AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RESIDENCE] *Etats-Unis* Manoir Delena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lara Delena
Moldu(e)
Moldu(e)
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 29
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts ? On aura tout lu !
Capacités Spéciales : Celle de flairer les embrouilles quand je croise la route de la magie ! ET régénérescence (accessoirement) + Antimagie
Créature : Moldue - Paraît que pour les sorciers c'est exotique ?
Date d'inscription : 19/01/2008

Profil du Sorcier
Points de vie:
700/700  (700/700)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: [RESIDENCE] *Etats-Unis* Manoir Delena   Dim 20 Jan - 17:53

Manoir De Lena



Vous ne voyez là que la partie avant de ma résidence, qui se trouve être le manoir de ma famille depuis l’âge de la découverte des Etats-Unis. Les De Lena sont à ce qu’il paraît très implantés dans la noblesse depuis des lustres. Personnellement je n’ai jamais vraiment apprécié mon titre par hérédité, c’est pour cela que j’ai fait le choix il y a quelques années de ne plus séparer les deux particules de mon nom de famille, pour en atténuer un peu l’effet. Si je vous parle de mon chez moi, c’est parce que c’est précisément ici que mon aventure commence. Je sais que l’on aurait pu croire que je choisirais de débuter mon récit au Mexique, aux vues de son importance pour moi, mais j’ai jugé bon entre temps de vous faire d’abord découvrir ce qui m’a poussé à y retourner …

Archibald, Grèce Antique tome un. Il a disparu ?

Je faisais des recherches dans la bibliothèque du manoir, quoi de plus normal me concernant ? Un objet de valeur m’avait été confié quelques heures plus tôt pour que je l’étudie, ce que je m’étais employé à faire sans attendre, quand je me suis aperçue que le livre qui me permettrait de percer le mystère avait disparu. Je fis cette même petite moue que j’aimais arborer quand l’envi me prenait de faire culpabiliser Archi. Le vieillard, mon ancien précepteur avait toujours, suite à cela, tendance à remuer nerveusement, se précipitant dans tous les étages de la bibliothèque pour dénicher ce dont j’avais besoin. De mon côté, je m’employais à jouer autrement.

La salle est disposée en rectangle, le cœur de la pièce est rond, le toit est voûté. L’étagère « A » a été déplacée de quelques centimètres sur la gauche, elle n’est en contact avec aucune autre, si ce n’est la « C » qui vient la toucher en bout côté nord. Le livre sur la Grèce Antique tome un se situait sur la face Sud de l’étagère « A ». Je ne suis pas très douée en géographie, mais, à mon avis, votre femme Elizabeth, n’a fait le ménage, en vue de la poussière à la surface des meubles côté Nord, que sur l’étagère « C ». Si j’en crois le mouvement des meubles et les marques sur le sol, elle a fait bougé la première étagère qui est venue taper sur la « A ». Trois pas Est, deux Nord. Bingo ! Elizabeth a fait tombé le livre, elle était trop petite pour le remettre en haut de l’étagère, elle l’a donc rangé plus bas, tout simplement. J’adore.

Archibald se grattait la tête en m’observant d’un air béant.
Il avait toujours été assez réticent sur mon goût prononcé pour faire des fouilles là où il n’y en avait pas. Que voulez vous ! J’adorais véritablement émettre tout un tas de théories quant à la disparition des choses, leur représentation ou leur histoire. Rien n’est du au hasard pour une « scientifique », du moins autant que l’on peut le dire pour une diplômée d’Archéologie et d’Histoire. Je savais que ce livre n’avait pas disparu, qu’il n’avait pas été emporté, il y avait obligatoirement une explication que je m’étais efforcée de trouver. Alors que je m’apprêtais à commencer ma lecture, des bruits d’hélicoptère retentirent au dehors. Fermant le livre délicatement et le confiant à Archi, je me précipitais vers la terrasse pour accueillir mes invités.


Père ! Je ne vous attendais pas si tôt ! Votre voyage aux Etats-Unis s’est bien déroulé ?

Mon géniteur était descendu de son engin volant qu’il aimait tant pour se déplacer. Il me fit une bise sur la joue et m’emmena dans le salon, confiant ses affaires à Elizabeth et Archi, qui s’empressèrent de les conduire à sa chambre. Il y avait sans doute une chose importante pour qu’il soit si pressé. Moi, comme à mon habitude, j’étais discrète et j’étais déjà partie dans des rêves sans fin dont j’avais toujours eu du mal à voir le bout. Je resserrais ma ceinture avant de me poser sur le canapé et de frotter mon pantalon poussiéreux. Père pris la parole d’un ton un peu agacé, tout en servant le thé.

-L’ambassade du Mexique m’a envoyé un message personnel pour me signaler qu’ils reprenaient les fouilles à Tulum. Vu qu’il s’agit d’un site dont les découvertes reviennent au crédit de ta mère, ils ont cru bon de nous prévenir afin que l’on envoie quelqu’un sur les lieux pour une expédition. Mais …


C’est là bas qu’elle a disparu.

Reprenais-je de ma voix frêle est incertaine, typique des fois où je reparlais de ma mère. Le site de Tulum était important pour ma famille, je ne pouvais naturellement pas refuser à mon père d’y aller pour conduire l’expédition ? Quelque part je sentais une certaine excitation bouillir en moi. Je n’avais jamais eu l’occasion d’y retourner. J’avais vu ma mère disparaître, elle n’était pas morte. Il fallait seulement que je découvre où elle avait été transportée ? Mon père déposa une main sur mon bras. Ce n’était pas un homme trop familier avec moi, il se tenait souvent plutôt distant, même si paradoxalement, l’amour dont il m’avait fait preuve était toujours sincère et grand. Il reprit.

-Je ne veux te forcer à rien, mais tu es la plus qualifiée de la famille pour ce travail Lara. Sans toi nous perdrons nos droits sur Tulum et notre fortune n’est plus à la hausse, ça nous aiderait à nous renflouer un peu …

Nous étions loin de l’état « transports en communs », mais la fortune de ma famille était essentiellement basée sur les terres, c’était quelque chose de coûteux et il fallait des revenus pour les garder. Mon travail me permettait de payer le manoir aisément, mais de nombreuses choses devaient être assurées, puisque mon père partait bientôt à la retraite. Il ne serait plus en état de tout payer. Le patrimoine historique que détenait ma famille était plus important que ma propre vie, à mes yeux, je n’avais pas le choix de toute façon.


J’irais, je pars demain pour Tulum …

Mon père m’adressa un sourire et me laissa me retirer vers mes travaux précédents. Le soir vers 18:00 je faisais un peu d’exercice pour me tenir en forme. Voilà que je revêtais ma combinaison d’archéologue pour quelques mois, j’étais heureuse. Je passais bien sur tous les livres sur les mayas en revu, sans compter les plans de Tulum et les travaux que ma mère avait enregistré sur papier. Cependant, je ne savais pas encore tout. A l’heure du dîner mon père avait invité deux éléments haut placés des affaires confidentielles. Je descendais, radieuse, dans une robe noire et des chaussures à talons, les cheveux bien peignés. Je savais que me voir habillée en femme ferait plaisir à mon père. Alors que je gardais ce beau sourire aux lèvres, je le perdis aussi vite que je tombais sur nos deux invités.

Mes amis sont les bienvenues, les gens qui me volent mes recherches, eux, prennent la porte.

J’ouvrais d’ailleurs cette dernière sans grâce avant de leur faire signe de sortir de ma maison. Mais mon père se leva et fit signe aux deux hommes de rester en place. Je lui lançais un regard noir et presque colérique, mélangé bien sur à de l’incompréhension.

-Lara ! Je sais que tu n’aimes pas ces types, mais écoute pour une fois ce qu’ils ont à dire, je suis sur que cela t’intéressera grandement.


Un des deux hommes se leva et présenta une photo à Lara avant de prendre la parole.

-Vous reconnaîtrez sans doute cet homme n’est ce pas ? Il vous suit à chacune de vos fouilles. Pour ainsi dire, il n’a même jamais raté ne serait-ce qu’un seul travail archéologique de votre famille, que ça soit les votre, où ceux de votre mère il y a quelques années …

Je ne disais d’abord rien en analysant la photo de près, c’est alors qu’un flash me revint en mémoire. Le jour de la disparition de ma mère, Archi s’était plusieurs fois entretenu avec un homme de ce même style, peut être même était ce lui ? Un peu plus tard, Lara l’avait vu sur la scène de disparition de sa mère.


Il …Il avait disparu lui aussi ! Comment ? C’est impossible !

-C’est justement le mystère que nous aimerions que vous résolviez Miss Delena. Et notre supérieur vous en conjure.

Saisissant la photo, je la rangeais dans l’une de mes poches. Je ferais sans doute un détour par chez une vieille amie avant de me rendre à Tulum, mon petit doigt me sifflait que les réponses que j’avais tant voulu n’était plus très loin de mon burin …


Je pars demain à l’aube.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[RESIDENCE] *Etats-Unis* Manoir Delena
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Etats-Unis annulent la dette d'Haïti
» Haiti, bientot un territoire des Etats-unis d'Amerique!
» Les Etats-Unis inquiets pour Haïti, à l’approche de la saison cyclonique
» Roro Nelson condamné aux Etats-Unis ne peut pas retourner en Haïti
» ETATS UNIS APRES LA TORNADE LE SAUVETAGE DES ANIMAUX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Vaste Monde :: Reste du Monde-
Sauter vers: