AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV)

Aller en bas 
AuteurMessage
Eric Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Eric Effeday

Nombre de messages : 32
Age : 53
Age Roleplay + Sorts : 40 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Aucun pour le moment.
Date d'inscription : 25/07/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)

Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty
MessageSujet: Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV)   Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) EmptyMer 26 Juil - 13:34

Le Soleil pâlissait peu à peu à cette heure-ci de la journée. Déjà, ses rayons, il y a quelques heures ardents, qui lui avaient réchauffé le corps et ignoré l’âme, ses rayons devenaient peu à peu une lueur luttant contre les ténèbres quotidiennes de la nuit et pourtant si effrayantes à chaque fois. Il n’était que dix-huit heures et il commençait alors à faire nuit sur les collines de Poudlard. Et l’homme assit sur le rocher se comparait à ce spectacle : le faible éclat de son espoir qui luttait contre les attaques silencieuses et perpétuelles du néant.
Les couleurs chaudes de l’astre essayaient de s’accrocher à son visage avant d’être entraînées dans l’obscurité. Le rouge et l’orange comblaient les creux des rides légères de son visage fatigué. Les lueurs mourantes accentuaient la nostalgie de son regard brun. De cet homme n’émanait que tristesse. Il était triste de voir un si beau spectacle et de n’y distinguer que la mort de la lumière et la lutte contre l’inévitable. Il était triste d’y trouver un sens et une signification comme un signe que le destin lui adressait.
Il avait le sentiment d’observer le reflet de sa vie dans un tableau peint spécialement pour lui. Le crépuscule d’Eric Effeday.

Eric attendait déjà depuis plusieurs dizaines de minutes. Non pas que son « rendez-vous » soit en retard, mais il savait que le faire attendre signifierait un état de colère significatif et finalement un mauvais départ pour la discussion qu’il avait l’intention d’entamer. Il était donc arrivé en avance de Pré-au-Lard. Assit sur un rocher gris où courraient des nappes de mousse vertes, Eric semblait las d’attendre. Son échine était courbée et il balançait les jambes avec impatience. Il avait l’attitude d’un enfant qui attendait quelque chose d’inconnu et de déplaisant.
S’arrachant à la contemplation du Soleil couchant, il posa la main sur le livre couché à ses cotés. L’ouvrage était grand, d’une bonne quarantaine de centimètres de hauteur sur trente centimètres de large. Il semblait en faire dix d’épaisseur. Sa couverture était entièrement bleu nuit, de la couleur qui couvrait peu à peu le ciel. En son centre se dressait un aigle majestueux au regard perçant dessiné en relief, couleur de bronze. Eric ressentit une drôle de sensation en caressant l’oiseau. Le relief était froid.
Un mastodonte littéraire, avait-il alors songé. Un énorme livre tel qu’il les détestait. Ce genre de livre qui vous paraît si long que vous vous demandez si vous vous rappellerez du début lorsque vous l’aurez terminé. Un livre qu’il fallait lire d’une traite sans quitter ces immenses pages blanches du regard, à déchiffrer tous ces caractères minuscules qui vous monopolisent le cerveau, à comprendre des mots encore inconnus. Il n’aimait pas lire, mais il savait reconnaître un bel ouvrage, et cette couverture était une des plus magnifiques qui soit.
Ce livre n’était pas pour lui, il l’avait toujours su. Il n’en était pas digne, même s’il avait essayé maintes fois. Il savait qu’il n’avait pas les qualités requises et après tout, ça l’arrangeait bien.

Il soupira en se demandant comment réagirait le garçon. Il n’avait jamais pu vraiment le comprendre. Ils n’étaient pas pareils, loin de là, et Eric ignorait depuis des années ce que voulait et ce que pensait le jeune homme.
Il avait toujours eu l’impression de rencontrer un étranger au regard noir, qui l’observait comme un pion prêt à être sacrifié. Il savait qu’il n’avait guère de valeur à ses yeux. Eric avait peur de lui, mais il n’osait se l’avouer. Car qui avouerait qu’il a peur de son fils ?
Revenir en haut Aller en bas
Julian Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Julian Effeday

Nombre de messages : 1252
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 21 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Occlumencie
Date d'inscription : 05/05/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)

Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty
MessageSujet: Re: Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV)   Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) EmptyMer 2 Aoû - 10:16

Que me veux-tu ?

Julian y avait pensé à l’instant même où il avait vu la silhouette de son père. Voilà des mois qu’il ne l’avait pas vu. Il semblait toujours aussi faible et misérable, du moins le pensait-il avec le contre-jour du Soleil mourrant. Julian se dressa derrière Eric qui ne l’avait pas encore remarqué.
Julian s’approcha lentement, gravissant les pentes qui menaient à leur point de rendez-vous. Un lieu isolé, à l’abri des regards idéal pour discuter sans problèmes. Julian était vêtu d’une longue cape bleu nuit qui claquaient avec les bourrasques de vent dans un bruit de fouet. Les bras le long du corps, le Soleil mourant dévoilait sur son visage un regard froid, nerveux, plein de colère.
Ses yeux noirs semblèrent s’embuer un instant alors que les souvenirs refluaient en lui...

« Tu avais promis de te reprendre ! s’écria un jeune garçon à l’allure malingre. Tu disais que tu voulais redevenir comme avant, pour moi ! Tu disais… snif… Tu avais… »
« Chuuut… Silence, Julian… Tu ne sais pas… Tu ne peux pas comprendre, Julian… Je suis… J’ai tout perdu… »
« Essaie-tu au moins de sauver ce qui reste ? As-tu songé que tu pouvais tout recommencer ? Que tout n’était pas perdu ? »
« Il n’y a rien à sauver. Tout est fini pur moi. Julie est partie. Mes parents sont morts. Ils m’ont caché tant de choses. Je suis plus rien, Julian… Tout ça est devenu au dessus de mes forces… Tu n’es qu’un enfant… Tu ne comprends pas ce que je vis… Laisse-moi…»
« Je veux t’aider, papa… »


Du revers de la manche, Julian assécha ses joues. Non il ne devait pas. Il n’était pas faible et c’était un signe de faiblesse. Il devait être fort, inébranlable. Il était bien meilleur que lui. Reprenant consistance, il éloigna ces souvenirs de son esprit.
Ses yeux noirs se posèrent un instant sur le livre posé sur le rocher et la curiosité prit le pas sur la colère et la rancœur. Ce livre l’intriguait toujours autant. Il l’intriguait même plus que la venue de son paternel. Toujours stoïque derrière Eric, il brisa alors le silence.


Alors, c’est quoi, ce livre ?
Revenir en haut Aller en bas
Eric Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Eric Effeday

Nombre de messages : 32
Age : 53
Age Roleplay + Sorts : 40 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Aucun pour le moment.
Date d'inscription : 25/07/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)

Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty
MessageSujet: Re: Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV)   Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) EmptyLun 7 Aoû - 11:33

La voix froide et cassante retentit à ses oreilles comme un fouet. Il y avait plusieurs mois qu’il n’avait pas entendu ce ton dur qui était celui de Julian. Il pourrait reconnaître entre mille la voix de son fils, mais il n’arrivait pas à la reconnaître pour autant. Elle avait tellement changé depuis tous ces mois. Autrefois frêle elle était devenu ferme et assurée, autoritaire et charismatique, une voix aussi impressionnante qu’Eric la trouvait effrayante.
Il se tourna lentement, hésitant un instant, ignorant ce qu’il verrait. Il était partit depuis si longtemps. Puis finalement, Eric leva les yeux vers son fils.
Il avait changé depuis toutes ces années. Ses cheveux, autrefois disciplinés et peignés sur le coté volaient à présent au vent. Son regard perçant, ses yeux d’un noir profond étaient animés d’une terrible animosité ouverte. Il avait un visage pointu, comme son grand-père. Il ressemblait beaucoup à son grand-père à présent. Le petit garçon faible d’autrefois avait bien changé à présent. Où était Julian ? Où était l’ancien Julian ? Qu’était-il devenu ?


B… Bonjour Julian…

Il se leva et remarqua que son fils était à présent plus grand que lui de plusieurs dizaines de centimètres. Mal à l’aise il saisit le lourd livre posé à ses côtés. Julian abordait tout de suite le sujet le plus important : le grimoire. Le fameux grimoire. Il souleva le lourd ouvrage et le tendit à Julian.

C’est ton héritage Julian. Ce livre est l’objet le plus précieux que je possède. Ton grand –père me l’a donné juste avant… de mourir… pour que je te le lègue ensuite à tes 17 ans… avec cette lettre.

Il saisit dans une poche une lettre un peu humide, où il semblait que plusieurs larmes soient tombées. Le papier ne sentait pas la rose et il tendit à Julian.

Je ne l’ai pas lue.

Il observa l’ouvrage bleu nuit que tenait à présent Julian. Dansant sur ses pieds, il observait avidement le bouquin étrange qu’il possédait depuis des années sans en connaître le sujet.

Essaye d’ouvrir le livre, Julian. Je voudrais savoir… ce qu’il contient

La curiosité avait tenaillé Eric depuis des années. Allait-il enfin savoir ce que contenait ce ouvrage ?
Revenir en haut Aller en bas
Julian Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Julian Effeday

Nombre de messages : 1252
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 21 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Occlumencie
Date d'inscription : 05/05/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)

Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty
MessageSujet: Re: Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV)   Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) EmptyMar 8 Aoû - 15:05

Héritage ? Quel héritage ? Ah! Il n’y a pas plus pauvre que toi...

Julian tendit le bras et se saisit du lourd livre. Il ressentit une sorte de frisson glacé et stimulant qui lui parcourut le corps lorsque ses doigts frôlèrent la couverture. Il ouvrit légèrement plus les yeux, entrouvrît les lèvres en observant la couverture de l’ouvrage qui lui avait donné cet décharge étrange.

Un aigle…

Julian devinait ce qu’était le livre. Ou du moins son sujet. Un aigle bleu nuit qui se fondait dans la couleur de sa robe indigo… Serdaigle, forcement, le fondateur le plus intelligent, sans nul doute… La maison de la lignée Effeday…
Il caressa du bout des doigts l’oiseau majestueux en relief. Magnifique livre. Un livre aussi étonnant qu’enivrant, il le sentait presque palpiter sous ses doigts. Il sentait qu’une grande puissance magique émanait cet ouvrage qui le foudroyait d’envie. Sa langue caressa mécaniquement ses lèvres. Le livre…
Une lettre se plaça alors devant son regard de convoitise et lui cacha la vue du recueil. Il avait complètement oublié son père et releva des yeux furieux d’être dérangés dans leur contemplation.

Il reporta son attention sur la missive humide que lui tendait Eric. Son grand-père, pour qui il avait voué une telle admiration, lui avait donc destiné une lettre, peu avant sa mort ? Il n’avait eu que des bribes de vie à son sujet, son père en parlait peu dans sa jeunesse, et n’en avait plus touché un mot après son décès. Il savait qu’Augustus Effeday était un grand sorcier, très intelligent et malin, mais rien de plus.
Il avait de loin préféré Augustus à Eric depuis quelques mois. La grandeur d’Augustus face à la dépravation d’Eric il avait fait son choix. L’idée qu’il reçoive une lettre si longtemps après la mort de son père spirituel l’intriguait peut-être plus que le livre. Il déchira sans ménage l’enveloppe et déplia le parchemin où était écrit une lettre écrite d’une main tremblante et faible
.

Citation :
Cher Julian, mon petit…

Si tu lis cette lettre, c’est que tu dois avoir depuis peu dix-sept ans, ou du moins que mon fils t’estime suffisamment sage pour la lire plus tôt. Bon anniversaire, aurais-je envie de te dire. Et si tu tiens ce parchemin entre tes mains, c’est qu’Eric a donc respecté ma volonté.
Ce que je vais te dire, fils, il te faudra ne jamais l’oublier. Et surtout te montrer discret, Julian, car ce que tu tiens entre tes mains, ce livre, est un des objets les plus puissants de ce monde, sans nul doute. Tu as dû sentir sa valeur sous tes doigts comme une décharge irrésistible. C’est que tu es donc digne de l’obtenir. Laisse moi t’expliquer comment ce livre m’a appartenu, puis à toi maintenant…
Lors de la fondation de Poudlard, les quatre Fondateurs, Rowena Serdaigle, Salazar Serpentard, Godric Gryffondor et Helga Poufsouffle ont voulu réunir tous leurs savoirs en un même livre, afin de ne pas perdre leur incommensurable connaissance de la magie. Rowena y déversa toute sa science et sa connaissance des sortilèges, Salazar tout ses secrets sur les potions et les poisons, Godric toute son expérience et son savoir sur la Métamorphose, Helga y donna tout ce qu’elle savait, c’est à dire pas grand chose d’intéressant finalement.
Le Grimoire des Fondateurs était le livre magique le plus complet, le plus imposant et puissant et sûrement le plus surveillé des Mondes connus. Chaque découverte magique, dans tous les domaines existants, y était inscrite automatiquement sans qu’un sorcier n’aie à y poser sa plume. Un livre extraordinaire, Julian… Un livre plus que magique.
Mais, comme tu le sais, les quatre amis se séparèrent violemment. C’était peu après la création du Grimoire. La cohérence du livre ne tenait que sur leur amitié, et lorsqu’ils se divisèrent le livre se brisa aussi. Le Grimoire se transforma en quatre autres, plus petits, qui appartenaient à chaque Fondateur et portaient ses signes distinctifs. Celui de Serpentard ne contenait alors que sa grande connaissance des potions, celui de Gryffondor son savoir de la Métamorphose, celui de Poufsouffle contenait ses connaissances en Herbologie. Et le Grimoire de Rowena, la chère femme, renfermait tous les sortilèges et charmes connus des sorciers.
Peu avant sa mort, Rowena décida, comme les autres Fondateurs, de confier son livre à une personne de confiance, en l’occurrence Jolan Effeday. Notre ancêtre.
Ce livre passa de père en fils durant des générations et des générations. Nous avons réussi à conserver son existence secrète à un maximum de personnes. Personne ne sait qu’il existe, je pense, ou du moins très peu. Nous ne savons même pas à qui appartiennent les autres Grimoires.
J’ai donc hérité de ce livre de mon père, Orastin Effeday, à mes dix-sept ans il y a près de cinquante-sept ans à ton époque. Il m’a confié ce livre en me révélant son histoire. Il m’a aussi appris que ce livre était sous l’emprise d’un sortilège puissant : seul un vrai Serdaigle peut l’ouvrir et le lire, et très peu d’hommes y sont arrivés. J’ai pu en lire quelques pages, une de mes grandes fiertés. Je te le déconseille. Il y a là dedans des sorts si puissants que j’ai n’ai pas mesuré leur importance et leurs risques.
Eric, ton père, n’a eu ce livre qu’à ses vingt-neuf ans. Je l’estimais trop faible, indigne de ce livre pour le posséder à sa majorité. Et il ne sait pas tenir sa langue. Il l’a eut sur mon lit de mort. Sa seule mission était de te le donner. Il a donc respecté cette requête.
Tu as entre les mains le Grimoire de Rowena Serdaigle, Julian. Un livre unique au monde. Protège-le jusqu’à ta mort, ou jusqu’à sa succession. Préserve le savoir de Serdaigle. Prends en grand soin.
Je t’ai rencontré alors que tu avais sept ans. Tu commençais alors à te servir de ta baguette avec une assurance étonnante, je l’avoue, ce qui déplaisait à ta mère d’ailleurs. Tu dois être un très grand sorcier, maintenant. J’aurais voulu te voir grandir. Avoir une nouvelle chance… encore… une chance de plus de pouvoir élever un enfant et d’en faire quelqu’un de bien, de fort, de respecté.

Au revoir, Julian. Protège le livre. Deviens ma fierté.

Augustus Effeday, ton grand-père.


Lorsque ses yeux se posèrent sur le dernier mot de la missive, elle s’enflamma aussitôt. Les flammes rongèrent le papier en quelques secondes et la dernière trace d’Augustus Effeday disparu entre les doigts de Julian. Il essuya les cendres de ses mains et reprit le livre, encore perdu dans le souvenir de son grand-père. Le regard hagard, il caressa machinalement la couverture du Grimoire. Le Grimoire de Serdaigle... Tous les sortilèges existants… entre ses mains blanches. Ses yeux alors vides s’animèrent d’une lueur rougeoyante.
Il observa le livre avec appréhension. Et si le livre ne s’ouvrait pas pour lui ? S’il n’était pas digne de le lire, contrairement à ce qu’avait espéré son grand-père ? S’il n’était pas un vrai Serdaigle, un garçon intelligent et un sorcier remarquable ? S’il n’était… rien… comme son père ?
Il plaça son index droit sur la tranche de la couverture. Le Grimoire de Serdaigle et ses secrets… Il tenta de soulever le battant. Il resta fermement clos. Il recommença avec plus de vigueur, mais il avait beau essayer de plus en plus fort, la couverture semblait rester collée à ses pages, refusant de s’ouvrir à Julian.

Non ! Je veux… te lire… t’ouvrir… Allez… Je suis digne de ta lecture voyons ! Qui mieux que moi...

Julian réessaya avec plus de douceur. Dans un léger bruissement de feuille, le revêtement se souleva lentement. Julian poussa un soufflement rauque de plaisir et d’excitation, un sourire étrange illumina son visage. Il souleva complètement la couverture, laissant voir la première page cornée et jaunie où était écrit d’une longue écriture fine et dorée :

Le Grimoire de Rowena Serdaigle,
Recueil des Sortilèges du monde des Sorciers.
Toi qui lis ces lignes, garde les en mémoire,
Car les cœurs et les âmes sont changeantes.
Revenir en haut Aller en bas
Eric Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Eric Effeday

Nombre de messages : 32
Age : 53
Age Roleplay + Sorts : 40 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Aucun pour le moment.
Date d'inscription : 25/07/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)

Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty
MessageSujet: Re: Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV)   Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) EmptyJeu 10 Aoû - 13:18

Samedi 12 août 1995.
18 heures 25.
Un petit appartement de la banlieue de Londres.

Le feu brûlait depuis des semaines sans qu’aucune bûche y soit fournie. Les langues brûlantes crépitaient doucement dans l’âtre de brique noire, éclairant le pièce d’une lueur rouge et chaleureuse. Mais aucun lieu de pouvait être pourtant plus glacial.


« Ta tenue est bien négligée.
-Je… Le voyage et l’installation nous a beaucoup coûté. On a dû faire des économies… et…
-Inutile de te justifier. Je t’ai élevé durant dix-huit années.


Le ton froid et dur du premier homme avait claqué dans le silence qui s’était installé dans la pièce. Allongé sur un grand lit, les bras le long du corps, les yeux au ciel, il avait l’air contrarié. Une longue robe bleue nuit et blanc crème lui servait de robe de chambre, ses cheveux étaient d’un blanc grisâtre, son visage était long et fin. Des yeux noirs et profonds étaient entourés de cernes et de rides. Il paraissait vieux, très vieux.
Le deuxième garçon était plus jeune que lui d’une trentaine d’années, mais de légères fissures de la vieillesse commençaient à sinuer sur son visage rond. Assis sur une chaise au dos dur, il était penché en avant, la mine accablée. Ses mains tremblaient légèrement, et il faisait de grands efforts pour empêcher sa voix de se résumer à un murmure lorsqu’il parlait. Ses yeux bruns semblaient s’embuer à chaque mot que prononçait l’homme assis. Il baissa la tête lorsqu’il entendit à nouveau le vieillard s’adresser à lui.


« Mais ce n’est pas une raison pour t’habiller comme un vulgaire… Moldu. Ni pour venir avec ces bus rouges pâles imitations de notre Magicobus. Tu aurais pu te servir de la Poudre de Cheminette, ou transplaner ici. Si Xandrin a allumé un feu, ce n’est pas pour griller des saucisses.
-Père, tu sais bien que je n’aime pas transplaner. Qui est Xandrin ?


Le vieil homme éclata d’un rie sans joie. Il ignora la question prononcé d’un ton faussement claironnant.

« Ah ! Un misérable accident, et te voilà transplanophobe, hum ? La transplanophobie ! Tiens, je viens de trouver un nouveau terme médical, grâce à toi… Tu vois que tu peux servir à quelque chose.
-Je…
-Oui ? demanda le vieil homme d’un ton doucereux.


Le plus jeune baissa à nouveau les yeux, abandonnant sa tentative de révolte. Cela faisait plusieurs années qu’il n’avait pas eu affaire à ses sarcasmes continuels, mais rien n’avait changé. Il n’arrivait toujours pas à lui tenir tête. Il était trop respectueux de ce vieil homme pour ose élever la voix contre lui. Trop respectueux ou trop apeuré.

« Le thé est prêt, monsieur, déclara une petite voix faible qui venait d’entrer dans la chambre.
-Parfait, Xandrin. Sers m’en une tasse, je te prie. Tu es bon.
-C’est un...? Lui, c'est Xandrin? Comment ? Nous n’avons jamais eu de… Je ne me souviens pas…
-Si. Il a toujours été là. Tu l’ignorais seulement. Nous sommes une ligne noble, Eric, contrairement à ce que tu persiste à croire. Xandrin est devenu mon ami au fil des années. Xandrin, donne-moi le paquet. Je n’ai que trop attendu. Il est temps... »


-------------------------



Le temps présent.
18 heures 14.
Ecole Poudlard.

Le Soleil brûlait sa nuque depuis plusieurs minutes à présent. La lueur rougeoyante et mourante éclairait à peine les alentours de l’école. Le froid s’installait à présent autour des deux hommes. Eric observait attentivement la nuque de Julian qui lui tournait le dos, la bouche légèrement ouverte, la curiosité apparente. La fameuse lettre qu’il lui avait été interdit de lire…
Lorsqu’il estima que Julian devait avoir fini sa lecture, il rompit le silence.


Alors, dis-moi, qu’est ce qu’elle raconte ? La lettre ? Elle parle de moi ?

A peine avait-il fini sa phrase que le papier jauni vola en cendres. Sa voix se coupa alors. Il observa, les yeux exorbités, l’incandescence de la dernière trace de son défunt père. Un sortilège ? Non… pas ça…
Il aurait tant souhaité lire une dernière fois un mot de son père… Même si l’espoir que Julian lui en laisse la permission avait été infime. Mais à présent c’était terminé. Augustus n’était vraiment plus. Il avala avec difficulté et observant le livre, dernière relique de son existence passée. Et dire qu’il n’avait pas eu le droit de le posséder…
Il reporta son attention sur le contenu de l’ouvrage. Pour qu’un tel objet aie suscité autant d’attention de la part de son père, c’est qu’il était soit intéressant, soit dangereux. Ou les deux.

Julian lui tournait le dos. Il avait mis plusieurs secondes avant de trouver comment ouvrir le livre. Mais, lui, il y était parvenu. Il étouffa une exclamation. Il y arrivait... Comment était-ce possible ?
Il se plaça à la gauche de Julian afin de voir ce qu’était donc ce grand mystère, lentement. Son souffle rauque s’était comme éteint. Il sentait que Julian était agité. Que voyait-il de si excitant ?
Eric discernait à présent parfaitement le livre. La respiration lui vint dans une exclamation étouffée.


Mais…

Il n’y avait rien. Strictement rien. Une grande page jaunie, que Julian contemplait longuement, visiblement troublé… Mais où aucune goutte d’encre ne semblait s’être posée. L’irritation avait pris place de la surprise.

Mais… il n’y a rien ? La page est vierge ? C’est quoi ce livre, Julian ? Que disait la lettre ?

Eric se tourna vers son fils, qui contemplait toujours le livre. Il avait mit tant d’énergie en ce livre, et il n’était rien que des pages blanches… Non… Il était pourtant sûr que c’était autre chose… Ce livre ne pouvait être qu’un livre vierge.
Revenir en haut Aller en bas
Julian Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Julian Effeday

Nombre de messages : 1252
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 21 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Occlumencie
Date d'inscription : 05/05/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)

Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty
MessageSujet: Re: Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV)   Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) EmptyMer 16 Aoû - 14:06

Julian se sentait comme sonné. Il avait l’impression de s’être prit un grand coup de poing en plein visage. Il restait immobile, le souffle coupé, contemplant le livre. Le livre… de Serdaigle.

De Rowena Serdaigle. Bon sang… Ca paraît presque surréaliste…

Il avait hérité ans doute du livre le plus précieux qu’il puisse exister. Un livre magique, immortel, où étaient enfermés des siècles de sortilèges. Un livre qui devait être convoité par des millions de sorciers, s’ils savaient seulement qu’il existait. Il possédait à présent des centaines de sortilèges qu’il était sans doute le seul à pouvoir connaître. Des sorts encore inconnus, à portée de ses yeux. Des moyens magiques d’arriver à ses fins, en toute discrétion…
Il s’arracha un instant de sa léthargie, tourna le regard vers Eric. Il l’avait vu dans cet état que des années plus tôt, il y a presque des siècles. Son paternel était vraiment bouleversé. Il paraissait même paniqué. Il ne lisait rien. Il ne voyait qu’une page vierge. Il n’arrivait pas lire le livre ? Comment… ?


Quoi ? Tu n’arrive pas à lire ? Tu ne peux pas lire ce livre ?

Il tourna précipitamment quelques pages couvertes d’encre noire. Aucun espace ne semblait être encore libre, toute la surface des parchemin était utilisée. Les pages semblaient saturées d’informations. « Sort de Lévitation » « Charme de Persuasion » « Maléfice du Borgne » A chaque page se trouvaient des dizaines de sortilèges, d’incantations… Des savoirs encore inconnus de Julian. Sans doute inconnus par nombre de sorciers…

Là ! Cette page ! Tu peux la lire ? Réponds !

Il lui montra une page illustrée dont le titre était « Rituel d’invocation de Golem ». Toute la feuille était couverte d’indications précises, avec des images fixes et colorées. Eric ne pouvait qu’arriver au moins à discerner les caractères !

Lis cette page ! Dis moi si tu arrive à voir ce qui est écrit !
Revenir en haut Aller en bas
Eric Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Eric Effeday

Nombre de messages : 32
Age : 53
Age Roleplay + Sorts : 40 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Aucun pour le moment.
Date d'inscription : 25/07/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)

Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty
MessageSujet: Re: Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV)   Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) EmptyJeu 24 Aoû - 8:42

Je… Julian, du calme !

L’effarement d’Eric s’était muté en affolement, et il prit soin de reculer de quelques pas. Il n’avait jamais vu Julian dans cet état. Un état d’euphorie presque violente. Un état inhumain, effrayant, inconnu alors. A présent, Julian le forçait presque à lire l’indéchiffrable. Il n’y avait rien sur cette page, strictement rien ! Comment se faisait-il que Julian puisse y lire quelque chose, en s’indignant que les autres n’en fussent pas capable eux-mêmes ? Il était évident que le contenu du livre semblait l’avoir étonné, secoué et presque paniqué. Mais qu’est-ce que cela pouvait être ?

Julian… Non, je ne lis rien là dessus… C’est une page blanche pour moi…

Il leva les mains dans un réflexe d’enfant qui ne voulait pas s’être attribuée une faute qu’il n’avait pas commise. Le regard de fureur de Julian angoisserait n’importe qui, pensa Eric. Il tenta de raisonner le jeun homme.

Je ne lis rien, répéta-t-il. Rien, Julian, je te le jure.
Revenir en haut Aller en bas
Julian Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Julian Effeday

Nombre de messages : 1252
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 21 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Occlumencie
Date d'inscription : 05/05/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)

Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty
MessageSujet: Re: Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV)   Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) EmptyLun 28 Aoû - 14:54

Une foule de possibilités venaient d’éclore dans son esprit. Une sensation si douce et enivrante qu’il se sentait vidé de toute humanité. Des dizaines de scénarios, plus inventifs et hardis que les autres, se bousculaient dans sa tête. Des propositions d’un avenir encore insoupçonné. Un délice de choix, tous plus téméraires, certains inavouables, d’autres resplendissants d’une aura de succès et de grandeur. Tellement de possibilités… de destins… qui devaient rester sous silence… Oui. Un secret absolu.

Julian resta immobile pendant quelques secondes, réfléchissant encore un peu. Une partie de lui avait interdit de le faire il y a des mois. Cette partie était mourante depuis longtemps. Mais elle murmurait faiblement… Trop faiblement…
Puis son choix se fit. Il plaça le livre sous son bras gauche, et de l’autre, il sortit vivement une baguette qu’il brandit sous la gorge d’Eric. Elle effleurait sa pomme d’Adam. Julian devrait s’assurer de son silence. Ses traits se durcirent. Ses yeux flamboyaient.


Ne bouge pas. Pas un mouvement. On a des choses à mettre au point, Eric.

Il tenait toujours son père en joue alors qu’il cherchait le meilleur moyen de le faire taire à vie. Le sortilège Oubliettes ? Un sort de Confusion suffisamment puissant ? Ou une solution bien plus radicale…

Qui sait pour le livre ? Qui sait qu’il existe ?
Revenir en haut Aller en bas
Eric Effeday
Serdaigle
Serdaigle
Eric Effeday

Nombre de messages : 32
Age : 53
Age Roleplay + Sorts : 40 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Aucun pour le moment.
Date d'inscription : 25/07/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Left_bar_bleue100/100Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)

Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty
MessageSujet: Re: Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV)   Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) EmptyMar 12 Sep - 16:27

[HJ : Après une longue absence, faute à la rentrée, le retour du père et du fils. /HJ]

Eric ne comprenait plus rien. Tout était hors de contrôle. Il voulait partir, regrettant à présent d’avoir proposé ces retrouvailles, qu’il n’aurait au grand jamais imaginé devenir un règlement de comptes. Il releva la gorge, sentant la pointe de la baguette lui gratter la glotte. Julian allait le tuer. Il avait l’impression de sentir déjà la baguette qui bouillonnait d’espérance et de désir de sang. Eric ouvrit des yeux larges, plein d’une frayeur qui se muait en larmes. Une goutte de sueur perlait sur son front. Sa gorge se nouait. Et ce regard noir…

Je… Julian, non… Arrête… Pas toi aussi…

« Tends ton bras, Eric. »
Non…


Il voulait se dégager, courir, loin de ce fils qui brandissait une baguette et affichait une moue horrible. Il n’aurait jamais pensé voir le petit Julian menacer quelqu’un. Encore moins Eric. Le père désemparé paniquait. Il ne pouvait que répondre aux questions.

Je… Il n’y a que moi qui en connais… existence… Moi… et Augustus Effeday, ton grand-père, du moins à ma conaissance, il n’y a que nous deux.... Non… Xandrin… Il y aussi Xandrin…

Une image floue apparu dans son esprit, une forme vaguement humaine entourée des brumes de l’oubli. Il avait presque oublié son existence. Il ne l’avait vu qu’une fois. Xandrin avait vu le livre, lui aussi. Il connaissait ses secrets, lui. Il l’avait étudié avec Augustus. Xandrin…

«-C’est un...? Lui, c'est Xandrin? Comment ? Nous n’avons jamais eu de… Je ne me souviens pas… »

Eric n’avait alors que 31 ans. Son regard triste n’était alors qu’une lueur de nostalgie au fond de l’œil, et il n’avait pas cette stature mollassonne et ces rides prématurées. Il avait le visage soucieux et perdu. Et surtout, il avait cette impression persistante d’être revenu à son enfance, face à ce père grand, charismatique et mourrant.
Augustus Effeday se tenait allongé, le visage plus dur encore, observant du coin de l’œil son fils assis sur un fauteuil à large dossier. Il semblait soucieux.
Dans un coin de la pièce se trouvait une personne de quelques dizaines de centimètres de hauteur. Ses oreilles étaient largement décollées, de profondes rides parcourraient son front. Des yeux gris et intimidants prenaient la plus grande partie de son visage. Sans son nez exagérément pointu, on aurait pu confondre l’Elfe de Maison avec un homme de petite taille. Xandrin lança un regard dur à Eric, croisant ses fins bras derrière son dos.

« Si. Il a toujours été là. Tu l’ignorais seulement. Nous sommes une ligne noble, Eric, contrairement à ce que tu persiste à croire. Xandrin est devenu mon ami au fil des années. Xandrin, donne-moi le paquet. Je n’ai que trop attendu. Il est temps... »

Xandrin se déplaça vivement et noblement à travers la pièce comme s’il se considérait comme une personne incontournable de la maison. Il se dirigea vers une grande armoire qui avait connu des jours meilleurs, pointa un long doigt griffu vers sa serrure. Un éclair de lumière bleue et un cliquetis retentirent, ouvrant largement la porte. L’Elfe en ressortit un grimoire bleu orné d’un aigle immense. Sous l’animal en relief se dessinait en écriture de couleur bronze : Augustus Effeday.
Le domestique tendit alors le livre à son Maître.

« Ah, merci Xandrin… Eric, mon petit, écoute bien mes mots et tâche de t’en souvenir. Ce livre est le plus précieux ouvrage que tu tiendras dans tes mains et que quiconque pourrait lire. Je ne te diras pas ce qu’il contient, car cela te détruiras. Ou te sauveras, mais en détruisant tout ton univers. Sache simplement que personne, entends-tu, absolument personne ne doit connaître son existence et le lire, excepté ton fils et sa descendance. Il devra récupérer le livre à sa majorité avec la lettre que je t’ai donné.
-Mais… Pourquoi… ?
-Tu ne l’as pas eu avant ? Parce que… Je ne te sentais pas prêt. Et je pense avoir bien fait. Tu es disparu vite. Juste après avoir appris que je faisais partie de l’Ordre. Je ne m’étendrais pas sur cet acte lâche. Sache seulement qu’à présent, ce livre t’appartient. Je le perdure à travers toi et ton fils et ses enfants… Ne parle pas du livre. Protége-le du mieux possible, prends-en soin. J’ai pu l’étudier avec Xandrin pendant quelques mois. Nous avons été époustouflés et effrayés. Il ne doit donc pas être lu par des yeux hostiles. Compris ?
-D’accord… D’accord, papa… »



Xandrin l’Elfe de Maison de ton Grand-Père. Il a tenu le livre. Il sait ce qu’il y a dedans… Il l’a… étudié avec mon père... Baisse ta baguette, je t'en prie...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty
MessageSujet: Re: Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV)   Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le crépuscule d'un Serdaigle. (PV)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'École de sorcellerie Poudlard :: Montagnes autour de Poudlard-
Sauter vers: