AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)-

Aller en bas 
AuteurMessage
Jimy Raven
Gryffondor
Gryffondor
Jimy Raven

Nombre de messages : 1269
Age : 29
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Capacités Spéciales : ... Mystère ...
Créature : Enfant du Feu -
Date d'inscription : 26/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Left_bar_bleue1750/1750Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty_bar_bleue  (1750/1750)
Points de mana:
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Left_bar_bleue2270/2270Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty_bar_bleue  (2270/2270)

Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty
MessageSujet: Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)-   Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- EmptyDim 16 Oct - 22:35

---- Fuc*ing God ! Ca recommence ... ENCORE ! ----

Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Twinaf10

-( Music theme )-

Je ne sais pas si vous réalisez l'atrocité d'un retour d'entre les morts ?
L'instant d'avant, j'étais parti, et celui d'après, je revenais. Sûrement encore une tâche à accomplir. En espérant que je ne finirai pas comme ces stupides fantômes, dont aucun n'avait eu mon affection de mon vivant. La suite de l'histoire, vous en connaissez les grandes lignes. J'ai parlé à Erell Bowen, l'ai entraîné dans un tas d'horribles histoires et par maladresse, j'ai probablement poussé l'école à sa perte toute entière. Mais je trouvais un lot de consolation dans tout ça. C'était stratégique. J'avais tout entraîné de mon vivant à ce moment précis. Savez vous ce que c'est de donner jusqu'à sa vie pour permettre au futur de s'accomplir ? Moi oui. En fait, je n'allais pas vraiment revenir, seule une partie de moi, et autant dire la meilleure. Djaniah allait gagner les avantages physiques, ma personnalité fugueuse en moins. Et Dieu sait que ça lui serait reposant. Mais savait-elle déjà la souffrance que lui infligerait le retour de cet amour pour lequel elle avait tout donné, alors que celui là même qu'elle pensait être moi n'avait plus aucun souvenir d'elle ? Mes anciens moi m'ont enseigné que c'était la "chaîne". Il ne peut y avoir qu'un moi sur terre, il se réinitialise à chaque renaissance. Mais le principe veut qu'il trouve en sa mémoire le souvenir de ses anciennes vies. Qu'est-ce qui déconne avec moi, vous demanderais-je alors ? Si seulement vous étiez tous assez intelligents pour me répondre ...


** Deux semaines après mon retour à la vie **


-Hmmm ...

Râlais-je après mon réveil en l'écrasant lourdement d'un seul coup de poing.

-Jimy ! Bon sang on va encore être en retard allez ! Lèves toi !!

Me criait sans cesse Tara tout en me secouant.

-Quoi ? T'as pas aimé la nuit qu'on a passé ? Je pensais que ... Tu resterai et qu'on éviterait l'école. Je suis las du quotidien et je suis mort, j'ai le droit à un peu de repos non ?

La jeune femme se rapprocha de moi, un air malicieux dans le regard et pensant qu'elle allait m'embrasser, je me tenais prêt. Mais au lieu de ça, elle bifurqua à mi chemin pour atteindre mon oreille.

-Djaniah m'a demandé de te traîner jusque là bas s'il le fallait. Albus et les autres ont hâte de te revoir.

J'étirais mes lèvres en un large sourire.
Non mais, avez vous vraiment cru que j'étais avec une autre ? Bande de crispés ! Vous pouvez respirer, il n'en est rien. Tara est juste ma nounou. Et autant vous dire qu'en réalité, elle n'est même pas humaine. C'est un Jinn de feu. Il fallait bien éviter qu'elle soit trop voyante quand je marche dans la rue. Regardant à côté de moi, je me réjouissais de voir ma pierre briller de mille feu. J'ignorais comment l'ancien moi l'avait perdu, ça m'était égal à dire vrai. Enfin, ça lui était égal. Puisque lui ne sera en définitive jamais moi, si on regarde le plan spirituel. Non, je suis bel et bien mort. Mais puisqu'il a mon corps, j'espérais lui rendre aussi mes souvenirs ... Pour elle.


-J'avais oublié être une célébrité. Il y a encore des choses déplaisantes desquelles dépend ma vie ?

Tara me fixa d'un air déconfit, j'avais sûrement encore dit quelque chose qu'elle n'appréciait pas.

-Djaniah s'est donnée corps et âme pour te ramener, tu pourrais au moins lui faire l'honneur d'être là quand elle te retrouvera pour te serrer dans ses bras, t'offrir cette tendresse qui alimente autant ton coeur d'une force intangible. Tu es l'élu du feu, un peu de nerf Prométhée !

Ils n'avaient tous que ce nom là à la bouche. Le Prométhée n'était autre qu'une créature. Tara aurait-elle apprécié que je l'appelle Jinn ? Je suis sceptique sur le sujet. Mais ça me faisait tout de même rire un peu, je dois bien l'avouer. Et me relevant brutalement, j'entraînais mes premières catastrophes de la journée. La première fut le lait, que je renversais sur mon pantalon noir d'uniforme. La deuxième ? Quand je heurtais un meuble avec mon orteil, en allant attraper une éponge. Trois : Quand je chutais dans les escaliers, faute d'avoir bien lassé mes chaussures. Quatre ... Il me semble avoir coincé la cape d'un élève de première année dans les portes du train. Cinq ! Ah, j'ai pris un de mes professeurs pour un concierge. Il s'est avéré que ce professeur est en réalité mon tuteur et aussi le célèbre Elmound Silver. Comment aurais-je pu le deviner ? Je ne reconnaîtrais pas même ma propre mère à cet instant.

-Djaniah !

Enfin ...
Je réalisais sans me souvenir d'elle d'à quel point elle m'avait manqué. Et, en la serrant contre moi, j'embrassais ses lèvres avec passion, avant d'attraper sa nuque pour la tenir contre moi, inspirant à grande bouffée son odeur envoûtante. C'était LA fille. Tara de son côté affichait un sourire béat, limite ... qui faisait peur. J'ignorais les applaudissements autour de moi. Les membres de l'AD devaient être heureux de me revoir. Mais encore une fois, je n'en reconnaissais pas un. Sauf peut être une. Qui devait être ma fille spirituelle ? L'ennui voyez vous, c'est que cette joie apparente n'est qu'une immense tromperie. Horrible subterfuge pour m'illusionner et détourner mon attention du fait que rien n'avait jamais été aussi mal. Et pour cause ... Mon retour avait entraîné tout ça.


** Le Soir où tout recommença pour moi **


-Erell ... ? Erell !

Enfin mais que faisait-elle ?
Le combat était imminent, même dans l'au delà je pouvais le sentir. Nous devions parler et elle le savait. Toujours dans le miroir de nôtre salle commune j'attendais patiemment que le monde me rappel à lui. Un nuage noir était en train de survoler l'école, cachant même jusqu'à l'éclat de la lune ronde. Nous étions pour le moins devenus proches. Elle était comme une soeur d'arme pour moi et j'étais son guide. Le problème, c'est qu'à l'aube de ce qu'Erell pensait l'ultime étape, j'allais lui annoncer que ce n'était que le commencement. Je savais. J'étais au courant que ce ne serait pas moi qui incarnerait encore mon ancien corps, car dans le fond, j'étais définitivement mort. Mais le nouveau étant ce qu'il serait, je devais la prévenir. Du moins avant que Djaniah n'œuvre pour me rappeler à elle. Le drap rouge tomba enfin.


-Ah bah te voilà ! Il y a un intérêt à ce que je te dise les choses si dès que tu es au courant, tu angoisses au point d'exploser ?

Je ne devais pas la stresser.
Elle était sur le point de vivre un moment éprouvant. L'ennui étant que je n'avais pas beaucoup de temps. Aussi j'entrais vite dans le vif du sujet.


-Tu te souviens le porte manteau à l'entrée ? Tournes toi.

Évidemment il n'y avait plus rien.

-Penses tu vraiment qu'il a disparu ? Et surtout, qui volerait un porte manteau ?

J'esquissais néanmoins un sourire. Il est vrai que j'en aurais été capable.

-Te souviens tu de ces images de mort ? De ce monde effondré que je t'ai montré ? Te rappelles-tu de cet instant horrible ?

Je faisais de la buée sur la vitre et, d'une seule traite, je dessinais un triangle, contenant un rond fendu par une ligne.

-Fais toutes les recherches qu'il faudra. C'est là l'ultime projet de James. Mais tu peux faire quelque chose pour le ralentir ... Ou l'empêcher d'y parvenir. La porte manteau est toujours là. Il est seulement recouvert d'un objet unique. Je l'ai caché ici ... Peu avant ma mort. Récupère la cape ... Caches là et ...

Mais impossible de finir.
Déjà des voix raisonnaient dans ma tête. Le rituel, Djaniah ou quelqu'un d'autre ? Le professeur Namdak ? Quelqu'un m'appelait ...


-Je ... je dois partir. Emmènes les autres à l'endroit convenu ... Quoi qu'il arrive, caches la cape tu m'entends ! Tu m'as bien entendu ?

Mais à peine puis-je obtenir la réponse que déjà je disparaissais du champ. Erell se retrouva pour la première fois depuis longtemps face à son reflet ... Quant à moi ?

_________________
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Bestsi10
- Je n'ai plus de coeur que le coeur à ce que je fais - Et j'ai le visage de celui qui n'a plus que rancoeur -
Revenir en haut Aller en bas
Erell Bowen
Gryffondor
Gryffondor
Erell Bowen

Nombre de messages : 404
Age : 23
Age Roleplay + Sorts : 15 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Emphrépatie niveau 2
Points Prestige : 4
Date d'inscription : 25/07/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Left_bar_bleue1190/1190Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty_bar_bleue  (1190/1190)
Points de mana:
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Left_bar_bleue1210/1210Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty_bar_bleue  (1210/1210)

Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty
MessageSujet: Re: Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)-   Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- EmptyJeu 20 Oct - 21:00

Quelque part, son prénom résonne. Elle sait parfaitement qui parle, où trouver cette personne. L’ennui c’est qu’il y a du monde en haut, qui pourrait descendre à tout moment et la surprendre en train de parler à … Un miroir. Niveau crédibilité, ce n’est pas le must. Soupirante, elle se rend dans le dortoir des filles et les jette dehors, prétextant une affaire urgente. Une affaire de filles. La bande de premières année gloussante sort en se bousculant, leurs rires niais et gênés de parfaites dindes résonnants dans la cage d’escalier. Le regard d’Erell s’attarde un instant sur sa commode, où trône, dans le tiroir, le mot de Corwin. L’imbécile … Dans le doute, Erell colle ensuite son oreille sur la porte des garçons et écoute. Rien du tout. Leur dortoir est aussi désert que le Sahara au mois d’août quand il neige à midi. De façon précipitée, elle descend les escaliers et constate avec ravissement que le troupeau de dindes pré pubères est allé voir ailleurs. Marmonnant un vague sort pour que la porte se scelle, la jeune fille se tourne vers le miroir et tire le rideau, dévoilant Jimy.

- J’avais des petites choses à régler avant de pouvoir te parler. Comprends par là que j’ai -encore- du virer des gens de la salle commune. La prochaine fois, je te jure, je les enferme dans le dortoir, ça sera plus rapide ! Et je te rappelle quand même que si j’angoisse, c’est de ta faute ! Tu me fou la pression en me disant que j’ai pas le droit d’échouer, ce soir, c‘est le grand soir, je sais pas trop ce qui se passe, mais j’en ai quand même une vague idée, et tu voudrais que je carbure à deux volts à l’heure ou quoi ?


L’ironie et l’irritation se mêlent, et sa voix monte une ou deux octaves trop haut, le manque d’air oblige, étant donné qu’elle déballe sa tirade d’un seul coup. Curieuse, elle se tourne pour vérifier que le porte manteau est toujours à sa place. Et ce n’est pas le cas. Un instant, c’est un air de surprise qui se peint sur son visage, puis un sourire amusé s’installe sur ses lèvres. Bien sur qu’il n’a pas disparu, Jimy l’a juste déplacé, dissimuler, ou quelque chose dans ce goût là.

- Tu aurais été capable de voler un porte manteau, je te rappelle.

Lorsqu’elle aperçoit un sourire sur les lèvres du Gryffondor, la jeune fille sait qu’ils ont pensé la même chose. Il avait été, est, et serait toujours capables des actions les plus folles pour servir ses intérêts. Sauf que le problème majeur réside là. Pourquoi dissimuler un vulgaire porte manteau aux yeux de tous ? Dans quel but ? Avant même qu’elle ne pose la question, il lui apporte un élément de réponse. Le dessin est sommaire, il n’y a pas de fibre artistique en Jimy, c’est certain. D’un coup d’œil, Erell l’imprime dans sa mémoire pour pouvoir faire des recherches.

Bien sur qu’elle se souvient des images qu’il lui a montré. Comment oublier d’ailleurs ? Elle a l’impression que c’est hier encore qu’il lui a gravé ces images monstrueuses dans la tête, tellement elles la hantent. Lorsqu’il lui parle de cape, Erell fronce les sourcils. Comment une cape pourrait-elle dissimuler un porte manteau à une centaine d’élèves ? C’est impossible ! A première vue, évidement. Si Jimy lui a certifié qu’il avait déposé une cape là, alors elle chercherait la cape et la cacherait.

Le jeune homme semble perturbé, troublé. Quelque chose le dérange là-bas, Erell le sait. Elle le comprend. Un instant, l’espoir que Djaniah commence à le ramener à la vie la traverse, mais elle l’écarte d’une pensée. Non, il ne faut pas avoir trop d’espoir, pas tout de suite. D’une voix confiante bien que ténue, elle lui assure qu’elle cachera la cape, lorsqu’elle l’aura récupérer. Elle cachera la cape quoi qu’il lui en coute.


Et à peine ces mots prononcés qu’il part. Erell est seule. Le miroir ne lui renvoi que son reflet. Et quel reflet … Dégoutée, la jeune bretonne détourne les yeux et se dirige vers l’endroit où, autrefois, il y avait le porte manteau, qui, en fait, s’y trouve toujours. Dans le vide, elle referme sa main. Non, pas dans le vide. Sur un bout de tissu. D’un geste précipité, elle fourre la cape sous son pull et monte à l’étage. Poussant la porte du dortoir avec violence, la Gryffone attrape un vieux bout de parchemin trainant sur sa table de chevet et y griffonne le symbole. Dans le tiroir de cette même table de chevet, elle se saisit d’une boite, l’ouvre et y enferme la cape. Étrange cape d’ailleurs, mais elle n’y prête guère plus d’attention. Verrouillant le boitier avec une clé et un sort, Erell le cache dans sa valise et sort, le parchemin en main.

Ses pas résonnent un moment dans le couloir, avant qu’elle ne bifurque vers la bibliothèque. Il lui reste environs trois heures pour trouver la signification de ce maudit dessin pour empêcher James de parvenir à ses fins. Ou, au moins, de le ralentir, pour laisser le temps à d’autres, de trouver un moyen de le stopper.

Soupir. Dure réalité. L’ennui avec les légendes et les contes, c’est que parfois, ils sont vrais.

_________________
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Erelln10
Revenir en haut Aller en bas
Jimy Raven
Gryffondor
Gryffondor
Jimy Raven

Nombre de messages : 1269
Age : 29
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Capacités Spéciales : ... Mystère ...
Créature : Enfant du Feu -
Date d'inscription : 26/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Left_bar_bleue1750/1750Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty_bar_bleue  (1750/1750)
Points de mana:
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Left_bar_bleue2270/2270Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty_bar_bleue  (2270/2270)

Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty
MessageSujet: Re: Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)-   Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- EmptyLun 14 Nov - 13:58

Jimy l'appel encore.
Il crie le nom d'Erell au fin fond du néant. Alors que le sol le fait dégringoler, comme dans le plus infernal des ascenseurs, le jeune sorcier se sent comme absorber ailleurs. Jimy n'a pas eu le temps de terminer ses explications. Il le savait, il l'avait toujours su. Alors qu'il se retrouve face à face avec son destin, il réalise qu'il est temps pour lui de reposer en paix ... Mais comment ?


-VOUS M'AVIEZ DIT QUE J'AURAIS PLUS DE TEMPS ! VOUS M'ENTENDEZ ?!

Mais qui ici peut bien l'entendre ?
Alors que le sol se stabilise sous ses pieds, il est plongé dans le noir. Rien derrière lui, rien devant lui. Un seul rayon de lumière pâle fait irradier son visage sous les regards invisibles de ceux qui l'examinent alors. Et dans le vide, une voix tonitruante se fait entendre. Virile, ferme, la voix d'un Dieu caché là, omniprésent. Jimy peut le sentir en lui, alors que son coeur lutte pour ne pas exploser. Le jeune sorcier sent qu'il doit être mené à la paix, mais aucun chemin proposé ne lui convient pour l'atteindre.


-Tu as un destin à accomplir, Prométhée !

La première fois qu'on l'appelait ainsi.
Mais il avait déjà entendu ce nom, de la bouche de sa propre mère.


-Je m'appelle Jimy, ou James, si vous préférez ! Jimy de James Raven ! Qui est Prométhée ?

Dans le Noir néant, le silence reste de marbre un instant.

-C'est ce que nous voulions te faire comprendre. Tu as oublié qui tu es ! C'est pour ça que tu devais mourir. Nous ignorons si c'est pour cette raison que le fil de ton destin a pu rejoindre celui de l'élue de l'eau. Mais tu n'es pas comme les autres avant toi.

Jimy fronça les sourcils, craintif d'une vérité qu'il avait toujours ressenti au fond de lui ...

-Les autres ? Quels autres ?

La voix revint alors, décidée à lui expliquer.

-A chaque nouvel âge, un Prométhée doit veiller sur les hommes. Il est la flamme qui les réchauffe, qui anime leurs coeurs malades. Ils pourront toujours se loger contre lui et il leur apportera la chaleur et la lumière. Chaque génération détient normalement la mémoire des précédentes. Mais tu n'es pas un Prométhée ordinaire. Contrairement à tes prédécesseurs, tu as une part d'humanité en toi ... Nous ignorons par quel miracle cela a pu arriver mais c'est un fait ... Tu as été doté du libre arbitre humain.

Jimy secouait la tête, chaviré. Comment était-ce possible ?

-Vous ... Vous voulez parler de Tanis ? C'est lui ma part d'humanité ?

Une autre voix, féminine cette fois prit la parole dans le noir.

-Non. C'est le mal. Un accident. L'élu du feu a toujours eu un anti élément, un adversaire né en même temps que lui. La flamme apporte le bien, mais elle peut aussi causer beaucoup de mal. Elle n'est pas unifiée comme la majorité des autres éléments. Sa dualité la rend instable. Pour la première fois, l'anti élément a trouvé un moyen de fusionner avec un élu. Il fait parti de toi et il t'indiffère en même temps. Nous n'expliquons pas que ce soit arrivé. Beaucoup de choses ont changé ... Ton union avec l'eau a perturbé l'équilibre. La terre et l'air sont désormais faibles. Vous avez rompu le cercle élémentaire en créant un nouvel élément, un nouvel équilibre. Maintenant tu vas devoir répondre de tes actes.

Cassie ? Ils parlaient de Cassie ?

-Ma fille ? En quoi ai-je commis un crime en donnant la vie à une enfant ?

Mais aucune réponse ne vint.

-Vous ne serez pas recyclé. Nous créeront en réponse au rituel en cours un nouveau Prométhée. Nous effacerons sa mémoire. Seuls certains souvenirs seront siens grâce à la pierre. Vous resterez ici, prisonniers. Il y a une affaire de la plus haute importance qui retient nôtre attention.

Jimy baissa les yeux, sentant les larmes monter. Mais dans son malheur, il réalisa une chose ... Un sourire lui vint lentement. Il comprit alors.

-James. James vous a échappé n'est-ce pas ? Il vous est passé sous le nez et il veut les reliques de la Mort pour en devenir le maître.

La voix d'homme revint alors.

-L'anti élément a été aidé par une force que nous n'avions pas soupçonné. Il y a dans le royaume d'en bas des êtres qui dépassent nôtre omniscience. Une créature inachevée, noire d'une âme humaine aux émotions plus fortes que nôtre paix. Elle lui a redonné la vie.

Le coeur de Jimy se mit alors à battre d'un nouvel espoir.

-Héréa ... C'est Héréa dont vous avez peur ? C'est plus que ça ...

Tout s'éclaira alors. Les yeux de Jimy s'écarquillèrent.

-James veut les reliques pour me ramener à la vie ...

Le silence revint ... Le jeune homme s'assit alors dans le noir, seul dans le néant. Il savait que les voix reviendraient vers lui plus tard. Gagné par le froid, il ferma les yeux pour se recentrer. Quelque part dans l'autre monde, Djaniah était en train de ramener son corps à la vie. Il pouvait le sentir. Mais les voix ne pourraient pas la ruser bien longtemps. Sans sa mémoire, la victoire ne serait pas totale pour l'élue de l'eau. James serait peut être trompé quelques jours, mais Jimy savait qu'il ne mordrait jamais à l'hameçon. Mais alors qu'il réfléchissait, un sentiment cruel de panique vint le faire suffoquer. Haletant, Jimy réalisa que les voix avaient réussi à le faire se condamner lui même en lui offrant ces horribles visions. Désormais, au moment même où Erell et Carnelune s'employaient déjà à dissimuler les reliques, tout le monde à la surface ferait tout pour empêcher James de le ramener à la vie ...

_________________
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Bestsi10
- Je n'ai plus de coeur que le coeur à ce que je fais - Et j'ai le visage de celui qui n'a plus que rancoeur -
Revenir en haut Aller en bas
Kunga Namdak
Serdaigle
Serdaigle
Kunga Namdak

Nombre de messages : 96
Age Roleplay + Sorts : 28 ans, sorts 1 2 3 4 SPE
Capacités Spéciales : Magie des anciens, voyageur
Date d'inscription : 18/02/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Left_bar_bleue1360/1360Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty_bar_bleue  (1360/1360)
Points de mana:
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Left_bar_bleue1500/1500Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty_bar_bleue  (1500/1500)

Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty
MessageSujet: Re: Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)-   Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- EmptyJeu 17 Nov - 13:56

Depuis toujours, la magie des anciens est un flux qui circule entre les plans, entre les êtres de toute nature, entre les molécules. Elle est comme l’origine de tout, impalpable et pourtant partout. Imprégnant les âmes et les corps, les émotions et la vie. Elle attend son heure pour agir dans l’ombre. La magie des anciens n’est jamais clinquante, elle n’est jamais éblouissante par ses manifestations. Bien au contraire, elle aime s’immiscer lorsqu’on ne l’a pas appelée pour agir sans que personne ne le sache. Et ce n’est que plus tard que l’on pourra déceler sa marque. Invisible, imprévue, elle est là où on ne l’attend pas. Ce qui l’appelle, ce qui la touche, ce qui la provoque ce sont les grandes valeurs, ce sont les fortes émotions, l’amour jusque dans la mort, le désespoir jusque dans la folie. On ne peut savoir pourquoi elle survient à ce moment là, pour sauver cet enfant qu’une mère a protégé jusqu’à son dernier souffle. Pourquoi la magie des anciens a-t-elle insufflé son empreinte sur Harry, le sauvant du Lord Noir, alors que des centaines d’autres personnes sont mortes dans les cris et la douleur de leurs proches et de ceux qui les aimaient ? La magie des anciens ne possède pas de justice particulière, pas d’équité ou de morale. Ce sont des notions purement humaines. Elle est là, comme un miracle venu de nulle part, elle entre en jeu tout à coup, surprenant l’ensemble des participants, elle appose sa marque sans rien dire et ne se laisse pas prendre. C’est elle qui a permit la naissance de Cassiopée Raven Lebrec.

Mais la magie des anciens, ce n’est pas seulement un flux indépendant, vieux comme le monde, qui ne se laisse pas surprendre, agissant comme bon lui semble refusant tout maître ou ami. Il fut un temps, reculé, ou certain mages puissants possédaient l’art de la manier. Les premiers furent sans doute ceux de la Grèce antique. Mais cet art ancestral et fort complexe s’est malheureusement peu à peu oublié, perdu, relégué au songe du mythe. Maîtriser la magie des anciens, une chimère ? Ceux qui se sont réellement penchés sur la question pourraient vous répondre que vous avez tord. Et ils ont raison. Des mages, dont le nombre se compte peut-être à moins de cinquante dans le monde entier, connaissent encore cet art, ou du moins ce qu’il en reste. Des bribes, des morceaux décousus, des transmissions orales. L’enseignement de l’époque actuelle ne garde qu’un dixième de ce qu’il était à l’antiquité. Tout est à redécouvrir, à réinventer. La magie des anciens doit se ré-apprivoiser par ses détenteurs. Profondément pure, elle se révèle extrêmement efficace en termes de protection. Antithèse des magies noires, elle les fuit et en a l’horreur, les détectant à des kilomètres à la ronde. Ses incantations sont complexes et longues, énoncées dans les langues anciennes. Les rituels demandent des éléments naturels. Impossible de les lancer au cours d’un combat. Mais pour le sorcier qui a le temps et les connaissances nécessaires, bien malin et puissant celui qui pourra aller contre le sort…

Kunga Namdak faisait partie des rares sorciers de la nouvelle génération à posséder la connaissance de la magie ancienne. Transmise par son maître tibétain pendant l’enfance, elle avait vécu avec la magie ancienne de manière naturelle. Elle pouvait sentir sa présence, sentir lorsqu’elle agissait dans l’ombre. De la même façon elle pouvait sentir les œuvres de la magie sombre. Particulièrement respectueuse de la vie, attentive aux autres et à leurs émotions, elle avait apprit à la maîtriser avec parcimonie. Cet apprentissage lui avait demandé l’art de la maîtrise parfaite d’elle-même. Pour réussir à être le réceptacle des émotions et des forces appartenant aux autres, elle se devait de savoir se mettre comme hors d’elle. Prendre de la distance avec ses propres émotions et ses propres forces. Pour les utiliser avec justesse. La rencontre avec son mentor Noxis Climox, détentrice également de la magie des anciens, avait finit de parfaire son art.


Il est l’heure.


Elmound Silver et Djaniah Lebrec étaient présent pour un grand moment qui ne s’était sans doute pas produit depuis fort longtemps. Ensemble, ils allaient tenter de déjouer les sorts de la faucheuse et de truquer les destins. Joignant leurs forces et leurs sentiments, leurs magies et leurs valeurs, ils allaient se lier dans un rituel à la fois grandiose et complètement fou. Aucun d’eux ne pouvait assurer que cela fonctionnerait. Le doute de l’échec cinglait mais ils n’écoutaient pas. Jusqu’au bout ils devraient y croire. C’est en ignorant l’impossible qu’on le rend accessible. Mais dans son cœur, Kunga sentait que tout cela ne pouvait pas être vain. De grandes choses étaient en marche. L’avenir des magies même, l’équilibre entre elles, tout cela tenait à ce rituel. La jeune professeur regardait son élève sans dire un mot. Elle avait beaucoup de respect et d’admiration pour elle. Tout ce qu’elle avait traversé pour son amour et pour sa magie, peu l’auraient fait. Le monde avait besoin de ces personnes prêtes à tout pour aller au bout, quel qu’il soit et quel qu’en soit le prix.

Maintenant elle avait besoin de toutes ses facultés et de toute sa concentration. La réussite dépendait beaucoup d’elle. Elle ferma les yeux et se mit à réciter d’une voix mélodieuse, à peine plus haute qu’un souffle, une longue incantation. La pierre de feu éteinte, mourante se trouvait au centre de leur cercle. Les mots se suivaient, formant dans la langue oubliée un poème en vers. Si la connaissance venait de Kunga, si c’était elle qui était en train d’appeler la magie des anciens, ce serait en Djaniah qu’elle puiserait les forces et les sentiments pour réussir. Sa propre puissance mêlée à celle de l’élue de l’eau permettrait la renaissance attendue. Chacune d’entre elle savait aussi qu’il y avait un risque. La magie des anciens puiserait essentiellement en Djaniah puisque c’était elle qui portait le Destin de Jimy. Elle pourrait puiser jusqu’à la tuer. C’était un risque à prendre. La pierre se mit à trembler et des couleurs passèrent furtivement. Tout commençait.

Ou tout finissait.

_________________
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Kungas11
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/t12142-kunga-namdak
Djaniah Lebrec
Admin
Admin
Djaniah Lebrec

Nombre de messages : 1939
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 4 SPE 1
Capacités Spéciales : Elémentalisme de l'eau / Charme oral / Illusion / Enchantement / Emphrépatie sombre
Créature : Nymphe des eaux
Points Prestige : 13
Date d'inscription : 23/06/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Left_bar_bleue1770/1770Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty_bar_bleue  (1770/1770)
Points de mana:
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Left_bar_bleue2470/2470Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty_bar_bleue  (2470/2470)

Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty
MessageSujet: Re: Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)-   Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- EmptyJeu 17 Nov - 15:28

Lettre à toi qui ne la lira pas…


Mon amour, me voilà à contempler la lune une nuit avant que tu ne reviennes. Je n’ai jamais ressenti aussi fort qu’en ce moment la violence de notre séparation. Jamais je n’avais pu seulement imaginer la possibilité que nous soyons séparés. Je veux dire, réellement séparés. Que cela puisse prendre fin. Cette prise de conscience me donne le tournis. Me donne envie de vomir. Me donne envie de crier, de pleurer, de hurler, de taper, de me taper, de te frapper. J'ai l'impression d'être coincée dans un cauchemar qui ne s'arrête pas. Un cauchemar qui ne s'arrête pas et qui met fin à mes illusions d'une vie parfaite dans laquelle j’aurai un fiancé que j’aime et qui m'aimerait jusqu'à la fin des temps, j’aurai des enfants, heureux de vivre et heureux de grandir parmi nous, j’aurais une passion, des amis, une famille et tout cela serait inaltérable. Mon rêve se brise, il me brise. Dieu à quel point j'y croyais à cette utopie sans fin. Je pensais que si l'on aimait à ce point une personne, cela ne pouvait jamais s'arrêter. Que l'on surmonterait tout. Dieu que je me suis trompée. J'ai aimé comme je n'aurai pas pu plus, du mieux que j'ai pu et je crois que c'était pareil de son côté. C'est bien le pire. On s'est aimé et on s'est donné le meilleur et malgré tout, malgré tout, nous sommes séparés. Je t'ai toujours aimé à en crever et ce n'est pas suffisant. Tu es mort. Tu entends ? Tu es mort ! Tu le savais que tu allais mourir, tu as gardé ce secret pour toi. Je pensais que nous pouvions tout partager. Je pensais que tu ne pourrais mourir sans m’emmener avec toi. J’aurai voulu partir avec toi, tu sais ? Oui tu le sais, c’est pour ça que tu ne me l’as pas dit, n’est-ce pas ? Oh comme je te hais. Comme je t’aime. Je tremble. Si le désespoir existe, je crois le ressentir à l'instant. Si c'est bien cette sensation de malaise, de tourment, d'étreinte asphyxiante, d'organes malades, pressés, compressés, oui je crois que je ressens la détresse du désespoir. Et personne pour m’achever.

Tu me manques. Mais il demeure dans mon esprit le souvenir de ton visage et de ta voix, la chaleur de ton souffle ainsi que l’odeur de ta peau. Il est des personnes qu'une fois rencontrées, une fois croisées leur sillage, pénétrées dans leur monde, on ne puisse plus s'en détacher vraiment. Il existe certaines personnes que l'on ne peut que aimer. Tu fais partie de celles-ci. Elle demeure indélébile, cette marque de toi sur mon corps, cette signature sur mes pas, cette emprunte comme marquée au fer rouge sur ma vie. Et il est un parfum distinct, un souvenir tactile de toi tout autour de moi où que je sois, et où que tu sois. Je t'aime et je t'aimerai toujours. Ton absence s'écrit sur mon carnet, s'étire sur mon corps, s'étend partout où mon regard se porte, se colle comme un lambeau sur les murs et les plafonds, fissure le sol et se percute sur les vitres froides. Oui, ton absence clame en tout point de ce lieu qu'elle est là, elle crie sa présence, fracasse le silence. Je ne veux pas que ce soit finit. J’oscille entre le rire et les larmes. Je n’en peux plus. Je me sens droguée, aux frontières d’un monde étrange. Il faut que tout cela s’achève. Par quelque manière que ce soit. Trouver le seuil du non-retour. Cette nuit, soit tu reviens à la vie, soit je te rejoins dans la mort. Mon amour, c’est pour toujours.




La nuit était magnifiquement étoilée. Le cœur battant, Djaniah savait que ce serait le moment où tous ses espoirs seraient mis devant la vérité. Elle gardait contre son cœur la pierre de feu, si froide et si souffrante. Elle sentait résonner en elle la faiblesse de ses battements, elle entendait sa mélodie d’adieu au creux de ses tympans. Voilà tout ce qu’il lui restait de Jimy. Une pierre. La pierre. Et elle qui enserrait un objet au cœur palpitant. Elle aurait sombré dans le folie sans elle pourtant. Tremblante, elle s’était dirigée vers la forêt interdite en compagnie de Kunga Namdak et Elmound Silver, ses désormais compagnons d’infortune. C’est ensemble qu’ils avaient été jusque dans les terres des gobelins récupérer sous la terre la Pierre de Feu. C’est ensemble qu’ils étaient revenus avant que le passage entre les deux terres ne se referme. Et c’est encore ensemble qu’ils allaient effectuer le rituel. Sans eux, rien ne serait possible. Séparés, aucun ne réussirait cette tâche. De son vivant, Jimy Raven avait clamé tant de fois la nécessité de s’unir et maintenant qu’il était mort, cela prenait tout son sens. Malgré tout son amour, toute sa puissance, Djaniah ne parviendrait à rien seule. Peu importait, elle n’avait pas la volonté ni la prétention d’agir sans l’aide d’autrui. La seule chose importante était de réussir. Ramener Jimy. Ramener son amour. Enfin. Car sans lui tout ceci n’aurait aucun sens.

Elle prit la main de Kunga, recherchant sa bienveillance et son affection maternelle. Elle avait besoin tout à coup de se sentir fille et aimée, pour pouvoir invoquer son amour en tant que femme et aimante. Kunga commença à fermer les yeux et à réciter dans une langue incompréhensible des incantations. Le rituel commençait. Il avait lieu au sein du cratère formé par la mort de l’élu du feu. C’est ici que son corps était mort et sa conscience partit dans les tréfonds inconnus. C’est ici qu’ils devraient revenir tous deux. Le doute n’était plus permis. Les cœurs allaient être mis à découvert, éprouvés dans leur pureté et leur volonté, et peut-être, peut-être, reviendrait-il vers eux. Des larmes coulaient sur les joues de la jeune femme silencieuse. Elle était prête à recevoir le jugement de la magie des anciens. Elle était prête à donner son énergie et sa puissance pour retrouver la source de son bonheur et de sa vie. Elle ne pourrait pas échouer. Bientôt le vide qu’elle ressentait dans son corps serait comblé, emplit la réalisation de ses rêves.


Reviens à moi, je t’en prie…
Reviens-moi, mon amour.


Quelque chose se mit à trembler. Djaniah eut le souffle coupé par la violence d’un soubresaut. La pierre avait bougé. Elle s’était soudain illuminée. Une teinte merveilleusement chaude et hypnotique. Le pouvoir du feu se révélait. Se réveillait. Reprenait sa puissance détruite. Et Djaniah pu sentir un froid intense venir de l’intérieur d’elle-même. Elle eut l’impression qu’elle était en train de mourir. Privée de parole et de souffle, elle suffoquait en silence sans même pouvoir appeler au secours. Son énergie lui était lentement volée au profit de son élément adverse. L’eau se livrait, se saignait pour l’offrir au feu impétueux et vorace. Le corps asphyxié, sa tête se mit à tourner. Elle tomba à genoux, les pupilles dilatées. Et elle put savoir ce qu’on ressentait au moment de mourir. Ce n’était pas vrai. Aucune image ne défilait devant ses yeux, sa vie ne se condensait pas dans un film plein de couleur et de joie. Ce n’était pas vrai cette idée. Il n’y avait que le silence, le froid, et la peur.

Au moment où elle allait fermer les yeux pour la dernière fois, épousant le sol pour y laisser son corps à jamais, elle le vit prendre forme. A partir de la pierre. Une forme humaine. Il revenait. Elle avait réussit. Ils avaient réussit. Alors, le souffle lui revint et la magie la vola des bras de la Faucheuse. Ce n’était pas son heure, voilà ce que le Destin avait décidé. Totalement vidée de son énergie, Djaniah n’eut que la force de se pencher – ou plutôt tombait-elle – vers le corps qui devait être celui de Jimy Raven. Elle le prit dans ses bras, maintenant allongée par terre et se mit à sourire. Elle sombra dans le noir de l’inconscient. Il lui faudrait du temps pour se remettre de cette épreuve, corps et esprit. Mais ce n’était pas grave. Ils étaient ensemble, à nouveau. Deux face au monde. Peu importait la suite. Son amour dans ses bras, plus rien ne pourrait les détruire ni les atteindre. Invincibles et heureux. Djaniah Lebrec et Jimy Raven pour la fin des temps.

_________________
*Si le Destin ne mène pas à toi...?*
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Yisign10
*... alors j'emprunterai un autre chemin.*

Héritière du Royaume de Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/Biographie-des-personnages-f
James T. Rayan
Serpentard
Serpentard
James T. Rayan

Nombre de messages : 1704
Age : 29
Age Roleplay + Sorts : 18 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Elémentaliste du Feu - parle la langue des animaux - Charmeur Visuel + Pouvoirs du Vampire -
Créature : Reflet/Doppelgänger - Vampire
Points Prestige : 200 000 000 Lol ?
Date d'inscription : 27/09/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Left_bar_bleue3070/3070Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty_bar_bleue  (3070/3070)
Points de mana:
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Left_bar_bleue4180/4180Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty_bar_bleue  (4180/4180)

Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty
MessageSujet: Re: Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)-   Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- EmptyJeu 24 Nov - 21:38

- Ce qu'il advint des Reliques de la Mort -
Introduction

Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Bestne11

6 mois plus tard
*(clic)*

-Djaniah ! Il faut que tu m'écoutes ! Est-ce que tu m'entends ? Écoutes !

Je la bousculait encore une fois.
Une énième fois contre le mur derrière elle. Mes prunelles rouges s'enfonçaient dans les siennes avec violence, cherchant la faille dans son système limbique. Elle devait m'écouter. Il le fallait ... Je serrais à présent son visage pâle entre les cinq doigts de ma main gauche. Je pouvais sentir son coeur palpiter, sa joue chauffer à mon contact, sa peau laisser perler de vagues goûtes de sueur. Je la sentais lutter au plus profond d'elle même pour me résister. La nouvelle que j'étais venu lui annoncer était horrible. Mais elle avait toujours su ... Tout comme moi.


-J'ai peut être trop de sang sur les mains à ce jour ... J'ai ... J'ai fait des choses horribles. Mais je le sais à présent. Djaniah ...

Nos regards s'entrechoquèrent encore.

-Je suis lui. Maintenant, je suis Jimy. Et il est moi.

Comment la raisonner ? Comment lui laisser entendre la vérité ?
Je me tournais vers le corps inanimé d'une ombre derrière moi. Je revoyais sans cesse son visage, son regard lorsqu'elle rendit son dernier souffle. Elle était dans ma tête à présent, à chaque instant. Elle faisait parti de moi. Pas Djaniah, non, l'autre femme. Mon angoisse était montante et le temps était pressant. La nuit était vite tombée, c'était plus prudent pour moi de ne sortir qu'à ces heures tardives. Pour annoncer de bien sombres nouvelles ou en causer. Nous étions elle et moi dans cet état euphorique que personne ne pouvait comprendre. Mais nous étions prêts à tout, pour la même chose.


-Je suis proche du but ! Je ne l'ai jamais été à ce point là. De grâce, ne m'abandonne pas ... Pas maintenant. Il doit revenir !

Je me tournais encore.
Paniqué, cette lueur infernale dans le regard, celle de la peur. Je savais que nous pouvions être surpris à n'importe quel instant et nôtre accord avait été ferme. Personne ne devait savoir que je m'adressais à elle parfois. Personne ... Pas même ceux en qui nous avions le plus confiance. Elle était instable, je pouvais le sentir, déçue, mourante ... La guerre était de partout, sans cesse le tonnerre au dessus de l'école nous rappelait la fin qui était proche. Et dans cet amas de brouillard noir, étais-je le seul à voir une issue ? Contrairement à ce qu'ils pensèrent tous, j'étais à présent le meilleur allié. Et peut être une de leur dernière chance de subsister. Tout comme elle. Nous étions élu à une tâche que nous n'avions pas voulu et qui pourtant avait toujours fait partie intégrante de ce que nous fûmes, de ce que nous sommes, de ce que nous serons ...


-NON ! NON, LÂCHEZ MOI NON !

Encore un assaut.

-AVADA KEDAVRA !

Encore un mort.

-Viens avec moi !

La prenant par le poignet je la tirais vers mes ennuis.
Je courrais dans les bois profonds de la forêt interdite comme un dératé, vite, trop vite ... Mes réflexes de Vampires. J'étais plus libre sans Andrew, plus fort ... Plus fort grâce à son sang, à elle. A eux. Trébuchant, je prenais le temps à me relever, chacun de mes membres contractés, mes sens alertes ... Et l'odeur du sang. J'en avais partout. Une illusion. J'en avais plus. Je regardais autour de moi, tourmenté. Avais-je halluciné ? Elle était là, me regardant me tordre de peur. Nous reprîmes la route jusqu'à une clairière dégagée ... A vive allure, courant vers l'espoir, courant pour nos vies.

-( Dans un autre temps, en un énième lieu auparavant )-

Comment savoir ?
Personne n'en savais rien. Mais je devais le vérifier. Tout comme elle avait des doutes, je ne pouvais nier en avoir tout autant. Nous le savions, avec la peur de nous l'avouer. Nous l'avions toujours su, depuis le départ. Depuis l'instant où j'avais respiré de vie pour la première fois, et soupiré de mort pour la seconde fois. Depuis qu'elle s'était évanouie à l'issue de ses prières exaucées, faussement pour la trahir. Nous avions toujours su ...


-Cette personne qui est dans la pièce d'à côté ...

Je laissais mes prunelles rubis sur son visage.
Même alors qu'elle se refusait toujours à l'idée de l'admettre, pour le moment ... Elle savait elle aussi, tout autant que moi. Et cette nouvelle page tournée ferait encore couler l'encrier sur nos vêtements. Nous n'étions plus purs, et cela depuis longtemps. A l'image du monde qui était le nôtre. J'étais un parasite, elle la vulgaire clef d'une pièce à huit clos. Nous n'étions que des transitions. Et tôt ou tard, la vérité s'en ressentira de nos actes. Le monde comprendra alors que la justice, la lumière ... Tout ceci ne réside pas seulement dans le pouvoir de changer les choses. Parfois le changement, c'est le mal.


-Ce garçon si ressemblant ...

Et à mi mot je basculais.
Liant nos deux destinées au même calvaire, à la même vérité insupportable, cloisonnée par les mailles de l'incapacité qui était la nôtre, dépassés par des forces plus vieilles encore que l'essence de nos pouvoirs. Que pouvaient James Tanis Rayan et Djaniah Lebrec face au néant ? Face à l'éternité immense d'un monde sans limites ... Alors que le nôtre demeurait à ce point cloisonner. Faibles nous étions, sous les regards de ceux qui ne craignent plus les jours qui s'annoncent. Car ce sont eux, qui les programment.


-L'amour illusoire qu'il incarne ... Djaniah, l'individu qui se trouve dans la pièce d'à côté ... Ce n'est pas Jimy.

L'ultime question qui vous taraude alors, nous nous la sommes posée.

-Mais alors, qui est-il ?

_________________
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Jamret10
- Certains ont trop souvent voulu croire que j'avais des principes - Ils ont eu tort -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty
MessageSujet: Re: Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)-   Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)- Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Fuc*ing God ! Ca recommence ... Encore ! (PV)-
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Centre ville-
Sauter vers: