AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 La nièce déboule ! (PV)

Aller en bas 
AuteurMessage
Eloïse Cross
Poufsouffle
Poufsouffle
Eloïse Cross

Nombre de messages : 516
Age : 34
Age Roleplay + Sorts : 15 ans sorts 1 2 MD3
Capacités Spéciales : apprentie mage sylvaine, médicomagie
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 18/10/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
La nièce déboule ! (PV) Left_bar_bleue100/100La nièce déboule ! (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
La nièce déboule ! (PV) Left_bar_bleue100/100La nièce déboule ! (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)

La nièce déboule ! (PV) Empty
MessageSujet: La nièce déboule ! (PV)   La nièce déboule ! (PV) EmptyJeu 13 Nov - 14:54

Elle court, elle court, l'adolescente terrifiée ! l'enfant grandit trop vite à son goût...
Hier fillette insouciante, elle vivait le pur bonheur et la vraie tranquillité au milieu d'une famille unie. Aucune question ne la troublait, elle s'amusait avec ses soeurs.
Et puis il y a eu Poudlard. Poudlard qu'elle avait vécu comme un abandon : elle qui étudiait à la maison comme ses soeurs était exilée sans plus d'explication à l'autre bout de l'île de Bretagne, tandis que Lisa et Emmeline avaient droit au collège la journée et rentraient à la maison le soir... Comme elle aurait voulu être cracmolle, elle aussi, à cette époque !
Poudlard s'était adouci avec Iridal et la magie sylvaine, juste pour un court instant. Et puis Ariane avait fait son entrée fracassante dans sa vie, et tout, depuis lors, n'avait cessé de se dégrader !
Elle qui n'avait jamais rien demandé, avait découvert ses origines... Une mère lâche qui l'habitait depuis 15 ans pour ne pas mourir. Un père mangemort assassin, cruel, qui avait tué de sang froid la femme de son frère jumeau. Un oncle certes aussi charmant qu'un oncle se doit de l'être, mais qui ne pouvait poser ses yeux sur elle sans voir la douleur de sa femme morte et la haine envers son frère traître et meurtrier. Et une cousine avec laquelle la relation était encore plus qu'incertaine...

Mais au moins jusque là elle était en sécurité...
Et voilà que...

Qui était-il ? Celui que la raison l'avait vu voir ? Avait-elle vu tant de haine dans les yeux de son oncle ?
Ou était-il bien celui dont la panique lui soufflait le nom, et balayait toute la sécurité qui jusque là l'entourait ?
Brise-coeur ou terreur ?

Alors elle court, tout droit, sans savoir où elle va, jusqu'à ce qu'un point de côté ne lui vrille les côtes, l'obligeant à s'arrêter, et, par là, à penser...

Réfléchisréfléchisréfléchis !!! Allez Eloïse, qu'est-ce que tu fais maintenant ???

Autour d'elle que du vide. Elle a couru assez longtemps pour se retrouver en plein désert gris de début d'hiver, dans les plaines d'Ecosse... Au loin les montagnes et le château se découpent, mais elle ne voit plus le village, sans doute masqué par quelque accidentation du terrain... ni personne ne l'ayant suivi.

Elle sait quel est son objectif, il faut qu'elle soit certaine !
Mais comment, de si loin, parvenir au ministère de la magie ?
Le monde moldu a ses nombreux trains, le monde magique en a, certes, quelques uns, mais dans ce cas précis c'est impensable ! Pas non plus de métro... Elle ne sait pas transplaner, et les cheminées, dans ce désert, ne sont pas nombreuses !

Alors, épuisée, elle s'assied sur une pierre, et regarde sa baguette qui parait bien impuissante... Elle se souvient de la première fois qu'elle a tenu sa propre baguette magique entre ses doigts ! Elle ne cessait de l'agiter avec des formules de son invention qui n'étaient, pour la plupart du temps, des voeux formulés, comme dans les contes de fées...
Son voeux est ici tout formulé, et quand elle agite sa baguette avec les mots consacrés, un miracle se produit !


Je souhaite que tout s'arrange !

Deux phares apparaissent de nulle part, et se rapprochent à une vitesse folle ! Eloïse se lève, incrédule de la puissance de son voeu, puis hurle en voyant l'immense autobus se précipiter sur elle ! La collision est inévitable, et pourtant, quand elle réouvre les yeux, l'énorme véhicule est à l'arrêt, et le contrôleur, flegmatique, la regarde étonné :

Ben tu montes ou quoi ?

Oh bien sûr l'adolescente connaît l'existence du magicobus, mais son éducation aux côtés de ses soeurs cracmolles et sur les routes internationales les plus variées l'a incitée à connaître plus la technique moldue, et ne lui a pas enseigné les réflexes de tout sorcier dans sa situation...

Le magicobus !

Alors elle se reprend et monte autoritairement dans le bus.


Au ministère de la magie à Londres s'il vous plaît !

Et si le contrôleur ou le chauffeur ont trouvé amusante cette voix autoritaire sortant d'une si petite môme une minute avant si perdue, ils n'en ont rien laissé voir...

Un court voyage, trop long à son goût d'adolescente impatiente, mouvementé au possible, et elle y est ! Il ne lui reste plus qu'à faire face à la dernière énigme du parcourt...
L'entrée visiteurs, elle la connaît, elle y a même été : son père, bien que correspondant international, y avait un bout de bureau, rarement occupé. Elle sait comment faire : on décroche le téléphone (rarement accroché), même si le fil est déchiqueté et malgré le gros panneau "HORS D'USAGE" qui orne la cabine, et on compose un numéro.
Un numéro... mais lequel ?
Après plusieurs essais infructueux, qui laissent le téléphone usé comme la cabine métallique, aussi froids que le marbre, la petite fille s'énerve, si près du but, et parle dans le téléphone de sa plus belle voix d'autorité :


Je connais pas le numéro mais je dois entrer. Je suis Olivia Quindiniar, la nièce du directeur du département des aurors, et je dois le voir pour une affaire familiale des plus urgentes !!!

Certes les points d'exclamations ne s'entendent pas, mais ils se devinent, et comme impressionnée par l'autoritarisme d'Eloïse, la cabine se met en branle, tandis qu'un badge tombe dans le réceptacle à monnaie et qu'une voix féminine d'ordinateur l'invite à se rendre auprès du poste de vérification une fois le sus-dit badge épinglé au vêtement.

Le ministère de la magie !
Il ne reste plus qu'à trouver l'oncle Quindiniar, là-dedans, et le tour est joué. Devant elle de gros panneaux lui indiquent le chemin à prendre pour rejoindre le département des aurors, à commencer par les ascenseurs, à l'autre bout de l'atrium.
Elle touche au but et se met presque à courir - enfin elle va savoir - quand elle est stoppée net par deux gros bras de la sécurité.

Sans les écouter elle se met à protester, de plus en plus fort, jusqu'à presque hurler, qu'elle doit voir de toutes urgences son oncle, que c'est le chef des aurors, et que :


Lâchez-moi !!! Il faut que je voie mon oncle ! Au secours !!! Lâchez-moi !!!

Serait-ce lui tout au fond ?

Monsieur Quindiniar !!!
Revenir en haut Aller en bas
Lenthan Quindiniar
Serpentard
Serpentard
Lenthan Quindiniar

Nombre de messages : 489
Age Roleplay + Sorts : 53 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Légilimens occlumens
Date d'inscription : 12/03/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
La nièce déboule ! (PV) Left_bar_bleue1620/1620La nièce déboule ! (PV) Empty_bar_bleue  (1620/1620)
Points de mana:
La nièce déboule ! (PV) Left_bar_bleue1390/1390La nièce déboule ! (PV) Empty_bar_bleue  (1390/1390)

La nièce déboule ! (PV) Empty
MessageSujet: Re: La nièce déboule ! (PV)   La nièce déboule ! (PV) EmptySam 15 Nov - 22:08

Un soupir s'échappa des lèvres entrouvertes de Lenthan Quindiniar, il ouvrit lentement les paupières et eu un moment d'incompréhension et d'étonnement puis secoua la tête tristement. Encore une fois il s'était endormi le nez dans ces parchemins inutiles... encore une fois son sommeil avait été peuplé d'ombres et de douleurs... encore une fois c'était avec cette étouffante frustration qui lui nouait la gorge, qu'il se réveillait... encore une fois.

Combien de jours pourra-t-il supporter ça? Il réprimait déjà l'envi constante de jeter toute cette parcherasse par terre et contrôlait de plus en plus difficilement cette colère sourde qui grondait en lui depuis la mort de Gabriel.

Il se leva et parcourut la pièce des yeux. Il y a quelques jours, quelques semaines encore, il aurait trouvé le sombre bureau accueillant, réconfortant même... à présent il ne supportait plus de voir ces étagères ornés de médailles, ces dossiers en attente empilés sur le sol, tous ces objets qui le retenaient entre quatre murs et faisait monter en lui ce sentiment d'impuissance insoutenable.

Même la présence de sa tendre Abdonise ne réussissait à l’apaiser, elle avait été elle aussi grandement touchée par la nouvelle de la mort de leur vieil ami mais essayait pourtant d’être un soutien pour Lenthan, elle réussissait d’ailleurs cette tache en partie.

Deuxième soupir le vieil auror se mit à faire les cent pas dans son bureau, cherchant à apaiser cette inactivité oppressante. Il jeta un coup d’œil à l’horloge qui trônait près d’une étagère: 7h 15. Il ne semblait pas avoir dormi plus de quelques heures et pourtant il se sentait tout à fait éveillé.
Il lança un regard sombre aux dossiers qui attendaient d’être remplis et marqua une pause, il aurait le temps de s’en occuper après avoir fait un tour au bar de l’atrium.

Il revint un instant plus tard une tasse de café fumante dans la main, légèrement calmé par le petit tour qu’il venait de faire et il put s’installer plus sereinement à son bureau pour commencer son rébarbatif travail de parcherasses.

Outre le fait qu’il resta, la journée durant, dans ce même état d’esprit frustré il réussit cette fois encore à retenir sa colère bien sagement au fond de lui, se disant que tôt où tard il trouverait le moyen de l’extérioriser utilement.

Bien décidé à ne pas s’effondrer de sommeil dans son fauteuil et à profiter un temps soit peu des mots réconfortant de sa chère et tendre, il ne traîna pas lorsque 19h sonna, il ne restait plus grand monde au ministère et il ne croisa que très peu de personnes dans l’ascenseur. Un soulagement en quelque sorte, il ne se sentait pas le moins du monde d’humeur à faire la causette à un quelconque employé ou à un collègue.

C’est ainsi qu’il se dirigeait vers l’une des nombreuses cheminées du hall lorsqu’une bruyante agitation lui fit tourner le regard, regard qui se posa en quelques secondes sur ce visage si semblable à celui de sa fille. Sa première réaction fut d’ailleurs de croire que c’était bien Aléatha qui faisait un scandale parmi le personnel de sécurité.

Qu’Est-ce que…

Puis les détails finalement lui sautèrent aux yeux, la jeune fille était plus petite et son visage ne portait pas encore les traits d’une véritable femme, ce n’était qu’une enfant qui en ce moment même criait le nom de son oncle d’une voix désespérée. Il resta un instant tétanisé par cette apparition.
Que faisait-elle ici par l’ancien…que pouvait-elle bien faire là à une heure pareille?
Il s'avança et en quelques paroles d'excuses libéra sa nièce des prises avec les gardiens, il lui prit la main et en silence l'emmena dans l'ascenseur pour rejoindre le bureau qu'il venait de quitter.
Il ne prononça pas un mot durant les quelques minutes qui s'écoulèrent pour rejoindre le département des aurors. Ce ne fut qu'après avoir assis la fillette dans un fauteuil et lui avoir collé un chocolat chaud dans les mains qu'il ouvrit enfin la bouche.
Il tenta de prendre une voix calme et rassurante même si l'accumulation de colère mêlée de frustration de ces dernières semaines menaçaient sensiblement de l'emporter. Elle avait intérêt à avoir une bonne raison pour être venue jusqu'ici, il ne souhaitait pas la brusquer, elle avait déjà tant souffert et venait à peine de retrouver sa véritable famille mais il ne pouvait s'empecher de voir le visage terrorisé d'Aléatha devant le cadavre de sa mère lorsqu'il regardait cette si jeune enfant. Elle lui rappelait trop de mauvais souvenirs et cela il n'y pouvait rien.


Bien, bois ça te fera du bien, et après tu me diras ce qui a bien pu se passer pour que tu viennes de Poudlard jusqu'ici et que tu ais fais paniqué la sécurité pour me voir.

Son visage était dur mais il laissa pointer un voile de tendresse triste dans son regard, il était las ce soir...las de toute cette haine qui le hantait et de toute cette tristesse qui le rattrapait toujours.
Il n'avait même plus envi de s'emporter en regardant le visage de cette petite fille effrayée, même si elle n'avait pas de bonne raison d'être là, il ne lui dirait sans doute rien, alors qu'il y a quelques jours, quelques temps il aurait été plus rigide et l'aurait réprimandé de l'incident qu'elle avait provoqué peut-être inutilement. Il soupira:


Tu es en sécurité ici, maintenant racontes-moi...
Revenir en haut Aller en bas
Eloïse Cross
Poufsouffle
Poufsouffle
Eloïse Cross

Nombre de messages : 516
Age : 34
Age Roleplay + Sorts : 15 ans sorts 1 2 MD3
Capacités Spéciales : apprentie mage sylvaine, médicomagie
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 18/10/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
La nièce déboule ! (PV) Left_bar_bleue100/100La nièce déboule ! (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
La nièce déboule ! (PV) Left_bar_bleue100/100La nièce déboule ! (PV) Empty_bar_bleue  (100/100)

La nièce déboule ! (PV) Empty
MessageSujet: Re: La nièce déboule ! (PV)   La nièce déboule ! (PV) EmptySam 29 Nov - 20:49

Il était venu la sauver, son oncle si impressionnant qu'il lui faisait peur en même temps qu'il la rassurait, à chaque fois qu'elle le voyait...
En quelques mots, il l'avait arrachée à la sécurité, rassuré les gardiens sur le fait qu'elle était bel et bien sa nièce, et l'avait attrappée par un bras, sans lui parler, sans presque la regarder. Son visage était dur et fermé, mais elle ne put le quitter des yeux alors qu'ils attendaient que l'ascenseur ait bien voulu les mener à bon port. Même dans cette colère qui transparaissait sur son visage, lui donnant un air redoutable, elle y trouvait un rien de douceur que l'autre n'avait pas. Celui-ci était furieux, agacé, exténué. L'autre la haïssait et la maudissait, de toutes les pores de son être. Et la différence faisait trembler la gamine, forçant son esprit à éliminer le dernier doute qui l'aurait sauvée...

Le doute ne fut, définitivement plus permis, lorsque cet oncle en colère l'assit d'autorité dans un fauteuil en lui collant une tasse de chocolat fumant entre les mains.

Eloïse porta la mug à ses lèves, cachant son visage derrière la tasse et dans la fumée... et se mit à pleurer. Des larmes incontrôlables, une véritable terreur qui s'emparait d'elle. Plus rien ne la protégeait.

Tu es en sécurité ici...

Non.

Rien ne pouvait la rassurer, et pourtant il restait une toute petite lueur de solution... Et pour cela il fallait d'abord tout lui dire.


Ce n'était pas vous n'est-ce pas ? A Pré-au-Lard ? C'était lui ? Il est revenu...

Si c'était encore possible, elle vit le visage de Lenthan se faire encore plus dur et clos, instantanément. Et elle se rendit compte qu'elle n'était pas seule.

Alors elle posa sa tasse de chocolat, sans en avoir avalé ne serait-ce qu'une goutte, et passa les bras, tremblante, autour du cou de son oncle.


J'ai peur...
Revenir en haut Aller en bas
Lenthan Quindiniar
Serpentard
Serpentard
Lenthan Quindiniar

Nombre de messages : 489
Age Roleplay + Sorts : 53 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Légilimens occlumens
Date d'inscription : 12/03/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
La nièce déboule ! (PV) Left_bar_bleue1620/1620La nièce déboule ! (PV) Empty_bar_bleue  (1620/1620)
Points de mana:
La nièce déboule ! (PV) Left_bar_bleue1390/1390La nièce déboule ! (PV) Empty_bar_bleue  (1390/1390)

La nièce déboule ! (PV) Empty
MessageSujet: Re: La nièce déboule ! (PV)   La nièce déboule ! (PV) EmptySam 25 Avr - 20:11

Lui?

Lenthan fixa la petite, avec un air perplexe, comme une pause déraisonnable avant une douche glacée d'effroi.
Pendant une fraction de seconde il se demanda avec qui la gamine avait pu le confondre, puis la réalité le frappa comme un coup de poignard, le faisant pâlir de manière alarmante.
Le vieil auror s'appuya lentement sur le dossier de fauteuil à coté de lui, laissant, sans réagir, Eloise mettre ses bras autour de son cou dans une recherche de réconfort dont lui aussi avait besoin en cet instant.
Son regard se fit vague pendant quelques secondes, tandis que de douloureux souvenirs remontaient à la surface, durcissant son visage d'une marque haineuse.

Quand il se rendit compte que la fillette était toujours contre lui, il remonta avec hésitation les mains et l'entoura d'une étreinte maladroite.
Il ferma les yeux et respira lentement, tout en tentant de se reprendre et de repousser cette vague de folie destructrice qu'évoquait son jumeau dans son esprit.
Il ne sut pas vraiment combien de temps ils restèrent ainsi mais lorsqu'il rouvrit enfin les yeux, quelque chose avait imperceptiblement changé dans son regard...comme une lame émoussée qui aurait repris tout son éclat.

L'auror desserra son étreinte et écarta avec douceur la fillette toujours collée a lui.
Le visage de Lenthan avait gardé de sa sévérité et de sa lassitude mais quelque chose d'autre se mélangeait à présent au sentiment de sécurité qu'il pouvait dégager.


Tu ne dois pas avoir peur, la peur rend l'esprit faible...crois-moi j'en ai fait l'expérience... tu es en sécurité à Poudlard mais tu ne dois pas rester au ministère, je ne pourrais rien faire tant que tu es là.

Il n'ajouta pas ce qu'il avait sur le cœur vis-vis de sa nièce, cela aurait été trop cruel de sa part, pourtant il ne pouvait s'empecher de penser qu'a chaque fois qu'il avait rencontré cette petite fille, il avait due en souffrir plus qu'elle ne pouvait en douter.
Il la fixa un instant comme pour lui instiller un peu de sa force pour qu'elle cesse de trembler.
Dans l'arrière de son esprit une petite voix ne cessait de répéter:


Regarde-la c'est une enfant...que peut elle faire pour ne pas avoir peur?...elle est comme la petite Thea il y a longtemps....comme la petite Thea...terrorisée.

Lenthan coupa le contact visuel et s'approcha de la cheminée, prenant au passage une pincée de poudre de cheminette qu'il jeta dans l'âtre.
Le feu grésilla, grossit en une flamme verte et diminua lentement lorsque l'auror donna le nom de "Poudlard, bureau de la directrice".

Il plongea la tête dans le feu, Iridal ne semblait pas présente mais elle ne tarderait pas a regagner son bureau, il pouvait donc lui envoyer la fillette.
Le vieux Quindiniar retourna auprès d'Eloise et s'accroupit un instant face à elle, il ne trouva aucune parole rassurante à lui dire, alors il se contenta de la regarde un instant, d'un regard à la fois ferme et tendre, puis il lui prit la main et la mena jusqu'au feu.
La seule chose qu'il put dire avant qu'elle disparaisse dans la cheminée fut:


Iridal t'attends, elle prendra soin de toi...je m'occupe du reste.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La nièce déboule ! (PV) Empty
MessageSujet: Re: La nièce déboule ! (PV)   La nièce déboule ! (PV) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La nièce déboule ! (PV)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Atrium et autres lieux-
Sauter vers: