AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 The Gravel Road [Pv]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan Echtach
Serpentard
Serpentard
Ethan Echtach

Nombre de messages : 22
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Date d'inscription : 15/07/2010

The Gravel Road [Pv] Empty
MessageSujet: The Gravel Road [Pv]   The Gravel Road [Pv] EmptySam 21 Aoû - 22:34

Le vent soufflait violemment sur l'herbe du parc. Du moins lorsque le jeune homme avait quitté le château. Les montagnes elles offraient un vent plus doux. Peut être celui ci s'était il apaisé avec la disparition lente du soleil au loin. Il n'était pour autant pas tout à fait disparu, pas suffisamment pour que la clarté de la lune éclaire à son tour les environs. Non. Il restait quelques dizaines de minutes, peut être une heure, mais le soleil perdurerait pendant ce temps, pendant ce bref tant il perdurait. Et ce soir là, il perdura plus qu'il ne l'aurait du. L'impression de lumière s'était profondément enfoncé dans les ombres de la nuit, tellement que le jour s'étirait dans la nuit, empêchant la lune de montrer sa propre vie. Sa silhouette était visible, loin, dans le ciel encore bariolé, pourtant, elle n'était pas là.

Une lente respiration se faisait entendre. Presque un râle. Pas celui d'un mourant. C'était différent. Bien trop. Il n'y avait pas que la mort qui pouvait presser le souffle. Bien d'autres. Être blessé peut suffire. Et être blessé n'est pas non plus une condition. Ce soir là, c'était pourtant une blessure qui arrivait. Il n'y avait ni blessure, ni sang, ni cicatrices. Rien de visible. Si ce n'est.. Si ce n'est peut être la bouge qui s'ouvrait régulièrement pour laisser échapper le bruit sourd. Et peut être encore ses poings durement fermés. Ou encore cette tête baissée. Elle ne regardait pas directement le sol. Elle regardait vers le bas et.. loin, comme s'il y avait un escalier droit devant.

Il n'y en avait pas. A perte de vue on ne pouvait trouver que de la a roche. Et quelques pierres de-ci de-là. Le décors n'avait que peu changé depuis la dernière fois où il était venu. Ça faisait.. quelques mois maintenant. Ethan eu un léger rictus. Tout ne change pas pour tout le monde en quelques mois. Il n'aurait pas été capable de dire s'il s'était assis la dernière fois, mais il lui semblait dans ses souvenirs qu'il aurait pu le faire. Il secoua la tête un instant s'avouant sa bêtise. Pendant une seconde, il s'était fait vieux, il avait fait comme s'il avait pu, comme s'il avait eu le droit de dire que l'endroit avait changé, bien que ce n'était pas le cas. Mais n'en avait il pas le droit ? Après tout, lui avait bien changé. Si son reflet n'avait pas changé, il avait pourtant changé. Non. C'était encore autre chose. Ce n'est pas lui qui avait changé.. Du moins pas de son propre fait. C'était.. C'était simplement les choses autours, les choses avec, qui avaient changés et qui l'avaient forcé à changer.

Il avait perdu une jambe. La gauche ou la droite ? Peut être était ce une main. Laquelle ? Peut être que rien n'avait disparu. Si. Son corps le sentait, son pied remuait seul sur le sol, sa main se balançait et l'herbe bougeait. Doucement, tranquillement, elle bougeait. Oui. Elle bougeait, mais elle bougeait lentement, et Ethan avait beau lancer sa main avec plus de vigueur, y penser plus intensément, le vent n'oscillait pas. Elle n'était plus là. Elle avait disparue. Elle s'était fait voler. Elle n'avait pas choisi. Non si elle avait choisi, elle serait avec lui en cet instant. Elle n'avait pas pu choisir quelqu'un pour choisir de le laisser. Et si elle choisissait à nouveau, c'est qu'elle y était forcé.


Ma pierre ne serait pas parti d'elle même.


Ethan leva sa baguette. Il avait entendu un craquement. Non loin, dans les broussailles. Il avait vu le jour s'étirer mais maintenant qu'il jetait son regard autour de lui il voyait l'obscurité. Il resta un instant ainsi, assis, baguette levée. Il n'avait pas peur, pas pour lui. Il craignait seulement que l'on ait pu entendre ses mots. Quelques instants passèrent avant qu'il ne se décide à se relâcher une flamme sembla toutefois s'élever du buisson qu'il fixait. Il quitta celui ci des yeux, le laissant s'embrasser doucement. S'il y avait quelqu'un, il aurait entendu un autre bruit. Or il n'y avait rien, si ce n'est le crépitement du bois qui se consume. Il se détendit légèrement. La lumière que procurait le petit brasier éclairait les alentours. Il voyait.
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle Everstone
Serdaigle
Serdaigle
Gabrielle Everstone

Nombre de messages : 23
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 17 ans +sorts 1 2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 12/08/2010

The Gravel Road [Pv] Empty
MessageSujet: Re: The Gravel Road [Pv]   The Gravel Road [Pv] EmptyDim 22 Aoû - 23:15

Ma pierre ne serait pas parti d'elle même.

Seuls ces quelques mots vinrent troubler la douce quiétude d'une jeune fille au teint si pâle qu'on aurait pû la croire morte s'il n'y avait eu ce léger, très léger mouvement de sa poitrine. Et c'est d'ailleurs à ces mots que Gabrielle ouvrit les yeux. Quelquechose clochait, quelquechose n'allait pas. Quelquchose, ou ben quelqu'un ...

Gabrielle était déjà rassurée sur son état mental, aussi lui sembla-t-il tout naturel de rattacher cette voix masculine à un jeune homme. Et maintenant que le vide intérieur qu'elle essayait de maintenir quelques instants auparavant été détruit, la jeune fille percevait aisément les essences de soumission, de désabusement, de désillusion. Puis comme une décharge, une quiétude intense, le genre que l'on ressent à la fin d'une longue et douloureuse quête.

Depuis son épisode à Ste Mangouste, Gabrielle sentait bien plus qu'avant les sentiments d'autrui. La grande salle prenait aux heures des repas des allures de souk égyptien, aussi s'appliquait-elle à l'éviter. Quant au dortoir des filles, il grésillait de déceptions amoureuses, d'idylles naissantes, de mauvaises notes, de copinages insignifiants et de mauvais coups à l'essai. Quand la moyenne des gens partaient se coucher, restaient les "érudits" qui suintaient tantôt la confiance, tantôt le doute, souvent la fatique et toujours l'effort. Et comme mêmes les irréductibles peuvent être vaincus, à leurs départs, revenaient les peurs et les joies des rêves des gens alentours ... La solitude des montagnes assurait donc à Gabrielle un paix bien plus significative qu'un bon lit et des draps chauds.

Mais qui d'autre pouvait bien vouloir de cet asile, si peu recommandable à bien des égards ? Qui donc avait en cette nuit de pleine Lune, bravé le couvre feu, au mépris des règles les plus essentielles de Poudlard, pour venir trouver refuge dans les hauteurs ?

La réponse la plus élémentaire serait d'associer cette désobéissance manifeste à un Serpentard. Pourtant, la si sage Serdaigle avait elle même pris de la distance vis-à-vis des règles cette année. Aussi ne valait-il mieux pas jeter la pierre avant d'avoir vu l'autre personne...

Saisissant sa baguette d'une main, Gabrielle se releva dans un souffle. D'une voix ferme, elle énonça clairement sa formule comme si elle avait voulu donner à son sort la force de sa voix.


Lumos.

Rien de plus, pas un mot supplémentaire. Gabrielle analysait le spectacle devant elle. Un jeune homme, un Serpentard se tenait devant elle avec l'expression d'un aveugle revoyant le soleil. Une sérénité infini animait ses traits. Pourtant, Gabrielle n'atait pas de celles qu'un sourire, si merveilleux soit-il, faisait fondre. Au contraire même, son expression se durçit. Arquant un sourcil, elle s'adressa à l'homme face à elle d'une voix autoritaire et qui n'acceptait aucune réplique.

Qui es-tu ? Et que fais-tu là ? Tu t'es perdu Serpentard ? Parce que le château, c'est derrière toi.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Echtach
Serpentard
Serpentard
Ethan Echtach

Nombre de messages : 22
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Date d'inscription : 15/07/2010

The Gravel Road [Pv] Empty
MessageSujet: Re: The Gravel Road [Pv]   The Gravel Road [Pv] EmptyLun 23 Aoû - 2:39

La lumière l'éblouit un instant. Ses pensées l'avaient envahies et la lumière l'aveuglait, quelques clignements de ses yeux ne suffirent pas à le rendre conscient, aussi, il se releva, faisant face à l'aura de lumière, un main devant ses yeux. Les mots prononcés l'avaient rassurés, ce n'était qu'une élève. Il ne risquait rien. Agitant vaguement sa main qu'il maintenant haut, il insuffla un coup de vent qui lui permis de détourner la lueur émise par la baguette, laissant les lieux retomber peu à peu dans l'obscurité.

Seule la vision d'une silhouette parvenait jusqu'à ses yeux. Il la détailla brièvement avant de se rassoir sur le rocher où il se tenait quelques secondes auparavant. Sa main tâtonna près de sa poche, mais sans arriver à trouver sa baguette. Elle aussi il ne l'avait pas. Elle était resté dans son lit au château. Des sommeils agités mêlés à la perversité de l'esprit de certains Serpentard avait usé la tranquillité des nuits d'Ethan, le forçant à conserver sa baguette à portée de main. C'était étrange, ce qu'il avait décidé de faire pour se protéger se retournait contre lui.

La perte de puissance entraîné par une autre perte brute avait rendu le jeune homme instable, tant au niveau de son comportement que de ses pouvoirs, les crises de colères n'engendraient plus seulement le rire et la détermination auxquelles il se laissait aller, par moment seul une profonde inconscience demeurait, celle la même qui amenait un possible manque de confiance, celle la même qui faisait qu'il était assis plutôt que face à la personne. Son raisonnement c'était fait prompt et simplement. Si c'était une élève, il ne craignait pas grand chose.

Par le passé il avait eut a affronté plus que des élèves, et ces mêmes affrontements avait parfois provoqué plus que le simple engourdissement d'un stupéfix. Les escapades nocturnes lointaines accompagnées de James avaient elles aussi eut leur lots de sorts jetés et de sang versé, plus que nécessaire, mais encore moins que ce qui devrait être. Se rendant compte de l'état évident de stagnation dans lequel il était, Ethan réagit. Ses yeux s'étaient de nouveaux réhabitués à l'obscurité, et il percevait plus de détails qu'auparavant de la silhouette. Un tâche bleu apparaissait sur le poitrail de la tenue.

Les aigles sont ils obligés de se lancer d'une falaise pour s'envoler maintenant ?

Le ton était railleur. Ethan se sentait fébrile, pris en faute, il se sentait un besoin de recontrôler la situation. La sécurité du lieu semblait violer. Il s'était préservé autant qu'il avait préservé des camarades en s'éloignant d'eux, et même après s'être éloigné, le risque, la tentation de pouvoir encore agir négativement revenait à lui, comme si cette fille n'était là que pour laisser Ethan s'exprimer, comme si le simple fait de laisser un corps au milieu d'une marre de sang semblait être le meilleur moyen de se tranquilliser. De respirer à nouveau. Sa baguette était pourtant loin.



Si tu portes les qualités qu'on prête à ta maison, tu devrais avoir la sagesse de te dire que si un Serpentard est ici, c'est qu'il aime autant que personne en sache rien.

Il fixa le visage de la jeune fille.

Et que par conséquent, le danger menace la connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle Everstone
Serdaigle
Serdaigle
Gabrielle Everstone

Nombre de messages : 23
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 17 ans +sorts 1 2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 12/08/2010

The Gravel Road [Pv] Empty
MessageSujet: Re: The Gravel Road [Pv]   The Gravel Road [Pv] EmptyLun 23 Aoû - 21:10

Les aigles sont ils obligés de se lancer d'une falaise pour s'envoler maintenant ?

Une raillerie ... Quelle surprise ... J'en reste sans voix, vraiment, la pertinence de ton propos me laisse aussi muette que béate...

Si le Serpentard avait l'impression que son manège aussi puéril que désuet allait marcher sur elle, il se méprenait lourdement. Gabrielle ne détournait pas les yeux, bien que méfiante après le changement d'humeur qu'elle avait perçu chez le jeune homme. Puisqu'il se sent comme empêtré dans une immobilité, une impuissance qui le répugne, la réponse du Serpentard est bien évident la violence... Exister par l'autre, en le dominant, lui imposant sa propre et futile force. Décidément, le stéréotype était manifeste et l'intérêt de la conversation d'autant plus médiocre. Pourtant, c'est bie quand il ne parlait pas que le Serpentard était le plus intéressant. La foule de ses émotions, si contradictoirs les unes et les autres, révélaient d'une complexité que le pauvre garçon n'avait sans doute pas les capacités de soupçonner. En effet, elles pouvaient témoigner d'une grande sensibilité, mais aux vues du personnage, cela semblait peu probable. La seconde solution, la Folie, semblait bien plus de rigueur.

Si tu portes les qualités qu'on prête à ta maison, tu devrais avoir la sagesse de te dire que si un Serpentard est ici, c'est qu'il aime autant que personne en sache rien.

A ces mots, Gabrielle laissa échapper un rire. Non de ceux qui signent le bonheur ou la démence, mais la marque même de la supériorité devant la menace dérisoire lancée par un garçon d'autant plus commun. Il avait peut-être l'impression que cela marcherait à la longue ... Que des paroles vides et vaines le dispenseraient de répondre à des questions au lexique pourtant à sa portée. Mais en bon Serpentard rampant dans les tranchées de son ignorance, le voilà qui s'élançait dans une autre menace aussi risible que la précédente.

Parce que tu t'y connais en sagesse, toi ? C'est précisément quand les gens veulent être seuls qu'ils ne doivent pas le rester. Parce qu'ils font souvent du mal à ce moment là. A eux, aux autres.... Dans ton cas, je pencherai pour les autres, et je viens d'ailleurs à présent de m'identifier comme tel. Mais tes menaces ne m'impressionnent pas, ton humeur est bien trop changeante pour que tu sois plus dangereux qu'un Veracrasse. Alors arrête ton char, mon chou, ça prend pas.

Gabrielle était à son tour ouvertement sarcastique, tout dans son attitude le démontrait. Son expression à la fois fière et moqueuse, son maintien très droit que la jeune demoiselle devait à de nombreuses années de danse classique. Sa baguette même qui, bien que tenue fermement, pendait à son côté. Pas de franche déterminantion, car en ce lieu, en cette heure, et surtout face à lui, c'était inutile.

Et je te préviens, inutile de me prendre ma baguette, le cheveux de Vélane se révèle assez capricieux en d'autres mains que la mienne. Certains se sont rerouvés à l'infirmerie pour moins que ça, je te l'assure.

Quant au danger, il ne nuit pas à la connaissace. Je dirais même que c'est plutôt la connaissance qui nuit au danger. Là où il y a de la Lumière, le danger s'écarte de lui même ...


Renonçant à dissimuler un sourire en coin, Gabrielle appuya son propos d'un léger mouvement de sa baguette au niveau de laquelle Lumos brillait toujours, s'intensifiant même comme à l'appel du mot Lumière...

Trêve de plaisanterie et de discours creux, le Serpentard. C'est l'heure pour toi de retourner au chateau ...
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Echtach
Serpentard
Serpentard
Ethan Echtach

Nombre de messages : 22
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Date d'inscription : 15/07/2010

The Gravel Road [Pv] Empty
MessageSujet: Re: The Gravel Road [Pv]   The Gravel Road [Pv] EmptyMar 24 Aoû - 2:18

Il est dommage que tes semblables ne le soient pas si souvent.

Il fallait reconnaître aux serdaigles l'initiative de réponse dont il pouvait faire preuve. En de nombreux moment, ils savaient quelle elle était. Et en de rares occasions qui venaient toutefois à arriver, comme pour témoigner de leur faille humaine. Ou par prétention d'être assuré de dire la vérité, il disait une erreur. Et peu importe l'intellect dont avait pu faire preuve le serdaigle, une fois son erreur prononcée, on ne se souvenait que de cela. Et les serdaigles détestaient de manière générale voir les sourires entendus qui s'en suivaient. Les serpents avaient plus de chances, il leur suffisait soit de jouer de la baguette, soit de sourire avec un air narquois. Ainsi on ne disait rien.

Je n'ai jamais prétendu l'autre contrairement à vous autres. Je dirai même d'ailleurs que je ne suis.. pas quelqu'un de très sage. Hum Non je ne le suis pas. Et j'ajouterai que si je m'en prend aux autres c'est qu'ils ne sont justement pas moi. Quant à l'humeur changeante, je cesserai de savoir pour douter. Ce n'est pas mes intentions qui risquent de changer, mais plutôt la manière dont je risque de les exprimer.

Il avait d'abord pensé à s'éloigner. Tout le monde s'en serait tiré gagnant, la jeune fille aurait peut être le plaisir de retrouver quelques personnes et de continuer sa vie. Encore qu'elle n'aurait pas eu de plaisir puisqu'ignorant la possibilité qu'elle aurait pu avoir de ne pas pouvoir rouvrir les yeux. Pour Ethan, de ne pas avoir à nettoyer encore une fois ses vêtements et de ne pas avoir à ranger une nouvelle paire d'yeux dans cette boîte. C'était une chose qui lui tenait à cœur. Pas que ça lui fasse plaisir. C'était tout autre, comme l'opiniâtreté d'un jardinier à arracher les mauvaises herbes, ou celle d'un mangemorts de tuer un hybride. Ethan avait ses yeux. Et aujourd'hui, une seule boîte ne suffisait plus. Pourtant, son pêché se justifiait. Les yeux marquaient. Les yeux étaient l'âme. Sans ses yeux, un être ne pouvait trahir. Et le mensonge se révélait alors facilement.

J'ai un ami qui est certes un peu âgé, il m'en voudrait de parler de son âge, mais puisqu'il n'en saura rien. Bref. J'ai un ami qui raffole justement de ce genre de sucreries telle que tu as dans la main. Il est triste que tu n'aies aucune importance, parce que ta mort n'apportera même pas une quelconque consolation. C'est dommage, au moins si notre baguette est conservée quand on est mort, il reste une trace de nous. Tant pis.

Ethan ne lança aucun sort, n'annonça aucun mouvement et disparu. Cette technique était plus facile à manier lorsqu'il possédait encore toute sa puissance, et aujourd'hui elle lui coûtait d'énergie, ce qu'il trouvait faible à payer en comparaison de ce qu'il pouvait se permettre. Se rendre invisible, certains auraient vendu leur famille, ou coupé leurs membres, Ethan les y aurait volontiers aidé. Se fondre dans l'air, tel était les pouvoirs d'un élémentaliste du vent. Qui pouvait désirer la puissance du feu, la force de la terre ou la violence de l'eau quand il avait ce pouvoir entre ses mains. L'avantage commun à tout les élémentalistes, ou au moins les plus puissants, c'est qu'il pouvait assurer un combat sans même leur baguette. Ethan réapparu dans un courant d'air derrière la jeune fille.

Tandis que toi.. Tu n'y retourneras pas.

Avec la puissance d'un torrent l'air s'abattit sur les rares arbres présent autours d'eux. Ils se brisèrent, et les rares qui ne s'effondraient pas étaient fendus profondément.

Tu ne sais pas qui je suis, Aiglon.
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle Everstone
Serdaigle
Serdaigle
Gabrielle Everstone

Nombre de messages : 23
Age : 30
Age Roleplay + Sorts : 17 ans +sorts 1 2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 12/08/2010

The Gravel Road [Pv] Empty
MessageSujet: Re: The Gravel Road [Pv]   The Gravel Road [Pv] EmptyMar 24 Aoû - 22:12

Ignorant parfaitement la première des phrases de celui qui semblait maintenant constituer son ennemi, Gabrielle se tut. Car comme chacun sait, si la parole est d'argent le silence est d'or. Or, on apprend bien plus d'un adversaire en écoutant son silence, maxime d'autant plus véridique dans le cas de Gabrielle. Aussi la jeune Serdaigle, ne s'inquiétant guère de ses silences, se tint muette histoire de forçer le serpent à faire de même.

Evitant superbement toute confrontation, Gabrielle ne lâcha qu'un mot. A haute et intelligible voix comme si elle avait souhaité que son vis-à-vis en prenne l'entière mesure. Dans l'obscurité, dans les hauteurs perdues de ces montagnes, cette nuit, c'est comme un glas qui sonna.


Nox.

Aussitôt, la douce clarté qui ne tombait pas des étoiles cessa, laissa à la nuit sa sauvage lueur glacée. Désormais, la jeune fille était prête, parce que le jeu avait assez duré. Maintenant, elle pouvait s'armer, autant de sa baguette que de son esprit. Se remémorant la fameuse journée de Sainte Mangouste, Gabrielle fit le vide en elle. Et les parasites qui habitaient de manière coutumièe sa tête dimnuèrent d'intensit jusqu'à ne plus représenter qu'un murmure... Comme des chuchotis au fond d'une salle de classe, de la même intesité qu'un ruisseau qui file dans son lit. Un murmure. Les sensations du jeune homme lui apparaissaient si claires ... Mais pas seulement. Elle sentait une entité, quelquechose qui lui parlait, qui lui racontait. Noirceur, doute, sacrifices, remords, puis plus de noirceur encore ... Résignation, meurtrissures, douleur, souffrance ... insupportable. Arrêt de la souffrance, joie cruelle, sadisme, haine. Perdu. Retrouvé, espoir, masque, froideur.

Tu penses que je me trompe, et que mon erreur est d'autant plus grossière que j'appartiens à Serdaigle. Soit. Trouve toi des excuses, si cela apaise tes remords. Tu es plus versatile que la brise venant de la mer, tu changes plus souvent de direction que les vents tourbillonnants sur les falaises. La manière que tu employeras pour me ... "tuer" ... n'a rien à voir là dedans.

Au fur et à mesure que se déroulait ce discours vide de sens, Gabrielle en étai consciente, elle sondait l'entité qui palpitait près d'elle.
Mensonge, haine, trahison, vérité, yeux.

Trouvant à ce dernier moi l'accroche qu'elle cherchait pour semer le trouble dans l'esprit du Serpent, affichant un léger sourire, Gabrielle poursuivit. Car quelquechose lui criait au plus profond d'elle qu'il s'agissait là d'un détail de poids. La Clé.


Mais il reste toujours une trace de nous. Il reste ceux que tu as rencontré, dont tu as croisé le regard. A chaque regard, on prend possession de l'âme, on ancre sa vie dans l'autre, tant est si bien, que si tu décides de me tuer dans d'atroces souffrances, ce dont tu serais par ailleurs incapable, je te suivrai toujours, inlassablement. N'importe où que tu ailles, je serai avec toi, je t'observerai de mes yeux. Mais je ne t'apprends rien, car cela tu le sais déjà.

Son regard se faisait insistant, quasi hypnotique comme pour donner un poids supplémentaire à ces propos.

Mes yeux ne te fuiront pas Serpentard, parce que maintenant, ils ont capturé ton âme. Tu penses que la vie est la plus précieuse ? Détrompe toi. Tu peux voler ma vie, moi, j'ai déjà voler ton âme.

Mais tout à coup, le Serpent disparut pour réapparaître derrière elle, trop près d'elle d'ailleurs. Et à cela, elle ne s'y attendait pas. Ne laissant néanmoins son visage ne trahir aucune surprise.

Que de menace ... Si peu d'actes. Aurais-tu peur de mes yeux ?

Le vent forçit autour d'eux, et si Gabrielle avait eu à un instant des doutes, ceux-ci n'étaient plus, disparus avec les bourrasques qui ravageait la campagne alentour. Et comme un avertissement, quelques mots couvrant avec une lenteur mesurée les hurlements de l'air en furie...

Tu ne sais pas qui je suis, Aiglon.


Se concentrant pour occulter tous les bruits autour, Gabrielle tenta non plus d'écouter, mais de répondre à l'âme. Elle l'avait déjà fait, certes dans la douleur et la panique, mais si là la peur n'était pas irraisonnée, elle commençait pourtant à s'insinuer sournoisement au coeur d'une jeune fille qui avait depuis longtemps oublier ce sentiments, ainsi que beaucoup d'autres. Alors que les sons de la nuit disparurent pour de bons, elle entendit sa voix, comme un écho, non pas résonner dans l'air mais dans le Serpentard. Et elle glissa dans son esprit, cet avertissement, à peine voilé.

Toi non plus, tu ne sais pas de quoi je suis capable ...

Ses lèvres n'avaient pas bougé.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




The Gravel Road [Pv] Empty
MessageSujet: Re: The Gravel Road [Pv]   The Gravel Road [Pv] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
The Gravel Road [Pv]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'École de sorcellerie Poudlard :: Montagnes autour de Poudlard-
Sauter vers: