AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Winters Givrenuit
Serdaigle
Serdaigle
Winters Givrenuit

Nombre de messages : 38
Age : 22
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Date d'inscription : 03/12/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue300/300*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (300/300)
Points de mana:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue400/400*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (400/400)

*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty
MessageSujet: *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre]   *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] EmptyJeu 22 Déc - 11:40

Dans la neige du matin, je marchai à grands pas vers les serres. Il fait froid, vraiment très froid. Et c'est pas parce que je m'appelle Winters que j'ai moins froid que n'importe qui. Il a neigé toute la nuit. On entendait le vent souffler dehors et la neige tapoter contre les carreaux. Au matin, le paysage était entièrement blanc, comme si la terre s'était recouverte d'une couette blanche pour se cacher, se réfugier. Quand j'étais petit j'adorais la neige. Dès le moindre flocon je courais dehors et je restais assis, la tête en l'air à regarder la neige tomber. Je trouvais ça magique et je pensais que c'était les anges qui nous faisaient un cadeau, ils allaient décrocher les étoiles et les faisaient tomber sur la terre, comme cadeau de Noël. Pour moi, c'était ça la neige, des étoiles tombées du ciel.

Bon maintenant, je suis grand, assez pour savoir que les étoiles n'apparaissent pas sur terre et encore moins que les anges les y font tomber. Aujpurd'hui, on est dimanche... qui se réveille tôt un dimanche ? Personne. Mais non évidemment Winters doit aller nourrir Lëys. C'est pour ça que je m'étais habiller pour sortir dans la neige fraîche, le soleil à peine lever. Un bocal, plein de mouches -vivantes sinon elle ne les mange pas- sous le bras, j'avais traversé le château encore endormi pour aller vers les serres. Après une cour, quelques escalier et une partie du parc, j'y étais arriver, les chaussures trempées et les pieds gelés. En ouvrant la porte de la serre ou j'avais placé Lëys, je poussai un soupir de soulagement, enfin arrivé et ici, au moins, il faisait chaud.

Je pose le bocal, mon bonnet et mes gants sur la table qui semblait la plus propre puis, je me penche vers Lëys. Elle à l'air en bonne santé, ses pétales bleus vifs se dressent fièrement autour de toutes ces plantes vertes, vertes et vertes, aussi. En prenant soins de refermer la porte, j'ouvre le bocal, les mouches s'en échappent et, attirées par le parfum suave de la fleur, se posent sur ses feuilles...la suite tout le monde la connait. Un quart d'heure et cinq mouches plus tard, elle semble rassasiée. Elle me fait rire cette petite fleur qui a l'air si fragile, alors qu'elle est si dangereuse... pour les insectes cela va de soi. Ou pour les doigts et l'amour propre. Se balader avec une plante accrochée au doigt en hurlant, c'est pas le genre de truc à faire pour monter dans l'estime des gens.

En la regardant, je me rappelle comment cette plante est venue à moi...C'était sur le chemin de traverse, j'y était aller pour acheter les manuels et différentes affaires dont j'avais besoin pour ma première année à Poudlard. Je marchais un peu au hasard m'arrêtant à chaque boutique, échoppe, magasin pour regarder les objets incroyables qui s'offraient à mes yeux. C'était magique, enfin ça forcément mais encore plus quand on est issu d'une famille moldue. Bref, à marcher à droite à gauche sans direction précise, je me suis perdu dans le meilleur endroit au monde où on peut se perdre sur le chemin de traverse : L'allée des Embrumes. A voir, les gens et les magasins du coin j'ai vite compris que je m'étais perdu. Alors, j'ai marché au hasard, passant dans des rues étroites ou des sorciers plutôt peu recommandables se livraient à toutes sortes de choses du genre ; je ricane, je te regarde avec un air bizarre, je mets un couteau taché de sang dans ma poche, je parle au mur,... Là, je commençais vraiment à m'inquiéter, j'ai donc pris la courageuse initiative de demander mon chemin. Je me suis donc penché près vers un vieux sorcier assis à même le sol, affalé contre un mur. Il tenait quelque chose dans ses bras et balbutiait des paroles incompréhensibles.


- Il faut la nourrir...la nourrir ou c'est moi qui mourrais, m'en débarrasser, oui... où ? NON !

- Hem...Scusez-moi , vous pouvez m'indiquer la direction de la voie principale ?

Le vieux sorcier me regarda d'un oeil vitreux et, comme si un éclair de lucidité traversait son esprit, me jeta ce qu'il tenait en main et couru comme un dératé vers une ruelle. Je reçus quelque chose de dure sur la tempe. C'était un pot et dans ce pot, il y avait une fleur. Une goute de sang perlait à mon front, elle descendit le long de ma joue et tomba sur une feuille de la fleur qui l'absorba. Ne sachant pas trop quoi faire de cette plante, je décidai de l'emmener avec moi et depuis, je m'en suis toujours occupé. Toujours...


Dernière édition par Winters Givrenuit le Lun 16 Jan - 18:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée R. L.
Gryffondor
Gryffondor
Cassiopée R. L.

Nombre de messages : 10
Age Roleplay + Sorts : 4 mois - 15 ans d'apparence
Créature : Etoile Céleste
Date d'inscription : 05/07/2011

*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre]   *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] EmptySam 24 Déc - 15:22

La nuit avait apportée avec elle des milliers de flocons qui offraient un manteau épais à la terre endormie. Cassiopée n’avait pas réussi à s’endormir, un mal insidieux rongeait silencieusement son cœur. Elle s’était donc assise devant la fenêtre de la chambre, les genoux repliés sous sa robe blanche, et le front posé contre la vitre froide. Et elle avait regardé le noir et les ombres se profiler au dehors. Elle avait vu le ciel donner naissance aux flocons blancs. Ils étaient tombés en continu, doux et réguliers. Il devait faire froid dehors et pourtant, la petite aurait tant aimé aller courir et se rouler dans la neige ! Ici, dans le château, il faisait bon, un feu brûlait au sein de chaque Salle Commune. Les murs eux-mêmes semblaient revêtir une tiédeur décontractante. Poudlard était réellement une agréable demeure…

La nuit s’écoula avec langueur. Aux premières lueurs de l’aube, les yeux lourds de Cassie commençaient à tomber. Elle luta plusieurs minutes mais la fatigue eux raison d’elle. Ses paupières se fermèrent et elle s’endormit un petit peu, la joue collée à la fenêtre. Elle sombra dans un rêve, qui se transforma rapidement en cauchemar, ce qui arrivait presque toutes les nuits depuis qu’elle était revenue à Poudlard. Morphée l’avait ramené au sein de Brocéliande. Elle se trouvait au cœur de la forêt, il y avait aussi Lilian, Ebe, Loélia, Djaniah et Jimy. Le soleil brillait très fort dans le ciel. Il faisait beau, un peu frai, leurs joues étaient glacées mais c’était agréable en fait. Le joyeux groupe s’amusait à se lancer de la neige fraîche. Une bataille de boule de neige, voilà qui était un jeu drôle ! En plus c’était la première fois qu’elle y jouait, c’était d’ailleurs la première fois qu’elle voyait de la neige. Toute émerveillée elle riait, et les autres riaient à leurs tours. Ils étaient heureux, tout simplement heureux. Elle visa Loélia et la toucha au bras. Puis elle visa son père, en plein dans le visage ! Tout était chaleureux. Et puis, doucement, un malaise s’installa. Un malaise incompréhensible. Pourtant, tout le monde continuait à jouer ensemble. Il commençait à faire chaud, très chaud. Si chaud que la neige se mit à fondre. Et tout devint boueux et liquide. Soudain, il n’y avait plus qu’elle, Cassie, embourbée dans la boue et l’eau. Et cette chaleur… La boue devint brûlante. Cassiopée allait mourir noyée et carbonisée. La panique monta en elle car elle ne pouvait plus bouger. Elle était comme dans des sables mouvants, chaque geste provoquait son plus grand enfoncement. Elle allait mourir, suffoquer, cramer, disparaître et personne pour la sauver. Elle se mit à crier, à appeler à l’aide sa mère et son père, puis Lilian. Personne pour répondre. Personne pour venir. Personne pour la protéger. Elle se mit à pleurer et à se débattre. Impossible. Elle hurla à nouveau. Et enfin elle s’éveilla, le cœur battant la chamade, en sueur et le visage trempé de larmes.

Elle eut besoin de plusieurs minutes pour se calmer. Encore davantage pour chasser les images de son cerveau. L’eau et le feu la tuant ensemble. En réalité elle ne comprenait pas bien mais si elle le racontait à Lilian, nul doute qu’il ne devine immédiatement la signification criarde de ce rêve éloquent. Il était encore tôt et nous étions un dimanche matin, c’est pourquoi personne n’était encore levé. Cassiopée s’emmitoufla dans une robe en laine et enfila un manteau très chaud parfaitement blanc lui aussi. C’était un cadeau d’Ebe Silver avant de partir de Brocéliande pour la rentrée à Poudlard. Ses cheveux roux ressortaient vivement du blanc et le bleu sombre de ses yeux captivait. Elle descendit toutes les marches, sortit du château et partit se promener. Avec la menace qui courrait même dans l’école, les lieux accessibles aux élèves avaient été fortement restreints. Un peu plus tôt dans la semaine, son grand frère Lilian lui avait fait découvrir la serre et les plantes merveilleuses qu’elle renfermait. La maison des plantes comme elle avait aimé les appeler. Lilian était en apprentissage de la magie sylvaine, et c’est pourquoi il connaissait et affectionnait particulièrement les plantes. Il lui avait fait découvrir des dizaines de sortes de fleurs avec adoration. La préférée de Cassiopée avait été cette petite fleur blanche en forme de carillon. Et elle avait envie d’aller la regarder à nouveau. Elle emprunta le chemin, écoutant ses pas crisser dans la neige fraîche et immaculée. Elle approcha sa main pour la saisir avant de la retirer vivement à cause du froid. Elle se mit à rire de la sensation. Tout était découverte pour elle. Nouveau-née sur une terre pleine de trésors. Elle entra dans la serre et commença sa promenade. Avant qu’elle ne puisse atteindre son but, une silhouette attira son attention. Elle se dirigea vers elle et regarda. Un garçon était tourné vers une plante. Elle était bien différente de celle que Cassiopée venait voir ! Elle s’approcha un peu plus pour mieux voir. Elle sentait émaner de lui une chaleur et une douceur agréable. Elle appréciait sa présence. Elle eut donc envie de le connaître.


Bonjour ! Elle s’appelle comment ta plante ?
Moi c’est Cassiopée Raven Lebrec. Et toi ? Je venais voir une jolie plante toute blanche en forme de carillon, et mon frère m'a dit que lorsqu'elle est heureuse elle fait des flocons de neige. J'aimerai beaucoup voir. Ta plante, fait-elle des choses comme ça?
Revenir en haut Aller en bas
Alice Strange
Gryffondor
Gryffondor
Alice Strange

Nombre de messages : 104
Age : 21
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Date d'inscription : 26/06/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue300/300*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (300/300)
Points de mana:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue400/400*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (400/400)

*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre]   *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] EmptyLun 26 Déc - 17:10

Le paysage était tellement immaculé que la moindre tache de couleur resplendissait. Chaque parcelle de la terre s’était couverte de cette blancheur aussi belle que froide. La vue qui s’offrait à la jeune femme était certes d’une beauté rare, mais les végétaux semblaient comme mort. Le froid était maître de cette période, tous se refugiaient pour se réchauffer. Tous sauf quelques courageux qui bravaient ce climat polaire par choix ou obligation. Alice en faisait partie. Pour elle c’était indispensable de s’aérer, ne serait-ce juste pour se changer les idées ou respirer cet air glacial et purifiant.

Ce matin, elle s’était habillée chaudement pour résister cette la basse température. Ses pas crissaient dans la neige. Le silence interrompu par ce son régulier avait quelque chose d’apaisant. Sa cape flottait derrière elle portée par le vent frais matinal. Ses longs cheveux châtains suivaient eux aussi ce mouvement irrégulier. La bise lui fouettait son visage délicat. La Gryffondor en avait les larmes aux yeux. De sa main, elle essuya sa joue ruisselante de perles translucides.

Alice s’arrêta pour se situer. Elle repéra la serre. La jeune femme espéra que celle-ci soit ouverte. Ces espérance furent plus que comblées car non seulement la porte n’était pas close mais deux jeunes gens s’y tenaient. Elle qui espérait un peu de compagnie…

Les voies devenaient plus nettes au fur et à mesure qu’elle s’approchait. Deux personnes s’y tenaient. Une jeune fille et un jeune homme. Ils étaient très différent l’un de l’autre. La fille avait de magnifiques cheveux flamboyants bouclés. Le garçon avait lui, par contre des cheveux raides et sombres. Seuls leurs âges semblaient être similaires. Leurs attentions étaient portées sur une petite plante chétive.

Bonjour ! Désolée de vous déranger, mais je cherchais un endroit pour fuir le froid…
Revenir en haut Aller en bas
Winters Givrenuit
Serdaigle
Serdaigle
Winters Givrenuit

Nombre de messages : 38
Age : 22
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Date d'inscription : 03/12/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue300/300*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (300/300)
Points de mana:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue400/400*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (400/400)

*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre]   *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] EmptyMer 28 Déc - 15:11

Elle m'avait fait sursauté. J'étais penché vers ma plante quand sa voix avait retentie, interrompant le cours de mes pensées.

-Bonjour ! Elle s’appelle comment ta plante ?
Moi c’est Cassiopée Raven Lebrec. Et toi ? Je venais voir une jolie plante toute blanche en forme de carillon, et mon frère m'a dit que lorsqu'elle est heureuse elle fait des flocons de neige. J'aimerai beaucoup voir. Ta plante, fait-elle des choses comme ça?


D'un geste brusque je me retournai, furieux contre la personne qui venait me déranger alors que je cherchais un peu de sérénité. Puis, je l'aperçu et toute colère tomba. Il se tenait devant moi une jeune fille incroyable. Elle avait des yeux bleus et clairs comme un ciel en été et sa longue chevelure rousse et riante ondulait légèrement. Mais le plus étonnant, c'est qu'elle resplendissait. Oui, à sa manière de se déplacer, d'occuper l'espace, elle semblait briller. Pendant un instant, une pensée absurde me traversa l'esprit.

C'est une étoile.

Mais, non, non. C'était impossible. Je levai la tête vers la jeune fille qui à présent me souriait. Et je lui dédiait, à mon tour un sourire. Chose extrêmement rare.

-Salut, moi c'est Winters, Winters Givrenuit. Ton frère,Lilian, est à Serdaigle, non ?

Je suis plutôt froid, je ne parle pas souvent avec les gens que je ne connais pas ou très peu. Mais il émanait de cette fille une étonnante douceur et une sympathie encore jamais vue. Sans attendre qu'elle réponde je continuai donc ma tirade non sans émettre un petit rire. Lëys qui fait des flocons de neige, on aura tout vu.

-Tu vois là, c'est ma plante, Lëys. Elle semble chétive et dégage un parfum agréable, donc, les insectes ne s'en méfient pas mais regarde.

J'ouvris le bocal et une mouche s'en échappa, voletant directement vers Lëys. Elle se posa sur une de ses feuille, signant ainsi son arrêt de mort. Je jetais un regard vers la droite. Cassiopée regardais avec de grands yeux (horrifiés ou fascinés ?) l'action de la plante. Après quelques minutes où nous ne dîmes rien et où Lëys étouffait sans bruit l'insecte, je me décidai à tourner la tête et à lui sourire de nouveau.

Je vais finir par avoir des rides à force de sourire tout le temps.

-Ca peut paraître un peu effrayant mais ne t'inquiète pas elle ne fait que se nourrir. Tu vois comme elle est chétive ? Eh bien c'est justement parce qu'elle est chétive qu'elle se conduit comme ça. Elle est trop faible pour trouver suffisamment de nourriture dans le sol alors elle doit en chercher ailleurs.

J'allais me lancer dans l'explication du comment j'avais trouver Lëys quand quelqu'un ouvrit la porte de la serre laissant entrer un courant d'air glacé qui traversa la serre.

-Bonjour ! Désolée de vous déranger, mais je cherchais un endroit pour fuir le froid…

Cette serre commence à être plus bondé que Pré-au-lard le jour des sorties. Je jetais un regard vers le nouveau venu qui était en fait une nouvelle venue. C'était aussi une élève mais plus âgée, elle devait être en septième année. Celle-ci entra en se dirigeant vers Cassiopée et moi, secouant ses cheveux châtains et faisant tomber les flocons accrocher à ceux-ci. Elle s'arrêta à notre hauteur et, comme personne ne daignait prendre la parole et que l'air commençait à être aussi lourd que du ciment, je me décidai à prendre la parole.

-Salut, moi c'est Winters. Et toi ?

Bon comme première présentation il y'a plus original mais je suis pas vraiment le champion de la chaleur et l'affection.


Dernière édition par Winters Givrenuit le Jeu 29 Déc - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dakeyras Bremer
Admin
Admin
Dakeyras Bremer

Nombre de messages : 467
Age : 26
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Télékinésie (2)
Date d'inscription : 18/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue1350/1350*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (1350/1350)
Points de mana:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue1450/1450*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (1450/1450)

*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre]   *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] EmptyJeu 29 Déc - 17:50

L’hiver était une saison vraiment agréable. Le paysage se couvrait d’une couche neigeuse blanche. C’était une saison de pureté, le froid, le blanc, le calme. La sérénité était de mise en cette mâtiné. Dakeyras se sentait mieux depuis quelques jours car il avait retrouvé Léocadie.
Son occupation du jour serait de contempler la nature. Il fit donc un tour le long du lac gelé sur les rives, il marchait dans la neige qui s’enfonçait sous ses pieds. Il passa également à la lisière de la forêt interdite, sans y pénétrer, pour pouvoir observer les arbres dont les branches ployaient sous le poids de la poudre froide. Cependant, ce qui entachait ce sentiment de paix et d’harmonie du paysage hivernale, c’était l’air mort de la végétation. Les arbres étaient nus de feuillage, il n’y avait plus aucune fleur ou pousse d’herbe. Même les feuilles mortes de l’automne avaient disparues.
Mais la neige était aussi un terrain de jeu immense pour les enfants, Dakeyras se souvint.


** Souvenir **

C’était un matin du mois de décembre, la neige avait tout recouvert. Le jardin du manoir était blanc et froid comme jamais. Alors le jeune enfant s’était chaudement habillé et avait couru à l’extérieur accompagné de son père. Ils avaient commencé par faire un énorme bonhomme de neige avec tout les accessoires classiques qu’on y met, puis ils avaient construit des murs de neige pour se cacher lors de leur bataille de boules de neige. Ils s’étaient amusés comme des petits fous. Son père lui avait appris à faire un ange dans la neige, et ils avaient même construit un igloo.
Puis une fois qu’ils avaient eu fini, ils avaient rejoins Léoline à l’intérieur pour déguster un bon chocolat chaud à la cannelle avec des tranches de pains d’épices devant un bon feu de cheminée pour se réchauffer.


** Souvenir **

C’était l’un de ses plus beaux noëls, un comme jamais plus il n’en vivrait.
Donc pour voir un peu de fleurs et de plantes qui ne soient pas morte, terrassées par le froid mordant de la saison, il se dirigea à présent vers les serres. En plus, ce serait l’occasion de se mettre un peu à l’abri du vent glacial qui lui brulait la peau. En approchant, il vit que l’une des serres était déjà peuplée par quelques élèves. Un peu de compagnie ne lui ferait pas de mal. Il avança d’un pas pressé pour arriver dans le bâtiment de verre. Sa main entra en contact avec la poignée glacial et il poussa la porte. Il la referma aussi vite pour ne pas laisser le froid entrer. Il secoua la tête en frottant ses cheveux pour en faire tomber les flocons qui s’y étaient accrochés. Lorsqu’il leva la tête, les trois personnes s’était tournées vers lui.


Salut, il y a du monde ici aujourd’hui. Vous cherchiez aussi un endroit où vous pourriez vous abritez et observer les rares plantes de l’hiver qui reste ?
Enfin en tout cas j’espère que je ne vous dérange pas.


Ne reconnaissant pas le jeune garçon et se remémorant juste les visages de deux camarades de sa maison, il prit soin de se présenter. Faire connaissance avec d’autres gens était l’une des choses que Dakeyras appréciait particulièrement.

Je m’appelle Dakeyras Bremer. Enchanté.

_________________
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Daksig10
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/t12308-dakeyras-bremer
Cassiopée R. L.
Gryffondor
Gryffondor
Cassiopée R. L.

Nombre de messages : 10
Age Roleplay + Sorts : 4 mois - 15 ans d'apparence
Créature : Etoile Céleste
Date d'inscription : 05/07/2011

*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre]   *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] EmptyVen 30 Déc - 9:35

La réaction du garçon fut étonnante. Lorsqu’il se retourna brusquement, son visage marquait le profond agacement, voir une colère sous-jacente. Et aussi rapidement qu’il s’était retourné, son expression se modifia pour laisser la surprise et la gentillesse apparaître dans son sourire. Il y avait une chose qu’avait apprise Cassiopée, c’était que l’âme des gens se reflétait dans leurs yeux et dans leur sourire. Elle appréciait son regard, elle appréciait son sourire. Elle ne sentait en lui aucune corruption, aucun mal vil et méprisable. Sa chaleur et sa gentillesse était vraie, il n’y avait aucun doute. Il se présenta à son tour. Et comme il lui parlait de Lilian elle lui répondit toujours en souriant.

Oui mon frère est à Serdaigle, comme… Djaniah.

Lilian lui avait expliqué qu’il ne fallait pas qu’elle appelle sans cesse Djaniah « maman ». Le fait qu’elles soient mère et fille était une chose impensable, impossible. Et pourtant ! Ce qui s’était passé relevait du miracle. Or peu de jeunes sorciers seraient crédules et beaucoup ne comprendraient pas. Beaucoup la traiteraient de folle et beaucoup la mépriseraient. C’est pourquoi Lilian lui avait conseillé d’en parler comme de sa sœur. Décidemment, la famille Lebrec était bien compliquée. La sœur était la mère. Le frère plus jeune était en fait bien plus vieux. Et la fille plus vieille était en fait plus jeune. De quoi s’arracher les cheveux. La magie des ancien pouvait donner des résultats bien casse-têtes…

Mais le plus important pour Cassiopée, c’était que ce mensonge lui pesait. Elle avait tant besoin de sa mère, et mentir lui perturbait l’esprit. Finalement peut-être deviendrait-elle folle d’ici peu ? Pour l’heure elle se concentra vers la petite plante de Winter et regarda la démonstration. Un insecte naïf s’approcha et fut piégé par Lëys. Ce fut une erreur mortelle. Elle le mangea dans un silence déconcertant. Les deux jeunes regardaient le spectacle sans mot dire. Puis Winter justifia ce qui s’était passé. Elle lui répondit d’une voix douce.


Tout le monde fait ça. Hommes, créatures, plantes. Toutes se nourrissent en tuant une autre forme de vie. Il n’y a que les Hommes qui tuent sans avoir besoin de se nourrir. J’aime bien Lëys. Et tu sais ce serait mieux si elle pouvait aussi faire tomber des flocons de neige ! Ce serait si joli !

Cassie partit dans un éclat de rire enfantin. Elle fut vite coupée par l’arrivée de quelqu’un d’autre. Elle portait le blason de Gryffondor. Une compatriote de Jimy. Elle était brune et ses yeux pleuraient sous l’assaut du vent froid qui sévissait au dehors. Elle s’approcha d’eux en s’excusant gentiment. Une étrange sensation envahit Cassiopée. Elle l’avait déjà vu à un moment important. Lors de la bataille de l’Armée de Dumbledore contre l’Armée des Ténèbres à la fin de l’année scolaire précédente. Et, contre toute attente, cette jeune femme se trouvait à côté d’une rouquine de Serpentard bien placée au sein de l’ADT. Cassie la regarda fixement approcher sans dire un mot. Son cœur ne battait pas à l’unisson. De toute manière une autre apparition coupa les nouvelles présentations. Un jeune homme cette fois-ci, également un gryffon. Cassie se souvenait de lui aussi, du côté de l’AD. Elle sentait la force et le courage vrombir dans ses veines. Il ressemblait un peu à Jimy avant, avant qu’il ne devienne brun et avant qu’il ne sombre. Un air mélancolique passa devant son regard. L’étoile lui sourit.

Bonjour Dakeyras, je suis Cassiopée Raven Lebrec. Je suis contente de te parler. Tu as l’air d’aller bien. Les plantes sont bien ici, protégées du froid et regardées par les promeneurs. Je veux voir une jolie plante qui fait tomber des flocons de neige…
Revenir en haut Aller en bas
Blake Woods
Poufsouffle
Poufsouffle
Blake Woods

Nombre de messages : 84
Age : 22
Age Roleplay + Sorts : 15 ans sort 1 2
Capacités Spéciales : Souffleur de métal
Date d'inscription : 19/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue500/500*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (500/500)
Points de mana:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue500/500*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (500/500)

*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre]   *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] EmptyMar 10 Jan - 22:53

Très tôt dans la matinée, je m’étais rendu dans la volière. Je n’ai pas d’hibou ou de chouette mais je pouvais avoir l’usage de l’un de ces animaux grâce à l’ancien directeur fraichement retiré de son poste : Albus Dumbledore. Mon père et moi lui avions expliqué notre situation et l’avait pris en compte, je ne comptais pas le nombre de privilèges minimes dont j’étais doté pour avoir survécu et échapper à une dictature qui m’empêchait d’exploité ce que j’étais, un sorcier.
J’avais écrit une lettre de la veille, destiné à une personne, une femme recherchant un emploi dans une annonce passé dans le Chicaneur. Je ne pouvais que tenter, il fallait que je trouve au plus vite une remplaçante pour madame Cora, ma voisine d’appartement, elle avait besoin d’argent et je n’en avais pas assez, elle avait donc pris un autre emploi, délaissant mon père et sa maladie à leurs sorts, livrés à eux-mêmes. Cela ne me réconfortait absolument pas de le savoir seul, s’il faisait une chute ? La maladie des Os de verre est incurable, dangereuse pour la personne qui en souffre, il fallait que je vois si cette : July Pittsbury avait les compétences pour mener des affaires de ce genre. Je ne pouvais pas le placer dans un centre médical spécialisé, il était désormais la seule famille qui me restait et j’ai peur de me retrouver seul dans ce pays, de me retrouver seul tout court. J’ai besoin de mon père, je ne veux pas qu’il meurt …

Je glisse donc une petite enveloppe avec une lettre pour cette July à la patte d’une chouette.


Spoiler:
 

Et je repasse par la salle commune des Poufsouffle. Je crois une fille blonde, pas plus vieille que moi, peut-être plus jeune d’un an. Elle était à ce rassemblement avant les vacances scolaires d’Angleterre, je ne connais pas son nom mais il me sera surement révélé en temps et en heure. Puis je monte dans ma chambre. J’enfile un jogging, il est encore le matin et je ne dois pas négliger l’entraînement ! Que dirais ma mère si elle était encore là ? Je subirais un sermon bien sévère dont elle a le secret.

- 嘿嘿... ...我值得...
(« Hé hé … Et je le mériterais … »)

Je redescends, la fille est toujours là, m’indique un bref regard et se plonge dans un livre. Je l’ai regardé du coin de l’œil, elle ne m’intéresse guère. Je ne faisais que passer mon chemin.
Je sors donc du château pour longer cette immense forêt sombre. La Forêt Interdite je crois, le nom était déjà assez équivoque mais avec le discours de rentrée, je pense que tout le monde craint d’y pénétrer. Dommage, elle avait du charme cette forêt, un endroit parfait pour m’entrainer.

Je change de direction, le froid fait circuler mon sang, m’oblige à fournir plus d’effort pour me réchauffer. Je vais vers le parc, je continue, je le dépasse. Je m’arrête.


- Ah ! 他媽的石頭!
(« Saloperie de cailloux ! »)

Enlevant le caillou, une fille puis un garçon passe devant moi dans la même direction chacun leurs tours. Ils entrent dans une serre où les voix s’élèvent.

- Salut, il y a du monde ici aujourd’hui. Vous cherchiez aussi un endroit où vous pourriez vous abritez et observer les rares plantes de l’hiver qui reste ?
Enfin en tout cas j’espère que je ne vous dérange pas. Je m’appelle Dakeyras Bremer. Enchanté.

- Oui mon frère est à Serdaigle, comme… Djaniah. Tout le monde fait ça. Hommes, créatures, plantes. Toutes se nourrissent en tuant une autre forme de vie. Il n’y a que les Hommes qui tuent sans avoir besoin de se nourrir. J’aime bien Lëys. Et tu sais ce serait mieux si elle pouvait aussi faire tomber des flocons de neige ! Ce serait si joli ! Bonjour Dakeyras, je suis Cassiopée Raven Lebrec. Je suis contente de te parler. Tu as l’air d’aller bien. Les plantes sont bien ici, protégées du froid et regardées par les promeneurs. Je veux voir une jolie plante qui fait tomber des flocons de neige…


Y’en a vraiment qui adorent perdre leurs temps …


Bien que l’envie ne m’incitait pas réellement à entrer, j’entrais tout de même. Cela faisait longtemps que je courais, je n’avais que peu de sueur et une petite pause avant de reprendre n’était pas de refus, il faut savoir se ménager ! Je poussais donc la porte, croyant trouver tout le monde à débattre sur des plantes et je tombais sur une fille. Mais pas n’importe quelle fille. Je ne sais pas qui est cette fille, mais cette fille … Vraiment je … Enfin c’est que …
Mais en abaissant les yeux, ses doigts s’approchaient d’une plante qu’il nommait Lëys. La plante s’ouvrait légèrement, laissant apparaitre des toutes petites dents de même couleur que la plante elle-même. Un frisson d’effroi me parcouru en totalité.

Et si elle était venimeuse !!!!!

Je m’élançais vers la fille, l’esquivant de façon calculé aux derniers moments et lançant un effroyable coup de pieds dans la plante qui se retrouva projeté à une vitesse non-autorisé même sur l’autoroute. Les visages de tous étaient surpris, aurais-je fait une boulette ? J’ai tué une plante, ce n’est pas comme si c’était la fin du monde. Je m’avançais vers la plante et m’assura bien de son « décès ».

C’est bon, elle est bien morte.

Je retournais donc vers les têtes ébahis qui me regardaient. La fille avait l’air de me lancer un regard sévère. Ais-je donc déjà perdu toute crédibilité auprès d’elle ? Mes muscles se crispaient à cette pensée. Pourtant il n’était pas dans mon genre de m’attarder sur une fille, quelle qu’elle soit, quelle soit belle ou pas, intelligente ou non, intéressante ou idiote. Ça ne m’intéressait pas plus que ça mais je devais reconnaitre que devant elle, qui ne serait pas charmer seulement par la beauté de ses yeux ? Je n’arrivais même pas à parler correctement.


- 我..我以為是有毒的植物... ...她是被毒死的你...中毒了!
(« J'ai .. J'ai cru que la plante était venimeuse et ... Et qu'elle allait vous empoi ... Empoisonné ! »)

Je secouais la tête, comprenant que personne ne me comprenait. J’essayais de parler le plus correctement possible ne laissant pas trop paraitre mon accent chinois même s’il était plus qu’évident qu’on le remarquerait d’entrée.


- Je .. Pardon … J’ai pensé et … j’ai cru que …

Impossible de prononcer une phrase correcte, des couleurs rouges écarlates s’affichaient à mes joues comme si mon sang se concentrait uniquement sur mes joues. Je pense maintenant que j’aurais préféré ne jamais entré dans cette serre, je n’avais jamais connu la honte jusqu’à maintenant. Mais bon, gardons un minimum de contenance, je parle et je m’en vais le plus vite possible. Avec un peu de chance, elle oubliera cet incident. Je m’abaissais en serrant les points comme l’incombe les coutumes de l’Asie et de mon pays, puis j’ouvris enfin la bouche.


- Veuillez accepter mes plus plates excuses si cette plante vous appartenez mademoiselle. J’ai pensé qu’elle était venimeuse et que vous étiez en danger, j’ai réagi sans réfléchir.


Je n’avais même pas remarqué que j’avais parlé à une vitesse folle et que mes yeux étaient aussi fermés qu’une huitre. J’avais oublié au passage de présenter mes condoléances pour sa plante. Je n’attendais maintenant plus qu’elle me réponde pour que je puisse enfin partir à toute vitesse. Des instants humiliants comme ça, je me demandais comment tant de gens passaient leurs vies à subir ça. Moi, je détestais ça.

Revenir en haut Aller en bas
Alice Strange
Gryffondor
Gryffondor
Alice Strange

Nombre de messages : 104
Age : 21
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Date d'inscription : 26/06/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue300/300*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (300/300)
Points de mana:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue400/400*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (400/400)

*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre]   *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] EmptyVen 20 Jan - 16:28

-Salut, moi c'est Winters. Et toi ?

Elle ouvrit la bouche pour répondre quand un garçon à la chevelure blonde débarqua à l’improviste.

-Salut, il y a du monde ici aujourd’hui. Vous cherchiez aussi un endroit où vous pourriez vous abritez et observer les rares plantes de l’hiver qui reste ?
Enfin en tout cas j’espère que je ne vous dérange pas. Je m’appelle Dakeyras Bremer. Enchanté.


A partir de ce moment là, Alice perdit le fil de la conversation. Dehors la neige tombant sur le sol givré attirait son attention. Son esprit se referma sur lui-même. Puis une bulle se format alors autour de la conscience de la Gryffondor. Les personnes qu’elle venait de rencontrer lui semblait comme étrangers. Elle ne participait plus à la conversation. Elle tomba comme dans une espèce de léthargie. Cela lui arrivait de temps en temps, elle ne s’en inquiète en donc pas. Au contraire elle se laissa aller. C’était même plutôt agréable. Ca lui permettait même de reposer son esprit. Quelques minutes plus tard elle reprendrait entièrement contrôle d’elle-même.

Ces quelques minutes ci passèrent et elle se reprit juste quand tout le monde était rassemblé autour de la plante qui gisait à terre. Un jeune homme encore inconnu avait le visage décomposé. Alice en devina donc qu’il était l’auteur du crime de cette plante.


Euh…
Revenir en haut Aller en bas
Winters Givrenuit
Serdaigle
Serdaigle
Winters Givrenuit

Nombre de messages : 38
Age : 22
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Date d'inscription : 03/12/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue300/300*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (300/300)
Points de mana:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue400/400*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (400/400)

*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre]   *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] EmptySam 28 Jan - 21:51

La vie, c'est comme un arbre, et nous, nous en sommes les feuilles. D'abord on pousse, on s'épanouit. Puis, on commence à faiblir on se décroche et on tombe, disparaissant sous une autre couche de terre. J'espère être une de ces feuilles qui durent longtemps. Qui s'accrochent à leur branche comme on s'accroche à la vie. Mais une fois seule, unique feuille d'un arbre qui résiste courageusement aux assauts de l'hiver. Feuille qui a vu toutes ses soeurs tomber une à une jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'une, elle. Et seule, elle se ressassera les moments passés ces moments dont, étant seule, elle sera privée à jamais. Elle pensera qu'elle aurait du plus en profiter de ces moments. Et, seule survivante, elle se decrochera et tombera, légère, car elle aura rejoins les siens. Je ne veux pas faire la même erreur que cette feuille, je veux rencontrer des gens et, de ce fait profiter de la vie. Pouvoir vivre des choses avec eux.

Et moi, qui suis toujours resté en retrait, je voulais les connaitre, en savoir plus sur eux. Je n'ai jamais rien attendu de personne. Jamais je n'ai voulu devenir ami avec qui que se soit et c'était très bien comme ça. Je n'ai jamais rien attendu d'eux et eux de moi aussi, je suppose. Mais tant pis, tout change. Alors pourquoi pas moi ? Il y avait déjà trois personnes dans cette serre, assez pour forger une amitié. Aussi, quand une quatrième entra, j'ai commencé a me dire que les anges existaient réellement et qu'ils avaient entendus ma prière. C'était un garçon qui était sans la même année que moi à l'école. Un Gryffondor à qui je n'avais jamais adressé la parole, à peine croisé dans certains cours communs, avant la troisième année. Il était entré comme ça, sans rien dire puis avait pris la parole. C'était un garçon poli qui ne s'embarrassait pas de grands mots. Il devait surement déjà connaitre les deux autres filles puisqu'elles étaient dans sa maison, aussi, quand il se fut présenter, je pris la parole.

Pareillement, dis je en lui serrant la main. Je m'appelle Winters, on s'est dèjà croisé à un cours ou deux non ? Je suis à Serdaigle. Puis, pour répondre à sa question, j'ajoutai:

En fait, je suis venu ici pour nourrir ma plante, expliquais je en désignant Lëys. Puis j'ajoutai, elle s'appelle Lëys, je lui ai donné un nom car c'est une plante magique, on dirait qu'elle a une sorte de conscience. Et je pense que l'appeler par son nom ça la flatte.

J'ai pas eu le temps d'écouter leurs avis sur la question car les anges semblaient avoir un peu forcé sur la bière puisqu'une cinquième personne débarqua dans la serre. Les anges exagère là. J'ai pas demandé à rencontrer toute l'école, seulement quelques personnes. C'est à ce moment là que j'ai pensé que ça allait mal finir. Et j'avais raison. On regardaient tous le nouveau-venu en silence quand celui-ci fonça sur Cassiopée, l'évita de justesse et donna un coup de pied fulgurant dans le pot ou reposait Lëys ce qui l'envoya valser à travers la serre où elle arrêta sa course contre une des nombreuses vitres qui composaient le mur. Je regardais Lëys, à moitié morte, puis le fou qui avait osé s'en prendre à elle et qui balbutiait des excuses auxquelles je ne comprenais rien. Une seule chose comptait à mes yeux c'est que cet idiot avait blessé Lëys, gravement. Je sens monter une bouffée de colère qui explose.

Qu'est ce que t'as fait ?! Tu te rends compte pendant deux minutes de ta misérable existence que tu viens d'envoyer valser a travers la pièce quelque chose qui m'appartient ? Quelque chose de précieux, de surcroit !

Je ne me souviens pas de m'être énervé aussi fort sur quelqu'un, ou d'avoir crié aussi fort.






Dernière édition par Winters Givrenuit le Dim 29 Jan - 10:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dakeyras Bremer
Admin
Admin
Dakeyras Bremer

Nombre de messages : 467
Age : 26
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Télékinésie (2)
Date d'inscription : 18/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue1350/1350*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (1350/1350)
Points de mana:
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Left_bar_bleue1450/1450*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty_bar_bleue  (1450/1450)

*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre]   *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] EmptyJeu 8 Mar - 11:19

La jeune fille qui s’adressa à lui faisait partie de sa maison, mais il ne l’avait pas souvent aperçue, pour ainsi dire presque jamais. C’était curieux car elle semblait plus âgée que Dakeyras. Elle disait s’appeler Cassiopée Raven Lebrec. C’était un joli prénom pour une jolie jeune fille. Mais elle avait un nom qui était familier au gryffon, Raven, le même que celui de Jimy Raven. Surement étaient-ils parents. Le nom de Lebrec lui disait quelque chose aussi, mais il ne parvint pas à se souvenir de quoi il s’agissait. C’était sans doute sans importance. Elle avait l’air très sympathique et elle inspirait confiance au jeune garçon. Il la trouvait rayonnante.

Bonjour Cassiopée, je suis content moi aussi de te parler, ravi de te rencontrer.

Il lui sourit, il aimait faire des rencontres et celle-ci n’avait pas l’air ordinaire. Il avait envie de connaître cette fille, d’en savoir plus sur elle.

En effet cette journée est bonne pour moi, je vais très bien. J’espère qu’il en est de même pour toi ?
Par contre pour ta plante je suis désolé mais je ne peux pas t’aider, je n’en connais aucune qui fait tomber des flocons, mais à vrai dire l’herboristerie n’est pas mon fort.


Il rigola. Depuis que Léocadie était revenu de Sainte Mangouste, il avait retrouvé le sourire et avait envie d’être heureux.

Peut être qu’en cherchant bien, tu finiras par en trouver une. Veux tu que je t’aide à chercher ?

Dans le même temps, le jeune garçon qui était déjà présent plus tôt vint le saluer, se présentant à son tour. Il lui parla de sa plante et évoqua la possibilité qu’ils se soient déjà croisés en cours.

En effet, je pense t’avoir déjà vu durant les cours de l’an dernier. Je suis content de faire ta connaissance également.
J’aime bien ta plante,...


Il n’eu pas le temps de finir sa phrase car un autre élève débarqua. Puis tout s’enchaina très vite. Ils le regardèrent tous entrer, ne rien dire puis se jeter sur la plante, jambe tendue. La pauvre reçu un coup fulgurant en plein pot et elle alla s’écraser contre la paroi de la serre. Le pot en terre éclata sous le choc et la plante tomba inerte sur le sol sur un tas de terre.
Winters la regardait avec tristesse. Dakeyras en profita pour examiner le nouvel arrivant. Il était asiatique et visiblement très impulsif. Il l’avait déjà aperçu pendant la bataille, dans aucun des deux camps, il était là en simple spectateur. Il ne se souvenait que de ça car il avait eu d’autre préoccupation à ce moment que d’observer les gens sans implication qui se contentait de venir observer et subir ce qui se passait.


Un hurlement retentit à travers la serre. Et surement s’était il propagé en dehors de celle-ci vu la force avec laquelle Winters avait crié. Même s’il ne le connaissait pas, Dakeyras s’approcha de Winters et de Lëys. Il s’accroupit près de la plante endormie à jamais. Il la prit délicatement dans ses mains et se releva pour la donner à son propriétaire.

Je connais ta peine. C’est dur, je le sais. Le mieux que tu puisses faire, c’est de lui rendre hommage le mieux possible. Donne lui un endroit pour reposer et dis lui au revoir comme elle le mérite. C’est comme ça que tu peux l’honorer une dernière fois. Et ainsi tu te souviendras toujours d’elle et elle sera toujours avec toi, dans ton esprit.

Dakeyras connaissait la douleur de perdre un proche, que ce soit un parent, un animal ou une compagnie quelconque mais à laquelle on tien plus que tout.

_________________
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Daksig10
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/t12308-dakeyras-bremer
Contenu sponsorisé




*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty
MessageSujet: Re: *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre]   *Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
*Serres* Les épines sont nos paroles, les pétales sont nos songes...[Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Hentaï
» Hentaï RP
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'École de sorcellerie Poudlard :: Autres lieux-
Sauter vers: