AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [RESIDENCE] le 221 et 221 bis baker Street *Gabriel d'Arbanville*

Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel d'Arbanville
Serdaigle
Serdaigle
Gabriel d'Arbanville

Nombre de messages : 278
Age : 40
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Ambidextre, sortilèges informulés
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 30/07/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
[RESIDENCE] le 221 et 221 bis baker Street *Gabriel d'Arbanville* Left_bar_bleue1240/1240[RESIDENCE] le 221 et 221 bis baker Street *Gabriel d'Arbanville* Empty_bar_bleue  (1240/1240)
Points de mana:
[RESIDENCE] le 221 et 221 bis baker Street *Gabriel d'Arbanville* Left_bar_bleue1600/1600[RESIDENCE] le 221 et 221 bis baker Street *Gabriel d'Arbanville* Empty_bar_bleue  (1600/1600)

[RESIDENCE] le 221 et 221 bis baker Street *Gabriel d'Arbanville* Empty
MessageSujet: [RESIDENCE] le 221 et 221 bis baker Street *Gabriel d'Arbanville*   [RESIDENCE] le 221 et 221 bis baker Street *Gabriel d'Arbanville* EmptyMar 16 Sep - 20:06

Baker Street, de toutes les rues de Londres, il y en avait peu qui enflammaient autant les esprits que celle-ci. Pourtant c’était une rue commerçante tout ce qu’il y avait de plus ordinaire à quelques détails près, une adresse qui avait fait toute sa notoriété dans les pages de Conan Doyle, le mythique 221 bis, adresse du légendaire détective, Sherlock Holmes. Les moldus venaient de loin trouver cet endroit, et dès la station même du métro, l’ombre du héros flottait à chaque pas, dessinée en milles itérations sur les murs sa silhouette ne permettait à personne d’oublier les aventures que l’encre avait un jour placé ici.
En réalité le 221 bis que les moldus visitaient par centaines chaque jour, n’était qu’une partie du rez-de-chaussée du 221 qui avait été racheté pour faire de l’argent sur un mythe, le musée Holmes ? Rien qu’une mise en scène.

Pour les sorciers la réalité est tout autre, mais pour bien la comprendre il faut revenir loin en arrière, le 2 septembre 1666, le jour le plus tragique de la capitale, le grand incendie de Londres qui avait ravagé aux cendres la plus grande partie de la ville. De fait très peu de bâtisses dans le cœur de la cité sont plus âgées que ce noir évènement. Il vivait alors là, dans ce qui deviendrait un jour le 221 bis Baker Street une sorcière hollandaise dont le nom s’est oublié, comme beaucoup de ses compatriotes elle fut la cible des accusations de la population londonienne, et très vite les lynchages débutèrent. Pour échapper à la vindicte populaire elle dissimula la maison aux yeux de tous, devenant gardienne de son propre secret, officiellement les flammes l’avaient emportée. Par la suite la demeure resta dissimulée aux moldus mais le secret s’éventa dans la communauté sorcière.

A la fin du 19ème siècle, elle était occupée par un personnage des plus étonnants, Le Professeur Bell, un excellent médecin, pour l’époque, un Cracmol qui détenait des facultés de déduction et d’observation extraordinaires, il avait acheté la maison voisine, pour satisfaire à ses relations de travail, son cabinet, et parmi ses clients, un jeune aristocrate, écrivain qui cherchait un personnage, sir Arthur Conan Doyle. La suite est passée à la postérité…
De mains en mains les adresses jumelles sont passées, mais toujours dans le monde des sorciers. Le second grand incendie de Londres, qui n’avait pas de commune mesure avec le précédent marqua le dernier changement de propriété de la demeure, les d’Arbanville l’acquirent sans mal dans ces circonstances.

Aujourd’hui le 221 ressemble à ces maisons typiques de la city, toute en profondeur et en étages, le vieux cabinet du professeur Bell est aujourd’hui le bureau richement meublé ou Gabriel reçoit la plupart de ses visiteurs moldus, rares sont ils, presque uniquement des policiers, une incroyable ironie qui reproduit entre le talentueux auror et ses interlocuteurs la relation qu’un improbable commissaire du yard, Lestrade, entretenait avec Holmes, et qu’aucun des concernés aujourd’hui n’ignore. L’endroit est douillet, il porte l’odeur du bois ancien ciré et de livres innombrables, et un calme paradoxal dans ce quartier si vivant.
Le véritable 221 bis, que seuls les sorciers connaissent est une maison bien plus grande, sur deux étages seulement, par contraste avec ses voisines, elle est entouré d’un petit jardin, sobrement entretenu, elle trahi son architecture vieille de plus de trois siècles, ainsi que ses ornements. A l’intérieur les espaces sont grands, nullement encombrée, on y sent un coté pratique mais il est impossible d’ignorer que l’occupant y vit dans une solitude méditative, l’ironie du sort fait du musée qui lui a volé l’adresse un endroit bien plus chaleureux que la demeure d’Arbanville
Revenir en haut Aller en bas
Megan O'Hara
Moldu(e)
Moldu(e)
Megan O'Hara

Nombre de messages : 67
Age : 40
Age Roleplay + Sorts : 29 ans
Capacités Spéciales : moldue
Date d'inscription : 28/12/2007

[RESIDENCE] le 221 et 221 bis baker Street *Gabriel d'Arbanville* Empty
MessageSujet: Re: [RESIDENCE] le 221 et 221 bis baker Street *Gabriel d'Arbanville*   [RESIDENCE] le 221 et 221 bis baker Street *Gabriel d'Arbanville* EmptyMer 17 Sep - 7:52

L'air se rafraîchissait de jour en jour, depuis quelques temps. Dans moins d'une semaine débuterait l'automne et les températures s'étaient déjà arrangées pour correspondre à la saison.
Megan remonta le col de sa veste. Elle avait les mains glacées, également. Mais les mains, ce n'était pas grave. Quand on a l'habitude des hivers New Yorkais, on peut supporter les automnes Londoniens !

L'un de ses collègues - pouvait-elle vraiment donner ce nom là à quelqu'un qui travaillait pour une autre organisation que celle qu'elle servait ? - lui avait donné l'adresse.
Megan avait d'abord cru à une farce de mauvais goût. Et même après avoir écouté les longues explications du policier, ou supporté son entêtement acharné, elle n'était toujours pas sûre du sérieux de cette idée.

Mais elle pataugeait dans l'affaire sur la faucheuse. Ainsi, au risque de se faire ridiculement bernée par quelques policiers peu galants, elle choisit tout de même de le croire et de tenter sa chance.
Croire... C'était l'histoire de toute sa vie... Elle voulait croire tant de choses... Mais pas sans preuves... Elle voulait tout découvrir, tout savoir... Et elle ne savait rien !

Elle était venue à pieds. Si elle pouvait l'éviter, Megan ne prenait pas le métro. Elle aimait marcher, courir, bouger... C'était une sportive née. Son père se plaisait à dire que si elle n'était pas rentrée au FBI, elle aurait fini par faire les Jeux Olympiques...
Ce qu'il ignorait, c'est qu'elle voyait le sport uniquement comme une échappatoire... Qu'en marchant, en courant ou en nageant, elle ne faisait qu'essayer de se sortir de la tête toutes les questions, tous les doutes et toutes les horreurs qui essayaient de s'y installer...

Et aujourd'hui, bouger ne suffisait plus !

Enfin, elle arriva devant le bâtiment, ignora les touristes qui s'engouffraient dans le musée juste à côté, hésita un instant, puis sonna à la porte.


Ils ont intérêt à ne pas s'être fichu de moi !
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/biographie-des-personnages-f
 
[RESIDENCE] le 221 et 221 bis baker Street *Gabriel d'Arbanville*
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Centre ville-
Sauter vers: