AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 You, only you, always you (PV Kelpy)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lunavi Diamantine
Gryffondor
Gryffondor
Lunavi Diamantine

Nombre de messages : 41
Age : 36
Age Roleplay + Sorts : 22 ans + Sorts 1, 2, 3
Date d'inscription : 28/04/2008

You, only you, always you (PV Kelpy) Empty
MessageSujet: You, only you, always you (PV Kelpy)   You, only you, always you (PV Kelpy) EmptyJeu 15 Mai - 20:07

C’était un samedi soir de printemps comme les autres. A la seule exception que Lunavi se trouvait dans un café branché de Londres. Oui vous avez bien lu, elle y était de son plein gré qui plus est. Certes, elle ne le faisait pas de gaieté de cœur mais où aurait-elle pu rencontrer Kelpy ailleurs que dans un café bondé de gens superficiels et un peu trop sûrs d’eux à son goût ? Certainement pas à l’Opéra et encore moins dans un musée. Savait-il seulement que ce genre de lieu existait ?

Lunavi avait revu Kelpy après 7 ans de silence radio. Sept années sans nouvelles, sans même le croiser une seule fois. Pourtant, ils avaient été plus que de simples connaissances durant leurs études. Breeeef, ils s’étaient croisés lorsque la demoiselle sortait de son entretien d’embauche au Ministère. C’était lui qui l’avait reconnue en premier. Il faut dire que la jeune femme n’aurait certainement pas daignée adresser la parole à un gars dans son genre. Toujours est-il qu’enfermés tous les deux dans le même ascenseur, elle n’avait eu d’autres choix que de faire bonne figure. C’est vrai, elle n’allait quand même pas lui infliger mille et une tortures au sein même du Ministère. Quoi que… Breeeef (oui, encore une fois), lorsqu’il lui avait proposé d’aller prendre un verre (ou plus si affinité), elle s’était entendue répondre :

Avec plaisir.

Et là, debout devant ce bar, elle ne pouvait s’empêcher de se demander ce qu’il lui avait pris.

Rien dans la tête, absolument rien dans la tête ma pauvre fille ! Mais qu’est-ce que tu fous là ? Non mais c’est vrai, t’as plus 15 ans, arrête un peu de croire que tout pourra redevenir comme avant ! Comme avant…

Oui, avant Lunavi aimait Kelpy. Avant, elle avait été sa petite copine. Avant, elle aurait pu croire que c’était l’homme de sa vie. Qui aurait cru que la petite intello de Poudlard puisse s’éprendre du beau Serpentard dont la hauteur d’esprit ne dépassait jamais les pâquerettes. Enfin, c’est ce qu’elle pensait avant de le connaître… Et seul Merlin sait qu’elle avait pris du plaisir à découvrir les faces cachées de ce jeune homme. Le seul qui avait pu s’approcher d’elle sans se brûler les ailes.

Flash Back.


Septembre 2001. Rentrée de Poudlard. Cinquième année pour Lunavi, Septième pour Kelpy. Elle ne le connaît pas, elle n’a jamais prit la peine de poser ses yeux sur lui. Elle a déjà bien assez avec la frangine. Deux, ça serait trop, beaucoup trop. Tiens, en parlant de la frangine, vous saviez qu’elle avait été surprise dans les toilettes avec le boutonneux doué en potion ? Oh, je m’égare. Revenons-en à nos moutons…

Lunavi arpentait les couloirs de l’école lorsqu’elle le percuta de plein fouet. Ses livres volèrent un peu partout (non sans assommer un ou deux élèves passant par là) et elle atterrie dans les bras de Mister McGlenn. Lui jetant un regard noir, elle s’était dépêchée de ramasser ses bouquins et de le quitter la tête haute, restant sourde à ses appels. Elle avait cependant eu le temps de ressentir une légère décharge électrique lorsque les bras de Kelpy s’étaient refermés sur elle. Ainsi c’était passé leur première rencontre.

Fin du Flash Back.


Une décharge électrique ? Des frissons très certainement. Et il en était ainsi chaque fois qu’il s’approchait un peu trop près d’elle. Et là, les poils de ses bras s’hérissèrent. Ce signe ne trompait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


You, only you, always you (PV Kelpy) Empty
MessageSujet: Re: You, only you, always you (PV Kelpy)   You, only you, always you (PV Kelpy) EmptyVen 16 Mai - 0:34

Lunavi. Quand il y réfléchissait, il n’arrivait plus à se souvenir de son nom de famille, ce qui pouvait paraître scandaleux quand on savait qu’ils étaient sortis ensemble pendant environ un et demi, à une vache près. A sa décharge, c’était quand il avait dix-sept ans – une époque tellement lointaine qu’il ne s’en souvenait qu’avec d’énormes efforts de mémoire. Et puis, Kelpy n’arrivait à retenir que le nom de ses bars, alcools, et marques de fringues préférés. Intellect au ras des pâquerettes, on vous avait prévenu.
Mais quand il s’était retrouvé dans cet ascenseur du ministère, il n’avait pu que reconnaître son « ex » comme on disait, et l’avait invitée assez machinalement à boire un verre avec lui, le samedi soir suivant. Il connaissait une certaine Auror qui n’aurait pas été ravie du tout d’apprendre ça – en fait, il était persuadé que si quelqu’un s’avisait de la mettre au courant, il allait avoir droit à tout son attirail anti-vampires, et ça, c’était pas rien.
Bref, c’était pour revoir une fille avec qui il était sorti pendant un an et demi – son record personnel – qu’il arpentait les rues de Londres, une cigarette à la main, maudissant la pluie qui avait sensiblement refroidi l’atmosphère de la journée. Il considéra d’un œil absent la cigarette incandescente qu’il tenait entre deux doigts de la main droite. Est-ce que je fumais déjà à cette époque-là ? … Oui, il me semble bien que oui.
Mais il arrivait déjà à la fin de sa cigarette, ce qui tombait plutôt bien dans le sens où il arrivait également devant l’entrée de son bar londonien préféré, dans lequel il entra la démarche assurée et fière, juste après avoir jeté son mégot dans le caniveau. Il salua poliment et énergiquement l’employé, et avança un peu plus dans l’endroit, plissant un peu les yeux pour compenser sa myopie. Et malgré ce défaut de vision assez agaçant, il reconnut Lunavi, et s’approcha d’elle un léger sourire aux lèvres, typiquement kelpien, très sûr de son charme dans ses fringues Diesel.


« Ah, j’étais pratiquement persuadé que tu n’allais pas venir ! »

Il se penche sur la jeune femme pour l’embrasser sur les deux joues, et l’entraîne ensuite vers sa table préférée avec toujours cette pointe d’hyperactivité qui caractérise si bien les McGlenn de la dernière génération. Il commande une vodka-orange, laisse Lunavi demander ce qu’elle veut, et sitôt le serveur parti, se tourne vers elle avec une expression inspirée et attentive :

« Alors, dis-moi, qu’est-ce que tu faisais dans ce cher ministère ? Tu vas y travailler ? »

La question semble l’intéresser, mais de là à savoir s’il en éprouve de la joie ou autre chose, il y a un grand pas. Parce que l’hyperactivité, ça a comme avantage de masquer assez efficacement les ressentis et les émotions.
Hey on dirait pas comme ça, mais c’est très retors un McGlenn. Seulement, il est présentement face à une fille avec qui il est sorti pendant un an et demi… Pas certain que le jeu des apparences tienne très longtemps avec elle. Il le tente quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Lunavi Diamantine
Gryffondor
Gryffondor
Lunavi Diamantine

Nombre de messages : 41
Age : 36
Age Roleplay + Sorts : 22 ans + Sorts 1, 2, 3
Date d'inscription : 28/04/2008

You, only you, always you (PV Kelpy) Empty
MessageSujet: Re: You, only you, always you (PV Kelpy)   You, only you, always you (PV Kelpy) EmptyVen 16 Mai - 17:49

Elle se retourna et lui fit face. Merlin ce qu’il était toujours aussi (Beau ? Canon ? Indigne d’intérêt ? Abruti ?) Kelpy ! Oui, seul un Kelpy tout droit sorti de chez l’esthéticienne affiche un sourire aussi ravageur (vous savez, celui des pubs télé où la petite étincelle brillante apparaît au coin de la bouche. Colgate un jour, Colgate toujours !). Sa chemise noire lui allait comme un gant, tombant parfaitement sur son jeans tout droit sorti du magasin huppé un peu plus en bas de la rue. Lunavi retint un soupir d’aise lorsqu’il se pencha sur elle pour lui faire la bise. Pauvre idiote, tu pensais quoi, qu’il allait t’embrasser tendrement comme si vous ne vous étiez jamais quitté ?

Il l’entraîna ensuite vers une table un peu à l’écart, en plaçant sa main dans le dos de la jeune femme. Nouvelle décharge. Le cœur s’emballe. Les pupilles se dilatent et c’est le drame. Euh, non, je me trompe, ça viendra peut-être plus tard (et plus si affinité je vous avais dit). Pour le moment, seule la décharge est présente.

Ils s’installent l’un en face de l’autre et se dévisagent. Lunavi laisse parcourir ses yeux insondables sur le visage de son premier amour. De son unique amour…Il s’est affiné, a pris du poil au menton. Mais il est sensiblement le même. Le genre de visage qui ne laisse aucune fille de marbre. Le type belle gueule quoi. La serveuse tout droit sortie d’un défilé de mode vient prendre la commande et tire la demoiselle de sa contemplation. Une Vodka-orange pour lui, une Vodka-violette pour elle. Oui, c’est lui qui lui a fait connaître ce breuvage. Et si elle n’a jamais plus voulu en boire depuis leur rupture, elle se laisse aller ce soir. C’est la fêteuuuuu ! Boire pour oublier, boire pour retrouver. Retrouver les images du passé et se laisser un peu aller à rêver. Trop sérieuse, trop renfermée, pourquoi ne pas se détendre de temps en temps. Et puis, il est loin d’être un inconnu. Même si sept années sont passées, Lunavi en est sûre, il y a toujours un peu de complicité entre eux. Les yeux ne mentent jamais.

« Alors, dis-moi, qu’est-ce que tu faisais dans ce cher ministère ? Tu vas y travailler ? »

Sa voix, elle n’a pas changée ! Toujours aussi sucrée…Le cœur chavire une fois de plus. Inspire, expire et tout ira bien.

Même s’il semble intéressé lorsqu’il lance le sujet de conversation, Lunavi n’est pas dupe à 100%, quelque chose le tracasse, elle le voit, elle le lit dans son regard.

J’espère oui. Quand on s’est croisé, je sortais du département des Mystères. J’ai postulé comme langue-de-plomb de terrain. Tu connais les parents Diamantine (petit aide mémoire au passage…), tu te rappelles comment ils sont ? Enfin, tout ça pour dire que je ne supporte plus de vivre dans la campagne irlandaise, j’ai besoin de changer d’air. Et ce n’est pas la famille qui va m’aider. Du coup, j’ai besoin d’argent et donc d’un job pour me prendre un appart.

Elle était restée calme, distante même. Ne pas se livrer trop rapidement était le maître mot de la jeune femme. La serveuse arriva avec les commandes et disparus presque aussi vite. Lunavi plongea les lèvres dans son verre et fit un bon dans le passé.

Flash Back.


Elle fêtait ses 16 ans. Pour l’évènement, Kelpy avait réussi à la faire sortir de Poudlard et l’avait traînée dans un pub branché. Les yeux grand ouverts, elle se délectait de ce bruit, de tout ce monde. Elle vivait. Elle n’avait jamais été aussi vivante qu’avec lui. La vodka arriva et elle y goutta pour la première fois. L’alcool lui réchauffa le corps et lui embrouilla l’esprit. Mais elle s’en fichait. Elle était là, avec lui, la tête posée sur son épaule à respirer le parfum du jeune homme. Œillades complices, sourire en coin, pas besoin de mot entre eux.

Fin du Flash back.


J’avais oublié à quel point c’est bon.

Il la fixait, il ne comprenait certainement pas le sens caché de ces mots. Elle leva le bras et lui fit signe de laisser tomber.

Oublie ce que j’ai dit. Et toi, tu travailles depuis longtemps au Ministère ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


You, only you, always you (PV Kelpy) Empty
MessageSujet: Re: You, only you, always you (PV Kelpy)   You, only you, always you (PV Kelpy) EmptyDim 18 Mai - 14:37

Kelpy imaginait bien Lunavi travaillant au ministère, et évidemment dans un département un peu plus sérieux que le sien. Parce qu’à la régulation et au contrôle des créatures magiques, c’est pas qu’ils ne travaillaient pas, mais il régnait dans ces couloirs un joyeux parfum de chaos, assaisonné de fumée de cigarettes ( la faute à Amadeo et Kelpy ), de gueulantes terribles ( là c’est à cause d’Ayla et Childerik, l’une parce qu’on la laissait jamais travailler tranquille et qu’en plus eux n’avaient même pas la décence de faire semblant et l’autre parce que le monde entier avait monté une ligue contre lui, c’était bien connu. Il y avait aussi les accrochages réguliers entre Deletrius et des gobelins, et bien évidemment cette chère Kay et ses crises internationales de vernis à ongles, de brosses à cheveux, voire de souris dans son bureau les jours de grande forme. Et même s’il n’avait jamais foutu les pieds chez les langues-de-plomb, il était à peu près persuadé que Lunavi-la-sérieuse y serait tout à fait à sa place.
Elle avait joliment pris de l’âge depuis la dernière fois où il l’avait vue – si ses souvenirs étaient bons, c’était sur le quai de la gare à Poudlard, le coup où il lui avait dit que c’était sympa, une super expérience, mais que comme il avait terminé ses études à Poudlard, c’était plus possible, désolé.
La serveuse détourna alors son attention volage de la jeune femme, et il lui sourit plus par habitude que par réelle gentillesse alors qu’elle posait son verre en face de lui. Il joua d’une main distraite avec en regardant Lunavi boire une gorgée de sa vodka – violette. Et quand elle déclara qu’elle « avait oublié à quel point c’était bon », les yeux verts se concentrèrent sur son visage, alors qu’un léger sourire à l’expression floue prenait place sur ses lèvres. On ne pouvait pas vraiment dire qu’il n’avait aucune idée de ce qu’elle voulait entendre par là, mais il préférait rester sur ses gardes et ne pas trop se laisser aller à des souvenirs.
Comme il l’avait dit des années plus tôt « c’était sympa, mais c’est plus possible désolé ». Elle pourrait peut-être le faire changer d’avis, mais Kelpy ne s’était jamais senti aussi éloigné de cette jeune femme très ( trop ? ) sérieuse. A force, c’était un brin pénible de ne côtoyer que des femmes plus sérieuses, plus douées, ou plus intelligentes que lui. Ce fut donc avec soulagement qu’il « oublia » ce qu’elle avait dit, et embraya sur sa question :


« Ouaip, j’y travaille depuis septembre. Je suis au département pour la régulation et le contrôle… »
Là, il agite la main avec l’air de dire « blablabla » comme il fait souvent pour écourter ce diable de nom super long. « Les collègues sont plutôt marrants, sinon sympas, c’est pas trop dur… Bref, j’ai trouvé une bonne planque. »

Tout ce qu’il voulait lorsqu’il avait décidé d’arrêter ses études. Il boit une gorgée de vodka – orange ( erf, trop d’orange ), et fouille nerveusement dans ses poches. Il fumerait bien une cigarette, mais c’est maintenant interdit dans les bars… Rabats joie de non-fumeurs. A nouveau, les longs doigts de Kelpy viennent s’enrouler autour de son verre, et il se mordille les lèvres, avant de déclarer :

« La campagne irlandaise… Je peux comprendre, oui, y’a rien de plus déprimant que la campagne irlandaise. »
A savoir quand même que lui quand il parle de la " campagne irlandaise " il sous-entend Dublin, parce que c’est là où habitent ses parents. Dans sa tête de citadin, Dublin c’est vraiment la campagne irlandaise, et il faut avouer qu’il ne s’est jamais autant fait tartir que là-bas. Il est bien content d’avoir emménagé à Londres, et même de s’être mis en colocation avec ses sœurs, tiens. Bon, c’est vrai que c’est très… dynamique, qu’on a pas trop le temps d’appréhender les choses que déjà une catastrophe est arrivée, mais au moins, il a fui la solitude qu’il déteste tant. Il tapote nerveusement son pouce contre ses lèvres ( ça c’est l’effet retour de peigne : j’ai plus de clopes ), mais ne cesse pas de s’intéresser à Lunavi.

« Et ton appart, tu le voudrais dans quel quartier ? … »
Revenir en haut Aller en bas
Lunavi Diamantine
Gryffondor
Gryffondor
Lunavi Diamantine

Nombre de messages : 41
Age : 36
Age Roleplay + Sorts : 22 ans + Sorts 1, 2, 3
Date d'inscription : 28/04/2008

You, only you, always you (PV Kelpy) Empty
MessageSujet: Re: You, only you, always you (PV Kelpy)   You, only you, always you (PV Kelpy) EmptyDim 18 Mai - 16:06

Il avait trouvé une bonne planque…Pas étonnant de la part d’un McGlenn. A partir du moment où le boulot tournait en partie de plaisir, la famille toute entière était au rendez-vous. Et vous n’aviez qu’à bien vous tenir ! Lunavi avait toujours enviée cette entente qui unissait la fratrie McGlenn même si elle ne savait pas voir Kay. Peut-être parce qu’elle-même n’avait aucun lien de ce genre avec son frère et sa sœur (oh si, ils savaient s’envoyer des objets à la figure mais eux, ils le faisaient sérieusement !)

Lorsqu’il plaça sa main devant lui en mimant le coin-coin du canard, la demoiselle ne pût retenir un sourire. Et, si quelques temps plus tôt, elle se maudissait d’avoir accepter ce rendez-vous, elle s’en réjouissait maintenant. Effet de la vodka ? Très certainement. Mais c’était assez amusant de le regarder faire le pitre assis sur sa chaise en face d’elle. Un moment d’abandon total où les problèmes du quotidien s’envol. Un moment de liberté qu’elle aimerait connaître plus souvent. Et si ce soir elle se laissait aller ? Si ce soir elle mettait sa culture et son sérieux de côté pour profiter au maximum de ces quelques heures ? Pourquoi pas, après tout, elle ne devait pas avoir peur du ridicule devant Kelpy, ce n’était certainement pas lui qui était le mieux placé pour lui faire des remarques sur ce sujet.

Elle le vit fouiller dans ses poches et sourit une seconde fois. Le mâle est en manque de nicotine. Oui, ce qui aurait pu passer pour un signe de stress chez n’importe quel homme, apparaissait comme un sevrage chez Kelpy. Et la loi qui interdisait à présent le tabac dans les lieux publics n’arrangeait en rien le malaise évident du jeune homme.

Elle vida son verre cul sec juste au moment où il lui demandait vers quel quartier s’étaient arrêté ses choix de résidence. Elle manqua de s’étrangler en déglutissant et fit signe à la serveuse de remettre la même chose. C’était décidé, ce soir elle allait s’amuser et tant pis du qu’en dira-t-on.

Voyons voir…Euh, j’ai pas de quartier précis, du moment que je ne vis pas sous un pont. Non pas que les ponts de Londres manquent de classe mais le confort est un peu rudimentaire. Et puis, il faut avouer, je ferais une très mauvaise SDF… Ceci dit, le camping a parfois des avantages. Proximité des gens…En fait, c’est le seul avantage.

L’alcool sinuant dans ses veines, Lunavi fut prise d’un gros coup de chaleur (oui, pas l’habitude de boire, que voulez-vous ? Mais il y a un début à tout !) et retira sa veste qu’elle posa sur ses genoux. C’est tout de suite mieux. Elle releva ensuite ses cheveux et les fit glisser sur son épaule gauche. Oui, ça aussi c’est une de ses habitudes, quand elle est un peu mal à l’aise, elle joue avec ses cheveux.

La seconde tournée arriva et Lunavi remercia la serveuse.

Comme je vois, tu es toujours autant intoxiqué ? Combien de personnes as-tu brûlé par inadvertance récemment ? Non pas que tu sois un véritable danger public lorsque tu as une cigarette en main mais…

Elle fût interrompue par un son qu’elle connaissait bien. Une musique moldue qu’elle entendait dans tous les magasins où elle entrait. Elle se fichait de savoir qui était l’interprète, la seule chose qu’elle aimait était le rythme de cette chanson. Et pour s’amuser, qui avait-il de mieux que de danser ?

Elle se leva d’un bond et attrapa la main de Kelpy. Le tirant vers elle, elle lui lança un regard amusé.

Je suis fan de cette chanson ! Viens danser.

Et elle passa devant lui l’entraînant dans son sillage. Oublier le passé pour un instant, juste se secouer et partager un moment de détente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


You, only you, always you (PV Kelpy) Empty
MessageSujet: Re: You, only you, always you (PV Kelpy)   You, only you, always you (PV Kelpy) EmptyLun 26 Mai - 0:43

Kelpy releva sur la jeune femme un regard vert parmi les plus dégoûtés de sa gamme : le camping un avantage ? Elle plaisantait, là ? Il s’y était bien essayé – un pote à lui qui lui avait assuré que c’était formidable et que ça resserrait les liens entre les gens, tout ça. Bon, en y réfléchissant, il aurait peut-être pas dû emmener ses deux sœurs dans cette formidable aventure. Ils étaient rentrés piteusement au bout de deux jours, les deux bruns la tête prête à exploser à cause du babillement permanent de Kay « aaah j’me suis écaillé mon vernis, vous vous rendez pas compte, hiiiii j’ai une araignée dans les cheveux, oooooh regarde là-bas c’est quoi ? UNE VACHE EN VRAI ? ». Hé oui que voulez-vous, McGlenn, pur produit citadin, on se refait pas. Sans compter que ce McGyver ( admirez le jeu de mots là ) de Kelpy avait bien failli se trancher la main droite en voulant couper du bois pour le feu. Mais comme il l’avait plus tard expliqué à Banshee, la machette lui en voulait personnellement.
Bref, autant dire que l’idée de « camping » enchante plus que très moyennement l’aîné McGlenn, qui fait à son ancienne adorée un sourire crispé :

« Parce que pour toi la proximité des gens c’est un avantage ? On doit pas avoir la même liste d’avantages / inconvénients alors. »

C’est que c’est relativement territorial comme bestiole, un Kelpy. Lunavi embraya alors sur la grande question de la relation qu’entretenait Kelpy avec la nicotine, et il fronça ses fins sourcils dans l’idée de répondre que oui, merci pour lui, il était intoxiqué jusqu’à la moelle et qu’il s’en portait parfaitement bien. Il savait très bien que les médicomagies pour arrêter de fumer étaient de plus en plus performantes, mais il n’en éprouvait absolument pas le besoin, se satisfaisant de claquer un pognon fou et sa santé dans sa consommation ( excessive comme tout ce qu’il faisait ) de tabac.
Mais voilà, saint-DJ en décida autrement, parce que pile à ce moment-là retentit une chanson qui semblait beaucoup plaire à Lunavi, et qu’elle le força à se lever. Crise de lèse-majesté. Oui crime, c’est du pareil à l’identique.
Le brun leva un bout de nez critique, accompagnant sa cavalière quand même, parce qu’il avait le sens des convenances – tout de même, quelque part :


« Cette chanson ? Seigneur, ça s’est pas arrangé depuis Poudlard tes goûts musicaux ! »


C’est une petite blague un peu incisive, la spécialité kelpienne. Quant au « seigneur » on reconnaîtra ici l’expression fétiche de miss Banshee, que son frère lui emprunte allègrement à cause de leur fréquentation exponentielle en ce moment – normal me direz-vous, ils habitent au même endroit.
À deux portes d’écart, pour être exact. Et ils se sont toujours pas entretués. Les McGlenn sont en progrès !
Toujours est-il que Kelpy est un excellent cavalier. Contrairement à bien des garçons de son âge, sa fréquentation assidue de ce genre de soirée lui a permis très tôt de se forger une attitude parmi les plus honorables. Ce que cette phrase obscure veut dire ? Simple : Kelpy McGlenn sait danser. Hé ouais. Il se débrouille pas mal du tout, si vous voulez savoir, il a pas un sens du rythme trop mauvais – pas trop mauvais j’insiste, tout le monde sait que tout porteur du gène XY n’est pas capable d’être totalement en osmose avec le rythme d’une chanson, parce que ça fait une trop bonne occasion aux filles de dire qu’ils sont nuls.
La chanson terminée, en arriva une autre plus horrible encore, et Kelpy se hâta de ramener Lunavi vers leur table pour éviter qu’elle ait l’idée de danser sur celle-là aussi – manquerait plus que ça.
Il repasse commande à la serveuse, la même chose pour la demoiselle, et pour lui un whisky-coca. Le regard vert en revient à la jeune femme, et il sourit, apparemment sincère et bien plus détendu qu’au début de la soirée – même si toujours en manque sévère de nicotine :


« Enfin, je suis content de voir que tu vas bien. T’as quelqu’un ? »

La grande question. Il fallait bien que l'un des deux finisse par la poser, et Kelpy a fait son gentil, il s'y est collé.
Revenir en haut Aller en bas
Lunavi Diamantine
Gryffondor
Gryffondor
Lunavi Diamantine

Nombre de messages : 41
Age : 36
Age Roleplay + Sorts : 22 ans + Sorts 1, 2, 3
Date d'inscription : 28/04/2008

You, only you, always you (PV Kelpy) Empty
MessageSujet: Re: You, only you, always you (PV Kelpy)   You, only you, always you (PV Kelpy) EmptyLun 26 Mai - 11:39

Kelpy la suivi sur la piste, non sans rechigner un petit peu et lui fit comprendre que leurs goûts musicaux différaient toujours.

Chasse le naturel et il revient au galop ! Elle appuya ses dires en lui envoyant un clin d’œil, signifiant ainsi qu’il en savait autant qu’elle sur ce point.

Une fois en place devant le DJ, la demoiselle se posta en face du jeune homme. Certes, le McGlenn était un bon danseur, on n’en aurait pas fait un petit rat de l’opéra mais il se défendait pour un homme (réflexion typiquement féminine, que voulez-vous) et il attirait les regards. Notamment celui d’une petite rousse assise juste derrière leur table. Elle le dévorait des yeux, ce qui eut le don de faire sourire notre brunette. Elle n’avait jamais douté du pouvoir qu’un McGlenn, quel qu’il soit, puisse avoir sur une autre personne, mais là, c’était limite un don d’hypnotisation. La demoiselle n’était même plus capable de porter son verre à sa bouche. Tout en dansant, Lunavi ne pouvait retenir des gloussements en voyant la jeune fille dodeliner de la tête pour suivre les mouvements de Kelpy. Et vas-y que je matte ses fesses…

Lorsque son cavalier lui prit la main pour retourner à leur table, elle ne put retenir un soupir de mécontentement. La barbe Kel, je commençais juste à m’amuser ! Une fois réinstallés, il repassa commande auprès de la serveuse. Le regard de la rousse était toujours posé sur Kelpy, Lunavi le sentait dans son dos. Cela l’énervait au plus haut point. Elle ne supportait pas de se sentir ainsi scruté, surtout de dos. Elle se raidit et chercha une solution à ce problème lorsque la voix de son ex lui parvint aux oreilles. Il voulait savoir si elle avait quelqu’un. La brune étant trop absorbée par son malaise croissant, elle ne savait dire si ces paroles venaient d’être prononcées où s’il s’agissait encore d’un retour dans le passé. Effectivement, c’était comme ça que tout avait commencé, par une simple phrase lancée dans un couloir de Poudlard. Même s’ils ne faisaient que se voir de temps en temps à l’époque, on ne pouvait qualifier leur relation comme amoureuse. Jusqu’à ce jour où Kelpy avait lancé cette phrase anodine et où la brunette avait répondu d’un signe de tête négatif, ce jour où il s’était avancé vers elle, avait glissé les cheveux de la demoiselle derrière son oreille et l’avait embrassé. Elle se réajusta sur sa chaise, toujours aussi mal à l’aise à cause de l’autre gourde derrière elle, et leva les yeux. Au sourire qu’affichait son interlocuteur, elle comprit vite que la question qui tue venait d’être posée et qu’elle ne souffrait pas d’hallucinations auditives. Par Merlin Kel, on t’a jamais dit que ce genre de question était à éviter lorsqu’on prend un verre avec son ex ? Le sujet à ne surtout pas aborder ? Une fois encore, il nous montrait que sa hauteur d’esprit jouait avec les pissenlits…

Ne tenant plus, cette phrase étant la goutte d’eau qui venait de faire déborder le vase, Lunavi décida de s’occuper de la rousse avant de trouver un moyen d’éluder « la question qui fâche ».

Tu permets ?

Elle se leva, fit le tour de la table et se posta derrière Kelpy. Elle laissa glisser ses mains sur la veste du jeune homme, posa sa tête sur son épaule et effleura son cou de ses lèvres. Elle ne quittait pas la pauvre fille du regard et c’est avec un certain plaisir qu’elle vit cette dernière baisser les yeux. Elle remonta lentement, le paquet de cigarette McGlennien dans une main et s’arrêta à quelques centimètres de son oreille.

Excuses-moi mais je ne supportais plus de sentir qu’on nous espionnais et c’est le seul moyen qui m’est venu à l’esprit. Elle ne le fera plus, c’est le genre de fille trop timide qui reste dans son coin à fantasmer sans agir. Je sais de quoi je parle…

Elle se redressa ensuite complètement et souleva les clopes.

On sort en fumer une ?

Elle ne fumait que très rarement mais là, elle en avait besoin. La question serait-elle éludée ainsi ? C'était une piètre tentative connaissant son ex mais elle gagnait au moins du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


You, only you, always you (PV Kelpy) Empty
MessageSujet: Re: You, only you, always you (PV Kelpy)   You, only you, always you (PV Kelpy) EmptySam 31 Mai - 1:44

En forçant un peu le trait, Kelpy pourrait parfaitement affirmer qu’il ne remarquait pas toutes les filles qui lui bavaient dessus, parce que c’était physiquement impossible. Evidemment, c’était une exagération de la situation : Kel était un certes un garçon séduisant, dans son genre, mais il était aussi foutrement agaçant, et ça le desservait pas mal.
Le pire, c’était qu’il s’en foutait complètement. Ah et puis aussi, y’avait sa propension à ne remarquer que ce qu’il voulait bien, et en l’occurrence la rouquine, il l’avait pas remarquée. Faut quand même dire que les rousses, c’est vraiment pas son truc, il s’en méfie comme de la peste ( elles sont particulièrement retorses, tout ça ), alors il ne les remarque pas souvent, par le fait.
Et ce coup-ci, il est complètement passé à côté, il lui a même pas jeté un regard. Donc il fronce légèrement des sourcils quand Lunavi se lève, vient derrière lui et … Petit clignement d’œil, puis il acquiesce vaguement quand elle lui explique le pourquoi du comment, foudroyant d’un regard vert et fumasse ( ce que Banshee appelle « son regard de Basilic » ) la rousse.
Il a le temps de râler à voix basse qu’il aime pas les rousses, avant de répondre affirmativement et avec enthousiasme à la proposition de son ex. Aller fumer une clope, en voilà une grande idée ! En sortant, il lui tient la porte ouverte, plus par automatisme qu’autre chose, et tire une clope de son paquet toujours tenu par Lunavi :


« Mais je croyais que tu fumais pas, toi ?

Il sort le fidèle briquet triple couche d’il ne sait plus quel métal Tom Ford, et allume les deux cigarettes avec, puis le range dans sa poche – vu le prix que ça coûte, ce serait con de le perdre.
Dans un geste désinvolte et très à l’aise, il s’appuie contre ces barrières idiotes que les moldus se sentent obligés de planter sur le bord des trottoirs, les yeux verts fixés sur Lunavi, un sourire joueur aux lèvres :


« Bon et donc, si j’ai bien compris entre les lignes, t’es à classer dans les célibataires endurcies ? »


Il observe un petit temps de silence parfaitement détestable, prend le temps d’expirer sa fumée, et hausse des épaules distraitement :

« En fait, ça ne m’étonne pas vraiment. »

La réflexion pourrait paraître méchante ou dénotant une volonté de revanche, mais il n’y a rien de tout ça. C’est simplement un constat selon lequel Kelpy s’imaginait bien que Lunavi soit célibataire. Rien de plus.
Tout va très bien.
Comme gage de sa bonne volonté, elle aura droit à un sourire fatigué, en coin.
Revenir en haut Aller en bas
Lunavi Diamantine
Gryffondor
Gryffondor
Lunavi Diamantine

Nombre de messages : 41
Age : 36
Age Roleplay + Sorts : 22 ans + Sorts 1, 2, 3
Date d'inscription : 28/04/2008

You, only you, always you (PV Kelpy) Empty
MessageSujet: Re: You, only you, always you (PV Kelpy)   You, only you, always you (PV Kelpy) EmptyMer 4 Juin - 18:06

La brunette ne pût retenir un sourire face à l’enthousiasme de son ex. Pire qu’un gosse qui vient de recevoir son cadeau de Noël.

Elle le suis donc vers la sortie, passe devant lorsqu’il lui tient la porte et, une fois à l’extérieur, lui tend son paquet de cigarettes. Vous remarquerez ici la gentillesse de la demoiselle, elle offre à Kelpy une cigarette qui vient tout droit de son paquet à lui. Sa bonté la perdra. Elle se saisie en suite d’une clope et lève les yeux sur le jeune homme lorsqu’il s’étonne de la voir fumer.

A vrai dire, presque jamais. Mais je n’allais pas te laisser seul dehors, tu pourrais te faire agresser. Du coup, je me dévoue. Petit clin d’œil au passage. Non, en fait, j’ai tendance à fumer lorsque je suis énervée. Et la petite rousse m’a mis les nerfs en pelote.

Sur ce, Kelpy allume les cigarettes et s’appuie sur la barrière. De son côté, Lunavi se poste en face de lui, tire une bouffée et range le paquet dans la poche de sa veste. Quelque chose lui dit qu’elle va certainement avoir besoin de plus d’une cigarette ce soir. Et comme de fait, l’esprit super-sonique ras des pâquerettes de notre ami, lui donne une fois de plus raison. Quelle perspicacité dans cette analyse. Oui la demoiselle est seule et alors ? Mais elle l’est par choix, là est toute la différence. Elle peut se taper qui elle veut quand elle veut d’abord ! Le problème, c’est qu’elle n’en a pas envie. Le seul qui compte se trouve en face d’elle à cet instant. Et seul Merlin sait à quel point elle se retient de ne pas lui sauter dessus tout de suite !

Prenant sur elle, elle se détourne de Kelpy et s’appuie elle aussi sur la barrière serrant le haut de celle-ci avec ses mains fluettes. Elle serait dotée d’une super force que cette dernière ne tiendrait pas bien longtemps tellement Lunavi est crispée. Et comme si ça ne suffisait pas, voilà qu’il ajoute ne pas être étonnée. Mais c’est un comble ! Jusqu’où va-t-il pousser la torture ? Pour se détendre, nouvelle bouffée de nicotine. Ensuite, elle plante son regard bleu azur dans les yeux verts émeraudes de son compagnon histoire de bien déchiffrer le sens de ses paroles. Ca serait bête qu’il y ait un malentendu ! Le sourire de Kelpy la rassure à moitié. Il ne disait pas ça par méchanceté mais parce qu’il la connaît. Bon sang, quand est-ce que j’arriverai à cacher mes pensées ?

Les yeux toujours rivés sur son ex, elle fait tomber les cendres par terre dans un geste non challant et reporte la cigarette à ses lèvres. Elle aimerait bien lui retourner la question mais elle est sûre que la réponse ne serait pas à son goût. Un McGlenn seul c’est aussi rare que de la neige dans le désert. Et notre petite brune n’a jamais été très chanceuse dans sa vie. Du coup, les mots restent bloqués au fond de sa gorge dans un souci de protection. Cela serait navrant de la voir se liquéfier si jamais il lui répondait que, oui il a quelqu’un et qu’il aime cette personne. Du coup, elle se décide à lui répondre.

Bien vu l’aveugle ! Je n’ai personne pour le moment. Tu sais ce qu’on dit, mieux vaut être seule que mal accompagnée.

Réplique totalement idiote ma fille ! Elle tente un léger sourire en coin, histoire de faire bonne figure et écrase sa clope par terre. Une c’est pas assez ! Elle ressort donc le paquet, en reprends une autre et glisse sa main dans la poche de Kelpy pour se saisir du briquet. Ce n’est qu’une fois qu’elle l’a en main qu’elle demande l’autorisation du propriétaire.

Je peux ? En même temps, si tu ne veux pas, c’est trop tard.


Elle allume donc sa deuxième clope de la soirée, inspire et expire et remets le briquet à sa place. Elle se ré appuie ensuite sur la barrière et pose sa tête sur l’épaule de son ex. En fait, elle se fiche de savoir s’il est libre ou pas, ce soir il est avec elle et c’est le principal.

Bon, on est pas là pour parler de mes états d’âmes, on est là pour s’amuser. C’est pas tous les jours que j’ai l’occasion de passer une soirée avec un de mes ex. Oui, j’en ai quand même eu d’autres après toi, faut pas croire. Même si toi t’étais le premier, et qu’on oublie jamais son premier amour.

Sur ce, elle passe ses bras autour de la taille de Kelpy et se mets à le chatouiller. Bien sûr, elle fait attention à ne pas le brûler avec sa cigarette et c’est donc en toute délicatesse qu’elle pose ses mains sur le côté de son ventre. Oui, c’est totalement puéril mais comme elle a bu, elle pourra toujours se servir de ça comme excuse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




You, only you, always you (PV Kelpy) Empty
MessageSujet: Re: You, only you, always you (PV Kelpy)   You, only you, always you (PV Kelpy) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
You, only you, always you (PV Kelpy)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Centre ville-
Sauter vers: