AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)

Aller en bas 
AuteurMessage
Nowlee Malifatius
Serpentard
Serpentard
Nowlee Malifatius

Nombre de messages : 15
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Nécromancie - Illusionnisme - Communion clairvoyante
Date d'inscription : 20/03/2011

*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty
MessageSujet: *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)   *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) EmptyLun 21 Mar - 21:26

*Musique d'ambiance par là : Pour plus de frissons -

La cigarette glissa, s'écrasa sur le sol.
Son talon dilapidant le mégot lentement, Nowlee prit le temps de sentir craquer chaque brindilles enflammées sous son poids, appréciant l'immondice qu'elle répandait autour d'elle. Crachant un grand nuage de fumée, elle avança d'un pas lent jusqu'au sinistre, heureuse de constater qu'aucun autre reporter ne lui avait voler la vedette. Pour les scoops, elle était de loin la meilleure. Ses yeux ambrés parcoururent alors l'horizon, balayant les lieux, les étudiant méticuleusement. Mais Nowlee Malifatius Slent ne voyait pas les choses comme les autres. Ce qui était pour la majorité un tas de décombres hideux était pour elle un élan de lyrisme dont la poésie s'étendait à des paysages insoupçonnés. C'est en décochant un stylo qu'elle fit habilement tourner dans ses doigts, frissonnant du contact dur de la mine sur le parchemin tenu fermement par son autre main, délicate granules, qu'elle entreprit d'être celle qu'on voulait à cet instant. Un coup de vent balaya son visage, lui susurrant les mots doux qu'elle attendait. Légère, suspendue dans le temps, elle répéta ces mêmes vers appris par son père, les mêmes qu'elle avait cités maintes fois, dans des situations beaucoup moins souhaitable que celle-ci.


"Les rochers s’enivrent de fraîcheur intemporelle
Gouttelettes éparpillées en écrins de plaisir
Pinceaux aux mille larmes embellies de transparence
Arc-en-ciel des désirs jaillissants de la montagne
Une histoire se dessine
journée ensoleillée ..."
- Sybille Rembard.

Puis elle entra en collision avec le présent, rompant net la transcendance qui était sienne, achevant sa lévitation à travers les plans qu'elle habitait. Les farfadets et autres enfantillage n'étaient pas bien loin derrière elle, mais aujourd'hui, le démon qui susurrait à son oreille de femme était bien plus puissant, bien plus fort que les autres, que tout ce qu'elle avait connu alors. Esquissant un maigre sourire envoûteur, elle posa son regard scintillant de lumière sur un homme qui passait là, sûrement un des employés de la boîte. Le sorcier avait un air fatigué, sûrement un serveur de nuit. Continuant ses figures bestiales, elle finit par obtenir ses faveurs et s'arrêtant, il fit demi tour pour courir jusqu'à elle. Tellement prévisible. Il lui saisit le bras et la retourna vers lui. Laissant ses cheveux suivre une trajectoire volatile, secoués dans le sens du vent, elle se plaça bien face au beau latin.

"les yeux irisés par cette beauté inespérée
La descente
une marche après l’autre
l’enfer n’est pas là
La cascade a métamorphosé l’émotion
Alcool sublimé, volupté ..."


Dit-elle en fixant le bellâtre. Lui souriant il lui confirma la beauté de ses vers qu'elle citait sans cesse et il laissa le silence s'installer entre eux. Nowlee le fixait toujours, voyant en lui bien au delà de ce qu'il voyait d'elle. Des milliers de petites lumières qui crépites, une ombre, un visage disgracieux, tordu par les amère déceptions d'une ligne tortueuse, celle de sa vie. Elle grimaça, transportée ailleurs et déjà elle avait envi de le tacler. Mais elle était là pour une raison précise.

-Je suis ... Nowlee M. Slent. Reporter d'investigation pour le Magic World. Que pouvez vous me dire sur les évènements d'hier soir ?

Déclara-t-elle d'une voix cristalline.
Et le beau brun entreprit de lui répondre tout aussi vite, sans prendre en considération la sournoiserie avec laquelle elle se servait à présent de lui. Il lui fit le récit des évènements, lui raconta comment deux jeunes hommes s'étaient battus pour leur amour la nuit dernière. Comment brutalement ils avaient été séparés, privés de leur lendemain par les brutaux agents du mal légal, celui de la LOI sinistrée, vigie piratée d'un ministre aux facettes dictatrices. Esquissant l'affreuse marque du dégoût sur ses traits si fins, elle imagina alors la sublime rupture qui avait du être engagée ici. Et il cita le nom silencieux de sa mère. Définie par sa fonction, il parla des oubliators et de leur reine magnifique, la charismatique "Julia Silver". Car seuls les mangemorts connaissaient en fait le nom d'Ellana. Ou ceux auprès de qui elle se fut ainsi dévoilée. Nowlee fut fasciné par le récit de l'intervention parentale dans ce chaos sans nom. Lorsque le brun eut finit, il lui pressa le bras, transpirant. Se rapprochant d'elle il vint lui susurrer à l'oreille.

-Puis-je avoir vôtre numéro ? Nous pourrions diner un soir.

Souriant du plus beau des sourires, elle s'emplie de joie.
Enfin l'occasion lui était donnée. Regardant l'infini se dévoiler, l'éclatante vérité. Nowlee pouvait percevoir chaque hormone, disloquée en crépitement, les parcelles de ce corps qui ne demandaient qu'à se mêler aux siennes. Passant une main sur la nuque du chevalier servant qui l'avait renseignée, elle déposa un tendre baiser dans le creux de son cou. Pulpeux, significatif, elle inspira son odeur, ferma les yeux un court moment et dans l'accélération de sa répugnance, elle laisse son genou remonter avec violence dans les parties de l'imprudent. Le regardant glisser au sol, elle lui remit un coup dans le ventre ... puis un autre ... Jusqu'à l'émulation vitreuse d'un projectile rougeâtre qui vint clairsemer ses chaussures noires de l'odeur du fiel visqueux de ses erreurs. Satisfaite, elle continua sa route et se complimentant pour la grâce de ses remerciements, la petite sorcière, toute jeune, fraiche, purement faite de noir et de belle ardeur, observa la foule sur les lieux. Mais parmi toutes ces ombres qu'elle ne percevait en rien, une seule absorba son regard.


"L’Homme transformé en chérubin
patauge dans le bénitier de la terre
s’agenouillant
éperdu
parmi les crapauds aux regards cuivrés."


Finit-elle.
Le temps s'arrêta, les battements de son coeur s'accélérèrent. Elle percevait enfin le visage de la beauté. Celui d'une enfant, tout juste et de peu plus jeune qu'elle. Elle put lire dans son regard la souffrance de celle qui change, la beauté d'une belle âme qui ne fut pas encore souillée. Fascination démoniaque insufflée par le mal qui lui dictait d'avancer vers cette créature de Dieu, la plus parfaite qu'elle ait vu depuis si longtemps. Et la poésie vrombissante dans ses veines gonflait son coeur jusqu'à l'explosion des sens. Elle sentait le bout de ses doigts la piquer. Avec violence, elle heurta Kurun de plein fouet.


Dernière édition par Nowlee Malifatius le Mer 13 Avr - 14:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kurun Aven
Gryffondor
Gryffondor
Kurun Aven

Nombre de messages : 172
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Prescience (1)
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 19/08/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Left_bar_bleue560/560*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty_bar_bleue  (560/560)
Points de mana:
*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Left_bar_bleue520/520*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty_bar_bleue  (520/520)

*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty
MessageSujet: Re: *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)   *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) EmptyJeu 24 Mar - 21:41

La rue, par définition, est un lieu de passage, où, nul ne se souvient de ce qu'il a vu. Kurun le savait bien, d'où l'imprudente présence de ce matin. Cependant, il y a des gens qui s'arrêtent parfois dans la rue pour observer, voir, et se souvenir. Kurun faisait partie de ces gens là, heureusement rares, d'où l'imprudente présence de ce matin.
Les londonniens, dans cette fraicheur matinale, étaient tous marqués de leur soirée de veille, ou, pour ceux d'entre eux qui arboraient encore paillettes et odeur d'alcool, de la nuit blanche passée. Sans savoir pourquoi, c'est ce qu'elle était venue voir. Sans savoir réellement pourquoi. Ou, en tout cas, sans savoir comment dire l'importance de sa présence. Pour se fondre dans la masse, dans la foule, dans ce groupe d'individus puant, Kurun s'était vêtue comme toutes les anglaises de son âge, ce petit grain de classe en plus. Son foulard de soie dissimulait un peu son visage, car, pour tous les aristocrates branchés de Londres et des alentours, elle était l'un des visages de la marque Dewis®.

Le regard plongé dans la foule vide, devant les ruines d'une boîte branchée, elle attendait, respirant l'air ambiant, interrogeant chaque particule de ce monde... Le ciel gris inondait la place, inspirant poésie à ses yeux dans le vague.
C'est alors que quelquechose heurta son bras, la tirant violemment de ses rêveries. C'était une jeune femme. Très jolie jeune femme.

Un simple regard, un carnet à la main, un stylo dépassant de la poche.... un sourire mutin... une journaliste.

Il ne manquait plus que ça. Sur les dizaines de personnes que la rue hébergeait en cet instant, il fallait que ce soit sur une journaliste... Elle avait marché, à l'affût d'un signe, d'un mot, d'un murmure expliquant les évènements de la veille. Elle n'avait pas à être là, et, nul ne devait connaître son nom, son visage. Sa simple présence hors des murs de l'école ne devait pas être remarquée... Discrétion. Elle aurai espéré faire mieux.
Elle détailla un peu plus la femme. Ses cheveux bruns ondulaient dans le vent, encadrant son visage aux traits machiavéliquement angéliques. Elle avait la classe de celles qui savent. Savent faire, savent y faire... Une vraie femme.

Excusez moi...

Bredouilla-t-elle de ses lèvres rougies, entamant par la même une conversation dont elle ne voulait pas. La violence du choc avait laissé à son épaule une légère douleur, comme si, il fallait à cet instant lui rappeler quel était le vrai monde, la vraie vie... elle était vivante, bien vivante. Son corps le lui rappelait à présent. Et, cet être lui inspirait quelle femme, et quelle vie, elle désirait, dans le fond.

Elle redressa un peu plus son visage, sortant sa bouche et son menton du masque dont elle était parée. Il y avait quelquechose dans ses yeux, dans l'assurance insolente qu'elle dégageait, qui la fit réagir.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/t12163-kurun-aven#244786
Nowlee Malifatius
Serpentard
Serpentard
Nowlee Malifatius

Nombre de messages : 15
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Nécromancie - Illusionnisme - Communion clairvoyante
Date d'inscription : 20/03/2011

*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty
MessageSujet: Re: *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)   *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) EmptyLun 28 Mar - 16:29

*Into the Deep*

Le vent continua de battre ses cheveux, répandant son doux parfum de miel et de rose dans les environs, enivrant le premier gourmand qui passerait. Mais il ne fallait pas s'y méprendre, elle n'était pas femme à ours. Esquissant un maigre sourire, elle hocha la tête face au beau visage angélique de cette poupée anglaise. Nowlee n'était pas typiquement blondes, ni rosée, elle était plutôt très latine, la vraie, cet air pincé en plus de la Londonienne qui est bien plus qu'une simple journaliste. Posant une main sur l'épaule de Kurun, comme pour la réconforter de cet accrochage, elle eut les flashs qui allaient avec. Une élève, un modèle, une ... Fuyarde ? Mais le vent continuait de battre ses cheveux, lui donnant encore cet air sophistiqué. Et dans une vague illusion, elle se vit se déhancher sur la musique qui l'enivrait alors, l'entraînant dans un raccord rythmé. Mais bien entendu, la danse qui se jouait entre elles n'était que purement intellectuelle. Secouant la tête, Nowlee en revint à une note plus soutenue, celle de la voix de Kurun.

-Fautive est l'enfant qui s'excuse. C'est moi qui vous heurte.

Au présent.
Comment pouvait-elle l'exprimer autrement ?
S'inclinant face au grand dessin, elle accepta cet amendement.
On voulait, que de la noble Kurun, Nowlee soit aimante.
C'était écrit, sans détournement, sans autre fondement.


-C'est un plaisir, je suis ... Hilda Meverbeen. Puis-je vous poser quelques questions ?

Malifatius ... un nom craint du journalisme.
Kurun connaîtrait sûrement cet augure de non sainteté et la sorcière ne souhaitait pas en prendre la responsabilité. Etait-ce déjà utile de l'effrayer ? Si tôt. Mais elle allait vouloir s'enfuir. Car qui dit élève en fuite, dit aucune suite. La musique refit un sursaut dans la tête de Nowlee qui se remit à danser de l'esprit, baignant ses courbes élancées dans un pâle scintillement solaire, couvrant l'écrin impuissant de la lune. Et se passant les doigts sur les lèvres, elle les humecta avant des les plonger directement dans sa poche. De là, elle en tira avec classe une carte sur laquelle se trouvait ses coordonnées. Magiques, bien sûr.


-Soufflez sur les lettres, la carte vous dira le reste.

Puis dans un beau et radieux sourire, elle frotta le papier contre sa poitrine pour le faire reluire.
Un air maîtrisé et profondément inquisiteur, elle enfonça ses yeux dans ceux de l'innocente et non sans tarder, elle glissa sa main occupée dans l'une des poches de Kurun, à quelques centimètres d'elle. Il y avait là une certaine hauteur, dans cet échange purement féminin. Bien loin des manières batardes et maladroites, communes aux hommes qui jamais ne sauraient y faire. Mais Nowlee connaissait la musique. Face à un être raffiné, pourquoi parler six pieds en dessous de la seule langue qui raisonnaient à leurs oreilles de femmes ? Retirant sa main de la poche, elle se recula seulement d'un pas, entendant toujours ce battement rythmé à ses oreilles, sentant l'air lui soulever le corps ... Et le coeur. Nowlee se prélassa alors devant le petit lion sot, l'air du chat qui voue aux premiers rayons du jour une ode à la chaleur. Et là, elle avait très chaud.


-Et si nous allions discuter autour d'un verre ? Soyez sans crainte, je ne révèlerai pas que vous êtes une fugitive.

Avait-elle déclaré en posant un bras de façon entreprenante contre le mur devant lequel se tenait la jeune femme, lui coupant toute retraite possible en ce sens. Nowlee était alors si fluide, si enivrante, elle s'étendait bien au delà de la simple façade de son visage, inhérente à chaque chose et en l'espace de quelques secondes, dans l'extrême sensualité du moment, l'enfant put entendre elle aussi la musique raisonner dans le vent. Nowlee lui sembla alors plus belle que jamais, la lumière au regard, la paix au visage, le sourire aux lèvres ... La séduction.
Revenir en haut Aller en bas
Kurun Aven
Gryffondor
Gryffondor
Kurun Aven

Nombre de messages : 172
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Prescience (1)
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 19/08/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Left_bar_bleue560/560*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty_bar_bleue  (560/560)
Points de mana:
*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Left_bar_bleue520/520*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty_bar_bleue  (520/520)

*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty
MessageSujet: Re: *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)   *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) EmptyJeu 7 Avr - 20:34

- Musique pas cachée pour une fois -

Et elle inclina son visage vers le sol qui semblait s'effondrer. Elle ne savait pas ce qui lui arrivait, mais, là, tout de suite, maintenant, elle avait envie de dire oui, de suivre cette femme... Idiote. Enfant. Naïve. Sotte.
Elle aurait voulu grandir en cet instant, rangé sa fierté de gamine quelque part dans une armoire ancienne, et, derrière de lourdes portes de bois gravées, elle l'aurait épargnée des questions qui envahissaient maintenant sa petite tête d'adolescente troublée.
En fuite... fugueuse, fuyarde, comme quand elle n'avait que quelques années. Cette fois, c'était différent !

Comment savait-elle ? Comment osait-elle ?

-Grace Dewis. Enchantée.

Murmura-t-elle, posant inconsciemment sa main sur la poche de sa veste, comme pour vérifier la réalité du moment. Biensur, elle découvrirai vite la supercherie. Surtout si elle était bonne journaliste. Elle ne savait que penser. Mais, peut-être malgré elle, elle avait planté son regard là, criant la beauté de la féline face à elle, hurlant muettement comme une jeune louve, femme en devenir devant un être devenu.
Avant d'être femme, il faut être fille. Cette femme là n'avait rien gardé de ces terribles moments de la vie que son l'enfance et l'adolescence. Comme si elle n'avait pas vécu cela. L'admiration naquit avant même que Kurun ne s'en rende compte. Une vague envie de plaire à cette belle la traversa.

Sans lutter, elle y succomba.

Nul besoin de mots pour que la superbe comprenne que les questions n'auraient pas de sens. Quelle subtile attention que de changer si vite de discussion.
Le vent fit virevolter une fois encore ses cheveux d'ébenne. Sourire entendu. Elle était belle ; et Kurun espérait paraître l'être également sous ses airs de modeuse londonnienne. La classe qu'elle dévoilait ici était une partie de sa vie après tout. Si seulement elle avait pu s'habiller avec tant de style à Poudlard... mais elle perdait là le fil de la ''conversation'', s'il était possible de qualifier cet intemporel échange de la sorte.
Elle frissonna, en réponse aux lèvres de la charmante brune face à elle. Quand elle souriait, cette tendre là creusait, sur sa joue de porcelaine, une légère fossette, trop peu marquée pour que n'importe qui la remarque. De même, un grain de beauté minuscule donnait à sa gorge un charme sans appel, comme une invitation au baiser... Mais là encore, elle se perdait, ne saisissant plus les mots prononcés par la voix de velours.

Chantonnant intérieurement un air langoureux, elle se redressa, arborant une assurance soudainement apparue. Gonflant un peu plus sa poitrine, détendant ces épaules, elle adopta cet air sûr et détendu, décryspant son visage étonné, elle adopta une voix douce, apaisante et ferme.

-Pardon ? Je n'ai pas saisi votre dernière question, j'étais... ailleurs.

Cependant, elle se mis à marcher, dans le sens que la belle imposait, sachant déjà qu'elles bougeraient, qu'elles avanceraient dans ce rêve et surtout qu'elle l'accompagnerait quelques pas encore.
Ne sachant où, ne sachant jusque quand, elle avait l'impression de ne pas faire d'erreur.

Elle ouvrit alors son sac et en sortit un papier et un crayon, inscrivant un numéro de téléphone moldu sur une face, et une adresse à Londres de l'autre. Elle allait pour le lui donner, mais, devant la crainte qui l'envahi, elle se ravisa, enfonçant le papier dans sa manche, prête à le dégainer si besoin. Après tout, elle ne savait rien de cette magnifique Hilda, beauté au charmes trop vite dévoilés.
Leurs talons claquèrent sur les pavés salis la veille, attendant que la ténébreuse demoiselle répète sa question. Elle se sentait de plus en plus à l'aise, étrangement. Et elle suivait son instinct, se dirigeant vers le nord, loin de la foule, en bonne compagnie.

Elle s'arrêta un instant devant un groupuscule de femmes tendant une pétition aux passants.

Citation :

'' La femme n'est pas un mec comme les autres. ''

Pour que la vision actuelle de la femme moderne ne soit plus un nouveau type d'esclavage machiste. Pour que l'érotisme redevienne symbole de libération et non de soumission. Pour que nous soyons respectées et pas utilisées.


Elle ne pris pas la peine de lire la pétition en entier : la cause défendue là lui convenait, et, devant celle qui l'accompagnait, elle n'avait pas peur de dévoiler ses élans de féminisme. Après tout, elle semblait elle aussi, sensible à ce combat.

Après avoir signé, elle regarda le ciel, comme pour lui chanter une serénade. Impression de ne plus exister. D'être ailleurs... Loin... Noyée dans l'aquarium de son imagination... Elle se sentait bien.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/t12163-kurun-aven#244786
Nowlee Malifatius
Serpentard
Serpentard
Nowlee Malifatius

Nombre de messages : 15
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Nécromancie - Illusionnisme - Communion clairvoyante
Date d'inscription : 20/03/2011

*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty
MessageSujet: Re: *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)   *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) EmptyMer 13 Avr - 14:47

*- Don't miss You -*

Elle devenait ennuyeuse.
Nowlee secoua une nouvelle fois ses longs cheveux noirs, raides, fins, sans le moindre volume. Elle répandit autour d'elle le brun de Démence et s'épargna la peine de céder à la moindre Clémence. Maintenant le moment était venu d'arrêter les idioties, let's dance.


-Tu as très bien entendu ma question.

Murmura-t-elle.
Tapant deux fois des mains, elle se recouvra de l'apparence de la bikeuse, de la fille osée qui porte le cuir, elle insuffla à son nouvel être l'essence d'un père au delà des apparences et d'une mère trop attachée à la bienséance. Des talons, aiguilles. Il ne fallait pas oser les pieds nus dans ce genre de danse. Agitant deux fois sa baguette, elle s'offrit un micro et un peu de maquillage puis dans un claquement sourd, les feux femmes disparurent pour reparaître ailleurs, dans ce qui sembla n'être qu'un vulgaire troquet. Kurun était assise là, au beau milieu de nulle part, encerclée par une foule d'acclamation. Déjà Nowlee était en train de lui faire quelque morale que ce soit sur le devant de la scène, ses yeux verts exacerbés par la lumière acteur de projecteurs qui mettaient au grand jour toute sa splendeur. Car en cet instant, il lui sembla en avoir ...


-"I'll send a postcard from every stop,
straight to you just to piss you off
And I hope that you see a whole lotta me,
in every magazine on radio and tv"


Il était peut être temps qu'elle réalise à qui elle avait affaire.
Nowlee se tordit les hanches sur la chanson, fléchissant parfois ses jambes recouvertes par la fine couche de son cuir moulant. Prenant toute la fierté d'une chanteuse de cabaret, elle s'assura que les gens seraient dansant. Les envoûtant un par un, elle les poussa à se déhancher avec elle. Les tables s'écartèrent et tous laissèrent place à l'indigne provocation dont Kurun ne voulait pas se faire la messagère.


-"I used to be kind, and care about you,
But now you can kiss my behind
After everything you did to me,
I didn't know revenge could taste so sweet !"


Et à ces mots acides, elle fixa bien le gérant du bar, dont elle s'amusait déjà de la réaction. "La Cause des Femmes" ... Si c'était là ce que voulais faire Kurun, autant le faire avec plus de force qu'en signant un papelard qui se perdrait dans une foule d'arbres coupés, sacrifiés pour l'expression d'une parole muette. Elle fit un nouveau mouvement, mais cette fois, jetant le micro devant elle, Nowlee en souligna l'inutilité car sa voix continua à raisonner de la même façon.

-"New York, Paris, LA
Livin outrageous, next stop Vegas
London to Malibu
Wish that I could say I miss you
No no no don't don't miss you
No no no I really dont' miss you
No no no don't don't miss you
No! No! No!"


Il y avait là quelque chose d'amusant.
Les paroles ne disaient pas clairement ce qu'elle pensait, mais elle pouvait être entendues de telle façon à l'être et c'est qui amusa la belle Démence qui dans un sourire carnassier se jeta alors droit devant. Les bras se tendirent, l'amortirent, certains la portèrent et la firent glisser comme sur une vague jusqu'à Kurun. Nowlee s'inclina alors et la musique cessa tout aussitôt. Les applaudissements et les cris d'encouragement fusèrent.


-Maintenant que nous sommes ici, peut être allez vous me laisser vous l'offrir, ce verre ?

Et déjà les hommes se ruèrent sur elle pour voler cet honneur à Kurun.
Revenir en haut Aller en bas
Kurun Aven
Gryffondor
Gryffondor
Kurun Aven

Nombre de messages : 172
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Prescience (1)
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 19/08/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Left_bar_bleue560/560*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty_bar_bleue  (560/560)
Points de mana:
*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Left_bar_bleue520/520*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty_bar_bleue  (520/520)

*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty
MessageSujet: Re: *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)   *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) EmptyDim 17 Avr - 16:16

Surprise l'espace d'un instant, Kurun savourait. Le cadre était posé, et, sous les yeux émerveillés de la jeune fille, la femme chantait, dansait, offrant les méandres de son corps à la foule d'yeux hagards.
Elle sentait que cet instant était pour elle. Mais un message, quel message, quel sens donner à ces mots ? Tant et tant de sens... éveillés en cet instant. Voix sublime, courbes superbes, odeur délicieuse de séduction cachée.

Et elle comprit. Et elle sourit.

Redressant la tête, elle se donna la peine, elle aussi de se changer, avec une discrétion toute féminine. Une robe noire, dentelles et rubans d'un blanc de nacre, tout comme le ruban cerclant ses cheveux chocolatés. Simple, aux airs un peu latinos, soulignée par la veste de cuir coordonée à la Belle dansant là.
Le son perça toute défense, s'engouffrant dans les failles de questions naissantes.
Et elle cessa, s'approchant maintenant de la créature. Un verre, et un vouvoiement tout trouvé pour sublimer encore un peu plus l'échange.

Kurun s'approcha, et, avançant sa main blanche vers la hanche de la piquante rose face à elle, elle saisi la main d'un homme derrière 'Hilda'. Plongeant un regard destructeur à ce voleur, par dessus l'épaule de la femme, elle n'eu besoin de mots pour se faire comprendre. Elle en usa tout de même, ne sachant pas à quel niveau de compréhension ce mâle avait accès.

- On ne touche pas, on ne respire pas, on n'en rêve même pas. Tu dégages tout de suite et tu n'adresses pas la parole à la Dame... Compris ?

Disant cela, elle lança la main de l'imprudent et saisi le bout de sa baguette, mettant en évidence l'incompréhensible haine avec laquelle elle serait capable de s'exprimer. Il recula, grognant un peu, puis, sans avoir bouger, proche du corps de la journaliste, les yeux toujours dirigés vers les quelques êtres abjectes lorgnant un bout de viande, elle murmura d'une voix de velours.

- Un verre ? Avec plaisir... Je vous offre le premier.

Elle se dirigea alors vers une petite table et une banquette abîmée. Interrogeant la Rose sur ce qu'elle souhaitait boire, puis, elle se leva pour commander au bar. Rêve perdu que cette brune là. Si elle voulait jouer, Kurun suivrait sans nul doute. Elle ne savait pas quelles étaient les règles, ni même pourquoi la charmante la regardait ainsi, mais, pour une fois qu'elle se sentit vivre, elle se lança. La rumeur disait que c'est en dansant que les deux garçons de la veille avaient causé tort au Wizzard Coliseum. Allaient-elles revivre cette soirée avec leur sensibilité de femmes ? Où allaient-elles ? Ce jeu était-il du même ordre ?

Arrivant au bar, elle commanda puis glissa un mot au patron, qui, grimaçant, acquiessat. Elle rejoigna alors la charmante sur la banquette sombre, souriantes, elles se découvraient.
Les verres arrivèrent. Saisissant son Irish, elle trinqua aux rencontres inattendues, lorsque que la musique s'arrêta.

Les éclairages de la salle passèrent d'un bleu lagon à un rouge passion. Reflétant dans les cheveux de Kurun comme des notes de cerise. Ses boucles gourmandes cachaient à cet instant un micro HF, coincé derrière son oreille. Elle allait jouer sur le même terrain que la belle face à elle, délivrant à son tour des octaves de signification.

- Excusez moi, je m'en reviens tout de suite. Un petit mot à adresser...

Et la musique commença, alors que la jeune sorcière rejoignait la scène, dans une ambiance aux couleurs plus ensoleillées que précédemment. Elle avait le sourire, mais pas la prétention que son intervention plaise à 'Hilda'.
Plongeant d'abord les yeux dans un charmant blond, en bas de scène, elle entama les premières notes. C'était son tour, les minables choristes étaient invisibles en cet instant.

The rythym' pumping in my heart
In la Rosa we dance to the tempo of the love
Boy...


Boy... ou pas. En cet instant, toute son attention se porta sur la belle... sur ce siège, là-bas...
Non, elle n'y était pas. Avait-elle fuits ? Cherchant du regard ses cheveux raides, elle paniqua quelques instants avant de saisir l'image délicieuse de la femme dansant bien face à elle. Quelques mâles s'approchaient d'elle... Capter son regard pour lui adresser toute son émotion.

Your hip's making a shift and you fall
Deep into its spell
Let your body talk, till voice in you says,
Say baby.

Elle sentait les regard, la dénuder, la mordre, ce chanteur en premier. Partager une scène n'était jamais aisé, mais, cet artiste là avait la voix qui soulignait le mieux le talent de la sorcière. Ondulant, tout en chantant encore, elle s'imaginait vibrer aux côtés de la charmante Démence. Elle avait croisé son regard pour pouvoir lui dédier secrètement les quelques vers suivants.

I'm the one
You find deep in that move
That drives your body
And your senses
I'm the heat inside
When rythym and love collide,
Cuba,
Let me introduce myself....

La fièvre la prit, dévorant l'instant et le plaisir traversant son corps. Du bout de ses doigts au bout de ses seins, jusqu'au creux de son dos, elle vivait toute entière ce qu'elle chantait là. Batterie, basse, l'air cubain pris des airs de faux rock totalement improvisé par les musiciens derrière elle.
Elle aimait ces sonorités mais, la Rose en bas de scène ne semblait pas charmée... Peut-être se trompait-elle. Elle voulait tant lui offrir un moment plaisant... Loin de ces porcs de mâle la prochaine fois. Etait-elle à la hauteur du jeu proposé là ? Soupire. Qu'importe le chemin, qu'importe la victoire, elle s'ennivrerai dans cette partie là. Pour son sourire, pour son parfum, pour ses émeraudes et la beauté de celle-là.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/t12163-kurun-aven#244786
Nowlee Malifatius
Serpentard
Serpentard
Nowlee Malifatius

Nombre de messages : 15
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Nécromancie - Illusionnisme - Communion clairvoyante
Date d'inscription : 20/03/2011

*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty
MessageSujet: Re: *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)   *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) EmptyLun 18 Avr - 14:06

*-Le Jeu, les Femmes-*

Le jeu était lancé ?
Parfait. Nowlee avait haussé un sourcil sous les paillettes d'une mise en scène clinquante. S'amusant cependant, elle trouva du Charme à la Kurun compétitive qui s'était dévoilée à elle. Démence se lécha amoureusement le tour des lèvres, évacuant la mousse qui les recouvrait, puis, réajustant son corsage, elle se grimpa sur le bar, balayant des pieds les quelques verres qui se trouvaient là. Levant les mains, elle saisit une barre en hauteur et effectuant un premier tournoiement, elle avait énoncé clairement ses intentions.


-Alors mes jolis, qu'est-ce que je vous sers ?

Déclama-t-elle un grand sourire sur les lèvres.
Mais ce ne fut pas tout. Agitant les mains devant son corps, Nowlee amena à elle les éléments qui lui manquaient dans se décor si pauvre. Petit à petit, le taudis qui se voulait être un café se transforma en cabine de navette spatiale et tous les participants se retrouvèrent dans des tenues futuristes, moulantes, clinquantes. Les boissons se mirent à irradier elles aussi, tout, en ces lieux, était désormais à la sauce d'un rêve devenu réalité.


-Pour moi ce sera une bonne coupe d'originalité.

Les prunelles de ses yeux irradièrent d'un vert intense.
La communion clairvoyante combinée à l'illusionnisme permettait à Nowlee d'étendre le champ de son pouvoir à la pièce entière, pièce qui transpirait d'elle à présent. Le sol de mit à trembler, le décollage était en cours. Démence remonta alors ses cheveux raides, noirs comme la nuit, le long de sa nuque délicate, agitant en rythme les hanches sous le champ latin de Kurun, totalement contrasté avec l'ambiance qu'elle répandait en parallèle. Pourtant, les chants devinrent robotiques, la musique aussi.


-"It's a passion, an emotion, it's a passion, Burlesque! It'll move you, going through you, so do what I do, Burlesque! All ladies [come put your grown up], boys throw it up if you wanna! Can you feel me? Can you feel it? It's Burlesque !"

Cria-t-elle comme un chant de guerre.
Ou chanta-t-elle comme un cri de guerre ? Peut être un peu les deux. Il n'était pas utile de chercher à comprendre ce qui arrivait alors, le combat avait atteint un autre niveau. S'agitant encore comme l'irrésistible Calypso devant son Ulysse, Nowlee se déhancha de plus belle, effectuant des figures dignes des plus grands laps dances intersidéraux. Arrosant le gosier de ces messieurs, bouteille en main, elle s'appliquait tantôt à siroter elle même de la vodka, boisson favorite des fous de sa famille. Dans un salto gymnastique, Nowlee rejoint le sol, dans un claquement sourd au contact de ses talons. Les faisant claquer dans un silence de marbre, elle vint se coller directement à Kurun, lui tendant la bouteille et se frottant à elle, Démence lui vola le micro.


-"Been holding down for quite some time
And finally the moment’s right
I love to make the people stare
They know I got that certain savoir-faire ..."


Il fallait qu'elle chante avec elle, pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Kurun Aven
Gryffondor
Gryffondor
Kurun Aven

Nombre de messages : 172
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Prescience (1)
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 19/08/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Left_bar_bleue560/560*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty_bar_bleue  (560/560)
Points de mana:
*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Left_bar_bleue520/520*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty_bar_bleue  (520/520)

*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty
MessageSujet: Re: *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)   *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) EmptyMer 20 Avr - 16:34

Tout s'était transformé. Et la Rose maintenant, s'approchait, reprenant le contrôle.

Elles dansaient ensemble maintenant, partageant la scène, le micro, et la bouteille que la brune tenait encore à la main.
La bouteille de liquide au dessus de son visage, Kurun pencha la tête vers l'arrière, libérant par la même ses cheveux. Hilda avait compris. Elle versa une lampée de nectar au fond de la gorge de la jeune fille qui s'enflamma, réchauffant son corps déjà à haute température.

Love, Sex, Ladies no regrets...

Douce mélodie qui attendait réponse. Le micro toujours à l'oreille, elle n'abandonna pourtant pas la Charmante qui possédait maintenant un micro dans lequel, en réponse, elle sussura dans les yeux de la Belle...

Fasten up
Can you imagine what would happen

if I let you close enough to touch?
Step into the fantasy
You’ll never want to leave, baby let’s give it to you…

Why?


Elle s'éloigna alors de quelques pas, puis, toujours à reculons, elle monta les marches apparues derrière elle depuis peu. Saisissant d'une main la barre dans son dos, elle regarda les quelques hommes s'approchant d'elle, bavant déjà. Si la musique était rythmée, alors elle bougeait sur ce rythme, corps-machine ondulant maintenant contre la barre métalique sous les notes envoûtantes d'Hilda.
Elle senti des mains se poser sur son ventre, des mains venant de derrière, des mains fortes, des mains d'homme. Elle n'eut pas le courage de les enlever de là. Dansant toujours jusqu'à ce que la musique prenne fin.
La brune se tenait en face, applaudie par les clients du bar. Charmée... Kurun n'était visiblement pas la seule dans cet état. La note qui l'avait fait succomber à cette folie, à cette démence, était le 'savoir faire' dans un français imparfait, avec et accent si charmant qui donnait aux anglais ce je ne sais quoi de classe et de distinction en plus.
Très bien, si la Belle avait choisi la langue de Molière, alors ce serai le français qui tinterait les murs de couleur en cet instant !

Avenir radieux... Et le temps ralenti, de lui même. La tension se fit sentir entre les corps des danseurs devant la scène. Certes, c'était répétitif, mais l'effet escompté était là : le public envoûté par la rythmique lente et marquée était en transe, et la Belle s'était enfin retournée vers Kurun qui lui dédiait ces mots dans la langue de son enfance.

Avenir radieux,
Amant ambitieux,
Ma femme, mon pieux
Tout ça est bien ennuyeux...


Chante corbeau pour donner sens à mes paroles...

Amant, maitresse,
Qui pensent qu'à l'intendresse,
Avenir boueux,
Que fais-tu dans mon pieux ?


Ses jambes entouraient maintenant la barre postée là, et ses bras offraient à son corps l'appui nécessaire pour une telle posture de fausse décence.
L'homme était toujours là, et Hilda, si belle, la regardait se déhanchant, si sensuelle en cet instant...
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/t12163-kurun-aven#244786
Nowlee Malifatius
Serpentard
Serpentard
Nowlee Malifatius

Nombre de messages : 15
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Nécromancie - Illusionnisme - Communion clairvoyante
Date d'inscription : 20/03/2011

*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty
MessageSujet: Re: *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)   *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) EmptyJeu 5 Mai - 13:35

- L'illusion sinistre -

En fait, il était devenu difficile de la distinguer.
Nowlee n'était que trop là, au moins cinq, voir à six endroits dans la salle. Une dansant sur le barre, l'autre chantant sur la scène, encore une en bas, assise, mais la vraie était déjà bien loin. Ramenant un large capuchon par dessus ses cheveux, la sorcière se mit à sourire à Kurun qui la pensait encore à ses côtés. Tout ceci n'était qu'une illusion. Et dans l'illusion, on pouvait faire ce que l'on voulait. Tirant lentement sa baguette de sous sa cape, la fille de l'oiseau noir laissa l'endroit gagner le rythme de son coeur et tout s'accéléra avec lui. La prunelle de ses yeux d'un vert intense se resserra et une lueur meurtrière dans le regard, elle éjecta sa cape qui vola lentement derrière elle, bousculant tous les gens, la sorcière s'avança, d'un pas félin et l'arme toujours en avant bien tendue.


Eclair vert, éclair vert, éclair vert.

Mort après mort, chacun tombé aux pieds de la jeune anglaise qui se trémoussait. Il y avait des façon de se tenir. N'avait-elle pas appris la bienséance ? Un sourire mauvais sur le visage, Nowlee s'évapora à nouveau et lorsqu'elle reparut, c'était pour se tenir derrière Kurun. A présent les doigts dans les boucles soyeuses de sa proie, la sorcière l'enivra d'un nouveau décor. Vrombissement dans le ventre, sensation de chute, un vent puissant.


-Pour toi je peux modeler le monde à volonté.

Lui avait-elle susurré dans l'oreille.
A présent les deux femmes étaient vêtues pour le froid, au sommet d'une montagne terriblement haute. Devant elle, le vide à perte de vue, l'immensité de l'Himalaya. Nowlee ne s'efforçait pas pour donner une telle teneur à ses illusions, le simple fait qu'elle soit là semblait suffire. Pourtant, comment Kurun pouvait-elle en même temps être si sûre de vivre ce qui était en train de lui arriver ? Peut être qu'il ne s'agissait que d'un simple transplanage. Où était-ce elle ? Irrémédiablement elle ...


-Me suivras-tu, même dans la mort ? La Mort ... Elle est ma mère.

Puis courant sans s'arrêter, elle devança Kurun et se tournant vers elle, la sorcière écarta grand les bras, s'élançant du bord de la corniche sur laquelle les deux femmes s'étaient tenues. Ses cheveux bruns passèrent lentement par devant son visage, voletant devant elle, ondulant avec beauté. Pliant vaguement, elle se tendit alors, chutant. Mais Kurun n'aurait pas eu le temps de la rattraper. Continuant toujours à s'effondrer, Nowlee ramena ses genoux devant son menton et tournoyant en l'air, elle effectua un salto pour inverser le sens de son corps. La tête à présent bien devant, elle tendit ses jambes derrière elle et se laissa piquer du nez, jusqu'à entrevoir sa fin.

Pour Kurun, elle n'était plus qu'un point dans l'immensité.

Tournoyant à nouveau, Nowlee atterrit lestement dans un grand boom.
Autour d'elle, une onde de poussière se répandit, créant un vague nuage de brume. En bas, c'était l'enfer. Sur ce plateau, des cadavres d'avions à perte de vue et le feu, très présent, une chaleur presque insupportable en plein coeur d'un pique glacé. Un maigre sourire au coin des lèvres, la sorcière continua d'avancer droit devant elle, se plongeant dans le labyrinthe de métal et de roche. Peut être que le maître de Pan viendrait les dévorer, petite Alice qu'elles étaient alors, perdu dans un monde de rêve et d'inexistence improbable. Le doux nectar de la folie lui agressant les papilles, Nowlee sentait qu'elle était proche du but.


-Non ....

Bruit de Lame ... Coup de hache ... Plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Kurun Aven
Gryffondor
Gryffondor
Kurun Aven

Nombre de messages : 172
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Prescience (1)
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 19/08/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Left_bar_bleue560/560*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty_bar_bleue  (560/560)
Points de mana:
*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Left_bar_bleue520/520*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty_bar_bleue  (520/520)

*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty
MessageSujet: Re: *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)   *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) EmptyDim 8 Mai - 23:24

Où étaient-elles ? La mort, le bien, la douceur, le mal, ses doigts, ses cheveux, cette neige... tout était magique. Non, féérique, d'un réel sur un fil, funambule de l'instant et du présent.
Et le contact chaud de sa peau, et la fraicheur de l'air enneigé...

Elle n'avais pas compris ce qui se passait. Seule une phrase raisonnait dans l'esprit de la jeune fille... La Mort...Elle est ma mère. Quelle étrange vision que celle de cette fille, mystérieusement ennivrante. Elle ne l'avait pas menée ici au hasard, sur ce pic rocheux, drapé d'un blanc sans tâche... Symbolique cachée dans les détails ici perdus...
Et elle avait sauté.

- Qui es-tu ?

Voulu-t-elle demander à la rose qui sautait vers le vide plus bas. Saisissant l'instant Kurun compris. Mais déjà la jeune femme était trop loin !

Tout celà n'est pas réel... Je t'aurai suivi tout de même...

Et à son tour elle s'élança dans les airs, telle une buse planant gracieusement... Comment se pouvait-il que cette Hilda, cette journaliste, cette rose sensuelle, cette Fille de la Mort ai créé tout ce qui les entouraient à présent ?
Le vent ne cessait de frapper son visage, changeant au fil de la chute le décor environnant. Quelle guerre impitoyable que le monde irréel offert là. Des avions aux rosiers peints, il n'y avait qu'un pas, qu'un souffle, qu'une seconde. Et en bas, une vision d'horreur de la féline à côté de laquelle venait de s'abattre une hache immense.

Chance ou malchance que cette silhouette perchée là, c'est sur ses deux larges épaules que Kurun posa ses pieds, encore trop loin du sol, jugea-t-elle pour rejoindre la charmante jeune femme qu'elle accompagnait.
La peur transperça son corps tout entier lorsqu'elle vit l'arme argentée s'approcher de son visage et le sourire malsain sur le visage de la Reine face à elle. Sauter. Faire honneur à la galante en lui offrant cette pirouette invraisemblable...

- Je préfèrais danser... Tu m'explique Hilda ?

En bondissant aux côtés de la demoiselle, elle fut frappée par le tutoiement qu'elle n'avais osé employer jusque là. Evitant la hache de la furieuse derrière elles. Comme la Belle semblait sereine en cet instant... Si sûre d'elle et de ce qu'elle offrait en spectacle à Kurun...
Mais en un instant, elles atterrirent alors au centre d'un petit village. Quelle part de vérité dans ce qui se dévoilait là ? Dans ce village, toutes les maisons étaient dévasté par un incendie, ne laissant debout que des ruines noirâtres, tâchées de sang. Errant dans les ruelles, à la recherche de quelqu'un ou de quelque chose, qu'importe, elles ne croisèrent aucun survivant.

- Il faut se méfier des femmes, des rêves et de l'amour. Mais je ne t'apprends rien, n'est-ce pas ?

Elle avait essayé de capturer en cet instant le regard de la Brune, mais rien n'y faisait, la jeune fille admirait face à elle un manoir, perché sur la colline aux flancs noircis de fumée et de cadavres fumants. Le petit château sans donjon, épargné des flammes en son sommet protecteur paraissait dater. Et pourtant, le pont levis qui s'abaissait là était dans un état remarquable.
La journaliste avait dit quelques minutes auparavant, pouvoir modeler le monde... La jeune sorcière avait donc confirmation que tout cela n'était pas réel ? Mais comment pouvait-elle sentir sous ses pieds, la singulière texture du bois, sentir l'odeur de mort venant de la longue pierre tombale là-bas, à droite dans la cour du manoir ? Et Hilda elle même était-elle réelle ? Son parfum si doux, sa peau chaude et douce... tout cela n'était peut-être qu'un rêve... un rêve éveillé et enchanteur, à mi-pas d'un cauchemar savamment maîtrisé... C'est en tout cas la sensation que Kurun avait en voyant sortir de la tombe une silhouette noire, sombre, fine, brillant dans la nuit telle le métal dans la forge. Il faisait jour quelques secondes plus tôt, Kurun l'aurai juré ! Mais déjà, l'ombre à forme humaine illuminait les alentours d'un rouge luminescent : le sang coulant par son ventre arraché...

Morbide vision que celle qui s'offrait à elle, choquée par les images qui défilaient là ! Ce n'est cependant pas le dégoût ou la peur, mais l'interrogation trop intense qui poussa la jeune fille à se tourner vers la charmante. Il régnait un silence extraordinaire... un silence qui sublimait la respiration même de la femme au visage d'ange. Tant de choses que Kurun aimerai saisir, écrire, peindre ou mémoriser, mais qui sans cesse se dérobaient, s'enfuyaient, devenant vagues ou s'envolant en brume...

En posant le pied hors de l'esquif, Kurun fut surprise par la couleur noire du sable, et la transparence de l'eau. La voile flottait dans le vent du salon contemporain. La pièce était spacieuse, et les fenêtres fermées laissaient à la lumière du soleil le loisir de baigner les canapés confortables. Deux verres étaient servis sur la table basse.

Elle ne comprenanait plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/t12163-kurun-aven#244786
Nowlee Malifatius
Serpentard
Serpentard
Nowlee Malifatius

Nombre de messages : 15
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Nécromancie - Illusionnisme - Communion clairvoyante
Date d'inscription : 20/03/2011

*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty
MessageSujet: Re: *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)   *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) EmptyVen 23 Sep - 13:16

Plus rien.
Non, plus rien, plus rien du tout ! Plus rien ... Pas même un souffle.
Un arrêt sur image. Nowlee n'aime pas ce qu'elle voit, aussi elle peut le changer, elle le change d'ailleurs. Pourquoi le garderait-elle ? Et sous quelle forme ? Lui qui la rendait tout à coup si morose. Qui lui ? Mais le schéma de cette fin bien sûr. L'optique infinie d'un mensonge sans nom. Kurun devenait imposante. "Hilda" claqua des doigts, la réalité revint. Elles n'avaient jamais bougé de leur point de rencontre, en fait, aucune minute ne s'était écoulée depuis que les deux femmes s'étaient entre choquée. Un sourire sur les lèvres, Nowlee se retourna et adressa un clin d'oeil à Kurun.


-Hilda Meverbeen ... Je suis journaliste.

Se mit alors à débiter la sorcière.

-Et je suis navrée de vous avoir sciemment heurtée.

Ou plus encore.
Kurun douterait, de tout. Avait-elle seulement rêvé ? Il y avait une chance que ce soit le cas. A quelle occasion ? Comment, Pourquoi ? Le savait-elle ? Hilda avait-elle vu comme Kurun, ce rêve avait-il toutefois été partagé, ou seulement inventé ? Elle ne répondrait à aucune question. Mais une chose ne trompait pas. La carte de Nowlee était au creux des mains de la jeune sorcière. Et son faux nom gravé dessus, ça allait de soit. Comme Ellana, la jeune illusionniste avait pris le soin de se procréer une seconde vie à l'identité simpliste. Une femme banale au travail banal dans une ville moins banale mais notablement ordinaire. Le tout Londres en aurait frémis d'ennui. Replaçant ses mèches brunes raides et sans formes derrière ses oreilles, la journaliste resta un instant bouchée bée devant la miss.


-Vous alliez sans doute faire une séance photo, à moins que vous ne pensiez que je ne vous reconnaîtrais pas ? Ca n'a pas d'importance. Nous nous reverrons. J'aurais bien à vous parler encore.

Susurra Nowlee à l'oreille de la jeune femme.

-En attendant je vous souhaite une bonne journée.

Puis sans mot dire, elle s'extasia de reprendre sa route.
Déambulant d'un pas félin, la belle Nowlee emboîta le pas des foules vers une rue marchande pour aller disparaître quelques boutiques plus haut. Après tout, il fallait soigner les apparences jusqu'au bout. Et les apparences n'étaient-elles pas le dada de cette jeune manipulatrice ? La petite Nowlee devait attendre quelque part et elle aurait sûrement besoin d'elle. Il fallait se tenir prêt au cas où ... Mais alors qu'elle aurait cru se détourner sans mal, Nowlee fronça les sourcils un moment et, se retournant, elle adressa un dernier regard suspicieux à Kurun.

Elle était plutôt mignonne ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty
MessageSujet: Re: *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)   *Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
*Abords du Wizzard Coliseum* - Lendemain de Crise (PV Kurun)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Centre ville-
Sauter vers: