AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château*

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Blake Woods
Poufsouffle
Poufsouffle
Blake Woods

Nombre de messages : 84
Age : 22
Age Roleplay + Sorts : 15 ans sort 1 2
Capacités Spéciales : Souffleur de métal
Date d'inscription : 19/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue500/500AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (500/500)
Points de mana:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue500/500AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (500/500)

AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château*   AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 EmptyLun 28 Nov - 23:47

Ah qu’il était difficile de déguster un plat chaud de nos jours. Heureusement que les fours-microonde existaient ! Les combustions étaient à proscrire pour des raisons que j’ignorais totalement, c’était d’ailleurs inexplicable que le feu ne sois plus de ce monde, impossible à créer. Mais le four-microonde, qu’elle idée de génie ! Merci aux américains de rendre la vie meilleur au monde et de la pourrir aussi. Mais je ne vais pas débattre sur ce sujet-là, plus sur celui du micro-onde. Le dispositif consiste simplement à faire vibrer les molécules d’hydrogène pour qu’elle chauffe et ainsi rendre l’aliment voulu ou le plat chaud sans besoin de combustion. Depuis quelques temps, l’action : Micro-onde avait dû exploser à la bourse vu que le feu était parti.

Mais bon, pourquoi je parle de ça alors que j’ai préparé mes bons petits plats justes avant de venir. Ils étaient tout chauds et je n’avais pas eu le besoin de les réchauffer. Je sortis d’abord le canard laquais. J’ai toujours préféré manger la viande en premier, elle rendait toujours un peu de jus que je mélangeais ensuite dans mon riz, ça lui donnait plus de gout et le repas n’en était que plus divin. Séparant mes baguettes, je les positionnés dans ma mains avant de m’apercevoir avec tristesse, au milieu de tous ces élèves qui allaient surement se battre que mes plats commençaient à refroidir …


- hannn ….


Pas en soi un réel mot, disons que parler anglais était pas en somme difficile mais ennuyant, je préférais de loin parler chinois, ma langue natal, bien moins fatiguant, mais bon tout le monde dit ça de sa propre langue non ? Mais bon, une autre chose que mon père m’appris depuis ma naissance c’est l’anglais. Il est américain, il m’a transmis la langue. Je n’avais jamais compris l’utilité de son choix de m’apprendre l’anglais, mais je dois avouer qu’aujourd’hui, c’était un plus dans ma vie, je vis à présent en Angleterre avec des anglais qui manque cruellement de classe. Et puis l’anglais est la langue passe partout dans le monde non ? C’est utile dans chaque partie du monde et vue que je compte bien voyager plus tard, ça me servira surement comme maintenant.
Désireux de pouvoir enfin gouter à mon canard laquais, j’en saisis un morceau avec mes baguettes pour le levé bien haut au-dessus de moi et puis dis-je avec mon accent :


- Bon appétit !


Puis quelque chose se passa sous mes yeux. Une explosion, une roue de flamme se créa et éjecta les présents dans la pièce sauf deux. La roue de feu passa juste au-dessus de ma tête, bien évidemment de ma main gauche je vérifiais si je n’avais pas la tête en feu, et je constatais avec soulagement que non en prononçant un « ouf » de gratitude que non.
A présent, j’enfournais mon bout de canard dans ma bouche.


- HMMMMMM !


On aurait pu croire à un gémissement érotique. Le canard était … chaud ! Si bon, à bonne température, c’était parfait ! J’avalais, j’engloutissais mon repas à un rythme frénétique ! Et le spectacle devant moi, divertissant, l’ambiance était chaude ce soir sur scène. Une fille sexy et un mec en chaleur qui se bouffe la gueule. Une querelle d’amoureux ? Non le nombre de présent laissait à croire qu’il s’agissait de bien plus gros comme évènement. D’ailleurs les autres présents n’avaient apparemment pas l’air capable de revenir vers les deux acteurs principaux. J’avançais juste mon poing et je frappais l’air comme si je toquais à une porte. A ma grande surprise, je frappais effectivement l’air ! Mes petits coups provoquaient des vibrations qui révélaient une sorte de bouclier magique infranchissable. Je ne cherchais absolument pas un moyen de le traverser, observer me suffisait amplement et de plus, j’avais un repas chaud à terminer !


- Sérieusement, ma cuisine ne vaut pas celle de Poudlard !


Ce n’était pas trop mon genre de me vanter, mais qu’est-ce que je me régalais ce soir ! Bien mieux que de manger dehors, j’étais au chaud ici au moins. Mais des paroles me perturbaient quand même, pas parce qu’elles étaient choquantes mais parce que je ne les comprenais pas vraiment. J’entendais sans cesse les termes : « AD, ADT », je ne sais pas ce que ça voulait dire mais je mènerais ma petite enquête plus tard.


- Gabriel … Ne fais pas cela, je t’en prie … Mon petit garçon, reviens à la raison … Te battre ne t’apportera rien, tu cours à ta perte pour un garçon qui se moque de toi. Dès qu’il reviendra, il te remplacera … Ne te bas pas pour lui, ne risques pas ta vie pour ce monstre, mon fils … Je t’en prie, renonces. Renonces pour moi …


Celui qui n’a pas l’air bien s’appelle Gabriel.


Alice !


La fille en collant et corset est tourné vers une fille nommé Alice.


Vous aimez Erell, vous voulez qu'elle vive, vous voulez en finir une bonne fois pour toute ! Alors pour une fois écoutez-moi et unissons nos pouvoirs !


Bon celle du milieu, la fille sexy s’appelle Erell.


Et voilà des informations fraichement gagné ! Comme quoi la journée aura été fortuite. Mais ça ne me servirai surement à rien de connaitre leurs noms, je ne leurs parlerait probablement jamais et aucun d’eux ne ferait attention à moi à l’avenir. Maintenant il ne le pouvait surement pas, dans le couloir sombre où j’étais, il était bloqué d’accès par cette barrière invisible. J’avais remarqué deux petites filles aussi, complètement différentes, enfin il y avait beaucoup d’élèves mais bon, je ne me concentrais plutôt sur la scène qui avait l’air extrêmement prometteuse !


Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Milual
Serpentard
Serpentard
Gabriel Milual

Nombre de messages : 59
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 SPE
Capacités Spéciales : Fourchelangue - Murmure glacé - Métamorphe brumée/fumée noire - Contrôle des rêves - Illusionniste - Nécroman de l'illusion
Créature : Humain possédé par un Graevoch (croque-mitaine) non révélé.
Date d'inscription : 30/03/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue1590/1590AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (1590/1590)
Points de mana:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue1960/1960AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (1960/1960)

AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château*   AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 EmptyJeu 1 Déc - 23:18

Gabriel tomba à genoux. Les larmes ne cessaient de ruisseler le long de ses joues roses, les larmes ne laissaient que des écailles imperméables derrière elles. Ce qu’il voyait été impossible, ce qu’il ressentait était inimaginable. Il ne l’avait pas connu et pourtant il pleurait toutes les larmes de son corps. Subjugué de la voir ici et par sa beauté resplendissante. C’était impossible, impossible …

- Mère .. Non mère .. NONN !!!


Il frappa du poing à terre, exprimant son mal être et sa souffrance, son désespoir et sa peine. C’était un arrachement de cœur de la voir en vie alors que quelques instants plutôt, il avait assisté à son décès.

Tu es morte en me protégeant, mais si tu es morte, c’est que tu étais faible ! Insignifiante !

Il pensait cela réellement, mais au fond de lui, une petite part ne cessait de se demander s’il aurait été quelqu’un de différent s’il l’avait connu, s’il avait reçu l’amour que seule une mère peut apporter. Mais la haine l’emporta, elle avait été faible et l’avait abandonnée. C’était quelque chose qu’il n’arrivait pas à pardonner. Non, il ne devait pas lui pardonner.


- Reviens ! Maman, REVIENNNNNNS !!!!!!!


Trop tard, elle disparut, sa haine cachait son amour, et ces sous ces mots qu’elle laissa la place à quelqu’un qu’il connaissait bien, quelqu’un à qui il vouait une obédience aveugle tellement la foi qu’il avait en lui était inébranlable. Son mentor James. Il ne souriait pas, il n’avait pas cet air sur son visage qui lui indiquait l’amitié et le lien qui était entre eux, c’était comme si tout cela n’était que souvenir, s’il n’y avait que mépris pour l’un l’autre. Du moins plus pour James que Caleb.


- Comment peux-tu croire que tu représentes quelque chose pour moi ? Dès mon retour, je te remplacerai, tu n’es rien ! Tu ne vaux pas mieux que tous ceux qui se prosternent à mes pieds. Prouves que tu vaux quelque chose, défies mon autorité ! Pourquoi tu te bas contre elle ? N’aurais tu pas du l’égorger dans son sommeil il y a longtemps pour sa trahison ? Tu n’en serais pas là ! Tu es faible ! Tu ne vaux rien ! Tu es là, à te battre, tu ne vaux pas plus qu’elle, si tu étais intelligent, tu te serais débarrassé de cette fille il y a des lustres. Tu me déçois.


C’était le comble. La goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Que James le blâme ? C’était une blague ? Egorgée Erell dans son sommeil ? Une tâche que lui-même aurait pu s’acquitter ? Mais non, aucun des deux ne l’avaient faits et pour une seule raison. La gloire ! Qu’elle gloire y a-t-il a tiré d’une personne qu’on achève sans qu’elle puisse répliquer ?
Il se sentait trahis par son mentor, trahis et en colère. Comment avait-il peu en arriver là ? Comment aurait-il pu le décevoir ? C’était impossible …


- Comment peux-tu me dire ça ?! Tu nous as réunis, tu as reformé l’Armée Des Ténèbres et tu t’es barré ! Je t’ai déçu ? Mais toi tu nous as abandonné ! Tu m’as abandonné.. Et tu as l’audace de prétendre que je t’ai déçu ? Regarde autour de toi ! Vois jusqu’où notre ordre à prospéré, nous ne sommes plus seul dans l’armée, j’ai recruté, j’ai formé de nouvelles recrues et à présent mener cet assaut contre Poudlard !


Caleb aurait pu continuer pendant des heures tellement la blessure que lui infligeait James était grande. Mais il ne continuerait pas pendant des heures. La silhouette de son mentor disparu, il ne restait personne, personne à part son adversaire de base. Gabriel grinça des dents si fort qu’il eut peur de s’en fissurer une. Là, il ne pouvait atteindre plus haut sommet d’énervement. Si le but de cette g*rce était de le rendre fou, alors elle a réussi. Il s’adressa alors à des êtres qui eux seuls avaient eu la chance de rester à l’intérieur des barrières magiques.


- Attraper là.


Gabriel s’élança vers elle, le corps rougeoyant comme un brasier. Ses avants bras, là où des tatouages de serpents s’étaient dessinés d’eux-mêmes, quand il élança son bras gauche vers Erell pour l’attraper, le serpent se matérialisa. Emplie de vie et rattaché à la peau de Gabriel, Caleb sentait le venin mortel découdre des immenses canines du serpent s’élançant vers Erell. Il n’avait jamais rien vu de tels, il ne connaissait pas la race du serpent ni de ses capacités. Tout ce qu’il constatait, c’est que ces deux serpents à ses bras étaient invisibles de tous hormis lui. Tuer serait d’une facilité exquise désormais, du moins s’il conserverait ses pouvoirs là.
Les deux petits serpents vivants s’agrippèrent aux jambes d’Erell prêt à mordre, répandre leurs venin, l’immobilisant comme ils pouvaient, mais leurs petites tailles ne les aider pas réellement. Mais c’était assez pour frapper, assez pour porter un coup mortel. Il s’élança en hurlant :


- Comment oses-tu jouer avec eux ?!!!! Je vais te détruire Erell Bowen ! Je ferais en sorte que ton nom soit effacé des mémoires ! Que tous auront peur de prononcer sous peine de mourir ! Et que …


Il s’arrêta net devant elle. Le bras gauche tendu, la tête du serpent invisible se stoppa nez à nez avec Erell, s’agitant avec fureur, essayant de la mordre ou de l’effleurer ne serais-ce qu’un peu, juste assez pour répandre son venin, mais rien n’y fut. Gabriel s’était arrêté devant Erell, ce n’était pas l’envie qui lui manquait de la voir morte, quelque chose l’arrêta. Une douleur lui arracha le ventre, il n’avait pas envie de la tuer, toujours ce sentiment contradictoire qui l’empêcher ce pourquoi James pourrait être fier de lui. La vrai raison lui déchira l’estomac. Il abaissa son dos vers le sol pour y vomir une bile enflammée et ensuite lâcher un long soupir de douleur étouffé. Il ne comprenait plus rien. En se redressant rageusement, il regarda Erell la haine plein les yeux, il voulait se jeter dans un deuxième assaut, la tuer, il en était capable mais quelque chose en lui l’en empêcha.

Il ne se contrôlait plus. Ce n’était pas comme avec l’entité, c’était différent. Sa peau se recouvra entièrement d’écaille de serpent, sa mâchoire s’allongea et ses canines s’allongèrent finement pour ne laisser apparaitre deux grands crocs. Puis il se transforma. Son corps entier s’allongea, ses bras et ses jambes se fixèrent pour ne former qu’un corps uniforme. Sa taille n’était plus celle d’un ado de dix-sept ans. Gabriel était devenu un serpent immense, de la seule espèce qui lui correspondait : Un Basilic. Quoiqu’un peu différent, ses yeux n’étaient pas jaunes et ne provoquaient pas la mort d’un regard, ils étaient noirs avec des pupilles jaunes. Ses écailles d’un vert sombres et sa tête avait bien évidemment perdu ses cheveux. Gabriel prenait à présent la quasi-totalité de l’espace que les barrières magiques leurs laissaient. Ayant finis sa complète transformation, le nouveau Gabriel agita lentement sa tête pour tester sa nouvelle façon de manier son long corps. Il était comme sonné de la transformation, subir une si forte pression à l’intérieur de son crâne était presque inhumain à supporter, mais bon, une entité venant de l’enfer, c’était déjà bien lourd à porter pour un petit garçon de son âge …

Puis, reprenant ses esprits, il se vit prendre d’une colère aveugle, immense, dévorante, une haine qu’il habitait, qui le constituait, qui faisait de lui ce qu’il était à présent. Et quand vint le moment où il vit Erell devant lui, si jeune, si petite, si insignifiante, la colère ne pouvait qu’augmenter. Il avança lentement sa tête vers elle en émettant un long sifflement silencieux. En essayant de parler, il ne put dire que :


- Je vais te tuer vermine, je vais te dévorer, jamais tu ne reverras la lumière du soleil !


Il n’arriver plus à parler humain, de toute façon il ne s’en rendait pas compte et ça ne le préoccupait pas plus que ça. Jouant de son pouvoir du regard de serpent, celui d’inspirer la crainte, la peur et la terreur d’un seul regard, il hurla à plein poumons pour l’effrayer encore plus, pour lui soumettre une preuve de son nouveau pouvoir, pour lui inspirer la crainte qu’elle devait lui témoigner, pour lui faire comprendre que son combat était vain et perdu d’avance. Tout son corps Mais en ouvrant ses mâchoires, en plus d’hurler, le serpent géant Gabriel cracha un jet de flammes noires comme un dragon pourrait en cracher. Ses flammes se perdaient dans l’obscurité, presque imperceptible à l’œil mais pas invisible pour autant. De plus la chaleur qui s’en dégageait était bien équivoque ! Ainsi que les variations que les flammes faisaient dans l’air. Les flammes enrobaient Erell et Gabriel Snake n’espérait que voir des cendres quand il arrêterait de cracher des flammes, ou juste un corps inerte et sans vie.

Je t’aime et pourtant je te hais … Comment et pourquoi me fais-tu ça Erell ? POURQUOIIII ?!!!!!



Revenir en haut Aller en bas
Alice Strange
Gryffondor
Gryffondor
Alice Strange

Nombre de messages : 104
Age : 21
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Date d'inscription : 26/06/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue300/300AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (300/300)
Points de mana:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue400/400AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (400/400)

AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château*   AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 EmptyMar 13 Déc - 10:09

Une, deux, trois… sept. Elle comptait les limaces, Alice ne voyait que ça. Elizabeth qui vomissait ces… ces choses gluantes. Elle eut son propre estomac qui remontait.
Puis Elizabeth remarqua la jeune femme cachée dans l’ombre. Elle l’appela par son prénom et se dirigea vers elle, sans trace de folie sur son minois. Elle l’enserra et lui murmura à l’oreille quelques mots.


Tu ne m’as rien dit… Tu, tu, enfin… Au moins, tu aurais pu… M’en parler.


Elle prononça les derniers mots dans un souffle. Dans un sens, elle se sentait trahie mais dans un autre… Elle savait que la vipère avait fait cela pour la protéger.


Enfin, ce n’est pas grave…

Puis comme si elle se réveillait enfin, elle écarquilla les yeux en voyant la scène qui se déroulait devant elles. Elle regarda la Serpentard de haut en bas. Elle n’était pas blessée, au du moins pour l’instant. Elizabeth rayonnait, tout en elle montrait qu’elle était dans son élément. Sa grâce, sa démarche… oui, Alice découvrait une nouvelle facette de son amie. Ça ne l’a dérangeait pas, au contraire.

S’amuser ? C’est possible ? Bon bah… Attends, attends, attends, ce ne serai pas… Gabriel là-bas ? Tu peux m’expliquer ce que fait ce préfet ici ?

L’atmosphère devenait de plus en plus tendue. Il fallait ce mettre à l’abri au plus vite, ou participer au carnage qui se préparait.

Tu me répondras tout à l’heure, pour le moment il faut agir… On attend que ça se passe en regardant, ou tu veux aider tes « camarades » ?
Revenir en haut Aller en bas
Erell Bowen
Gryffondor
Gryffondor
Erell Bowen

Nombre de messages : 404
Age : 23
Age Roleplay + Sorts : 15 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Emphrépatie niveau 2
Points Prestige : 4
Date d'inscription : 25/07/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue1190/1190AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (1190/1190)
Points de mana:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue1210/1210AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (1210/1210)

AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château*   AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 EmptyJeu 29 Déc - 20:20

- Tais toi.

Fourchelangue. Ainsi, c’est aussi un des nombreux talents de Jimy qu’elle s’est approprié. Est-il lui aussi fourchelangue grâce à James, ou l’est-il naturellement ? Est-il aussi naturellement idiot ou joue-t-il à l’idiot ? Croit-il vraiment que ses petits serpents sortis de nulle part vont l’empêcher de riposter, de se défendre et même d’attaquer ? D’un seul embrasement, elle les réduis à l’état de poussière et un instant infime, elle sourit devant les veines tentatives de Caleb. Il faut qu’il grandisse un peu. Il est prévisible au-delà du possible. Ce n’est pas bon pour lui.


Mais bon dieu, c’est ton ennemi, arrêtes de t’inquiéter pour lui ! Tu dois le mettre hors d’état de nuire !


Sans un frisson de peur, Erell l’a vu devenir serpent, une transformation magnifique bien que surement très douloureuse. Elle peut jouer avec lui, elle peut se jouer de lui, lui faire perdre la tête, s’amuser de ses efforts mais ce serait injuste. Il n’est qu’un gamin. Il ne devrait pas être là, cela ne devrait pas être sa place. Seulement lorsqu’il ouvre sa gueule et qu’une colonne de flammes noires se dirigent vers elle avec une intensité et une vitesse hallucinante, la jeune Bowen n’a plus envie d’être gentille, ni clémente, ni même de lui laisser ne serais-ce que la moindre chance de s’en sortir. Elle va le tuer. Mais avant, elle lui fera comprendre qu’il n’était rien, pour personne. Et pendant un fugace instant, une infinité de pensées sombres et sordides lui traversent l’esprit. Elle voudrait tant lui faire du mal. Comme il lui en a fait.

D’un geste large du bras, baguette en main, elle se créer un bouclier, unique rempart entre son corps de simple mortelle et les flammes ardentes du Basilic. N’a-t-il donc que cela comme moyen d’attaque ? Ne sait-il pas se servir de sa baguette ? Il est un enfant. Et comme tout les enfants, lorsqu’on leur donne un nouveau jouet, il délaisse les autres pour ne s’amuser qu’avec le petit dernier. Sauf qu’elle, elle n’a plus de jouet neuf sous le coude, alors elle va le faire courir un peu. Façon de parler. Au creux de sa main gauche née une petite flammèche, chétive, minuscule de par sa taille mais puissante de par l’intensité concentrée dans si peu d’espace. L’autre main toujours occupée par sa baguette, Erell commence à s’avancer, lentement, très lentement, vers le serpent.

Oh, bien sur, elle ignore combien de temps son bouclier tiendra contre de telles flammes, mais lorsque celui-ci se brisera, elle sera prête. Il y aura alors un combat feu contre feu. L’élément dévastateur se battant contre lui-même. Quelle ironie. Quelle infamie. Les ténèbres les englobent, mais elle sait qu’ils comptent sur elle. En bruit de fond, à travers le grondements des flammes, les sifflements du serpent, en arrière plan, comme une ambiance musicale, elle les entend parler, la jeune fille perçoit leurs paroles, leur envie de l’aider, et cela lui fait du bien. Malgré l’étouffante chaleur qui règne entre les pans magiques, Erell se sent glacée à l’intérieur, déçue par l’homme qu’elle aime, blessée par la Gryffond qui la regarde simplement, telle une fille simple d’esprit, aux côtés de la fille aux cheveux de sang, pour qui se bat elle, non de dieu ? Maintenant, une nouvelle certitude se grave en elle. Imposante, elle prend la place de toutes celles qui ont volées en éclats ses derniers mois. Elle se bat pour eux, pour ceux retenus de force derrières les barrières, elle se bat pour ses amis, les innocentes vies qui peuplent ce château, elle se bat pour eux tous. Et pour elle aussi, quelque part. Elle ne faillira pas.

Jamais.

Ils ont foi en elle. Et elle, a-t-elle foi en elle ? Une question sans réponse, assurément. Elle n’est ni sûre de sa victoire, ni assurée de sa défaite. Pour l’instant, elle veut juste tenir, aussi longtemps qu’elle le pourra, et elle veut par-dessus tout se tenir droite, ne pas courber l’échine devant lui. Surtout pas devant lui.


- Je ne joue avec personne moi. Je n’ai vu personne, c’est ton cerveau qui déraille, mon petit ange, faut consulter quelqu‘un qui pourra t‘aider, c’est grave là. Je ne joue avec personne. Quant au fait que tu veuilles faire oublier mon nom, j’en doute sérieusement, vois tu … Il y aura toujours quelqu’un pour se souvenir des gens tombés pour des causes justes, et il y aura toujours des gens pour hurler le nom de ces personnes, mortes par dévotion. Mais tu ne me détruiras pas. Tu m’a déjà brisé, oui, réjouis toi de cela, je suis déjà détruite. Toi et ton maître, cet homme que je hais plus que tout au monde, vous m’avez anéanti. Surtout lui, mais ce soir, c’est toi que j’ai devant moi, et c’est toi que je vais abattre si j’en ai l’occasion. Si j’y arrive, Serpent, dis toi juste que c’est de bonne guerre. Tu m’as déjà fait trop de mal. Je ne te laisserais pas recommencer une nouvelle fois.

Ainsi, ses intensions sont claires, le doute n’est plus possible. L’un d’entre eux devra mourir ce soir. Un instant, la prophétie qui concernait Harry Potter lui revient en mémoire, lui tirant un sourire amer. L’un devra mourir de la main de l'autre car aucun d'eux ne peut vivre tant que l'autre survit… C’est le même principe appliqué cette nuit. L’un mourra, c’est inévitable. Cruel oui, injuste peut-être, mais nécessaire.

Si je dois mourir ce soir, je veux le faire avec panache. Que mon nom reste gravé dans les mémoires et qu’on dise que je n’ai pas eu peur, pas même à la fin.


Et le feu noir cesse enfin. Erell a l’impression d’avoir passée des journées entières sous un soleil de plomb, en plein désert, tant la température a grimpée de façon vertigineuse dans ce tout petit espace non occupé par la bestiole à écailles. Un sourire mutin apparait sur son visage lorsqu’elle voit qu’elle est exactement là où elle souhaitait être. Juste en dessous de sa tête, les mâchoires de la bête juste à quelques mètres au dessus de sa tête. La minuscule flammèche prend de l’ampleur d’un seul coup, devient une boule de feu de la taille d’un ballon de football et se dirige tout droit vers la gorge, ou ce qui y correspond, du serpent, le frappant de plein fouet. Dans la foulée, la jeune bretonne se glissa sur le côté gauche, et un autre jet de flammes parti en direction du serpent, accompagné d’un simple Petrificus totalus. Les sorts les plus simples sont les plus efficaces. Il n’aura pas le temps de se retransformé en homme, le sort fuse déjà, il sera trop lent. Bien trop lent. Si il avait pour lui la puissance et son apparence de serpent, elle avait l’expérience et son esprit calculateur.

Joues bien, je t’en pris. La partie commence, nous avons toutes les cartes pour leur offrir un spectacle dont ils se souviendront toute leur vie. Joues bien, tu joues ta vie.


- Tu n’es rien pour James, Gabriel. Ne te fais aucune illusion, il reviendra, plus fort, mais il n’aura plus aucun sentiment, aucune pitié, pour personne. Il t’évincera dès son retour. Veux-tu vraiment prendre le risque que tu prends ? Joues tu pour lui, pour l’Armée des ténèbres, ou pour ton orgueil ? Je ne veux pas te blesser plus que cela, nous en ressortirons tous deux marqués, tu joues ta vie pour quelqu’un qui se joue lui-même de toi, ne l’oublies pas … Je t’en pris, rétracte toi ! S’il te plaît, ne m’oblige pas à te blesser … Gabriel …


Supplication à peine voilée. Elle le hais, mais elle ne supporte pas l’idée de lui faire du mal volontairement, même si lui ne se gênera surement pas pour le faire. Peut-être est-ce son jeune âge qui lui donne tant de remords à le combattre. Erell ne comprend pas. On lui laisse une chance, une chance de se venger de tout le mal qu’il lui a fait, et elle refuse de l’anéantir.


Maudit sois tu, Caleb Roarch !

_________________
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Erelln10
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Milual
Serpentard
Serpentard
Gabriel Milual

Nombre de messages : 59
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 SPE
Capacités Spéciales : Fourchelangue - Murmure glacé - Métamorphe brumée/fumée noire - Contrôle des rêves - Illusionniste - Nécroman de l'illusion
Créature : Humain possédé par un Graevoch (croque-mitaine) non révélé.
Date d'inscription : 30/03/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue1590/1590AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (1590/1590)
Points de mana:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue1960/1960AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (1960/1960)

AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château*   AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 EmptyMer 4 Jan - 22:36

Douce ironie. Lui qui pensait être le seul, voilà qu’elle aussi usait de son langage privilégié en abondance. Cette risible scène qu’offrait cette jouvencelle en chaleur était bien prompt à l’affrontement. Des mots, trop de mots, des paroles choisis avec précaution, des mouvements calculés avec précision, voilà ce que représentait Erell Bowen. Une adversaire de choix. Une adversaire mortelle.

Gabriel la soupçonnait elle d’avoir modifié son apparence, d’avoir fouillé sa mémoire pour utiliser les rares personnes capables de l’affecter. Certitude ? Il ne l’avait pas. Ce n’était qu’une hypothèse parmis tant d’autres. Mais une certitude qu’il constatait, c’était son Fourchelangue. Ca, c’était le détail qu’il ne digérait pas. Il ne pensait pas qu’il serait deux dans ce château. Que ce don n’était destiner qu’à lui, qu’il avait le privilège d’être le seul détenteur à Poudlard. Il était sur de ce qui allait se passer à présent. Encaissant les coups de son adversaire, subissant l’affront de boule de feu de la part d’Erell, il ne pouvait plus reculer. Car la crainte qu’un évènement se produise lui traversa l’esprit et l’effraya. Erell ouvrant la Chambre des Secrets.
C’était leur nouveau repère et cela devait le rester. Nul ne devait découvrir leurs QG, Caleb en était la clé et qu’une deuxième clé se balade librement dans le château n’était pas réellement la meilleure chose qu’il pouvait espérait. C’est pour cela qu’il ne pouvait plus reculer, bien que contraint dans ce sentiment d’attirance et de répulsion, il savait à présent de quel côté la balance avait tourné.

Je dois te tuer Erell Bowen.

Pour son ordre, pour éliminer tous risques de découverte de la chambre, pour montrer à tous la toute-puissance de l’Armée Des Ténèbres. Ils étaient tous là, réunis en ce lieu et elle seule leur barrait la route vers la victoire. Se livrant à la haine plutôt qu’à l’amour, sa détermination se livra elle de frénésie, se complaisant dans ce sentiment glorieux qui la nourrirait de façon infinie. Quant à elle, ses mouvements se frênes pour laisser place à la parole. Elle parle et lui réponds :


- J’en ai plus qu’assez de ton monologue de fillette.


Dit-il en élançant sa sombre queue de plein fouet sur elle. Se retrouvant projeter contre la barrière magique, elle s’écrasa au sol. Une chance, une nouvelle de l’anéantir. Alors Gabriel ouvrit sa gueule sombre rougissant sous cette chaleur infernale, laissant apparaitre une longue portée de dents ainsi que quatre immenses crocs. Des filets de bave virevoltaient à l’intérieur de sa bouche et sa langue était tendue, gorgé d’adrénaline et d’impatience. Il allait encore déverser un torrent de flammes, plus puissant, plus destructeur que jamais, car s’il savait bien quelques choses sur le pouvoir de flamme de James, c’est qu’il se nourrissait des sentiments de son utilisateur et de celui qui subissait. Voilà pourquoi Gabriel s’était abreuvé de haine avant de porter une quelconque attaque, le feu de James n’avait rien de banal.
Mais quand vint le moment de libérer les flammes, rien ne sortit. Il sentait ses écailles s’ouvrir doucement pour libérer des flammes enrobant la totalité de son corps reptilien. Un serpent de flamme, ainsi était l’image qu’il arborait devant les présents. Un nouveau symbole, une marque de peur pour ses ennemis et une marque de crainte pour ses alliés. Lui l’enfant de onze ans, à qui personne ne faisait attention, lui dont tout le monde se fichait et que personne ne soupçonnait d’être quelqu’un. Plus personnes n’oseraient le prendre de haut. Voici son heure.


- C’est toi ou moi Erell Bowen !


Siffla-t-il en abaissant sa tête contre le sol pour écraser son adversaire. Elle esquiva de justesse.


- Tu as eu ta chance et tu ne l’as pas saisi !


Il élança son long corps en tournant autour d’elle. Il esquissa un sourire, enfin tout le monde le voyait ouvrir sa gueule sans démontrer une expression convaincante mais s’il était sous sa forme humaine, tous aurait vu son sourire sadique sur son visage. Car il avait constaté qu’Erell n’avait plus sa fichue baguette en main. Qu’elle l’avait surement laissé tomber quand il avait essayé de l’écraser. Il vit aussi que les membres de l’AD s’enfuyaient, il retourna brièvement la tête vers les membres de l’ADT et vit qu’ils firent de même. Il hurla alors en direction des serpents qu’il avait laissé derrière lui :


- TUEZ-LA ! TUEZ ELIZABETH JONHSON !!


Il reposa son regard sur son adversaire et continua d’avancer en tournoyant autour d’elle, pour ne plus lui laisser le moindre mouvement possible, plus aucune retraite, rien. Elançant son coup en hauteur, il siffla encore :


- Je vais te révéler une dernière chose avant que tu ne meures.


Il pensait à sa mère à ce moment-là. Bon moment pour y penser mais il ne pouvait retenir sa volonté contre cette pensée. Après tout, Erell était son portrait craché. Il allait lui dire la seule chose qu’il avait cru jusqu’à ce soir, la façon dont sa mère est morte. Nul besoin qu’elle connaisse l’exacte vérité, juste celle qu’on lui a donné.


- Ma mère a été assassinée par mon propre père.


Pourquoi lui avoir dit cela ? Pour qu’elle se remémore leur seconde rencontre dans la salle sur demande, pour qu’elle comprenne en regardant dans ses yeux qu’il n’aura aucun remord à la tuer. Il avait été élevé comme un Roarch, il agirait comme un Roarch. Cruel et sans pitié. Et qu’elle lui rappelle ardemment sa mère ne changerait rien. Il allait la tuer.

A… Adieu …

Sur cette pensée, Gabriel ouvrit de nouveau sa gueule, son haleine putride de reptile inondait l’espace et des flammes noires s’y emmagasinaient pour créer une immense boule de feu. Encore un peu et tout serait fini.

Encore un tout petit peu et Erell ne serait plus de ce monde.

Revenir en haut Aller en bas
Erell Bowen
Gryffondor
Gryffondor
Erell Bowen

Nombre de messages : 404
Age : 23
Age Roleplay + Sorts : 15 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Emphrépatie niveau 2
Points Prestige : 4
Date d'inscription : 25/07/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue1190/1190AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (1190/1190)
Points de mana:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue1210/1210AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (1210/1210)

AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château*   AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 EmptySam 7 Jan - 19:00

Ce ne fut pas lui qui fut lent. Il fut même extrêmement rapide pour un monstre de cette taille, échappant à la paralysie de son corps. Erell, en revanche, fut complètement perdue, prise de vitesse dès l’instant où l’immense queue d’écailles la percuta, l’envoyant se briser contre la barrière magique. Sous le choc, elle eut envie de hurler mais rien ne sortit de sa bouche, le contact violent avec la paroi lui ayant coupé le souffle. Le nom du monde était douleur. Sa tête la lançait, c’était intolérable, tellement douloureux que les larmes lui montèrent aux yeux. Elle était peut-être une Championne, elle n’était tout de même pas incassable ou insensible à la douleur, et personne ne saura jamais comme elle eut mal à cet instant précis. Tout son corps semblait réduit à l’état de poussière, et un instant, elle crut qu’elle ne pourrait pas se relever. Elle ne sentait plus rien. Avec une once de soulagement, la jeune fille crut qu’elle était morte, et elle aima cette pseudo mort.

Elle ne sentait plus rien.

Il n’y avait plus de douleur, ou alors il n’y en avait que trop.

Dans un état inconscient, elle voguait quelque part entre ciel et terre. Quelque part où il ne restait plus qu’elle, la douce chaleur et la tranquillité de l’endroit et la relique. Son nom résonna dans son crâne. Un appel, sortit de nulle part. Elle ignora pourquoi, ou comment cela se produit, mais Erell sentit sa relique. Non seulement elle la sentit, mais elle comprit l’étendu du pouvoir de ce que lui avait confié Jimy. Mais le plus important dans tout ça, ce fut ce qu’elle vit à cet instant précis, au moment même au le serpent prenait son élan pour abattre son museau sur elle. Les images défilèrent dans sa tête en moins d’une fraction de seconde mais elle comprit. Enfin elle comprit son rôle, le vrai, pourquoi elle se retrouvait là à se battre contre en enfant de onze ans, transformé en serpent et qui osait la traiter de gamine. Son rôle était bien plus important que le sien, et il le serait toujours. Lui n’était plus rien, elle ne faisait que commencer la partie.


Le seul problème, c’est qu’elle savait que le temps lui était compté depuis longtemps, et son cerveau, bien qu’embrumé et au niveau de fonctionnement minimum, saisit que sans aide, elle était perdue. Elle ne pourrait pas s’en sortir toute seule, et la jeune fille l’était, c’était indéniable. Seule, meurtrie, sa baguette loin d’ elle, sans moyen autre que le feu pour se défendre, elle était perdue.

Pitié, que quelqu’un me vienne en aide … Je vous en supplie …

En roulant sur le côté à la dernière seconde, Erell évita de peu le nez du monstre, qui en touchant le sol, vit trembler légèrement la terre. Il avait frappé fort, il voulait la tuer, et il prendrait tous les risques pour y parvenir, sans aucuns remords. Les serpents n’avaient pas de remords à tuer, les lions en avaient. Parfois. Mais pas aujourd'hui. Il n’aurait pas du essayer de l’écraser. Parce que la douleur de ses côtes, de son dos et de sa tête s’était réveillée, et elle allait lui faire payer cher cela. Se concentrant, la Gryffond envoya sa propre souffrance physique sur un seul point, le seul qui avait son attention toute entière en ce moment. Caleb. Il comprendra alors, lorsqu’il se retrouvera aussi souffrant qu’elle, combien il eut tord de l’envoyer sur cette barrière. Elle en avait assez de lui laisser des chances. Il avait joué de façon vicieuse, à elle de lui prouver qu’elle pouvait être aussi vicieuse que lui, voir plus encore.

Il était dans le temps. Elle non, elle n’avait pas su y rentrer, elle était déphasée. La jeune fille comprit. Il n’avait pas été rapide il y a quelques secondes, quelques minutes ou même quelques heures, il avait été dans son temps à elle, il avait réussis à comprendre le temps de son adversaire, à se l’approprié et à s’en servir. Elle n’avait pas su, pour la première fois. Erell avait loupé le coche. Cette fois encore. Il l’avait encerclé avec son corps enflammé, sans lui laisser la moindre chance de repli, sa gueule béante répandant une odeur tout à fait écœurante dans l’air, lui tirant une grimace de dégout.


- Le dentiste … Tu connais ?


Et malgré son cerveau engourdit, malgré ses aptitudes physiques amoindries par ses nombreuses contusions et hématomes, malgré son dégout de reculer devant lui, elle eut le réflexe stupide certes, mais vital de faire quelques pas en arrière. Ce fut un échec monumental. Son équilibre incertain lui fallut une chute et, malgré ses tentatives pour ralentir sa chute et amoindrir les dégâts à l’impacte, une partie de son corps, alors arqué, tomba directement sur le corps enflammé du Basilic. Même si le contact fut léger, et qu’elle bascula rapidement son corps vers l’avant, Erell ne put s’empêcher de hurler en sentant la brûlure sur son épaule et son omoplate.

Ne cesserait-elle donc jamais d’avoir mal ?

Le nom du monde était douleur, une infinie douleur.

Elle allait échouer, parce que son cerveau, trop lent, ses membres, trop engourdis, ne lui permettaient plus de réagir, et que déjà, le monstre semblait prêt à déverser un torrent de flammes sur son corps replié en position de fœtus sur le sol, une main posée sur son épaule douloureuse, là où le feu avait détruit une partie de sa chemise. Et puis une lueur farouche naquit dans les yeux de la jeune fille, décidée à ne pas se laisser carboniser de la sorte. Elle rampa un peu, avant de se mettre difficilement sur un genou, et dans un effort qui lui sembla colossale, Erell se mit debout. Fière. D’un mouvement plutôt rapide, elle tira la baguette de Jimy de la poche intérieure de sa chemise et la pointa directement vers la tête de Caleb. Le murmure fut presque inaudible mais le sort partit, extrêmement rapide et précis.

- Suflurico.

Elle visa les yeux, autant que possible, mais même sans y parvenir, elle savait que quelque part, elle l’affaiblissait bien assez comme cela, avec l‘acide qui jaillissait de ses mains. Contrainte de lâcher la baguette, Erell savait qu’elle se mettait en danger en utilisant ce sort, mais elle ne pouvait se permettre de réfléchir pour trouver un enchantement ou quelque genre dans ce goût là pour se sortir de ce pétrin. Elle eu envie d’appeler Sharko pendant un court instant, mais la jeune fille se savait piéger entre ses murs, et le dragon ne pourrait pas lui venir en aide.

Elle était perdue.

Il fallait juste qu’elle finisse avec panache, même avec un corps aussi mal en point que le sien. Il fallait qu’elle finisse avec panache, et sans avoir peur. Même pas un instant.
Elle n’aurait pas peur. Mais elle n’avait plus d’espoir. C’était sa fin, il semblerait.

Mais qu’est-ce que la fin pour une vie comme la sienne ?

Plongeant vers le sol, elle récupéra sa baguette, faisant cesser le jet d’acide, et se prépara pour une ultime attaque, le dernier mouvement de cette danse mortelle.

Mais ce n’était pas la fin …

_________________
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Erelln10
Revenir en haut Aller en bas
Dakeyras Bremer
Admin
Admin
Dakeyras Bremer

Nombre de messages : 467
Age : 26
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Télékinésie (2)
Date d'inscription : 18/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue1350/1350AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (1350/1350)
Points de mana:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue1450/1450AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (1450/1450)

AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château*   AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 EmptyMar 10 Jan - 19:10

Des barrières s’étaient élevées entre les deux armées. Aucun d’entre eux ne pouvait passer. Ils ne pouvaient rien faire. Et la bataille faisait rage à l’intérieure d’entre elles. C’était incroyable, les deux sorciers déchainaient une puissance énorme. Il y avait de la magie, des sorts, des flammes. Des flammes si chaudes qu’on pouvait presque sentir la chaleur passer à travers les murs invisibles. Caleb n’était même plus lui-même, il était devenu un immense serpent ressemblant à un basilic. Son corps était couvert d’écailles et il était allongé, reliant la tête à la queue.
Ils se battaient tous deux comme des chiffonniers, comme s’ils se détestaient depuis toujours. Ils avaient été choisis pour représenter chacun leur groupe, désignés pour être sacrifiés au nom d’une guerre qui faisait rage dans toute l’Angleterre.

Les coups pleuvaient aussi bien du côté de la jeune gryffone que du côté du vil serpent. Aucun ne dominait vraiment. Dakeyras se sentait impuissant, inutile mais il ne pouvait rien faire de plus. Il était bloqué de l’autre côté avec le reste de l’AD. Et malgré ces protections magiques, il avait peur, peur pour Erell, et peur pour les autres membres de l’AD. Et il se souvint des paroles de la jeune fille.


** Souvenir **

- J’ai peur qu’en essayant de m’aider, tu meurs … En revanche, si tu veux vraiment m’épauler, tu pourras le faire. Mais j’y pose certaines conditions. Si je te dis de t’en aller avec les autres, tu pars, tu ne joues pas les héros, est-ce bien clair ? Tu fuis, en courant, le plus loin que tu peux, aussi vite que tu le peux, avec autant de personne que tu le peux. Tu te tires, et tu me laisses seule, suis-je claire ?

- Si tu veux que je fuie avec les autres le jour de l’affrontement, alors je fuirais, mais je donnerais tout ce que j’ai pour t’aider et te protéger.

- Ce n’est pas moi que tu dois protéger, mon jeune ami … Mais les autres. Protège les autres si je ne peux le faire moi-même. Quand vous fuirez, protèges les du mieux que tu peux, mais si il le faut … Penses à toi d’abord. Je veux que tu survives. Je veux que vous surviviez tous à cet affrontement. Promets-moi de vivre. De te battre pour ta vie, aussi longtemps qu’il le faudra. J’essayerai d’être là, mais si je ne peux l’être à tes côtés, soit fort, Dakeyras. Soit fort pour toi, pour elle. Soit fort pour nous.

- Tu peux compter sur moi, ils peuvent tous compter sur moi. Je t’aiderais toi pendant la bataille et je prendrais soin des autres pendant la fuite. [...] Comme tu me le demandes, je survivrais. En tout cas, sache que tu peux compter sur moi, je n’ai qu’une parole.


** Souvenir **

Il lui avait fait une promesse, et il devait la tenir. Ils ne pouvaient rien faire pour l’aider à cause de ces barrières. Et même si elles disparaissaient, le pouvoir dont Caleb disposait les submergerait, il se ferait balayer d’un revers de la main. Ils se feraient découper d’un seul coup de croc. C’était le moment de fuir, il le voyait, c’était le moment pour les membres de l’AD de se mettre à l’abri. Ils n’avaient aucune chance, ni aucune opportunité d’aider Erell. Les membres de l’ADT le savait eux aussi car déjà ils s’en allaient. Il se tourna alors vers les membres de l’armée de Dumbledore.

Fuyez, fuyez tous ! On ne peut rien faire contre eux, si les barrières se brisent, nous mourrons tous ! Il faisait de grand geste vers eux pour accompagner ses paroles. Surement n’avez vous pas envie de fuir, mais Erell m’a demandé de faire en sorte que nous restions tous en vie, de vous demander de fuir quand le moment serait venu et de vous aider à la faire. Je suis conscient que certain d’entre vous sont plus vieux et plus fort que moi, mais je ne vous oblige pas à fuir. Je vous le demande simplement comme un service, pour que je puisse respecter ma parole que je lui ai donnée et pour que vous restiez en vie. Si vous ne le faites pas pour vous ou pour moi, faites le pour elle, c’est ce qu’elle veut. Et elle risque sa vie en ce moment même pour sauver la notre, alors le moins que nous puissions faire, c’est de respecter ses instructions, sa volontés, ses désirs. Nous lui sommes redevable au plus au point.

La majeure partie de l’AD se dirigea alors vers le couloir pour fuir comme le jeune gryffon venait de le leur demander. Les plus âgés restèrent encore un peu, mais ils finirent par s’en aller également. Il ne restait plus que quelques personnes, dont Dakeyras. Un garçon âgé de seize an et qui était resté là jusqu’ici commença à partir. Le jeune garçon le rattrapa et posa une main sur son épaule.

Aide les autres s’il te plait, surtout les plus jeunes. Protège les et met les à l’abri le temps que tout ceci se calme. Moi je ne fuis pas, je ne peux pas...

Le jeune homme acquiesça puis s’éloigna en courant pour rattraper les autres.
Erell reçu un coup de queue qui vint l’écraser contre ce mur protecteur, la brisant surement au passage. Mais elle se releva, elle avait l’air déterminée. C’était pour eux qu’elle se battait, pour eux qu’elle luttait, qu’elle était prête à donner sa vie. Elle avait été choisie mais surtout, elle avait accepté de le faire. Beaucoup se serait contenté de refuser ou d’avoir peur, mais elle ne l’avait pas fait. Une déflagration aveugla le gryffon qui se protégea les yeux à l’aide de son avant bras.
Il avança doucement vers la paroi invisible et y posa les mains. Il aurait voulu l’aider, la soutenir. Elle lui avait dit de le faire en aidant les autres à fuir et il l’avait fait, mais il n’arrivait pas à fuir, il n’arrivait pas à l’abandonner là dans cette bulle de puissance. Il resta alors planter là, sans pouvoir faire quoi que ce soit, mais au moins il était là et il avait la conscience tranquille. Il se mit juste à marteler la barrière frénétiquement du poing, cela ne servait à rien, mais il se sentait moins inutile. Il voulait la sortir de là et l’aider comme il le pouvait, et pourquoi pas, mourir à sa place. Pour rejoindre ses parents, pour lui éviter la mort, pour être libre....

Mais il croisa brièvement son regard et il eu l’impression qu’il était accusateur, il lui disait : « fuis, tiens ta promesse, je t’en conjure ». Il arrêta alors de frapper inutilement l’objet devant lui et laissant quelques larmes couler le long de ses joues, il s’éloigna à reculons.


Je ne veux pas te décevoir, je tiens ma promesse. Mais c’est à contre cœur, survie toi aussi Erell Bowen, survie.

Il tourna le dos au champ de bataille et s’enfuit pour rejoindre les autres élèves.

_________________
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Daksig10
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/t12308-dakeyras-bremer
Blake Woods
Poufsouffle
Poufsouffle
Blake Woods

Nombre de messages : 84
Age : 22
Age Roleplay + Sorts : 15 ans sort 1 2
Capacités Spéciales : Souffleur de métal
Date d'inscription : 19/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue500/500AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (500/500)
Points de mana:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue500/500AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (500/500)

AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château*   AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 EmptyMar 10 Jan - 21:00

Lui, je le hais. Je venais juste passer une soirée agréable en solo, sous le clair de lune qui m’inonderait de sa grâce clémence de lumière. Le spectacle est apparu et ça m’a plu, je savourais donc mon délicieux repas devant comme si je passais une soirée plateau télé avec mon père quand on est arrivé en Angleterre mais quand cet imbécile s’est transformé en serpent géant, il a tout gâché.
Bon dieu ! J’étais bien loin d’imaginais que les humains ou sorciers avaient la capacité de se transformer de la sorte ! En fin d’année passée, quand les cours n’étaient pas suspendu, j’ai eu un cours sur la métamorphose, les humains qui pouvaient se changer en animaux comme les loups garous, quoiqu’ils sont un peu différent ceux-là, ce sont bien des humains à la base mais ils sont changés de nature quand ils se sont fait mordre. C’était les animagis dont j’avais entendu parler dans le cours. Ces sorciers avaient le pouvoir de se changer en animaux entièrement ou partiellement, ce dont j’étais sûr c’est qu’il y avait d’autre façon d’acquérir ce pouvoir, mais lequel ? Je ne connais pas suffisamment ce monde pour pouvoir le dire. Mais lui, ce Gabriel à l’aura si mauvaise, en était peut-être un. C’est impossible qu’une chose aussi mystérieuse que les loup-garous ait pu faire de même avec les serpents, ce privilège n'était destiné qu’aux loup-garous, enfin question de point de vue.
Moi personnellement, je n’ai jamais éprouvé aucune envie de devenir une quelconque créature magique. Je n’ai connu que des humains, moldus pardon, et ça m’avait toujours suffit. Je conçois que les créatures magiques sont fascinantes, envoutantes, mais en devenir une, obtenir un quelconque pouvoir qui leurs soient propres, non merci. J’ai vécu comme un humain et me voilà sorcier. Je resterais donc sorcier.


- Toi et moi, on va pas s’entendre je le sens bien.


Dis-je en regardant d’un air glacial le serpent géant. (Regard glacial par une ambiance si chaude, oui j’ai trouvé ça amusant). Celui-ci, bien qu’immense par son apparence venait de perdre toute crédibilité pour moi. Non seulement les flammes qu’il dégageait faisait monter la température trop haute pour apprécier correctement mon repas mais quand il ouvrait la bouche … Wouahhhh !! Ça empestait la mort et la déchéance. Avait-il mangé un cadavre en décomposition ? Non parce que vraiment il me donnait la chair de poule. Mais les flammes commençaient à ricocher de partout, le serpent et la fille sexy se battait à puissances déchainer mais sans se soucier des conséquences. N’y avait-il pas de professeur dans le coin ? N’entendaient-ils pas tout ce « ramdam » que les deux faisaient ? Ça c’est incohérent, troublant même. A moins qu’ils regardaient le spectacle comme moi, sans y prendre part, sans rien empêcher, pas même un de mourir.

Et ne comptez pas sur moi pour aider qui que ce soit.

Ils n’étaient rien pour moi, pourquoi devrais-je me soucier de leurs sorts ? Après tout, ils ont l’air assez grand pour s’autogérer, de prendre leurs décisions comme des grands. La seule et unique raison qui me pousserait à aider l’un ou l’autre serait … Et bien quoi ? Qu’ils me fassent une offre décente et je pourrais penser à réfléchir d’aider l’un des camps. Dans le cas contraire, je me contenterais de vous regarder mourir puisque vous avez l’air de vouloir tant faire le grand saut.
Ils ne sont rien pour moi, je n’ai aucun sentiment envers chacun d’entre eux, je n’en veux pas, je suis ici parce que ma mère me l’a demandé, j’y resterais tant que l’on m’obligera à y rester. Je n’ai que le désir de revenir dans mon pays natal, comprendre, trouver la vérité, trouver ma mère, réunir ma famille et retrouver le bonheur que mon gouvernement m’a arraché. Je n’ai jamais rien souhaité dans la vie car j’avais le plus essentiel : une mère, un père, une famille. Mais les forces « magiques » de la Chine ont rompu mon équilibre, il n’est pas bon de faire cela car je vais me venger un jour, lorsque j’aurais acquis une puissance nécessaire pour me défendre aussi bien physiquement, ce qui est déjà le cas, et magiquement, je retournerais en Chine pour défaire ce qui a été commis à ma famille.


- Mère …


La chaleur se faisait de plus en plus intense. D’un côté de la scène, je voyais un garçon blond faire de grand geste en direction de ses camarades, il voyait maintenant tous les présents grâce à Erell mais surtout à son feu et aux lumières phosphorescentes. Celui de Gabriel était plus furtif, plus invisible dans l’ombre, c’était assez effrayant, se faire bruler dans l’obscurité sans rien voir venir. Une pratique bien sympathique mais surement réservé à certaines personnes particulières. Les membres de la droites sur ordre de du garçon blond commencèrent à détaler en courant. Une seule personne demeurait statique, impassible, surement la plus jeune de toute, une fille qui portait l’emblème de Poufsouffle. Elle ne semblait pas vraiment alarmé pas la scène qui se dérouler devant ses yeux, je lisais de la tristesse sur son visage, comme un déchirement dans son cœur, son aura brillait moins dans la pénombre.

Quel dommage, elle qui était si jolie …

Je ne faisais qu’une remarque dans ma tête, fréquenter une fille ne m’intéressait pas, ou pas pour le moment. Je me levais pour observer mieux le spectacle qui m’avait gâché le repas. La jeune fille avait l’air dans de sales draps. Mais quand elle fut projetée il y a quelque instant contre une paroi magique, quelque chose d’invisible se produisit. Un son presque inaudible mais je remarquais ce qu’était-ce. Ma mère m’avait bien entrainé, ma vie n’avait était qu’un entrainement mais j’avais bien appris, et ce que je vis était de minuscule fissure sur les parois magiques, prêtes à prendre exemple sur le feu qu’elles contenaient, prêtes à grandir, à s’étendre, à exploser. Je devais partir, ma soirée était gâchée et le danger risquait d’agrandir son horizon.


- Si un jour nos chemins se croisent sous ta forme humaine, tu ne perds rien pour attendre ! Je vengerais mon repas ! Misérable !


Les membres de la gauche partaient aussi en courant, une fille aux cheveux rouges se débattait dans tous les sens contre des serpents qui essayaient de lui sauter dessus. Je dois avouer que sans les serpents, sa démarche était vraiment comique. Les fissures atteignaient à présent mon côté de la barrière, laissant ainsi échapper une immense bourrasque de chaleur étouffante, opprimante.

Il est temps pour moi de partir je pense ..

Dommage, je n’aime pas arrêté une histoire sans connaitre ce qui se passera à la fin. C’est frustrant ! Mais les conditions en jugeaient autrement, et je m’enfuis donc vers le sens inverse ou j’étais venu en courant.


- Hmmmmff ! Par là ..


Peut-être devrais-je faire de nouveau un saut dans les cuisines ? J’ai encore faim …

Revenir en haut Aller en bas
Loélia Dannan
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
Loélia Dannan

Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue600/600AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (600/600)
Points de mana:
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Left_bar_bleue800/800AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty_bar_bleue  (800/800)

AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château*   AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 EmptyMer 11 Jan - 8:45

Caleb en grande toge noire, est à genoux, à côté de la table.

Il y a aussi une ombre. Je ne distingue pas son visage. Et cet œuf, ces incantations. Le sentiment de danger s’accentue quand il crache le venin des serpents et que l’œuf se morcèle. L’hideuse créature traine sa carcasse hors du cocon qui l’a gardé en son sein.

***
Je me sentis défaillir. Quand Gabriel se transforma, je me sentis partir. Une bile acide me remonta dans la gorge et passant une main sur mon visage, je les perçu moite. Peut être bien que des larmes me coulaient sur les joues. Je ne peux pas détacher mes yeux de la scène pourtant. Mon esprit était vide, se contentant de me repasser en boucle l’image de Caleb agenouillé auprès de la monstrueuse créature. Un hurlement de Dakeyras à volé jusqu’à moi. Suivie d’une débandade. Je ne suis pas parvenue à en distinguer plus, mais ça m’a suffit pour comprendre que nous avions de graves ennuis. J’ignorais combien de temps encore le champ surnaturel tiendrait mais je voulais rester là, Erell aurait besoins de soins quand il cédera. Il fallait qu’elle mette un terme à tout ça. J’ai baissé les yeux vers elle, regrettant de ne pas disposer d’un moyen pour lui transmettre ma force. Il m’était insupportable de penser qu’il puisse lui arriver quelque chose, mais je n’étais pas en mesure de l’empêcher.

Quand Erell percuta la paroi, la pièce entière trembla, des cailloux sont tombés du plafond et se sont effondrés de part et d’autres du champ magique, achevant d’éparpiller les derniers élèves présents d’un camp comme de l’autre. Dakeyras passa près de moi, me pris par le bras pour m’intimer de prendre la direction de la sortie. Il jeta un coup d’œil nerveux vers le combat, puis me murmura qu’il était d’avis que je parte, que c’était trop dangereux. Je n’ai pas bronché. Je fixai maintenant mon attention sur Jinx. Puis haussant les épaules pour me dégager de sa poigne, je passais la main dans mes cheveux pour me recoiffer
:

Ce n’est sûrement pas pour toi que je suis ici. Ne prends pas tes désirs pour des réalités. J’ai beau adorer vous fréquenter, je ne suis là que pour aider Erell. C’est mon destin. Je suis censée être ici. Quand bien même… quoi qu’il arrive.

Je ne pouvais pas mentionner Cassie. J’étais sa protectrice, elle était la protectrice d’Erell. Si je protégeais Cassie, je protégeais Erell. Je tournais un peu la tête en direction de mon ami et lui adressa un petit sourire :

Même si ça doit tout bousiller, même si tu sais que c’est foutu, il y a des fois où tu ne peux pas agir autrement. Maintenant, tu ne restes pas. Ceci relève de ma responsabilité, pas de la tienne. Je t’ai vu adressé des paroles à Erell, tu as sûrement des maux avec elle. Moi, j’ai les miens. Fais moi plaisir, Dake, ne fais pas l’idiot, je sais que tu es d’un courage infernal mais …

J’ai secouée la tête imperceptiblement en le poussant vers la porte. Il semblait perdu. Je n’ai pas réussis à déterminer s’il était soulagé ou inquiet mais quand il a croisé mon regard, j’ai devinais qu’il attendait que je prenne une décision. Rester ou partir. Je soupirais en le poussant à nouveau vers la porte. Prendre les choses comme elles viennent... Je commençais à comprendre que pour disposer d’une légende qui tienne la route, il faut la bâtir soit même. Mais toute légende réclame, pour traverser les siècles, de ne pas être fauchée dans ses balbutiements. Et c’est ce qui va se passer, s’il traine. J’ai compris ce qu’il allait faire. Ou plutôt ne pas faire. Partir sans moi. Réprimant un juron, je me résous à l’accompagner jusqu’à la porte, me promettant de revenir aider Cassiopée par la suite, quand il sera en sécurité.

** Trou noir **

Une violente douleur me pulsa à l’arrière de la tête. J’eu un haut le cœur et vomit avant d’avoir pu comprendre où je me trouvais. J’avais au moins eu le reflexe de me tourner sur le flanc. Aussitôt, j’entendis l’agitation autours de moi et quelques remarques dégoûtées. J’ouvris un œil, péniblement. Les silhouettes étaient floues. Je me laissais retomber sur l’oreiller, rompue, puis porta une main tremblante à mon crâne. Enveloppé d’un épais bandage. Je gémis. Une vague de panique m’envahie et je me mis à pleurer sans savoir pourquoi. Je m’écroulais à nouveau dans un sommeil sans rêve. J’en avais trop vu disait on. Il y avait dehors trop de chose à redouter, à affronter. De nombreuses heures plus tard, la pièce avait pris une autre teinte. En ouvrant les yeux, je distinguais une silhouette dans le lit d’à côté. Cheveux noirs en bataille.

Caleb ..

Le son n’était qu’un murmure. Je tendis un bras vers le lit voisin, me souvenant du nombre de fois où je pensais l’avoir perdu. Ces instants se sont enroulé autours de moi, menaçant de m’écraser sous leurs poids. J’étais incapable d’être sans lui. Quand ma vision se fit moins floue, mon cœur commença à s’affoler. Il a fallu que je fixe le mur, silencieuse, pour accepter que j’avais rêvé. Les battements de mon cœur ralentissaient tout doucement. Lucille Bell monta sur le lit d’un pas leste et se coucha de tout son long contre moi, callant sa tête sous mon menton, et se mit à ronronner. Je jetai un coup d’œil autours de moi, puis un autre par la fenêtre, je voulais rentrer chez moi. J’avais hâte qu’ici notre mission se finisse pour qu’enfin l’amour cesse ses vices.

_________________
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Bann_l10


Quand les larmes de l'ange inonderont la Terre, alors s'ouvriront les portes de l'Enfer.Et tandis que les anges seront sur le point de mourir, ce sera au jeune homme de périr.
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée R. L.
Gryffondor
Gryffondor
Cassiopée R. L.

Nombre de messages : 10
Age Roleplay + Sorts : 4 mois - 15 ans d'apparence
Créature : Etoile Céleste
Date d'inscription : 05/07/2011

AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château*   AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 EmptyMer 11 Jan - 18:09

Boum, boum, boum, boum, boum… Ce sont les battements de cœur. Ils s’enchaînent, ralentissent, accélèrent, se font doux, puis violents, imperceptibles, secouent le corps, font rater une respiration, perturbent le cours des pensées, donnent envie de vomir ou de mourir. Ne s’arrêtent jamais. Jusqu’à ce que le jamais advienne. Un jour. Une nuit. Imprévisible la mort. Comme un souffle, comme un cri, comme un sursaut ou une longue agonie. On ne sait jamais quand on va mourir. Imprévisible. La mort, elle est sans âme et sans dieu, sans pleurs et sans bruit. Elle frôle chacun, les embrasse parfois et prend les corps trépassés dans ses bras. Bébés, enfants, adolescents, adultes, vieillards, humains, créatures, plantes. Tous passeront entre ses doigts pour doucement s’éteindre et devenir… Ne rien devenir. Quelle angoisse que ce rien. Que ce néant. Pas de paradis, pas d’enfer, juste le souvenir qui se perdra de génération en génération jusqu’à ce que l’oubli vous tue à nouveau et pour de bon. Lorsque la mémoire se perd, il ne reste alors vraiment plus rien d’une vie qui aura été pourtant pleine de tout. Du tout au rien, quelques années, peut-être deux siècles. Ce n’est pas grand-chose pour une existence. Quelques élus demeurent inscrits par les honneurs et les écrits. Si peu comparé au nombre de vivant qui se succèdent sur terre et ailleurs. Dans ce temps de guerre on ne se souvient que d’une poignée de gens, d’illustres sorciers surtout. Harry Potter, son nom est gravé dans tous les esprits. Celui qui résista au Lord Voldemort et qui, pour un temps, redonna l’espoir à l’humanité. Avant qu’il ne soit tué. On l’avait cru immortel. On s’était trompé. La peur vrombit dans tous les cœurs. Les battements se font lourds et effrénés. Comme s’ils essayaient d’échapper à quelque chose de terrible. Quelque chose de mortel. Mais on n’échappe pas à la mort. Pas plus qu’on ne choisit de naître. Etrange d’ailleurs. Pourtant, pourtant de tout temps, en tout lieu, il y a des personnes qui s’élèvent, qui affrontent leur peur, tiennent debout. Est-ce de la folie ? Ou de la bravoure ? Un détonnant mélange des deux ? Peu importe. Folie ou bravoure ces gens se battent pour quelque chose qui surpasse la peur et l’instinct de survie. Ces gens font face à la mort avec audace et dignité. Qu’ils perdent ou qu’ils gagnent n’a que peu d’importance. Ces gens sont magnifiques. Erell Bowen fait partie de ces gens magnifiques.

Cassiopée faisait les cent pas devant la fenêtre close. Son cœur battait trop fort. Cette nuit serait importante. Elle l’avait sentie en regardant sa mère. Cette nuit, elle tenterait l’impossible : braver la mort et lui arracher Jimy. Mais ce n’était pas tout. Cette nuit, un sombre événement se préparait. Tout habitant à Poudlard pouvait percevoir cette tension indescriptible et muette. Les regards se faisaient durs ou fuyants. Les corps hurlaient en silence. Tout annonçait le pire à qui savait voir et entendre l’inaudible. Lilian Lebrec l’avait lui aussi ressentit. Il avait prit son étoile par la main et lui avait intimé l’ordre de ne pas bouger de sa chambre. Il lui avait murmuré que ce combat n’était pas le sien et qu’elle était trop jeune pour pouvoir s’en sortir en vie. Il n’y avait même pas un mois qu’elle était née, elle devait être protégée pour l’instant. Un jour, elle pourrait elle-même protéger. Il lui avait prit le visage entre ses mains pour lui faire jurer. Il avait tenté de déceler dans son regard la preuve de sa conviction à ne pas désobéir. Il la quitta. Elle demeura devant la fenêtre de la chambre à faire les cent pas. Et cent autres pas. A n’en plus finir. Ce n’était pas possible. Les minutes défilaient, puis les heures. La panique la saisit. Elle sentait que sa mère avait très mal. Et tout à coup, ce ne fut plus la douleur de Djaniah qui l’assaillit mais celle d’une présence amie. Elle vit son visage. Elle sut immédiatement qu’elle devait y aller. Elle se mit alors à courir, dévaler les escaliers, emprunter divers couloirs. Elle se rapprochait. La tension, la peur augmentait au fur et à mesure qu’elle avançait. C’était la peur d’un groupe. La magie était exacerbée. Le corps de l’étoile en était stimulé. Elle ressentait cette magie, deux magies s’affronter. Aucune ne pouvait gagner pour l’instant. Elles étaient égales et destructrices. Peut-être que les deux porteurs mourraient s’ils tentaient quoi que ce soit. Cassie courrait toujours.

« Pitié, que quelqu’un me vienne en aide, je vous en supplie… »

Cette phrase se répercuta dans ses tympans. Elle n’avait pas été prononcée à voix haute mais l’effet avait été tout comme.

J’arrive Erell, j’arrive…

Elle déboula du coin du couloir et s’arrêta totalement abasourdie par ce qu’elle put voir. Une boule immense et irradiante de magie enfermait les deux élus de ce combat. Il ne restait plus grand monde autour, la plupart avaient prit la fuite. Une attaque toucha la gryffondor de plein fouet. Son corps n’en pouvait plus. Et celui du serpent non plus. Tous deux avaient libéré une énergie qui les dépassait de loin. Tous deux allaient soit y rester soit déclencher une apocalypse.


ARRETEZ !!! ARRETEZ MAINTENANT !!! hurla Cassiopée paniquée.

Elle se jeta contre la paroi qui la laissa onctueusement passer. Cette bulle n’était que magie et électricité. Sans trop savoir comment ni pourquoi, son corps s’éleva entre les deux combattants. Sa tête bascula en arrière et doucement elle se mit à étinceler. Caleb et Erell était physiquement paralysés. Ils ne pouvaient ni bouger ni parler. Toute la magie et toute l’énergie libérée commença à se diriger vers la Céleste en apesanteur. Elle absorbait littéralement dans son corps l’ensemble des flux en présence. Pour finir, ce fut la bulle elle-même qui fut absorbée par Cassiopée. Enfin, il n’y eut plus rien. Elle chuta au sol violemment, déjà inconsciente, entre les corps de Caleb et d’Erell. Elle n'était pas prête pour supporter autant de magie et d'énergie d'un coup. Lilian le savait et c'est pourquoi il avait voulu la protéger. Il lui faudrait beaucoup, beaucoup de temps pour récupérer d'un tel effort. Mais Erell était sauve.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château*   AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château* - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
AD Vs ADT ! La bataille des Champions ! * Aile Nord du Château*
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Pensionnat Hentaï*! // Partenariat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'École de sorcellerie Poudlard :: Autres lieux-
Sauter vers: