AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée

Aller en bas 
AuteurMessage
Augustus Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Augustus Effeday

Nombre de messages : 11
Age Roleplay + Sorts : Age indéterminé. 1 2 3.
Capacités Spéciales : Légilimencie/Occlumencie.
Date d'inscription : 22/04/2007

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptyMar 24 Avr - 14:03

Le bébé avait cessé de pleurer.
Depuis quelques minutes, il s’était brusquement tut. Plus un son, alors que d’habitude, à cette même heure, il hurlait à pleins poumons sa faim, sa soif, ou son incontinence.
L’enfant, immobile, restait calme dans son berceau.

Ses parents n’avaient presque rien remarqué.
La mère, dans la cuisine, préparait les biberons du petit, et avait donc complètement négligé ce bruit devenu presque permanent, comme on ignore le bruit continu de sa respiration.
Le père, lui, avait distingué quelque chose de différent dans l’atmosphère de la maison. Mais, alors qu’il lisait une Gazette emplie de terribles nouvelles, il ne parvenait pas à déterminer ce qui avait changé, et pourquoi.

Le fin papier s’effritait sous ses doigts, à mesure qu’il le frottait nerveusement. Il regardait les mots, mais n’en saisissait pas le sens. Il était obsédé par ce changement, qu’il savait perceptible, mais qu’il ne distinguait toujours pas.
Il se sentait idiot à parcourir ces pages aux images mouvantes, sans même chercher à comprendre ce qu’il lisait.
Et puis, à quoi bon lire ce journal ? Il savait déjà ce qu’il allait y trouver.

Cela faisait quoi ? Presque vingt ans ? Vingt ans que les nouvelles étaient les mêmes. Vingt ans que les mêmes mots y étaient répétés, suivis par des noms sans grand sens pour lui, bien qu’il en attendait certains avec plus de craintes que d’autres. Il y lisait chaque jour des « mort de Connely », « meurtre de McGreasy », « massacre de la famille Untel »…
En somme, des choses qui l’atteignaient peu aujourd’hui. Autrefois, de tels actes l’avaient révolté. A présent, il avait d’autres priorités.
Mais…
Et si il y lisait : « mort de Eric Effeday » ? Comment réagirait-il ?

Augustus, installé confortablement sur son fauteuil de cuir de Dragon, se faisait vieux. Il fallait l’avouer. Il se sentait las, à présent. Cinquante-cinq ans, c’est beaucoup. Et même si, en compagnie de cette belle femme à ses côtés et de ce fils si prometteur, il semblait resplendir de bonheur, il était malgré tout fatigué.
Il ne le confiait pas. Il ne le confierait pas.
Mais que le temps avait été long à s’écouler.

A côté du fauteuil était située une petite table de chevet, qui portait une lampe peu luminescente, divers journaux, Sorciers et Moldus, et un livre de contes pour enfants.
New York Times. Le Monde. La Razón.
Le monde des Moldus ne se doutait de rien.
Et pourtant, tant de morts par la faute du Mage Noir.
Beaucoup de Moldus parmi ces morts d’ailleurs. Mais 2000 Moldus qui meurent, sur 5 milliards actuellement en vie, c’est presque trop peu pour qu’ils en tiennent compte.
Ils ne se doutaient de rien.
Halley nous a rendu visite.
Thatcher et Mitterrand entament la construction du Tunnel sous la Manche.
L’Acte Unique Européen a été signé quelques jours plus tôt.
Et Voldemort continue son massacre.

10 mars 1986.

Le bébé se taisait.
Augustus le remarquait à présent. Ce silence bourdonnant. Le petit, aux cordes vocales déjà fort entraînées, ne produisait plus aucun son.
Sa mère continuait son travail en cuisine. N’avait-elle rien remarqué ?

Augustus posa le journal sur le fauteuil, dont il s’extrailla avec un petit regret. Il quittait un de ses petits plaisirs, qu’il chérissait trop après avoir connu des années de tension.

S’approchant du berceau, fait de bois et d’osier, il en tira le mince voile qui surplombait le lit d’enfant. Un voile bleuté, d’une extrême finesse. Un voile de prince.
L’enfant sourirait. Ou du moins paraissait sourire. Il allait fêter ses deux mois dans moins d’une semaine… Etait-il déjà capable de sourire ?
Mais il était néanmoins beau, ce petit garçon, dans son petit costume fait de petites étoffes Un enfant rond, comme l’avait été le ventre de sa mère pendant quelques mois, à la peau d’une blancheur resplendissante, au cheveu d’un blond presque argenté. Le père et le fils se ressemblaient, tant par leurs couleurs de peau et de cheveux que par leurs yeux. Les yeux d’Augustus était aussi bleus que ceux de son fils.
Aussi bleus que le voile du berceau.

Augustus sourit à son enfant, attendrit par cette vision de joie simple. Il ressentait une affection qu’il n’avait encore jamais connu. Un devoir de protéger une part de soi-même.
Il tendit les bras pour porter son enfant, celui-ci alla à sa rencontre en tendant les siens, en se cramponnant amoureusement aux vieux doigts d’Augustus. Le père souleva le fils, le serra contre lui, le berça lentement, comme pour le calmer, alors que le petit était parfaitement détendu.


Eh bien, Scott, que t’arrive-t-il ? D’ordinaire, tu nous chantes ta chanson préférée, à cette heure-ci. Tu n’es pas malade, au moins ? Non… A moins que tu veuilles encore une histoire ?

Augustus traversa la pièce, son fils dans les bras. Lorsqu’il arriva à la table de chevet, à côté de son fauteuil (qu’il désignait à son fils comme étant « le fauteuil aux histoires ») et qu’il montra du doigt le livre de contes, l’enfant ne témoigna pas plus d’intérêt.

Bon. Tu es bizarre, aujourd’hui… Qu’est-ce que tu veux ?

Scott ne bougea pas, et garda ses yeux fixés à ceux d’Augustus. Comme pour lui signifier « tu verras ». Augustus avait l’impression de deviner ce message dans l’âme de son fils.
La Légilimencie n’avait rien à voir là-dedans.
Il devinait. Il devinait ce que Scott savait. Que quelque chose se produirait, sans doute. Les enfants ont un instinct plus développé que leurs adultes de parents. Il savait que les bambins percevaient des choses, à défaut de pouvoir en percevoir d’autres.
Scott percevait-il quelque chose de particulier ? Si c’était le cas, il en avait été apaisé.
Augustus ne devrait donc pas en être inquiété.

Il reposa son enfant dans le berceau, encore un peu perturbé, faisant frémir le mince tissu de son long souffle chaud. Son fils le regarda jusqu’à ce qu’il s’en aille, immobile, silencieux.
Augustus retourna à sa Gazette. Plus par envie de ne rien laisser paraître de son étonnement à sa compagne que pour s’informer sur les tragédies en cours.

Elle revenait avec les biberons. Mais Scott n’en voulait pas, et gardait ses lèvres closes.
Toujours en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
Noxis Clymox

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue1930/1930[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (1930/1930)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue2500/2500[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (2500/2500)

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptyMer 25 Avr - 10:58

Noxis était réapparue dans son bureau sous les yeux effarés de Stubby. En effet, l’elfe la cherchait partout pour lui faire son rapport quotidien sur les dernières fredaines de son frère dormant maintenant du sommeil du juste chenapan. Voir la Maîtresse avec un nouveau né dans les bras, c’était un choc ! Et son désarroi aussi, d’ailleurs, c’était un choc. L’empathie naturelle de la créature lui faisait pressentir un chamboulement certain. Sans compter qu’il émanait du bébé une aura puissante, teintée d’ancienne magie et un sentiment de « déjà vu ». La petite fille sentait aussi l’incertitude de la femme qui l’avait emmenée loin de sa mère et commençait à s’agiter.

Madame donner bébé à Stubby Madame ! Stubby a l’habitude, Stubby s’occupait de Monsieur Eryan, Madame !

Elle ne se fait pas prier et tend son précieux fardeau à l’elfe qui commence à le bercer doucement en chantonnant une berceuse. Les yeux de la petite, étonnamment éveillés pour un enfant de quelques heures, ne quittent pas le visage de son nouveau porteur et bientôt elle s’endort calmement. Noxis met à profit ces quelques minutes pour se reprendre, mettre ses idées au clair et préparer un petit sac pour l’enfant. Quand enfin elle est prête, elle reprend Cassandra endormie et remercie Stubby d’un sourire. Aucune parole n’est nécessaire : l’elfe disparaît et le retourneur de temps emprunté au département des mystères fait son œuvre.

Le bureau n’est pas très différent : la touche y est indéniablement féminine aussi et Noxis se demande un moment à lequel de ses professeurs il pouvait appartenir ? Elle ne se souvient plus très bien, c’était il y a 20 ans et elle était une élève bien trop discrète pour être appelée dans les bureaux des professeurs, Gabriel mis à part. Bref pincement de cœur à l’évocation de son ami.

Bien, maintenant il nous reste à espérer que ce bureau était déjà relié au réseau de cheminée à l’époque sinon je suis bonne pour traverser le Château en essayant de ne pas me faire remarquer … Au pire, je sais où Théodore et Morgan cachaient leur maudite cape d’invisibilité …

Une coupe sur la cheminée lui confirme cependant qu’un voyage dans les couloirs ne sera pas nécessaire, le voyage dans le temps est suffisant. Elle s’engouffre dans l’âtre pour une destination toute simple : une cabine publique au beau centre de Londres, non loin de l’adresse de celui qu’elle va devoir convaincre.

Et là, la déception est intense : la maison est incontestablement inhabitée ! Un vieil hôtel décrépi, pas de sonnette ni de rideaux aux fenêtres … La pluie inonde la petite rue tranquille, se fichant éperdument de ce qui s’y trame.


Non, c’est impossible ! Il a vécu ici jusqu’à sa mort !

Elle se concentre et sursaute. Elle n’est pas encore pleinement habituée au cadeau de Gabriel et sentir la magie séculaire en ces lieux lui fait un effet étrange. Le doute n’est cependant plus permis, elle doit voir au-delà des apparences aussi pousse-t-elle la lourde porte non sans un dernier regard derrière elle pour s’assurer qu’elle est seule.

Lumos !

Un long couloir l’attend, donnant sur une nouvelle porte. Beaucoup plus récente que la façade, début du 20è siècle et sculptée avec soin. La magie est forte mais Noxis sent que, si ses intentions sont bonnes, elle ne risquera rien. Elle prend une profonde inspiration et tourne la poignée. Ce qui l’attend ensuite est tout bonnement magnifique. Le clair de lune illumine les herbes luisantes de pluie et les arbres centenaires d’une campagne verdoyante s’éveillant doucement au printemps. Une maison prestigieuse trône au bout du chemin qu’elle ne tarde pas à emprunter.

Dernière hésitation, après, elle ne pourra plus faire demi tour.

Le visage anxieux, entouré de ses longs cheveux noirs trempés par les caprices du temps, elle tend la main vers une délicate cloche et sonne l’avenir de Cassie à l’abri dans sa couverture, tout contre le buste de Noxis.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Augustus Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Augustus Effeday

Nombre de messages : 11
Age Roleplay + Sorts : Age indéterminé. 1 2 3.
Capacités Spéciales : Légilimencie/Occlumencie.
Date d'inscription : 22/04/2007

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptyDim 29 Avr - 9:58

Etrange.
Augustus avait clairement perçu une intrusion.
Ou plutôt un invité. Aucune intrusion n’était possible depuis qu’il avait créé ces barrières magiques, visant à décourager certains, piéger d’autres.
Cette personne était donc de nature magique (Elfe ? Sorcier ? Centaure peut-être même ?) et n’avait pas d’intentions hostiles.
Ainsi étaient envoûtés les portes. Savoir qui voulait entrer et pourquoi.

Les deux portes avaient libéré une grande quantité d’énergie pour arriver à accomplir leur tâche. Autant de magie était perceptible dans l’air pour tout Sorcier suffisamment attentif. Et Augustus la percevait parfaitement.
Quelqu’un était bel et bien entré. Mais qui ?

Cela faisait près de trois années qu’Augustus vivait en retrait du monde magique. Et même s’il se rendait de temps à autre au Ministère, c’était le plus souvent lorsque celui-ci était désert, pour une tâche assez exceptionnelle, ce qui lui épargnait tout contact prolongé avec l’extérieur et ses habitants.
Il n’avait dû parler à quoi ? Une dizaine de sorciers en dix ans. Il n’avait jamais aimé être trop entouré, trop mêlé aux autres ; c’était le meilleur moyen de se perdre.
Aussi ce brusque contact avec un inconnu l’effraya un peu.
Un nom s’était formé dans son esprit. Il espérait ne pas avoir à le combattre dans sa maison.

Lorsque il entendit clairement le carillon du portail d’entrée (la magie permettait un confort inutile mais si agréable), il se leva pour aller voir qui c’était et être spur de la chose.
Mais alors qu’il s’approchait de la porte, un vieux réflexe avait ressuscité dans le cœur d’un Elfe.
Xandrin descendait à toute vitesse du second étage de la magie, comme si faire patienter l’invité serait l’insulte suprême. Il sauta presque les dernières marches (il était encore très agile, soixante ans pour un Elfe c’est la pleine jeunesse) mais Augustus était déjà sur le palier.


C’est nouveau, cette mode de faire ton travail.

Aucune réponse à la remarque. Xandrin avait sentit l’appréhension d‘Augustus, main sur la poignée.
Un regard d’Augustus à son vieux compagnon l’informa de l’incertitude de cette visite.
Xandrin lui répondit de ce même regard tendu.
En cas de bataille, ce serait un formidable allié. Xandrin et la magie des Elfes, tournés vers le combat !

Augustus ouvrit la porte, envoyant des éclats de lumière dans son jardin.
Lorsqu’il vit les torrents de pluie qui tombaient, il regretta de faire autant attendre son invité.
Il saisit un vieux pardessus, dans la plus antique mode Moldue, le passa au dessus de ses épaules, sortit et referma soigneusement la porte derrière lui.
Sa baguette. Ce serait mieux de l’avoir en main. Au cas où.
Il la saisit dans la poche intérieure de sa chemise d’un bleu clair virant sur le blanc. Son pantalon commençait déjà à être trempé par la pluie ; le pardessus ne couvrait que trop peu de surface.
La baguette s’éleva à niveau de visage, puis s’éclaira brusquement, un Lumos d’une puissance accrue pour percer le rideau aquatique.
Eclairé de vert, il descendit l’allée. Il voyait déjà son hôte imprévu, et ne percevait –à priori- aucune animosité.
De plus, ils étaient deux, mais il ne voyait qu’une silhouette.

Lorsqu’il parvint au portail, il éleva un peu plus sa baguette. Il ne comptait pas les faire entrer tout de suite. D’abord savoir qui demande l’hospitalité.
Il articula, pour couvrir le vacarme des gouttes heurtant le sol :


Bonsoir ! Qui êtes-vous, je vous prie ?

Il éleva un peu plus sa baguette –il distinguait clairement deux personnes de nature magique- et chercha si une autre personne ne se tenait pas en retrait. Non, il n’y avait qu’une silhouette, qui portait quelque chose tout contre elle, comme pour le garder loin de la pluie, le plus près possible d’une source de chaleur.
Un petit reflet émeraude sur une peau angélique.
Un enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
Noxis Clymox

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue1930/1930[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (1930/1930)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue2500/2500[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (2500/2500)

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptyLun 30 Avr - 19:01

Enfin quelqu'un vient. Tout du moins la porte, au loin, s'est ouverte et une lumière approche vers le portail où elle attend. D'un mouvement nerveux, Noxis ramène ses cheveux dégoulinant de pluie en arrière et essuye de sa manche trempée ses yeux qui commencent doucement à se cerner du noir de son maquillage. Malgré ses tentatives pour garder l'enfant à l'abri, quelques gouttes ont trouvé leur chemin vers le front minuscule, l'éveillant au passage. Pourtant, elle ne s'agite pas, au contraire, une sérénité inattendue se lit dans les deux minuscules émeraudes qui dévisagent la sorcière. Les deux regards restent bien ancrés.

Bonsoir ! Qui êtes-vous, je vous prie ?

Une voix la sort de ce bref instant de méditation … Tout ce qu'elle a préparé n'est plus que fumée dans son esprit. Pourquoi elle l'a choisi lui entre tous, qui elle est, qui est l'enfant … Elle reste interdite et immobile, tout comme un chat ébloui par une lumière trop soudaine.


Je ...

Son regard se détache de la petite fille et remonte lentement vers l'homme, analysant les moindres traits de son visage, les moindres rides.

Exactement comme dans mes souvenirs, bien que nettement plus jeune ... Beaucoup moins austère, aussi ... Je dois le faire. En trouver la force.


Je ne peux pas vous dévoiler mon identité, mais vous savez déjà que mes intentions sont pures ou je n'aurais jamais pu franchir la première porte.

Monsieur Effeday ... Un phénix s'est penché sur le ventre rond d'une femme aujourd'hui ... Il l'a aidée à donner la vie. J'ai fait un très long voyage ...

Noxis se met à trembler. Il y a longtemps que ses vêtements ne sont plus que le souvenir d'un rempart contre l'eau et le froid a élu domicile dans la moindre particule de son corps. La couverture même qui englobe Cassandra n'est plus l'abri auquel elle a pourtant droit. Elle commence d'ailleurs à gigoter, marquant son inconfort de quelques petits cris.

Si vous ne pouvez me laisser entrer, acceptez cependant qu'elle ne soit plus sous la pluie.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Augustus Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Augustus Effeday

Nombre de messages : 11
Age Roleplay + Sorts : Age indéterminé. 1 2 3.
Capacités Spéciales : Légilimencie/Occlumencie.
Date d'inscription : 22/04/2007

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptyMar 1 Mai - 17:16

Augustus sentait la pluie froide sur sa peau. Elle avait réussit à s’infiltrer dans le tissu de son pardessus et coulait à présent sur sa peau parcheminée, ses cheveux gris s’humidifiaient, ses rides se comblaient d’une eau fraîche et vivifiante.
Il entendait le tonnerre au loin. Un éclair traversa le ciel dans le dos de la femme face à lui, éclairant les nuages noirs de gris et de blanc. Pourvu que l’enfant ne prenne pas peur. Rien de pire qu’un enfant qui pleure et qui refuse d’être rassuré.


Certes, je sais que vous n’êtes pas une ennemie… Mais comprenez bien que je n’ai pas l’habitude d’accueillir chez moi des inconnues…

Augustus ne savait pas quoi faire.
Enfin, si il savait qu’il devait faire entrer cette femme, parce que l’enfant qu’elle portait était très jeune et qu’il risquait beaucoup à rester part ce froid en extérieur.
Mais il ignorait tout de cette femme et de cet enfant.
Il ne savait même pas le but de leur visite.
Mais il ne pouvait les laisser ainsi dehors.

Un phénix sur un ventre rond ?
Aujourd’hui ?
L’enfant n’avait donc que quelques heures d’existence à son actif ?

L’enfant se meuve, gêné par son inconfortable position, sans doute frigorifié.
Il devait les laisser entrer et poser les questions après. Quant ils seraient au chaud.


Bien. Je vais vous faire entrer. Mais j’espère que j’aurais alors droit à quelques explications !

Augustus baissa sa baguette, qui diffusaient toujours une lumière verte sur les visages du vieillard, de l’invitée inattendue et son bagage déconcertant. Il dirigea son outil magique vers la serrure, qui se déverrouilla dans un bruit métallique à peine perceptible, au milieu du vacarme de la tempête.
La porte de métal s’ouvrit, Augustus recula et éclaira la chemin.


Allez dépêchez-vous ! Je ne veux pas être responsable d’une pneumonie !

Un autre coup de baguette et la porte d’entrée de la maison s’ouvrit elle aussi, diffusant une lumière orangée sur le palier.
Revenir en haut Aller en bas
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
Noxis Clymox

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue1930/1930[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (1930/1930)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue2500/2500[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (2500/2500)

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptyMar 1 Mai - 21:05

Ce qui doit arriver avec un temps pareil arrive : un éclair zèbre le ciel derrière elle et un coup de tonnerre prodigieux se fait entendre. Malgré elle, elle sursaute et ne se sent nullement rassurée avec tous les arbres qui les entourent. Même un sorcier ne peut pas indéfiniment braver les éléments et rester à l'abri de la foudre. Cassandra n'apprécie d'ailleurs pas outre mesure l'expérience sonore et, aussi calme qu'elle ai pu être depuis sa naissance, elle ne résiste pas. Les rides apparaissent sur son front, annonçant la longue plainte qui s'échappe de sa bouche.

нет, нет, не плачь, это справедливо буря ... (*)

Elle redresse l'enfant jusqu'à pouvoir approcher ses lèvres de son oreille et lui murmurer ces mots tout en caressant doucement le sommet de son crâne à travers la couverture. Enfin Augustus dit quelques mots. Pas forcément ceux qu'elle voudrait entendre, mais ils sont emprunts d'une pure logique.

Bien entendu, qu'est ce que je croyais ? Que je pouvais débarquer un soir d'orage chez quelqu'un qui tient terriblement à son intimité et qui n'a pas la moindre idée de qui je suis ?

Elle est sur le point de reprendre la parole lorsque la décision de l'homme tombe aussi certainement qu'il déverrouille la lourde grille, les libérant de l'aveuglante lumière verte. Noxis se faufile par l'ouverture et obéit à son injonction. D'un pas leste, elle franchit la distance qui les sépare de la maison dont la porte s'ouvre également, offrant à présent une lumière nettement plus douce et accueillante.

Elle pénètre dans le hall, une flaque d'eau se formant rapidement à ses pieds. Elle ramène à nouveau ses cheveux hors de son visage qui reçoit le même traitement qu'auparavant avec la manche de sa robe. Elle laisse glisser sa baguette dans sa main et la tend vers Cassandra avant de suspendre son geste : il ne s'agirait pas qu'Augustus prenne cela pour un acte agressif.


Je voudrais la réchauffer : avez-vous des couvertures ou préférez-vous lui lancer un sort vous-même ? Je vous promets, je vous dirai tout ce que je peux dire sans la mettre en danger. Mais elle est trop petite pour que je la laisse transie de froid de la sorte ! Sans compter qu'elle va certainement commencer à avoir faim ... Je voudrais d'abord qu'elle se sente bien. Cette première impression est excessivement importante.

Elle est loin la jeune femme élégante qui a pour habitude de parcourir gracieusement les couloirs de Poudlard. Devant Augustus se tient une sorcière échevelée, les joues barbouillées de noir, la robe autrefois soyeuse à présent un grossier tissu l'emballant comme un sac. Mais ses yeux verts ne cillent pas et renferment le racé de ceux de son espèce, fiers et déterminés ...

(*) Non, non, ne pleure pas, c'est juste l'orage ...
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Augustus Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Augustus Effeday

Nombre de messages : 11
Age Roleplay + Sorts : Age indéterminé. 1 2 3.
Capacités Spéciales : Légilimencie/Occlumencie.
Date d'inscription : 22/04/2007

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptyMer 2 Mai - 10:31

Augustus repugnait à utiliser la Légilimencie.
Même s'il avait travaillé de longues années avant de pouvoir maitriser cette magie, il était conscient qu'utiliser ses capacités pour lire dans la pensée d'autrui, surtout si cet autrui était apparement parfaitement innocent, n'était pas recommandable.
Mais malgré tout, il restait très suspicieux à l'égard de la jeune femme. Et de son colis si inhabituel.

Il se décida et, alors qu'elle le regardait dans les yeux (peu avant qu'elle ne sursaute au bruit du tonnerre) il lit ses pensées, furtivement.

Pas d'informations interessantes, sinon un fait : elle le conaissait. Augustus tenait à sa tranquilité, et il avait l'impression que cet évênement serait des plus étranges, des plus perturbants.
Mais il savait qu'il n'aurait pas à s'inquiéter ; Scott n'avait témoigné aucune inquiétude, bien au contraire. Il n'avait donc rien à craindre.
Un contact plus prolongé lui aurait permit de connaître l'identité de la jeune femme. Mais il ne comptait pas extraire cette information de force. Si elle tenait à ne rien dire, il y avait bien une raison.

La jeune femme se rua dans la maison, et Augustus la suivit peu après -moins vite, l'âge a ses défauts-, refermant la grille dans son dos.
Alors qu'il entrait à son tour, il referma soigneusement la porte. Le sol était déjà terriblement humide.
Il retira son pardessus, l'accrocha à un porte-manteau en forme de tigre -un cadeau offert lors d'un voyage en Australie- et se tourna vers la jeune femme.


Rien de mieux que les couvertures, ma chère. Ma magie pourrait réchauffer cette enfant si vite qu'elle attraperait des coups de soleil. Cela n'irait pas avec ses yeux.

D'un coup de baguette, il ammena à lui les couvertures de Scott -le landeau de l'enfant était plein d'étoffes chaudes, il accepterait bien de partager. Les tissus ondulèrent dans les airs avant de s'arrêtter dans ses bras.
Il installa les couvertures en un petit nid chaud sur le sofa du salon, pour que l'invitée puisse y déposer la petite. Dieu seul sait depuis combien de temps ele tient l'enfant dans ses bras, et le poids du nourisson doit commencer à se faire sentir.


Déshabillez-la et installlez-la ici. Je vais aller vous chercher des vêtements secs.

Augustus ne s'arrêtta pas un instant et monta au second étage. Scott, encore tranquilement installé dans son landeau près de l'escalier, sembla lui sourire alors qu'il montait.
Diane devait dormir dans sa chambre. Sa compagne avait été très fatiguée après la naissance de leur (de son) premier enfant. Elle avait sans doute, comme tous les jours à la même heure, préparé les biberons de Scott pour les deux heures à venir, pendant qu'elle se reposerait de son premier accouchement et des difficultés inhérantes à la naissance d'un enfant.
Cela arrangeait Augustus. Il aurait sans doute du mal à comprendre ce capharnaüm, il aurait encore plus mal à expliquer à sa compagne pourquoi il avait fait entrer une inconnue trempée jusqu'aux os dans sa maison.

Arrivé dans la chambre de son épouse, il se fit silencieux. Il ne la distinguait pas dans le noir, mais savait précisement où se trouvait l'armoire conjugale, et où se trouvaient les vêtements de Diane.
Maintenant qu'il y songeait, il aurait pu tout aussi bien réchauffer la jeune femme. Il hésitait à présent. Diane pourrait mal considérer le fait qu'il voulait se montrer le plus hospitalier possible envers une inconnue.
Il allait lui ramenner un vêtement sec, peut-être même un simple peignoir, pendant que les vêtements de son invitée sècheraient au feu. Ce serait le moins rustre, le minimum. Il esperait seulement que la jeune femme n'y voierait pas une occasion de s'exercer au voyeurisme.
Il saisit une robe, ou un peignoir, il ne parvenait pas à le distinguer dans l'obscurité, en tout cas un vêtement chaud, et sortit de la chambre, refermant la porte en silence.

Lorsqu'il revient au rez-de-chaussée, Scott était toujours aussi calme.
Heureusement qu'il savait que la jeune femme ne représentait aucun danger. Diane l'aurait tué d'avoir laissé leur fils seul avec une inconnue.


Voici. Allez dans la cuisine, par ici -il indiqua une pièce à gauche de l'escalier-, retirez vos vêtements et mettez ceci. Nous mettrons ensuite vos vêtements à sécher.
Je m'occuperais de la petite pendant ce temps.


Augustus saisit le linge où se trouvait la petite et le souleva, prenant soin de bien maintenir la tête du bébé, usant de mille délicatesse. L'enfant semblait encore un peu effrayée par l'orage qui continuait à tonner à l'extérieur. Il la berça lentement, la promennant dans le salon, pendant que son invitée se débarassait de ses etoffes trempées.
Revenir en haut Aller en bas
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
Noxis Clymox

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue1930/1930[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (1930/1930)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue2500/2500[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (2500/2500)

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptyMer 2 Mai - 15:21

Heu … Oui, vous avez raison … Je n’ai pas votre’habitude des enfants, encore moins lorsqu’ils sont si jeunes. Les couvertures devraient lui redonner un confort progressif et non pas un coup de chaleur soudain. Elle a vécu suffisamment de chamboulements ces dernières heures pour en éviter d’autres si c’est possible …

Elles arrivent d’ailleurs qu’il installe en un cocon douillet sur le sofa. Ne perdant pas un instant en hésitations excessives quant à la trace de son récent séjour dehors qui la suit goutte à goutte sur le parquet, Noxis s’agenouille au sol et déshabille Cassandra pour mieux l’emmitoufler. La petite est à nouveau paisible et saisit le petit doigt de la femme qu’elle porte à sa bouche, dans un instinct de succion.

Tu as faim n’est-ce pas ? J’attends ton … ton …

Peut-elle déjà le nommer sans même savoir s’il acceptera le rôle qu’elle lui a réservé ?

J’attends Monsieur Effeday. Et puis je m’occupe de te trouver à manger, petit bout de sorcière.

Des bruits de pas derrière elle lui font comprendre qu’il est déjà là. Avec un faible sourire de reconnaissance, elle se relève, s’empare des vêtements qu’il lui destine et quitte la pièce, lui accordant implicitement la même confiance que celle dont il a fait preuve à son égard en la laissant seule avec son fils. Dans la chaleur accueillante de la cuisine, elle se débarrasse du tas informe de ses vêtements et enfile la robe qu’Augustus lui a apportée, non sans avoir au préalable lancé un sortilège sur sa chevelure pour la sécher sommairement et la rassembler dans un vague chignon. Son reflet dans la fenêtre n’est pas bien reluisant et elle prend une seconde pour nettoyer son visage. Enfin elle reprend figure humaine et elle retourne auprès de son hôte malgré lui.

Le spectacle est touchant et une bouffée de soulagement l’envahit. L’homme n’a aucunement hésité à prendre la petite dans ses bras, la cajolant pour la rassurer.

C’est bien cet homme-là qu’il me fallait, je le sens !

Elle toussote légèrement pour annoncer son arrivée et approche de la cheminée dans le but de se réchauffer. Elle n’amorce pas un geste vers Cassandra, préférant la laisser dans l’étau des bras qui la bercent tendrement.

Autant qu’elle en prenne l’habitude …


Je ne remercierai jamais assez votre femme pour avoir la même taille que moi …

Vous tenez dans vos bras la petite Cassandra.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Augustus Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Augustus Effeday

Nombre de messages : 11
Age Roleplay + Sorts : Age indéterminé. 1 2 3.
Capacités Spéciales : Légilimencie/Occlumencie.
Date d'inscription : 22/04/2007

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptyVen 4 Mai - 16:08

Augustus était un novice en matière d’enfant. Et même si en deux mois il avait acquis des réflexes élémentaires et des consignes de sécurité strictes, il n’y connaissait pas grand chose en enfants.
Mais il s’impliquait beaucoup. Il participait bien plus qu’il ne l’avait fait avec Eric. Et cela lui avait apprit tant de choses.
Comme le fait que les enfants sont plus sensibles à ce qui nous entoure, et surtout aux agressions.
Et au Mal.

Il berça longuement la petite. Il sentait déjà de la féminité émaner de l’enfant.
A cet âge, rien sinon la région pubienne ne permet de déduire avec certitude le sexe d’un nouveau né.
Et pourtant, dans ces yeux d’émeraude et ce visage tendre, on devine déjà une belle petite fille. La beauté et la douceur émanaient, appelant à elles la tendresse.


Eh bien, eh bien, Yeux Verts, vous êtes fort résistante. Tu as déjà repris des couleurs, tu ne frissonnes plus. Qu’est-ce qui peut bien t’amener ici ? Si ta… mère ? Tante ? Nourrice ? Ou que sais-je encore, ne me dit rien, il faudra que tu craches le morceau…

‘C’est bien cet homme-là qu’il me fallait, je le sens’

Augustus sentait ses pensées. La Légilimencie est bien plus complexe que ne le croit.
Il tirait une certaine fierté de voir que c’était ses talents maternants (ou du moins en partie) qui avaient poussé cette femme à lui amener un enfant en bas âge. Elle semblait en confiance... et cela devenait réciproque…
Mais si elle est venue, c’était bien pour une raison.


Une autre pensée.
L’habitude ?
Comment cela « prendre l’habitude » ?


Ma femme ? Non, regrettable méprise, ma chère, nous ne sommes pas mariés. Nous nous aimons… et cela suffit.

Augustus ne quitta la petite des yeux qu’une seconde pour voir si la robe de chambre de son convive imprévu était suffisamment habillée pour pouvoir discuter devant deux enfants encore nouveaux nés. Son invitée était à présent bien plus présentable (pour peu que parader en peignoir fut présentable).
Des cheveux d’un noir profond, des yeux verts. Mais pas du même vert que ceux de la petite. Une nuance dure à distinguer…


Enchanté, Miss Cassandra.

Augustus l’observa tendrement. Il regrettait à présent de ne pas avoir eu une petite fille pour accompagner Scott dans son enfance. Enfance qu’il passerait sûrement seul, en cachette.
Clandestinement.


Tu es splendide.

Il l’installa dans son petit coin de canapé, à distance visible. D’un coup d’œil, il invita la jeune femme à surveiller la petite pendant qu’il s’occuperait du reste.

Vous m’avez dit que vous vouliez garder votre identité secrète…

Il passa en trombe devant la jeune femme et entra dans la cuisine, où il se saisit grâce à sa baguette des vêtements humides de la jeune femme. Une petit flaque brune s’était déjà formée. Il nettoierait plus tard.

…mais je crois que j’ai le droit d’au moins savoir votre prénom, ma chère. Cela faciliterai grandement les choses. Je crois que vous savez déjà qui je suis…

Près de l’évier se trouvaient une demi-douzaine de biberons (Diane avait été prévoyante, ce qui s’avéra parfait, il y aurait juste suffisamment pour le deux bambins), et alors que les vêtements le suivaient dans les airs (dans un horrible bruit de succion) il se saisit des récipients remplis d’un lait encore tiède et retourna dans le salon.

Voilà de quoi lui épargner la faim. Cela ne vaut pas le lait maternel, mais il faudra faire des concessions.

Il posa les biberons sur la table de chevet, située à côté de l’enfant et alluma un feu d’un geste du poignet. Les vêtements se pendirent mollement devant les flammes, laissant la chaleur faire son œuvre.
Augustus avait rarement usé de tant de magie en dix minutes.


Voilà pour le plus urgent.
Il l’observa un instant. Puis les biberons. Et se demanda si la jeune femme avait une quelconque expérience dans le baby-sitting.
Lorsqu’il songea à sa proposition de réchauffer Cassandra à coup de sortilèges, son opinion fut faite.


Peut-être préféreriez-vous que je m’en occupe ?
Revenir en haut Aller en bas
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
Noxis Clymox

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue1930/1930[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (1930/1930)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue2500/2500[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (2500/2500)

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptySam 5 Mai - 14:11

Oh mais vous savez, quant à moi, le mariage n'est qu'une formalité qui montre quelque chose aux yeux des autres. L'amour est bien plus puissant que cela, dont le moindre des contrats n'est certainement pas la naissance d'un enfant.

Son regard vers le berceau où roucoule à présent Scott en dit long.

Je remercierai donc juste la jeune mère qui, à n'en point douter se repose à présent. Je m'excuse d'ailleurs de l'heure tardive de cette visite ... Croyez-moi bien, j'aurais préféré ne pas vous surprendre de la sorte à la tombée de la nuit.

J'aurais sans doute même préféré ne pas avoir à venir du tout, je ne suis malheureusement qu'un instrument dans cette opposition éternelle entre le bien et le mal qui oblige une mère à se séparer de ce qu'elle a de plus cher.

Augustus prend les choses en main et quelques instants plus tard, un festin emprisonné dans un biberon fait son apparition sur la table de chevet. Noxis reste là, hésitante. La première raison est la question qu'elle a bien entendue et qui demande réponse. Honnête. De l'autre, elle préfère ne plus toucher l'enfant : et si elle revenait sur sa décision et qu'elle la ramenait avec elle, considérant qu'elle n'a pas le droit d'influer sur le passé et l'avenir ?


Mon prénom est trop peu usité pour ne pas me dévoiler complètement ... Appelez-moi Sylkia. C'est d'ailleurs mon second prénom et seuls les gens qui me sont très proches le connaissent.

A bout de bras, elle reprend Cassandra, à nouveau impressionnée par l'aura magique qu'elle dégage, et la tend à Augustus.

Vous oeuvrerez certainement mieux que je ne puis le faire.

Elle n'attend pas son reste et s'éloigne à reculons, jusqu'à ce que sa hanche heurte une petite table contre le mur. Elle rattrape de justesse un bibelot qui ne demande qu'à tester les lois de l'appesanteur et se tait un instant. Sa main caresse à présent le retourneur de temps qui est toujours suspendu à son cou.

Monsieur Effeday ... Je ne vais pas vous faire injure. Vous savez pourquoi je suis là et ce que je représente n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Augustus Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Augustus Effeday

Nombre de messages : 11
Age Roleplay + Sorts : Age indéterminé. 1 2 3.
Capacités Spéciales : Légilimencie/Occlumencie.
Date d'inscription : 22/04/2007

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptyDim 10 Juin - 21:09

Le visage d’Augustus s’assombrit.
Elle avait tout faux. Sur toute la ligne. Croire que le mariage n’est une « formalité ».
Augustus se souvenait douloureusement de son épouse. Et il savait qu’en l’épousant, il avait bien plus que signer un papier et dire « oui ». Il avait scellé un pacte puissant basé sur l’amour.
Et ce pacte avait été détruit.


Le mariage est un contrat, ma chère. Quelque chose de réel, une contrainte. L’amour ne doit pas être une contrainte, aussi je ne me marierais pas, et je ne serais pas enchaîné par un anneau.

Il avait dit cela avec un sourire, un faciès d’amertume. Le mariage était soit un piège, soit un contrat d’exclusivité.
Qui ne prenait pas en compte les incidents de parcours.


Ne vous inquiétez pas. Le petit dort très mal, et je dois vous paraître misérable. Cela fait plusieurs jours que je n’ai pas dormi.

Et, contrairement à la naissance d’Eric, Augustus n’utilisait pas de magie pour se passer de sommeil : il tenait à vivre l’éducation de Scott avec toute la difficulté qu’elle imposait.

Augustus entendit à nouveau les pensées de la jeune femme. Il préférait être honnête et lui avouer qu’il entendait tout, même inconsciemment.
Peut-être resterait-elle alors sur ses gardes.


Excusez-moi, très chère, mais je tiens à vous signaler que je suis Legilimens. Et que, depuis que vous êtes ici, je ne peux empêcher vos pensées d’entrer dans ma tête. J’entends tout de ce que vous pensez, et je crois que, si la confidentialité est réellement indispensable, vous devriez contrôler vos neurones. Je me refuse à extraire des informations de votre cerveau et ce serait dommage que je les découvre par inadvertance.

Il se rapprocha de la jeune femme et prit l’enfant. Qu’il aimait tenir des enfants dans ses bras à présent ! Le petit Scott tendait toujours les mains quand il voulait être dans les bras d’Augustus. La petite ferait-elle de même un jour ?

Bien, Sylkia. Cela devrait faciliter notre dialogue.

Il s’installa sur le canapé, à moins d’un mètre de la jeune femme. La trentaine, Serdaigle de toute évidence –deviner la maison de ses connaissances était devenu un art pour Augustus- et visiblement trop étourdie ou trop pressée pour penser à un parapluie.

Il posa la jeune fille aux yeux d’un vert émeraude sur ses cuisses, se servit de son bras gauche comme d’un dossier moelleux, la couvrant au maximum pour la garder au chaud. Elle regardait vers le feu qui brûlait dans la cheminée, fascinée. Il lui caressa la joue pour qu’elle se tourne vers lui. Sa tête pivota, et Augustus sembla deviner de la curiosité.
Etait-elle déjà capable de ressentir de la curiosité ?

Il positionna le biberon de façon à ce que la tétine soit vidée d’air. Des bulles remontèrent, signifiant que la tétine n’était pas bouchée.
Il avait fait cela avec une facilité qui l’aurait déconcerté des années plus tôt. C’était devenu machinal.
Lorsqu’il approcha la tétine de la bouche de la petite, Cassandra ouvrit la bouche et commença à téter le lait lentement.

Sylkia s’en va, sans doute un peu effrayée par l’enfant –ou ce qu’elle représente. En tout cas, Augustus savait qu’il n’avait rien à craindre d’une petite fille aussi douce.

Un petit bruit sourd. Elle a heurté quelque chose. Augustus a à peine le temps de lever les yeux que le « bibelot » est déjà rattrapé.


Bon sang, faites attention, s’il vous plait ! C’est l’urne de ma femme !

Augustus eu une petite frayeur à l’idée des cendres de sa défunte épouse éparpillées dans sa maison.
Il n’avait pu s’en séparer et, même s’il n’avait jamais dit à Diane le contenu de cette urne, elle en était suspicieuse. Il la laissait là, pour qu’il se rappelle qu’il ne construit pas une nouvelle vie en oubliant l’ancienne, non, il se répare.
Il ne pouvait lui dire qu’il avait été marié et avait déjà un enfant. Diane voudrait en savoir plus, et culpabiliserait de fonder une famille avec le père d’un petit qu’elle ne connaîtra peut-être jamais.

L’enfant buvait docilement son lait. Il pourrait être distrait par une conversation.


Je devine beaucoup de choses, mais les affirmations, ce sera à vous de me les donner. Je ne sais pas tout. Sinon, croyez bien que je vous aurais attendu sur le palier de ma maison.

Je devine que, de là où elle vient, cette enfant ne peut survivre. Ou fera des dégâts. Je devine aussi que, soit vous venez de très loin dans l’espace, soit vous venez de très loin dans le temps. Car la tenue que vous portiez n’est vêtue par aucune sorcière de votre âge à Londres. Je devine que ce n’est pas un hasard si vous m’avez choisi. Et je devine que cette petite fille va rester avec moi un certain temps.

Vous n’êtes qu’un messager chargé de transporter un colis dont la valeur n’a d’égale que la beauté. Un enfant, encore vide de toute culture, de tout savoir, de tout destin. On vous a demandé de me le confier pour que j’en fasse quelque chose de bon.

Et vous repartirez sans doute dans quelques minutes sans Cassandra, car rester plus longtemps serait trop dangereux, autant pour vous que pour elle.
N’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
Noxis Clymox

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue1930/1930[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (1930/1930)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue2500/2500[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (2500/2500)

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptyDim 17 Juin - 22:31

HJ Augustus, espèce de scélérat ! Tu veux ma mort à poster des pavés pareils ? Comment tu veux que je sois à la hauteur ? Shocked HJ

Oh, j'ai dû mal m'exprimer : nos avis sur le mariage se rejoignent à première vue. J'ai été mariée ...

Ai-je éprouvé plus ou moins de peine lorsque Mandrake est mort ? Qu'ai-je gagné de plus que le statut officiel de veuve éplorée ? Même pas une belle famille compatissante. Enfin, cela je ne m'en plaindrai certainement pas ! N'ont-ils d'ailleurs pas été en partie responsable de notre chute ?

... Mon amour s'en est-il trouvé transformé ? Je ne le pense pas. Cela serait à refaire, je ne sais pas si je franchirais à nouveau le pas et signerais un tel contrat devant l'autel. Je n'ai pas eu le bonheur de connaître la maternité mais je reste persuadée qu'elle lie les êtres plus profondément encore. Malgré le manque de sommeil qu'elle provoque invariablement ... Voilà quelque chose que vous me confirmez encore.

Noxis sourit à l'homme. Un sourire sincère, le premier depuis qu'elle est arrivée. La confiance s'installe petit à petit, tout comme la persuasion d'avoir choisi le bon sauveur. Il la surprend d'ailleurs par sa "confession" qui lui amène le rouge aux joues et la fait bredouiller. La légilimencie, apanage des sorciers puissants ...

Je ... Seigneur, j'aurais du m'en douter... Je peux contrôler mes pensées mais en rien les bloquer totalement. Merci de votre honnêteté Monsieur Effeday.

Mais l'écoute-t'il alors que, tel un père aimant, il est entièrement absorbé par le bien être de l'enfant qu'il nourrit ? Vraisemblablement pas, il réagit juste lorsque Noxis manque de faire tomber un objet. Pas n'importe lequel ! Elle le tient toujours dans ses mains et le repose comme si il la brûlait, ses joues s'empourprant davantage.

L'urne de votre femme ? Je suis désolée, vraiment ...

Quelle gourde ! Mais quelle idée de garder ça dans son salon ! Il faut que je me reprenne ... Mes minutes ici sont comptées et je perds un temps précieux. On dirait une collégienne prise en flagrant délit d'ignorance.

Elle reporte toute son attention sur Augustus, la reconnaissance s'inscrivant dans ses prunelles. Comme elle l'espérait, il a rapidement fait le tour de la question et son voyage n'a déjà plus tout d'un mystère. Au fur et à mesure qu'il egrenne les suppositions, elle hoche la tête.

Elle ne pourrait survivre, c'est certain. Et le futur est notre époque à toutes les deux. Je ne peux vous dévoiler trop de choses, il ne nous est pas permis de jouer avec le temps mais des choses terribles se préparent, vous l'avez déjà ressenti comme la magie des Anciens qui m'a accueillie l'atteste. Parfois l'espoir repose sur de toutes frêles épaules comme les siennes et notre rôle, en tant que défenseurs du bien, est de donner à cet espoir la chance de s'épanouir. Vous avez été choisi parce que vous incarnez droiture, respect et sagesse. Je sais aussi avec certitude à présent que vous l'aimerez et qu'elle recevra l'affection dont elle aurait été privée à son ère.

Et oui je vais bientôt partir. Je possède la sagesse de ceux de notre espèce, Monsieur Effeday ... Et je ne prendrai pas le risque de me perdre à cette époque-ci. Ou d'être tentée de la ramener avec moi : nous aurions tout fait pour rien ...
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Augustus Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Augustus Effeday

Nombre de messages : 11
Age Roleplay + Sorts : Age indéterminé. 1 2 3.
Capacités Spéciales : Légilimencie/Occlumencie.
Date d'inscription : 22/04/2007

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptyMer 27 Juin - 16:56

[HJ : Wink /HJ]

Augustus ne répétât le fait qu’il entendait parfaitement les pensées de la jeune femme ; il l’avait prévenue, et ce n’éait pas à lui de la rappeler sans cesse à l’ordre. D’autant qu’à présent, il avait un indice supplémentaire : la jeune femme, quelque soit son vrai prénom, avait été mariée à un certain Mandrake (peu commun, comme nom), était veuve au moment de son départ et ne côtoyait presque pas sa belle-famille.
De même, il pouvait présumer qu’elle n’avait pas d’enfant, au vu de sa maladresse avec Cassandra. Présomption confirmée peu de temps après, de la bouche même de la jeune femme.


Oui, cela créé un lien indubitable, mais un lien dangereux, car il est impossible de faire marche arrière, contrairement au mariage. Nombre de couples ne restent ensemble que dans l’intérêt de leurs enfants. Avoir un enfant devient tellement bénin dans ce monde…

Augustus est amusée de la soudaine… panique, honte ? de Silkya. Elle ne s’était réellement pas doutée de ce don qu’il possédait ? Un don inné par ailleurs, il ignorait comment mais ses pensées se protégeaient des autres et il parvenait naturellement à sentir celles des personnes proches de lui, autant dans le sens physique que figuré.
Si elle en savait autant sur lui, car elle devait bien en savoir un peu pour le choisir, n’aurait-elle pas su, ou deviné, ses talents ?


Navré, mais je ne pourrais empêcher vos pensées d’entrer dans ma tête ; ce serait me demander d’arrêter d’exister. Je garderais tout cela pour moi, cela va de soit, mais prenez garde, si votre anonymat est essentiel, il ne le restera pas bien longtemps.

La petite continuait de boire lentement son biberon, elle était si affamée qu’il devait de temps en temps lui retirait la tétine pour que Cassandra songe (dans un éclair de lucidité) à respirer.
Elle était si mignonne, et Augustus espérait que, de son berceau, Scott ne témoignait pas une stupide jalousie. Ils seraient tous deux autant aimés que les autres. Au point qu’Augustus en venait à craindre le terrible temps de l’adolescence.


Je garde cette urne dans mon salon pour me rappeler que la vie ne vaut rien sans des êtres avec qui la partager, dit Augustus d’une voix forte, teinté de reproche. Si je l’ai mise ici, c’est bien pour que je la voie. Diane se pose beaucoup de questions à ce sujet –je ne doute pas une seconde qu’elle sache que c’est une urne.

Augustus ne prêtait plus une grande attention à la petite demoiselle dans ses bras –donner le biberon devenait machinal, comme passer les vitesses d’une voiture. Il la surveillait du coin de l’œil, histoire que Cassandra ne s’éborgne pas avec la tétine.

Le futur. Cela explique beaucoup de choses. Un Retourneur de Temps, sans nul doute.
Vous travaillez sans doute au Ministère ? Ou alors, vous avez des rapports privilégiés avec ses membres ? Peu de Retourneurs existent, et ils sont pratiquement tous enfermés au Département des Mystères.


Pardonnez-moi. Je ne cesse de me répéter que je dois en savoir le moins possible, dit-il avec un sourire, mais je ne peux m’empêcher de réfléchir à ce qu’il y aura après. Vous n’avez pas à répondre à mes questions, ma chère. Vous ne devez pas, donc ignorez-les.

Augustus baissa les yeux vers la jeune fille dans ses bras. Pourquoi donner tant de responsabilités à un être si fragile, si tendre, qui, même adulte, ne pourra supporter un tel fardeau, car aucun être humain ne peut supporter un tel poids.

C’est de biens grands compliments que vous me faites, et j’en suis flatté, même s’ils n’ont pas toujours été exacts. Je m’efforcerais de faire d’elle une femme noble, courageuse et sage. Je lui apprendrais à aimer la vie et son prochain, à se battre pour préserver un monde juste et à avoir de la pitié et de l’espoir pour ses adversaires. Elle sera aimée ici, protégée, entraînée. Je ne commettrais pas une deuxième erreur, Sylkia, je ne ferais pas d’elle un martyr au nom de la magie. Nous apprendrons les secrets de la magie, de toutes les formes de magie, à son rythme.

Il songeait déjà au long chemin qui les attendrait, et était déjà plein de chagrin à l’idée des combats qu’elle devrait mener, aux choix qu’elle aurait à faire, et à la responsabilité qu’il avait de faire d’elle une combattante, qui sache se défendre et affronter le monde qui l’attend.

Comment cela finira-t-il ? Viendrez-vous la chercher à un certain âge, pour la ramener à votre époque ? Devra-t-elle grandir, causant cette faille dans le temps, et combattre adulte le mal auquel elle ne pouvait survivre enfant ?

Vous partirez tantôt, mais je devrais lui expliquer des choses, et je devrais m’organiser.
Revenir en haut Aller en bas
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
Noxis Clymox

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue1930/1930[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (1930/1930)
Points de mana:
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Left_bar_bleue2500/2500[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty_bar_bleue  (2500/2500)

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptyDim 1 Juil - 20:39

Un lien dangereux ? Oui, peut être ... Certains n'hésitent d'ailleurs pas à le qualifier de faiblesse : le fauve n'est-il pas prêt à tout pour protéger sa progéniture ? J'aimerais continuer à débattre de cela avec vous mais j'ai bien peur que cela ne soit possible maintenant. Mais vous savez ... Oui, je pense que je peux vous le dire ... Nous nous rencontrerons encore. Je ne vous reconnaîtrai pas, ne vous ayant alors jamais vu de ma vie, et vous saurez que vous ne devrez pas me parler de Cassandra. Peut-être alors aurons-nous l'occasion de ré-aborder ce sujet ?

Et je me demanderai pourquoi un Monsieur que je ne connais pas plus que ça m'entretient de ces propos de mariage et d'enfants ...


Une lueur amusée éclaire son regard. Qui redevient aussitôt sérieux lorsqu'Augustus reparle de la legilimencie.

Oui. Je vais faire attention. De toute manière je vais bientôt partir. Je suis restée trop longtemps déjà. Assez pour commettre un impair avec l'urne de feu votre femme !

S'ensuit alors une longue série de questions qui poussent Noxis a faire un effort surhumain : celui de chasser de ses pensées tous les souvenirs récents et préalables à son voyage. Il le reconnaît lui-même, il ne doit pas en savoir trop, et pourtant il la harcèle, poussé par la curiosité. Elle lui sourit faiblement, comme pour s'excuser.

J'ai bien peur que toutes vos questions ne restent sans réponses pour le moment. Je n'ai pas voulu faire de plans précis : ce que vous ne connaissez pas ne nous met pas en danger, il en va de même de ce que j'ignore encore. En dehors de l'aspect immensément réfléchi de ma démarche et de mon choix vis à vis de votre personne, je veux laisser au hasard sa part de responsabilité. Une chose est certaine cependant : je n'ai pas prévu de revenir la chercher.

Je suis certaine que vous trouverez les mots pour lui expliquer. Sa mère a juste émis un souhait : que cette lettre lui soit donnée et qu'elle sache que ce n'est pas par manque d'amour qu'elles ont été séparées.


Apparaissant de dessous le nid de couverture de Cassie, un parchemin lévite jusqu'au guéridon jouxtant le sofa. Lentement, gardant les yeux rivés dans ceux d'Augustus, Noxis se déplace vers la porte donnant vers le hall.

Merci pour tout Monsieur Effeday. Je sais que vous ferez d'elle une femme admirable. Il me faut partir.

Ses mains enserrent à présent le retourneur du temps : une fois de retour dans la rue, elle s'en servira et rejoindra Madame Tussaud à Regent's Park. Ironie du sort, elle y rencontrera celui par qui la mort se libère. Effet de son imagination ? Le regard émeraude la regarde comme pour la mettre en garde ...

Adieu.

Elle s'engouffre dans le couloir et retourne braver les éléments encore plus déchaînés qu'à son arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Augustus Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Augustus Effeday

Nombre de messages : 11
Age Roleplay + Sorts : Age indéterminé. 1 2 3.
Capacités Spéciales : Légilimencie/Occlumencie.
Date d'inscription : 22/04/2007

[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée EmptySam 14 Juil - 16:39

Croyez bien que je suis conscient de cette petite anomalie chronologique, répondit Augustus avec un sourire. La « Sylkia » de mon époque n’a rien à voir dans cette affaire. Je ne dirais rien, au risque de bouleverser la fragile ligne du temps. Partez sereine.

Augustus apprend aussi que sa curiosité devra se satisfaire du néant ; il n’en saura pas plus, et c’est bien une sage décision.
Le voilà face à une inconnue qu’il a longtemps tenté d’apprivoiser : la destinée. Que pouvait-elle bien réserver à cette petite aux yeux ambrés de vert qui observait la pièce, installée sur son trône de serviettes ? De quoi devait-elle être protégée ?
De si terribles choses qu’il faille que le descendant de Serdaigle doive en personne la sauver ?


« Nous sommes si importants pour ce monde, lui avait dit Orastin, le père d’Augustus. Nous avons tant à faire, à arranger, à sauver. Nos actes ont décisifs, plus encore que ceux des autres. Nous avons le fardeau d’une noble ascendance. Notre lignée est fière et sage, ainsi est notre poids, et nous ne pouvons nous écarter du droit chemin, celui de ton ancêtre, de mon ancêtre, la mère de tous les Effeday, Rowena… Elle voulait la paix, la cohésion, l’épanouissement… Nous ne pouvons aller à l’encontre de ces vœux. Sages Serdaigle, fiers Effeday. »

Sauver cette enfant était un de ces actes. Un de ces actes de rédemption qu’il mettait en œuvre depuis des mois. Il l’aiderait à combattre un monde trop dur pour elle, c’était un serment. La magie avait des secrets, il les lui enseignerait.
Il échafaudait déjà ses plans. Devrait-elle aller à Poudlard ? Oui, pour comprendre la dureté du monde, et la beauté de l’âme humaine. Apprendrait-elle tout d’abord la magie Sylvaine, élémentaliste, la puissance Magie des Anciens ? Tout à la fois ?
Privilégierait-il Scott ou la petite Cassie ?

Augustus saisit la lettre dans sa vieille main. Devenue si lourde maintenant. Il sentait un parfum de femme envoûtant qui s’y était imprégné. Pourvu que la lettre conserve à jamais cette odeur maternelle.


Je ferais ainsi. Je lui apprendrais que l’amour n’a pas besoin d’être vivant pour exister.
Elle aimera sa mère.


Déjà, la jeune femme partait à reculons. Quelle terrible épreuve elle devait vivre. Abandonner une enfant qui n’était pas le sien.
Réconfortez la mère de cette petite. Pleurez avec elle s’il le faut. Elle ne doit désespérer d’avoir perdu son amour. On n’en sort jamais.

Juste avant qu’elle disparaisse dans la pluie et le froid de son monde, il perçu furtivement une marque argentée sur le front de la jeune femme. Magie des Anciens. Puissante. Liant deux êtres. Elle avait fait vœu de partage. La Magie des Anciens avait beau être la plus pure de toutes, Augustus savait s’en méfier. Elle serait liée, indissociable de l’autre, et elle en paierait le prix, un jour. Il y a toujours un prix à payer.

Un mariage par la magie, songea-t-il.


Adieu, ma chère.

Augustus ne prit pas la pleine mesure de ses paroles. Il ne reverrait jamais cette jeune femme, ou du moins ne reverrait pas la Sylkia de l’époque d’où elle était venue, sans doute des décennies dans le futur.
Il mourrait d’ici peu, il le savait, mais n’avait aucune date. Trop d’années à pleurer, à contredire la douleur, à rejeter le deuil et l’amour, cela l’avait détruit. Son âme se débattait pour survivre, son corps lâchait prise.
C’était là sa grande crainte. Mourir trop tôt pour avoir apprit la vérité sur le monde à son enfant… à ses enfants.

Il prit la jeune fille dans ses bras. Plus légère que Scott, plus fragile. Mais déjà si belle. Augusuts traversa la pièce lentement, ne quittant pas le nourrisson des yeux. Elle l’observait. Comprenait-elle ? Pouvait-elle comprendre et l’accepter ?
Il l’installa dans le berceau de Scott.


Scott, je te présente Cassie. Considère-la comme ta petite sœur pendant les quelques années que nous vivrons ensemble. Cassie, voici Scott. Il a tendance à grignoter tout ce qu’il trouve, mais ça passera avec l’âge, tu verras. Faites-moi une faveur, ne soyez pas jaloux l’un de l’autre. Ce sera suffisamment compliqué comme ça.

Augustus laissa les deux enfants se regarder, étonnés. Un autre comme moi ? semblaient-ils se demander. Ils découvraient un nouveau monde, et Augustus serait leur guide.
Le vieil homme se dirigea vers la lettre, posée sur la petite table du fauteuil. Il la laisserait un instant à Cassie, puis la rangerait soigneusement, en un lieu où elle ne la trouverait pas. Quelle la cherche ou non.


Tiens… Ne bave pas dessus ! Elle en deviendrait illisible, et ce serait quand même stupide.

Il posa le rectangle de papier à ses côtés. La petite l’ignora, mais Augustus savait que, lorsqu’elle en reconnaîtrait le parfum, elle s’y intéresserait plus.

Bon ! Il va falloir que j’explique comment tu es arrivée là à Diane…

Il observa Cassie, à la recherche d’une idée. Difficile de se concentrer. Elle souriait ? Scott et elle bougeaient les bras dans de petits gestes malhabiles, dur à dire. Ils semblaient essayer de se tenir la main. Augustus voyait trop de bonheur en ce moment, ou en cherchait trop.
Elle semblait contrariée.


D’accord, je lui dirais la vérité.

Il ne voulait pas commencer la nouvelle vie de Cassie avec un mensonge.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée   [RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[RESIDENCE] *Au centre de Londres* Une maison isolée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Voyage au centre de la Terre 2 [DVDRiP]
» Discussion à la maison (pv: Aisuru) (Hentaï)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Centre ville-
Sauter vers: