AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 *Tour d'astronomie* Toujours plus prêt du ciel. [PV Axel Kallyl]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ellora Morgan
Serdaigle
Serdaigle
Ellora Morgan

Nombre de messages : 16
Age : 26
Age Roleplay + Sorts : 16 ans sort 1 2
Date d'inscription : 06/08/2009

*Tour d'astronomie* Toujours plus prêt du ciel. [PV Axel Kallyl] Empty
MessageSujet: *Tour d'astronomie* Toujours plus prêt du ciel. [PV Axel Kallyl]   *Tour d'astronomie* Toujours plus prêt du ciel. [PV Axel Kallyl] EmptyDim 9 Aoû - 12:31

Il faisait un temps de chien, vulgairement, dehors. C'était ce genre de temps qui nous rendait agressifs et mélancoliques. Il y avait ce ciel noir qui s'étendait dans l'horizon sombre et brumeux dont on ne voyait la fin, allongeant de sa couleur l'immensité de la douleur de mon chagrin. Il y avait le bruit tonitruant de cette pluie lourde nappant ces murs pourtant déjà devenus sourds. Il y avait ce vulgaire courant d'air, qui me rappelait la sonorité angoissante des feuilles bruissant et bruyantes. Il y avait les informes silhouettes des hiboux qui se dessinaient à travers les innombrables gouttes en de figures difformes, irréelles. Spectrales. Il y avait mes sanglots chauds, qui me bouffaient la gorge de leur épaisseur, de leur chaleur. Cette terrible douleur qui savamment, machinalement, sans aucune décontenance, me lacérait le coeur. Il y avait ce fracas continu, mais scandé par des sanglots interrompus, par une sueur et des pleurs se mélangeant à ceux du ciel. Il y avait tout ce climat morose, cette atmosphère chargée d'une amertume que j'aurais voulu démentir. Il y avait tout.

- Regarde-toi t’affaisser sur ce sol gelé. Regarde-toi courber le dos sous le poids de ce qu’on appelle le Destin. Regarde-toi plaquer ta main sur ta bouche pour réprimer un sanglot qui ne demander qu’à violemment s’exprimer. Regarde-toi. Comme tu es pitoyable. On t’avait prévenu pourtant. On t’avait dit que ce n’était pas si simple. T’aurais pas dû être aussi confiante. T’aurai dû te dire que tout était déjà joué simplement parce que tout est déjà écrit. Tu te bornes à te dire que rien n’est écrit. Que rien n’est encore joué. Rien. Que chaque seconde compte. Que chaque choix peut tout changer. Que chaque silence est décisif. Comme ça, ça te donne une excuse de t'en vouloir alors que tu sais que, Destin ou pas, t'aurais rien pu faire. Tu sais que ta mère a eut cet accident après quelques mauvaises décisions de sa part et de celles des autres. Et toi tu crois que ça s’est joué à rien, qu'à une seconde d’inattention ? Regarde-toi t’effondrer et frapper le sol de tes poings inutiles. T’as pas d’autres solutions pour t’en sortir ? Pour supporter ça ? Pour refaire le point ? Pour faire face à cette fatalité ? Le destin, de toute façon, c’est qu’une immonde tricherie. Une sombre mascarade contre les Hommes. Un hypocrite mensonge. En un clin d’œil, il t’a tout pris. La seule cause qui valait la peine qu’on se batte pour elle. Le bonheur, la ligne d’arrivée. T’avais passé toute ta vie à te battre pour elle. Toute une existence, qui te semblait déjà tracé. Il t’a fallu d’une erreur de calcul pour tout avoir faux. La vie, c’est sûrement le seul jeu avec lequel tu peux pas jouer. Parce que c’est pas toi le maitre de jeu, c’est le destin. -

Une agressive lumière blanche inonda la pièce où je me retrouvai durant une infime seconde. Pourtant, durant ce laps de temps, j'eus tout le loisir de voir clairement le lieu où j'étais, bien que je sache parfaitement que c'était la tour d'astronomie. Que faisais-je ici ? Je crois que mes pas m'ont conduit machinalement. Je voulais un endroit isolé, où je puisse surplomber le monde, pour lui hurler ma rage au visage, m'effondrer en tout pudeur. Adossée contre un mur, je me relevai, sujette à une cuisante migraine. Chancelante, je m'approchai de la fenêtre et m'appuyai fermement au rebord. Les yeux fermés, la tête baissée, je tentai de me concentrer sur l'incessant martèlement de la pluie. Reposant. J'avais toujours cru que la vie était mon ennemie. Qu'elle venait me narguer lorsque j'étais seule, à genoux devant la vie. Et Je me rendis compte que ma mère était la seule à qui je pouvais tout dire, à qui j'osais tout dire. Ou presque parce qu'au fond on ne dit jamais vraiment tout. Pas le temps, pas envie, peur de déranger. Cette foutue peur d'être de trop, d'être là au mauvais moment, je l'ai depuis toute petite elle ne m'a jamais quittée. Mais elle, cette meilleure amie, cette guide, elle ne m'avait jamais quittée non plus. Elle avait été là dans les moments les plus durs. Elle me devinait, elle savait toutes les larmes que cachaient mes sourires. Elle savait à quel point il me manquait, elle savait que je vivais au milieu de tous ces souvenirs que je m'efforçais de garder intacts. Elle savait que le présent n'était pas toujours simple, et que l'avenir me foutait la trouille. Elle savait que je ne disais jamais certains mots comme "je t'aime", "pardon" ou même "merci". Elle savait que j'étais trop orgueilleuse pour ça. Mais elle savait que je l'aimais. Elle savait que jamais je ne lui dirais "j'ai besoin de toi ça ne va pas", de toute façon je n'avais pas besoin de le lui dire, elle le sentais. Elle savait qu'elle ne comblerai jamais le vide qu'il avait laissé. Et elle ne le savait peut-être pas mais elle le rendait beaucoup plus supportable. Son rire et ses mots étaient mes meilleures armes pour affronter mes coups de blues. Parce que jamais je n'ai su lui dire à quel point elle pouvait compter, parce jamais je n'ai su assez la remercier pour tout ce qu'elle a fait.
Parce que son amour valait plus que tous les mots.

Ce fut alors après ces méditations brèves et déchirantes que je perçus comme une présence dans mon dos. Juste là, dans l'entrebâillement de la porte. Je n'avais aucune raison de m'alarmer. J'étais toujours dans l'enceinte de l'école et je ne faisais rien de mal en étant dans cette tour. Et puis, le milieu scolaire ne pouvait m'amener qu'élèves ou professeurs. Pourtant, mon coeur battait la chamade. Que me voulait cet inconnu ? Mon esprit logique m'avait abandonné quelques instants plus tôt avec les dernières larmes de mon corps. Il se pourrait que le visiteur se soit retrouvé ici par hasard, amené par ses propres motivations mais j'avais l'impression qu'il était là. Pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=230610
Axel Kalyll
Admin
Admin
Axel Kalyll

Nombre de messages : 1880
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 26 ans sorts 1 2 3 4 MT1-2-3
Capacités Spéciales : ...
Créature : Humain, ou quelque chose dans le genre
Points Prestige : 8
Date d'inscription : 06/07/2009

Profil du Sorcier
Points de vie:
*Tour d'astronomie* Toujours plus prêt du ciel. [PV Axel Kallyl] Left_bar_bleue1960/1960*Tour d'astronomie* Toujours plus prêt du ciel. [PV Axel Kallyl] Empty_bar_bleue  (1960/1960)
Points de mana:
*Tour d'astronomie* Toujours plus prêt du ciel. [PV Axel Kallyl] Left_bar_bleue2420/2420*Tour d'astronomie* Toujours plus prêt du ciel. [PV Axel Kallyl] Empty_bar_bleue  (2420/2420)

*Tour d'astronomie* Toujours plus prêt du ciel. [PV Axel Kallyl] Empty
MessageSujet: Re: *Tour d'astronomie* Toujours plus prêt du ciel. [PV Axel Kallyl]   *Tour d'astronomie* Toujours plus prêt du ciel. [PV Axel Kallyl] EmptyDim 9 Aoû - 13:50

Encore une journée typiquement britannique. Le soleil de l’été faisait depuis plusieurs jours place à un temps oscillant entre pluies diluviennes, brouillards, et parfois même tempêtes. Un temps pour les solitaires, les mélancoliques, les malheureux. Hélas, Axel remplissait généralement ces trois critères, et cette journée était une nouvelle fois pleine de clichés. Maussade, grognon, il agressait facilement quiconque avait un mot déplacé, qu’il soit élève ou professeur. Naturellement, il n’était pas d’humeur linéaire, et de brusques changements eurent tôt fait d’étonner tout le monde ; parfois bougon, parfois nostalgique, parfois même joyeux. Enfin, après quelques heures passées dans son bureau à regarder la pluie inonder le parc, l’esprit vide, dans une situation de totale léthargie, il prit enfin la décision de se remuer un peu. Le château était vaste, froid, balayé par de terribles courant d’airs, et il n’avait aucune envie de se réfugier dans une promenade dans les couloirs. Dehors, le temps ne se prêtait pas ç une excursion dans la forêt, si bien qu’il se résolut à monter dans la tour d’astronomie, un endroit calme, où jamais personne en dehors des cours ne venait troubler celui qui y résidait.

Pourtant, cette fois-ci, la tour d’astronomie recevait déjà une invitée, et Axel dû se résoudre à faire demi-tour, après avoir aperçu une jeune fille à travers l’entrebâillement de la porte. Seulement, après un bref regard en arrière, il reconnut une élève de son cours, et en bon professeur, il se demandait ce qu’une élève pouvait bien faire dans la tour d’astronomie, seule, et avec aucun cours en vue. La réponse était évidente, bien sûr, car ceux qui aimaient rester inlassablement dans la tour étaient tous les mêmes ; elle était sans doute là précisément pour la même raison qu’Axel. Sachant qu’un enseignant doit se soucier du bien-être de ses élèves autant que de leurs performances, il poussa la porte d’un geste délicat, s’avançant dans la plus haute salle de Poudlard.


Bonjour miss Morgan. Puis-je savoir ce que vous faites ici ? Votre salle commune n’est-elle pas assez confortable ? A moins peut-être, que vous ayez besoin d’un peu plus de calme.

Axel faisait parti de ces professeurs qui savent par leur seule présence rendre une classe parfaitement calme. Pourtant, loin d’être un de ces vauriens qui aiment à martyriser les élèves, il était juste, et savait écouter les élèves qui avaient besoin de lui parler. Sa réputation ne se situait pas vraiment du côté de la complaisance et la compassion, si bien que les quelques élèves qui avaient pu trouver avec lui une oreille attentive gardaient ce secret jalousement.

Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas là pour vous punir de quoi que ce soit. Si quelque chose vous tracasse, vous pouvez m’en faire part, sachez-le, et tout ce que vous me direz ne sortira pas de cette salle, naturellement.

Par mesure de précaution, Axel referma la porte derrière lui, murmurant l’incantation pour empêcher d’écouter aux portes, le nécessaire pour permettre à miss Morgan de se sentir plus à l’aise si elle avait peur que l’on surprenne cette conversation.

_________________
*Tour d'astronomie* Toujours plus prêt du ciel. [PV Axel Kallyl] Blinda11
Rien n'arrête un vent qui souffle, un esprit.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/biographie-des-personnages-f
 
*Tour d'astronomie* Toujours plus prêt du ciel. [PV Axel Kallyl]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» G - "With or Without You" [HENTAÏ] [PV Mina]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'École de sorcellerie Poudlard :: Autres lieux-
Sauter vers: