AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.

Aller en bas 
AuteurMessage
Sabrina
Invité
avatar


Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyDim 7 Jan - 0:53

Ca faisait bizarre de voir son père mal rasé, avec une lueur dans les yeux que Sabrina n’avait jamais vu dedans, le fait qu’il avait la baguette levée sur Sabrina n’effrayait pas Sabrina plus que ça car pendant l’entraînement il avait souvent fait ça… Sabrina n’arrivait pas à sentir son odeur, il était à un ou deux mètres d’elle mais après un an ou pour être précise 11 mois et 05 jours sans s’être laver, il ne devait pas sentir très très bon…

Nick de son côté regardait Sabrina de haut en bas, elle avait encore prit quelques centimètres depuis la dernière fois où il l’avait vue, avant que les vacances de Noël ne soient finies.
Il aurait voulu courir et la prendre dans ses bras, la rassurer et lui dire que ce n’était qu’une mauvaise blague mais il n’y arrivait pas, il n’arrivait pas à bouger les pieds car il ne contrôlait pas son corps, il ne contrôlait rien car son père contrôlait tout.

Contrairement à ce que Sabrina pensait, son père avait prit une douche il y avait près de 3 heures, histoire d’être présentable à son combat, enfin combat, vite dit, voyons :
Combat pour Nick, vengeance pour Andy… Qui est Andy ?
Le grand-père de Sabrina, donc le père de Nick, censé être mort… Mais étant donné que la famille de Sabrina est maudite, et bien Andy était dans la tête de son fils depuis… Quelques temps en fait.
Ce que Sabrina pensait être une perte de mémoire n’en était pas une… Juste une perte de contrôle.


Sabrina regarda son père, mais il ne bougeait pas, attendait-il quelque chose ? Parce qu’il était clair que son père ayant perdu la mémoire voudrait la tuer non ? Puisqu’il était obsédé par ça, que d’après ce qu’elle savait il ne pensait qu’à ça, pourquoi est-ce que ça faisait 5 minutes qu’il la regardait sans rien faire, sans rien dire ? Parce que, il devait bien être capable de parler et de réfléchir puisqu’il arrivait à marcher ! Et puis, au stade où elle en était, elle le tuerait si il continuait à ne rien faire !

Enfin, pas vraiment mais elle s’arrangerait bien avec Sofia pour lui envoyer un Avada vite fait bien fait ! Contrairement à avec Eloïse, elle n’avait pas envie de s’amuser avant de tuer, elle n’avait en fait, pas envie de tuer du tout.
D’ailleurs, pourquoi tuer si il n’y avait pas de prophétie ? Pourquoi était-elle là si il n’y avait pas de prophétie ? Pourquoi l’avoir mentit sur la prophétie ?
Apparemment, Sélia devait encore lui apprendre des choses, beaucoup de choses, et Nick n’avait pas l’air de vouloir se bouger plus que ça.

Les filles, prenez le contrôle, j’ai une conversation qui m’attend… Mais par pitié, vous tous qui avez appartenu à l’aut’…

-…Mélinda… (Sélia)

…à Mélinda, je vous demanderais de ne pas déployer la puissance que vous aviez avec elle ! Moi je suis Sab’, et je n’ai aucune capacité spéciale, tout ce que je sais faire je l’ai apprit et je refuse d’être avantagée/aidée par la puissance d’une de mes ancêtres ! Tu te rends compte que vous pouvez tuer papa sur place ? Ce serait vraiment lâche de ma part de me battre contre quelqu’un de force inférieur ! Surtout que ce n’est même pas ma force…

-De toute manière, je n’allais pas t’aider en tant que Simona, mais c’est mieux que tu l’ais dis à Sacha… (Sélia)

Sacha ?

-Sofia… (Sélia)

Oh, Merlin ! Je comprends à présent pourquoi Sofia était accro à Pokémon ! Bon, Sandra s’appelait comment ?

-Sonia…Violetina, Valérina, Emma…Edwina, Prescillia elle s’était Pamelia… Voyons, Felixia pour Fiona… (Sélia)

Fiona ? Mélinda était folle ?

-Pas la folie comme toi, plus la folie furieuse tu vois ? (Sélia)

Je vois… Mais bon, on est censés parler de moi, sans vouloir jouer la Emma bien sûr, mais tu m’suis là…

-Je te suis, poses les questions ! (Sélia)

Prophétie ?

-Ton père t’expliquera, je ne suis pas sûre de tout connaître, je sais juste qu’il n’y a pas de prophétie entre vous deux et qu’il a toute sa mémoire… (Sélia)

Toute sa mémoire ? Ah ! Et bien c’est super, il n’y aura pas de combat ! Il sait qui je suis, mon père me fera pas de mal ! Même si il m’a mentit, c’est pas grave, je suis sûre que heu… Je suis sûre qu’on finira par oublier, il va m’expliquer tout ça et on va en rire ! C’est tellement idiot quand même que je me sois inquiétée comme ça ! Si il savait que j’avais faillit me suicider ! Et que j’avais prit la décision de le tu…

-Stop, ne te fait pas de faux espoirs ! Il y aura un combat, déjà entre ton grand-père et ton père, ensuite entre toi et ton grand-père !


Sabrina stressait, elle n’avait pas vraiment crû les paroles qu’elle avait prononcés, enfin pensées, mais elle avait juste eut besoin de s’accrocher à quelque chose, d’espérer pendant quelques secondes… De rêver avant que Sélia ne la réveille.
Mais le réveil fût en fait assez difficile, parce qu’au fond d’elle-même elle n’avait pût s’empêcher d’espérer que Sélia se taise et lui dise que oui, elle avait raison et qu’il n’y aurait aucun combat.
Lorsqu’elle entendit les paroles de Sélia, tout le stress ressortit, elle n’avait pas vraiment le courage d’en pleurer, elle était en fait assez faible mentalement, et c’est donc du même rire désespéré qu’il y a 8 heures qu’elle se mit à rire, telle une folle dans une petite rue de Londres.

Mais pouvait-on en vouloir à la jeune Gryffondor de rire sans raison apparente devant un père qui voulait la tuer un matin de Noël dans une rue sombre ?
Non, on ne pouvait pas lui en vouloir car une fille qui squattait sa tête, qui se révélait finalement ne pas être celle que Sabrina croyait que la fille était, cette fille venait de lui apprendre qu’il n’y avait pas de prophétie entre son père et elle ! Ouais, elle avait osé l’écouter se plaindre pendant toute l’année, Sélia avait osé faire comme si elle…Comme si elle ne savait pas que Sabrina faisait une fixation sur quelque chose qui n’existait pas !
Ca révoltait Sabrina, qui riait toujours au désespoir d’ailleurs, que même ‘ses autres’ lui aient mentit ! Bon sang, qu’est-ce que la confiance ? C’est quoi cette vie si on ne peut même plus faire confiance à…A sa tête ?


HJ: J'ai du coupé en deux, le post étant trop long... Désolée du retard!


Dernière édition par le Dim 7 Jan - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyDim 7 Jan - 0:53

Bref, revenons-en à Nick, qui regarde sa fille se tordre de rire sans rien faire, aucune émotion sur le visage, rien !
Dans ce genre de situation, il aurait plus imaginé que Sabrina allait pleurer en hurlant avant de le tuer, mais à la place, elle avait une baguette en main pointée sur lui, de manière plus défensive qu’offensive, toujours prête à lancer un « Protego » mais continuant tout de même de rire !
Etant au courant ‘des autres’ de sa fille, il avait aussi fait un programme avec Sélia pour que celle-ci lui révèle tout ce qu’elle savait aujourd’hui… Mais encore une fois, il aurait imaginé que sa fille serait en train de pleurer et non de rire !

Mais, non pas que sa fille n’était pas importante ou quoi, mais il devait encore régler des choses dans sa tête à lui…
Car oui, il a aussi quelqu’un dans sa tête ! ‘Des autres’ ? Non, rien de ce genre là, mais plutôt un père furieux !
Vous imaginez ça vous ? Sabrina doit se battre contre son père, mais le père en question se bat mentalement contre son père à lui !
Parce que oui, ça faisait exactement…3 heures que son père était dans sa tête… Quel bonheur, un père qui déteste la fille de son fils mais qui squatte quand la tête de son fils (qui adore sa fille) !

En fait, vous aurez vite fait de comprendre que la prophétie, avait été prédite pour Andy et Nick Cooper, mais que la malédiction… Bon, j’admets qu’il n’y a pas de malédiction, enfin pas vraiment mais pour Sabrina c’était comme si ! Qui voudrait combattre contre un grand-père mort depuis… 10 ans ? Jours pour jours d’ailleurs… Enfin, juste pour dire que le père de Nick était encore plus puissant que Nick lui-même ! Quoique, Mélinda était plus puissante que Nick, était-elle plus puissante qu’Andy ?


Je vais vous faire un cadeau et vous expliquer en fait, puisque de toute manière notre héroïne est à présent en train de pleurer de rire, et que Nick ne bouge toujours pas plus que ça…
Sabrina, a en quelque sorte Mélinda en elle, et donc la puissance de Mélinda en elle, le seul moyen que cette puissance parte, c’est que Sabrina meurt…
Nick, a son père en lui, 10 ans jours pour jours après qu’il soit mort (le père)… Le seul moyen que son père quitte sa tête, serait en fait qu’il meurt aujourd’hui, ou alors qu’il tue Sabrina.
Andy, est « mort » il y a dix ans, vous finirez bien par comprendre comment après le dialogue entre Sabrina et son père, car oui il y aura un dialogue, et oui il y aura bien un meurtre… Mais Andy est « mort » quand même et est « revenu » pour tuer sa petite-fille : Sabrina.

Dans la tête de Nick, il débattait avec son père… Pour savoir ce qu’était son père !
Mais le père en question n’avait envie que d’une chose, c’était de tuer Sabrina et de retourner au Paradis ou en enfer d’ailleurs ! Mais qu’est-ce que ça lui apportait de tuer Sabrina ? Il était quand même mort non ?
Et bien effectivement, mais le seul moyen de retourner dans sa tombe était de tuer Sabrina ou de laisser mourir Nick, et il se trouvait qu’il préférait que son fils survive, histoire de trouver une femme digne de ce nom et de faire pleins de bébés Cooper, 100% sang purs !

Etait-ce une raison pour tuer une jeune fille ? Le fait que cette Cooper n’ait pas été la suite d’une rangée de sangs purs ? Mais sérieusement ! Andy Cooper n’avait pas eu à se plaindre, la famille d’Ella Julia Summers était une lignée de sangs purs ! D’ailleurs Ella était elle-même une cracmolle de sang pur… Ce n’était pas comme si c’était une… Une cracmolle de sang « impur » ! Sabrina était entre sang pur et sang mêlé en fait, c’était une demi sang mêlé ! Vous savez comme ces sorciers avec une mère qui a des parents moldus ? Et un père qui est sorcier ? Alors que la mère est aussi une sorcière ? Et bien, c’est comme Harry Potter au fond, il n’est pas vraiment sang mêlé puisque sa mère est sorcière… Enfin, ne comparons pas en plus Sabrina à Harry : Andy déteste Harry et toute la lignée Potter !
Mais bon, on retourne à cette conversation mentale entre Nick et Andy…



-Bon, je la tue maintenant, ou après… ? (Andy)

Ou tu ne la tues pas du tout ! Et elle te tue en premier !

-Sabrina ? Me tuer d’abord ? Ma parole, tu rêves ! Je suis assez puissant pour… (Andy)

Revenir, je sais… Mais, elle ne t’a rien fait Sabrina !

-A part…

Je sais, tais toi ! Tu n’as aucun droit de venir t’en prendre à ma fille comme ça, tu n’avais déjà aucun droit de m’obliger à lui lancer des sorts de magie noire pour qu’elle ait des « rêves » chaque mois !

-C’est pas un gamin comme toi qui va m’empêcher de tuer quelqu’un de plus ou de moins.

Mais merde ! T’es mort, et tu resteras mort ! Que tu tues Sabrina ou pas, tu resteras mort ! Alors je ne sais pas ce que tu veux, mais tu sors dans ma tête ; que je te tue !

-Ce n’est pas comme ça que je t’ai éduqué ! Respect pour la magie noire je te prie, respect pour tes aînés et pas de gros mots !

T’es mort depuis 10 ans jours pour jours, tu m’as enfin laissé vivre ma vie, toi et tes trois règles bidons ! J’ai 30 ans, j’ai fait ma vie et c’n’est pas quelqu’un… Non attends, quelque chose comme toi qui va me dire comment diriger ma vie ok ? J’admets, tu es plus puissant que moi, du haut de tes 85… 95 ans mais tu ne vas pas contrôler ma vie !

-Pourtant c’est bien ce que je fais là non ? Ce que je fais depuis presque un an…

Eh bien soit, tu contrôles ma vie mais tu ne tueras pas ma fille ! Qu’est-ce que tu feras après ? Tu vas rester tranquillement dans ma tête, en continuant de tuer des inconnus ?

-Bah voyons, vois-tu, dans ton corps, il se dégage une odeur de bien trop forte pour moi ! Tu es un homme bien même si tu utilises encore la magie noire et je n’aime pas les hommes bien.

Oh mais oui, bien sûr, quelqu’un d’aussi mauvais que toi ne pourrais certainement pas vivre en moi ? Et bien tant mieux, crève ! Ca m’évitera de devoir te tuer…

-Je croyais que tu aimais tuer les gens ?

Peut-être… Peut-être mais j’ai changé ! Je ne tue pas pour le plaisir, plus maintenant ! Pas les innocents du moins…

-Tu …? Mais quel fils indigne ! Tu n’es pas un Cooper ma parole ! Passer la vie à entraîner ta fille ne t’as pas réussit !

N’imagine pas que porter le nom Cooper me fasse plaisir ! Au fond, qui aimerait porter ton nom ?

-Beaucoup de Serpentards !

C’est ça, et bien pas moi ! Et, je n’aurais sûrement pas changé si je n’avais pas dû l’entraîner non ? Si tu étais partit tranquillement dans le Royaume des morts !

-Mais ! Je ne laisse jamais passer une occasion de me venger moi, surtout de la mort ! Je suis mort enfin, j’aurais été mort de la main d’une fille ! Une gamine ! Une petite sang presque impur ! Un homme comme toi ! Tu es puissant, pas trop moche, descendant d’une bonne famille… Tu aurais pût facilement trouver une autre femme, puissante ou pas, même riche c’est bon, pas trop moche descendant d’une bonne famille !

Explique moi pourquoi tu te plains ? Ella est belle, riche et descend d’une bonne famille !

-C’est d’ailleurs pour ça que je t’ai fait l’honneur d’assister à votre mariage…Mais une fille avec elle !

En fait ce qui t’énerve, c’est que se soit ma fille, qui avait plusieurs décennies de moins que toi, qui avait en fait plus d’un demi siècle que toi, et qui était née d’une mère même pas sorcière, que ce soit cette fille qui t’ai à moitié tué ?

-Tu n’as pas perdu ton intelligence au moins, tu l’as héritée de ton père.

Tu crois ? Je crois plutôt que c’est de ma mère, mon père était un crétin de Serpentard, vous voyez ces Serpentards égocentriques sans cœur et avares ? Il était aussi très puissant, sa seule qualité en fait ! Dictateur par-dessus tout, méchant… Bref, un de ces hommes qui…

-Suffit ! Je t’avais apprit le respect envers tes aînés non ! Déjà, depuis quand tu me tutoies ?

Oh non mais voyons père, je suis désolé d’avoir été tellement franc avec vous ! Peut-être aurais-je dût être un parfait hypocrite dans l’espoir que vous laissiez la vie sauve à ma fille que je déteste tellement ? Bien sûr, en échange je tuerais ma femme pour faire plaisir à votre majesté !

-Eh bien oui, j’aurais préféré que tu fasses ça ! Le mensonge et l’hypocrisie, ce n’est pas si grave tu sais ! Chaque jour, beaucoup de personnes importantes mentent !

Eh bien, père, je voudrais vous dire que : Vous n’êtes qu’un *p…censuré* de *c…censuré* !

-Bon, je crois que je peux tuer Sabrina maintenant !

Voyons, la vérité vous blesserait-elle à ce point ?

-A quoi bon parler de ça plus longtemps ? En fait non, pourquoi parler tout court ? On aura le temps après l’avoir tuée ! Ca ne sert à rien de perdre son temps, tu ne fais que faire gagner du temps à Sabrina ! D’ailleurs, ça fait 2 minutes que la pauvre folle est en train de mourir de rire ! Tu crois que je dois la laisser mourir comme ça ?

En fait, je dois avoir une conversation avant elle avant de mourir.

-Eh bien je n’en ai pas envie ! Je ne te ferais pas plaisir pour te punir de m’avoir insulté !

En fait, tu n’as pas le choix ! Si tu essayes de la tuer, une de ‘ses autres’ prendra le contrôle pour te renvoyer le sort.

-‘Une autre’ ? Sabrina a ‘une autre’ ? Personne n’en avait fait depuis… Depuis Mélinda !

Une ? Elle en avait 6 lorsque je l’ai quittée !

-Ah ? Digne Cooper alors ! Personne n’avait osé depuis Mélinda! Mélinda c’était LA Cooper ! Mon Dieu, ta fille est encore plus digne que toi !

Hey, je te signale que cette fille est la fille d’une cracmolle, tu te souviens ?

-C’est d’ailleurs pour ça que je n’ai t’ai pas félicité de l’avoir mise au monde !

Père, je voudrais vous faire une confidence, puis-je ?

-Fais fils, fais !

Je vous hais père, autant qu’un fils pourrait haïr un père qu’il avait admiré, je vous hais depuis que vous n’êtes pas mort, je vous hais depuis que vous êtes dans ma tête, je vous hais parce que vous voulez tuer ma fille mais par-dessus tout, je vous hais parce que vous êtes mon père !

-Ne t’inquiète pas, moi aussi j’ai honte d’avoir un fils comme toi ! Bon, tu l’as, cette conversation avec Sabrina ? Parce que là, je m’ennuie vraiment à parler avec toi ! Je pourrais te tuer, mais tu es trop insignifiant pour cela… Je pourrais te torturer, mais tu risquerais de ne plus avoir la force de tuer ta fille. Je pourrais la tuer ET te tuer, mais il faudrait que je cherche un autre corps…

Enlève moi un doute, si je meurs, tu meurs hein ?

-Normalement, d’ailleurs je n’aurais pas de raison de vivre donc au pire je demande à ta mère de me tuer !

Mais cette famille n’est pas normale en fait ! Ma fille qui a des gens dans sa tête, moi avec un Horcruxe dans ma tête ! Dis, maman a quoi dans sa tête ? Et toi ?

-Voyons, moi et ta mère contrairement à toi avons un cerveau, et c’est suffisant !

Tu es hilarant, papa !


Voilà en fait la conversation entre Andy et Nick depuis qu’ils se tiennent là, depuis que Sabrina est arrivée.
Et à présent, la jeune fille regarde son père baguette toujours levée mais visage toujours impassible.
Sabrina se demandait si elle devait s’inquiéter de se silence, était-il en train de réviser sa technique ? Non, non, évidemment que non puisque… Puisqu’il était déjà assez puissant comme ça ! Il la tuerait d’un claquement de doigt, comme ça (claquement de doigt mental) en fait.

Sabrina avait arrêté de rire juste avant de mourir de rire, car elle avait tellement rit qu’elle en avait eu les larmes aux yeux et qu’elle avait commencé à manquer d’air !
C’est vrai que certaines personnes doivent être en train de se demander qui rirait tout seul à quelques heures de sa mort, ou même minutes de sa mort, alors que ça (ce que Sélia avait dit) n’avait même pas été drôle…
Mais, quand on est sûr que c’est sûrement la dernière fois qu’on peut rire ! Et puis… Mieux vaut rire que pleurer non ? Sabrina avait assez pleuré cette année.

Alors elle leva son regard, aujourd’hui, enfin en ce moment, bleu-vert (Changeant parfois en bleu ou en vert) vers son père et en ayant marre de rester sur place sans parler, sans bouger, en attendant que son père se décide à parler… En ayant surtout marre d’angoisser, et après avoir essuyé les larmes de rire qui étaient encore dans ses yeux (et celles qui coulaient sur ses joues), la jeune Gryffondor prit la parole :


Tu es en retard !


–Elle ouvre à peine la bouche qu’elle fait déjà un reproche !

Tu veux qu’elle dise quoi ? Bonjour papa, contente de te voir ?


Vous aurez vite remarqué qu’entre Nick et son père ce n’est pas le grand amour, en fait ce n’est pas l’amour du tout…
Surtout depuis qu’Andy était revenu alors que Nick le croyait mort, Nick avait d’ailleurs presque faillit faire une fête d’ailleurs (lorsqu’Andy était mort), mais il avait eu un trop bon cœur et avait pensé à sa mère…
Mais par contre, il en ferait une lorsque Sabrina l’aura tué ! Ah non… Il serait mort !
Eh bien Sabrina la ferait.
Enfin, l’arrivée d’Andy avait signifié la perte de sa liberté de penser ! Nick ne pouvait plus rien dire sans que ce père ne commente ou ne tue.
Il soupira et leva son regard noir vers Sabrina, croisant au passage le regard bleu-vert de sa fille.


-Je suis content de te voir, moi aussi.

Sabrina était assez étonnée ! C’était-elle attendue à ce que la voix de son père ait changé depuis le temps ? Mais elle soupira en se rendant compte qu’il avait toute sa tête, et vu que son ironie était encore présente, il ne devait pas avoir perdu la mémoire plus que ça… Ou pas du tout ! Oui, parce qu’elle avait douté de Sélia lorsque celle-ci lui avait dit qu’il avait encore sa mémoire… Avec tout ces mensonges… !

Et bien moi tu m’excuseras, mais je ne le suis pas !

Nick eu un petit sourire, décidemment sa fille ne changeait pas.
Le son de sa voix ne le trompait pas, malgré les apparences elle avait peur et était furieuse… Qui ne l’aurait pas été ? Sûrement pas Sabrina, connaissant sa fille, si elle n’avait pas eu tellement peur, elle lui aurait sauté dessus et l’aurait frappé en hurlant, comme une gamine.
Mais elle avait peur… Elle avait peur mais sauvait les apparences… Les apparences…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyDim 21 Jan - 17:04

Sabrina se calma, il le fallait, elle n'avait pas le choix... Il faudrait qu'elle ait une conversation avec son père, et dans l'état où elle était, elle aurait pu faire éclater la vitrine du magasin d'à côté... C'est ce qu'elle aurait fait d'ailleurs, mais il n'y avait pas de magasin à côté.
Elle ferma les yeux, essayant d'enlever tout sentiment de colère et de peur en elle... Elle recula jusqu'au mur, et lorsqu'elle fût contre celui-ci, elle se laissa tomber jusqu'à être assise à son dos (Au dos du mur).

La jeune fille soupira, et fit de son mieux pour ne pas penser au passé... Oui, parce que son père ne pouvait que lui faire penser à son passé, à leur passés ensemble!
Elle pouvait faire de son mieux pour ne pas y penser, elle pouvait faire de son mieux pour essayer de se remémorer des souvenirs joyeux, mais la plupart de ses souvenirs joyeux étaient avec son père...

Le visage de sa mère apparu devant elle, la femme qui était la plus importante pour elle.
Malgré le fait qu'elle n'était pas aussi proche de sa mère qu'elle l'était de son père, il était sûr qu'elle l'aimait.
Elle n'aurait pas pût dire que même pour sa mère elle ne se serait pas sacrifiée, elle n'aurait jamais osé avouer que si elle devait choisir entre son père et sa mère, elle aurait sauvé son père.
Elle n'aurait pas osé admettre qu'elle n'aurait jamais été dans cet état si ça avait été sa mère... Sabrina ne voulait pas dire, pas admettre, pas avouer, ne voulait simplement pas penser que le choix aurait été vite fait...


-Ne t'inquiète pas, pour moi aussi le choix aurait vite fait.

Sabrina sursauta, et (ouvrit et) leva les yeux vers son père... Le temps d'un instant, elle avait oublié qu'il était Légilimens...
Y avait-il une de 'ses autres' qui était Occlumens? La seule qui lui venait en tête était Sélia, mais Sélia ne l'aiderait pas... Sauf si elle lui demandait!
Mais elle ne savait pas... Et elle ne voulait pas ! Qu’est-ce que ça changerait au fond, même si elle savait se défendre ?
C’était le moment de faire confiance à son père.


Tu vas écouter dans mes pensées pendant le combat ? Enfin je veux dire, pendant le moment ou on va…

Nick regarda Sabrina dans les yeux, ses yeux noirs rencontrant le regard bleu-vert de sa fille…
Il était assez étonné de la question, n’y ayant jamais réfléchit, la question pouvait paraître bête, idiote, sans importance, pourtant…
C’était important, et il voyait bien que Sabrina voulait lui faire confiance, elle espérait qu’il ne lirait pas dans ses pensées pour ne pas connaître les sorts à l’avance…
D’après ce qu’il avait comprit, sa fille avait quelques ‘autres’ en plus, n’y en avait-il pas une qui était Occlumens ?
Peut-être, mais apparemment elle ne voulait pas savoir, elle voulait juste lui faire confiance, pour la dernière fois de sa vie…
Il soupira, et prit sa décision, il allait être loyal, et pas lâche… Il avait ce petit côté Gryffondor/Poufsouffle, je vous laisse imaginer ce qu’en pense Andy.


-Non, je ne vais pas les écouter…Je…Promis.

HJ: J'en prends l'habitude à force, de couper mes posts! Désolée du retard!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyDim 21 Jan - 17:05

Maintenant, la question était de savoir si il allait tenir sa promesse, si son côté déloyal reprendrait le dessus…
Mais Cooper ou pas, une parole était une parole, et il se devait de la tenir… Surtout pour elle…
Il avait eu du mal aussi, à admettre que Sabrina était plus importante que Ella à ses yeux, c’était sûrement le fait que ces deux là s’aimaient à ce point qui compliquait ce combat, ces explications…
Lorsque le regard foncé de Nick se reposa sur sa fille, la jeune Gryffondor était en train de pleurer, jusqu’à ce qu’elle explose et commence à crier…


Le « promis » que son père prononça résonna dans sa tête ; tout comme les mots « Papa, suicide, marcher » l’avaient fait quelques instants plus tôt.
Il lui promettait quelque chose, et elle devait lui faire confiance, lui faire confiance après tous les mensonges qu’il lui avait dit, après toute la peine qu’il lui avait faite.
Mais malgré tout, malgré ses défauts, elle aimait son père, car chaque fille aime son père (du moins, lorsque cette fille connaît son père), car il était comme ça et rien ne le changerait…
Parce que c’était son père, tout simplement… Son père, son meilleur ami, mais à présent, il n’était plus « tout » pour elle, à présent elle avait des amis, des gens à qui elle tenait, des filles et des garçons avec qui elle était proche et même des monstres marins... Mais rien n’égalait ce qu’elle éprouvait pour son père, même pas lui…
Mais au moins eux, eux ne lui avaient pas mentit, eux n’avaient pas usé de magie sur elle, eux n’avaient pas trahit sa confiance…


C’est une vraie promesse ? Ou c’est encore un de tes mensonges ? Tu crois que je peux te faire confiance maintenant ? Après les rêves ? J’avais confiance en toi, j’ai faillit me sacrifier pour toi, j’ai pleuré pour toi, j’ai faillit mourir mais j’ai survécu, encore une fois en pensant à toi !
Et toi, toi tu… TOI TU ABUSES DE MA CONFIANCE!


Sabrina ne trouvait rien de mieux à dire que « Abuse », parce que pour elle il était allé trop loin, que ce soit pour la protéger ou pas, de la magie noire restait de la magie noire…
Et il l’avait utilisé sur elle, ce qu’elle n’admettait pas ! Elle n’admettait pas tout court qu’il lui lance un sort sans son accord, autre que pour l’entraînement, autre que pour son bien… Car ces rêves l’avaient fait souffrir, ces rêves étaient terribles, horribles… Invivables… Mais il l’avait fait, il avait lancé ce sort, quel sort d’abord ? Elle ne voulait pas savoir… Pas savoir le sort qui lui avait fait vivre des nuits, certes neutres, mais très difficile, elle ne voulait pas savoir parce qu’elle ne voulait pas faire vivre ce qu’elle avait vécu à quelqu’un d’autre…


-Je sais…

Oui, il savait, il savait qu’elle allait réagir comme ça, il savait qu’elle n’aurait jamais accepté qu’il la fasse souffrir.
Mais surtout, ce qu’il savait, c’était que ce n’était pas seulement à cause des rêves qu’elle était comme ça, c’était juste la vérité qui la faisait souffrir, car la vérité était qu’il lui avait mentit, qu’il lui avait plus d’un an et qu’elle lui avait fait confiance.
Qu’il l’avait en quelque sorte trahit et qu’elle n’acceptait pas la trahison venant d’un personne importante pour elle… Il savait car il lui avait apprit à ne pas accepter de trahison, car lui-même avait été trahit par son père… Et lorsqu’il mourrait, ou qu’elle mourrait, elle garderait le souvenir que son père l’avait trahit.


Tu sais ? Tu sais ? Non, tu sais pas ! Tu sais pas ce que j’ai ressentis, ce que j’ai vécu ! Tu sais pas c’que ça fait d’être seule ! Tu sais pas comment je me sens face à tous les mensonges ! Tu ne sais pas c’que ça fait d’être tra…

Nick coupa Sabrina avant que celle ci ne prononce le mot «trahie », comment pouvait-elle prétendre qu’il ne savait pas ?
Lui qui avait faillit se faire tuer par son père, le jour de l’anniversaire de sa fille ? Lui qui, lorsqu’il dormait c’était fait attaqué en silence ?
Comment pouvait-elle affirmer qu’il ne savait pas ce qu’elle ressentait ? Si il savait, il savait et ça lui faisait mal de lui faire ressentir la même chose qu’il avait ressentit.
Mais comment pouvait-elle se plaindre ? Les rêves, ils n’étaient pas si terribles ! Elle avait eu un instant de repos dans ses rêves, un contact avec lui ! Elle qui se plaignait qu’il lui manquait ! Comment pouvait-elle…

Roh, mais qu’elle se taise à la fin ! Des deux, qui ne savait pas ? Des deux, qui avait le plus souffert ? Savait-elle se que lui avait du éprouver lorsque son père avait essayé de le tuer, et que à cause de cette fichue prophétie, il avait apprit qu’il devrait tuer sa fille ?
Ne c’était-elle pas demandée comment son grand-père était mort ? D’où étaient venues ses blessures (celles de Nick) le jour où son père était mort ?
Ah oui, si on excluait le fait que seule ‘les autres’ de sa fille, ainsi que lui-même, savaient ce qui c’était réellement passé… Elle-même devait bien le savoir ! Même si il lui avait effacé la mémoire…
Allait-il tout lui dire ? Allait-il lui avouer qu’en fait… Pouvait-il gâché le reste de sa vie ? Ou alors lui remémorer un souvenir qu’il lui avait fait oublier ? Oui, il lui devait la vérité, après tout les mensonges, après dix ans de mensonges, il se devait de lui dire ce qui s’était passé, et pourquoi cela c’était passer… Sur quoi était basé sa vie ! Même si là, elle le savait déjà : Sur des mensonges.


-Stop, suffit, tais-toi !

Sabrina sursauta lorsque son père l’interrompit… Le ton de l’homme en face d’elle avait été dur, froid, distant.
Ca faisait tellement longtemps qu’elle ne l’avait pas entendu parler comme ça… Son ton n’avait jamais été aussi froid… Ca lui donnait des frissons dans le dos, la seule personne à qui son père avait déjà parlé comme ça était son grand-père…
Sabrina c’était demandé comment il était mort, le jour même de son anniversaire, mais avait refusé de le demander à son père, elle avait aussi évité d’y penser en la présence de son père, elle savait que c’était un sujet sensible, et encore plus depuis que Andy était mort.
Mais il était mort ! Pourtant Sélia… Simona, lui avait dit que son père se battrait contre son père… (Que son père, Nick, se battrait contre son père, Andy) Alors ? N’était-il pas mort ? Nick se battrait-il contre un fantôme ?

Sabrina se releva, ne pouvant pas rester assise plus longtemps : Dans l’état où son père était, même si malgré tout son ton avait été calme, elle savait que si ils commençaient à " se battre", elle n’aurait eu aucune chance sans Sélia, et les autres…
Mais elle n’avait déjà aucune chance, puisqu’elle avait demandé ‘aux autres’ de ne pas utiliser autre puissance que la sienne…
Elle soupira, et essuya ses larmes… Si il fallait pleurer à chaque fois qu’elle exploserait à cause des mensonges de son père, elle serait beaucoup trop faible pour lancer un "Expelliarmus"… Sans oublier que sa " tentative " de noyade l’avait affaiblie, et puis aussi marcher pendant près de 2 heures, il faut le faire… Mais elle tenait grâce à l’énergie de ‘ses autres’, enfin celles dont elle savait qu’elle n’aurait pas beaucoup besoin… Lisa par exemple…
Lorsqu’elle prit la parole, sa voix fût la moins émotive possible dans un moment pareil, avec un léger tremblement qu’on n’entendait quasiment pas, même si Nick, lui, l’entendait.


Alors explique moi, la prophétie, tout, les mensonges ! Je veux savoir pour Andy et le reste, je veux savoir comment tu as fais pour me lancer un sort tous les mois ! Je veux que tu m’expliques comment tu as put me faire ça, alors que, d’après toi, je suis plus importante à tes yeux que ta femme !

Nick s’attendait à quelque chose du genre, il avait aussi préparé le ton que sa fille allait utiliser.
Elle n’avait pas changé, dans sa manière d’agir, de parler, de faire la comédie, comme si rien ne l’atteignait, elle lui ressemblait tellement… Pas physiquement, physiquement elle ressemblait plus à… A sa mère, mêmes yeux, mêmes cheveux (quand ils ne sont pas teints) mais elle était pourtant très différente du reste de sa famille… Bref, un mélange Cooper-Summers, ça donne…Sabrina ! Donc en fait, il vaut mieux éviter de refaire un mélange Cooper-Summers !


-Bon, alors pour commencer tu t’assois… Ca va être long et pénible pour toi, et vaut mieux pas que tu tombes des nues…

Sabrina soupira une dernière fois, en pensant que de toute manière, ce ne serait pas plus terrible que ce qu’elle vivait déjà et sans rien dire, elle s’assoit en gardant les yeux rivés sur son père.

-Tu veux tout savoir hein… Alors tu vas tout savoir !

Nick fait apparaître une chaise et respire un bon coup après un regard à sa fille, peut-être qu’il faisait de son mieux pour retarder le moment où il aura fini ? Car, lorsqu’il aurait fini de raconter, il ne resterait plus d’autre choix que le "combat" qui en soit, se résumerait à un ou deux "Avada’s"…

- Alors ça commence le jour de tes deux ans, il y a dix ans… On avait réveillonné, et on dormait… Bref, on avait invité mon père et ma mère, et ils ont ensuite dormit chez nous…

Sabrina hocha la tête, jusqu’à ce moment là, elle s’en souvenait encore !

- Pendant la nuit, quand je dormais… Andy est venu dans ma chambre ; apparemment pour me tuer… Donc, question " trahison" j’en connais quand même pas mal !

Sabrina se sentait mal, au moins elle, on l’avait prévenue qu’il y aurait un moment où l’un des deux mourrait.

-Je me suis réveillé, et me suis protégé à temps… Mais mon père, est beaucoup plus puissant… Tu sais, il est assez puissant pour créer un Horcruxe.

Non, elle ne le savait pas, car elle ne savait pas ce qu’était un Horcruxe, mais passons…

- Créer un Horcruxe n’est pas donné à tout le monde ! Il faut être un puissant Nécromancien…

Qu’est-ce qu’était un Nécromancien ? Sabrina ne savait pas vraiment, mais ce n’était pas vraiment le moment de demander…

- Et pour être Nécromancien, il faut avoir une énorme connaissance en magie noire…

Au moins elle savait ce qu’était la magie noire, c’était déjà mieux que de ne rien comprendre à ce que disait son père.
Mais, de ce qu’elle avait comprit, son grand-père était un sorcier très puissant, beaucoup plus que Nick ! Et celui-ci avait voulu attaquer Nick, pourtant, des deux, c’était bien Nick qui était devant elle et non Andy !


-Tout ça pour dire…

Ca ne faisait pas particulièrement plaisir à Nick de complimenter son père, l’homme qui l’avait fait souffrir et à cause duquel il se retrouvait là, à expliquer cette histoire à sa fille…
Mais il devait beaucoup à sa fille, il l’admirait tout autant qu’il admirait son père, car oui, il admirait son père même si c’était difficile à admettre…
Tout autant difficile à admettre que la phrase qu’il venait de commencer :


-…Que j’étais en train de perdre et que j’étais sur le point de mourir… Mais on était en haut tu sais, et j’avais réussit à l’attirer près des escaliers, surtout pour ne pas vous réveiller, toi et ta maman…
Mais tu t’étais réveillée, et du haut de tes deux ans, tu nous avais suivit en silence…


D’après le ton de la voix de son père, se ton de fierté, il était fier d’elle… Pourquoi ? Pour s’être réveillée et ne pas avoir fait de bruit ? Pour avoir regardé son père en train de perdre, sur le point de mourir, sans réagir, sans rien dire ?

- Au moment où il a lancé un Avada, et que j’ai fait de même… Quand tu as vu l’éclair vert, tu as fait exploser une fenêtre…

Ah bon ? Une fenêtre ? D’habitude c’était les verres qu’elle cassait lorsqu’elle était furieuse et qu’elle se contrôlait plus !
Une fenêtre c’est grand non ? Et elle n’avait que deux ans non ? A deux ans on peut être assez en colère pour casser une fenêtre ? Et quelle fenêtre ? Celle de la douche ? Mais elle se tût, et attendit que son père continue.


- Oui, quand tu es furieuse tu casses les verres, quand tu es furieuse et terrifiée, tu peux casser des fenêtres… Enfin bref, un morceau de cette fenêtre est venu se planter quelque part autour de son cœur…

Je l’ai donc tué ! Meurtrière avant même d’avoir eu 731 jours !

-Mais il n’était pas mort !

Ah, parce qu’il est immortel ?
- Arrête avec ton ironie, je te rappelle que je t’entends toujours !

Tu n’as qu’à pas m’écouter, comme promis…

- En attendant, je te signale qu’on a pas commencé à ce battre ! Et que…

L’on ne se battra pas… Je sais!

- Enfin bref, il n’était pas mort… Mais il le fut bientôt, parce que tu l’as poussé dans les escaliers… Tu y as d’ailleurs mit tellement de force que si je ne t’avais pas rattrapé à temps, tu serais partie avec !

Ah, elle avait donc sauvé son père de la mort ce soir là, en devenant meurtrière… Donc en fait, elle n’avait été innocente que deux ans, non même pas puisqu’elle avait arrêté d’être innocente le premier jour de sa deuxième année !
Avait-elle commit un meurtre à un an aussi ? Non, elle ne savait pas parler, faire exploser des verres, si mais pas pousser quelqu’un dans l’escalier…


- Mais il y avait une prophétie entre mon père et moi… Je l’ai connue beaucoup plus tard, quand je travaillais au département des mystères… En fait, à la base je devais le tuer, ou il devait me tuer, et si une personne nous aidait… C'est-à-dire, si quelqu’un le tuait à ma place ou si quelqu’un me tuait à sa place, la personne aidée, en l’occurrence moi, devrait tuer l’"aide" en l’occurrence toi…

Donc en clair, c’était tout bonnement de sa faute si elle devait affronter son père… Elle soupira, ce n’était qu’une partie de la vérité, elle redoutait vraiment la suite de cette histoire… Mais la vérité, tout comme ce jour l’avait été, était inévitable…

HJ: Petit excès de sadisme de ma part, vous n'aurez pas la suite avant deux ou trois, ou encore plus de jours, qui sera le dernier post... Sauf si j'ai un autre petit excès de sadisme!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyLun 29 Jan - 22:17

Nick ne savait pas ce qu’était l’Horcruxe de son père, pourtant il devait bien être quelque part sur lui pour que cet Horcruxe arrive à lui parler dans sa tête non ?
Quelque chose qui restait toujours sur lui, car son père ne le quittait apparemment pas… Pouvait-il être lui-même un Horcruxe ? Ce qui voudrait dire que Sabrina devrait le tuer, pour tuer l’Horcruxe de son père… Mais Nick doutait que son père ait eu assez confiance en lui pour lui "confier" son Horcruxe ! En plus de ça… En plus de ça, Andy voulait que Nick survive, pourtant Sabrina voudrait obligatoirement tuer Andy, entièrement, ne serait-ce que pour se venger ! Donc… Andy, si il avait été malin, n’aurait jamais prit Nick comme Horcruxe, sachant que Nick voudrait tout de même mourir… Mais il aurait aussi très bien pu le faire, puisque de toute manière il voulait mourir après avoir tuer Sabrina…
Bref, dans la tête de Nick, tout était très, trop, confus mais pour une fois, Andy allait l’aider à sa propre manière…


– Tu n’es pas mon Horcruxe… Alors arrête avec tes doutes à la noix de coco, je les entends et c’est pas agréable !

Et alors, dégage de ma tête ! D’ailleurs, tu es quoi ? C’est quoi ton Horcruxe ?

-Ta… bague !

Ma bague ? Quoi ? Tu… Ma bague ? Non mais comment oses-tu !

- Ce n’est pas ma faute, tu n’as qu’à l’enlever !

Exactement oui, je l’enlève, comme ça tu dégages !

-Parfait… Parfait !

Parfait !

-Oui, c’est parfait !


Sabrina se releva il fallait qu’elle fasse quelque chose, elle en avait marre de rester assise… Elle allait mourir ? Parfait ! Alors elle mourrait debout, pas assise, active et pas endormie !
Elle avait tué son grand-père ? Parfait ! Alors elle tuerait son père aussi, elle n’était pas seule, ça lui ferait mal… Mal de perdre un être cher, en fait ça lui faisait déjà mal, tous ce qu’elle découvrait, les mensonges lui faisaient encore mal.
Mais plus les minutes passaient, plus son petit monde s’effondrait encore un peu plus, oui car plus les paroles de son père résonnaient dans cette rue sombre, plus elle se rendait compte que les mensonges n’étaient pas fini, un mensonge était passé un autre venait…
Mais il fallait qu’elle sache, Sabrina avait besoin de savoir la vérité, toute la vérité et rien que la vérité, pour pouvoir tourner la page si elle survivait, pour pouvoir se battre si elle mourait.


Et alors… Ton père ? Il est devenu quoi, grand-père ? Sélia m’a dit que tu devais te battre contre lui !

Nick bouillonnait intérieurement, il en avait ras le bol de son père, mais il le gardait quand même au doigt.
Il n’allait quand même pas enlever sa bague de fiançailles juste parce que son père était là-dedans !
Mais quand est-ce que Andy avait fait ça ? Pendant la nuit ? De toute manière, Nick commençait à croire que son père faisait tout la nuit ! Il voulait le tuer la nuit, avait sûrement « mit » son Horcruxe "dans " sa bague pendant la nuit… Nick se demandait si il arrivait à Andy de dormir, du temps de son vivant…
Mais tout d’un coup, quelque chose frappa Nick, pas quelque chose de grave mais… Son père était mort depuis 10 ans, et il avait du faire son Horcruxe avant… Bien avant… Donc, il avait vu, entendu, tout ce que Nick avait fait durant toutes ces années… ? Intrusion à la vie privée… Nick secoua la tête et se reprit : Il fallait répondre et surtout expliquer à Sabrina, même si le cœur n’y était pas.


- Comme je te l’ai dis, il a créé un Horcruxe…

Sabrina avait à peine ouvert la bouche pour lui faire remarquer qu’elle ne savait pas ce qu’était un Horcruxe, que Nick lui avait déjà répondu…

Un Horcruxe est un fragment d’âme… Ton grand-père a divisé son âme en deux, et a mis la moitié de son âme dans un objet… Ma bague. Donc, lorsque tu l’as tué, il n’était qu’à moitié mort ! Et il l’est toujours, il a résidé dans ma tête pendant des années, une décennie et demi sûrement, sans rien dire, sans rien faire, je ne savais pas qu’il était là…

Gné ? Pardon ? Hein ? Quoi ? Elle avait tué son grand-père mais il n’était qu’à moitié mort ? Quoi ? Quand on tue quelqu’un, cette personne est morte non ? Alors elle ne l’avait pas tué ! D’ailleurs, il n’était pas normal cet Andy !
Pourquoi avoir divisé son âme en deux, alors qu’il avait mit toutes les chances de son côté en attaquant Nick avec lâcheté ?


- Il était prévoyant, il voulait éviter de mourir tout de suite… Car en fait, si jamais il mourrait, la personne qui l’avait tué, devait vraiment tenir à moi pour commettre un meurtre à ma place… Et sur cette base, il aurait été difficile que je tue cette personne, donc il voulait être là pour tuer cette personne. D’abord pour ce venger, et ensuite car, si il avait perdu face à moi, il refusait que je perde face à quelqu’un d’autre.
Au cas où je l’aurais tué sans aide, il m’aurait dit de détruire son Horcruxe, vu que de toute manière il pouvait me parler… Si il avait survécu, il aurait détruit son Horcruxe lui-même.


Sabrina se laissa tomber sur le sol, finalement, si il voulait l’attaquer qu’il l’attaque, ce n’était pas grave si elle mourrait sans combattre, mais elle avait besoin de capter tout ça…
En fait, elle avait besoin d’accepter les mots que son père venait de prononcer et surtout de les comprendre.
Andy Cooper en fait, on pouvait le voir de deux manières : Prêt à tout pour aider son fils à tuer quelqu’un, même à diviser son âme en deux et à commettre un meurtre…
Ou alors égoïste, tellement désireux de vengeance qu’il se fiche pas mal de la vie qu’il enlève à un homme pour avoir un Horcruxe et ainsi revenir tuer la personne qui l’a ‘tué’ dix ans auparavant…
En fait, Andy Cooper, c’était les deux… Et Sabrina le voyait comme tel, un peu des deux.


Ah ? Alors il peut te parler… Il m’entend, il t’entend, il te parle, et même là, je lui parle… Et c’est lui qui m’achèvera ! Papa, je vais te dire… Si je dois mourir de la main de quelqu’un, je veux que ce soit de la tienne, et je veux que TU, toi et ton âme et tout le reste, que tu lances le sort et non lui.
Je suis sûre que tu peux me promettre ça, car je ne veux pas mourir de la main d’un homme tel qu’Andy, je veux mourir de ta main car tu es le plus important.
Je veux mourir de ta main, en souvenir de tous les moments ensembles, tu te souviens quand j’ai eu un doigt en plus et que je me suis enfuie en pleurant ? Tu te souviens que tu as du me lancer un Accio pour me faire atterrir dans tes bras ? Eh bien je voudrais que tu lances l’Avada comme tu as lancé l’Accio, sans penser à la douleur que ça me fera, sans penser à nos souvenirs. Sans penser à maman ni à mes amis, sans penser à moi…
J’en sais assez, je sais pourquoi je suis ici, je sais pourquoi tu es là et je sais aussi comment ça doit ce finir, je ne veux pas attendre plus longtemps, si je dois mourir, tues moi.


Sabrina s’arrêta de parler, sur le coup elle avait peut-être oublié que c’était son père en face d’elle, mais elle n’oubliait pas par contre qu’il était un peu son meilleur ami…
Et qu’elle avait eu envie de lui dire ça, même si un texte pareil aurait peut-être dû être prononcé par le père et non par la fille, c’était Sabrina qui avait craqué la première, Sabrina qui avait eu le besoin de se lâcher sur le coup, mais elle n’avait pas fini, loin de là…


Tu m’as fait souffrir, toute cette année j’ai souffert pour des mensonges… Je ne peux pas te dire que je te pardonne, car ce ne serait pas vrai…
J’avais confiance en toi, j’avais confiance en ‘mes autres’ et vous n’avez fait que me mentir, parce qu’apparemment même Sélia savait pour le souvenir et tout ça… Pour le meurtre et pour l’Horcruxe.
Si je veux mourir sans en entendre plus, c’est pour pouvoir te pardonner plus rapidement, pour ne pas trop garder le souvenir des autres mensonges que tu as pût me dire.
Je n’oublierais jamais tout ce qu’on a vécu ensemble, je n’oublierais jamais l’homme que tu es… De toute manière, si je meurs Sélia ne sera plus là, Fiona ne sera plus là, Sandra et les autres non plus, ce sera fini… Si il y a un après, je devrais tourner la page, de toute manière je sais que j’oublierais rien, que ce soit toi, tes mensonges, les bons moments ou ‘mes autres’… Mes amis ou maman, en passant par les personnes que j’ai rencontrées, ton ancienne patronne, je l’ai rencontrée au fait…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyLun 29 Jan - 22:18

Alors comme ça elle laissait tomber ? Elle n’allait pas se battre pour ses amis, pour avoir un avenir plus tard ?
Ne voulait-elle pas rencontrer le grand amour, profiter de la vie et de tout ce qui s’en suivait ?
Nick voyait bien les larmes qui commençaient à couler sur les joues de sa fille, mais il ne la tuerait pas comme ça, il ne voulait pas…
Leurs souvenirs ensemble n’étaient pas aussi important pour lui que pour Sabrina, mais lui n’avait rien à perdre.
Il avait déjà vécu sa vie, certes il n’avait "que" 30 ans mais ces 30 années avaient été suffisante pour enlever la vie de personnes peut-être pas innocente, mais qui n’avaient rien fait pour mourir aussi "vite" et brutalement…
Il n’avait pas grand-chose à perdre, à part sa femme, et sa mère… Il ne voulait pas se réveiller chaque matin et voir Ella qui lui rappellerait sans cesse Sabrina, il n’avait aucune envie de vivre dans le regret et le remord d’avoir tué une personne qui était importante, et pas seulement pour lui.


- Je refuse de te tuer, comme ça, alors que tu es sur le sol en train de pleurer. Si tu crois que je vais te tuer comme ça, tu te trompes…
Si tu veux que je te tue, ne pense pas que ça me fera plaisir, ne pense pas que me réveiller tout les matins en voyant la tristesse sur le visage de ta mère me fera sauter de joie !
Je suis peut-être égoïste, mais pas à ce point, pas au point de me dire que tu es morte mais qu’au moins je suis là !
Tu vas te battre… Pourquoi es-tu là alors ? Pourquoi ne pas t’être suicidée ? Pourquoi être sortie de l’eau si ce n’est pas pour te battre ?
Tu crois que si Sélia et les autres ne parlent pas c’est parce qu’elles t’approuvent ? Tu crois qu’elles t’ont sorties de l’eau pour que tu abandonnes maintenant ? Oui, je sais comment tu as tenté de te suicider, en même temps avec Lisa qui est en train de penser à tous les actes que tu as faits depuis hier ce n’est pas difficile… !
Mais, ne va pas croire qu’elles sont d’accord ! Ne va pas croire qu’elles sont aussi lâches que toi pour abandonner aussi facilement, elles se taisent simplement parce qu’elles savent que je vais faire le boulot à leur place !
Moi, je n’accepte pas que tu baisses les bras ! Moi, je n’accepte pas que tu oses me demander de te tuer ! Certes, tu ne fuis pas le danger mais tu n’es pas beaucoup plus courageuse.
Tu devrais te battre, pour tes amis, pour ta famille, pour moi… Pour les autres gens que tu vas rencontrer, pour… Pour prouver à Andy que tu n’es pas une incapable !


Les larmes coulaient encore sur les joues de Sabrina… Alors comme ça il croyait vraiment que c’était parce qu’elle ne voulait pas se battre ? Il pensait sérieusement qu’elle abandonnait ses amis et sa famille ? Les gens qu’elle aimait ?
C’est vrai qu’elle aurait pu se suicider, et elle l’aurait fait mais elle voulait connaître la vérité, elle ne voulait pas mourir en ignorant sur quoi sa vie était basée !
Maintenant oui, elle avait refusé de connaître la suite, elle en connaissait assez et quelque chose lui disait qu’elle ne ratait pas grand-chose !
La jeune Gryffondor ouvrit la bouche, puis la referma… Elle ne savait pas si elle devait vraiment expliquer à son père ce qu’elle ressentait, de toute manière il ne pouvait pas comprendre… Il ne pouvait pas comprendre qu’elle l’aimait assez pour se sacrifier, mais aussi pour ne pas lui faire mal sans raison.
Elle essuya ses larmes, même si de toute manière d’autres larmes coulaient à leur tour sur ses joues, et se décida à parler…


T… Tu ne peux pas comprendre…

Sa voix s’éteint après cette phrase, mais lorsqu’elle entendit que son père voulait répliquer, elle rouvrit la bouche avec un peu plus d’assurance, essayant de refouler les tremblements qui se faisaient entendre, bafouant les larmes qui voulaient encore couler.

Tu ne peux pas croire que je n’ai pas envie de revoir mes amis un jour, tu ne peux pas croire que je ne voudrais pas me battre pour les personnes à qui je tiens.
Moi je m’en fous d’Andy, il pense ce qu’il veut, je ne vais pas me battre pour lui prouver quelque chose !
Non, je voudrais simplement éviter de me battre contre toi, à quoi bon me battre contre toi dis moi ?
Si je me bas contre toi, tu gagneras quand même, je n’ai aucune chance de te tuer, alors pourquoi perdre deux heures de mon temps ?
Mais encore, ce n’est pas pour ça que je refuse de me battre contre toi… Tu crois vraiment que si je te tue, je pourrais encore me regarder dans le miroir ? Tu crois franchement que j’aurais encore envie de vivre après avoir mit fin à la vie de mon père ?
Tu crois que je supporterais de retourner à la maison et de voir tous nos souvenirs ? Moi je peux te dire que je serais obsédée par ça, je ne penserais pas à autre chose qu’à ça… Jamais je ne pourrais refaire ma vie comme ça, c’est bon, c’est suffisant, j’ai tué des innocents pour rien comme entraînement… J’ai tué mon grand-père…
Il y a assez de personnes qui ont perdus la vie à cause de moi, je ne veux pas que tu en fasses partie ! Oui, je dois être une sorte de monstre, née pour tuer, mais je refuse de te tuer, je n’ai pas envie de te tuer et je ne te tuerais pas !
Oui, je préfère être égoïste, je ne sais pas si mes amis pleureront ma mort, je ferais certainement de la peine à Sedomina mais je ne me battrais pas, je ferais de la peine à maman mais je ne me battrais pas, je te ferais de la peine mais je ne me battrais pas.
Je ne veux pas voir ton corps sans vie devant moi, je ne veux pas m’imaginer ma vie sans toi !
Si je fais ça… C’est parce que je t’aime ! Si je suis venue ici, ce n’était que pour connaître la vérité, je ne veux pas en savoir plus et je ne veux pas sortir d’ici…
Ce n’est pas facile de faire ça, alors je voudrais que tu acceptes mon choix, avant que je ne change d’avis, oui c’est du suicide je sais, mais j’ai pas peur de la mort alors tues moi !


Nick en avait presque les larmes aux yeux… Sur le moment il se demanda si sa fille n’avait réellement que 12 ans… Elle avait tellement grandit…
Elle avait tellement changé… Elle paraissait beaucoup plus sérieuse comma ça, sur le sol en train de pleurer.
Il savait qu’il la faisait souffrir, il savait que ces derniers mois il n’avait fait que la faire souffrir, il savait aussi que pendant les entraînements il l’avait fait souffrir, du fait qu’elle n’était pas comme les autres et qu’elle devait travailler pendant que les autres jouaient.
Il savait que si elle faisait ça c’était pour lui, pour qu’il vive sa vie, pour qu’il l’oublie et ait un autre enfant… Il savait aussi qu’il n’avait pas du tout envie de mourir, cette dernière année avait été aussi difficile pour lui qu’elle ne l’avait été pour Sabrina, et il aurait tout fait pour pouvoir revivre une vie normale… Tout, sauf tuer sa fille.
Il respira un bon coup, il n’allait pas faire un récit comme Sabrina, enfin il allait essayer de ne pas en faire un comme celui de Sabrina mais il voulait quand même lui parler, c’était tout de même… La dernière fois.


- Je ne te tuerais pas, même si tu me supplies.
Tu sais bien que c’est encore plus difficile pour moi, je dois renoncer à 30 ans de ma vie, je dois laisser tomber mes projets, mon travail, ma femme… Je dois abandonner ma vie et tout le reste.
Mais pourtant, tu as plus à perdre que moi, j’ai 30 ans, j’ai déjà profité de la vie, toi pas, tu n’as que 12 ans et tu dois vivre encore beaucoup de choses !
Tu tourneras la page, pas facilement, pas maintenant, mais tu tourneras la page… Tu ne m’oublieras pas, mais il arrivera que tu ne penses pas à moi… Non, ne me dit pas que tu penseras toujours à moi, ce ne serait pas vrai !
Alors, tu te lèves, tu lèves ta baguette, tu attends que j’enlève ma bague et tu me tues.


– Je n’aurais pas du te dire pour l’Horcruxe !

Exactement, tu n’aurais pas du me le dire, tu as juste fait l’erreur de me faire confiance.


Sabrina leva les yeux vers son père, elle voyait la sincérité dans le regard de son père… Fallait-elle vraiment qu’elle gâche le reste de sa vie en mettant fin à une autre ? Ne pouvait-il pas simplement accepter de la tuer au lieu de compliquer les choses ?
Il avait envie de vivre, elle était prête à se sacrifier pour lui, alors pourquoi était-ce elle qui devait lancer le sort de mort ?
Il n’était pas capable de comprendre que le voir mort, lui ferait beaucoup trop mal ?
Sabrina essaya de réfléchir, de trouver une autre solution, de ne pas accepter de le tuer…
Mais il n’y avait pas de solution, il la comprenait, elle voyait bien dans son regard qu’il voyait tout ce qu’il représentait pour elle.
Elle se leva lentement, sous le regard noir de son père et elle leva difficilement la baguette.


Y’a pas d’autre solution hein ? Tu… Tu n’accepteras pas de me tuer hein ?!? Tu… On peut pas rester tout les deux en vie… C’est… C’est la fin hein ?

Le cœur de Nick commença à battre plus rapidement, c’était donc vraiment la fin… Sa fin ?
Y arriverait-elle ? Ce n’était pas la première fois, il le savait mais ce ne serait pas facile pour elle, c’était son père tout de même… Il savait qu’elle l’aimait assez pour se sacrifier mais l’aimerait-elle assez pour avoir le courage de le tuer ?
Les larmes de Sabrina recommençaient à couler, encore une fois, elle fermait les yeux, pour ne pas le regarder, pour ne plus en souffrir.
Lentement, il prit sa bague et la laissa tomber sur le sol… Cette bague, signe qu’il était marié avec Ella… Signe qu’il avait été marié à Ella.
Car tout serait fini… Tout…


- Non… C’est la fin, il n’y a pas d’autre solution… Ne me regarde pas comme ça, je refuse toujours de te tuer.

Il lui avait mentit… Il avait gâché sa première année à Poudlard… Il lui gâcherait le reste de sa vie.
Il l’avait empêché d’avoir une vie normale, il l’avait empêché d’être comme toutes les filles de son âge ! Il allait l’abandonner, et tout ça c’était sa faute ! Sa faute si elle était ici, sa faute…
Sabrina essayait de se convaincre, elle essayait de haïr son père… Peut-être qu’en le blâmant ce serait plus facile, peut-être que l’Avada sortirait plus vite si elle le détestait ? Elle ouvrit les yeux pour regarder son père… Une dernière fois.

Sandra… Sofia… Sélia… Violet’… Presci’… Emma… Je vous fais confiance… On y va ensemble, à trois, nous 7 ensemble…

Un…

Deux…

Trois…


Le sort allait sortir, elle referma les yeux et murmura en même temps que son père : « Je t’aime…» Trois mots… Trois mots qui en précédaient deux :


Av… Avada Kedavra

Adieu…

C’était la fin… Tout était fini, plus jamais il ne reverrait Ella, plus jamais il ne verrait le regard de sa fille… « Je t’aime » les paroles que ces deux gens avaient prononcés, des paroles si importantes au fond…
Mais c’était fini, tout, sa vie… Il se sentait partir, non, il était partit, mais avant de partir il avait entendu le « Adieu » de sa fille.
La reverrait-il un jour ? Peut-être… Mais du moins plus jamais ici, plus jamais il ne l’entendrait rire, plus jamais il n’entendrait ‘les autres’ de sa fille raconter des bêtises.
Plus jamais il ne pourrait serrer sa femme dans ses bras et lui dire qu’il l’aimait, tout ça c’était fini, il ne se lèverait plus pour aller au travail car c’était fini.
C’était fini, il avait finalement donné sa vie pour sa fille, et c’était fini… Que dire de plus ? C’était fini.


Sabrina regarda son père s’effondrer sur le sol, et elle s’effondra à son tour, elle ne l’avait pas fait seule ‘ses autres’ l’avaient aidées… Elle n’aurait jamais réussit seule !
Mais fallait-il remercier ‘ses autres’ pour l’avoir aider à tuer son père ? Non, elle ne pouvait pas les remercier, elle ne pouvait pas dire ‘merci’ pour avoir tuer son père.
Elle ne pouvait pas… Elle voulait que tout s’arrête, que la douleur s’arrête.
Elle ne voulait plus souffrir, elle ne voulait pas penser au fait qu’elle l’avait tué… Mais pourtant elle ne pouvait pas s’arrêter d’y penser…
C’était sa faute si elle ne reverrait plus jamais l’homme qui fût son père, c’était sa faute si elle était sur le sol en train de pleurer son père.
Tous les bons souvenirs remontèrent à la surface, tous les entraînements… « Je n’y arriverais jamais papa »… Ca avait sûrement été la phrase qu’elle avait le plus prononcé pendant l’entraînement.

Mais tout ça c’était fini, les entraînements… Il fallait admettre qu’un mort ne redevenait pas vivant, il n’allait pas ressusciter !
Elle l’avait tué et il faudrait assumer, autant au point de vue personnel qu’au point de vue officiel, auprès de sa directrice par exemple.
Mais elle se demanda si elle allait bouger, si elle allait retourner à l’école… Elle ne voulait pas retourner à l’école, elle voulait rester ici et attendre, attendre qu’on la retrouve, attendre qu’elle meure à son tour…
Elle l’avait tué, sans tremblement dans la voix, juste des larmes… Elle l’avait tué et plus jamais elle ne le verrait, plus jamais elle ne verrait son regard noir sur elle… Car c’était fini, car il était partit et il ne reviendrait jamais…
Parce qu’il avait abandonné et qu’il ne s’était pas battu…


Tu m’avais dit que jamais tu m’abandonnerais… Que tu serais toujours là pour moi et qu’il fallait toujours se battre !
Tu m’avais dit que tu m’aimais… Mais t’es partit, tu n’es plus là… Tu n’es plus là…


Sabrina rouvrit ses yeux et les déposa sur le corps sans vie de son père… Elle retint un cri d’horreur… Ou de douleur.
Elle rampa, marcha à quatre pattes… Elle fit de son mieux pour s’approcher de son père, mais elle était faible, ces muscles lui faisaient mal… Tout lui faisait mal, mais ce n’était pas important : C’était fini.
La jeune Gryffondor donna une claque à son père, dans un espoir vain qu’il se réveille, elle lui en donna encore une et encore une… Et encore… Elle prit son corps et commença à le secouer, le secouer le plus fort qu’elle pouvait… Qu’il se réveille bon sang !


Pourquoi ??? Papa réveille toi… M’abandonne pas ! Papa… Papaaaaaaa !!!! Papa… J’t’aime papa, réveille toi s’il te plaît… J’sais qu’t’es pas mort ! J’sais qu’tu m’entends ! J’sais bien que mon Avada était pas assez puissant ! Réveille toi ! S’il te plaît… Réveille…

Sabrina laissa tomber son père, mais resta assise à ses côtés, en train de pleurer… Non, il ne se réveillerait pas…
Il ne se réveillerait pas car il était partit… Elle le savait, elle savait bien qu’il ne reviendrait pas ! Elle savait bien qu’il était partit, elle savait bien qu’il ne l’entendait pas… Et que plus jamais il ne l’entendrait …
Plus jamais… Parce qu’il était mort… Mort…


HJ: Je sais, ce n’est vraiment pas super super mais j’ai fait de mon mieux… Ah et au fait, si quelqu’un (de préférence proche de Sabrina ou qui l’a déjà rencontré) se promène à Londres un 25 décembre vers 6 -7 heures du matin…Et que l’envie lui prend de RP avec une Sab’ désespérée… Voilà !


Dernière édition par le Mar 7 Aoû - 2:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thibault
Invité
avatar


Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyDim 4 Fév - 0:38

Thibault sortait épuisé d'Azkaban et plutôt que de rentrer à Poudlard ou que de déranger Elizabeth il choisit de faire nuit blanche en se promenant dans la capitale. Il marchait dans la rue quand il aperçut une petite silhouette assise par terre à côté d'une grande ombre ... Il se dirigeait vers Sabrina quand il entendit un duel mental, pas de doute : c'était forcément elle !

" - Miss Cooper ? Que faîtes-vous si tard dehors, et qui plus est hors de l'école ? Vous ne devriez pas être chez vous ou à l'école ? "

Puis il identifia l'ombre à ses pieds comme un corps ... Il se baissa et voulant sentir le pouls de l'homme constata horrifié qu'il était mort.


" - Qui ... Qui étais-ce ? "

Il n'était pas rassuré d'être à côté d'un mort mais sa curiosité lui dictait d'élucider le mystère Sabrina, encore un de ses défauts qui le poussait dans une situation peu enviable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyDim 4 Fév - 17:28

Sabrina sursauta lorsque Thibault l'appela... Combien de temps elle était restée là, assise? Ca faisait exactement une heure qu'elle regardait le corps sans vie de son père.
Non elle ne c'était pas calmée, et elle continuait à pleurer... Même si il était sûr qu'elle avait fini par se taire.
Elle se tourna lentement vers Thibault, ses yeux étaient rouges (ceux à Sabrina) et les larmes coulaient sur ses joues, sa baguette était toujours dans sa main mais elle n'allait pas attaquer.
Certes, elle en avait besoin car elle souffrait, et elle voulait que quelqu'un d'autre souffre autant qu'elle, mais finalement la question de Thibault lui fît souffrir encore plus...
Même le "miss Cooper" lui fît mal... Il faudrait qu'elle pense à changer de nom, car même son nom lui ferait penser à son père...


"- Qui ... Qui étais-ce ? "

Ca, ça lui fit encore plus mal... Ca lu faisait remarquer qu'il "était"; qu'à présent on dirait "Nick était..." à la place de "Nick est...".
Ca lui faisait remarquer que quoiqu'il arrive, son père était mort, et Thibault ne faisait que lui faire remarquer que ce n'était pas un rêve.
Le fait d'entendre la voix de quelqu'un d'autre que son père lui faisait revenir sur terre.
Elle n'était pas seule ici, malheureusement... Oui, elle aurait voulu rester et mourir seule ici, à côté de son père...
Mais sérieusement! Qu'est-ce qu'il faisait là, Thibault, avec ses questions à la noix de coco? Est-ce que c'était ses affaires de savoir que Sabrina venait de tuer son père?

Sabrina recula, elle n'avait pas envie d'être proche de quelqu'un d'autre que son père.
Le fait que Thibault sente le pouls de son père ne lui avait pas plu, le simple fait que Thibault soit là ne lui plaisait pas.
Rien ne lui plaisait en fait, et plus rien ne lui plairait à présent... Elle souhaitait oublier, pouvoir dormir, pouvoir partir...

Thibault était Légilimens mais n'apprendrait pas grand chose des pensées de Sabrina, il n'apprendrait pas grand chose de la bouche de Sabrina non plus d'ailleurs.
Oui, il n'entendrait pas grand chose des pensées de Sabrina car elle avait endormit 'ses autres', elle n'était pas d'humeur à les entendre.
Il n'apprendrait pas grand chose de la bouche de la jeune fille car elle aurait trop de mal à avouer qu'elle venait de tuer son père.
D'ailleurs, est-ce qu'elle savait encore parler? Il y avait tellement de choses qu'elle ne savait plus, elle se demandait si son cerveau marchait encore... Car elle ne pensait plus, elle ne bougeait plus et elle ne parlait plus...

Sabrina soupira, et toussa... La jeune fille se sentait faible mais ce n'était pas pour autant qu'elle arrêtait de pleurer.
Elle avait finalement arrêté de puiser dans l'énergie de 'ses autres' pour ne pas s'écrouler, de toute manière elle ne voulait plus avoir d'énergie...
Elle voulait juste que Thibault parte pour qu'elle puisse reprendre sa place à côté de son père pour pouvoir pleurer et mourir à côté de lui.
Enfin, la voix de la gryffondor se fit entendre, basse, lente...


Au combien même je devrais être chez moi... J'aurais totalement le droit d'aller où je veux.
Donc, en clair, ce ne sont pas vos affaires... Et la deuxième question... Ca ne vous regarde pas non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Silver
Serpentard
Serpentard
Ellana Silver

Nombre de messages : 1411
Age : 29
Age Roleplay + Sorts : 34 ans sorts 1 2 3 4 MT1 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Communion Clairvoyante - Occlumens - Force Accrue - 9 Nécromancies Affinité Mort et Sang -
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 16/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Left_bar_bleue2292/2292Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty_bar_bleue  (2292/2292)
Points de mana:
Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Left_bar_bleue2870/2870Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty_bar_bleue  (2870/2870)

Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyDim 4 Fév - 18:02

Ellana n’avait pas été loin durant plusieurs heures, et plus par curiosité que par envi, elle avait suivi toute la scène, toujours dans l’ombre. La sorcière était discrète, et par-dessus tout, depuis toute petite elle avait appris à se rendre invisible aux yeux du monde. Inexistante. Bien qu’elle aurait du se trouver consternée, elle était à l’inverse touchée. Elle aussi avait tué son père, mais elle n’avait pas ressentis ça ! Elle n’a jamais rien ressentis d’ailleurs !
Au fil du temps, alors que Sabrina faisait face, Ellana avait eu des flashes de son enfance, du jour ou elle avait … Ou elle avait fait le nécessaire pour se débarrasser de sa haine.
Mais bien plus encore que la haine, le soir où Ellana avait levé l’arme sur ses parents, c’est la discorde qu’elle avait trouvé. Et toutes ses peines ne s’étaient pas apaisées, loin de là.
Thibault Botannicus … Ella ne l’aimait pas ! Quoi qu’il fasse, s’il y avait bien un sorcier en lequel elle n’aurait pas confiance c’était bien lui ! Avec ses airs de gentil garçon, il n’était autre qu’un monstre lui aussi ! Et voilà qu’il allait persécuter la pauvre Sabrina Cooper. On aurait pu la plaindre, mais la jeune fille était tout sauf à plaindre ! Elle était plutôt à admirer, peux avait le courage de se libérer de leurs démons. Même si en fin de compte, elle ne semblait pas fière d’elle-même, elle avait fait sa route, son destin était accompli. On ne peut pas changer l’ordre des choses, c’est comme ça. Bien sur, Ella aurait voulu que ce soit possible, mais non … Il n’y avait rien à faire !


Thibault écartez-vous !

Ellana avait lancé ça dans le noir, personne ne la voyait encore. La sorcière ne voulait pas effrayer Sabrina, qui savait sûrement déjà qui elle était. La tueuse voulu semer le doute en Thibault, avec l’espoir de le voir décamper. Mais c’était évident qu’il ne partirait pas en courant ! Ella se montra alors, elle portait une tenue noir, un peu moulante pour mieux accompagner ses mouvements, et par-dessus, elle portait toujours une petite veste en cuire avec des gants troués pour laisser sortir ses doigts. Replaçant son col de la bonne façon, Ellana observa les deux sorciers à tour de rôle. Elle s’était coiffée, et ses long cheveux était regroupés pour les mèche de devant en une queue de cheval. Les autres pendaient sur ses épaules.
Elle analysa le corps un instant, puis elle reporta son attention vers Sabrina.


Tu n’as nulle justification à donner ! Tu as fait ce que tu avais à faire ! Ce n’est pas à nous de te juger Sabrina Cooper.

Thibault ! Si elle désir rester encore là un peu seule pourquoi pas ! Mais il va falloir faire vite ! Si quelqu’un a vu le meurtre, il est peut être déjà trop tard pour fuir !
Sabrina, votre vie ne doit pas se résumer à quatre murs. Peut être devriez vous réfléchir à ce que vous allez faire maintenant. Je sais que je vous presse, mais il faut avancer à présent.


Ellana fixa le corps une nouvelle fois.
C’était étrange, mais elle était impliquée malgré elle là dedans. Que pouvait-elle faire pour réconforter la jeune fille ? Rien sûrement ! Ellana n’était pas une fine oratrice en matière de conseils réconfortants ! Elle se contentait de rester très terre à terre.
Et pour être réaliste, la jeune fille n’allait pas être au bout de ses peine jusqu’un certain temps … C’était naturel, on ne pouvait pas la forcer non plus à tourner la page trop vite.
La sorcière observa alors le ciel, elle était pensive à présent.


Il y a des choses qu’il vaut mieux oublier.
Et si je n’ai qu’une suggestion à présent, c’est de ne pas traîner par ici.


En effet une main sur un des murs, la sorcière sentait que tout bougeait autour d’eux, mais elle savait aussi que l’isolement de Sabrina par rapport au monde à présent ne faciliterait pas la tâche de la sorcière pour tenter de la raisonner. Que faire ? Ella n’en savait rien en fait.

On ne regrette que ce que l’on a toujours voulu faire ! Si l’on est fier de nous lorsque l’on fait quelque chose, alors c’est qu’on n’en avait pas envi ! Pas vraiment … Le négatif exprime une satisfaction intérieur, et le positif ne fait que couvrir ce que nous pensons vraiment.

Il n’y a nul doute que Sabrina ne peux pas se sentir plus mal, mais je sais aussi qu’elle pourra se sentir bien mieux plus tard. Je n’ai jamais regretté le meurtre de …

Ellana fixa Thibault, elle détestait les légilimens. La sorcière se mit alors à faire tournoyer sa baguette entre ses doigts doucement, la pointant à chaque fin de rotation sur le sorcier.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?p=42484#4248
Thibault
Invité
avatar


Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyLun 5 Fév - 22:21

La pédagogie n'était pas le point fort de Thibault, et de loin, et en plus réconforter n'était pas pour lui tâche aisée ... Il devait donc trouver un moyen de mettre en confiance ses interlocutrices pour pouvoir aider efficacement la jeune Gryffondor.

" - Je comprends Miss Cooper, vous avez largement le droit de ne pas parler mais je ne pourrai pas vous aider si vous ne m'en dites pas plus ... "

Puis se retournant vers la mangemorte :

" - Bonsoir Miss Silver ... Je suis d'accord avec vous, il faut déplacer le corps et fuir d'ici avant que les aurors ne nous tombent dessus, vous m'aidez ? Mais si vous pouviez également arrêter de pointer votre baguette sur moi à intervalles réguliers cela me ferait tout de même assez plaisir ... "

Aïe ... Décidemment cette femme va me faire aller à Azkaban mais pas pour une mission ... Déjà qu'avec la Nuit j'ai fait des choses dont je ne suis pas très fier alors maintenant il faut que je déplace un machabée ? Il faut croire que mes lumières s'éteignent et je ne sais encore comment les rallumer ... Je ne peux pas chercher le secours d'Elizabeth, elle est trop neutre pour me ramener totalement du bon côté quant à Miss Silver, elle, me tire carrément du mauvais côté ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyMar 6 Fév - 21:08

Sabrina sursauta en attendant la voix d'Ellana, quelque part derrière elle.
Alors comme ça elle était venue! Sabrina se demandait si elle avait vraiment voulu que son ancien professeur assiste à se genre de scène... Ellana n'était pas une femme qui était du genre à pleurer en voyant ce genre de choses.
Mais Ellana venait de la "protéger" de Thibault, ça aurait sûrement touché Sabrina si elle n'avait pas si mal.

La jeune fille se demanda si ce n'était pas un rêve, si elle avait réellement tué son père et que finalement elle avait survécu.
Elle se demandait si 'ses autres' n'avaient vraiment fait que lui mentir pendant presque toute sa vie, si son père n'avait raconté que des mensonges depuis un an jours pour jours...
Elle se demandait si elle avait vraiment tué son grand-père à l'âge de deux ans... Si vraiment, sa vie n'était basée que sur des mensonges.

Sabrina tourna lentement la tête vers Ellana, elle commençait à parler... Evidemment que non qu'elle n'avait aucune explication à donner!
Mais la tueuse à gage avait raison; il fallait que Sabrina décide de ce qu'elle allait faire de sa vie.
Si elle allait retourner à Poudlard ou pas était une des questions qu'elle se posait.
Certes, il y a une heure elle ne le voulait pas... Mais maintenant qu'elle était calmée, qu'elle prenait un peu de recul, peut-être faudrait-il mieux qu'elle y retourne...

C'est vrai, elle avait donner à son père comme arguments: Ses amis, la fait de ne plus pouvoir se regarder dans le miroir etc.
Si elle ne retournait pas à Poudlard, les amis il faudrait les oublier, le miroir, elle ne le verrait pas avant d'avoir louer une chambre.
Non, l'argent ne lui manquait pas, sa mère devenait à présent riche à la place de son père, elle... Avait assez d'argent pour survivre des mois et des mois même si il était sûr qu'elle devait penser à retourner à son magasin...

La jeune fille soupira et essuya ses larmes, elle n'avait pas envie qu'Ellana la voit dans cet état.
Thibault, encore, elle s'en foutait mais pas Ellana. En fait, si on regardait la situation d'un oeil extérieur, on remarquerait que:
Thibault était le seul garçon des trois, Thibault était sûrement le seul qui avait commit moins de 5 meurtres, Thibault était le seul qui ne comprenait rien de la situation... Thibault était aussi le seul à qui Sabrina ne voulait pas parler: En fait, Ellana était sûrement la seule personne avec qui elle n'aurait pas refusé de parler en ce moment.

On ne regrette que ce que l’on a toujours voulu faire ! Si l’on est fier de nous lorsque l’on fait quelque chose, alors c’est qu’on n’en avait pas envi ! Pas vraiment … Le négatif exprime une satisfaction intérieur, et le positif ne fait que couvrir ce que nous pensons vraiment.

Sabrina leva la tête vers Ellana... Alors comme ça elle n'avait toujours pas comprit qu'elle n'avait jamais voulu tuer son père?
Qu'elle n'aurait jamais accepter de le tuer si il ne lui avait pas demandé? Ne comprenait-elle pas, que si Sabrina regrettait, c'était surtout car elle n'avait JAMAIS voulu le faire?
D'après Ellana, elle devrait être fier... En était-elle fière? D'une certaine manière, elle était fière d'avoir réussit à tuer l'homme qui lui avait tout apprit... Même si c'était vrai qu'il n'avait pas du tout résisté...


Je n'ai... JAMAIS VOULU TUER MON PERE!

Ce n'était pas vraiment vrai ce qu'elle disait, si elle avait voulu tuer son père... Pas comme tel, mais elle avait voulu survivre, et il y avait une part de vérité dans ce que disait Ellana.
Elle regrettait d'avoir fait ça, car plus jamais elle ne verrait son père, les bons moments étaient finis, une partie de sa vie était finie...
Elle était fière car... Aussi dur que ce soit de à admettre, elle avait réussit... Elle avait tué son père en une fois, avec un doute, une hésitation, de la souffrance dans la voix, mais elle avait réussit quand même... On était loin de la jeune fille qui avait tué un ras à coup de deux avada's.
Alors, si on se fiait à se que disait Ellana, on pouvait en conclure qu'elle avait voulu le faire sans vraiment le vouloir...

Sabrina reposa ensuite son regard sur Thibault, alors comme ça il croyait qu'elle voulait qu'il l'aide?
Sabrina essuya à nouveau les larmes qui avaient coulée lorsqu'elle avait crié sur Ellana.
Son regard passa d'Ellana à Thibault, elle venait à peine de remarquer que ces deux là se connaissaient...
Sabrina fronça les sourcils, Thibault aussi avait eu besoin de tuer quelqu'un? La jeune fille hocha la tête de gauche à droite, ce n'était vraiment pas le moment de s'inquiéter pour quelqu'un d'autre qu'elle-même...
Egocentrisme? Egoïsme? Narcissique? Je répondrais simplement que Emma n'est pas sortie de nul part.
Sabrina toussa, et renifla silencieusement... Elle aurait peut-être dû prendre un mouchoir? Enfin, elle toussa un moment avant de leurs enlever ce qu'elle appelait "leurs espoirs".


Non, je ne bouge pas d'ici...

Sabrina respira un bon coup, essayant d'oublier un peu son père pour réussir à penser à autre chose que l'image de son père qui s'écroule sur le sol, mort.
Son regard se posa sur son père un instant avant qu'elle ne le repose sur Thibault et Ellana.


Et lui non plus il bouge pas d'ici!
Si les aurors viennent... Ils ne peuvent rien vous faire! C'est moi qui l'ai tu...


Sabrina regarda Thibault, c'est vrai qu'en même temps il ne savait toujours pas qui était cet homme, ni même que Sabrina l'avait tué.
Si elle n'avait pas fini sa phrase, ce n'était pas seulement à cause de Thibault, c'était aussi à cause du fait qu'elle n'arrivait toujours pas à accepter... A accepter la vérité.


Sauf peut-être toi Ellana en fait... Mais si vous partez... Ils me trouveront seule...

Sabrina se souvint d'une parole de Thibault qui l'avait presque mis hors d'elle lorsqu'il l'avait prononcé: " - Je comprends Miss Cooper, vous avez largement le droit de ne pas parler mais je ne pourrai pas vous aider si vous ne m'en dites pas plus ... "
Et c'est donc maintenant, quelques instants plus tard que Sabrina décide enfin d'y répondre.


En fait monsieur... Si je ne veux pas parler, c'est entre autre parce que je ne veux pas que vous m'aidiez.
Et je me répète... Lui et moi, on bougera pas d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Silver
Serpentard
Serpentard
Ellana Silver

Nombre de messages : 1411
Age : 29
Age Roleplay + Sorts : 34 ans sorts 1 2 3 4 MT1 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Communion Clairvoyante - Occlumens - Force Accrue - 9 Nécromancies Affinité Mort et Sang -
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 16/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Left_bar_bleue2292/2292Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty_bar_bleue  (2292/2292)
Points de mana:
Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Left_bar_bleue2870/2870Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty_bar_bleue  (2870/2870)

Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptySam 17 Fév - 13:31

Ellana n’avait ni pitié, ni peine, ni quoi que ce soit, toujours son visage était impartial, personne n’aurait pu lire ce qui pouvait bien percuter la sorcière, rien … Ella avait vu à plusieurs reprises des gens s’écrouler, par sa faute ou non, et à chaque fois, elle avait éprouvé un plaisir si intense à voir la vie faire demi tour des corps de ses victimes pour fuir en haut ou en bas qu’elle n’avait jamais pensé à regretter ses actes, jamais. Bien que le fait que Sabrina soit à ce point perdue, la Tueuse ne montrait pas l’ombre d’une once d’affection, Sabrina à se moment là n’avait pas besoin d’une maman, ni d’aide, la seule chose dont elle avait besoin, c’était que quelqu’un la secoue, qu’elle se reprenne. La sorcière recula d’un pas lorsque la jeune fille lui hurla dessus, et machinalement, elle avait serré un peu plus sa baguette dans le creux de sa main, prête à en user si la jeune Sabrina faisait part à Ellana d’une réaction à laquelle elle ne s’attendait pas, mais non. Se reprenant légèrement, un peu partout, des bruits continuaient à se faire entendre. La sorcière leva les yeux à plusieurs reprises, tourna la tête, retourna encore celle-ci, c’est alors qu’elle arrêta son regard dans une expression à faire peur en direction d’un petit muret.

Avada Kedavra !

Un homme dégringola alors, il ne s’agissait manifestement que d’un simple moldu, un pauvre homme qui avait assisté à la scène, peut être avait il déjà appelé la police, la tueuse prit son portable, écouta dans celui-ci, elle n’entendait rien, elle fouilla alors les derniers appels, sans succès, impossible de savoir ce qu’il en avait fait, s’il avait appelé quelqu’un, le mystérieux objet pour Thibault et Sabrina venez de lâcher Ellana, il n’avait plus de batterie.
Les choses tournaient alors une fois de plus au vinaigre, le temps était compté pour les trois sorciers s’ils ne bougeaient pas au moins d’un dixième de kilomètre !


Sabrina, soyez réaliste, c’est fini ! Je sais que c’est dur, et si le temps ne m’en a pas donné l’occasion j’aurais voulu vous préparer à la douleur, vous permettre de la contrer ! Mais je n’ai nullement le choix, ne m’obligez pas à vous faire bouger de force. J’ai une profonde estime pour vous jeune fille, vous avez du cran et vous méritez tout le bonheur du monde, mais la recherche de celui-ci ne sera possible que lorsque vous aurez fait votre deuil ! Votre père aura un enterrement digne de ce nom, je vous le promets ! Mais suivez-moi.
Vous ne devez pas rester seule, je crois que le mieux et que je vous ramène en mes appartements pour la nuit.


Enfin … Si Yuan a décidé de refaire surface, il y ait des chances que mes préoccupations de la soirée n’aient pas fini d’augmenter.
Pour l’heure, qui vivra verra !


Encore et toujours du bruit, encore et toujours cette méfiance dans les yeux d’Ellana, elle n’avait pas l’âme tranquille, ni quoi que ce soit d’ailleurs, mais c’est alors qu’elle reporta sur Thibault une attention nouvelle, une expression qui faisait toujours aussi peur.

Gardez vos noirâtres et inutiles préjugés monsieur Botanicus ! Ma baguette n’agit que si j’en ai la volonté, dois je vous faire un dessin ou vous redonner un exemple ?

Elle tendit alors le regard vers le cadavre du moldu qui venait de tomber.

Je ne compte pas passer ma nuit à essuyer les vagues de policiers ou d’aurors qui vont se pointer d’un instant l’autre ! Je n’en ai peut être ni la force, ni la volonté pour le moment et Sabrina en a vu assez pour ce soir.

La sorcière reporta une fois de plus son attention sur la petite sorcière, et elle lança des dernières paroles désespérées pour tenter de la convaincre au moins de bouger de là ! Avec le corps s’il le fallait, Ellana était prête à le porter, mais de grâce, elle voulait fuir les lieux.

Je n’ai nulle connaissance de votre peine, et je ne suis pas capable de comprendre votre désarrois, j’ai aussi tué mes parents, enfin mon père, et je sais en revanche ce que cela peut représenter pour vous. Mais par Dieu croyez-moi ! Se faire mettre en prison ce soir ou se faire disséquer par les moldus n‘est pas l’avenir que je vous souhaite ! Suivez-moi ! Partons Sabrina !
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?p=42484#4248
Thibault
Invité
avatar


Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyLun 19 Fév - 0:02

Lorsqu'Ellana assassina le moldu devant ses yeux Thibault eut un sursaut, cela faisait toujours un choc de voir un meurtre de sang froid, surtout pour Thibault qui se maudissait intérieurement de s'être mis dans un pétrin pareil. Car même s'il n'avait jamais commis d'homicide de sa vie, il avait tout de même bien des choses à se reprocher comme par exemple son enrôlement au service d'Héréa et la Nuit où Ellana avait massacré nombre de moldus devant ses yeux avec Elizabeth, Sati et Lyzander. Heureusement ce soir-là il avait rencontré l'Amour mais étais-ce suffisant pour en faire un bon souvenir ? Bien sûr que non ! Jamais il ne pourrait oublier tel souvenir à moins que quelqu'un ne lui efface sa mémoire ... Il fallait tout de même l'avouer, Thibault avait peur d'Ellana, elle serait capable de le supprimer en moins de trois secondes sans même qu'il puisse réagir si par malheur il faisait ou disait quelque chose de travers qui pourrait heurter sa suceptibilité. En même temps il n'était sans doute pas le seul à craindre la mangemorte mais il admirait cependant sa puissance et ce sang-froid qu'elle conservait en toute occasion, y compris lors d'un meurtre ... Quelle maîtrise d'elle-même !!!

Yuan ? Qui est ce Yuan ?

" - Miss Silver, étant moi de même sorcier, je sais très bien comment fonctionne une baguette ... Je sais qu'elle n'agit que selon votre volonté mais justement je ne peux savoir si vous voulez me faire du mal, je crois donc que mon "stress" peut se comprendre, non ? "

Mais il reconnut que sur un point il était d'accord avec la tueuse, il se retourna donc vers Sabrina :

" - Je peux comprendre que vous n'ayez pas besoin de mon aide maintenant Miss Cooper mais sachez que si vous en avez besoin ultérieurement je suis prêt à vous l'apporter, de toute façon vous savez où me trouver ... Mais pour une fois je suis entièrement d'accord avec Miss Silver sur ce point : vous devriez fuir, moi non plus je ne souhaite pas vous voir à Azkaban ou chez les moldus, cela m'obligerait à faire certaines choses que je regretterais. "

Il espérait que la jeune fille quitterait son hostilité envers lui ... Qu'avait-il fait pour susciter tant de méfiance. A ses souvenirs il lui semblait toujours avoir été sympathique avec la jeune Gryffondor mais il se rappelait également que leur discussion dernière avait dérapé pour il ne savait plus quel sujet, sans doute étais-ce l'explication à tant de froideur ... Mais il avait également remarqué que Sabrina appelait Ellana par son prénom et une familiarité de la part de cette dernière pour la jeune fille : ainsi elles se connaissaient bien et entretenaient même de bons rapports ... Sabrina allait-elle donc mal tourner avec l'influence de la tueuse ? Thibault ne savait que penser ... Sans doute qu'il perdrait beaucoup s'il persistait ainsi .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyVen 2 Mar - 20:24

Sabrina regarda Ellana tuer l'homme juste devant ses yeux... D'accord, elle était moins dégoûtée lorsque elle voyait un meurtre devant elle, enfin, ça faisait longtemps qu'elle n'était plus innocente, longtemps que tuer ne l'affectait plus.
Il avait fallu en prendre l'habitude et elle l'avait prise, sans le vouloir mais elle l'avait prise.
Mais tout de même! Elle venait de tuer son père et Ellana passait son temps à abattre des autres hommes devant ses yeux...
Sabrina leva les yeux et regarda le portable qu'Ellana avait dans les mains, car oui Sabrina savait ce qu'était un portable: Avec une mère cracmolle, tu n'as pas vraiment le choix!
Bref, le portable avait l'air d'être déchargé... Sabrina écouta le dialogue le dialogue de Thibault et Ellana et soupira avant de dire:


En fait m'sieur, il se peut que notre baguette agisse sous la volonté de quelqu'un d'autre.

A présent, elle ne considèrerait plus 'ses autres' comme elle-même.
Comment pouvait-elle qualifier 'ses autres' à présent? 'Ses autres' n'étaient pas des personnes, car elles n'avaient aucun corps leur appartenant.
En fait, elle se demandait pourquoi elle disait 'mes autres', vu que de toute manière ce n'étaient pas les siennes, elle ne les avaient pas créée!
Sabrina soupira et chassa les idées noires de sa tête; finalement, 'ses autres' étaient les seules 'choses' qui seraient toujours là pour elle, jusqu'à la mort... Mais elles lui avaient mentit, pendant... Pendant tellement longtemps que Sabrina ne pouvait pas leurs pardonner.


Roh, Ellana arrête de me vouvoyez! J'suis qu'une enfant encore...

C'est ça oui...

Sabrina écouta Ellana qui parlait de son acte comme si il avait été plein de courage.
Non, ça n'avait pas du tout été courageux, la jeune fille avait simplement refusé de se battre contre son père.
Il lui avait demandé de le tuer, et comme une co**e, elle l'avait fait, voilà ce qui c'était passé.
Tout ce qui c'était dit, les "non je ne le ferais pas", le blabla qui avait précédé son crime n'avaient été que des paroles: Car finalement, dans son égoïsme, la jeune fille qui malgré tout voulait vivre, avait tué son père.
Etait-ce important de savoir ce qui c'était passé? Important de savoir qu'elle venait de tuer l'homme le plus important pour elle? Etait-ce important de savoir qu'elle l'avait supplié de la tuer, qu'elle lui avait exposé ses arguments, que son père avait faillit pleurer et qu'en fin de compte il s'était sacrifié pour elle? Non, car d'un point de vue extérieur ça revenait au même, qu'elle l'ai voulu ou pas, que son père l'ait supplié ou pas, tout ce qu'on voudrait savoir c'était que Nick Cooper était mort par la main de sa fille.


Je... Vais allez du côté moldu... Personne ne fera attention à moi: Je suis une fille d'apparence normale qui n'a aucune tache de sang sur elle.

Sabrina ne voulait ni retourner au château, ni aller chez Ellana... Elle voulait être seule, et qu'on le veuille ou non, elle le serait.
Ils voulaient qu'elle parte d'ici, et elle allait partir d'ici mais ils n'arriveraient pas à l'empêcher d'aller là où elle le voulait.
Au fond d'elle, elle savait bien qu'il fallait partir, seulement ce n'était pas facile de l'admettre.
De laisser son père là sur le sol, de l'abandonner comme lui venait de l'abandonner...


Et puis... Vous croyez vraiment que les aurors croiront que c'est moi qui l'ai tué?
Et puis, pourquoi vous ne transplanez pas simplement avec le corps?


Sabrina observait les deux adultes. Pourquoi voulaient-il à ce point qu'elle parte? Il était 5-6 heures du matin, personnes ne pouvait avoir vu le crime! A combien même quelqu'un d'autre l'avait vu, ils étaient trois, ils pouvaient toujours tuer la personne en question...
Sabrina se donna presque une claque mentale, si ça continuait comme ça, elle finirait comme Ellana, à tuer tout ce qui bouge... Quoique se n'était pas une mauvaise idée... Non, non, c'était Sandra qui parlait, elle n'était pas aussi sadique que ça non?
Si, mais elle arriverait bien à se convaincre que non, qu'elle n'avait ni prit goût au meurtre, ni prit l'habitude du meurtre... Mais il fallait croire que si, car faute d'avoir une autre victime, dans un mois, la jeune fille tentera de se tuer elle-même...
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Silver
Serpentard
Serpentard
Ellana Silver

Nombre de messages : 1411
Age : 29
Age Roleplay + Sorts : 34 ans sorts 1 2 3 4 MT1 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Communion Clairvoyante - Occlumens - Force Accrue - 9 Nécromancies Affinité Mort et Sang -
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 16/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Left_bar_bleue2292/2292Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty_bar_bleue  (2292/2292)
Points de mana:
Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Left_bar_bleue2870/2870Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty_bar_bleue  (2870/2870)

Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyLun 2 Avr - 20:29

Ellana était sincèrement désolée, mais elle avait à faire, ce ne pouvait plus durer trop longtemps. Son devoir l’appelait. Oui, toujours la sorcière était sollicitée ! Comment ignorer tout ce qu’on a à faire lorsque l’on est recherchée pour un nombre incalculable de meurtres, de massacres et pillages, tout autres choses et on en passe. Elle regarda stressée à droite, puis à gauche, pour se résoudre à partir. Ella n’aimait pas les choses trop compliquées mais surtout quand elles touchaient aux enfants. Puis après tout, était elle tant concernée ?

Mlle Cooper, si votre volonté est la solitude, je respecte votre choix. Je considère que ce soir, votre esprit est trop embrumé pour être claire avec nous ou avec vous-même, vous avez besoin de temps. Ainsi, si vous désirez vous intégrer chez les Moldus pour vous reposer, je puis vous fournir l’adresse d’une femme admirable qui s’occupera à merveille de vous en attendant … Elle vous laissera tranquille si vous lui demandez, mais je tiens à ce que vous alliez la voir, avec elle vous ne manqueriez de rien, je ne puis que par sympathie à votre égard faire au moins en sorte que vous ne viviez pas dans la misère les jours qui viennent. Emmenez le corps si cela vous chante, je n’en ai que faire.

Puis la sorcière griffonna un morceau de papier dans lequel elle donna une adresse, il s’agissait d’un building, une tour célèbre tout autant que sa propriétaire. Miranda Slent était une femme très respectée chez les moldus également, elle serait apte à aider Sabrina au mieux, sans l’encombrer ni l’embêter. Ella n’aimait pas sa mère, mais elle avait confiance en elle sur ce point. Atanys avait été très bien choyée, même si elle a fini entre les griffes de la pire créature de cette planète, peut être pire aux yeux d’Ellana que Voldemort lui-même.
Certainement même, car, en bonne mangemort, elle n’éprouvait que respect, admiration sans limite et profonde confiance en son maître, de la crainte seulement quand ça lui faisait plaisir…


Monsieur Botannicus j’espère pouvoir compter sur vous le temps de l’accompagner à bon port ! Entrez dans le Hall de l’immeuble et demandez Mme Slent. Je ne puis vous forcer ni vous ni Sabrina à le faire. En revanche, je sais qu’elle ne refusera pas de vous aider.
Bonne chance à vous deux.


Puis, dans un crac discret la sorcière disparu dans la pénombre, jusqu’à ce qu’on entende plus parler d’elle, plus du tout. Elle en était retournée à son destin, à ses affaires. Peut être reverrait elle jamais Sabrina, elle ne l’espérait pas cependant …
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?p=42484#4248
Thibault
Invité
avatar


Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. EmptyMar 10 Avr - 21:36

" - Miss Cooper, j'ai déjà entendu parler de Madame Slent, c'est une dame très importante dans le monde sorcier comme dans le monde moldu ... Madame Silver a sûrement raison, ce doit être la meilleure personne capable de vous protéger et de vous aider. Si tel est votre souhait je vous emmènerai dans sa demeure comme me l'a demandé Miss Silver. Car vous êtes quelqu'un de spécial Miss Cooper, et nous ne voulons pas que vous courriez à votre perte, quelque chose me dit que dans l'avenir vous serez une des sorcières les plus puissantes et le plus influentes du monde ... Si vous réussissez à vous protéger de vous-même ... "

Mais Thibault venait de penser à autre chose ... Les "autres" de Sabrina, qui étaient-elles ? Ou plutôt qu'étaient-elles ?


" - Mais je pense avoir trouvé qui sont réellement vos 'autres' Sabrina ... Elles ne sont pas des personnes, car elles ne possèdent pas de corps mais elles ont une âme pourtant, donc elles existent ... Or je ne vois qu'un type d'êtres qui sont purs esprits, des âmes non-incarnées contrairement à nous humains : Sabrina, vous abritez des anges en vous ! "

Thibault venait, à ce qu'il lui semblait, d'appeler pour la première fois la jeune gryffondor par son prénom. Peut-être y serait-elle sensible ? Mais qu'allait-elle répondre à sa théorie ? Qu'un ange était forcément gentil ? Thibault pouvait le démentir, il avait un contre-exemple tout prêt ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty
MessageSujet: Re: Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.   Des doutes, une conversation, la vérité… La mort. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Des doutes, une conversation, la vérité… La mort.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] The Reunion [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les 6 épreuves de la Mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Mortal Kombat [DVDRiP]
» Uptobox Le Jeu de la mort 2 [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Centre ville-
Sauter vers: