AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptySam 9 Fév - 3:38

Cet après-midi, mortel ennui au ministère, département pour la régulation et le contrôle des créatures magiques, bureau du responsable de la section esprits – autrement dit, dans le fouillis que Kelpy McGlenn ose appeler son « lieu de travail ». Même un Niffleur y perdrait son terrier, c’est à peine si on peut poser le pied par terre tellement le sol est encombré de dossiers en tout genre, de lettres, de feuilles égarées, mais aussi de tasses de café vides et de mégots de cigarette même pas dissimulés.
Et aujourd’hui, c’est vraiment la galère. Parce que Childerik est soi-disant malade et Ayla est en mission pour les Aurors. Inutile d’essayer de déranger Deletrius dans son travail, et ne parlons pas de Godiva ou Amadeo. Comme si les mecs de la trempe de Childerik tombaient malades – lui, même à demi-mort il se traînerait au boulot en répétant « nan nan mais ça va j’vous jure » et puis que les Aurors soient tous maudits, voilà. Ah et puis tiens, en parlant d’Amadeo, il ne peut pas réclamer à son grand ami monsieur Lancaster une secrétaire ?
Parce qu’en attendant, c’est Kelpy qui est chargé d’ouvrir ses lettres, et que ça commence à bien faire – il en reçoit du courrier le Binoclard en Chef, un truc de fou. Le jeune McGlenn s’ennuie donc sec, à décacheter des enveloppes qui ne lui sont pas adressées, portant son regard au dehors comme si le gris horizon londonien allait lui changer les idées… Tiens, une lettre provenant du département de la grande éducation… Est-ce que par hasard ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits auraient inventé un protocole à suivre pour tous les loups-garous ? … Qu’ils aillent se faire voir ! décide sublimement le McGlenn, en lançant la lettre au sol dans un geste plein de dédain et de superbe.

Une demi-heure plus tard, il récupère l’innocent morceau de papier. Après avoir répondu à une note vengeresse de dame Hildegarde « Bon sang Whitemore, vous pouvez pas envoyer vos costumes chez le teinturier tout seul ? » d’une plume alerte et joyeuse – le mot de réponse de Kelpy se résume à quelques mots : « Peace in world and love in bed, my dear »… Il faut avouer qu’il s’ennuie un peu. Donc il va récupérer la lettre provenant du département de la grande éducation, et si c’est effectivement une étiquette spéciale loups-garous ou vampires, il leur renverra un petit mot à l’esprit acerbe. Après tout, il s’est échauffé là. Finalement, il ne s’agit que d’une note informative sur la tenue d’un salon de l’orientation à Poudlard où ils sont invités à participer. Kelpy attrape sa plume de faucon crécerelle d’un geste vif, et annote en bas de la lettre soigneusement calligraphiée.


« PS : Ne SURTOUT PAS y envoyer Childerik, sous peine de gros soucis avec les associations de parents d'élèves et la direction de Poudlard. »

Cela fait, il tire d’un des nombreux tiroirs de son bureau le petit papier bleu qui sert aux notes échangées intra-départements – ah sa réserve commence à baisser, c’est sans doute à cause des batailles navales féroces qui se tiennent parfois entre Ayla et lui – et il écrit rapidement un mot à l’attention de Whitemore, y joignant la lettre reçue.
Dix minutes et une cigarette plus tard, il reçoit la réponse distraite : « Constitue un dossier sur la question, Kelpy ». Il faut au moins une autre clope pour essayer de comprendre ce que son vénéré mais binoclard directeur a voulu entendre par là. Faire un dossier sur l’orientation à Poudlard ? Aurait-il eu la vision d’un tatouage « Super Nanny » sur le front de son employé ? Relisant la lettre en la tenant entre deux doigts, le brun décide qu’il va tout simplement passer dans le bureau de cette… Alithéa. Aléathéa. Aliéthiréa. Mince non, comment elle s’appelle déjà cette fille ? Ah oui, voilà. Aléatha.
C’est tout simple comme prénom, y’a pas de soucis, franchement.

Et quand sa cigarette est terminée, Kelpy se lève, prend la lettre, la fourre dans la poche de sa veste qu’il enfile, et il sort de son bureau, reclaquant la porte d’un coup de pied. Et puisque Childerik et Ayla sont absents aujourd’hui, il n’y a personne dans son département pour lui poser cette agaçante et sempiternelle question : « Kel, tu vas où ? »
Le trajet n’était absolument pas censé durer aussi longtemps – ça fait bien vingt minutes que le McGlenn erre dans les couloirs du ministère. Tout ça parce qu’il refuse de lire des panneaux, franchement, jusqu’où mène le célèbre entêtement irlandais, je vous le demande ? Par miracle, il retombe dans ce qu’il semble être le département qu’il cherchait à la base, puisqu’il tombe nez à nez avec la porte du bureau de mademoiselle Aléatha Quindiniar. Parfait, superbe. D’un coup d’œil, il vérifie sa tenue – jeans, veste de costume, chemise au col peut-être un peu trop ouvert, décontraction chic signée McGlenn – et il lève la main pour frapper le bois de la porte. Sitôt qu’on lui en a donné l’autorisation, il entre dans le bureau, léger sourire aux lèvres.


« Bonjour ! Kelpy McGlenn, du département des créatures magiques. Je viens pour vous causer de cette petite chose que j’ai reçu plus tôt dans l’après-midi… »

Court regard circulaire autour de lui, son sourire s’accentue avec une expression matoise. Ayant constaté que la jeune femme dans le bureau n'est certainement pas plus âgée que lui, il passe avec facilité à un tutoiement très naturel.

« Il est super bien planqué ton bureau, tu devrais échanger avec le département des mystères, sérieusement. »

C’est pas de l’humour, c’est une remarque typique de Kelpy McGlenn.

HJ : Voilà ma chère Aléatha, à toi de jouer Twisted Evil /HJ
Revenir en haut Aller en bas
Aléatha Quindiniar
Serpentard
Serpentard
Aléatha Quindiniar

Nombre de messages : 1526
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 MD2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 07/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)

Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptyDim 10 Fév - 2:28

Une raison de plus pour maudire Flore ! Elle devait le faire exprès, c’était impossible autrement ! Ahhh, pour offrir son immonde chocolat et ses conseils de mamy, elle était plus que douée : elle avait dû être lauréate préférentielle de tous les concours en la matière, aucun doute là-dessus. Dans le même ordre d’idées, son don pour les absences répétées lorsqu’Aléatha avait besoin d’elle était absolument remarquable. Et d’un coup, l’enthousiasme de la blondinette par rapport au nouveau projet d’Edward avait fondu comme neige au soleil. Un soufflé raté n’aurait pas eu plus mauvaise mine. Il lui avait fallu se rendre à l’évidence : la seule et unique personne sur qui elle pourrait compter pour envoyer ses nombreuses invitations serait … elle-même.

La volière.

Frissons détestables et détestés tout le long de la colonne vertébrale.

Volière, hiboux. Hiboux, oiseaux. Enfer et damnation. Peste bubonique et choléra cataclysmique.


Par l’Ancêtre Quindiniar, pourquoi moi ?

Ce n’était qu’un gémissement de désespoir lancé aux murs blanc-crème et au mobilier raffiné de son bureau. Un témoin potentiel de la scène aurait craqué. Il aurait certainement déposé genou à terre, déclamant serment d’allégeance à cette noble demoiselle et offert son épée pour aller terrasser le dragon Vol Y’ Eyr ! « Il » bien entendu, pas « Elle ». Tout d’abord parce que ses battements de cil savamment dosés fonctionnaient nettement mieux avec la gent masculine, mais aussi parce qu’aucune représentante de la gent féminine ne lui aurait rendu de service spontanément. La vie était bien injuste de ce côté-là mais elle s’était fait une raison maintenant : la popularité ne faisait pas bon ménage avec la jalousie que son charme, son compte en banque, son intelligence et son nom provoquaient la plupart du temps (n.d.l.r. j’ai sciemment oublié « sa modestie »). Soit, il en serait ainsi jusqu’à la fin des temps. Ne pourrait-il pas y avoir un soupçon d’exception aujourd’hui ? Juste une personne bien intentionnée qui pousserait la porte de son bureau là maintenant tout de suite et lui dirait sans aucune arrière pensée intéressée :

« Oh, ma chère, laissez donc, je me charge d’aller confier tout ceci aux hiboux ».


Abracadabra !

Elle ferme les yeux, les ré-ouvre. Non, personne. La vie est plus que jamais injuste. La pile de parchemins pour les destinataires extra-muros sous le bras, son flacon d’essence de violettes sous le nez, la précieuse est prête pour la mission de tous les dangers ! Pensée reconnaissante pour les destinataires intra-muros qui ont eu droit à une note interdépartementale, bénis soient ceux à qui on peut envoyer des petits avions en papier.

Ne penser à rien. Respirer calmement. Ca sera vite passé. Je ne les touche pas directement et je peux jeter les gants après, m’en fiche, j’en ai des dizaines si je veux …

Elle est venue, elle a vu, elle a vaincu. Nimbée de gloire, elle remonte dans ses quartiers, quelque peu échevelée par son passage dans la volière et le combat acharné mené contre les volatiles très peu coopérants lorsqu’on ne se promène pas avec un stock de miam-hiboux. Les fenêtres grandes ouvertes malgré le froid piquant qui règne au dehors (et maintenant au-dedans), elle se penche pour prendre un bon bol d’air histoire de régénérer ses délicates narines agressées par l’odeur monstrueuse des oiseaux gardés dans la plus infâme des promiscuités. Un bruit sourd la ramène dans la réalité de son bureau et c’est un « entrez » de mourante qui s’échappe de ses lèvres. Dernier regard empli de regret vers l’extérieur où l’oxygène, même pollué comme seul peut l’être celui d’une grande ville, la gratifiait de ses effets bénéfiques de « stopàlanauséedueàlapuanteur ».

Quelle petite chose ?

Elle tend le cou, piquée tout de même par la curiosité : en quoi le fait qu’une créature magique ait reçu quelque chose l’après midi la concerne ? Un vague « Bonjour » est émis, prémisse à un retour moins éthéré sur le plancher des vaches lorsque l’intrus se permet une familiarité éhontée en la tutoyant. A moins bien entendu qu’il ne se soit trompé de porte et qu’en plus il soit bigleux au point de la confondre avec une autre. Elle ! Soyons sérieux ! Quoi qu’il en soit, dans un cas comme dans l’autre, mauvais départ pour le Kelpy.


Heu … Vous êtes certain que c’est moi que vous cherchez ? Vous avez l’air de me connaître or votre tête pas plus que votre nom ne me dit quoi que ce soit. Certains tournent parfois éternellement dans le ministère sans avoir la moindre chance de s’y retrouver. Vous ne vous méprenez pas avec le Département des Mystères ?

Le ton n’est ni amical ni ouvertement désagréable. On va attendre de voir comment il retombe sur ses pattes avant d’ouvrir les hostilités.
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5886
Invité
Invité
avatar


Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptySam 16 Fév - 0:31

L’irlandais a beau être une sacrée tête de pioche et d’un entêtement aussi remarquable que réputé, il a bien remarqué que l’entretien démarre plutôt mal, et que la demoiselle qui lui fait face évalue l’adversaire avant de sortir ses griffes. Mais avec toute sa superbe d’inconscient insolent, il se fend d’un sourire typiquement kelpien, découvrant des dents blanches et bien plantées, et une expression sardonique qui doit être la sienne les trois quarts du temps – tellement elle sied bien à son visage fin. Il s’avance un peu dans la pièce, jetant un rapide regard à la pièce raffinée qui l’entoure. Ils s’embêtent pas à la grande éducation, dis donc… Nous a des vieux murs lézardés en pierres apparents, c’est très injuste. Les yeux verts effilés se reposent sur l’occupante du bureau et il a un sourire presque moqueur alors qu’il imagine Chiderik – monsieur « je me fais porter pâle » – dans ce bureau à sa place. Pour quiconque qui a un peu côtoyé le sous-directeur, l’idée est tout bonnement hilarante. Il penche un peu la tête sur le côté, observant la jeune femme.

« Je ne me méprends sur rien du tout, miss Quindiniar. J’ai aucun sens de l’orientation, mais je sais encore ce que je cherche ! Et ce que je cherchais en l’occurrence c’était ton bureau. Quant à la lettre… La voilà. »

Il s’approche encore, tend le bras et laisse tomber l’enveloppe sur le bureau de la demoiselle, se penchant un peu en avant, avec un air entendu.

« Je te conseille de laisser tomber le vouvoiement, j’ai moi-même beaucoup de mal à m’y résoudre. »

Comme ça peut aisément s’entendre ! Il se redresse, et s’assied dans le fauteuil destiné aux invités de la jeune femme, sans trop paraître en terrain conquis – m’enfin, on peut pas dire qu’il a l’air très mal à l’aise.

« Et au fait, non, on se connaît pas du tout, mais c'est en voie de s'arranger. Je m’appelle Kelpy McGlenn. »

Il se fait la réflexion que ses frasques scolaires ont dues être consignées dans ce même département, des années plus tôt. Y’en a qui ont dû s’amuser, à écrire de longs rapports sur sa petite personne, sa rébellion face à l’autorité, et sa volonté de faire enrager les Gryffondors et le corps enseignant.
D’un coup de menton, il désigne la lettre qu’il vient de donner à Aléatha et dont elle prend connaissance – bien qu’elle la connaisse déjà. Il ne pense déjà plus à l’annotation spontanée et vive qu’il a consignée en post scriptum, et enchaîne.


« Pour tout avouer, mon département est mort de chez mort en ce moment, et je pense pas qu’on soit de sortie avant un moment… A tel point que Childerik s’est fait porter pâle, et qu’Ayla bosse pour les Aurors ! »

Kelpy a pour habitude de faire comme si son interlocuteur est au courant de tout ce qu’il se passe dans sa tête, comme s’il connaissait les personnes que lui-même connaît, bref il passe pas mal de temps à s’écouter parler sans se soucier qu’il n’y ait pas grand-monde pour comprendre ses élucubrations. Il sourit à nouveau, l’expression un peu moins pointue.

« Bref, si t’as besoin d’aide pour l’organisation de ce machin, mon chef m’a donné carte blanche. »

Ouais, c’était pas exactement le propos d’Amadeo, mais Kelpy a superbement interprété en se disant que ça ira bien. L’irlandais ne correspond pas vraiment à l’idée qu’on se fait du prince charmant – sûrement un peu trop ébouriffé, trop vif et trop instable mais… Oh, si elle pouvait le tirer de l’ennui mortel de son département ces derniers temps !
Revenir en haut Aller en bas
Aléatha Quindiniar
Serpentard
Serpentard
Aléatha Quindiniar

Nombre de messages : 1526
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 MD2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 07/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)

Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptyMar 19 Fév - 0:58

Elle ne l’avait pas remarquée tout de suite, cette odeur persistante et pourtant assez déplaisante. Non, juste à côté de la fenêtre jusqu’à ce moment, elle profitait surtout de celle des gaz d’échappement des automobiles moldues et, ce qui était nettement plus agréable, des effluves vanillées et fruitées du marchand de gaufres juste en bas du Ministère. Acre, insidieuse, écoeurante. Le bellâtre qui avait pénétré dans son bureau promenait-il son cendrier ? Si on en jugeait par l’aise dont il faisait preuve en se pointant de la sorte, sans fausse pudeur ni gêne quelconque, il ne mettrait pas longtemps avant de sortir un paquet et s’en griller une. Déjà qu’il détaillait d’un œil appréciateur son confortable bureau comme s’il envisageait déjà d’y élire domicile ! Et ce rictus moqueur qui faisait maintenant partie intégrante de ce visage qui n’avait à la base rien de bien ingrat… Qui était-il et que voulait-il ? La première question, il suffisait d’écouter pour en connaître la réponse. La deuxième n’était pas bien différente à dire vrai.

Aucune méprise ? Bien ma veine si je voulais me remettre à mon aise de mes émotions.


Bon et bien on va partir sur l’idée qu’il n’y a pas de méprise alors. ? Et que j’ai toujours eu beaucoup de chance. Je persiste à croire que mon bureau est plutôt bien indiqué par contre. Il paraîtrait que certains hommes estiment en dessous de leur dignité de mâle l’idée de se référer aux panneaux indicateurs : ce n’est tout de même pas là le fin mot de vos aventures ?

Elle le regarde avancer, pinçant d’avantage les narines.

Quant au tutoiement …

Recul tout en douceur mais recul tout de même. D’un bref mouvement de baguette, elle allume quelques bougies qui font instantanément flotter dans les airs une douce fragrance de violette qui, elle l’espère, masquera celle de tabac.

N’hésitez pas à le réserver à vos collègues. Pour ma part, je le trouve peu approprié aux relations professionnelles courtoises.

Avec un sourire parfaitement calculé, elle tend une main particulièrement fine, parfaitement manucurée et parée d’une améthyste sublime enchâssée dans un anneau d’argent, rappel subtil des pupilles qui dévisagent Kelpy avec cet air de « Plus jeune que toi, certes. Mais ne crois pas m’impressionner avec tes manières de fashion bad boy ». Et battement de cils, oui ce battement de cils là, pas un autre. Charmeur, inimitable, plus naturel que ça tu meurs, destiné à toi, uniquement à toi. Et pourtant si mesuré. Qui occulte à peine ce bref éclair de curiosité à la lecture en diagonale du post scriptum.

Oh, elle a à peine le temps de s’en étonner que déjà il est installé au fond du fauteuil qui lui fait face. Étape suivante : il pose ses Doc’s noires certainement couvertes de boues sur son bureau en bois laqué ?

Et puis quoi encore ?


Mmm … Je ne doute pas en effet que nous allons faire plus ample connaissance : ce fauteuil a l’air de vous convenir parfaitement… Pour avoir visité le bureau de votre responsable, je vous accorde une chose : je n’échangerais notre aile du ministère pour rien au monde avec vous …

Il parle, il parle, le bellâtre. De gens qu’elle ne connaît ni d’Eve ni d’Adam et dont le nom n’éveille pas le moindre intérêt chez la blonde. Jusqu’à un mot particulier. Quatre lettres, trois voyelles. Un A, un I, un D et un E. Ah … Ca, tout de suite, ça mérite un effort au niveau de l’accueil qu’elle a réservé à Kelpy jusque maintenant. De polaire, il pourrait passer à un poil plus chaleureux. Ce brusque changement de perception, Haplo l’a plus que certainement ressenti puisque, sorti de nulle part, il entame un gracieux ballet de séduction avec moult frottements autour des mollets du jeune homme. Le chat se dresse sur ses deux pattes arrière, fait mine d’hésiter un instant avant de sauter sur les genoux de l’inconnu.

Et bien vous voila condamné à rester assis à présent, Monsieur MacGl … Kelpy. Au fait, appelez-moi Aléatha. Et finalement … Peut-être que le tutoiement sera plus aisé. Qu’en penses-tu ?

Nouveau sourire. Éclatant. Histoire de masquer le revirement de situation. Bah, jusque maintenant, elle est restée très civile, il ne peut rien lui reprocher, absolument rien. Etape suivante. Essayer de savoir en quoi exactement il pourrait lui être utile ?

Alors, dis-moi, c’est qui ce … Shimerick ? Et pourquoi pas l’utiliser pour représenter ton département ?

Et ça lui revient. D’un coup. L’imbécile du bureau de Whitemore.

Oh, je crois me souvenir … Hum … Oui, je crois que tu ferais mieux l’affaire, en effet. On t'oblige à travailler avec lui ?
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5886
Invité
Invité
avatar


Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptyMer 20 Fév - 15:05

Kelpy prend donc place dans le confortable fauteuil qui fait face au bureau de la blondinette, étirant ses doigts sur les bras du meuble avec beaucoup de satisfaction. Y’a pas à tortiller : c’est pas du tout comparable avec leur département, à eux : aux créatures magiques, y’a deux gros fumeurs déjà, donc on dirait en permanence que leur section de bâtiment est sous le coup d’une alerte incendie, ensuite les filles qui y travaillent sont certes jolies, mais c’est des furies qui hurlent dès qu’on ose faire un peu d’humour. La perspective qu’il soit le seul sur terre à apprécier son humour n’a jamais effleuré l’esprit de Kelpy – ses plaisanteries sont tellement drôles que tout le monde se doit de les apprécier, c’est sans appel.
Le regard vif qu’il pose sur Aléatha est méfiant – « gaffe mon Kel, elle s’y connaît en mecs, elle » – mais son expression est quelque peu masquée par le sourire qui semble être scotché à ses lèvres, et il acquiesce à la phrase de son interlocutrice d’un court mouvement de tête, amusé :


« En fait si, c’est exactement ça ! » Sa franchise est désarmante, et le mot est faible. « Loin de moi l’idée de mettre en doute l’efficacité du ministère dans la pose de panneaux aux endroits stratégiques du bâtiment mais… » Court soupir qui traduit à lui seul tout l’ennui qu’il a éprouvé en ayant seulement l’idée : « Lire des panneaux, quoi. Bref je me suis promené et j’ai préservé ma dignité de mâle, c’est tout bénéf’. »

La dernière phrase est un peu moqueuse, mais il s’inclut lui-même dans le sujet de la moquerie – il est le premier à reconnaître que c’est idiot de refuser de lire des panneaux quand on ne connaît pas le chemin… L’odeur de violette parviendra très certainement à masquer celle de tabac que Kelpy a emmenée avec lui ; il s’entête à ne fumer que des cigarettes lights, au tabac très peu fort. Il a un léger haussement d’épaules quand Aléatha insiste sur l’utilisation du tutoiement. Vu ses parents, il est très possible qu’elle ait eu à faire un genre de thèse pompeusement intitulée : « Du bon emploi du tutoiement et du vouvoiement » mais autant préciser que c’est pas du tout le cas de Kelpy. Ses parents auraient bien aimé évidemment, mais leur fils était légèrement trop hyperactif et insolent pour ne serait-ce qu’envisager de lui parler de ça. Le conseil de la jeune femme entre donc par l’oreille droite de Kelpy, se balade un peu sous sa boîte crânienne sidéralement vide, et ressort par l’oreille gauche, paresseusement.
L’irlandais serre gracieusement la main tendue par-dessus le bureau, sourire aux lèvres, et paupières demi-baissées sur un regard brillant. Le fameux battement de cils d’Aléatha fera hésiter le sourire sur les lèvres fines, oh une ou deux secondes, après quoi il reprend l’assurance perdue, son expression à la fois sardonique et joueuse qui fait tout son charme. Et Kelpy prend donc place dans le confortable fauteuil qui fait face au bureau de la blondinette, étirant ses doigts sur les bras du meuble avec beaucoup de satisfaction. Ce coup-ci, le regard se fait amusé alors qu’elle fait un petit commentaire sur les bureaux de son département, et il acquiesce.


« Effectivement, je sais pas pourquoi mais j’ai un peu de mal à vous imaginer là-bas, et à nous imaginer ici… »

Et la vision de Childerik et ses instruments de torture, Ayla et son fauve, Godiva et son dragon et Amadeo et son éternelle cigarette dans le beau et fragile bureau d’Aléatha s’impose à son esprit, et le fait légèrement ricaner. Par contre, Deletrius se fondrait parfaitement dans le décor – il faut dire que Deletrius est quelqu’un d’extrêmement correct, comme lui fait remarquer quinze fois par jour Childerik.
Mais l’attention de Kelpy est détourné de ses pensées et d’Aléatha par l’arrivée du chat dont il ne connaît pas le nom – mais dont il a entendu parler puisque sa mésaventure a fait le tour de son département – près de lui. L’irlandais adore les chats, c’est pas pour rien que sa forme animale en est un, et il tend la main vers le félin pour passer ses doigts dans sa fourrure. Une fois la bestiole installée sur ses genoux, il le caresse presque machinalement, le long de la colonne vertébrale. Et envoie un sourire à la maîtresse du chat, qui s’est faite inexplicablement plus abordable – ce qui restera inexplicable puisque Kelpy n’est pas du genre à chercher les causes et les effets pendant des plombes.


« J’en pense que ça me va très bien ! Childerik ? … Hum comment expliquer en restant politiquement correct ? … »

Vu qu’elle croit se souvenir, il se contente de lui décrire le personnage.

« Il est brun, a l’air un peu sévère, et puis il se balade souvent avec les fringues pleines de sang ou une carcasse fraîche dans la main… »

Laissez Kelpy décrire ses collègues, ça vaut le coup ! Dit comme ça, on dirait un peu qu’il y a un fou psychotique lâché dans le département des créatures, et que les employés de ce département restent en vie jour après jour de façon assez miraculeuse. L’irlandais précise sa pensée en ciblant sur le sujet qui l’a fait venir ici – on dirait qu’il l’a oublié en cours de route, mais pas du tout.

« Si on le laisse avec des gamins, il est capable de leur raconter des horreurs et de les traiter de tous les noms. Je suis pas sûr que ça soit exactement porteur pour notre profession ! En fait, c’est mon supérieur hiérarchique, même s’il travaille aux risques et moi au général… Mais bon, il est assez solitaire, du coup j’le vois pas si souvent que ça. »

Il pose une main sur le corps du chat pour le caler sur ses genoux alors qu’il avance un peu sur le fauteuil, puis recommence à le caresser distraitement en entrant dans les considérations pratiques de ce qu’organise Aléatha.

« Alors pour mon département, je pense que c’est mieux d’y envoyer Deletrius et moi. Amadeo est beaucoup trop occupé pour ça, Childerik vaut mieux pas, Ayla bosse chez les Aurors et Godiva est surbookée parce qu’il y a eu une alerte rayon dragons je crois… Bref, Delet’ et moi, on est les deux seuls à avoir trop rien à faire… » Il baisse un peu le ton, prenant une expression amusée. « Même s’il fait semblant de travailler avec les gobelins, mais faut pas le dire, ça le vexe ! »
Revenir en haut Aller en bas
Aléatha Quindiniar
Serpentard
Serpentard
Aléatha Quindiniar

Nombre de messages : 1526
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 MD2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 07/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)

Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptyVen 22 Fév - 23:24

Se moque-il d’elle ? Le sourire en coin ne dit en effet rien qui vaille. Pourtant … On dirait qu’il ne lui est pas formellement adressé. Se rit-il de lui-même ? Avec cette histoire d’ego bafoué ? Il en a bien l’air et, pour la première fois depuis le début de la conversation, Aléatha réalise qu’au-delà du type qui se croit tout permis, il y a … plus. Quoi exactement, elle n’en sait absolument rien. Une fois n’est pas coutume, elle n’arrive pas à cerner ce vis-à-vis au premier coup d’œil. Voilà qui est suffisant pour l’intriguer, elle n’en est pas encore au stade de l’agacement. Et comme il a proposé de l’aider, autant qu’il reste : si ça se fait, il est peut être même intéressant et l’entrevue pourrait être plaisante. En tous cas, c’est ce qu’Haplo a l’air de penser tandis que l’hôte à qui il a imposé sa présence se répand en caresse dans la soyeuse fourrure violette.

S’il t’ennuie, n’hésite pas à le chasser. Enfin, du moment que tu y va avec douceur, ce n’est pas n’importe quel chat et le blesser reviendrait à provoquer ma haine éternelle jumelée à une malédiction jusqu’à la quinzième génération au moins ! Enfin, tu m’as l’air de nettement mieux y faire que l’autre dingue avec qui tu travailles. Et d’après ce que tu m’en décrits, j’avais raison de penser que la subtilité et lui ça fait deux. Franchement, le Ministère a-t’il vraiment besoin de cela ?

Elle reste songeuse un instant. Un très bref instant. Le destin des créatures magiques ne la préoccupe pas beaucoup plus que celui de ses concitoyens humains. Et elle sait que William a des raisons pour souhaiter mettre en place une politique musclée. De très bonnes raisons même. Est-ce de notoriété publique ? Ou ce genre de secrets familiaux bien gardés parce que « dans ces familles-là, Monsieur, on ne parle pas, non, on préserve les apparences » ? Quoi qu’il en soit, ce n’est pas avec le dénommé Kelpy qu’elle va débattre de la question. Pour l’instant, c’est un petit visage tout fripé qui lui vient à l’esprit et une vague de tendresse qui l’envahit tandis que ses yeux se posent sur un bouquet de roses ornant sa table de travail. Avec peine, elle se retient de ne pas tendre la main pour toucher du bout des doigts le rubis des pétales et l’émeraude des tiges. Un cadeau de Reine créé par un virtuose. Et un cadeau d’adieux offert par un ami. Alors le destin global des créatures magiques, non. Le destin de Gringott par contre …

Une idée commence à faire son chemin dans l’esprit d’Aléatha. Encore au stade d’embryon. Mais elle va se développer, elle le sent. Il lui faut de toute manière se renseigner sur l’organisation du département qui défraierait la chronique ministérielle si Whitemore ne parvenait pas à tenir les curieux à distance. Certes, ça n’a pas bien fonctionné avec elle mais c’était exceptionnel apparemment. Mais si elle parvient à mettre son nez là bas, elle pourrait trouver des informations sur le Gobelin et comprendre pourquoi il a sciemment disparu à nouveau de sa vie … Léger soupir, les prunelles violettes fixent à nouveau l’Irlandais qui a pris ses aises dans le fauteuil. Toute trace de nostalgie ou de calcul évaporée. L’attaque en bonne et due forme peut commencer.


Les risques ? Le général ? Qu’est-ce que tu entends par là ? Tu fais quoi exactement ?

Il faut bien commencer quelque part … A nouveau, son ignorance en la matière ne l’a jamais empêchée de dormir. Mais là, outre l’intérêt poli qu’une telle question sous-tend, il y a aussi valeur professionnelle. Et puis trois syllabes qui lui font dresser l’oreille.

Deletrius dis-tu ? Bonne idée si il est en charge des Gobelins. C’est porteur ça, les Gobelins … Tout le monde connaît et puis il y a la Banque … Oui, ça me plaît, ça peut faire mouche. Et tu crois que Whitemore acceptera d’envoyer deux personnes de son département ? Parce qu’il ne faut pas que, le moment venu, vous me claquiez dans les doigts tous les deux.

La plume est là, prête à prendre toutes les notes indispensables sur le parchemin.

Ah et si tu as soif, dis-le. Ca risque d'être long ...
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5886
Invité
Invité
avatar


Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptyMer 27 Fév - 19:10

Après la mise en garde de la jeune femme sur le félin violet qui squatte ses genoux, Kelpy lui jette un regard un peu plus méfiant ; c’est ses parents qui râleraient s’il ramenait une malédiction générationnelle dans la dynastie, tiens. Il va encore entendre parler du pays, du fait qu’il soit le seul héritier, qu’il devait un peu faire gaffe à ce qu’il faisait – avec d’autres récriminations du style « bon sang, mais ça n’arrive qu’à toi, Kelpy, tu peux m’expliquer pourquoi ? ».
Non, il ne peut pas expliquer pourquoi les ennuis semblaient être aimantés par sa petite personne, il essaie juste de les esquiver le plus longtemps possible – et puis tiens, en parlant d’ennuis, ses parents sont sans conteste les plus gros ennuis qu’il ait jamais rencontré dans sa courte mais aventure vie. Coupé dans ses pensées par la voix d’Aléatha, il étire un sourire amusé quand elle parle des relations pour le moins houleuses que Childerik entretient avec la gent féline. Kelpy McGlenn est extrêmement bien placé pour savoir que le sous-directeur est exactement ce genre de type qui ne voit aucun intérêt aux chats – à part peut-être pour leur filer des coups de pied en passant. Bon jusqu’à présent, il ne s’est jamais mangé un coup de pied de la part de Childerik quand il était métamorphosé en Animagi, mais il met ça sur le compte de sa chance légendaire. Ne riez pas, Kelpy McGlenn est un affreux chanceux. Il incline la tête sur le côté, hausse des épaules.


« Ca fait toujours du bien d’avoir une grosse brute par département. Moi, à côté de Childerik, j’me sens subtil ! »


Auto-dérision, le grand retour, avec son fameux sourire pointu. Il regarde les yeux améthystes qui se posent sur le bouquet de roses ornant le bureau, fronce légèrement des sourcils histoire de manifester son incompréhension devant le petit silence observé par Aléatha, et décide de passer le temps en s’occupant du chat. Quand la propriétaire de l’animal revient à leur discussion, il lui fait un sourire peu concerné, expliquant avec bonne grâce les rouages de leur département.

« Y’a deux sections dans mon département, la générale – où je bosse – et celle des créatures à risques. D’ailleurs c’est un peu ballot parce que les poltergeists sont sous ma responsabilité et que c’est dangereux aussi… Mais bref, Childerik est sous-directeur des risques, du coup je suis pas son subordonné direct… Sauf quand on évolue en formation FICM, puisqu’il est lieutenant. »

Le département des créatures, faut suivre quand même… Kelpy caresse la tête d’Haplo qui se love contre lui avec la très manifeste intention de faire une sieste sur ses genoux, le temps qu’ils règlent leurs trucs d’humains. Le brun se redresse un peu, sans réveiller le chat, fronçant légèrement du nez, marquant une petite réflexion.

« Tu trouves ça porteur les gobelins ? Vu leur caractère, je suis pas certain… Mais bref de toute manière y’a que Delet’ qui est dispo c’pas comme si on avait le choix, hm ? » Les yeux verts se posent un instant sur un bibelot fragile et très certainement aussi ancien que coûteux, sur sa droite. « Oh mais oui, Amadeo sera d’accord… » Petite grimace alors que le regard vif en revient à Aléatha. « En ce moment il me fait lire son courrier, c’est dire si j’ai rien à faire… Le suspect numéro 1 sur ma liste de fantômes dangereux, c’est Peeves… »

Oui, la division esprit est tombée bien bas, ces derniers temps. Impossible de savoir pourquoi les fantômes se tiennent à carreaux, mais les faits sont là : Kelpy McGlenn n’a pas de travail, et comme il ne peut décemment pas ne pas venir du tout – enfin lui ça lui dirait bien, mais il y a comme qui dirait une espèce d’Auror un peu dérangée qui semble tenir très fort à ce qu’il fasse acte de présence… Ne serait-ce que pour lire le courrier de Whitemore : « Félicitations vous avez gagné un Chaudron Pouickeur ! ». ( En plus, personne sait ce que c'est que ce truc, Amadeo gagne des trucs vraiment inutiles. ) A la proposition de la blondinette, l’irlandais se redresse avec un léger sourire :

« Oui, un quelconque truc… Pas alcoolisé de préférence, non que ça me dérange de boire de l’alcool mais que j’ai une image à soigner. »

Grand sourire plein de dents aiguisées. Haplo s’est définitivement endormi sur les genoux de l’invité – ça lui fait une bonne excuse pour ne pas se lever tiens. Kelpy appuie une main sur le bureau d’Aléatha :

« Dis moi, j’peux t’emprunter une note et une plume ? J’vais demander à Amadeo si on peut participer à ça avec Delet’… »
Revenir en haut Aller en bas
Aléatha Quindiniar
Serpentard
Serpentard
Aléatha Quindiniar

Nombre de messages : 1526
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 MD2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 07/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)

Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptyVen 29 Fév - 22:36

Tu quoi ?

Un rire léger retentit dans la pièce, un mince pinceau d’argent qui dessine sur les joues d’Aléatha deux charmantes fossettes et révèle un amusement sincère. Calandra aurait-elle trouvé l’auto dérision de Kelpy appropriée ? Certainement pas ! D’ailleurs elle lui aurait déjà certainement lancé ce regard qui se passe de paroles « Jeune homme, vous n’êtes pas dans un club de jeux ici ! Vous pourriez au moins vous tenir correctement dans ce fauteuil plutôt que d’être affalé comme un sans éducation ! ». Mais grand bien lui fasse (et à sa sœur aussi par la même occasion), pour l’heure elle est certainement plongée dans ses comptes, à recalculer les dépenses et les recettes à la mornille près, histoire de vérifier si un gobelin défectueux n’aurait pas atterri aux ateliers, incapable de distinguer une noise d’un eurocent. « Et puis de toute manière, quelle idée d’avoir des fauteuils comme ça, Aléatha ! C’est un bureau ici, pas un boudoir ! Qu’as-tu bien pu raconter à Numenor pour qu’il cède ainsi à tous tes caprices ?». Ca, par contre, elle y a eu droit la cadette des Quindiniar. C’était bien trop demander de la part de Calandra que de simplement être contente pour elle, la féliciter pour sa promotion (méritée) et garder par devers elle ses commentaires acerbes ! Non, il avait fallu qu’elle la ramène une fois de plus en se plaignant qu’elle était seule aux ateliers puisque Lenthan préférait s’amuser au Ministère et que même Aléatha manquait à tous ses devoirs familiaux en l’y suivant ! Même Pathan en avait pris pour son grade. Sauf que lui, bon, avec le petit, on pouvait l’excuser.

Plus qu’à acheter un mini-Quindiniar pour moi et elle me fichera peut être la paix ?

Enfin, pour l’heure, à part pour la vision d’une vindicative Calandra s’offusquant face au manque de tenue de l’Irlandais, Aléatha ne pense guère à sa sœur. Non, vraiment, il commençait presqu’à l’amuser. Il l’avait amusée. Puisqu’elle venait de rire aux dépends de Blancpégase. Pas qu’elle ait le moindre scrupule, c’était un sale type et il méritait tout le ridicule qu’on lui faisait porter. Même très largement d’ailleurs.


Je devrais songer à demander à Monsieur Numenor pour avoir ma propre brute personnelle. Enfin, je ne pense tout de même pas avoir besoin de cet artifice pour être un minimum subtile …

Discret coup de baguette sur la plume qui se met à prendre note par elle-même des explications sur l’organisation. Penser à remercier papa pour ce cadeau : simple, mais efficace. Compatible avec l’encre que Cerise m’a offerte. Et rapide battement de cils qui trahissent un … désagrément passager : il a bien dit … Poltergeists ?

Il y a vraiment des gens qui acceptent de travailler avec … à propos … mm … sur les Poltergeists ?

Présenté ainsi, on pourrait aller jusqu’à croire que la question est admirative. Il n’en est rien : pour Aléatha, personne de sensé n’irait côtoyer de telles créatures de son plein gré ! De façon assez convaincante, elle parvient à camoufler le profond dégoût que le terme « fantômes et associés » peut provoquer chez elle. Si c’est son terrain d’expertise, on va peut être essayer d’éviter de le froisser ?

Et puis si il vient avec moi à Poudlard, je devrai bien me faire une raison … Enfin bon, tant qu’il ne se sent pas obligé de rameuter les fantômes du Château pour une démonstration …


Je sais que peu de gens s’entendent avec les Gobelins, en effet … Tu parlais de subtilité tout à l’heure : c’est probablement ce qui fait ici aussi la différence. Pour ma part, je les fréquente depuis que je suis toute petite et je n’ai jamais eu à m’en plaindre, que du contraire. Mais bon, les Gobelins, garde ça à l’esprit, on les rencontre souvent, bien plus souvent que des loups garous, des vampires ou même des dragons. Du moins j’ose l’espérer. Il semble très logique d’avoir un bureau qui gère les relations que nous avons avec eux non ?

Aléatha la précieuse, amie de ces êtres difformes et laids ? Mais oui Monsieur ! A la base, le commerce c’est le commerce. Et s’adjoindre la collaboration de ces créatures surdouées en la matière, c’est signer pour la prospérité ! Devise typique à la Calandra Quindiniar. Le reste a coulé de source pour sa « petite sœur », pour le plus grand mécontentement de la première : a-t’on jamais vu un sorcier frayer de la sorte avec des gobelins ?

Donc on compte que c’est bon pour ton Deletrius alors. Si tu lis le courrier, je ne veux même pas imaginer ce que lui fait. Peut-être que si je sonne c’est lui qui apportera à boire ? On peut tenter la chose !

Et contre toute attente, non, ce n’est pas lui. Mais un vieil elfe tout rabougri. Il n’a même pas à demander à sa maîtresse : diabolo violette, bien entendu. Et il apportera ce que l’invité de la Miss désire, question d’honneur d’elfe de maison. Aléatha met à profit ces quelques secondes de battement pour sortir du tiroir un bloc à l’effigie élégante de son département et une plume.

Bien entendu, tiens.

Bon, ça nous fait un département de fait. Pour l’Education, il va de soi que je nous représente. Je vois mal Numenor le faire. Sans compter qu’il est tellement peu là en ce moment ! Oh, et puis nous avons tous notre croix à porter : la mienne elle s’appelle Flore et elle garde le couloir. Je la vois aussi mal que ton Shilmellik dans le rôle. Pour les Aurors, j’ose espérer que mon père ne me fera pas attendre 120 ans pour une réponse … Je me demande s’il m’enverra d’Arbanville… Et les Mystères … Hmm … Tiens tu l’as déjà rencontrée, la directrice ?


Quelques souvenirs défilent. Rapidement chassé d’un mouvement de main. Aléatha oui. Et c’était pour le moins … étrange.

Enfin bon, tant qu’ils n’ont pas tous réagi à ma note, c’est difficile de tirer des plans sur la comète. On pourrait peut être embrayer sur le lieu des festivités … Il y a bien entendu la grande salle. Mais si c’est pour tout préparer pour quelques heures et devoir déguerpir pour laisser manger les morveux … J’avais pensé au Pavillon moi. Plusieurs salles ne sont pas utilisées. Il pourrait y avoir une salle en particulier pour une conférence et des questions/réponses avec tous les représentants pour le soir. Et en journée, ce serait des entretiens individuels sur inscription.

Tu en penses quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5886
Invité
Invité
avatar


Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptySam 22 Mar - 15:00

La façon qu’elle a de rire quand on accole les mots subtilité et Kelpy dans la même phrase est certes charmante, mais c’en serait limite vexant, si le McGlenn prétendait à une quelconque forme de cette vertu… Mais j’me comprend. Kelpy se contente d’afficher un sourire des plus francs, et se saisit du bloc de feuilles et de la plume, réfléchissant à ce qu’il va bien pouvoir dire à son très cher directeur. Qui se noie sous le travail, l’égoïste, alors que d’autres s’ennuient tellement qu’ils en sont réduits à lui ouvrir son courrier inutile. Les yeux verts se posent un instant sur Aléatha, qui n’a pas l’air de se rendre compte qu’elle dérange une réflexion des plus profondes – et vu que ça arrive pas souvent c’est d’autant plus grave :

« Subtilité, ça doit être votre deuxième prénom, non, quelque chose du genre ? »

C’est une taquinerie, évidemment, Kelpy n’est pas un garçon réellement agressif – il a juste l’humour incisif, et pas seulement dirigé contre lui-même. Il faut dire que le précédent passage au département où il travaille de miss Quindiniar fut bien remarqué, et pas seulement à cause du chat Haplo – ou des gaffes de Childerik. Kelpy appuie un coude sur le bureau, rédige rapidement l’en-tête de sa note pour Amadeo, et à nouveau fait un sourire à la jeune femme qui lui fait face. Comment ça, si des gens acceptent de travailler sur les poltergeists ?

« Je suis spécialisé dans la section esprits, âmes en peine, fantômes, tout ce genre de choses, quoi. Les classer, les mettre hors d’état de nuire, c’est mon travail ! »

Il n’en tire pas spécialement fierté, après tout les poltergeists précédemment cités sont assez rares, et le Kel se retrouve souvent à travailler en Écosse, parce que bizarrement l’Écosse est un pays qui semble attirer les fantômes. ( Au passage, c’est vrai qu’on les voit beaucoup mieux après quelques bouteilles de leur excellent whisky, mais proportionnellement durs à chasser, aussi. ) Inutile de préciser qu’il passe complètement à côté du dégoût éprouvé par la blondinette à cette évocation dans la conversation.
Il incline la tête sur le côté, passant les plumes soyeuses sur ses lèvres pensivement. Il a trempé la pointe de la plume dans l’encre, mais ne sait toujours pas quoi écrire à son supérieur, puisque la blonde semble tenir à déranger ses réflexions :


« Oui les gobelins c’est plus quotidien que les loups-garous et associés… Deletrius se fera un plaisir d’expliquer à ces chers gamins ce dont il est chargé en tant que responsable du bureau des relations avec eux… »

Quelques crissements, voilà le Kelpy qui écrit rapidement sur le parchemin prêté par Alétha, tête légèrement inclinée de côté. A l’elfe de maison, il fait un sourire distrait, et lui demande une limonade, simplement, s’en tenant à la boisson non-alcoolisée. Il sait plus ou moins se tenir en société et offrir une image de lui acceptable, mine de rien. Il signe rapidement la petite note, la détache du bloc, et la plie avec dextérité, avant de la lancer dans les airs d’un geste vif, au dessus de sa tête. Le papier libéré prend son envol, et file vers le bureau de Whitemore docilement. Kelpy passe les doigts dans la fourrure du chat, pensivement :

« Exact, maintenant il faut attendre les réactions des autres départements… Je demanderais à mes collègues qui bossent dans deux départements s’ils veulent venir. »

Il se redresse un peu, fronce légèrement des sourcils, et approuve d’un léger signe de tête la décision d’Aléatha.

« La grande salle c’est une mauvaise idée, ça va être plus ou moins le bazar quand il va falloir partir… Le pavillon effectivement, c’est la meilleure alternative, ou alors la salle sur demande si on arrive à refoutre la main dessus, elle peut nous être bien utile. Par conférence, tu entends quoi ? Une rapide présentation de tous les métiers … »

Il se mordille les lèvres, peu convaincu.

« Un système de stands ne serait pas plus accessible ? Ils pourraient sélectionner au moins, les morveux. Les entretiens individuels, j’approuve, mais seulement si on a assez de monde, évidemment… »
Revenir en haut Aller en bas
Aléatha Quindiniar
Serpentard
Serpentard
Aléatha Quindiniar

Nombre de messages : 1526
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 MD2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 07/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)

Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptyJeu 27 Mar - 19:46

Elle s’offusque, Miss Quindiniar : elle n’a au final pas encore à faire à un malotru qui va lui sortir qu’elle manque de délicatesse tout de même ? Parce que bon, honnêtement, ça commence à bien faire … Pas tant que ça la chagrine ce que ses contemporains pensent d’elle … Mais elle reste obligée de travailler avec certains alors si en plus elle doit faire des efforts pour qu’ils l’acceptent et ne lui accolent plus l’étiquette de peste, autant rester affronter Calandra à la maison, c’est beaucoup moins fatiguant …

Quoi ?

Bon d’accord, c’était encore une sorte de pique, d’humour … De plus en plus il lui fait penser à Pathan, ce frère à l’humour caustique et omniprésent … Dans les couloirs froids et austères du ministère, ce n’est pas chose courante : on peut toujours se méprendre non ? Bon, elle ne l’admettra pas, mais elle s’est méprise sur la taquinerie, ça arrive à tout le monde … Elle s’autorise juste une petite réplique mi-mesquine, mi-amusée.

Et bien, j’ai presque l’impression de te déranger dans l’écriture d’un chef d’œuvre dis-moi !

Derniers mots ponctués par un Haplo qui s’éveille, se redresse, s’étire, estime la relation entre lui et l’Irlandais assez personnelle pour s’autoriser plus d’intimité et vient frotter le sommet de son crâne sur le menton du jeune homme tout en ronronnant bruyamment. Sous un regard un peu tendu de sa maîtresse.

Non mais vraiment, vas-y, repars avec lui tant que tu y es …

Elle n’a jamais partagé le persan avec qui que ce soit. Même Naget n’a jamais eu que dédain de la part de l’animal. Qui est celui-ci pour avoir ainsi conquis son attention ? A-t’il un quelconque pouvoir caché ? Tâchant de laisser ce désagrément de côté, elle reprend le fil de leur organisation, se levant pour faire quelques pas, vérifiant de temps à autres que la plume à papote fait son office.


Bon, nous sommes d’accord sur le pavillon. Parce que moi, la salle sur demande, ça ne m’enchante pas du tout ! D’abord, comme tu dis, il faut mettre la main dessus. Et puis comment être certain que tout le monde sera capable d’y entrer ? Tu serais surpris du nombre incroyable d’ahuris que compte Poudlard. Ils oublient déjà le mot de passe de leur propre maison, tu ne crois quand même pas qu’ils vont retenir une phrase à dire trois fois de suite pour entrer dans une salle telle que celle là même si leur avenir en dépend ! Vraiment, moi c’est le Pavillon qui me plaît le plus.

Et oui, par conférence, j’avais pensé à une présentation des métiers. Mais l’idée des stands me semble plus ciblée. Certains seraient là pour répondre à des questions générales alors que d’autres pourraient faire passer des entretiens individuels pour les élèves les plus motivés et qui savent déjà vers quelle carrière ils se destinent … Comme tu dis, pour ça il faut assez de représentants du Ministère et des différents corps de métier.

Ah !


Ca existe un léger hurlement ? Ou un chuchotement hurlé ? En tous cas, c’est ce qui vient de sortir du gosier d’une Aléatha qui s’élance vers Kelpy, s’intercalant entre lui et le bureau pour se mettre à l’abri … d’une chouette. Volatile qui souhaite seulement se débarrasser du message qu’il porte à la patte …

Fais quelque chose, Kelpy, réagis ! Bon sang ! Tu joues avec des Poltergeists, ce n’est pas la chouette de Calandra qui va te résister ! Kelpyyyyy !
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5886
Invité
Invité
avatar


Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptySam 29 Mar - 18:52

Kelpy se mordille les lèvres, jette un court regard vert à la jeune femme qui semble s’offusquer deux secondes de sa petite pique, et se vexer alors que ses lèvres s’étirent d’un sourire amusé et chafouin. Il reprend sa missive de son écriture courte et serrée, toute en pattes de mouche pas franchement lisibles, et il acquiesce d’un mouvement de tête sans s’interrompre dans sa rédaction :

« À peu de choses près, c’est tout à fait ça… Tu as de la chance d’être mignonne » déclare-t-il en levant sa plume dans un geste qui correspond à une vague mise en garde « sans ça je t’aurais déjà concocté un affreux plan pour me venger de ça. »

Impossible de savoir s’il n’a pas du tout fait attention à la petite méprise d’Aléatha ou s’il l’ignore poliment, Kelpy ne laisse filtrer aucune expression quant au sujet – pour une fois, ça change. Les lèvres fines se détendent d’un sourire content alors que le chat se réveille et lui marque son affection – lui, les chats qui lui ronronnent dessus, ça lui donne envie de ronronner aussi. Il ne s’y essaiera certainement pas sous forme humaine – c’est un coup à passer pour un fou ou un mauvais anilinguiste – mais pour compenser, il caresse les poils violets lentement, insistant entre les deux oreilles, puis se tourne vers la maîtresse dudit chat en la regardant marcher à travers son bureau tout en discourant. Une petite moue apparaît sur les lèvres de l’irlandais, qui incline la tête sur le côté :

« Mais justement, c’est ça tout l’intérêt de la salle sur demande ! On laisse les abrutis dehors, et seuls les morveux assez intéressés ou intelligents peuvent rentrer. Et en plus, comble du chic, c’est même pas de notre faute s’ils ne sont pas venus : ils sont bêtes c’est tout ! » Petit temps de pause, il hausse des épaules en admettant ensuite : « Bon après c’est sûr que ça perd un peu le côté généraliste que ça avait… » Il agite la main en l’air pour essayer de retrouver un mot ( technique de brassage de l’air, très connue ), et c’est le moment que choisit le monstre pour entrer par la fenêtre.
D’aucuns qui auraient observé Kelpy longuement pourraient avoir constaté qu’il est largement atteint par le syndrome du prince charmant. À savoir que l’équation danger + fille exposée donne toujours le même résultat dans sa petite tête à savoir : se mettre au milieu. Ça a déjà marché avec Godiva lors de la mission dans les Carpates, ça a aussi très bien fonctionné avec Ayla, mais celle qui peut se vanter d’être le plus souvent protégée par le Kel, c’est quand même Kay. ( Oui, ça marche aussi avec la frangine, c’est un réflexe je vous dis. ) Par contre, le syndrome a de sérieux ratés quand l’humain en danger est de sexe masculin – oh, Kel le défendra, mais il n’éprouvera pas le besoin express de se mettre entre les deux protagonistes.
Toujours est-il que cette Aléatha est largement plus rapide à la réflexion que Godiva, Kay, ou Ayla, parce qu’elle vient se cacher d’elle-même derrière Kelpy du danger. Et le jeune homme – qui a encore laissé sa baguette dans un endroit impossible – saute sur ses pieds et étend les bras pour défendre la blondinette manifestement terrorisée par « la chouette de Calandra ». L’irlandais fronce sévèrement des sourcils à l’intention du rapace, conseillant de sa meilleure voix calme :


« Restons zen, l’emplumée. Donne ton message steplé. »

Ce que la chouette fait avec beaucoup de bonne grâce, se posant sur l’avant-bras de Kelpy, et tendant la serre au brun pour lui délivrer son message. Kelpy défait le nœud d’une main, gratifie l’oiseau d’une légère caresse, et se tourne à demi vers Aléatha pour lui donner la lettre qui lui est adressée avant de repartir à la fenêtre pour y lâcher le rapace. Il revient vers le bureau – non sans se pencher vers Haplo qui lui lance des regards noirs, indigné de s’être fait virer des genoux de Kelpy de manière aussi cavalière. L’irlandais le caresse entre les oreilles, souriant légèrement :

« Hey, tu vas pas bouder. Bon d’accord t’es tombé, mais il fallait bien que je me lève pour la défendre, non ? »

Une trace de moquerie dans sa voix au sujet de la peur manifeste qu’éprouve Aléatha envers les oiseaux ? Non, aucune. Il faut dire que sa sœur, c’est pas n’importe qui. C’est Kay McGlenn, s’il vous plaît, rien que ça. Alors il en connaît un rayon question peur panique pour rien du tout, crise d’hystérie à gérer dans l’instant et début de conflit mondial pour une couleur de vernis à ongles. Oh oui, il est entraîné.
Il s’assied d’une demi-fesse sur le bureau d’Aléatha, inclinant un peu la tête en arrière, l’air très concentré – lui, il en est revenu à l’organisation de leur projet :


« Séparer les mioches par année d’étude ne serait pas préférable ? Il faudrait peut-être instaurer un ordre de priorité pour que ceux qui vont bientôt sortir de l’école passent en premier… Ou aient droit à plus de temps. »

Il se passe la main sur le menton, pensivement.
Revenir en haut Aller en bas
Aléatha Quindiniar
Serpentard
Serpentard
Aléatha Quindiniar

Nombre de messages : 1526
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 MD2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 07/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)

Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptyVen 18 Avr - 17:09

J’ai de la chance de … Oh …

Très bref moment d’étonnement avant de redémarrer : inutile de faire preuve de fausse humilité, elle sait de quoi elle a l’air et son minois n’a absolument rien de déplaisant. Enfin, tout de même, lui n’hésite pas un seul instant à faire état ouvertement de ce qu’il en pense justement. C’est la journée des battements de cils, il en hérite encore d’un agrémenté d’un sourire charmant !

Et bien dis donc, tu ne perds pas le nord dis-moi ! Enfin, bon, j’aime autant me passer de l’horrible plan que tu pourrais me concocter pour te venger et cueillir ce que je prendrai comme un compliment au passage … Ou alors je ne m’y connais pas … Ce dont je doute.

Et c’est un éclat de rire qui ponctue la suite des propos de l’Irlandais.

Vraiment … Ton idée est plus que tentante mais bon … Je ne pense pas que Monsieur Numenor apprécierait une ségrégation aussi flagrante parmi les élèves.

D’un air plus que solennel, elle déclame :

Le Ministère de la Magie de Grande Bretagne représente tous les sorciers : crétins ou moches, dégénérés consanguins ou chevalier de l’Ordre de Merlin … Nul ne peut être oublié parce qu’il a eu le malheur d’être mal né.

Il faut toujours que quelque chose vienne vous briser dans vos élans créatifs. Aujourd’hui, ce quelque chose est emplumé, envoyé par une harpie et certainement rempli de vermine comme tous les oiseaux. Tétanisée, Aléatha observe le grand héros de sa journée affronter le monstre, mettre fin à un combat même pas commencé et … lui tendre la lettre de la commandant Quindiniar … Elle le laisse encore gérer la remise en liberté de prisonnier de guerre (oui, en plus de son côté téméraire, il en a un autre indéniablement humain qui l’a empêché de mettre fin à la vie du détestable volatile) tandis qu’elle prend distraitement connaissance de la missive familiale dont elle fait une boulette avec un geste rageur avant de la lancer à l’autre bout du bureau.

« Nul doute que tu proposes les ateliers pour te faire remarquer gnagnagnagna … ». Vais lui en ficher moi me faire remarquer ! Alors là, elle ne perd rien pour attendre ! Demain, je fais la une de la Gazette du Sorcier ! Me débrouillerai d’une façon ou d’une autre, elle verra bien que je n’ai pas besoin de ce patronyme pour faire ce que j’entends !

D’une pression sur les paumes de ses mains posées à plat sur la table, elle se retrouve assise sur son bureau, les jambes dans le vide qu’elle balance d’avant en arrière, la mine renfrognée comme une petite fille boudeuse. Elle relève le nez de sa mauvaise humeur pour remarquer que Kelpy n’a pas de meilleure manière qu’elle sur la question et se retrouve à un parchemin de distance sur le bureau d’acajou.

J’ai une idée ! Tu m’emmènes à une mission périlleuse, là, maintenant, tout de suite ! Avec du sang et des boyaux ! Et on fait la une de la Gazette !

Ses paroles s’éteignent en un vague murmure. S’il ne s’est pas moqué de sa peur panique vis-à-vis de la maudite chouette, ça ne veut en aucun cas dire qu’il n’a pas remarqué quoi que ce soit. Alors saisira-t’il le ridicule de sa boutade ? Sera-t’il aussi poli cette fois ? Remise en place de quelques mèches rebelles, un toussotement délicat, on se redresse bien droite sur le bureau et on reprend une voix professionnelle s’il vous plaît. Et un nouveau gros semblant de rien, un !

Alors, oui, excellente idée ! Tranche horaire par âge des élèves ! On laisse l’heure de la digestion aux plus jeunes : focus sur les dernières années qui sont tout de même nettement plus concernés ! Liste d’inscription. Et je pensais à un truc. Plutôt qu’une conférence, on n’a qu’à organiser un cocktail pour la soirée. Les plus timides devraient se dérider si l’organisation est un peu moins formelle… Tu en penses quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5886
Invité
Invité
avatar


Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptyMer 23 Avr - 15:23

Kelpy n’en veut pas à la chouette, et pour aller même plus loin, il n’en veut même pas à Aléatha – c’est très fort, n’est-ce pas ? Malgré ses apparences un peu vives et moqueuses, voire irrévériencieuses ( il faut au moins avoir l’allure de Hildegarde van Houten pour qu’il arrive à vouvoyer sans trop hésiter, et il faut avouer que c’est pas donné à tout le monde ), il est très à l’aise dans le rôle du défenseur des pucelles effarouchées, princesses en danger – et assimilées. Quand on a deux petites sœurs hystériques depuis leur plus jeune âge, non seulement ça vous déteint dessus ( n’importe qui ayant côtoyé Kelpy quelques temps vous le dira : il est un de ces rares spécimens masculins à présenter les symptômes de crises d’hystérie, balèze n’est-ce pas ), mais en plus, par la force des choses… Vous endossez le rôle du prince charmant, en quelque sorte.
Ainsi, Kelpy se fait fort de sauter à la gorge de tout être, chose, ou on ne sait trop quoi qui aurait l’air effrayant, menaçant, ou une quelconque attitude belliqueuse envers les porteuses du gène XX. Notez bien en passant que mêmes les êtres, choses, ou inclassables qui n’auraient pas l’air menaçants, voire qui seraient franchement mignons subissent exactement le même traitement, il suffit qu’ils fassent peur à une fille pour que ce soit passible d’attaque kelpienne. Bref, effectivement, Kelpy est un farouche défenseur doublé d’un homme magnanime et compréhensif : la chouette ne sera pas plongée dans de la cire chaude pour être ensuite déplumée, il trouve ça bien trop cruel. Elle a donc l’autorisation de reprendre son envol par la fenêtre, alors que les yeux très verts du sieur McGlenn suivent son parcours – histoire de vérifier qu’elle s’en aille bien, et qu’elle ne revienne pas embêter la blondinette.

Quand il se retourne vers ladite blondinette, il la regarde froisser une feuille entre ses doigts délicats et jeter rageusement au sol une boule de papier. Sans doute la lettre qui a occasionné toute cette panique. Il croise ses bras minces sur sa poitrine, incline légèrement la tête sur le côté, dans une attitude un peu interrogative – bien qu’en fait, sa légendaire curiosité ne soit pas vraiment aiguisée sur le contenu de la lettre. L’idée d’Aléatha intéresse un peu plus son esprit divaguant et il fixe son regard sur elle en attendant de savoir ce qu’elle a bien avoir comme trait d’esprit.
Vite, la main droite de Kelpy monte devant ses lèvres, et il s’emploie à cacher et étouffer un rire irrépressible dès qu’il a entendu sa proposition. Oh et puis finalement, il n’est pas vraiment connu pour être très discret, comme garçon, alors il laisse échapper un gloussement des plus insolents et moqueurs, et lance un grand sourire ravi à Aléatha, sincèrement amusé :


« Une mission avec du sang et des boyaux ? » Nouveau ricanement, l’idée le divertit au plus haut point on dirait. Sa main droite retombe, s’appuie sur le dossier de la chaise. « Mais y’a ni sang ni boyaux dans mon domaine ! »

Évidemment, quand on travaille avec des fantômes, on est pas exactement confronté à de grands jets de sang, à des viscères exposés à tout va, et à une odeur pestilentielle. Comment dire ? Les fantômes, esprits et compagnie, c’est beaucoup plus propre que les loups-garous et autres créatures du mal. C’est même encore plus propre que les vampires : y’a même pas un petit tas de cendres à balayer, non madame, rien du tout !
Et puis l’idée d’Aléatha, c’est aussi très drôle parce que Kelpy s’imagine particulièrement bien la tête de Childerik si jamais il s’avisait de ramener la blondinette de la grande éducation en mission pour leur département. Il aurait encore une de ses expressions qui demandent aisément s’il n’est pas, par hasard, au service magie psychiatrique de Sainte Mangouste, et où sont passées les infirmières. Et quoi qu’il en dise, Kelpy adore ennuyer Childerik – il s’est découvert une vocation avec ça, sans exagérer.
Kelpy, donc, se moque. Une des choses qu’il sait mieux le faire, soit dit en passant. Bon, c’est pas vraiment méchant – surtout quand on sait jusqu’à quel degré il est moqueur habituellement, mais c’est vraiment plus fort que lui. Il écoute la proposition d’Aléatha sur la conférence qu’ils organisent conjointement à Poudlard, et le voilà qui lève son index droit, avec l’air d’avoir une bonne idée – tout en appuyant son postérieur sur le dossier de la chaise, et de manière stable s’il vous plaît :


« J’en pense que je suis toujours pour les cocktails ! Par contre, vu que c’est pour les élèves, on peut oublier l’alcool… Sinon on va se prendre les associations de parents d’élèves sur le râble, et j’ai pas vraiment envie de ça… »

Il réfléchit deux minutes en étrécissant un peu les yeux, puis un sourire amusé fleurit sur ses fines lèvres :

« Et puis pour faire la une de la gazette, tu peux toujours massacrer quelques élèves, ça devrait bien marcher… »

Ton taquin et badin à la fois, s’il vous plaît.
Revenir en haut Aller en bas
Aléatha Quindiniar
Serpentard
Serpentard
Aléatha Quindiniar

Nombre de messages : 1526
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 MD2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 07/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)
Points de mana:
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Left_bar_bleue100/100Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty_bar_bleue  (100/100)

Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptyMar 29 Avr - 20:20

Quoi ? Tu te gausses ? Tu crois que je suis une de ces empotées bonnes à rien ? Je ne suis certes pas de la caste des belliqueuses mais je suis tout de même capable de tenir une baguette !

Sa volonté n’oscille pas bien longtemps entre susceptibilité et partage de l’hilarité de Kelpy. Aussi, dans un rire nettement plus délicat que le gloussement brut du moqueur-sauveur de ces dames, Aléatha l’accompagne de bonne grâce.

Je vais être honnête avec toi, je me passerai volontiers de toute éclaboussure disgracieuse issue des viscères d’une créature, quelle qu’elle soit ! Quant aux fantômes, je te laisse ce choix d’intimité totalement contre nature : pour ma part, plus loin ils sont, au mieux je me porte ! La personne à qui je lançais ce défi ne mérite au final pas que je risque la moindre égratignure. Avoir une sœur, c’est un véritable enfer parfois !

Elle est profondément injuste et elle le sait. Elle aime profondément Calandra et pour rien au monde elle ne changerait changé sa sœur contre quelqu’un d’autre. Elle vit simplement de plus en plus mal cette main mise que l’aînée veut avoir sur toute la famille et les rancœurs qui émanent de ses propos lorsqu’elle réalise que petit à petit les membres de son clan prennent leur indépendance et volent de leurs propres ailes …

Mais si tu as une idée un peu plus glamour pour faire la Une de la Gazette, n’hésite pas à m’en faire part, ça pourrait être au moins aussi amusant qu’une traque à la goule ou une dératisation de verracrasses … Ohhhh !! Par l’Ancêtre Quindiniar ! Oui, ton idée est excellente, je suis certaine qu’elle ravira Monsieur Numenor : je vais organiser un massacre à Poudlard … Tu n’aurais pas un ou deux loups garou sous le coude ?

Finalement, ce qui a commencé sur un ton glacial et dédaigneux a l’air de devenir nettement plus chaleureux et agréable. Une fois n’est pas coutume, Aléatha apprécie dès la première rencontre cet énergumène qui a fait irruption dans son bureau avec des intentions au premier abord assez douteuses. Et leur collaboration promet d’être fructueuse, ce qui ne gâche rien !

Effectivement, bon point pour toi les alcools … On va éviter de saouler les élèves. Je leur laisse le plaisir de cet interdit dans les dortoirs ou où qu’ils le souhaitent. Et les adultes, s’ils sont vraiment en manque, bah, ils n’auront qu’à passer au bar du Pastel qui se trouve tout de même dans le Pavillon aussi …

Le grattement de la plume à papote a repris son discret bruit, le bruit de la fidélité. Aléatha tend la main vers le parchemin et parcourt rapidement les notes, hochant de la tête ça et là, son sourire s’accentuant en même temps que les rides de son front se détendent.

Bien … Très bien même … Ecoute, je crois qu’on tient le bon bout là … Je vais faire un petit résumé de tout ceci pour Monsieur Numenor. Je suis certaine que ça va lui plaire : j’enverrai alors le tout à Dumbledore pour son accord de principe. Et là, je viens te récupérer par la peau des fesses chez ton Whitemore et c’est parti pour la concrétisation de notre œuvre commune mon cher !

Là, c’est bien la satisfaction qui se lit sur le fier minois Quindiniar. Pour peu, elle remercierait presque Kelpy de l’aide qu’il lui a spontanément apportée !

HJ Voilà … Pour ma part, je pense qu’encore un p’tit message de Kelpy chéri serait des plus agréables … Je te laisse donc conclure : si question ou commentaire, tu sais où me trouver. HJ
Revenir en haut Aller en bas
https://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5886
Invité
Invité
avatar


Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. EmptyMer 14 Mai - 3:56

Dire à Kelpy qu’avoir une sœur est parfois un enfer revient à expliquer à Mère Thérésa qu’aider les pauvres lépreux, c’est bien. De fait, lui, il en a deux et c’est pas franchement les filles parmi les plus faciles d’approche et / ou de compréhension qu’ait compté la population sorcière. Voire le monde entier, tiens, pendant qu’on y est. Il ne s’attarde pourtant pas sur la question fraternelle, parce qu’exposer les actions et paroles de ses deux chères frangines fait en général fuir les gens – enfin ceux qui ne sont pas déjà partis en courant devant lui. Allez savoir pourquoi ils occasionnaient ce genre de réactions…
Et un sourire orne ses lèvres alors que la blondinette semble très séduite par sa proposition de massacre dans le collège écossais, et le voilà qui se mordille la lèvre inférieure avec un air ennuyé et amusé à la fois :


« Mais si je pique ses loups-garous à Childerik, c’est moi qui vais finir massacré, tu le sais ça ? » Evidemment qu’il se souvient qu’Aléatha et Childerik ne sont pas exactement en bons termes, la première en voulant terriblement au second du kidnapping de son précieux chat. Parlons-en, de celui-là, parce que Kelpy s’y intéresse de nouveau, et s’accroupit pour lui caresser la tête. Juste histoire de voir s’il lui en veut encore de l’avoir fait chuté tout à l’heure. Apparemment non, pas trop. Le brun qui passe ses doigts sur la tête du chat relève les yeux vers la propriétaire avec une expression des plus inspirées. En général, quand il prend cet air-là, vaut mieux tous se mettre aux abris, mais aujourd’hui il a l’air de cadrer ses propositions dans le projet d’Aléatha.

« Tiens, le Pastel’s, on a qu’à leur faire de la pub et ils pourront bien nous sponsoriser, j’imagine… »

La plume à papote termine de noter toutes les propositions échangées, puis l’instigatrice du projet attrape les notes pour les relire rapidement, pendant que l’invité surprise caresse le chat gentiment, avant de se relever, et de passer un revers de main sur son pantalon, pour le principe. Kelpy est peut-être un type la plupart du temps surexcité, ce qui ne l’empêche pas d’être toujours présentable. Il acquiesce au résumé d’Aléatha, puis a un léger rire.

« Ah oui, par la peau des fesses ? Me demander gentiment, ce sera autant efficace… »

Si ce n’est plus vu leur taille respective. Il porte un coup d’œil sur sa montre, d’abord rapide, puis un second, plus prolongé. Déjà cette heure-là ? … Si Ayla était au département, il serait sûrement un mort en sursis, m’enfin on peut espérer que sa mission chez les Aurors l’ait retenue toute l’après-midi, et qu’il ne risque pas une mort aussi lente que douloureuse et injuste… Quoique pour l’injustice, on peut repasser.
Il estime donc fort à propos qu’il est temps de prendre congé – ça tombe bien, ils avaient fini – et il entreprend de prendre congé fort diligemment. Mais de façon toujours très polie.


« Bon, tu m’en vois désolé, mais nous ne pourrons pas continuer notre discussion dans ce fameux Pastel’s, ou en tous cas pas aujourd’hui, parce que je vais devoir réintégrer mon département, sous peine de choses toutes plus horribles les unes que les autres. Une prochaine fois ! »

Et il dit ça avec une assurance et un sourire désarmant, et ça aussi c’est tout à fait kelpien. Il se dirige vers la porte, l’ouvre, et au moment de sortir, déclare :

« Enfin, je réfléchis toujours à cette couverture de Gazette glamour, ne t’inquiète pas. »

Et sur un dernier petit rire, le voilà parti.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty
MessageSujet: Re: Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.   Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ces géniaux mais très peu pragmatiques érudits.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]
» [UploadHero] On a retrouvé la 7ème compagnie [DVDRiP]
» [UploadHero] Marius [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Département de l'Emploi et de la Grande Education-
Sauter vers: