tiens aussi à préciser une chose qui m’apparaît des plus importantes, loin de nous soustraire au jugement et à l’autorité morale du peuple de Grande Bretagne, cette large victoire nous ENGAGE.

Par ce vote massif porté sur notre le peuple magique de Grande Bretagne a exprimé son désir et sa volonté de voir les choses changer considérablement.


Sachez mes chers amis que je me suis engagé à ne pas les décevoir et je ne les décevrai pas.

L’ancien Ambassadeur pesait chacun de ses mots, il espérait que le message serait bien compris et intégré par tous les membres du gouvernement.

Nous sommes une équipe et j’attends de cette équipe d’atteindre une union et une cohésion toujours plus étroite. Là est la clef d’une réelle efficacité.

Je me suis par ailleurs engagé à être un Ministre responsable, ferme et résolu.

Les sorcières et sorciers de ce pays ont fait de moi leur unique et légitime représentant cela me donne il est un pouvoir considérable mais dans le même temps un grand pouvoir implique de lourdes responsabilités
(tiens ça ressemble à une phrase de Spiderman ça désolé).

Je me dois d’endosser la responsabilité générale de ce gouvernement c'est-à-dire que lorsque vous agissez vous devez toujours avoir à l’esprit que vous êtes le maillon d’une chaîne, d’une équipe et que vos décisions n’affectent pas votre unique personne, ils affectent l’ensemble de ce gouvernement et en particulier son chef

Le Ministre s’interrompit volontairement quelques instants et reprit la voix basse mais puissante.

Et c’est justement parce que nous sommes responsables, que nous allons commencer cette réunion par une prestation serment commune de l’ensemble du gouvernement.

Le Duc de Norfolk et de Lancaster sortit alors sa baguette le geste vif et précis accompagna l’incantation intelligiblement prononcé.

Veritae Partem

Le sort affecta l’ensemble de la pièce et de ses occupants. Et ne permettait désormais plus qu’à la vérité de sortir de la bouche des sorciers présents dans la salle.

Jurez vous n’avoir jamais été et n’être jamais un serviteur des Forces du Mal, un Mangemort ou un Mage Noir quelqu’il soit ?

Jurez vous n’avoir jamais servi ou n’avoir jamais aidé en aucun façon les Forces des Ténèbres ? Et jurez vous de ne jamais le faire ?

Jurez vous de servir fidèlement le Ministère de la Magie et son Ministre d’obéir loyalement et indiscutablement à leurs ordres ?

Le jurez vous sur votre honneur et jusqu’à ce que la mort nous sépare ?


HJ ok ok le pauvre petit William est un petit peu parano, mais ça va lui faire tellment plaisir vous ne pouvez pas lui refuser ça ? le vous ne pouvez pas lui refusez ça est à prendre au sens littéral... Smile danke

PS vous n'avez qu'à répondre un par un "Je le jure jusqu'à ce que la mort nous sépare" et un petit serpent de feu viendra nous lier c'est un genre de serment inviolable de masse... :p


Dernière édition par le Sam 15 Sep - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=8733
Invité
Invité
avatar


Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptyMer 29 Aoû - 13:08

Le Secrétaire d’Etat et Conseiller à la Sécurité Nationale, se leva alors avec dignité et prestence. L’ordre protocolaire qui faisait de lui le numéro 2 du gouvernement l’amenait en effet à prêter serment le premier.

Toutes ces années durant l’affection voire l’admiration que nourrissait Howard pour son ami et mentor était allée croissante. A chaque fois le Duc avait su apporter de nouvelles preuves de sa grandeur d’âme, de son intégrité et de son intransigeance saine vis-à-vis du Mal.

William était résolument un homme d’action au leadership certain et qui souffrait difficilement qu’on discutât son autorité ou sa légitimité. Il ne faisait aucun doute dans l’esprit de Howard que William était l’unique sorcier dont la Communauté Magique pouvait tenir son salut et comme cette dernière s’était exprimée et avait fait de lui son unique et légitime représentant, le Secrétaire d’Etat salua l’action du Ministre.

Exiger cette prestation de serment des membres du gouvernement, c’était agir de manière responsable et avisé vis-à-vis du peuple de grande bretagne. William voulait en finir avec l’irresponsabilité de la classe politique et entendait lui rappeler qu’un grand pouvoir impliquait en effet une grande responsabilité.

C’était donc avec foi, puissance et humilité que le bras droit du Ministre prêta serment la main droite levée.


Moi Howard Hampton Hamilton, Je le jure sur mon honneur et jusqu’à ce que le mort nous sépare.

Une flamme sortit alors de la baguette du Ministre et un lien magique indissociable qui prit momentanément la forme d’un serpent de feu vint lier les deux sorciers.

Tandis que l’assermenté se rassit, le Ministre se tourna alors vers son ami le plus ancien et directeur de la Grande Education Edward Numénor.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Numenor
Admin
Admin
Edward Numenor

Nombre de messages : 911
Age Roleplay + Sorts : 33 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Animagus - Magie des Anciens
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 20/05/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Salle du Conseil Gouvernemental Left_bar_bleue1480/1480Salle du Conseil Gouvernemental Empty_bar_bleue  (1480/1480)
Points de mana:
Salle du Conseil Gouvernemental Left_bar_bleue1620/1620Salle du Conseil Gouvernemental Empty_bar_bleue  (1620/1620)

Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptyJeu 20 Sep - 18:06

L'air transportait un parfum de changement. Edward n'aurait pu dire si ce parfum était réellement agréable ou pas mais une chose était certaine : il était bel et bien présent, s'imprégnant dans chaque atome de sa vie. Installé dans son bureau jouxtant celui de son assistante, la vindicative mais néanmoins compétente Aléatha Quindiniar, il réfléchissait aux derniers événements qui avaient chamboulé sa vie, pour le meilleur et pour le pire.

La victoire de son ami de toujours aux élections l'avait bien entendu transporté de joie. Il le connaissait homme à ne pas faire les choses à moitié et cela impliquerait certainement de grandes choses, d'exemplaires réformes. Mais également des conséquences qui feraient plus que probablement grincer des dents à beaucoup de ses collaborateurs. Bien entendu, Edward ne voulait pas lui faire de procès d'intention mais il persistait en son esprit une petite pointe d'appréhension. Malgré les nombreuses nuits passées ensemble à discuter de sa campagne et de la politique qu'il souhaitait mettre en place, il était évident que William ne lui avait pas fait part du menu de chacune de ses pensées. Il réservait depuis peu le monopole de ses confidences à un autre homme. Celui dont la simple vision commençait tout doucement à agacer Edward.

A y bien réfléchir, lui-même ne cachait-il pas quelques éléments essentiels de sa vie à William ? Le visage de Noxis se précisa dans son esprit. Une fois de plus il en vint à se demander où tout cela les mènerait. Tellement différents et cependant tellement proches. Que penserait William de tout cela ? Bien entendu, il n'en saurait jamais rien. Ni ce qui le liait à son alter ego. Aurait-elle fait une bonne politicienne ? William l'appréciait … L'avait-il approchée pour qu'elle fasse également partie de son gouvernement ? Lui en aurait-elle fait part si c'était le cas ?

Pour l'heure, ses obligations le rattrapaient et il se devait de mettre de côté ces pensées inopportunes. Avant la grande réunion, il lui restait juste le temps de passer par le bureau de la petite Quindiniar et lui demander de rendre visite à la Directrice du Département des Mystères lorsqu'elle rentrerait de voyage. Comme il était difficile de s'obliger à faire abstraction du vrai visage de cette femme ! Mais rien ne devait trahir ce qui se tramait au dehors. Il lui en coûtait mais les relations devaient rester « normales », du moins aussi normales que possible. Gardant par devers lui l'impression qu'il envoyait Aléatha dans la gueule du loup, il se décida à aller lui confier la tâche de rencontrer Eilane et de mettre au point avec elle un « chemin d'étude » pour les aspirants Langues de Plomb.

Et enfin il se rendit à cette fameuse réunion et prit place à la gauche de William, silencieux et solennel. Howard était là, sans grande surprise.

A sa droite bien entendu. Le terme « bras gauche » signifie-t'il quelque chose ?

Il avait salué de manière très distante celui qui, à son sens, l'éloignait de son ami et s'était immédiatement abîmé dans la contemplation des tableaux décorant la somptueuse salle de réunion, hochant juste la tête pour répondre aux bonjours des autres directeurs de département.

Une voix autoritaire le tira de sa rêverie. Cette voix de commandement qu'il lui avait toujours connue, séduisante, ennivrante. Celle d'un leader incontestable et d'ailleurs incontesté. Elle trembla dans un moment d'émotion bien vite endigué. Un maître en la matière. Contrôle permanent de ses sentiments. Cela aussi devait plaire à Howard … Howard qui le premier se levait pour prêter ce serment réclamé par son maître. Etait-il tout bonnement servile ou terriblement attaché à William ? Plus encore que lui-même ?

Edward prit une profonde inspiration avant de se lever à son tour sous le regard insistant de William.

Puisqu'en ces temps troublés la seule parole d'un ami ne peut plus suffire …


En ces temps troublés, je donne ma parole d'homme d'honneur. Jamais je n'ai servi les forces du mal, jamais je ne le ferai et il en est de même pour les forces des ténèbres. Et tant que le Ministère de la Magie de Grande Bretagne servira l'idéal de la lumière, je suivrai fidèlement et indiscutablement son représentant ultime, le Ministre de la Magie.

Son engagement n'allait pas à l'encontre de celui qu'il avait pris vis-à-vis de ses frères et soeurs d'armes de l'Ordre du Phénix, c'était bien là ce qui lui importait le plus.
Revenir en haut Aller en bas
Amadeo Whitemore
Serpentard
Serpentard
Amadeo Whitemore

Nombre de messages : 877
Age : 35
Age Roleplay + Sorts : 34 ans + sorts 1, 2, 3
Capacités Spéciales : Occlumens
Date d'inscription : 26/08/2007

Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptyJeu 20 Sep - 22:07

Seul dans son bureau directorial de l'Orphelinat Rightway, Amadeo avait la tête perdue dans mille et une pensées. Depuis l'élection du Ministre, tout était aller très vite, trop vite peut-être. La réussite électorale du jeune Duc, le Grand Bal qui s'était tenu au sein du château du sus-nommé, ses retrouvailles avec Noxis au Café Pastel, ses nouvelles fonctions et responsabilités qu'il avait aujourd'hui au sein du Département pour la Régulation et le Contrôle des Créatures Magiques, tout cela lui trottait joyeusement dans la tête si bien qu'il ne parvenait pas à finir le rapport qu'il devait présenter au Ministre à l'occasion du premier Conseil Gouvernemental qui devait se tenir sous peu...

C'est quand d'ailleurs ce Conseil ? se demanda t'il en sortant de l'une de ses poches sa petite montre à gousset finement ouvragée. Il la consulta et, en une seconde, son visage prit un air aussi sincèrement étonné qu'alarmé.


Hildegarde ! Hildegarde ! s'époumonna t'il face à la robuste porte de la pièce tandis qu'il ouvrait un petit attaché-case où il enfournait au petit-bonheur-la-chance tous les documents qui étaient posés sur son bureau. Hildegaaaaaarde !!

Mais où est-ce qu'elle est encore passé cette... il n'eut pas le temps de finir la question qu'il se posait que déjà une vieille femme à l'allure revèche et autoritaire se tenait sur le seuil de son bureau, attendant avec une patience horripilante de savoir ce que lui voulait son patron.


Ah, Hildegarde, au nom de Merlin, je n'ai pas un instant à perdre ! Le Conseil Gouvernemental commence dans moins d'une heure et si je suis en retard le premier jour ça va sûrement mal passé ! Bon alors pourquoi t'ais-je appellé déjà ? ... Euh... Ah oui, voilà ! Dans la corbeille à papier, Mais pourquoi j'ai mis ça à la poubelle moi ? Bon, bref..., là, voilà ce papier chiffoné, j'y ai écrit la liste des instructions spéciales de la journée, fais bien attention s'il te plaît, nous avons une visite des Affaires Sociales moldues ou je ne sais quoi et il faut que tout sois nickel !

Amadeo, qui paraissait maintenant aussi paniqué que s'il avait devant lui toute une meute de Sinistros enragés, enfila rapidement une longue cape noire et se saisit en toute hâte de sa malette de la même couleur d'où dépassaient quelques feuillets de comptes et une partie du Rapport Ministériel qu'il n'avait pas eu le temps de terminer.

J'ai l'impression d'oublier quelque chose... Arff je suis sûr que j'oublie quelque chose ! Bon tanpis. Trop tard ! se dit-il en mettant un pied dans la cheminée. Il se retourna rapidement pour faire face à la Gouvernante de l'Orphelinat qui continuait de le toiser paisiblement avec peut-être au fond des yeux, une petite lueur amusée.

Oui, donc, les gens du ministère moldu arriveront dans l'après-midi, je ne sais pas si je serai rentré, arff ils préviennent toujours au dernier moment ! Je t'en prie Hildegarde, fais attention à confisquer toutes les baguettes et tout le reste, les moldus ne doivent rien soupconner, jette des sorts de dissimulation dans toutes les pièces et ne te prive pas de leur jetter quelques sorts de confusion tant que tu y es ! N'aie pas peur d'avoir la main lourde ! ajouta le jeune homme en lancant un clin d'oeil coquin à sa subordonnée. Allez, j'y vais sinon je vais me faire griller avec les autres Membres du Conseil, à tout à l'heure !

A peine eut-il finit sa phrase qu'il avait lâcher la poudre de cheminette dans l'âtre.

Ministère de la Magie !!

___________°___________

Bien entendu, ils étaient tous déjà là quand Amadeo entra précipitament dans la salle du Conseil Gouvernemental. Encore tout essouflé et essuyant avec autant de discrétion que possible les quelques gouttes de sueur qui perlaient sur son front, il salua ses pairs, les autres Directeurs de Départements, et finit son tour par le jeune Hamilton et enfin le Ministre.

Tiens il en manque un ! Hihi je ne suis pas le dernier ! pensa t'il en se rassurant lui-même.

Une fois que les bonjours et tout ce qui s'en suit furent échangés, les Membres du Conseil Gouvernemental prirent place autour de la table en U qui était désormais l'un des lieux stratégiques du Gouvernement Lancaster. Amadeo prit place sur le siège qui lui était dévolu et observa du coin de l'oeil ceux qui l'entouraient. Il ne connaissait encore personne mis à part le Ministre lui-même et s'était promis de se faire une idée de ses nouveaux collègues lors de cette première réunion officielle.

Voulant resté le plus objectif possible, Amadeo décida tout de même qu'il arrêterait son jugement plus tard, lorqu'il aurait eu loisir de discuter un minimum avec les personnes concernées et qu'il se serait un peu plus renseigné quant au parcours de chacun. Il y avait quand même trois personnes présentes sur qui il ne pensait plus changer d'avis.

Le Ministre en premier lieu. Leur rencontre à Paris et l'amitié qu'ils y avaient forgée depuis ce temps avait donné à Amadeo l'assurance qu'il ne mettait pas sa loyauté au service d'un incapable.

Le jeune Numénor ensuite, placé à la gauche de Lancaster. Amadeo avait eu l'occasion de le croiser quelques fois depuis son retour en Grande-Bretagne, au Bal notamment où il s'était dit que cet homme était une personne de Bien et certainement quelqu'un avec qui il fallait compter. Il espèrait que l'invitation qu'il avait reçu du Directeur du Département à l'Enseignement Magique à jouer des mots au Café Pastel aurait une suite.

Hamilton enfin. A la droite du Ministre, l'air sobre et décontracté. Amadeo n'avait rien trouvé à lui repprocher mais l'air sérieux et dévoué du jeune homme avait tendance à l'agacer.

M'énerve celui-là ! Trop gentil pour être honnête ! Gentil n'a qu'un oeil ! Mmm... se disait-il en se rappellant les vieux dictons moldus de sa mère. Mais il se désintéressa vite du Number Two lorsque le Ministre prit la parole et fit son discours...

Arff elle n'est pas en retard la Directrice du Département des Mystères ! Zut donc je suis bien le dernier... Bah, ils s'y habitueront... Dommage tiens, depuis le temps que j'entends parler d'elle, j'aurais bien aimé savoir à quoi elle ressemble !

Lorsque le Ministre eut fini son discours, Hamilton s'était levé le premier et prêta serment au Magistrat Suprême ainsi qu'au Gouvernement avec un empressement qui frisait la "faux-cutterie". Ouais, bon, c'est décidé, celui-là je peux pas le voir ! se dit Amadeo.

Edward Numénor prit une inspiration, se leva et prêta serment de fidélité à son tour en changeant néanmoins la tournure du texte, ce qu'Amadeo ne comprit pas vraiment.

Amadeo quant à lui, étais, en ce jour, au tout début de sa carrière politique et il n'avait encore aucune idée de sa place dans la hiérarchie ministérielle ni même du protocole à respecter. Aussi lorsque Numénor s'était rassit, il se leva à son tour, les joues légèrement rougies de son embarras et tandis qu'il levait sa main droite, il prononca ces mots :


Je le jure, jusqu'à ce que la Mort nous sépare !

J'espère que je ne viens pas de faire une bêtise ! se dit-il tandis qu'une petite langue de feu qui sortait de la baguette du Ministre vint se lover autour de sa main. Il se rassit et se replongea dans ses pensées en regardant la suite des évènements.

Zut le rapport ! Arff je suis dans une belle bouse de Dragon là ! Je vais passer pour quoi ?! Allez, discret Amadeo, discret...

Et tandis que le premier Conseil Gouvernemental suivait son cours, Amadeo posa son attaché-case sur ses genoux et en sortit le fatras de feuillets qu'il avait réussi à emporter. Toujours aussi discrétement que possible, il transforma sa propre baguette en plume auto-encreuse et se mit à rédiger sous la nappe son tout premier Rapport Minstériel en souriant bravement au reste des Membres du Ministère qui l'entouraient... Razz
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/Presentation-f3/Presentation
Lenthan Quindiniar
Serpentard
Serpentard
Lenthan Quindiniar

Nombre de messages : 489
Age Roleplay + Sorts : 53 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Légilimens occlumens
Date d'inscription : 12/03/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Salle du Conseil Gouvernemental Left_bar_bleue1620/1620Salle du Conseil Gouvernemental Empty_bar_bleue  (1620/1620)
Points de mana:
Salle du Conseil Gouvernemental Left_bar_bleue1390/1390Salle du Conseil Gouvernemental Empty_bar_bleue  (1390/1390)

Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptySam 22 Sep - 19:59

C'est un Lenthan serein qui était arrivé au Ministère ce jour là. En effet, sa belle fille Argentine était sur le point de mettre au monde le premier petit enfant du Directeur des Aurors et cette nouvelle l'emplissait de joie. Les medicomages l'avaient assurée que ça ne prendrait pas plus de deux jours à présent et le futur grand-père s'attendait à voir apparaître un hibou d'un instant à l'autre pour lui annoncer l'heureux événement. Même l'acariâtre Calandra n'était pas parvenue à lui ôter son sourire et sa bonne humeur !

C'est donc le coeur léger et l'esprit loin de tous les soucis qui l'habitaient d'ordinaire qu'il avait poussé à son tour la porte de la salle du Conseil Gouvernemental. Il devait bien reconnaître que du temps de Gabriel rien de tout cela n'existait. A vrai dire, lui-même n'avait pas besoin de toutes ces formalités officielles pour communiquer. Il n'avait jamais hésité à pousser la porte du Ministre ni celle de ses collègues. Mais il comprenait que ce n'était malheureusement pas le cas de tout le monde et qu'en ces temps incertains il ne fallait pas mettre de côté l'impact qu'une mauvaise communication pouvait avoir sur le bon fonctionnement du ministère.


Soit ... Les temps changent. Qui a dit que le vieux Quindiniar ne pouvaient pas évoluer avec l'air du temps ? Et puis il est vrai que je ne les connais pas encore tous. Ce saint homme de Numenor parce qu'il supporte ma fille jour après jour, oui. Hamilton ... Mmm, bien entendu. Même si mon avis sur lui n'est pas encore totalement arrêté. Notre séduisante collègues des Mystères ... Ah tiens, elle n'est pas là ... Il faut dire que même en temps normal nous ne la voyons guère, enfermée qu'elle est dans ce département au nom plus qu'équivoque ... Lui c'est Frimann : jamais parlé, c'est sans doute l'occasion. Et ces deux là ?

Le regard de Lenthan se posa tour à tour sur Amadeo et sur la femme. Qui était qui ? Et qui remplaçait son vieil ami Stinio ? Mais déjà William prenait la parole de cette voix qui avait certainement décidé plus d'un électeur ... S'ensuivit l'engagement de trois hommes à la droiture évidente, sous l'oeil scrutateur d'Halvard Stump. Ce fût au tour de Lenthan de se lever, ce qu'il fit sans plus attendre, levant la main devant lui.

Moi, Lenthan Quindiniar, en ce jour comme au jour de demain, je jure de servir fidèlement le Ministère et le Ministre de la Magie dans leur lutte contre les forces du mal. Je n'ai jamais embrassé et n'embrasserai jamais les idéaux des Ténèbres.

Comme pour chaque homme qui l'avait précédé, la magie fit apparaître un ruban rouge et or, une langue de feu qui vint entourer son poignet et le lier indiscutablement à William Lancaster.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptyDim 25 Nov - 16:51

Le pas allongé, Andréas se hissait jusqu’à l’étage du Ministre. L’ascenseur étant trop étroit, inconfortable et malodorant pour lui, il avait emprunté l’Escalier des Directeurs, larges marches de marbre blanc qui satisfaisaient pleinement son amour de l’élégance. Un attaché-case à la main, quelques notes griffonnées à la hâte dans l’autre, Donovan parcourait le large couloir des Bureaux de William Lancaster. A son grand soulagement, il n’était pas le dernier arrivé puisque quelques secondes après son entrée dans la vaste Salle du Conseil Gouvernemental, un homme fit irruption, dégageant une certaine bonhomie. Le fils Frimann adressa quelques discrets saluts aux autres membres du Gouvernement et prit place aux côtés de Stinio Basslord, face à Amadeo Whitemore. Il ouvrit son attaché-case en cuir qui produisit un cliquetis caractéristique. Là, plusieurs pochettes, le tout étant parfaitement organisé. Puis, un silence total précéda le discours de William Lancaster qui parla brièvement mais toujours avec cette même éloquence qui lui était spécifique. Éloquence indéniable, oui. Seulement ces propos eurent des accents différents aux oreilles d’Andréas.

Un Serment Inviolable… ?

Il réprima une exclamation de surprise. Impassible mais tendu, il écouta jusqu’au bout et regarda chaque Directeur de Département jurer solennellement, tour à tour. Bientôt, ce serait à lui. Il sentait la panique l’envahir. Ses anciens agissements, en Irlande, avaient été effacés. Andréas Frimann avait clairement énoncé son repentir au Ministre Mornemarais qui lui avait accordé cette chance. Pourquoi remettre cela sur le tapis après tant de chemin parcouru, une carrière brillante qui ne faisait que commencer ? Non. Il n’avait jamais été un Serviteur des Forces du Mal. Même dans ses moments de folie, il restait en lui une part d’humanité… Il n’avait obéit à aucun ordre de quelque Mage Noir que ce soit. Il n’avait fait cela que par… amusement. Un profond dégoût de lui-même l’envahit. Le regret ? Non. L’époque des Remords était révolue, il fallait assumer à présent. Lenthan venait de jurer fidélité à son tour. Les sourcils froncés, son regard gris rivé sur le Ministre Lancaster, la main droite levée, le Directeur du Commerce prit la parole.


Moi, Andréas Frimann, je jure n’avoir jamais été et n’être jamais un serviteur des Ténèbres ; je jure de servir fidèlement le Ministre et le Ministère de la Magie… Je le jure sur mon honneur et jusqu’à ce que la Mort nous sépare.

Ces derniers furent sans doute les plus difficiles à prononcer. Comment pouvait-il jouer ainsi avec l’honneur ? Il masqua sa stupéfaction lorsque, le plus normalement du monde, un filament de feu vint enlacer son poignet, symbole d’une loyauté infaillible… Ses anciens actes étaient définitivement oubliés, ce Serment en témoignait. Baissant lentement la main, Andréas se rassit et adressa un hochement de tête presque imperceptible en direction de William. Ici était sa place, il le savait.

[ HJ : Vraiment navré pour ce retard, ça ne se reproduira plus. Embarassed : HJ ]
Revenir en haut Aller en bas
William Lancaster
Serpentard
Serpentard
William Lancaster

Nombre de messages : 250
Age : 31
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Occllumen, legilimens et fourchelangue
Date d'inscription : 29/06/2007

Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptyMar 1 Jan - 20:16

Après que chaque membre du gouvernement eut prêté serment, le Ministre s’assit dans son imposant fauteuil l’air visiblement satisfait et apaisé. Les traits de son visage ne se laissèrent néanmoins pas aller et gardèrent leur prestance, fière et noble à la fois. L’homme regarda l’ensemble des membres présents à ce tout premier conseil, le regard paternel et empli d’une confiance émue.

Mes chers amis, vous venez aujourd’hui de me donner une remarquable preuve de votre infaillible loyauté, sachez que j’apprécie ce geste à sa juste valeur…

Il tendit son bras droit, la main ouverte vert le ciel et balaya le conseil d’un geste ample en signe de reconnaissance, chacun faisant un signe de la tête en remerciement.

… comme je n’ai cessé de le marteler : c’est une nouvelle ère qui s’ouvre avec mon accession à la Magistrature Suprême. Et j’entends bien que celle-ci voit l’avènement d’une Justice Exemplaire, d’une Société parfaitement Intègre et d’une Jeunesse à l’Audace inégalée !

Ce rêve nous l’avons tous fait et c’est désormais à nous qu’il incombe de le faire devenir réalité !

Je me suis engagé devant la Communauté Magique à tout faire pour que Justice soit faite, j’ai engagé ma responsabilité personnelle à ce que celle-ci soit rendue de façon exemplaire, nous constituons cependant une équipe…c’est pour cela que j’entends pouvoir compter sur l’appui indéfectible de chacun de vous dans cette lutte sans merci qui nous attend.

Tout comme vous pouvez légitimement compté sur le mien en retour !


Les yeux du Ministre brillaient d’une rare intensité et semblait devenir l’unique source de lumière dans l’obscure salle du conseil.

Après s’être légerement levé pour donner plus de force à son propos l’ancien ambassadeur se rassit et reprit la parole d’un ton plus apaisé mais malicieusement intimidante.


C’est afin de faciliter l’action gouvernementale et de la rendre la plus efficace possible j’ai fait le choix de vous accorder à chacun une large autonomie dans vos domaines de compétences respectifs. Je vous laisse juge de l’optimale manière de gérer votre département. J’ai fait ce choix car je vous estime tous responsables des fonctions qui vous ont été confiés ou dans lesquelles vous avez été maintenus…

Toutefois j’entends faire toute la lumière sur ce point, alors je vous prierai de bien vouloir m’accorder votre attention la plus complète…

Tout manquement grave à votre devoir, toute défaillance à mon égard ou tout abus de pouvoir – non expressément ou implicitement dévolu - sera considéré – et à juste titre – comme une trahison et puni comme tel.

C’est parce que je sui responsable devant le peuple magique de Grande Bretagne que vous devez à votre tour l’être devant moi. Aussi ne tolérerai je aucune faiblesse de votre part, par respect dû envers le peuple britannique.


Les propos avaient certes étaient durs, mais ils ne manquaient aucunement de justesse. William se devait d’agir en homme d’Etat responsable si bien qu’il ne pouvait envisager la possibilité qu’on lui fisse défaut à lui ou au peuple qu’il l’avait élu…

Messiers, la séance est levée vous recevrez sous peu vos lettres de mission, et n’oubliez jamais que mon bureau vous est toujours ouvert pour quelque sujet que ce soit…

Les autres réunions laisseraient certainement la place à de plus amples et plus larges discussions mais William avait le sentiment point trop n’en fallait et que cette première réunion avait déjà été on ne pouvait plus riche en événements.

Alors que les membres du Gouvernement quittaient l’un après l’autre la salle, William retint du bras Edward avec qu’il voulait s’entretenir seul à seul…


Puis je te parler un instant Edward ?
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=8733
Edward Numenor
Admin
Admin
Edward Numenor

Nombre de messages : 911
Age Roleplay + Sorts : 33 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Animagus - Magie des Anciens
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 20/05/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Salle du Conseil Gouvernemental Left_bar_bleue1480/1480Salle du Conseil Gouvernemental Empty_bar_bleue  (1480/1480)
Points de mana:
Salle du Conseil Gouvernemental Left_bar_bleue1620/1620Salle du Conseil Gouvernemental Empty_bar_bleue  (1620/1620)

Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptyMar 12 Fév - 16:34

Tous lui avaient été fidèles car tous s'étaient avancés pour répéter nerveusement quelques vaines paroles. Edward n’avait jamais douté de la sincérité de ses pairs et de son ami de toujours, mais il savait que l’ennemi était là, parmi eux. Il en était secrètement convaincu et rien ni personne n’aurait pu en expliquer la raison. Il le savait, car Eilane elle-même en était la preuve vivante. Elle était ce poison qui coulait sans cesse dans les rangs du sieur Lancaster. Et c’était comme tel qu’elle s’était agenouillée devant l’oiseau de feu. Une vision jouisive rend au doute un sourire.

Quel est ce sentiment, intense et brûlant qui parvient même à me rendre fou? Est-ce cela la trahison? Le goût de la déception?

Toujours plus défiant, Edward ne parvint pas à écouter les derniers mots de son ami. Il était juste là, perdu en un sein qui n’est peut-être plus le sien. Cela avait-il un sens? Qu’en était -il de son engagement premier? N’avait-il pas promis au jeune William de le suivre jusqu’à la mort? Ou bien n’était-ce qu’une promesse d’enfant... Les enfants sont naïfs, tout le monde le sait... Pourtant cela ne sonnait pas juste. C’était... inconcevable. Tout rapprochait ces des hommes, et rien n’aurait pu les séparer. Si ce n’est ce jeune Hamilton. Aussi sombre qu’insaisissable. Il n’inspirait guère de confiance au phénix, ni même à aucun autre membre assis autour de cette table. Du moins, c’est ce qu’Edward espérait. Il le prononçait même, entre deux souffles. Fort heureusement, personne ne l’entendit. Ce n'était que des mots, toujours perdus...

Le Ministre leva la séance, et il n’en fallut pas moins à Edward pour enfin rejoindre la sortie. Seulement, une main le retint fermement. Le contact fut pénible et troublant. Sans savoir en expliquer la raison, Edward sentait là le poison. Il releva la tête, et plongea ses yeux dans ceux de William. Il lui demanda de rester, un instant à peine, et ce fut la franchise de son regard qui rassura Edward. Comment expliquer que son ami soit porteur d’un tel fardeau : l’odeur du Mal?... Sans doute était-ce simplement celui du pouvoir...


Oui, bien entendu...

Il lui répondit simplement, attendant juste que son ami reprenne la parole.

Tu as quelque chose à me dire?

Edward le regardait toujours, et ce n’est qu’alors qu’il comprit que rien de tout ce qu’il ressentait n’était vrai. Il était perdu et dérouté depuis les incidents du Manoir Clymox. Elle aussi l’était. Il le sentait... Se pouvait-il que ce soit elle qui fasse face aux ténèbres? Rien ne devait le lui faire penser. Il devait cesser d’être si imaginatif. Il lui fallait apprendre à vivre aux côtés d’une autre que lui.

Et qu’importe? Il est une chose qui ne peut attendre : la politique. L’entendement du jeune Numénor le savait bien...


Je te prie de m’excuser...J'ai ce fichu mal de tête qui me rend fou. Je t’écoute à présent.
Revenir en haut Aller en bas
William Lancaster
Serpentard
Serpentard
William Lancaster

Nombre de messages : 250
Age : 31
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Occllumen, legilimens et fourchelangue
Date d'inscription : 29/06/2007

Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptyMer 20 Fév - 0:02

Un instant, l’espace d’un court instant William crut lire dans les yeux de son ami une affreuse lueur de suspicion. Cette dernière mêlée aux propos déjà tenus par Edward troublèrent grandement le jeune Duc. L’homme passa sa main sur sa barbe naissante, eut un air soucieux et interrogateur et prit la parole d’un ton badin.

Edward, depuis combien de temps nous connaissons nous ?

La question n’en était pas une et le Ministre Président continua sans même attendre de réponse.

Toi, mieux quiconque me connaît. Mon ami, mon très vieil et très cher ami, je suis troublé, je suis déçu. Je m’interroge. Pourquoi mon plus ancien et mon plus fidèle ami ne me fait il plus confiance ? Pourquoi modifie t il, avec l’intention évidente de me blesser, la formulation d’un serment qui me tient tant à cœur ? Pourquoi cette fichue élection a-t-elle si profondément altéré la nature de notre relation ?

Ces paroles avaient été délivrées sur le ton de l’intime confession. Plus que la confession ou le soulagement, c’était l’amer reproche qui dominait. Chose rare, le Serpentard baissa la tête et n’osa pas regarder son interlocuteur dans les yeux, visiblement déstabilisé. Un dilemme certain déchirait intérieurement le Ministre, qui ne put émettre le moindre son pendant plusieurs minutes. Ce fut alors avec un regard à la fois sombre et humide que l’ancien ambassadeur se releva, fit quelque pas tel un félin en cage, se derrière son fauteuil et posa ses mains sur le rebord du siège. Le puissant buste penché en avant, les mains toujours plus fermé serré sur le rebord du siège. Relevant alors la tête vers son ami, il afficha un visage d’une froide et implacable fureur.

Tant que le Ministère de la Magie de Grande Bretagne servira l'idéal de la lumière, dit il d’un ton monocorde qui dénotait néanmoins un certain agacement.

Puis l’homme répétât la phrase avec force : Tant que le Ministère de la Magie de Grande Bretagne servira l'idéal de la lumière.

Pour la vociférer une troisième fois : Tant que le Ministère de la Magie de Grande Bretagne servira l'idéal de la lumière !

Il tapa alors fermement du poing sur la table en ayant au préalable écarté avec fracas le siège qui le séparait de la table du conseil.

Que suis-je censé comprendre Edward ? Ces propos sont une injure, une abjecte insulte fait à mon Honneur. Devant l’ensemble des membres de mon Gouvernement qui plus est. Je ne te comprends pas, je ne te comprends plus Edward. Jamais le garçon avec lequel j’ai grandi, le garçon avec lequel j’ai tout partagé, le garçon je que je considère comme mon frère n’aurait osé me faire cela, n’aurait même osé imaginer la chose possible.

Si tu as une raison valable qui justifie un tel comportement, je t’en prie parle, explique moi, éclaire moi. Car je me trouve au milieu d’une sombre noirceur, une obscurité des plus inquiétantes.

Le Magistrat Suprême de Grande Bretagne se tut alors. S’affala dans son imposant fauteuil comme terrassé par un horrible fardeau. Il passa machinalement sa main dans son épaisse chevelure brune. L’homme respira profondément, la détresse qui pouvait se lire sur son visage laissa alors place a des traits plus apaisés mais non moins tirés par la fatigue et l’amertume. Apres quelques instants de silence salutaire, il poursuivit d’une voix plus authentique, plus naturelle, une voix qui avait abdiqué toute prétention.

Edward, je suis las. Terriblement las. Ces nouvelles responsabilités qui m’incombent désormais n’ont rien de particulièrement plaisant. Et je me refuse à voir cette nouvelle fonction établir un fossé insurmontable entre nos deux personnes. Plus que jamais, j’ai besoin de toi, j’ai besoin de tes compétences et j’ai surtout besoin de ta confiance…
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=8733
Edward Numenor
Admin
Admin
Edward Numenor

Nombre de messages : 911
Age Roleplay + Sorts : 33 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Animagus - Magie des Anciens
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 20/05/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Salle du Conseil Gouvernemental Left_bar_bleue1480/1480Salle du Conseil Gouvernemental Empty_bar_bleue  (1480/1480)
Points de mana:
Salle du Conseil Gouvernemental Left_bar_bleue1620/1620Salle du Conseil Gouvernemental Empty_bar_bleue  (1620/1620)

Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptyJeu 22 Mai - 13:39

Ce mal de tête me ronge depuis l'Ukraine... Je le sens sans le comprendre. Il coule et me noie. Pourra-t-elle m'en libérer? Il le faudra bien, sinon je risque de perdre ma crédibilité auprès de mes collaborateurs du Ministère.

William reprit la parole et n'attendit même pas que son ami lui réponde pour poursuivre. Son propos était grave et sage, mais au delà du calme apparent, Edward savait que le Ministre était sur le point de s’emporter. Les moments qui, chez lui, précédaient l’agitation, étaient tout à l’inverse très sereins. Il avait d’ailleurs pour habitude de laisser paraître son trouble en adoptant un ton badin qui, pour certains, aurait pu passer pour du mépris. Edward, bien au fait de ces habitudes et du comportement de son ami, décida de ne guère s’en offusquer et de répondre avec franchise à ses questions.


Allons donc... Depuis quand as-tu besoin de moi pour épauler ta mémoire? J’ai toujours tenu ce rôle. C’est à moi de te poser ce genre de questions. Enfin soit, j’y répondrai sans problème...

Seulement, il n’eut pas plus de temps pour répondre aux questions du Ministre. Sa voix se faisait déjà plus grave et plus puissante. Le ton qui avait d’abord été celui de la confession et du soulagement, devenait maintenant celui du reproche. Il répétait inlassablement et d’une force grandissante ce qu’Edward avait prononcé quelques minutes plus tôt lorsqu’il avait prêté serment.

Quel sens y a-t-il à me le redire? Cherches-tu quelque chose? Ma repentance? Mon regret? Tu n’y es pas... Ou alors, je n’y suis pas. Oui, en fait, je n’y suis pas. Je suis loin de là, loin de toi. Loin des convictions, de l‘espoir...

William tapa avec force du poing, en ayant tout de même pris soin d’écarter le seul siège qui le séparait encore de la table. Son geste choqua Edward. Il demeurait stupéfait, interloqué par tant d’emportement... Après tout, il n’y avait pas mort d’homme, comme Noxis s’amusait à le répéter. Alors, sans s’énerver pour autant, Edward répondit à son ami.


Une insulte?...Voyons donc, quelle idée te passe par la tête? Ce que j’ai eu à dire devant l’ensemble de ton gouvernement n’est en rien passé pour une insulte. D’ailleurs, il n’en s’agit pas d’une. Pourquoi aurais-je voulu t’offusquer? Tu sais à quel point je suis derrière toi dans la politique que tu mènes. Il n’est en rien question de ton action. Je suis ton ami le plus fidèle et le plus loyal...

Je te prie de ne pas en douter. Mon engagement fut sincère durant la campagne, et il n’a cessé de l’être jusque là...

J’ai seulement voulu être prudent. Peut-être l’ai-je un peu trop été, mais dois-je vraiment te rappeler que ton mandat n’est pas immuable? Tu ne resteras pas à ton poste jusqu’à ta mort William! Ton règne n’en est pas un, et je ne suivrai le Ministère de la Magie que tant que je pourrais être sûr qu’il suit l’idéal de la Lumière. Autrement, je ne peux m’offrir le luxe de promettre aveuglement à ton successeur que je lui serai fidèle.

L’ombre nous guette et en cette trouble période je ne peux faire confiance qu’à toi et au héraut de feu.

Certain que William entendait dans les gorges de l’esprit ce qu’il avait eu à penser, Edward n’en dit pas plus et quitta sans même le saluer la salle du Conseil Gouvernemental. Son engagement auprès de William avait été reconfirmé et il ne jugeait à présent plus nécessaire de devoir se justifier. Ses convictions, souveraines et insoumises, n’avaient dès lors plus qu’à porter le Numénor à Grimmauld Place.
Revenir en haut Aller en bas
William Lancaster
Serpentard
Serpentard
William Lancaster

Nombre de messages : 250
Age : 31
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Occllumen, legilimens et fourchelangue
Date d'inscription : 29/06/2007

Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptyLun 21 Nov - 14:38

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Autres temps, autres moeurs

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


Ah les beaux discours, les rêves de lumières ... Ils étaient si loin à présent.
William riait sans cesse de la naïveté de ses concitoyens. Il avait vraiment voulu leur bien, à une époque. Maintenant il voulait leur sécurité, avant toute chose, car c'est ce à quoi il avait toujours consacré le plus de temps. Mais avant de penser à la leur, il devait parfois penser à la sienne. Il revoyait les visages qui siégeeaient ça et là, tous déportés, tous des traîtres. Seuls les quelques dignitaires qu'il estimait encore se trouvaient là, autour de lui. Et tous des gens qui n'avaient pas prêté serment. Des menteurs, tous des menteurs. Mais eux avaient prouvé leur Loyauté. Ellana par sa détermination à couvrir les traces de la LOI et à dénoncer tous les traîtres. A l'informer de l'infidélité des aurors pour qu'il puisse les congédier. Elle avait prouvé qu'il pouvait avoir confiance en elle. Il y avait Miranda, sa rivale, ancienne esclave d'un monde de douceur et de bravoure. Son tailleur était bien terne, depuis qu'il la forçait à signer tous ces arrêtés ministériels. Elle n'avait que ce qu'elle méritait. En faisant croire au peuple qu'elle cautionnait ses actes, il s'assurait que la directrice de la justice magique ne le battrait pas à la prochaine élection. Elle avait prêté serment, comme beaucoup d'aurors. Et il en riait, tellement ... Son plan avait été parfait du début à la fin.


-Je suis heureux de vous retrouver tous ce soir.

Murmura-t-il.
Son assemblée était de trois têtes et leurs assistantes. Trois femmes de poigne. Représentant chacune la Loi, L'ordre et la justice. Si justice il y avait en ce monde. William agissait dans ce but, rétablir l'équité. Mais il lui était apparu comme primordial de réformer en profondeur le monde magique pour y parvenir. Il rêvait désormais d'un système sans égal : Le sien. Le peuple lui en voudrait un temps, mais quand chacun verrait ce qu'il a à offrir, il savait que les gens reviendraient vers lui, croiraient en lui à nouveau, oubliant tout ce qu'il avait pu leur faire pour les sauver ...


-Comme vous le savez, le gouvernement fonctionne depuis une semaine sur une base minimale pour assurer l'efficacité au détriment des freins systémique qui empêchaient les vraies décisions d'être prises. Nous avons également grâce à l'ingéniosité de miss Silver purgé cet établissement de ses traitres. J'ai foi en vous toutes désormais pour m'épauler dans la tâche qui est la mienne. Les ennemis sont partout, même ici. Voilà pourquoi je me terre à mon bureau pour agir dans le plus grand secret. Mais comme je ne peux pour le moment me suffire à moi même, j'ai accepté de vous faire confiance. Miss Silver, je ne vous présente pas vôtre mère. En revanche, il y a une personne dont je veux vous parler : Le nouveau chef de ma LOI.

Puis William esquissa un sourire, sans ne désigner personne.
Sylvie passait presque inaperçue au milieu des quelques fonctionnaires qui se tenaient là. Il avait confiance en elles, mais il y avait des limites, aussi il ne dirait pas qui il avait choisi au poste de gouvernance de sa police secrète. Préférant lui laisser l'honneur de se révéler ou non. La belle femme blonde issue de Bretagne avait partagé avec lui nombre de souvenir, sa soif de voir l'ordre rétablis, William s'était montré sensible à cet égard à ce qu'elle avait pu lui dire. Comme lui, elle était une victime, quelqu'un de blessé par le sort. Et il avait aussitôt jugé que ce serait elle, qui aurait le devoir le plus précieux, celui de le protéger.


-Ce sera ce nouveau chef qui sera la lumière d'un ordre nouveau. J'ai toute confiance en lui et j'espère qu'il en sera de même pour vous. La sécurité est devenu l'axe principal de ma politique. Madame Slent, à cet égard et comme vous le savez, j'ai déclaré publique la ré annexion d'Azkaban. Je veux que vous postiez des détraqueurs à Poudlard. L'intervention par mes informateurs au sujet de ce "Jinx Rowel" ne m'a pas laissé de marbre. Ils ont raison, cette école est une source de Problème. Plus les élèves auront le sentiment que nous avons aussi un oeil sur eux, plus les enseignants se verront contraint d'adapter leur programme à des apprentissages plus probant par les temps qui courent. J'enverrai aussi la LOI épauler les ombres noires de l'île du Nord. Le ministère se suffit à lui même pour se protéger, ma LOI est la seule à pouvoir assurer la sécurité de ces locaux, tenez les détraqueurs loin d'ici. Ceux qui se trouvent sur place devront être anéanti. Vous vous en chargerez vous même, Madame Slent. Vôtre famille est responsable de ces abominations, je veux vous voir coopérer et manifester vôtre bonne foi par leur élimination en ces locaux. Malgré toute la peine que ça pourrait vous faire.

Et un sourire élargit ses lèvres à ces propos.

-Maintenant, si vous avez des questions, chers subordonnés, je vous écoute.

Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=8733
Sylvie Cliss
Serdaigle
Serdaigle
Sylvie Cliss

Nombre de messages : 34
Age Roleplay + Sorts : 38 ans sorts 1 2 3 4
Capacités Spéciales : Occlumencie (2), Charme oral
Date d'inscription : 09/12/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
Salle du Conseil Gouvernemental Left_bar_bleue1090/1090Salle du Conseil Gouvernemental Empty_bar_bleue  (1090/1090)
Points de mana:
Salle du Conseil Gouvernemental Left_bar_bleue1340/1340Salle du Conseil Gouvernemental Empty_bar_bleue  (1340/1340)

Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptySam 26 Nov - 18:21

Sylvie avait assisté au discours du Ministre dans l’ombre de l’anonymat. L’ombre, voilà qu’elle était sa place désormais. Et cette place, elle l’aimait, elle la désirait plus que tout. Car finalement, elle avait appris que c’était ici qu’on pouvait avoir le maximum d’efficacité et de pouvoir. Dans l’ombre on était beaucoup moins exposé aux coups et aux trahisons, on pouvait agir de façon protégée et cachée. Une place de qualité, donc. Mais cette place qu’elle possédait désormais dépassait toutes ses espérances. Dans ce contexte d’état d’urgence, William Lancaster avait renvoyé quasiment tous ses fonctionnaires. Le système marchait au ralenti en groupe réduit. A la tête des postes clés, il restait trois personnes. Enfin deux et demi d’une certaine manière car Miranda Slent agissait sous la contrainte, bien que peu de personnes ne le sachent en vérité. Ellana Silver avait, quand à elle, gardé toute sa dignité. Elle arborait ce visage fermé. Et puis, la dernière pièce de l’échiquier, Sylvie Cliss, directrice de la LOI. Un poste clé. Un poste des plus importants. Sylvie possédait la position de pouvoir et d’intimité que plus personne ne possédait au sein du Ministère. Et oui, elle qui avait servit dans le département des langues de plombs avec Eilane Snake, avait gagné une promotion des plus alléchantes alors que personne ne la connaissait vraiment. Un miracle ? Un mystère ? Une folie du Ministre ? Ce que les gens ne savaient pas, c’est la relation entre Sylvie et William ne datait pas d’hier. Ils s’étaient connus bien des années auparavant… Bien des années alors qu’ils ignoraient totalement le tournant que prendraient leurs vies.


*FLASH-BACK : des années auparavant… *



Je vous remercie de bien vouloir me recevoir M. le Ministre. Comme vous le savez je suis ici en tant que porte parole du roi de Bretagne, Edric Lebrec.

« Je sais ce qui vous amène ici Mme Lebrec. Les conflits avec le gouvernement de France s’intensifient. La légitimité de l’indépendance du royaume de votre époux est remise en question par le Président français. On dit qu’en privé il menace de saisir les armes contre la Bretagne si elle refuse son annexion. Dans cette éventualité vous seriez tout à fait impuissants et perdants. Les forces de la France sont bien plus fortes que les vôtres du fait de votre minorité. Vous cherchez du soutien, mais vous savez que la Grande Bretagne ne s’opposera pas dans cette bataille contre la France, n’est-ce pas ? »

J’ai conscience qu’ouvrir un conflit direct entre vos deux pays serait impensable pour vous, M. Lancaster. La Bretagne refuse le combat par-dessus tout, la Bretagne n’aspire qu’à pouvoir vivre en toute tranquillité. Ce peuple est pacifique et serein, il vit dans l’accord de la nature et de la bienveillance. Il souhaite seulement qu’on le respecte et qu’on lui laisse sa liberté. Sa liberté ! C’est ce que le Président de la communauté magique de la France veut attaquer. Sa liberté ! De quel droit ? Sous quelle légitimité ? Le peuple breton est plus proche du peuple anglais que du peuple français dans ses traditions. Et même si ce n’était pas le cas, la Bretagne est un peuple à part, aux frontières de la France et de la Grande Bretagne. Il n’est pas question de se trouver en situation de dépendance vis-à-vis de l’un ou de l’autre. Nous ne nous laisserons pas faire. Notre magie est puissante. D’ailleurs vous savez que c’est pour cette raison que la France se soucie de nous. Elle veut s’approprier et travailler sur la force et les origines de notre magie. Brocéliande, notre cœur, c’est ce qui intéresse le gouvernement et les chercheurs français. Nous ne l’accepterons pas.


Le regard de la jeune femme brûlait d’un feu intense. Tout son corps était mobilisé dans cette lutte pour convaincre son interlocuteur. Elle était belle dans son intensité et dans sa bataille qui prenait aux tripes. Elle était exaltée et révoltée. On sentait qu’elle ne baisserait jamais les bras avant d’avoir gagné ce qui était pour elle, une cause juste et essentielle. Le ministre de la magie anglais la regardait, touché par cette dévotion qu’elle portait à un pays qui n’était pas sien à l’origine. Sylvie Lebrec était française, mais son union l’avait amené à devenir bretonne. Pourtant c’est pour la Bretagne qu’elle se battrait corps et âme.

« Qu’attendez-vous de nous alors ?"

Une prise de position. Un communiqué officiel prenant parti contre la volonté du gouvernement français de s’approprier un territoire qui n’est pas sien. De bafouer les accords passés entre nos pays, de s’élever contre un gouvernement frontalier.


Un silence s’ensuivit. William Lancaster la regardait en réfléchissant. Le choix n’était pas simple, la politique se trouvait être un jeu complexe nécessitant beaucoup de tact. Il avait posé une main sur le bras de la jeune femme avant de parler.



*Fin du FLASH-BACK *


Regarder les centaines d’anglais s’être déplacé dans l’atrium du Ministère pour assister au discours de leur représentant avait été très impressionnant. Professeur et maître de conférence internationale de métier d’origine, la française savait ce que c’était de parler devant une assemblée. D’autant qu’à l’occasion de son mariage avec le roi de Bretagne, l’ensemble des bretons s’étaient réunis pour partager ce moment qui devait sceller un bonheur parfait et intemporel. Le Destin en décida autrement. Le ventre de la nouvelle directrice se serrait en y repensant. Mais ce n’était plus de la douleur, c’était de la colère et de la rancune. La tristesse avait trop accaparé son corps, désormais elle s’en était acquittée au profit de l’amertume, de la solitude et de la rage. Elle s’était juré de renoncer à la douleur et à l’amour. A devenir inhumaine en un sens. Son but désormais était l’accession au pouvoir. Réussir. Coûte que coûte. Et puis, sans l’avoir prévu, son chemin avait une nouvelle fois recroisé celui de William Lancaster. Depuis leur première entrevue, ils n’avaient jamais perdu contact. Un lien de sympathie, puis d’amitié s’était tissé. Puis, un temps de silence. Enfin, ils se retrouvèrent. C’était un soir, des rumeurs disaient dans les couloirs du Ministère que le Ministre devenait fou, qu’il était possédé. D’autres disaient qu’il était mort car on ne le voyait plus sortir de son bureau. Le malaise était partout. Les chuchotements se faisaient avec peur, peur d’être surpris et punis. Beaucoup de personnel arrivaient le matin, trouvait un mot leur apprenant la suppression de leur poste. Chacun vivait dans la terreur de voir son nom s’ajouter au nombre de congédiés. La suspicion régnait, les délations allaient bon train. Dans cet univers instable, le nom de Sylvie Cliss ne venait aux lèvres de personne. C’était un soir donc.


*FLASH-BACK : un soir quittant le Ministère… *



Sylvie marchait, les pensées fixées par toutes les rumeurs. Elle voulait tant savoir. Elle avait connu William, fier et proche de ses Directeurs de départements. L’idée qu’il puisse se terrer dans son bureau était étrange de sa part. L’homme qu’elle avait connu prônait les valeurs, la démocratie et la confiance. L’homme qu’elle avait connu se savait capable de porter le poids d’un gouvernement, de faire face aux crises et de s’élever contre vents et marées. Alors que la langue de plomb dont le service était en train d’être fermé quittait les locaux, elle leva les yeux. De l’intérieur de l’enceinte du Ministère, on pouvait apercevoir tout en haut la fenêtre du bureau du Ministre. La lumière était allumée. Un ombre se tenait contre la vitre. On discernait facilement le contour d’un corps humain. Immédiatement, Sylvie sut que c’était lui. Accéder jusqu’au bureau était tout simplement impossible car des gardes se tenaient constamment dans le couloir. Elle réfléchit un instant et puis eut une idée. Dans ses dossier elle saisit un parchemin, griffonna « je suis en bas » et mis sa signature qu’il ne manquerait pas de reconnaître. Elle ensorcela le parchemin pour qu’il s’envole jusqu’à la fenêtre et puisse se glisser dans le minuscule interstice. Quelques secondes s’écoulèrent. Le regard rivé vers le haut, elle attendait un signal. Qu’il lui donna. Elle s’élança vers le couloir protégé. A son passage tous les gardes la regardèrent avec un œil suspicieux mais aucun d’eux ne l’arrêta. Seul celui qui surveillait la porte exécuta un contrôle d’usage avant de la laisser franchir LA porte. Combien de personnes avaient pu passer cette porte ces derniers temps ? Très peu, certainement. William était là, debout, un air exalté. Il l’accueillit à bras ouvert.

« Sylvie ! Voilà un temps que nous ne nous sommes pas vus ! Quelle surprise et quelle ingéniosité, comme toujours ! Vous me surprendrez à chaque fois. Dîtes-moi ce que je ne sais pas, de vous et du reste ! »

Ils parlèrent un long moment. Puis le teint et le ton du Ministre changea. Il devint extrêmement sombre. Il baissa la voix pour parler à son interlocutrice.

« Vous savez ce qui se passe Sylvie ? La Grande Bretagne doit prendre un tournant. La menace gronde et je suis le seul à m’en rendre compte je crois. Je prends toutes les dispositions pour lutter, c’est une guerre qui se prépare. Je n’ai plus confiance dans les aurors, je n’ai plus confiance dans mes directeurs. Je compte sur les doigts d’une main ceux pour qui j’ai encore l’estime. Tout va changer. Une nouvelle ère. Sylvie, tu en feras partie. Acceptes-tu de me prêter serment ? Acceptes-tu de faire partie de cette nouvelle ère ? Acceptes-tu de combattre le Mal avec moi pour le bien du peuple anglais ? »

En lui demandant de prêter serment, William avait saisit ses mains et les serrait fort. Elle pouvait sentir soudain sa fébrilité. Quelque chose échappait à la sorcière. Quelque chose avait changé chez lui. Quelque chose n’était pas normal. Un court silence s’installa. Ils se regardaient dans les yeux, dans un tête à tête lourd de conséquences. Mais, alertée par son ami et possédant encore la confiance en lui, lui qui ne lui avait pas tourné le dos après qu’elle se soit séparé d’Edric, elle hocha la tête.

J’accepte William. J’accepte de me lier à toi pour vaincre le Mal et protéger la Grande Bretagne. Je demeure à tes côtés, dans l’ombre et la confiance partagée.

Les yeux du Ministre étincelèrent à cette réponse. Ils étaient désormais liés dans une fidélité que seule la mort pourrait délivrer.



Fin du FLASH-BACK
.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Silver
Serpentard
Serpentard
Ellana Silver

Nombre de messages : 1411
Age : 29
Age Roleplay + Sorts : 34 ans sorts 1 2 3 4 MT1 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Communion Clairvoyante - Occlumens - Force Accrue - 9 Nécromancies Affinité Mort et Sang -
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 16/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Salle du Conseil Gouvernemental Left_bar_bleue2292/2292Salle du Conseil Gouvernemental Empty_bar_bleue  (2292/2292)
Points de mana:
Salle du Conseil Gouvernemental Left_bar_bleue2870/2870Salle du Conseil Gouvernemental Empty_bar_bleue  (2870/2870)

Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental EmptyVen 2 Déc - 13:54

Dignité ?
Diginité ?! What the F*ck ?
C'est un sourire. Oui oui ! Un sourire.
Pourquoi la Mort aurait peur de ces gens ? Pourquoi Ellana Silver, la tueuse la plus légendaire des légendes en ce domaine, la femme d'appoint la mieux couverte du monde magique, l'infiltrée la plus sournoise et la plus perverse de ce bâtiment. Une espionne. Le Mal. Oh Sylvie et les autres pouvaient garder leurs petits airs frêles, il n'y en avait pas un à cette table qu'elle ne pourrait broyer si elle le voulait. Mais la brune au caractère trempé n'était pas le genre de femme à agir sous l'impulsion. Quoi que. Mais pas en politique. Non. Les cheveux bien raides, tombant sur son visage pâli par le manque de sommeil, la directrice des oubliators n'avaient eu de cesse de plonger ses doigts amoureusement dans la poudre qu'elle avait amassée dans son verre à l'aide d'une cuillère. Pour beaucoup le café était excellent, avec de l'eau chaude. Pour elle faire bouillir de l'eau était une perte de temps. Non, elle gobait le grain moulu, comme du sucre. De façon distinguée, à fortiori. La Classe pour le classe. Rajustant son chemisier blanc sous un gilet vert pomme que personne n'avait pu rater, la sorcière semblait toute ailleurs qu'ici, manifestement ennuyée par cette réunion au sommet. Là où tout le monde trépignait, sentait son muscle durcir de bonheur face au moindre cracha de pouvoir, tel que le faisait cette blonde en face d'elle qui se mordait la lèvre d'extase, Ellana daignait en être. Non, le pouvoir ne l'intéressait pas, c'est ce qui l'avait rendu si forte, ce qui l'avait propulsée à cette vie de liberté qui était la sienne. Elle était femme. Libertine. Littéralement.


-Je crois mon cher William ... Que vous avez cruellement omis de mettre en lumière le nom de cet illustre Légataire de vôtre confiance la plus poussée. Non pas que je sois impatiente de le savoir, mais je tiens à lui accorder l'accueil de mise en ce genre de circonstances.

Elle ne mâchait rien.
Concise, dans la juste neutralité d'un ton à la fois séduisant, respectueux mais suffisamment ferme pour persuader l'obtempérante timide d'un ministre juge. A quoi bon pousser mémé dans les orties quand on pouvait lui refiler le SIDA ? Toussotant vaguement, Ellana s'éclaircit la voix et apposant sa main sur la table, elle essaya de lire la mémoire physique de Sylvie pour la démasquer. Mais rien ...


-Perverse d'Occlumens.

Puis élargissant ses lèvres en un large et vaste sourire ...

-Je voudrais souhaiter au nom de tous la bienvenue aux nouvelles personnes siégeant à ce conseil. A cette Dame distinguée qui à son air pincé ne peut tromper mon jugement. Mon métier c'est de savoir mais de ne rien dire, puis de supprimer les preuves. Exceptionnellement, je parlerai sans n'effacer aucune trace. Car c'est avec la plus grande chaleur que je veux présenter mon respect au nouveau directeur de la Loi, devrais-je dire, directrice.

Comment pouvait-elle bien accomplir autant de miracles.

-Quand William a évoqué la LOI, vous avez souri, quand il a parlé de ses rapports avec son nouveau directeur, sous quelque forme que ce soit, vous avez eu l'air pensive. Quant à la façon dont vous nous regardez, je ne lis aucune crainte dans vos yeux. Quelle femme par les temps qui courent pourrait n'avoir rien à craindre ? Si ce n'est celle qui va mener avec doigtée les opérations tant redoutées par le commun des sorciers. Vous êtes donc le nouveau bras droit du ministre. Je suis désolée pour Howard, j'ignorais que vous l'aviez congédié.

Puis se rasseyant Ellana tira un rapport et le jeta sur la table.

-Voici les résultats de mon département. Vous noterez qu'à ce train là, vous courriez à la faillite. La LOI a causé pas moins de 16 expositions à Moldu en l'espace de 3 semaines. Mes effectifs sans les aurors sont considérablement réduis. Mais je continue de faire des miracles. Vous pouvez être fier, Mr le ministre, vôtre système tourne de lui même. Je vous remercie de la confiance que vous me portez pour accomplir mon travail.

-Et pour me laisser le temps de vous poignarder dans le dos. Lord Voldemort est peut être quelqu'un de mauvais comparé à vous, mais il a des principes. Après tout, ce n'est qu'un leader comme un autre. Et malheureusement pour vous, je suis son bras droit.

Sourire ...
Oui, un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?p=42484#4248
Contenu sponsorisé




Salle du Conseil Gouvernemental Empty
MessageSujet: Re: Salle du Conseil Gouvernemental   Salle du Conseil Gouvernemental Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Salle du Conseil Gouvernemental
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Bureau du Ministre de la Magie-
Sauter vers: