AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le village de la Folie *quelque part* (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carmen
Invité



MessageSujet: Le village de la Folie *quelque part* (pv)   Ven 11 Jan - 3:12

Le village où tout a commencé... La maison où la folie s'est officiellement déclarée chez les jeunes Malifatius... La première fois où du sang a coulé de leurs mains... Servus avait alors donné la plus grande lecon que sa petite soeur ait jamais recu. Il avait laissé la folie l'envahir, et Carmen avait depuis vécu sous cette influence, cette présence, si agréable et si excitante.

Une folie qu'elle arriva enfin à maîtriser dans des circonstances précises, après un long trou dans sa vie qui la sépara de son frère adoré. Depuis ses 24 ans, elle n'avait pas vu son frère. Mais il était temps d'y remédier. Sûrement Servus avait-il cru sa soeur morte après son départ au Brésil en mission pour le Lord. Mais elle l'avait contacté quelques jours auparavant, pour qu'enfin leur folle rencontre advienne.

C'était donc leur village natal que le grand frère avait choisi pour leur rencontre. Arrivée un peu plus tôt, Carmen avait revisité les lieux. La maison était toujours la même, à l'exception du fait qu'il y avait des moldus qui l'habitaient à présent. Quelle insulte aux Malifatius ! Des moldus dans la maison où les deux prodiges en matière de folie étaient nés ! Du nettoyage allait être exigé.

Carmen s'avanca sur le pas de la porte, et frappa deux fois. Des voix s'élevèrent, des pas se firent entendre, et enfin la porte s'ouvrit. Une femme, mère de la famille, pu apercevoir une Carmen au sourire sadique, et au regard dévastateur.


Toc toc toc, le folie s'est pointée, et elle se fera un plaisir de vous libérer de ce poids qu'est de vivre. Souriez devant la démence, elle ne vous en sera que plus reconnaissante.

Un éclair vert et la femme tomba au sol. Carmen continua sa visite. Un homme et un enfant regardaient la télévision, avachis sur un fauteuil. Elle se positinna derrière.

Ding, dong. L'heure de dormir est arrivée mes agneaux. Allez dire bonne nuit à mère Folie.

Un autre éclair vert et l'enfant tomba dans un sommeil éternel. Elle avait épargné le père cependant. Servus voudrait sûrement avoir sa part également. Après tout, cette maison lui appartenait autant qu'à elle, voire plus. Il méritait donc de dire le dernier mot, de la part de la Folie.
Revenir en haut Aller en bas
Servus Malifatius
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 270
Age : 46
Age Roleplay + Sorts : 39 ans sorts 1 2 3 SPE
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 21/10/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
900/900  (900/900)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Le village de la Folie *quelque part* (pv)   Ven 11 Jan - 4:32

CRAC
Le bruit résonna dans une ruelle délabrée au milieu de laquelle un mince filet d'eau noircie et pourrie serpentait. Les pas du corbeau ne firent pas plus de bruit que ceux d'un rat courant disséminer la peste dans l'ombre de la Lune.
Comme de coutume ses pieds étaient nus et il portait comme simple habit un jean et une chemise noire largement ouverte, qui ne cachait rien des nombreux tatouages qu'il arborait et ne le protégeait pas le moins du monde de la fraicheur de cet hiver doux. Il fit quelques pas et s'arreta, étirant ses ailes nonchalement comme s'il venait de se lever. Le corbeau n'était pas pressé, elle l'attendrait quoi qu'il arrive, elle avait trop envi de revoir celui qui les avait rendu orphelins.
Un grincement sinistre fit frissoner l'air, la mort du jour pointait sa faux étincelante qui se refleta dans le sourire du fou.
D'un main il tira sa baguette de sa poche et de l'autre un paquet de cigarettes aussi lugubrement cabossé qu'il était désolément vide.
Le mauvais serviteur émit un léger grognement. Quelle importance après tout le poison nicotiné qui lui tachait les poumons n'était pas la seule nourriture dont sa folie rafollait.

Un léger mouvement de sa baguette fit apparaitre une bouteille dans sa main libre, il la déboucha avec les dents. Réjouissances de beuverie promesse d'une joyeuse scène dont le village serait le théatre pour cet acte.
Une première gorgée lui brula la gorge réchauffant ses entrailles et détruisant son esprit du peu de raison qui aurait pu y subsister encore.

Enfin d'une démarche légèrement bancale il daigna quitter le couvert de la puanteur ménagère pour déboucher sur une rue plus large, quelques vagues souvenirs émergèrent de la démence qui lui tenait lieu d'esprit et un nouveau grincement se fit entendre, plus fort et plus jubilatoire.
Les yeux clairement sombres du corbeau fixèrent la bouteille et dans un sourire il déclama:


"Il n'est pas de vice si simple qui n'affiche des dehors de vertu."


Il reprit une goulée de la "petite eau" et traversa la rue, il savait où il allait, il savait où elle était et devinait même ce qu'elle faisait. Cette femme, son sang.... Sa soeur de folie.
Il n'était pas encore tard et il croisa quelques personnes qui lui jetèrent des regards curieux vite transformés en coups d'oeil terrifiés.
Sa baguette toujours à la main le dément volatile répandeur de malheurs arriva enfin devant la petite batisse, qui jadis avait été le lieu d'un crime épouvantable, et qui à présent affichait un jardin et une haie proprette ainsi que plusieurs pots de fleurs suspendus au dessus du perron.
Vains artefacts qui avaient rassurés les petites plats de sa folie dans un bien-etre et une fausse sécurité qu'ils avaient betement cru éternelle.

La porte était ouverte, le sourire s'élargit, un lueur s'éclaira dans les yeux irraisonnés. Toujours sans se presser il s'avança et franchit la porte pour redécouvrir l'entrée . Le théatre d'un autre temps dont le rideau était tombé dans un bruit lugubrement et délicieusement mat de sang éclaboussé.
Quelques pas silencieux et il était dans le salon laissant tomber son regard sur la femme de quelques années sa cadette et qui, a présent le fixait du même regard teinté.


AHAHAHAHAHAHAHA

Le rire résonna glacial, implacable aussi dément et inhumain qu'on ne pouvait l'imaginer. Il dura ce qui parut une eternité pour le village glacé de terreur puis s'évapora comme le manteau de brume dont se parait la narquoise lune.
D'une voix ou perçait une joie malsaine et un sadisme apparent le mauvais serviteur s'écria:

La famille se réunit! sous le sein de la mère folie les enfants pourront se rassasier!

Et sans prévenir il pointa soudain sa baguette sur le dernier survivant de cette famille innocement inutile et dans un rire prononça:

Endoloris....ENDOLORIS!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le village de la Folie *quelque part* (pv)   Sam 12 Jan - 17:45

Le rire inhumain de Servus se vit accompagner de celui de sa soeur; leur plaisir se manifestait de la même manière. L'homme qui s'était maintenant relevé pour regarder ce spectacle d'horreur et de folie affichait une expression morte, le visage blanc et le regard vide d'expression devant une scène aussi frappante.

L'aîné donna de quoi se nourrir à sa petite soeur en lancant le sortilège de la douleur au père de famille. Les cris qui étaient témoins de la douleur atroce que devait ressentir le moldu provoquèrent une joie sans égale à Carmen qui se délectait dans son coin. Elle riait, plus fort que jamais, laissant sa démence parler pour elle, alors que l'incarnation de la folie pure, qui n'était autre que son frère, menait l'orchestre.

Des pas résonnèrent derrière elle, et elle apercut une petite fille descendre les escaliers que Carmen connaissait si bien. Elle se retourna vers son frère, le regard emplit de bonheur. Elle allait pouvoir offrir un cadeau digne de ce nom à son aîné qui lui avait tant manqué.


Servus, vois ce que j'ai trouvé, à la place même où Mère s'est vue victime de la Folie folle qui t'offrais ses services ! Un cadeau venu droit du dieu de la Démence, juste pour toi mon frère !

Elle attrapa la fillette par sa chemise de nuit et la balanca assez violemment vers le mauvais serviteur, aux côtés du père qui devait encore souffrir de sa précédente expérience. Le cri de la fille ne motiva que plus Carmen à la voir souffrir par la main si talentueuse de son frère.
Elle savait ne pas se tromper en lui offrant cette fille, les enfants avaient toujours été son pêché mignon, ou du moins c'était ainsi qu'elle le connaissait avant leur séparation... D'une manière ou d'une autre, le plaisir allait bel et bien être présent.


Et que le show continue ! Les enfants ne sont toujours pas rassasiés ! GNIAHAHAHAHAHA !

D'un mouvement de baguette, le moldu se vit jeté sur le sol et glissa jusqu'à Carmen comme guidé par une force invisible. Un autre tour de douleur se devait de reprendre, dans la maison qui avait donné naissance à deux emblêmes de la Folie.

ENDOLORIS
Revenir en haut Aller en bas
Servus Malifatius
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 270
Age : 46
Age Roleplay + Sorts : 39 ans sorts 1 2 3 SPE
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 21/10/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
900/900  (900/900)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Le village de la Folie *quelque part* (pv)   Dim 13 Jan - 2:37

Hum indicible plaisir, un de plus.
Des retrouvailles qui se devaient d'être dignement fêtés sinon quel intérêt. Le mélange des deux rires étaient mieux qu'une musique de Led zeppelin aux oreilles des fous. Le délice de cet act résidait dans le fait que tout serait tellement prévisible et pourtant, le petit ange qui descendit les escalier était loin d'être espéré mais si délicieusement accueilli.
La cerise sur le gateau, ou plutot l'olive dans le verre de vodka.
Le rire du fou, du frère, résonna encore une fois, plus fort plus inhumain encore, glaçant le voisinage détestablement impassible et poltron. Le mauvais serviteur ne pouvait que savourer le moment, le sang, la douleur tout ce qui faisait que cette pièce avait un quelconque interet pour le spectateur.

Une nouvelle lampée d'alcool destructeur vint honnorer l'offrande inattendue de sa soeur de folie. Il se rappelait vaguement quelques bribes du passé que son esprit dérangé n'avaient pas engloutit dans les méandres de sa démence. A cette époque, oui, a cette époque il aimait particulièrement le sang des chérubins aux petites ailes blanches.
Maintenant peu lui importait, du moment que Shakespeare s'exprimait.

La gamine se mit a pleurer en s'accrochant au cou de son papa adoré qui ne lui serait malheuresement d'aucune utilité, les parents n'étaient-ils pas fait pour mourir par leurs enfants. Loque humaine méprisable, tout aussi méprisable que celui qui l'avait faite crier. Mais les corbeaux étaient fais pour être détestés et c'était d'une si délicieuse injustice et d'une si jubilatoire stupidité.
Le mauvais serviteur laissa sa cadette s'occuper de paternité et attira le petit ange larmoyant a lui avec un infinie et sadique douceur.
Il lui caressa la joue essuyant les grande eaux de la petite poupée, un sourire carnassier étirant ses lèvres et faisant briller ses yeux clairement sombres.
Il poussa meme le vice jusqu'a la prendre dans ses bras, sa baguette a la main pointé sur son petit corps. Qu'il était poétique de voir mourir un chérubin, digne de rimbaud si l'en est.


Sectum sempra

Un petit hocquet de surprise qui laissa sur la peau tatouée du corbeau un petit frisson plaisant. Il lacha la poupée sans vie, joli couleur que le rouge qui avait teinté ses mains. Le fou s'en délecta en se léchant l'index lentement. Quelques gouttes étaient tombés dans la bouteille colorant légèrement le poison, le tors-boyau de la couleur de la souffrance.
Le mauvais serviteur en prit une gorgée tachant le verre de sang, la savoura d'un "Ha" éclatant et tendit le breuvage destructeur a sa soeur de folie.


Trinquons trinquons, dans le sang et le plaisir! L'alcool est la nourriture de la folie alors buvons!

Pointant sa baguette sur le tremblant pater étendu recroquevillé sur le sol, le corbeau se remit a rire. Quelle honte supreme superbement jouée, un bout de scène dont le vil théatre devait être fier. Tant de violence inutile, et c'est en ça que c'était savoureux. La gratuité était la plus belle forme de lacheté, a laquelle un corbeau symbole de malheur aimait par dessus tout s'adonner.
Il se relécha les doigts en pensant a sa belle mort qui ratait ce spectacle qui devait rester exclusif a la mauvaise famille reunie. La belle sourirait, jalouserait surement si il lui contait le bel act.
Le fous sourit de plus belle et ce sourire n'était que démence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le village de la Folie *quelque part* (pv)   Lun 25 Fév - 3:13

Le moldu se tiraillait de toute part, sur le tapis autrefois embibé du sang du père Malifatius. Mère Folie avait tout orchestré à la perfection, pour qu'un autre père voit la Mort sur ce même endroit, à cette place précisément. A cet instant, se raviver les si bons souvenirs d'enfance lui manquait comme la drogue manque aux addicts. Le sang avait autrefois coulé sur ce tapis sale, alors il y coulerait de nouveau, comme Mère Folie l'avait si bien ordonné.

Elle leva sa baguette pour cesser cette torture gratuite. Un peu de repos avant le coup de grâce était requis. Surtout lorsque le frère offrait de la vodka assaisonnée au sang, quoi de plus exquis ?


Trinquons ! Le sang n'est que l'accompagnement de la folie, l'élément indispensable qui permet à la démence de s'épanouir !

Une longue gorgée passa par sa gorge qui ne ressentait même plus l'effet de l'alcool à présent. Seul son cerveau réagissait; une pointe de bonheur se faisait ressentir à chaque gorgée.
Elle pointa sa baguette soudainement sur la main du père moldu et prononca d'une voix démente.


Diffindo

Un doigt s'écarta du reste de la main, accompagné d'un cri d'agonie. Carmen se baissa et l'attrapa. Elle le regarda de près, tandis que le sang coulait, avant d'émettre un rire bruyant de démence.

Tiens mon frère, petit souvenir de notre passage ici après tant d'années !

Elle lui balanca le doigt avant de se pencher de nouveau pour attraper le moldu par les cheveux. La folie lui criait d'en finir, elle ne pouvait plus attendre, l'addiction était trop importante.
D'un regard de fou, elle pointa sa baguette sur la gorge du père moldu.


Diffindo

Et elle prit son temps pour dessiner une jolie ligne le long du cou, de manière à ce que la tête en tombe lorsqu'elle eût terminé. Le corps tomba, mais sa main étant toujours aggrippée à ses cheveux, sa tête resta suspendue en l'air.
Elle se retourna vers le mauvais serviteur, l'air tiomphant, joyeux.


Ce soir, sous les regards de Mère Folie et de Père Délire, un autre sang impur a rendu l'âme dans le foyer de la Démence.

GNIAHAHAHAHAHA ! Que penses-tu de ca mon frère ?


Le rire continua, résonnant de plus belle dans le salon où l'atmosphère avait semblé retomber de 10 degrés.
Revenir en haut Aller en bas
Servus Malifatius
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 270
Age : 46
Age Roleplay + Sorts : 39 ans sorts 1 2 3 SPE
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 21/10/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
900/900  (900/900)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Le village de la Folie *quelque part* (pv)   Ven 21 Mar - 4:39

Elle avait encore beaucoup a apprendre la cadette de sa folie, la sœur de sa démence. Quelle manque d'élégance, quelle absence de poésie, Shakespeare devait bien rire six pieds sous terre. Elle tuait pour tuer, que cela était ennuyeux et dépourvu d'intérêt, aucune subtilité, il soupira, le corbeau, une éducation était a faire.
Récupérant la bouteille de petite eau maintenant rosi de vie, le mauvais serviteur termina la beuverie puis jeta la bouteille contre le mur. Elle explosa dans un bruit clair et vibrant laissant pleuvoir ses débris sur le parquet, dangereuse pluie de folie. Le corbeau admira le spectacle, un sourire d'enfant malsain éclairant son regard clair, qu'il était doux le bruit de la destruction...

Il ne vit même pas son sang finir les joyeusetés, absorbé qu'il était par les reflets de verres sur le sol, il se mit finalement a grincer, signification évidente d'un presqu'ennui après l'éclat retentissant qu'il avait exprimé a son arrivée. Enfin il daigna se détacher de sa contemplation pour se retourner vers la jeune mauvaise et son trophée, il jeta un coup d'oeil dégouté au doigt qu'elle lui avait offert...Un souvenir disait-elle? hum...


EH....le sang coule, il coule mais .... le théatre se ferme et les spectateurs restent sur leur faim...

Le corbeau déplia une aile noire pour ramasser la petite offrande manucurée et la détailla un court instant puis la jeta dédaigneusement derrière lui comme si ça n'avait pas été plus qu'un détritus sans importance. Il fit quelques pas dans la pièce, trempant sans le sentir ses pieds nus dans la peinture de souffrance de cette famille détruite par la folie, et écarta les bras fermant les yeux et levant le visage vers le plafond. D'une voix d'orateur il se mit à déclamer:


"Le monde entier est un théâtre,
Et tous, hommes et femmes, n'en sont que les acteurs.
Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles"


Il rouvrit les yeux, le mauvais serviteur, l'ainé des fous et les posa sur sa cadette lui souriant de toutes ses dents de carnassier, démonstration d'un sadisme guidé par la démence. Il la rejoignit en quelques enjambées dansantes, traçant sur son passage les marques de ses serres d'oiseau de malheurs.


Tu dois apprendre a jouer ton rôle....petite soeur... sinon le théatre n'aura aucun attrait tu verras.
La poésie, le vers, la prose, le jeu, la sensualité tu dois jongler avec et là tu pourras contempler avec jubilation la pièce décadente et désastreusement intéressante qu'est la vie.


Il la fixa un instant, ce sourire malsain toujours aux lèvres puis il s'accroupit pour plaquer sa main sur le tapis imbibé de vie, il se délécta ensuite de la vision de sa propre main ensanglantée...quoi de plus délicieux que le sang des autres comme ornements. Enfin il se releva et s'avança vers la porte du salon en direction de l'entrée.

LA folie est affamée et nous n'avons plus rien a lui mettre sous la dents...la nourriture nous appelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le village de la Folie *quelque part* (pv)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le village de la Folie *quelque part* (pv)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si jamais vous avez une centaine de secondes qui traine quelque part . ^^'
» Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total.
» « Je ne vous aurais pas déjà vu quelque part ? » [Taylor]
» en retard, en retard. j'ai rendez-vous quelque part ! (jin kyung)
» Etre né quelque part c'est toujours un hasard...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Vaste Monde :: Autres lieux du Royaume-Uni-
Sauter vers: