AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Confrontation * chemin de traverse * [ Pv]

Aller en bas 
AuteurMessage
Léocadie de Dinechin
Serdaigle
Serdaigle
Léocadie de Dinechin

Nombre de messages : 97
Age Roleplay + Sorts : 16 ans sorts 1 2
Date d'inscription : 27/05/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue450/450Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (450/450)
Points de mana:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue400/400Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (400/400)

Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty
MessageSujet: Confrontation * chemin de traverse * [ Pv]   Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] EmptyLun 30 Jan - 20:44

Quand je dépasse les bornes, j’ai beau en être parfaitement consciente, analyser finement ce mécanisme d’auto destruction et réaliser les conséquences de mes actes, je fonce quand même droit dans le mur. C’est ce qu’on appelle de la préméditation et, devant une cour pénale, ça peut vous transformer une peine de quelques années en condamnation à perpétuité. Pourquoi suis-je comme ça ?
Alors qu’une fois de plus je guette son arrivée, en faisant mine de feuilleter un magasine, je suis l’image même de la préméditation coupable. Je relis encore une fois la lettre, arrivée la semaine précédente avant de la froisser et de la l’enfoncer au fond de ma besace.

Spoiler:
 
J’accroche ma canne au montant de la chaise et la recouvre de mon manteau. Hors de question de passer pour une infirme, une handicapée, une assistée. Pour frapper fort, j’attends cependant qu’elle enlève sa veste et se commande une tasse de thé. Maintenant que sa démission était rendue publique, les difficultés pour la rencontrer prennent des dimensions impressionnantes. Pis encore que lorsqu’elle arpentait le ministère de sa démarche féline. Je croise les bras sous ma poitrine, les décroise, les cale sous mes fesses, les repose sur la table puis dit d’un ton détaché, en faisant tourner les pages de mon magasine un peu trop rapidement.

C’est qui, Rebecca ?

Pour tout avouer, l’idée qu’elle me réponde de m’enthousiasme guère. Surtout si mes craintes sont fondées. Que Rebecca soit ma mère biologique. Que c’est une mangemort. Que je sois la fille d’une de ces vermines. Si quelqu’un se devait de savoir quelque chose c’était bien elle. Ma tutrice est à l’évidence trop fatiguée pour masquer pleinement sa surprise. Je bats les cils d’un air innocent et continue sur ma lancée comme s’il s’agit de prendre rendez vous chez l’esthéticienne pour une manucure.

Et tu es au courant pour Dryden.

Je vrille mon regard dans le sien. Le belle brune se redresse et se tient bien droite. Ce regard qu’elle me lance, c’est exactement ce que j’attends. A ce moment précis, l’Auror est préoccupée, entièrement et uniquement, par l’avenir de sa délinquante de protégée et par personne d’autre. Le seul plaisir que j’en tire, c’est de l’acculer contre ses propres incohérences. De toute évidence, elle ne s’attendait pas à ce qu’en saches aussi long. Surtout que ce n’est que du bluff. Je n’ai aucune preuve réelle sur le fait qu’elle soit réellement au courant de ces histoires. Je le regarde inspirer et expirer, lentement, profondément, comme au yoga. Puis elle se cale contre sa chaise et réfléchit un moment avant de répondre. J’en profite pour siroter un pue de whyskie , bien caché dans mon soda.
Revenir en haut Aller en bas
Lilween Dawson
Serdaigle
Serdaigle
Lilween Dawson

Nombre de messages : 17
Age Roleplay + Sorts : 23 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Date d'inscription : 03/11/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue800/800Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (800/800)
Points de mana:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue800/800Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (800/800)

Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty
MessageSujet: Re: Confrontation * chemin de traverse * [ Pv]   Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] EmptyMar 31 Jan - 20:17

- Ne prends pas la peine de me dire bonjour surtout. Et la prochaine fois, commande toi un whisky pur feu tout de suite, je connais ton penchant pour l’alcool depuis un moment maintenant.

La garce ! Exactement comme son père, à pointer les choses cachées, à dénicher des informations qui devaient être tenues secrètes, à exposer au grand jour vos erreurs. Mais au moins, elle n’est pas stupide, et possède un esprit de déduction correct. Bien sur que je sais pour Dryden. Je sais tout et depuis toujours. Et malgré mon masque de glace, je sais qu’elle a vu mon étonnement. Le pire dans tout cela, c’est qu’elle attend des réponses, et qu’elle ne partira pas sans les avoir. Au vu de son comportement, je dirais que les explications sont importantes pour elle, voir même vitales.

Je la regarde longuement, sous toutes les coutures, et j’analyse son comportement. Elle se tortille sur sa chaise, ne sait pas quoi faire des ses bras et il me semble qu’il y a une certaine gêne dans ses mouvements, qui n’était pas présente à notre dernière rencontre. Je pousse un soupir. Surement quelque chose qu’elle a gentiment ramené d’Albanie. J’avale une gorgée de thé avant de plonger mon regard glacial dans le sien, affichant une mine sévère. J’aimerais la gifler, juste une fois, pour qu’elle comprenne la gravité de ses actes passés. Mais je ne peux pas, je n’en ai pas le droit. Légalement, et à ses yeux, je ne suis que sa tutrice. Si seulement elle savait, si je pouvais lui dire ce que je suis réellement, et elle, ce qu’elle est. Une grande sorcière, à n’en point douté. Parfois, je retrouve en elle ce que j’aimais tant chez lui.


- Oui, je sais qui est Dryden. Je sais que tu as fait brûler un homme en Albanie, Léocadie. Un Mangemort qui plus est. C’était vraiment très astucieux.

Le sarcasme dans ma voix l'a fait frissonner. Il y a de quoi. Et si je n’ai pas pu rentrer à l’hôpital, j’ai veillé chaque jour, chaque heure et chaque seconde sur elle, malgré ma situation. Je me demande ce qui se serait passé si elle n’était pas revenue de son voyage là-bas. Je m’en serais voulue, bien sur, mais il y aurait eu autre chose, de bien plus horrible. J’aurais failli à ma promesse de veiller sur elle, de la protéger, chaque jour de sa vie, jusqu’à ma mort, sans que jamais elle ne sache que je la surveille de près, et bien plus que ce qu’elle ne pourrait seulement penser. Et j’ai beau paraitre calme, intérieurement, je bouillis. J’ai envie de lui hurler sa stupidité, son manque certain de discernement, la gravité de la situation. Je ne peux que marmonner quelque chose, fatiguée. Je suis lasse de jouer la gentille tutrice, alors qu’en réalité, je suis tellement plus. J’aimerais tout lui dire, lui montrer combien on l’aimait, mais je ne peux rien dire. Pas encore, pas pour l’instant. Elle ne comprendrait pas.

Elle n’est pas tranquille, et moi non plus. Son attitude entière me crie qu’elle joue sur mes nerfs, qu’elle en sait moins que ce qu’elle veut bien laisser paraitre. Mais le jeu a assez duré. Alors je ferme les yeux, soupire longuement et me résigne.


- Que sait tu sur cette Rebecca, Loécadie ? Que sait tu vraiment ? De quoi est tu sûre, absolument sûre ? Non, attends. Je connais ta réponse, tu n’es sûre de rien. Parce qu’il n’y a rien Léocadie, rien du tout. Rien de vrai, rien qui ne soit pas tangible. Tu ne devrais même pas poser cette question, et tu le sais, car tu ne veux pas cette réponse, et je ne peux t’en apporté une qui soit réellement correcte. En revanche, moi j’en ai une, de question, et j’exige une réponse, ma jeune amie.

J’ai le cerveau qui marche à plein régime, entre les réponses à lui fournir, sans trop lui en dire, les questions à lui poser, les questions qu’elle pourrait me poser, la situation tout à fait désagréable dans laquelle je suis, et comment m’en sortir sans trop me mouiller. C’est une évidence pourtant. Je ne pourrais pas m’en sortir comme ça, et cette jeune fille que je chéris tant ne s’en sortira pas indemne non plus. Je lui ai trop longtemps dissimulé des choses sur elle et son passé pour me permettre de reculer aujourd’hui. Je me retrouve acculée contre des murs que j’ai moi-même bâti et que j’ai entretenu au fil des années. Mon regard se glisse vers elle, dérive sur la table voisine et ses occupants, puis circule rapidement dans la pièce. Je n’aime pas être là. Mais je ne veux pas être ailleurs non plus. Je suis juste là, je suis là pour elle. De ma main droite, je me pince l’arête du nez et de l’autre me masse la tempe. Un souvenir se glisse jusqu’à moi, irrépressible, et je plonge dans les méandres de ma mémoire sans me débattre.

{ Souvenirs }

Dans ses yeux brille une nouvelle lumière. Une que je ne lui connais pas. Intense et feutré, forte et si douce, rayonnante et triste. Humaine, et en même temps … Tellement plus que cela. Il s’approche de moi, et me regarde, comme si il me découvrait pour la première fois, comme il m’a regardé au sommet de cette tour, à nôtre première rencontre. Doucement, il s’approche de moi et se penche à mon oreille. Le murmure se perd à la force du vent et je ne saisis pas. Je ne veux pas saisir. Pas maintenant, plus tard, dans quelques mois, quelques années. Pas maintenant. Je ne suis pas prête.


- Je ne veux pas vous quitter. C’est trop tôt.

Il sourit simplement.

- Trop tôt ? Non, je crois même que j’ai voulu te garder trop longtemps, tu sais tout. Tout ce que j’ai pu t’enseigner, je l’ai fait. Tu es prête, Lilween. Ton apprentissage est achevé. Le reste, tu devras l’apprendre seule, le découvrir seule. Mais tu ne me quitte pas. Je continuerai à être près de toi, à marcher à tes côtés. Même la mort ne nous séparera pas. Jamais, Lilween, jamais.

Peut-être devrais-je être fière d’être devenue une Auror, peut-être. Ce n’est pas le cas, je ne veux que pleurer. J’ai peur je crois. Pour la première fois, j’ai vraiment peur. Peur de l’inconnu, peur du monde qui s’ouvre à moi, peur de la solitude. J’ai peur de disparaitre, de ne plus exister aux yeux du monde si je n’existe plus aux siens. Il ouvre les bras dans un geste qu’il ne s’était jamais autorisé, et entre deux sanglots, je me blottis contre lui. J’ai peur. Il ne dit rien. J’ai peur. Il me tient serrée contre lui. J’ai peur. Je voudrais lui dire merci, mais je ne peux pas. Je crois qu’il sait. Entre deux hoquets, je me dégage doucement et le sonde. Il a fermé les yeux mais en sentant mon regard, il les rouvre et affiche un sourire doux.

- Offres moi le bonheur de te voir t’envoler.
- Pas maintenant, plus tard, demain peut-être.
- Il n’y aura pas de plus beau moment que celui là, Lilween. S’il te plaît. Offres moi le bonheur de te voir t’envoler.
Il ferme les yeux. S’il te plaît.

Le murmure perse mon cœur et sans un mot, je lui dis au revoir en le caressant du regard.

{ Fin des souvenirs }

- Pourquoi l’Albanie ? Pourquoi Dryden, Loécadie ? Pourquoi …

Le murmure est bruyant. Infiniment bruyant. Il emplit le calme de la salle, il éclate l’apparente quiétude. Et mon cœur éclate, lui aussi. Il me manque. Et pourtant … Il vit dans chacun de mes mouvements, chacun de mes réflexes, chacun de mes pas. Mort, mais bien vivant.

En chacune de nous.

Il me manque.
Revenir en haut Aller en bas
Léocadie de Dinechin
Serdaigle
Serdaigle
Léocadie de Dinechin

Nombre de messages : 97
Age Roleplay + Sorts : 16 ans sorts 1 2
Date d'inscription : 27/05/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue450/450Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (450/450)
Points de mana:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue400/400Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (400/400)

Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty
MessageSujet: Re: Confrontation * chemin de traverse * [ Pv]   Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] EmptyMer 1 Fév - 16:29

Ne prends pas la peine de me dire bonjour surtout. Et la prochaine fois, commande toi un whisky pur feu tout de suite, je connais ton penchant pour l’alcool depuis un moment maintenant.

Je ne prends pas la peine de répondre. J’ai d’abord bu de l’alcool pour oublier que l’on m’avait amputé d’une partie de moi, d’une partie de mon cœur, puis parce qu’ensuite j’ai oublié, justement. Oublié de ne pas boire, oublié où j’allais, oublié ce que je faisais ou même qui j’étais. J’ai réussi à lâcher la bouteille, un temps, quand Dakeyras à panser mes plaies l’une après l’autre. Et maintenant que cette face de gobelin tuberculeux de Dryden m’en avait fait une nouvelle, je recommence exactement le même purgatoire. Sans état d’âme. Attendant la prochaine accalmie. Le cœur en fièvre et le corps démoli. J’en aspire une gorgée, en lui lançant le regard le plus insolent qui soit.

Que sais-tu sur cette Rebecca, Loécadie ? Que sais-tu vraiment ? De quoi est tu sûre, absolument sûre ? Non, attends. Je connais ta réponse, tu n’es sûre de rien. Parce qu’il n’y a rien Léocadie, rien du tout. Rien de vrai, rien qui ne soit pas tangible. Tu ne devrais même pas poser cette question, et tu le sais, car tu ne veux pas cette réponse, et je ne peux t’en apporté une qui soit réellement correcte. En revanche, moi j’en ai une, de question, et j’exige une réponse, ma jeune amie.

Je tressaille. Il y a temps de choses que l’on croit acquises. Tant de choses qu’on remarque à peine jusqu’au jour où elles ont disparu. Je viens de réaliser que j’ai perdu, entre autre, mon identité. Pourtant, j’en avais bien une, avant. Autrefois, je pouvais me dé finir comme l’orpheline bonne élève et séductrice que toute le monde voulait avoir dans son cercle d’ami. Comme la petite amie du brillant Alexander, préfet et bon joueur de Quidditch. On pouvait dire de moi que j’étais une craque en sortilèges, une victime de la mode, une fille qui dansait bien, une maniaque qui voulait tout contrôler. Une Serdaigle. Mais tout ça c’était fini. Et je ne trouvais rien à mettre à la place. A part peut être la poursuite de chimères dangereuses. Et Dakeyras. Heureusement que je l’avais à mes côtés.

Dans l’idéal, les gens grandissent auprès de leurs parents, puis partent faire des études, laissant derrière eux une famille, une maison, un foyer qui les attends et qui les aime. Laissant derrière eux un trou, un vide qui a plus ou moins leur taille et leur forme. Et ils rentrent de temps en temps pour remplir ce vide. Peut être n’est ce qu’une illusion. Rien ne demeure figé. L’essentiel c’était que l’endroit que l’on désigne comme « chez soi » reste là où il était quand on se déplace. Pour moi, la maison était une époque. Plus un endroit. Je ne peux plus y retourner et il devient beaucoup plus difficile de partir et de se situer dans le monde. Si on rajoute à ça, que vous n’êtes qu’un nom sur une liste administrative, l’envie peut vous prendre d’aller vous noyer dans la cuvette des toilettes.

Depuis la mort d’Alex, j’ai l’impression de regarder se dérouler ma vie sans y prendre part. Je me contente d’attendre, en me demandant quand mon existence reprendrait. J’étais pleine de vie avant. Oui, vraiment. J’avais l’ambition, j’étais une jolie fille. J’étais haute en couleur. Et maintenant, j’étais un fantôme. J’étais un fantôme sauf quand j’allais corriger les mangemorts en Albanie. Je pousse un soupir. Bien trop dépendante de son environnement et de son entourage pour rester elle-même hors contexte avait dit la psychologue, lors d’une de mes veines tentatives pour intégrer une famille d’accueil. Le visage de Loup, d’Alex, maintenant celui de Dakeyras, Loélia ou même celui de Lilween sont mes miroirs. Sans eux, je ne me vois plus, je suis perdue. Seule. Et j’en avais assez.

Dryden à affirmer que j’étais la fille d’une dénommée Rebecca. Il était furieux. Tellement furieux, qu’il m’a torturée. Tu entends ? Torturée ! Selon lui… Comment a-t-il dit déjà ? Ah oui ! Je ne suis pas à ma pleine puissance magique. Que je ne me sers pas de ma magie pour me protéger. Bien mal lui a pris de me provoquer. Je l’ai brûlé oui, mais j’ignore comment étant donné que j’étais entrain de me vider de mon sang.

Si mes premiers mots sont aussi froids que la glace, les suivant se remplissent de doutes, d’incertitude, de peur. Et puis il y a les loups. Ses souvenirs qui me reviennent sous forme de rêves, de révélations. Cette histoire de liens magiques qui m’entravent pour assurer ma protection. Je me mordille la lèvre et baisse d’un ton avant d’enchainer :


Lors de l’affrontement avec Dryden, j’ai vu Alex assis sous un pommier. Il m’a raconté une petite histoire, une histoire qui, je n’en doute pas une seconde, ne t’ai pas inconnue. Il m’a dit qu’enfant j’étais une petite sorcière bien dégourdie et qui savait très bien se servir de sa magie. A tel point que d’autres sorciers en venaient à me jalouser. Que, pour me protéger, ma marraine la bonne fée m’avait enroulée dans des rubans. Et que Dryden s’amusait à tirer dessus. Seulement, je n’avais aucune idée de comment les ôter ses foutues entraves. Je les sentais, elles me faisaient mal mais je ne suis pas parvenue à m’en défaire, Lilween. Je ne suis pas parvenue à m’en défaire et j’ai failli mourir là bas. Alors maintenant j’exige des explications. Immédiates.

Ma tutrice ne bouge pas. Ne dis rien. Je ne sais pas si c’est par désarroi ou cynisme, mais ce silence pèse. Pèse lourd. Très lourd. Il se mêle d’inquiétude. Je le pressens. Mon cas est bien plus grave que ce que je ne le pensais. La peur se mêle à l’incrédulité et soudain la colère. La colère enfle comme un ballon. Gonfle encore. Encore. Atteint ses extrêmes limites. Explose.

JE VEUX SAVOIR CE QUE TU SAIS ET JE VEUX L’ENTENDRE MAINTENANT. QUI SUIS-JE ? QUE SUIS-JE ? EST-CE QUE JE SUIS LA FILLE D’UN DE CES IMMONDICES QUI NOUS PERSÉCUTENT ? DIS-LE ! DIS-LE OU JE TE JURE QUE JE NE RÉPONDRAIS PLUS DE RIEN !
Revenir en haut Aller en bas
Lilween Dawson
Serdaigle
Serdaigle
Lilween Dawson

Nombre de messages : 17
Age Roleplay + Sorts : 23 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Date d'inscription : 03/11/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue800/800Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (800/800)
Points de mana:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue800/800Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (800/800)

Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty
MessageSujet: Re: Confrontation * chemin de traverse * [ Pv]   Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] EmptyJeu 16 Fév - 20:59

Je n’apprécie que moyennement son comportement, mais le fait qu’elle soit complètement perturbée par sa rencontre avec Dryden me fait plus ou moins passer l’éponge sur l’insolence dont elle fait preuve dans son comportement. Encore que… Je pourrais la laisser parler, pendant des heures sûr ce qu’elle a vécu en Albanie, mais je doute qu’elle sache que moi aussi, je sais tout. Et peut-être même plus qu’elle sur ce qu’elle y a fait et sur les conséquences de ses actes totalement irresponsables. Sauf qu’elle finit par cesser de raconter, et attend que je lui fournisse des réponses, qu’elle exige. J’ai un sourire carnassier qui menace de se peindre sur le visage, mais dans un élan de sérieux, je le contiens. Elle exige ? Pour exiger que je réponde à ses interrogations grâce aux réponses que je possède, il faudrait que la jeune demoiselle soit en position de force. Ce qui, avouons le, est loin d’être le cas. Si je l’avais voulu, j’aurais déjà pu partir une bonne vingtaine de fois depuis le début de cet entretien, sans répondre à ses questions, et en la laissant là, seule, pas plus avancée dans son histoire personnelle, plus que complexe, qu’à son arrivé. Mais enfin, j’ai voulu lui parler, peut-être pas de ce sujet là, mais lui parler quand même. Alors, maintenant, il faut que j’assume mon rôle et mes fautes, et qu’enfin, je brise la glace. Après tant d’années à garder secret son passé, ses origines, tant de temps à jouer un rôle qui n’était pas le mien, après autant de murmures ignorés, de larmes versées, autant de douleur et d’incertitude, je dois lui dévoiler son histoire. La vraie, la seule qui n’ai jamais existé et la plus dure à entendre.


{ Souvenirs }
- Ne lui dis jamais d’où elle vient, ne lui dis pas qui sont ses parents, ne parles jamais de nous, ne cites jamais notre nom, ne lui révèle jamais son identité.
- Non.
- Je ne te laisse pas le choix, Lilween. C’est pour son bien.
- Alors trouvez quelqu’un d’autre. Je ne laisserais jamais cette enfant dans l’ignorance. Je ne veux pas qu’elle court après une histoire sans jamais en saisir une bride, sans que jamais elle ne devienne sienne.
- Te rends tu compte de ce que tu me dis là ?
- Oui. Votre fille saura un jour qui elle est. Quand j’estimerai le temps venu. Que je l’estimerai prête.


{ Fin des souvenirs }

Un doute me saisit. Irrépressible, terrifiant. Et si Léocadie ne parvenait pas à attraper cette histoire que était la sienne ? Et si son passé voletait au dessus d’elle sans qu’elle parvienne à s’en saisir, mais sans qu’il s’éloigne tout à fait ? Que ferrais-je alors ? Et elle, que deviendra-t-elle, avec une histoire qu’elle ne considérerait pas comme la sienne, mais pas non plus comme celle d’un inconnu ? N’aurais-je pas déjà trop attendu ? Je ne possède pas de réponses à mes questions. Mais je possède une partie de celles que ma filleule souhaite entendre, et je m’apprête à les lui offrir, après un moment de silence. Silence qui m’est nécessaire pour garder mon calme et ma parfaite maitrise de moi devant les dures révélations à venir. Silence visiblement trop long pour elle, puisqu’elle se met à hurler.

N’a-t-elle pas encore fini de hurler ? Ne va donc t-elle pas se taire ? Faut-il que je la fasse taire moi-même, ou sa stupidité va-t-elle lui sauter aux yeux ? J’ai un sérieux doute sur le fait qu’elle se contrôle et que, pour une fois, elle me laisse parler. Heureusement, j’ai vu arriver la crise de colère à trois kilomètres à la ronde et j’ai créé une bulle insonorisée, juste à temps. Parfois je me demande si j’ai en face de moi une élève ou une enfant. Elle voudrait être une élève, elle n’est qu’une gamine. Bornée et insolente à souhaits, qui plus est. Quelques fois, j’ai envie de lui faire ravaler son sale caractère, voir même de l’étouffer avec arrogance et sa suffisance. Malheureusement pour moi et heureusement pour elle, ce n’est pas possible.


- Si tu arrêtais de hurler comme un cochon qu’on égorge, je répondrais bien à tes questions avec les éléments de réponses que je possède. Mais si tu veux continuer de nuire à mes tympans, je t’en pris, j’ai tout mon temps.

La remarque est acide voir peut-être même blessante. J’en ai parfaitement conscience. Nous jouons à ce jeu là depuis des années maintenant, c’est devenu une habitude. C’est à celle qui blessera le plus l’autre, ou qui lui clouera le bec de la façon la plus classe qui soit. Personne n’a encore gagné à ma connaissance, la petite se défend comme un rapace et j’en suis plutôt fière, d’ailleurs.


- Non, tu n’es pas la descendance d’un de nos ennemis. Crois moi, sinon je t’aurais déjà tué dans ton sommeil, et je n’aurais pas eu de cesse de te surveiller de loin. La vérité, Léocadie, là voilà. J’ai connu ton père, c’était mon mentor. Ton père était un Auror, un très bon Auror. A mes yeux le meilleur, et de loin. Je suis devenue ta tutrice quand tu avais une douzaine d’années, nous n’avons jamais su, légalement, ton âge exact. A cette époque, je commençais mon apprentissage auprès de ton géniteur. Il s’appelait Emrys. Nous avons été très proches lui et moi, un peu comme un père et sa fille, mais c’était différent … J’ai respecté ton père plus que le mien. J’ai aimé ton père de tout mon cœur, Léocadie. Pas d’un amour charnel, ni même d’un amour d’amitié. C’était … particulier. J’avais dit à ton père que tu ne découvrirais ton histoire que lorsque tu serais prête. Je pense que tu l’es, aujourd’hui. Je t’en ai dévoilé une partie. Veux-tu que je t’apprenne ce que je sais, ou dois-je me taire ? Choisis.

Je la regarde, sans un mot. Ce que je viens de lui dire se pose sur son visage, se glisse le long de sa respiration, se coule dans son cœur, son âme et dans chacune des cellules de son corps meurtri. Son histoire devient elle. Elle prend enfin le chemin qu’elle aurait du prendre depuis des années. Elle prend le chemin de sa destinée. Sous mes yeux.

Je souris.
Revenir en haut Aller en bas
Léocadie de Dinechin
Serdaigle
Serdaigle
Léocadie de Dinechin

Nombre de messages : 97
Age Roleplay + Sorts : 16 ans sorts 1 2
Date d'inscription : 27/05/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue450/450Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (450/450)
Points de mana:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue400/400Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (400/400)

Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty
MessageSujet: Re: Confrontation * chemin de traverse * [ Pv]   Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] EmptyLun 27 Fév - 10:45

Je deviens aussi pâle que la neige.

Un tremblement nerveux agite mes mains et ma poitrine se soulève avec peine. Je me lève et tournant le dos à Lilween, je m’éloigne à pas lents jusqu’à la fenêtre du pub, enfonçant mes doigts dans la rainure des pierres pour ne pas m’écrouler. Mes jointures deviennent blanches. Je pose les mains contre le mur et, le front posé sur la vitre froide, je me tiens immobile. Longtemps. Ma tutrice attend. Sans parler. Trop consciente de la tempête qui fait rage sous mon crâne pour me déranger tandis que je m’efforce de la maitriser.

Je reviens enfin vers elle, la tête baissée. Je m’assoie dans le fauteuil avec précaution puis lève la tête pour plonger mes yeux dans ceux, bleu polaire, de la jeune prodige. Je tire ma baguette. Un geste maladroit, hésitant, loin de ma vivacité habituelle. Je la pose sur la table. Un rayon de soleil vient illuminer ses traits rosés. Je la pousse vers Lilween d’un geste précautionneux.


Je suis désolée de m’être emportée. Je ne suis plus certaine de vouloir connaître ce que tu sais. Je ne sais pas si je le mérite. Je regrette et je m’en remets à ton jugement.

Mes mots, empreints d’émotions, m’arrachent le cœur mais je les avais pesés contre la fenêtre et j’en assume la portée. Il y a tant d’émotions, une foule étourdissante de choses que les mots, tout du moins les miens, ne peuvent exprimer. Des milliers d’images, de souvenirs et d’idées qui se déploient si je les laisses venir. J’avale une gorgée de soda. Il me laisse un goût amer dans la bouche et m’arrache une grimace. Mon hébétude se dissipe peu à peu, laissant place à un nouveau chaos de pensées contradictoires et tournoyantes qui font battre le sang à mes tempes.

Une seule me semble cohérente et je m’y accroche comme à une bouée de sauvetage. Dryden n’était pas mon père. Un frisson me crispe. Un frisson de peur, d’angoisse mais aussi d’excitation. Au-delà du choc causé par la première partie des révélations, ou peut être à cause de ce choc, j’ai l’impression d’avoir basculé dans un rêve éveillé. Et le sourire de Lilween, empreint de mystère, contribue largement à ce sentiment. Qu’a-t-elle d’autre à me révéler ? Sait-elle pourquoi Dryden connaissait ma mère ? Pourquoi m’avoir laissé si longtemps dans l’ignorance ? Par un énorme effort de volonté je me contrains à rester calme. Ces questions sont désespérantes de complexité et me torturent depuis longtemps mais maintenant je tiens entre mes doigts un bout du fil qui courent entre elles.

Lilween.
Revenir en haut Aller en bas
Lilween Dawson
Serdaigle
Serdaigle
Lilween Dawson

Nombre de messages : 17
Age Roleplay + Sorts : 23 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Date d'inscription : 03/11/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue800/800Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (800/800)
Points de mana:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue800/800Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (800/800)

Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty
MessageSujet: Re: Confrontation * chemin de traverse * [ Pv]   Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] EmptyMer 7 Mar - 18:18

Je ne bouge pas.

Je ne tressaille pas, n’esquisse pas un mouvement pour la suivre. Je me tais. Je sais ce qu’il se passe dans sa tête, je la connais par cœur, j’ai appris à décoder chacun de ses mouvements, chacun de ses souffles, ou même chacun de ses regards. Je la connais par cœur, je la connais assez pour savoir qu’elle s’en sortira seule. Comme à l’accoutumé. Si mon sourire reste intact à l’extérieur, quelque chose en moi change. Peut-être n’est-elle pas aussi prête que je le croyais, en entrant ici. Peut-être que je l’ai vu femme alors qu’elle n’est qu’enfant. Peut-être que j’ai eu tord.

Et tandis qu’elle se rassoit, je cherche en elle une faille, un détail qui me permettrait de reculer, de lui laisser plus de temps, de me laisser plus de temps. La vérité, c’est qu’à moi aussi il manque des éléments de réponses, et que je ne sais où les chercher, et malgré mes recherches désespérées, certains points de son histoire me sont encore totalement inconnus. Mais, à part des blessures si profondes qu’elles ne pourront cicatriser, je ne trouve rien qui pourrait m’arrêter. Alors, après avoir contempler longuement la baguette sur la table, entre nous deux, et j’affiche un air sévère mais aussi amusé et je pousse vers elle sa baguette en murmurant doucement ces quelques mots :

- Je te juge assez grande pour entendre ce que j’ai à te dire. Peut-être pas assez mature pour l’accepter, ou comprendre mes choix, mais assez grande pour entendre, oui …

Le temps semble se suspendre, et pendant une fraction de seconde, ce n’est plus Léocadie que j’ai en face de moi, mais bien son père. Une légende, disent certains. Oui, une légende, qui aurait inspiré bien des jeunes du monde magique à suivre sa Voie. Parfois je ris de sa réputation. Une légende ? Sur cette terre, personne n’est immortel, et si je n’étais pas la troisième et dernière apprentie qu’il ai formé, il serait déjà dans tombé dans l’oubli. Il pouvait bien porté un nom donné à Merlin lui-même, ça ne faisait pas de lui un mythe chez les Aurors. Ce nom n’avait pas fait de lui ce qu’il était devenu, alors pourquoi lorsqu’aujourd’hui, on prononce son nom, je vois chez les hommes cet air de profond respect sur le visage ? Je ne sais pas. Peut-être a-t-il fait de grandes choses, des choses que j’ignore encore à ce jour. Elle lui ressemble. C’est indéniable. Parfaite copie de son père sur le plan comportemental, mais sur le plan physique, nul doute qu’elle tient de sa mère en tous points. Et même si je n’ai, malheureusement, pas pu connaître Rebecca, je sais qu’elle lui ressemble. Emrys me le disait, chaque fois qu’on parlait d’elle, et cela est arrivé un nombre incalculable de fois. Un jour, j’ai entraperçu une photo de la jeune femme qu’elle était alors, et je n’ai plus eu aucun doute sur les dires de mon mentor. Oh oui, Loécadie lui ressemblait, tellement que c’en troublant.

- Je n’ai pas connue ta mère. Elle est morte après ta naissance. Emrys disait qu’ils avaient fait le choix de te protéger en t’abandonnant, en coupant tout contact avec toi. C’était faux. Il a veillé sur toi, de loin, jusqu’à ce qu’à mon tour, je veille sur toi. Nous avions toujours craint un sort funeste pour toi, mais au fil des années, nous avions fini par baisser un peu notre garde. Grande erreur, et elle a coûté la vie à ton père. La vérité, Léocadie, c’est qu’en Albanie, tu as vengé tes parents. Dryden était un grand malade, et ton père a passé une partie de son temps à surveiller cet homme, sans jamais tenté de le neutraliser. J’ai toujours pensé qu’il fallait le tuer, mais ton père n’en avait que faire, des mes idées, il faut l’avouer, bien arrêtées. Alors nous n’avons rien fait de plus que de la surveillance rapprochée. Et puis un jour … Une après midi d’hiver, peu après la fin de ma formation, j’ai senti que quelque chose n’allait pas, il y avait un problème. J’ignorais lequel, je ne mesurais pas alors, ce qui m’attendait par la suite, mais j’ai directement transplané chez ton père. Il n’y était pas, j’ai foncé à l’orphelinat, il n’était pas là non plus. Alors j’ai su. J’avais merdé quelque part. Il t’avait trouvé, ou l’avait trouvé lui. Et tandis que je vérifiais auprès des dames de l’orphelinat que tu allais bien, quelque part dans mon cœur, quelque chose s’est brisée. Sans un mot, je suis sortie, et j’ai levé la main à mon cœur. Je savais. J’avais su en réalité depuis le début. Il l’avait trouvé.

Je lève des yeux légèrement humides vers le ciel, et mon murmure brise le silence.

- Embuscade. Ton père n’aurait pas du mourir ce jour là. Je ne dirais pas que c’est ma faute, je n’aurais rien pu faire. Mais je sais que j’ai merdé. J’aurais du savoir où il allait, ce qu’il fabriquait, ce que signifiait ce retour au grand jour après des années terrées dans les jupes de son maître. J’aurais du savoir. Et je n’ai pas su. Ton père n’aurait pas du mourir, il était trop puissant, trop doué, trop expérimenté, pour tomber dans une embuscade. Mais même les plus grands d’entre nous font des erreurs. Fatales, la plupart du temps.

Je lui laisse le temps de s’approprier l’histoire que je lui offre, temps qui me sert à moi aussi, pour reprendre mes esprits.

- Pour ce qui est de ta mère … Malheureusement, je ne sais que très peu de choses, puisqu’Emrys m’a toujours caché bon nombre de détails sur elle. Je sais juste qu’elle a rencontré ton père après avoir été l’amante de Dryden, et que c’est pour cela qu’il t’en voulait. Il refusait que ta mère puisse le quitter pour un Auror. C’est la version de ton père, après, je ne saurais te dire si elle est vraie, ou complète… Si tu as des questions, j’essayerai d’y répondre, dans la mesure de mes moyens.
Revenir en haut Aller en bas
Léocadie de Dinechin
Serdaigle
Serdaigle
Léocadie de Dinechin

Nombre de messages : 97
Age Roleplay + Sorts : 16 ans sorts 1 2
Date d'inscription : 27/05/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue450/450Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (450/450)
Points de mana:
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Left_bar_bleue400/400Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty_bar_bleue  (400/400)

Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty
MessageSujet: Re: Confrontation * chemin de traverse * [ Pv]   Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] EmptyJeu 15 Mar - 20:22

J’expire longuement. Ce n’est pas le moment de s’affoler. Je me tais un instant et Lilween respecte ce silence. J’essaye de mettre en correspondance tout ce que je sais déjà avec l’intervention de ma tutrice.

Quelqu’un.

J’ai toujours voulu quelqu’un. Quelqu’un pour me prendre dans ses bras. Pour me réchauffer. Pour me délivrer de la peur qui ronge mon ventre. Quelqu’un pour boucher les trous dans ma tête. Tous ces trous qui volent mes souvenirs et me laissent toute nue dedans moi. Quelqu’un pour me murmurer que ce n’est pas grave si je ne sais qui je suis et ce que je fais là. Quelqu’un pour me dire qu’il m’aime. Quelqu’un. Ce quelqu’un c’est elle. Et maintenant que je l’ai trouvé, un monde inconnu me saute à la gorge, déchiquette mon rêve et, sans que je puisse résister, entreprend de m’étouffer. Dans un fracas terrible que je suis la seule à entendre, les trous dans ma tête se rejoignent pour former une seule et unique plaie béante dans laquelle je bascule.

*Souvenir *

J’ai cinq ans.

Nous quittons un bureau. Long couloir au bout duquel m’attend une porte vitrée que traversent les rayons du soleil. Sombre soleil. Je marche entre deux éducateurs. La main de l’un se balance à mille kilomètres de la mienne et parfois, frôle mon épaule. Elle ne sait pas qu’elle pourrait m’aider à marcher. A tenir droite. Elle se contente de se balancer. Epaisse et égoïste. Vide. L’autre n’a pas de main. Pas de main, pas de cœur. Je marche, j’ai les yeux qui piquent mais je ne pleure pas. Parce que je suis sage. Thomas a dit qu’il fallait que je sois sage. Peut être que mes larmes sont tombées dans les trous de ma tête ?


Tiens-toi droite.

La Vipère a sifflé son ordre sans me regarder. Ordre venin. Je redresse les épaules tandis que l’autre redresse les siennes. Le couloir est infini et pourtant nous en atteignons la fin. Cinquante pour eux. Le triple pour moi. Il pose sa main indifférente sur la poignée et, soudain, je ne suis plus perdue. Thomas est là. Il me tend les bras. Je cours m’y réfugier. Et les larmes que je croyais perdues m’inondent de partout. Sa voix, je l’avais presque oubliée. Elle est pourtant gentille. Et douce.

Les débuts seront un peu difficile, ma princesse, mais tu t’habitueras vite à ton nouvel orphelinat. Hervé, le directeur, est très gentil, tu verras. C’est un ami. En attendant qu’on vienne te chercher, il s’occupera bien de toi.

Les deux autres me donnent mal au ventre mais la voix de Thomas me souffle de tenir bon. Ils vont bientôt venir me chercher. Qui ça, ils ? Reste la question qui fait mal. Si mal.

Tu devras être bien sage, ma princesse. Ce qui va se passer risque de te surprendre mais souviens toi que tu ne risques rien et que tout a été arrangé pour que tu sois heureuse. Promets-moi d’être sage, d’accord ?

La voix de Thomas est toujours douce et gentille, sauf que… Quelle voix ? J’ai oublié... Qu’est ce que j’ai oublié ? Non, je ne pleurerais pas. Je suis sage.

*Fin du souvenir *

Ma gorge est extrêmement douloureuse. Il me faut des lustres avant de me rendre compte que je vois flou parce que les larmes me brouillent le regard. Je passe la main sur mes yeux. C’est comme si une ampoule s’est enfin allumée dans ma tête, me sortant de se brouillard nébuleux dans lequel je traine ma carcasse depuis une éternité. Je n’envisage pas de mettre en doute les paroles de Lilween. Elles sonnent beaucoup trop juste et quelque chose en moi crie qu’elle dit vrai. Et ce souvenir en est la preuve non ? Où est-il un songe ? Je me ronge un ongle, perplexe. Ma voix est rocailleuse quand j’en retrouve l’usage :

Mon père, je le connais. Lilween, quand j’étais petite, à l’orphelinat. Il était là bas. Toutes les semaines. Son nom, c’était Thomas. Il était magicien. Il était très doué.

Cette allusion me tire un sourire. Je cherche l’approbation de sa disciple. Je me penche en avant et chuchote comme si c’était maintenant d’une importance capitale que personne n’entende la suite de notre conversation, alors qu’il y aurait eu de quoi remplir des montagnes de cancan avec ce que Lilween avait déjà annoncée.

C’était lui, n’est ce pas ? Il était là pour me surveiller. Et tout ce qu’il me disait été vrai, même si je n’en n’avais pas conscience. Il voulait me protéger de Dryden et que je sois heureuse. Qui devait venir me chercher, Lilween ? Toi ? Des gens de ma famille ? Car ma mère a forcément de la famille, non ? Ou bien parlait-il de Poudlard ?

Les questions franchissent mes lèvres aussi vite qu’elles ne passent dans mon cerveau. Nombreuses. Je me calme. J’essaye de ne pas me laisser submerger ni par mes émotions ni par le désarroi de l’amie qui est devenue une sœur pour moi au fil des années. Je dois réfléchir, dominer mon chagrin, comprendre pourquoi on en est arrivé là.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty
MessageSujet: Re: Confrontation * chemin de traverse * [ Pv]   Confrontation * chemin de traverse * [ Pv] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Confrontation * chemin de traverse * [ Pv]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Centre ville :: Boutiques du Chemin de traverse et de l'Allée des embrumes-
Sauter vers: