AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une nuit au Tibet [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lord Voldemort
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 360
Age : 90
Age Roleplay + Sorts : 81 ans, sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : legilimens, occlumens, nécromancien, charmeur oral, élémentaliste air et feu, sorts informulés
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 22/07/2006

MessageSujet: Une nuit au Tibet [PV]   Ven 16 Nov - 17:58

Noires sont les nuits au Tibet, noirs sont les voyageurs loin de leur demeure. L’expédition n’avait de fait que tout juste commencé, et déjà le commando échappé d’Angleterre rencontrait des problèmes. Après des heures de marches dans les hautes montagnes, tous les mangemorts présents commençaient à fatiguer, tous sauf un, le plus puissant, leur maître, qui courrait devant, n’hésitant pas à faire claquer les fouets pour faire presser le pas de ses serviteurs. Ne se retournant jamais, le Dark Lord ne parlait à personne, personne sauf la petite femme, frêle, mais puissante et judicieuse qui le suivait partout. A mesure qu’ils approchaient du but, que le froid se faisait plus intense, Lord Voldemort parlait à Ellana, son bras droit, de toute la mise en œuvre du plan qu’il avait imaginé.

Il faudra agir avec prudence, engager le combat aux portes de devant et prendre rapidement les côtés, ainsi que tous les lieux du sommet pouvant être dangereux. Si nous laissons ne serait ce qu’un seul endroit menant au vide sans surveillance, nous pourrions y voir nos troupes poussées de façon bien trop stupide pour que je t’en pardonne. Bref Ella, il y a autre chose ! Mornemarais est un ancien ministre un peu psychotique, il aura sûrement prévu quelques gardes avec lui pour s’assurer bonne santé. On ne peut lui en vouloir de nous livrer un peu de chaire à canon, mais cela exige aussi de notre part une rapidité sans précédent. La surprise est pour cette bataille notre meilleur atout.

Le vent se fit alors plus intense encore, plus froid que jamais et même une petite neige commença à tomber. De la brume des soupirs de mangemort sortirent alors les prédateurs tel un ours affamé suite à deux mois d’hibernation. Non grondant ni grognant, le commando fit une halte en quittant le couloir de roches brunes. Lord Voldemort venait de lever la main, et son bras droit tira sa baguette pour punir le moindre désobéissant. Au bout du chemin qui venait de se dévoiler à eux, un immense monastère apparut, éclairé par la lune d’argent au plus haut sommet de cette chaîne de montagne. Tout autour c’était le vide, aucune retraite n’était possible, pour personne. Le maître fit signe à son second de faire taire les murmures de ses disciples, puis il prit la parole sans considérer aucun d’entre eux.

Ce soir, loyaux exécuteurs,
Le moment est venu pour nous de prendre notre revanche !
Le ministère et son dirigeant nous ont blâmé, nous ont provoqué ouvertement. Et ce soir, nous allons répondre. Lorsque nous serons entré dans ce monastère, tuez tout le monde, pillez les richesses, jetez les femmes du haut de la falaise et répandez le sang des innocents sur les murs sans le moindre scrupule. Je suis loyal moi aussi à mes sujets, et en récompense, je vous autorise ce soir à prendre, à tuer tout ce que bon vous semblera, mais j’exige une chose. L’ex ministre est à moi. Quoi qu’il se passe, et j’avertis chacun, vous aurez des ordres, et vous devrez les suivre, quiconque ne sera pas discipliné subira le même sort que ces moines. A l’issu de ce plan, Gabriel de Mornemarais devra être conduit en place publique de Londres, et il devra être mis à mort. Ainsi mes amis, William Lancaster verra que nous sommes sans scrupules, William Lancaster verra que nous sommes prêt à tout, et que rien n’arrête Lord Voldemort et ses serviteurs ! A l’issu de cette soirée, le monde nous craindra davantage, et la peur que le nouveau ministre a tenté d’écarter renaîtra de sa misère. Que les fureurs de l’enfer se déchaînent ce soir ici même ! Brûlez tout ! Et faites gloire à votre maître !!!


Sur ce petit discours de circonstance pour motiver les troupes, Lord Voldemort lâcha ses chiens sur le monastère endormi. Il prit l’avant, accompagné de deux hommes, envoya son second prendre le côté droit, puis il désigna au hasard un autre mangemort qui prendrait le côté gauche. Après quelques minutes de marches, cinq tout au plus, le Lord arriva devant l’immense porte gravée en bois de sapin. Un énorme sourire élargit ses lèvres lorsque un premier moine eut l’audace de demander qui va là ?


Ignus spiritus rego !



Une gigantesque flamme s’éleva soudainement, et, lentement un serpent se forma autour de Voldemort. Celui-ci tendit les mains et l’énorme bestiole dévora le moine, puis il les tendit en avant, et le serpent explosa en mille morceaux l’immense porte comme si elle ne représentait rien. Suite à cela, le serpent continua sa route droit devant lui et Voldemort fit apparaître un bouclier autour de lui. La bataille était lancée, tout allait enfin commencer. Un homme se mit à courir devant lui et le mage noir l’expulsa d’un jet de flamme sur un des murs où il fut réduit en cendre. Alors que lui et ses deux gardes se trouvaient dans la salle principale du monastère, Voldemort avança jusqu’à une espèce de trône sur lequel était assise une statue d’un homme obèse. Le mage n’attendit pas bien longtemps avant de tendre sa baguette de nouveau et de la faire exploser. D’autres explosions retentirent, signe que son second était à l’affût. Tout était parfait.

Maintenant plus qu’à attendre que le bétail se pointe.


S’asseyant dans la pénombre, au milieu de la poussière suite à l’explosion, il était devenu complètement invisible, et il attendait patiemment de pouvoir en venir au principal, tout en se donnant pour loisir d’achever les souffrants que ses exécuteurs avaient eu la bonté d’épargner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/biographie-des-personnages-f
Ellana Silver
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 1411
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 34 ans sorts 1 2 3 4 MT1 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Communion Clairvoyante - Occlumens - Force Accrue - 9 Nécromancies Affinité Mort et Sang -
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 16/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
2292/2292  (2292/2292)
Points de mana:
2870/2870  (2870/2870)

MessageSujet: Re: Une nuit au Tibet [PV]   Ven 16 Nov - 18:54

[-Quelques heures avant le départ-]


Devant sa coiffeuse, dans la plus noire et la plus profonde des réflexions, Ellana Silver peignait ses longs cheveux bruns pour tenter de se les attacher. Dans un geste machinal, du haut du crâne jusqu’en bas des mèches qu’elle démêlait, la sorcière perdait peu à peu le fil du temps et ne se rendit pas compte que dans quelques minutes c’était le départ. Reportant deux longues mèches avant vers l’arrière, ramenant encore quelques mèches en arrière, la sorcière se fit une coiffure qui ressemblait de peu à une queue de cheval, tout en donnant l’impression qu’elle avait encore les cheveux lâchés. Une touche de rouge sur les lèvres, voilà qu’il ne lui restait plus qu’à s’habiller. Retirant son peignoir, elle s’orienta vers la penderie de son bureau et sortit une tenue de cuire noir et un manteau en peau blanc, avec un col en fourrure de tigre sibérien. Remontant les collant qu’elle portait en dessous de son pantalon, la tueuse saisit ses bottes sans talon et enfila dedans ses petits pieds délicats mais qui lui permettaient une habilité sans égale. Quelques armes de survie à la ceinture, une baguette en botte, l’autre au niveau de sa taille, Ella était fin prête et elle quitta ses quartiers pour aller quérir les troupes et les emmener au point de rendez vous avec le maître qui était parti à l’avance.

[-Arrivée sur les lieux-]


Accompagnée d'Argus et Servus, deux hommes en lesquels elle avait confiance, la sorcière s’avança en paix suite à un transplanage pour le moins retentissant. Se tournant vers Servus, Ella lui adressa un léger sourire. Il était réconfortant de le savoir près d’elle, et la tueuse ne pouvait d’ailleurs pas rêver mieux que de se battre enfin à ses côtés, chose que ni l’un ni l’autre n’avait eu (logiquement) l’honneur d’expérimenter. Allant vers Voldemort, elle s’agenouilla devant lui, le seul homme pour lequel elle était soumise à cent pour cent. Tous les mangemorts présents s’agenouillèrent à sa suite. Voldemort lui fit signe de se relever, et ils entreprirent la marche.

[-Durant la marche-]


Ellana buvait les moindres mots de son maître, les moindres détails du plan, à chaque expression particulière de Lord Voldemort, chaque fois qu’il lui disait que la défaite était inacceptable, la jeune femme faisait un léger hochement de tête en guise de oui, n’ayant pas été habilitée à parler de sa propre voix. Se retournant de temps à autres, elle râlait après les troupes qui se montraient trop lentes, elle punissait faiblement les mangemorts qui s’écartaient du rang, et elle faisait surtout que tout reste en ordre. Par précaution, une fois Voldemort ayant donné ses consignes, Ella se dirigea vers Servus qui volait un peu de ses propres ailes, et elle lui donna quelques premiers ordres.

Ma douce Folie ! Survole le flanc de cette montagne, migre de tes ailes nobles à l’avant de nos troupes, et cherches en ces rochers le danger potentiel, sans aucune retenue élimine les obstacles.

Sur ces mots Ellana regagna sans attendre les côtés de son maître et marcha à sa droite, jusqu’à un long couloir sombre de roches qu’elle craignait un peu d’aborder, sans pour autant chercher ailleurs que l’envie de tuer qui montait en elle. Le goût du sang frais lui donnait faim.

[-A l’entrée du Monastère-]


Voldemort ordonna à Ella de prendre un ou deux compagnons et de partir vers la gauche, aussi il ordonna à Argus Lothar de partir avec une ou deux personnes sur la droite. Ella fit naturellement signe à Servus, puis elle fit appel à un homme qu’elle connaissait trop peu, un certain Anathan. Partant donc dans la direction indiquée par Lord Voldemort, Ella fit signe à ses troupes de s’arrêter un instant et posa une main sur un des murs de l’enceinte.

Deux hommes approchent par la droite, un arrive en face, deux arrivent par derrière …Mes amis, je suggère que nous les prenions à revers, et que nous nous retrouvions au bout du couloir qui se trouve en haut des marches que nous allons monter.

Décollant sa main, Ellana remua légèrement sa nuque, comme si elle avait un peu souffert de décrypter une carte invisible, étant restée penchée dessus toute une nuit. Bien entendu cela était le simple fruit de la communion, qui avec toute cette magie autour d’elle lui demandait une force un peu plus poussée que celle qu’elle y mettait habituellement. Se retournant une dernière fois avant de disparaître, la tueuse afficha le sourire le plus carnassier qu’elle pouvait offrir.

Bonne chance !

Puis plus rien, plus rien sauf les cris des premiers hommes qu’elle mit à terre, assez discrètement puisqu’il ne pouvait hurler que les quelques secondes où elle ne leur avait pas encore brisé la nuque. En tout cas commander des opérations était amusant, même si elle attendait aussi avec impatience le signal des quartiers libres, pour que chacun puisse enfin tuer et détruire à son bon vouloir, sans aucune coordination nécessaire.

Il faut d’abord l’ex ministre, bien sur.

AVADA KEDAVRA !

ENDOLORIS !

Avada kedavra !


Pensa-t-elle tout en maniant habilement son arme de sorcière pointée sur le moindre innocent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?p=42484#4248
Argus Lothar
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 100
Age Roleplay + Sorts : 45 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 17/08/2006

MessageSujet: Re: Une nuit au Tibet [PV]   Mar 20 Nov - 2:40

Enfin de l'action, enfin du concret, enfin de la terreur... Argus avait certes fait des damages par lui-même, et en compagnie d'Ella, au cours des derniers mois d'inactivité. Mais rien n'était aussi valorisant et excitant qu'une attaque de mangemorts menée par le Maître lui-même et la très spéciale Ellana Silver. Les petits dérapages et folies dans les bars de Londres et autres villes à travers le monde ne représentaient rien par rapport à une offensive de mangemorts dans le but de terrifier violemment la communauté magique. Et cette offensive était enfin arrivée. Certes, elle se déroulerait au Tibet et pas en Angleterre pour le moment, mais l'action était au rendez-vous.

C'est donc enthousiaste et presque souriant qu'Argus se présenta au lieu de rendez-vous, là où Ellana et le Seigneur en personne les attendaient. Que d'excitation qu'Argus ressentait à l'idée de se retrouver aux côtés du Seigneur. Après tout, il n'avait eu l'occasion de le rencontrer qu'à de très rares occasions, dont une fois en tête à tête. Et cette fois-là, il s'en souviendrait toujours, même s'il avait failli y passer.
Ils avaient alors commencer la route tous ensemble, main dans la main, Argus et Servus aux côtés du bras droit. Argus avait d'ailleurs ressenti une fierté sans égale d'avoir été choisi, avec Servus, parmi tous les autres mangemorts pour accompagner le bras droit du Seigneur.

Arrivés à proximité du monastère, le Lord prit la parole, et le seul fait d'entendre sa voix glaciale atteindre ses oreilles lui donnait des frissons. Mais quel plaisir, cette peur sans égale, mélangée à l'excitation du moment. Puis il ordonna, par l'intermédiaire d'Ella bien sûr, d'aller vers la droite en compagnie d'un ou deux mangemorts.


Très bien Maîtresse. Je mettrai follement en pratique ce que nous avons exercé ces derniers mois...
avait-il chuchoté pour que personne d'autre n'entende. Car en effet, il supposait qu'Ellana ne désirerait pas que d'autres serviteurs sachent leur petit secret...

Un sourire machiavélique et un regard parleur en direction d'Ella s'affichèrent sur son visage avant de se retourner et d'attraper deux mangemorts au hasard par les oreilles.


Allez mes doux agneaux, c'est l'heure du repas. Et vous avez de la chance, le menu est différent aujourd'hui; De l'oriental saupoudré au Mornemarais !

Puis il gallopa vers l'entrée du monastère après que le serpent de feu majestueusement dévastateur et Ellana n'ouvrent le pas. Des cris s'élevèrent déjà, et le rire macabre d'Argus retentit de plus belle.


Diffindo par là, Endoloris par ci, Magma Volo par là-bas, et hop hop hop toi reviens ici, Avada Kedavra.

Argus prenait un plaisir fou. Il ignorait ce que les deux autres mangemorts faisaient, mais lui au moins faisait son boulot. Il n'avait pas bu une goutte d'alcool, raison de plus pour être efficace. Mais ne vous méprenez pas, une flasque de whisky pur feu était bien placée dans la poche de sa robe. Sûrement l'ouvrirait-il lors de la célébration, si jamais il arrivait à résister jusque là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saevus Dominus Magister
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 19
Age : 33
Age Roleplay + Sorts : 33 ans + Sorts 1 2 3 SPE
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Une nuit au Tibet [PV]   Jeu 22 Nov - 22:39

De longs mois s'étaient écoulés depuis que Saevus n'avait pas posé le pied sur les terres de Grande-Bretagne. Sur ordre du Maître, il était parti écumer les pays de l'Europe de l'est afin d'y dénicher les futurs petits talents de la nécromancie. Et il avait rempli sa mission, il avait découvert quelques jeunes gens qui, mus par le sombre instinct commun aux gens du Mal, s'étaient intiés à l'art délicat de ramener les morts à la vie.

Durant son périple, Saevus avait même découvert un jeune homme particulièrement doué et complètement autodidacte qui vivait seul, dans un village presque désert de la Pologne profonde. Un jeune homme qui, en grandissant, serait à même de constituer au Seigneur des Ténèbres la plus grande armée d'Inferis que le monde ait jamais porté... Il terminait alors de rédiger un rapport sur le sus-nommé lorsque Saevus sentit la Marque des Ténèbres lui brûler le bras. Soulagement, inquiètude, excitation, paranoïa, peur et panique et enfin encore de l'excitation. Le Maître l'appelait à Lui. Enfin.

Il avait transplané prestement et sétait rendu aux pieds du Lord avec stupeur et tremblements. Comme à chaque fois qu'il était en Sa présence, ce qui était pour le moins assez rare, Saevus se sentait comme un enfant en bas âge a qui l'on octroyait un rare privilège aussi euphorique qu'éphémère. Les autres Mangemorts étaient arrivés. Aussi vite que lui, ils avaient accourus de par le monde pour se rendre auprès de leur Père. Le seul et unique Roi des âmes damnées.

Et le Père leur avait parlé. Il leur avait expliqué la nouvelle mission qu'Il mènerait personnellement à la tête de ses enfants fidèles. Ce soir, ils allaient tous au Tibet. Ce soir, le sang serait de nouveau répandu sur la terre et dans les cieux, la Marque des Ténèbres allait briller de milles feux dans un ciel aussi froid et sombre que l'était Lord Voldemort.

La marche fut longue et pénible mais Saevus, désireux de rendre son Maître fier de lui, ne s'était pas arrêté une seule fois. Soutenant comme il pouvait le rythme éffréné du Lord, il n'avait pas le temps de penser à autre chose que cette mission qui les avait conduits dans un pays si lointain.

Ainsi, c'était ici que se cachait le vieux Mornemarais. Si le plan se déroulait sans embûches, ce serait là un brillant coup d'éclat pour la cause des Ténèbres. Saevus imaginait déjà l'ex Ministre de la Magie, faible et vulnérable, entourée par les Mangemorts et finalement mit à mort en place publique de Londres et ce, par le Seigneur des Ténèbres en personne. Il passa sa langue sur ses lèvres et pensa ensuite au massacre qui s'annoncait. Cela fesait si longtemps qu'il n'avait pas tuer.

Le Maître s'était arrêté. Il leur avait parlé tandis que tous buvaient littéralement ses paroles. Il donna ses ordres et sans un mot, tous obéirent. Saevus qui ne connaissait en particulier aucun des fidèles du Seigneur des Ténèbres, suivit celui que les autres appellaient Argus. Ce dernier semblait être un sorcier puissant et compétent.

Avant de se diviser, la petite troupe démoniaque s'était arrêtée devant les grandes portes du monastère. Lord Voldemort ouvrit le bal : un premier homme fut foudroyé puis le sombre Seigneur fit apparaître un immense et majestueux serpent de flammes qui alla fracasser les portes du vénérable prieuré. La chasse est ouverte.

Les Mangemorts s'engouffraient par les portes éventrées et investissaient les lieux aussi vite que l'eau putride affecte le corps malade. Des cris, des hurlements. Chacun s'en donnait à coeur joie. Saevus, qui était soucieux du regard omniscient de son Maître, s'attelait à la tâche avec presque autant de zèle qu'Ellana Silver. Il ne prenait pas exclusivement son plaisir dans l'acte de tuer, il prenait d'abord un odieux et malin plaisir à faire souffrir ses victimes avant de les achever.

Endoloris !!!!

Les moines se tordaient de douleur, la face contre le sol, hurlant des paroles et autres appels au secours, voire pour certain, appels à la pitié. Mais ceux qui servent le Seigneur des Ténèbres ignorent la clémence. Nous sommes là pour tuer, pour détruire. Pour mettre à feu et à sang ce bastion ennemi. Nous sommes là pour servir le Maître. Pour servir Sa gloire. Mourrez donc créatures infâmes ! Puisque Lord Voldemort le veut !

Et tandis que ses camarades oeuvraient eux aussi pour la grandeur des forces obscures, Saevus meutrissait, tuait et vidait de leur sang, toutes celles et ceux qui se trouvaient sur son chemin. D'un levicorpus parfaitement dosé, il plaqua contre un mur le dernier des moines encore vivant sous ses yeux. Maintenant sa prise avec force, Saevus s'approcha du condamné avec un sourire vicieux sur ses lèvres fines. Le moine semblait-il s'était résigné à mourir avec honneur et il soutint le regard de son bourreau sans broncher.

Insecte... Abjecte petite raclure moldue ! Tu vas souffrir et demander grâce ! Je te le promets ! Sectum Sempra !

Il avait prononcé l'incantation avec délicatesse et son geste n'avait pas était ample et plein de sorte que le sortilège n'avait déchiré qu'une petite partie du ventre de l'homme. Saevus s'approcha, hôta le vêtement pour contempler le torse nu et sanglant qui lui faisait face. Mmmm.

Impero !

Soumettant le moine à son emprise, le jeune serviteur des forces du Mal obligea sa victime à plonger la main dans son propre corps afin d'en retirer lui-même ses entrailles. Le visage du moine était tordu par la douleur et l'horreur. Saevus, qui avait l'ouïe fragile, lui interdisait de crier et prenait un malin plaisir à faire durer la torture.

Quand il y eut enfin un petit tas d'organes sanglants aux pieds de l'homme toujours maintenu contre le mur, Saevus relachâ sa prise. Le moine tomba à terre pour ne plus jamais se relever. Le Mangemort, dans un soucis de perfection vint écraser la tête du cadavre de son talon en brisant de son mieux les os du crânes. Il n'a même pas eu le temps de demander grâce... Pffff...

La pièce dans laquelle il se trouvait était à présent jonchée de corps inanimés qui continuaient néanmoins à verser des flots de sangs pourpres et ininterrompus. Saevus contempla son oeuvre et fut fier de lui. Il quitta la salle et alla rejoindre le reste de ses condisciples qui continuaient le carnage.

Endoloris !

Avada Kedavra !

Quelle merveilleuse soirée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Servus Malifatius
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 270
Age : 46
Age Roleplay + Sorts : 39 ans sorts 1 2 3 SPE
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 21/10/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
900/900  (900/900)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Une nuit au Tibet [PV]   Jeu 29 Nov - 16:44

Le corbeau marchait aux cotés d'Ellana, les pieds nuit de boheme s'écorchant a chaque pas sur les pierres, il respirait le mauvais serviteur l'odeur de la mort et se délectait de sa douleur. Quel plaisir d'avancer vers la folie, il se mit a sourire, jetant un coup d'oeil narquois a la Blonde spectatrice qui les narguait du haut des cieux.
Le seigneur des ténèbres lança enfin la chasse et le corbeau accueillit son discours par des applaudissements tout a fait inapropriés et sarcastiques.
Le rideaux s'ouvrait enfin pour laisser apparaitre la scène qui allait se jouer et dans laquelle, pour une fois il avait un role a jouer.
La pièce serait en plusieurs actes bien entendu et le premier se passerait dans un monastère... décor exotique qui mettait l'eau a la bouche au dément serviteur.

Répondant aux ordres d'Ellana, il se déplaça sur la droite s'éloignant de quelques mètres de l'effrayante troupe pour pouvoir scruter la nuit tout a son aise. Pas un bruit ne lui parvint si ce n'est les bruits de pas de ses congénères. Rien ne bougeait on aurait pu croire que même le temps était en suspens attendant de voir le spectacle sanglant que lui offrirait les mangemorts.

Il rejoignit les autres sur le parvis du monastère et suivit la belle et douce mort suivant ses directives, il observa son manège puis hocha la tête a son ordre affichant un sourire carnassier, enfin il pourrait nourrir sa folie qui était affamée. Laissant ses doigts froler la belle compagne qui disparaissait et s'enivrant encore une fois de son parfum, il disparut enfin a son tour et fit face aux deux hommes indiqués. Munis de lance et affichant un air farouche ils ne semblaient pas enclin a se laisser oter la vie.
Un éclat de rire glacial et inhumain les accueillit. Le fou se réveillait et cela ne pouvait qu'être pour le malheur des autres.
Il saisit sa baguette et la dirigea nonchalement vers l'un des deux moines.

Deletis fumos volo...

La voix du mauvais serviteur n'était pas de son rauque habituel, elle était basse et puissante. Terrifiante.
Se délectant de la vision d'u premier en train d'étouffer il se tourna vers le deuxieme bouddhiste et pointa sa baguette encore une fois, un sourire fou se dessinant sur son visage a la lueur sombre:


Endoloris....ENDOLORIS!!

Il se mit a rire, d'un rire inhumain et froid, le rire de la folie elle-même.
Il regarda pendant un moment les deux pauvres petits moldues se tordre et lorsque le premier rendit son dernier soupir le corbeau lacha enfin les mots de délivrance:


Avada kedavra

L'oiseau de malheur, fier de son oeuvre, se mit a psalmodier du shakespeare et a chanter du métallica tout en reprenant sa progression.
Il fit apparaitre une bouteille d'un coup de baguette et l'ouvrit avec les dents avant de s'enfiler une rasade de ce qui n'était autre que du saké... il fallait bien entendu coller au contexte sinon le théatre perdrait tout son charme.
Nouveau rire dément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel de Mornemarais
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 627
Age Roleplay + Sorts : 55 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 15/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Une nuit au Tibet [PV]   Sam 29 Déc - 21:46

Jamais Gabriel n’avait regretté son départ. Jusqu’à cette nuit de sang … Lorsqu’il avait quitté l’Ukraine, laissant deux jeunes phénix désemparés qui avaient encore tout à découvrir de leur héritage, il avait tenu la promesse faite à son frère Raphaël. Ensemble, ils avaient gagné le toit du monde, ce monastère Tibétain qui les avait déjà accueilli il y avait de cela plusieurs décennies. Ensemble ils avaient parcouru les plateaux enneigés et réappris à vivre sans magie, se nourrissant spirituellement de méditation et de discussions philosophiques avec les moines. Sans faux semblants. Ici, tous étaient égaux : l’harmonie régnait là où la discorde n’avait pas de raison d’être. L’homme s’était reconstruit, jour après jour, tâchant d’oublier ses années de politique où il n’était pas parvenu à éteindre les braises du mal qui couvait encore en Grande Bretagne. Il savait qu’il avait légué tout ce qu’il avait et que maintenant le flambeau revenait à d’autres.

Le ciel par delà les pics glacés s’était teinté de rouge. Etait-ce un signe ? Raphaël avait hurlé à la lune qui se jouait d’eux. Et puis il s’était tut, soudainement. Juste avant qu’un vacarme indicible n’envahisse le calme salvateur du monastère. Et là, Gabriel avait compris. Il avait eu une brève trêve pour faire la paix avec lui-même. Mais ce soir, tout serait fini. Le seul regret qui lui avait étreint le cœur était d’avoir attiré en ces lieux bénis de majesté une telle monstruosité.

Et les ténèbres recouvrirent le monde …

Gabriel était resté un moment encore dans sa cellule monacale, installé dans la position du lotus et revivant les plus intenses moments de sa vie une dernière fois. Lorsque l’image finale prit forme dans son esprit, un legilimens aurait vu la plus pure des roses noires offrant sa beauté à la lune adulée par un lynx blanc… Enfin, il s’était levé et était sorti affronter son trépas. Partout autour de lui ses frères tombaient, poupées désarticulées incapables de se défendre. Moldus. Et pacifiques. Déjà la neige immaculée se souillait de l’empreinte des bêtes infernales qui revendiquait toujours le nom d’homme bien qu’ils aient depuis longtemps perdu le droit de faire partie de l’humanité. Les mangemorts. Une race honnie et maudite qui errait dans l’ombre du Seigneur de la Peur.

Le vieillard que Gabriel était devenu marchait solennellement aux côtés de son loup. Nulle crainte ne vrillait son regard, nulle colère non plus. Autour de lui, les moines tombaient. Les plus jeunes d’entre eux tentaient de se défendre, priaient à la clémence ou tentaient même de s’échapper. Mais les plus sages, ceux-là qui avaient depuis longtemps acquis la certitude de n’être que poussière d’étoile sur cette terre, les plus sages affrontaient la mort qui les attendait avec la curiosité d’un voyageur qui atteindrait une nouvelle étape …

Une seule émotion parvint pourtant à trouver son chemin dans l’âme maintenant apaisée de Gabriel. Une immense tristesse face à ce gâchis. Il était là, qu’ils le prennent, qu’ils en finissent et qu’ils repartent. S’ils voulaient lui faire payer dans la douleur le simple fait d’avoir existé et de s’être élevé contre leur barbarie, qu’ils soient heureux : chaque dernier souffle rendu était tel un poignard dans le cœur du vieil homme.

Et puis il le vit. Celui avec qui il avait partagé tant de choses et qu’il pensait connaître … Comment avait-il pu arriver à cela ? Restait-il un seul homme d’honneur lorsqu’un Quindiniar s’abaissait au niveau du monstre ? Un choc violent dans sa poitrine le figea sur place lorsque la vérité lui lacéra la conscience.

Anathan …

Il était donc revenu. Lenthan était-il au courant ?

Le flot de ses pensées devait être brisé net par l’arrivée de Dame la Mort. Autour d’eux une aura de mal ultime se répandait. Il était là. Bientôt ce serait terminé. La voix de Gabriel de Mornemarais se fit entendre, grave et douce, belle et puissante. Une dernière fois.


En prenant ma vie, tu les rends plus fort. A l’aube, un nouvel espoir naîtra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellana Silver
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 1411
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 34 ans sorts 1 2 3 4 MT1 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Communion Clairvoyante - Occlumens - Force Accrue - 9 Nécromancies Affinité Mort et Sang -
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 16/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
2292/2292  (2292/2292)
Points de mana:
2870/2870  (2870/2870)

MessageSujet: Re: Une nuit au Tibet [PV]   Sam 29 Déc - 22:27

Les massacres.
Monotonie classique d’une barbarie inopinée.
Ellana aimait toujours voir ces flots de haine se déverser, des sillons de sang colorer la pâleur innocente de la Neige. Quoi de plus poétique, en prime, que l’orateur béni de Shakespeare, la seconde main de Satan. La Mort leva les yeux vers l’oiseau noir de ses songes, qui se déplaçait aussi habilement que s’il volait au dessus de ses proies. Un moine imprudent se rua sur elle, armé d’un sabre, puis un autre et encore un. La sorcière leur adressa un sourire, telle une enfant observant les ailes d’un papillon égaré. Quelle grâce, quelle beauté, quelle détermination … La sorcière aimait plus que tout, même plus que l’homme lui-même la grâce d’un bon combat. En un mouvement rapide et d’un geste fin et précis, la sorcière dégaina un sabre qui venait d’apparaître à son ceinturon. Le tremblement d’une lame aiguisée retentit dans le vent, aussi aigu qu’une note de piano, finement fondue en murmure dans le son de l’air. Les trois moines lui tournèrent autour, tel une meute de loups affamés.


Pas très en paix les moines.


Le premier échange eut lieu, lentement, comme pour mesurer la force d’un adversaire. Gracieusement, toujours gracieusement, jamais Ellana ne semblait rompre la danse qui venait de commençait. Tous se regardaient dans les yeux, avec un profond respect, concentrés. La sorcière avança vers l’un des moines et lui taillada l’épaule d’une courbure du poignet, suite à long mouvement de bras sur le côté. Puis elle s’immobilisa, pour se rendre compte qu’une petite coupure venait crisper sa peau en une douleur sans nom. Le deuxième pas fut plus violant, aussi Ellana commença à enrager. Un petit saut en l’air, la voilà sur une poutre, un homme en face, deux en dessous, et il lui faut alterner les esquives basses et les attaques hautes. Tournoiement, la tête du premier s’élève dans les airs, son expression n’est autre que la sérénité.

Couché le moine.

Ella descend, face à deux ennemis mutilés. Non pas physiquement, mais leur garde est diminuées de la perte d’un troisième bras. Ils fonctionnent pourtant à merveille juste à deux. L’un protège le profil de l’autre, collés, agissant en connivence de chaque côté. Ellana tape à gauche, mais l’un riposte à droite. La sorcière s’élance au dessus des hommes, appuyant son arme sur la leur et en embroche un à la descente. L’autre se tourne, leur regard se croise. Une pause. Plus aucun bruit, le silence. La prunelle des yeux d’Ellana scintille sous les rayons de la lune, passants au travers des fenêtres de l’armurerie. Elle rompt pourtant le silence.

Et après ? Te battras tu jusqu’à ta mort ? Moine ?

Mais l’homme n’est pas déstabilisé, il ne fuit pas. Au contraire. Il répond.


Tu n’as pas idée princesse, de l’honneur que j’éprouverais à mourir de ta main, ou de vivre par la mienne.

Princesse ? Que signifiait donc ce terme odieux qui sonnait creux aux oreilles de la mort ? Ella avança en fureur, brutale et prévisible. Un bruit de vibration métallique, le bras de la belle se déchire, une coupure apparaît à la surface de sa peau blanche. Le sang coule. Mais tout juste sonne le deuxième round. La Tueuse avance, légère, rythmée, en harmonie avec elle-même. Elle tire sa baguette et se téléporte d’un côté à l’autre du tibétain. Il esquive encore, comme anticipant ses apparitions. Une nouvelle pause a lieu. Le moine fait l’erreur de s’avancer, Ellana lui coupe la main, puis lui coupe le bras. Le voilà à genoux.

Pour te consoler, dis toi qu’on se retrouvera en enfer.


Une tête va tomber de nouveau, mais le chauve sourit, le vieillard parle une ultime fois.

Nos chemins se croiseront avant, Ellana Silver.


Comment connaissait il son nom ? Comment ?! La sorcière se sent perdre pied, par prudence, elle met un terme à cette rencontre, l’homme sans tête s’effondre à ses pieds tremblants. La sorcière se sent nauséeuse, tout ce sang, cette odeur acre qui lui donne envi de vomir tout à coup. Le décor devient flou … Mais une voix retentit dans sa tête, celle du maître. La sorcière se reprend, comme si ses forces venaient de lui être rendues. Voldemort a besoin d’elle ailleurs. Gabriel de Mornemarais, elle peut le sentir elle aussi. Les voilà face à face, dans un couloir isolé.

Bonsoir, Monsieur de Mornemarais.

Dit-elle de sa voix la plus mielleuse.
Mais Ellana n’a pas le temps d’ajouter mot, un chien enragé s’engage de lui sauter au coup. La sorcière qui sent encore le trouble en elle, hésite à s’écarter, mais elle n’en a pas le temps, l’animal de tout son long la met à terre. La sorcière plie les genoux, cal ses pieds sur les hanches de la bête et la fait basculer derrière elle pour se retourner, l’arme à la main.


Crève, clébard maudit !

Comme dans un soupir ralentit, la bête prend impulsion et bondit à nouveau. Ellana la fixe dans les yeux, sans scier, comme si elle préparait quelque chose. Sa baguette n’est plus à sa ceinture, mais elle n’est pas démunie pour autant. Le loup, le frère loup entre en contact textile avec elle. La Tueuse fait venir de sa botte un poignard aiguisé qu’elle enfonce dans la mâchoire inférieur de la bête, lui transperçant le crâne avec violence, le laissant pendre au dessus du vide jusqu’à ce qu’il rende son dernier grondement. La mort le prend, Ellana sourit, la voilà qui jette l’animal au pied du maître, qui vient alors d’entrer. Se tournant vers Gabriel, la tueuse lui lance le regard condamnateur, en même temps que les quelques poils qu’elle a sauvagement arraché au frère loup en le forçant à rendre son dernier souffle.

Ainsi va la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?p=42484#4248
Lord Voldemort
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 360
Age : 90
Age Roleplay + Sorts : 81 ans, sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : legilimens, occlumens, nécromancien, charmeur oral, élémentaliste air et feu, sorts informulés
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 22/07/2006

MessageSujet: Re: Une nuit au Tibet [PV]   Dim 30 Déc - 14:05

Quel spectacle, quel divertissement ! L’enthousiasme que ses serviteurs mettaient à observer ses ordres sanglants provoquait chez le Dark Lord une jouissance hors du commun. Presqu’aussi grande que celle qu’il connaissait en torturant l’un ou l’autre moine qui avait le malheur de passer trop près de lui, espérant trouver refuge dans la pénombre qui lui faisait office de loge. Il avait pris un plaisir fou à relever de la terre rouge de sang quelques cadavres qui, s’ils ne faisaient pas des inferi vraiment effrayants du fait de la fraîcheur de leur mort, avait pour don d’épouvanter les hommes qui se présentaient à lui : n’étaient-ils pas frères spirituels quelques heures auparavant ? C’était dès lors particulièrement délectable de voir la folie naître dans leur regard. Un regard qui n’y connaissait rien en matière de magie ni de nécromancie. Et devant lequel s’ouvrait un abîme d’abomination, l’antithèse même de la vie.

Le rire sinistre de Voldemort planait au dessus du monastère tel un nuage délétère, menant les uns à la terreur, les autres à une joie de donner la mort plus grande encore. Parce qu’il l’avait perçue, cette étincelle de fierté chez certains de ses partisans comme Saevus et Argus. Quant à Ellana, même si elle aimait se donner en spectacle avec Servus, elle lui était acquise depuis longtemps. Sa fougue à tuer en son nom n’était plus à remettre en doute. Comme Eilane en son temps. Cette pensée eut pour effet de réveiller la colère du Maître. Où était-elle ? Ne devait-elle pas prendre part à ce combat, ce festin ? Jusqu’à ce qu’un sourire malsain ne déforme ses lèvres maladivement fines : non, non, il y avait longuement réfléchi déjà … Mettre la Vélane sur la touche, lui montrer qu’Ellana servait tout aussi bien ses intérêts, placer les deux femmes en compétition, qu’elles se battent pour ses faveurs en le servant dès lors encore mieux … Il fallait également reconnaître que son nouveau bras droit savait y faire, menant les troupes des ténèbres au combat d’une poigne de fer. Les cadavres en jonchaient l’avancée …

Tremblez, ceci n’est que la première étape de ma juste avancée vers le pouvoir ! Mes mangemorts sont invincibles ici, galvanisés par ce triomphe ils n’en seront que plus redoutables ensuite ! Notre victoire sera clamée, la communauté sorcière tremblera dans la fange où elle se complait avec la vermine moldue. Les plus intelligents se rallieront sous ma bannière et nous écraserons une bonne fois pour toute ce gouvernement fantoche.

Tandis que les yeux de Voldemort brillaient à l’évocation de ce que demain leur procurerait certainement, le carnage continuait de plus belle, les cris se faisaient désespoir et souffrance. Bientôt il ne resterait plus un moine dont le fil de vie n’eût été coupé par la volonté commune de nuire qui les rassemblait. Bientôt il ne resterait plus qu’un homme affaibli, seul. Cet homme que Voldemort voulait.
Le seigneur des Ténèbres n’avait plus la patience d’attendre. Cet instant qu’il avait si longtemps effleuré de l’esprit sans jamais pouvoir le visualiser en temps concrets. Mais l’heure était venue de faire mal, très mal. Il sortit son arme, déposa une main sur l’épaule de son bras droit qu’il poussa délicatement sur le côté, pour la repousser ensuite d’un petit geste de baguette on ne peut plus violent vers l’arrière. Un mangemort, aveuglé par la folie du massacre et la soif de sang voulut sauter sur l’ancien ministre avant le maître. D’un mouvement sec de baguette, Voldemort foudroya l’imprudent qui s’effondra à terre, sans vie et sans avoir eu le temps de comprendre son erreur. Un rugissement puissant retentit, le simple bruit d’un sort puissant de haine qui repoussa tous les sujets du Lord, le laissant seul au centre d’un cercle maléfique, constitué par ses sbires les plus avisés, ne voulant guère manquer le spectacle. Les bras d’abord décollés de son corps, Voldemort se tourna vers ses disciples pour leur parler d’une voix victorieuse.

Mes chers sujets !
Ce soir je vous offre la victoire ! La victoire de notre première vraie bataille ! Si nous avons vaincu aujourd’hui l’homme qui jadis fit traquer les miens, plus rien ne nous arrêtera ! Demain matin à l’aube, mon nom va retentir dans les esprits, la panique va naître et la crainte des mangemorts sera plus forte que jamais ! Le nouveau ministre n’aura aucun contrôle sur le flot de haine et de peur que je vais déverser et sa perte sera lente et douloureuse. La provocation que nous avons subi va enfin trouver sa réponse. Demain, Gabriel de Mornemarais, votre nom sera à la une de la rubrique nécrologique.


En prononçant ces derniers mots, paroles envoûtantes seulement destinées à offrir à ses sujets l’illusion d’une domination suprême, Voldemort plia le bras prolongé par son arme et pénétra violemment dans l’esprit de Gabriel. Celui-ci tenta bien sur de lutter par l’occlumencie, mais Voldemort avait prévu cela.

Endoloris !


L’homme étrangement ne semblait pas se tordre réellement, ne semblait pas vraiment souffrir. Il restait debout, la souffrance ne se lisait que dans ses yeux. Le Seigneur des ténèbres s’approcha tout près, jusqu’à ce que l’ancien ministre puisse sentir son souffle glacial et sifflant sur l’irrégularité de son visage. Voldemort lui projeta d’abord les images de la mort de son frère, puis il lui projeta des images de chaos, la destruction de l’Ordre, la mort de tous les gens qu’il avait aimé. Il augmenta encore la pression de l’endoloris, tentant de le faire plier, encore.

Vois ! Regarde Mornemarais, observe le monde qui tombe sous les ténèbres, observe les gens que tu as aimé mourir de ma main …

Le Lord lança alors un imperium et fit agenouiller Gabriel.
Alors qu’il sentait une excitation meurtrière monter en lui, une violence incontrôlable, Voldemort serra les dents, serra les poings. Il se redressa les lèvres tremblante et le visage crispé de rage, aussi lorsqu’il aperçut dans sa tête une image d’Eilane. La fusion avec l’ex ministre était puissante, il n’était pas étonnant que ce dernier ait aussi accès à certaines de ses pensées. Malheureusement bien trop peu importantes pour y déceler quoi que ce soit sur ses plans. Le mage noir releva la main et déboîta une lourde gifle au vieillard qui s’étala sur le flan au milieu des cadavres et du sang. Voldemort se tourna une ultime fois, regardant à droite et à gauche, il put apercevoir certains de ses disciples comme Judith ou Vesta, Servus, Argus ou Ellana …Il fallait leur donner pitance à présent, combler leur soif de vengeance une fois pour toute.


Voyez,
Voyez tout le courage d’un ancien ministre !
Ce soir, Gabriel de Mornemarais s’est agenouillé devant ma puissance.
Ce soir, vous allez l’emmener, et en place publique, l’exécuter.


Tant de haine qui perça ses forces.
Etait-ce une haine contre le ministère ? En partie oui, mais la vision d’une autre certaine femme lui fit réaliser qu’il était en train de déverser par la même occasion une rage toute autre. Voldemort disparut sans ajouter mots et son bras droit, trop consciente de son état disparut avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/biographie-des-personnages-f
Servus Malifatius
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 270
Age : 46
Age Roleplay + Sorts : 39 ans sorts 1 2 3 SPE
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 21/10/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
900/900  (900/900)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Une nuit au Tibet [PV]   Lun 31 Déc - 0:08

La déambulation à travers ce monastère dont le calme était à présent chaos était plus que jubilatoire pour la folie d'un esprit. Des morts pour décor, du sang pour odeur, des cris pour musiques, quel délicieux théatre que celui d'un massacre. Il s'amusait comme un enfant dans une cour de récréation, tuant ou torturant selon son humeur, jetant de temps a autre un coup d'oeil à la belle mort qui faisait elle-même des merveilles.
Enfin ils atteignaient le but de leur présence ici, le nom tant attendu passa comme une rumeur parmi les petites marionettes du seigneur noir et atteignit les oreilles de la folie.
Gabriel de Mornemarais était enfin là, ils l'entourèrent, loups affamés, piteux pantins dans les mains de leur maitre, le mauvais serviteur émis un rire grinçant, un rire dément, d'homme malsain. La pièce lugubre ne faisait que commencer et la fin serait une apothéose tragique et spectaculaire qui aurait pour théatre la place la plus prisée par les sorciers de Londres.

Le seigneur noir s'avança, écartant du pieds les encombrant corps sans vie qui gênaient son passage, puis il fit éclater toute sa rage, toute sa splendeur et sa haine.
Le corbeau ne sentait plus son plaisir, c'était si jouissif, que son rire éclata comme un claquement sinistre. Il observait le corbeau de malheur tout le pouvoir du maitre face à la détermination d'un vieillard qui même au plus bas lui tenait tête. Il la sentait, cette haine qui chez lui était folie et ce voile noir qui planait au dessus du lord rappelant les derniers événèments qui l'avait contrarié. Comme quoi même un maitre puissant pouvait rencontrer des trahisons imprévues par la raison.

La place se vide et laisse là les mangemorts et cet homme si détesté par la démence. Le lord et son bras droit disparaissent pour atteindre ailleurs un spectacle qui sera plus beau et sanglant encore.

Le corbeau s'avança écartant ses ailes, ébauchant une danse légère part quelques pas légers. Il s'avance vers le vieil homme et sourit:


Bien que je sache que tu ne fuiras pas petit méditeur je vais tout de même me faire plaisir....

Incarcerem!

De fines coredelettes s'enroulent autour des jambes et des bras de l'ancien ministre qui tombe face contre terre, le mauvais serviteur se met a rire de plus belle, quel pathétique vision et si delectable.
Regardant autour de lui vers ses compères, ses marionettes si semblables a lui-même, il hoche la tête puis se fend d'un sourire dingue.

On se rejoins à Londres mes chéries pour fêter dignement notre succès et en faire profiter la populasse.

Puis prenant la chevelure du vieillard il transplane à Londres la nuit promet d'être encore pleine de morts et de souffrances.


la suite ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nuit au Tibet [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nuit au Tibet [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Vaste Monde :: Reste du Monde-
Sauter vers: