AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sylvie Cliss
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 34
Age Roleplay + Sorts : 38 ans sorts 1 2 3 4
Capacités Spéciales : Occlumencie (2), Charme oral
Date d'inscription : 09/12/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
1090/1090  (1090/1090)
Points de mana:
1340/1340  (1340/1340)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs   Mer 26 Déc - 15:13

Son fils était en sécurité, c’était l’essentiel. Mais elle n’était guère enchantée de le laisser ici. Non seulement elle n’avait qu’une confiance limitée envers Edric et Djaniah, mais en plus elle savait que si ils s’occuperaient par devoir de Lilian, ils arriveraient sans doute à le retourner contre elle. Elle qui avait pourtant tout fait pour lui. Même aujourd’hui ? Enfin, elle devait recommencer à vivre. Pour elle. Assez de se saigner pour d’autres qui, au final, ne faisaient que prendre sans donner. Pire, prendre et rejeter quand même. Comment cela avait-il pu se produire ? Elle ne se souvenait même plus. La trahison de son ancien époux restait comme une blessure ouverte et ravivée à chaque fois qu’elle travaillait, en tant que professeur spécialisé dans la culture celtique magique et moldue. Pourtant, il l’avait aimé ! Enfin, cela ne devait plus la faire souffrir, elle n’avait plus l’âge de se laisser happer par la douleur d’une histoire d’amour ayant mal finie. Période oubliée, rayée de sa vie. Enfin, c’est ce qu’elle aurait souhaité… Depuis sa séparation, d’un commun accord puisque de toute manière Edric ne se souciait plus du tout d’elle, elle avait tout fait pour son fils, le dernier membre de sa famille la rattachant malheureusement encore à la Bretagne. Et comme cela arrivait souvent dans des familles, un enfant était plutôt le portrait du père, tandis que l’autre celui de la mère. C’était ce qui était arrivé. Son aînée, Djaniah avait tout de sa grand-mère paternelle et d’Edric. Lilian, au contraire possédait ses cheveux tels des larmes du Soleil et cette gentillesse. Il n’y avait que ses yeux en fait. Ils ressemblaient tant à ceux de sa sœur. En plus clair. Et Sylvie ne supportait plus de voir Djaniah dans le regard de son fils. Elle lui avait volé son mari, elle, qui avait pourtant été enfanté par Sylvie…

Sans parler, Sylvie sentait que son fils réclamait Djaniah de tout son cœur, pour une raison insensée à ses yeux de mère trahie. Comment pouvait-il l’aimer encore alors que sa sœur ne voulait plus le voir, qu’elle était à l’image de son père et qu’elle l’avait trahie ? C’était impensable. Et pourtant… Lilian était devenu si distant malgré sa gentillesse et sa bonne volonté. C’était un petit garçon charmant et bien élevé, très doué pour son âge. Mais voilà, il restait des heures à penser dans le parc, ne parlant plus vraiment avec sa mère. C’était injuste alors qu’elle avait fait tant de sacrifices pour lui ! Mais finalement peut-être s’en fichait-il. Peut-être était-il comme « eux », parce que partageant le même sang. Ce foutu sang breton. Sang de Brocéliande. Sang de roi. Peut-être ne valait-il pas mieux. Et Sylvie ne devait pas garder un fruit empoisonné ; voilà la lourde décision qu’elle avait prise peu de temps auparavant. Plutôt que de tout faire pour qu’un être, à la source souillé et susceptible de lui faire du mal, elle devait s’en séparer pour se protéger et vivre à nouveau. Voilà ce que lui avait dit cette merveilleuse personne rencontrée il y avait cela quelques semaines, et qui lui devenait si indispensable. Elle, qui avait adoré son fils jusqu’à l’extrême, prenait le choix de redevenir une femme, enterrant son passé de mère. L’épouse trahie, la mère rejetée s’effaçait sous la naissance de la femme brisée mais dans toute sa force de liberté. Elle changeait de vie, sans retour possible.

Alors qu’Edric préparait les derniers préparatifs de sa fête d’Halloween, que Djaniah était sortie, Sylvie avait pu pénétrer dans la maison sans être vue et entrer en contact avec leur elfe de maison. Ayant été une épouse Lebrec et donc sa maîtresse pendant quelques années, l’elfe lui gardait de l’estime et de l’affection. C’est pourquoi elle n’avait prévenu personne, même si elle avait été difficile à convaincre… Mais finalement elle avait accepté de conduire Lilian dans la chambre de Djaniah et de le laisser cacher ici jusqu’à la fin de la fête avant de donner une lettre à Edric. Cela faisait déjà quelques heures que son plan avait été mis en place. Elle avait attendu non loin du manoir londonien que la fête batte son plein. C’était à présent chose faîte, la plupart des invités été arrivés sans nul doute.

Il est l’heure de récupérer cette alliance pour pouvoir me libérer de cette maudite vie et redevenir Sylvie Cliss.

Elle avait en effet prévu de reprendre son ancienne alliance qu’elle n’avait pas prise dans son départ assez précipité. Mais les fouilles de cette après-midi à l’intérieur du Manoir n’avait pas été concluantes. Par chance, c’était l’elfe de maison qui l’avait mise sur la piste d’un endroit, sans le savoir : dans le jardin été apparu un mégalithe et cette construction était magique. Bien qu’Edric ne l’ai jamais su, Sylvie se doutait qu’il avait une fonction précise et une puissance magique. Peut-être était-ce une sorte de porte entre Londres et Brocéliande, supposait-elle. Il fallait qu’elle vérifie. Peut-être que l’alliance était cachée sous l’une des pierres, parce que cette alliance était directement rattachée à Brocéliande…

C’était donc pour cela qu’elle marchait d’un pas de loup déterminé dans le jardin. La principale difficulté était qu’il fallait passer devant une baie vitrée du salon festif. Mais elle comptait sur l’ambiante de la fête pour passer inaperçue, d’autant qu’il faisait nuit noire. En quelques minutes elle fut au centre du mégalithe, scrutant dans le noir pour procéder avec organisation. Elle détestait laisser faire le hasard, rien ne valait à son sens une rigueur et un ordre précis pour venir à bout de tout problème. Et elle ne devait absolument pas laisser l’euphorie de retrouver son alliance lui faire perdre sa lucidité et son sang froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edric Lebrec
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 42
Age Roleplay + Sorts : 41 ans sorts 1 2 3
Date d'inscription : 14/10/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
950/950  (950/950)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs   Mer 26 Déc - 15:19

Edric ne comprenait lui-même pas comment il avait pu accepter aussi facilement que sa fille ai une relation avec ce garçon. Mais ce qui était fait, était fait. Et il n’allait pas rester pendant des heures à offrir sa reddition à ce Jimy. Qu’Edric, roi de Bretagne, accepte de partager sa fille avec lui, ne voulait pas dire qu’après sa bénédiction il allait passer du temps avec lui à essayer de connaître ce garçon et de la voir serrer la main connue dans la sienne. Supporter ce spectacle n’était point à son goût.

Et puis quoi encore, je n’ai pas que ça à faire. Du moment qu’ils n’ont plus l’indécence de se montrer trop enlacés, ventousés devrais-je dire…

Ce genre d’attitude l’agaçait généralement, même quand il ne s’agissait pas de sa fille. Mais il fallait bien avouer que le fait que ce soit justement Djaniah qui puisse être aussi « ventousée » ostensiblement à un inconnu, lui était assez désagréable. Enfin, il savait que sa fille savait se tenir, alors elle ne risquait pas de dépasser les limites en principe. C’est ainsi, qu’il avait détourné son attention des « amoureux » -oh comme ce terme lui était pâteux dans la bouche-, pour accueillir les nouveaux arrivés.


Reprenons notre rôle de parfait hôte mon cher Edric…


Il s’était alors dirigé vers un couple d’adolescents, la demoiselle étant métamorphosé en une allégorie…

…De la Mort ?

Aussi étonnant celui puisse paraître, cela semblait bien être une image vivante de la Mort… Pourquoi, Edric l’ignorait. Seulement, malgré ses grands yeux, les vêtements qu’elle portait étaient d’un noir effrayant. Une sensation bizarre étreignait le maître des lieux en la regardant. Elle semblait à la fois innocente avec son visage jeune et bien dessiné, mais justement dangereuse de part son apparence agréable. Pourtant elle avait dans les seize, dix-sept ans, une fille à peine sortie de l’enfance en quelque sorte. Et elle traînait déjà cette image de la Mort sur le corps. C’était étrange. Edric ignorait son nom comme son prénom. Le jeune homme qui l’accompagnait ne paraissait nullement impressionné par la tenue de son amie. Peut-être étaient-ils préfets ?


Bonsoir jeunes gens, je suis Edric Lebrec comme vous vous en doutez. Djaniah et… monsieur Raven sont un peu plus loin, là-bas ! Amusez-vous bien surtout.

Et il les avait regardés s’éloigner dans la direction qu’il leur avait indiquée. Le médecin Goldy de Sainte Mangouste était arrivé depuis quelques minutes. Il avait été invité pour avoir soigné Djaniah lors de l’une de ses dernières escapades nocturnes…C’était de la courtoisie, en remerciement de ses bons soins et de sa discrétion.

Monsieur Goldy, je suis heureux de vous voir parmi nous… Je suppose que cela n’a pas du être facile de quitter l’hôpital, il y a tant de travail à l’hôpital ! Mais l’essentiel c’est que vous puissiez vous divertir pendant ces quelques heures qui seront, je l’espère, agréables en notre compagnie. Comme vous le voyez, Djaniah se porte au mieux…

Une petite teinte amère dans sa voix ?

Je ne sais pas si vous connaissez les autres invités… Il y a Genn Madec, le parrain de ma fille un peu plus loin avec son épouse et leurs fils. Au fond de la salle !

Il laissa le médecin entrer véritablement dans le salon. Cet homme était non seulement un excellent professionnel mais il avait cette intégrité rare de nos jours. Il aperçut alors l'amie d'enfance de Djaniah : Nina Kaliba, Il lui adressa un sourire, ainsi qu'au garçon qui semblait l'accompagner. Tout se passait pour le mieux. Enfin... si ce n'était que cette silhouette qui s'aventurait dehors...

Qu'est-ce que...

Alors que personne ne faisait attention à lui, Edric se mit à sortir sur la pointe des pieds pour suivre le visiteur nocturne... Il se dirigeait vers le mégalithe. Agitant sa baguette, il fit tomber la tenture pour que personne ne puisse voir au dehors. A présent il était seul dans le jardin, avec l'inconnu... Et quelle fut sa stupéfaction lorsqu'il reconnu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djaniah Lebrec
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1939
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 4 SPE 1
Capacités Spéciales : Elémentalisme de l'eau / Charme oral / Illusion / Enchantement / Emphrépatie sombre
Créature : Nymphe des eaux
Points Prestige : 13
Date d'inscription : 23/06/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
1770/1770  (1770/1770)
Points de mana:
2470/2470  (2470/2470)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs   Mer 26 Déc - 15:39

La confrontation entre Jimy et mon père me laissait pantoise... Jamais je n'aurais pu imaginer que cela se serait passé ainsi... Vraiment... non. Je ne savais même pas si je devais sauter au cou de mon géniteur qui acceptait de me laisser partir métaphoriquement, ou bien saluer le discours de mon gryffon. Parce que, plus que l'acceptation de mon père, c'était bel et bien le discours de Jimy qui me restait en tête, touroyant avec légèreté et magie. Cela me semblait insensé qu'il ai pu dire de telles choses... Et pourtant... C'était si beau, c'était si parfait...

Décidemment, je crois que je l'aime...

Mais n'était-ce pas trop parfait pour être vrai?

Quelle importance? Je peux le voir, le toucher, l'entendre, le sentir... Même dans un monde magique certaines choses restent vraies et fabuleuses...

Oui, je l'aimais, j'en étais à présent persuadée. Autant que je pouvais aimer quelqu'un. C'était lui, comme une évidence, mon évidence.


Merci papa...

Ce fut la seule chose que je pouvais dire. ¨Pour la première fois je le pensais vraiment. Et puis, d'autres gens arrivèrent, entre autre ma petite fille de l'eau. J'étais heureuse qu'elle arrive. Rado également, et puis Nina et Tom. Nous étions presque tous au complet. Mais quelques minutes passant, le regard de mon père attira mon attention. Ou plutôt, là vers où il regardait. Un éclat blond passant devant la baie vitrée... Un mauvais pressentiment se mit à m'étreindre. Et si... Sans comprendre pourquoi, je savais que c'était ma mère. Mon père s'éclpasa sans que personne d'autre que moi ne le voit. Il fallaitque j'y aille.

Et Jimy? et... au fait, où est Lilian alors...? Pourrait-il être ici aussi?

Cette pensée me procoqua une montée de panique intérieure. Er si mon frère était effectivement quelque part par là? Je ne savais pas trop quoi faire mais je me retournai vers mon partenaire.


Jimy, je crois qu'il y a un problème. Mon père est parti dehors, derrière ma mère peut-être... Je... c'est un peu long à t'expliquer mon chéri simplement, est-ce que tu peux verrifier qu'il n'y a personne à l'étage hormis notre elfe de maison? Je suis inquiète je ne saurai te dire pourquoi... J'ai un mauvais pressentiment...

Je le regardai avec des yeux inquiets. Je savais qu'il ferait ce que je dirais. Sans plus attendre, je m'élançais vers le jardin, avant de fermer la porte à clé. Au moins, hormis Jimy, personne ne pouvait s'aventurer à l'étage. Il faisait très froid dehors. Je courrai à en perdre haleine, n'essayant même pas à être discrète. S'il s'agissait de mes parents, qu'importait! Effectivement, lorsque j'arrivai, mon père, ma mère se faisaient face au centre du mégalithe... Ils se crachaient des paroles au visage jusqu'à ce que ma présence les fasse taire. Je me dirigeai également au centre de la sculpture de pierre, restant silencieuse, comme si j'attendais quelque chose.

Bonsoir maman.

_________________
*Si le Destin ne mène pas à toi...?*

*... alors j'emprunterai un autre chemin.*

Héritière du Royaume de Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/Biographie-des-personnages-f
Aaron Thanatos Foulk
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 31
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sort 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Occlumencie, Nécromancie, Parler détraqueur, Pouvoir d'amortir la douleur
Date d'inscription : 18/11/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
1440/1440  (1440/1440)
Points de mana:
1740/1740  (1740/1740)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs   Mar 1 Jan - 21:18




Troïlos était encore resté quelques minutes seul, essayant de découvrir si Anna, ou même Djaniah, ne traînait pas dans les parages. Il ne remarqua personne, à part un homme qui avait la prestance d'un roi, sans doute le père de Djaniah. Il avait l'air d'être en grande discution avec un homme, qui avait, lui aussi, l'air important. Troïlos en était quelque peu soulagé de ne pas avoir à affronter le regard, ni les paroles d'un homme aussi « grand » qu'un roi de Bretagne.


Lorsque j'entends ce prélude de Bach
Par Glen Gould, ma raison s'envole
Vers le port du Havre et les baraques
Et les cargos lourds que l'on rafistole
Et les torchères, les grues patraques
Les citernes de gasoil


Perdu dans ses pensées, Troïlos n'avait pas remarqué qu'une jeune femme s'était approché de lui, elle paraissait, elle aussi, perdu dans ce bain de foule. Cherchant sans doute un peu de compagnie, elle le rejoint dans le hall, et ils entamèrent la discution. Elle était assez bizarre, son habillement, ses cheveux, mais cette " bizarrerie " lui donnait aussi un certain charme, un charme qui paraissait faire un peu d'effet à Troïlos. D'ailleurs, ce dernier rougit quand elle commençat à lui parler, alors qu'à l'inverse, sa blancheur s'accentuait.


Enchanté Nina, je m'apelle Troïlos, mais tu peux m'appeller Tom, et, en effet, je suis comme toi, une citrouille dans un panier de salade ... J'attends Djaniah, mais je ne l'ai pas encore vu, et elle non plus d'ailleurs ... Tu crois que l'on pourrait s'éclipser pendant la soirée pour se réfugier dans la bibliothèque, j'en doute sérieusement, mais rien ne coûte d'essayer ...

Toi qui courais dans les flaques
Moi et ma tête à claques
Moi qui te croyais ma chose, ma bestiole
Moi je n'étais qu'un pot de colle


De nombreux invités, inconnus pour la plupart de Troïlos passèrent devant eux sans les remarquer, en leurs adressant seuleument un léger et discret signe de la tête. Mais cela n'avait guère d'importance pour Troïlos qui n'avait plus que d'yeux pour Nina ... Il sortit de ses reveries seuleument quand Edric Lebrec, car c'était bien lui, leurs adressa la parole. De près, il ne paraissait guère très impressionnant. Il prononça quelques mots de sympathie, comme le voulait sans doute la tradition. Après avoir leur indiqué la direction pour les mener à Djanaih, il repartit d'un pas fébrile, comme si quelque chose clochait alors que la soirée venait juste de commencer.

Lorsque j'entends ce prélude de Bach
Par Glen Gould, ma raison s'envole
Et toutes ces amours qui se détraquent
Et les chagrins lourds, les peines qu'on bricole
Et toutes mes erreurs de zodiaque
Et mes sautes de boussole


Qui est M. Raven ? C'est aussi un élève de Poudlard ? Un Serpentard ? Je ne le connais pas. Et toi ?


Toi, les pieds dans les flaques
Moi, et ma tête à claques
J'ai pris les remorqueurs pour des gondoles
Et moi, moi je traîne ma casserole


Nina et Troïlos se dirigèrent vers Djaniah, et cette dernière parut les remarquer, mais, alors qu'ils n'étaient qu'à quelques pas de Djaniah, elle partit d'un pas fébrile, comme celui de son père, vers les étages, laissant M. Raven seul. Troïlos était un peu consterné par l'attittude de Djaniah ,mais il ne pouvait pas lui en vouloir, il n'était pas comme ça. Il aimait tout le monde. Malgré la disparition de Djaniah, il ne perdit pas espoir de la revoir, et entreprit même de faire, sans la présence de Djaniah, la connaissance de M. Raven.

Dans cette décharge de rêves en pack
Qu'on bazarde au prix du pétrole
Pour des cols-blancs et des corbacs
Qui se foutent de Mozart, de Bach


Bonjour, je m'appelle Troïlos Smith, mais tu peux m'appeller Tom. Cette fête est merveilleuse tu ne trouves pas, mais je ne connais personne à part Anna et Djaniah. Au fait, je suis un camarade de classe de Djaniah, à Serdaigle moi aussi, et toi, tu es ... ?

J'donnerais Ray Charles, Mozart en vrac
La vie en rose, le rock'n roll
Tous ces bémols et tous ces couacs
Pour Glen Gould dans c'prélude de Bach.


Dernière édition par le Dim 13 Jan - 14:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs   Mer 2 Jan - 16:51

Je m'efforçai d'atténuer le sourire qui courait sur mes lèvres, mais ce fut impossible : cette façon de parler, cet air d'érudit, cette curiosité naturelle et, en particulier, l'appellation humble et timide qu'il avait employée pour Jimy. J'étais conquise.

M. Raven est un élémentaliste de feu dont le dragon est incontrôlable, il est à Serdaigle, porte le sobre nom de Jimy (tu sais, comme Jimy Hendrix, ce fameux musicien moldu qui, parait-il, jouait de la guitare avec ses dents : si ce n'est pas de la magie, ça!), et d'après son comportement, je suppute qu'il demandera Djaniah en mariage d'ici peu.

Tandis que j'achevais les présentations, Djaniah passa en trombe devant nous, livide. Je n'essayais pas de la retenir : lorsqu'elle était dans cet état de nervosité, déterminée à décrocher Pluton, il était inutile de l'alpaguer : elle nous traverserait comme du papier de riz.

Je réfléchissais à la proposition alléchante de Tom, à savoir, en effet, se perdre dans une bibliothèque aux dimensions gargantuesques à en juger par la magnificence du manoir, avant de croiser Jimy, apparemment aussi déconcerté que nous. Tom lui posa une question dont les mots semblaient accolés les uns aux autres tant il l'avait prononcée fugitivement, avec un débit imbattable.

Jimy ne répondit pas tout de suite. Il regardait l'escalier sans se soucier de nous. Lui aussi était livide.

On t'accompagne à l'étage? proposais-je ingénuement.

Je n'attendis pas la réplique.
Revenir en haut Aller en bas
Jimy Raven
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 1269
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Capacités Spéciales : ... Mystère ...
Créature : Enfant du Feu -
Date d'inscription : 26/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1750/1750  (1750/1750)
Points de mana:
2270/2270  (2270/2270)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs   Dim 20 Jan - 23:17

Tout était allé à une vitesse !
Jimy pour le coup n’avait vraiment rien vu venir. Il se contentait à présent de se coller à Djaniah dans l’espoir qu’elle lui expliquerait ce mouvement soudain, mais elle semblait préoccupée par autre chose. Une espèce d’étrange personne, nommée Nina discutait avec un jeune garçon. Jimy croisa celle-ci aux côtés de Djaniah et elle semblait parler de lui. En bien ou en mal peu lui importait en réalité, mais elle s’était trompée sur sa maison, ce qui pour lui relevait presque de l’insulte. Surtout lorsqu’on est un fier Gryffondor ! Djaniah cessa sa route en sa compagnie et se mit face à lui pour lui parler. Elle voulait qu’il aille inspecter l’étage ? Jimy resta en suspend, tout ça ne le mettait vraiment pas à l’aise. Il triturait d’ailleurs étrangement cette espèce d’amulette à la dent de dragon qu’il portait depuis toujours. Signe imparable de son trouble soudain. Le petit objet se mit à luire étrangement. Troïlos vint se présenter, mais ce n’était hélas pas le moment …Le jeune sorcier lui adressa un sourire, même crispé, pour ne pas paraître froid, car il avait bien envi d’en savoir plus sur le jeune homme, mais dans d’autres circonstances.


Je suis Jimy !
Enchanté ! Je suis désolé, je suis un peu occupé en ce moment même, mais si tu veux bien, je t’invite à venir piquer un peu de jus de citrouille aux cuisines de Poudlard quand nous aurons tous deux le temps de mieux faire connaissance … D’accord ?


Puis sans rien ajouter, il lui fit un petit signe de la tête et commença à se tourner de nouveau vers Djaniah lorsque Nina le prit de cours. Elle l’abordait comme si ils se connaissaient depuis des âges, ce qui, outre un manque de respect, paraissait à Jimy être plus une attitude naturelle chez la jeune fille dont il ne lui tiendrait pas rigueur. Qui sait, en d’autres temps peut être que faire connaissance avec elle aussi en vaudrait la peine. Il n’en doutait pas, mais il n’avait pas envi d’y réfléchir. Il adressa un regard amical à Nina.

Euh, excuse moi une seconde.

Jimy revint à nouveau face à Djaniah pour lui parler, enfin …C’était trop tard, déjà la Serdaigle de son cœur avait disparu, le laissant là, vidé d’un seul coup de toute énergie. Le sorcier secoua la tête pour se reprendre et revint vers Nina pour décliner sa proposition de l’accompagner.

Je suis désolé, je crois que je suis le seul à pouvoir monter. Pardonnez moi, je suis un peu nerveux, je ne voudrais pas paraître désagréable. Je vous laisse, on se retrouve plus tard peut être ?

Sans rien ajouter, le sorcier commença à monter les escaliers, pensif, précipité dans sa tête, il lui fallait se détendre. Inutile de le dire, ce qu’il trouva à l’étage le laissa de glace, si bien que finalement le préfet n’éprouvait plus la moindre émotion qui lui fasse battre le cœur un peu trop vite. Tout était sinistre, pas un bruit, hormis l’agitation soudaine des invités en dessous et les tic tacs de cette horloge qui retentissait. Des tableaux le saluèrent, d’autres le blâmèrent. Un gémissement fit tressaillir Jimy qui tomba en arrière, une décharge électrique lui parcourant le corps. N’importe qui se serait déjà tiré, mais Jimy était un Gryffondor, un vrai. Prenant son courage à deux main il s’avança lentement vers le lieu d’où venait le bruit. Il déboula alors dans une chambre toute aussi sombre que le reste. Quelque chose bougeait dans un coin trop peu éclairé.

Il y a quelqu’un ?

Un Elfe lui sauta presque dessus pour quitter la pièce, comme surpris de son arrivée. Jimy cependant n’avait pas quitté la forme des yeux, il s’en rapprocha d’avantage et s’aperçut en fait qu’il s’agissait d’un enfant, un pauvre petit bout fort mignon qui se trouvait là par il ne savait quel moyen, ni pour quelle raison.

Tu parles d’une scène de film d’horreur ! Que fais tu là toi ? Où sont tes …

Mais Jimy ne put trouver la force de finir.
Le jeune garçon précédemment recroquevillé en train de sangloter sur une vieille photo de famille releva le visage vers lui. Jimy se surpris d’abord à voir sur lui des airs communs à son aimée, qu’il avait en ce moment plus que jamais en tête. Cependant la pâleur de son regard était étonnante, plus froide que Djaniah qui avait le regard nettement plus fort. Il voulut pour confirmer ses doutes regarder cette drôle de photo.


Je peux ?

Il saisit l’objet et le fixa un instant. Plus l’ombre d’un doute.
Jimy ne savait trop quoi faire, mais il comprit bien vite que Djaniah ne l’avait pas envoyé en haut innocemment. Le Gryffondor se sentit le devoir d’aider ce jeune garçon.


Tu es le petit frère de Djaniah donc ? Elle m’a envoyé contrôler l’étage, je suppose qu’elle savait que tu serais dans les environs. Je suis le… Un ami très cher de ta sœur et tu peux avoir confiance en moi. J’ai un petit frère moi aussi. En général, il aime bien ce petit tour de passe passe.

Jimy frotta une fois de plus son pendentif et un rugissement retentit au loin. Le Gryffondor s’avança vers la fenêtre de la pièce et aperçut avec soulagement son dragon se poser dans le jardin du manoir. Un sourire au coin des lèvres, il tendit la main au jeune homme.

Allez viens, j’ai une amie en bas, enfin, la grand-mère d’une amie qui est une femme admirable. Tu dois la connaître ? Ebe Silver ? Elle prendra soin de toi le temps que je retrouve ta sœur. Tu veux bien m’accompagner ? Je suis désolé pour …Enfin si quelque chose ne va pas fort. Je crois qu’il y a un problème en bas.

_________________

- Je n'ai plus de coeur que le coeur à ce que je fais - Et j'ai le visage de celui qui n'a plus que rancoeur -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilian Lebrec
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 40
Age Roleplay + Sorts : Inconnu - 12 ans humains sorts 1
Capacités Spéciales : Mage sylvain / Charme visuel / Soin par apposition des mains / Devin / Connaissance accrue / Magie des anciens
Créature : Céleste Constellateur
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 09/12/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
1220/1220  (1220/1220)
Points de mana:
1350/1350  (1350/1350)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs   Sam 26 Jan - 16:57

Combien de temps cela faisait-il qu’il attendait ainsi, immobile dans cette chambre aux volets fermés et à la porte close ? La nuit devait être tombée depuis longtemps maintenant, mais le jeune garçon n’y voyait aucun changement. Il faisait si noir… Heureusement, Lilian n’était pas seul. Sur ses genoux repliés, était venu se poser un étrange compagnon, impalpable et silencieux. Séma, un cynospectre. L’animal magique n’aimait pas le bruit de la fête, alors il était resté lui aussi à l’étage pendant que sa maîtresse s’amusait au rez-de-chaussée. Lilian n’avait jamais vu de cynospectre, enfin voir était un bien grand mot dans cette quasi nuit d’encre. Mais tout à l’heure, une lumière était restée allumée et il avait pu regarder l’endroit où il se trouvait, et s’émerveiller devant la créature aux reflets gris-noir argentés. La chambre était très sobre. Le jeune garçon avait été habitué à apercevoir derrière les portes des dortoirs des filles de Beauxbatons diverses excentricités et décorations bien étranges à ses yeux de jeune garçon. Ici, aucun poster de groupes de rock sorcier aux murs, pas d’équipe de Quidditch non plus, de papier peint fleuri ou de fantasques objets accrochés. Non, la pièce était simple, rangée mais avec cette petite touche inexplicable de luxe de bon goût. Tous les meubles venaient de Bretagne, le sceau royal y était facilement reconnaissable même pour un membre extérieur à leur communauté. Tout un pan du mur était consacré à une bibliothèque où se chevauchaient des livres aussi divers que ceux de DCFM, d’astronomie, de mythes et histoires celtiques… Une armoire gardait l’importante garde-robe de sa sœur et une commode plus basse devait garder d’autres objets précieux. Mais Lilian ne l’avait pas ouvert, trop respectueux de l’intimité de sa sœur. Il s’était seulement approché de la belle table de chevet sculptée où une vieille photo s’asphyxiait sous deux centimètres de poussières… Enlevant ce voile de saleté, le petit garçon avait pu se reconnaître, entouré de Djaniah et de leurs parents, ainsi que leur grand-mère, peu avant leur séparation. Ils riaient, comme c’était lointain…

Tu vois, il me semble que c’est notre ami Glenn qui a prit cette photo…

Avait-il expliqué au cynospectre. Et puis, la lumière s’était progressivement et sans explication éteinte, plongeant la chambre de Djaniah et ses occupants dans une nuit avant l’heure.
Lilian était assis, recroquevillé au pied du magnifique lit à baldaquin, et attendait… Quoi ? Qu’on vienne le chercher. Sa mère lui avait dit qu’il faudrait être patient mais que quelqu’un viendrait. Elle n’avait pas précisé qui. Djaniah ? Comme il lui tardait de la revoir enfin…
Il attendait. Il avait un peu peur de la réaction de sa sœur. Et si elle n’était pas heureuse de le revoir ? Et si elle le rejetait même ? Et si elle ne l’aimait plus ? Et si… Des choses s’agitaient dehors, la fête était joyeuse en bas et en haut… Des larmes se mirent à couler. De fatigue peut-être, d’anxiété sans doute. Mais soudain, des bruits de pas laissèrent deviner une présence s’approcher. Un pas précipité. Et la porte s’était ouverte.
Lilian plissa les yeux, pas encore habitué à la lumière. Mais la silhouette qu’il devinait ne lui était pas reconnue. Le blond de ses cheveux lui fit encore plus douter.

Ce n’est pas ma sœur… ni papa.

Non ce n’était pas un membre de sa famille. La voix qui se mit à lui parler était masculine, jeune et énergique. Rassurante aussi. Entendre seulement le timbre de voix de ce Jimy ainsi que sa manière de s’exprimer, permettait à Lilian de mieux percevoir le jeune homme. Et la petite hésitation qu’il avait eue avant de se situer vis-à-vis de Djaniah dénotait de l’importance qu’elle avait pour lui. Il devait l’aimer. Et elle devait lui faire confiance si elle l’avait envoyé le chercher. Lilian sécha rapidement ses larmes et se releva. Il s’approcha de Jimy et le regarda droit dans les yeux, en pleine lumière pour enfin voir son visage. Nul doute qu’il était séduisant, avec un côté un peu noble dans sa manière de se tenir. Il tendit sa petite main.


Lilian Lebrec, content de te connaître.

Il attendit quelques secondes mais la question ne pouvait rester plus longtemps muette. Il fallait qu’il sache.

Et ma sœur ? Comment elle va ? Tu viens juste de la quitter ? Elle est en bas ?

Lilian regardait Jimy avec des yeux écarquillés et plein d’un espoir depuis bien longtemps terni par le temps, l’absence et l’ennui. Un léger pétillement même semblait redonner de l’intensité au bleu de ses yeux si pâle. Pourtant une ombre passa sur son visage.

Et tu crois qu’elle va être contente de me voir ?

Ce doute. Lilian dégluti avant de reprendre avec efficacité.

Écoute, je crois que notre mère est encore ici. Il faut que tu saches que depuis quelques mois elle disparaît sans explication et qu’elle a même démissionnée le mois dernier de son poste de professeur à Beauxbatons. Je ne sais pas ce qu’elle fait ni qui elle fréquente mais ça m’étonnerait que ce soit simplement une relation amoureuse. Maman hait les hommes depuis sa rupture avec papa. Je crois que c’est plus grave. Et si elle a préparé quelque chose ce soir, c’est sans doute important. Tu connais la date ? Nous sommes le 31 octobre et à minuit ça sera la fête du Samhain en Bretagne, célébration auquel le roi ne peut se défiler car la punition reste aujourd’hui encore la mort. Or je ne pense pas que maman est choisie cette date au hasard. D’autant que Djaniah est dans sa seizième année, en tant qu’héritière elle va devoir être présentée à Brocéliande, testée par les membres du conseil et acceptée par la communauté. Tu comprends ? Alors c’est important, il ne faut pas la laisser seule, elle est peut-être en danger et moi je suis bien trop jeune et sans pouvoir pour intervenir en quoi que ce soit… Maintenant il faut qu’on les retrouve tous : papa, maman et Djaniah.

Lilian avait toujours été très méthodique malgré sa jeunesse d’âge. Il fallait faire vite, il en était persuadé. Il redoutait les desseins de sa mère. Peut-être était-elle dangereuse ? Elle ne devait pas toucher à Djaniah. Et Lilian, sans le connaître, avait l’intuition qu’il pouvait compter sur Jimy. Ce n’était pas n’importe qui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jimy Raven
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 1269
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Capacités Spéciales : ... Mystère ...
Créature : Enfant du Feu -
Date d'inscription : 26/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1750/1750  (1750/1750)
Points de mana:
2270/2270  (2270/2270)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs   Sam 16 Fév - 15:31

Ta sœur va très bien Lilian …

Enfin si on ne considère pas le fait que je l’ai rarement vue aussi préoccupée.

Elle fait de grandes études à Poudlard et ce soir elle est rayonnante. En fait pour être honnête, il se passe quelque chose qui me dépasse, Djaniah m’a envoyé te chercher, j’en suis sur maintenant, j’espère la retrouver en descendant. Mais, ne doute jamais d’une chose, c’est de l’amour qu’elle te porte. J’ai vu son regard lorsqu’elle m’a demandé de te retrouver, elle t’aime profondément Lilian.

Jimy écouta ensuite le long discours du jeune homme.
Le froid monta en lui, lentement, créant en son cœur un désespoir profond, celui de l’homme dépassé par les évènements. Petit à petit, une flamme se raviva en son cœur, une lumière dorée éclaira son regard flamboyant. Jimy bouillonnait d’une énergie propre à sa nature, en son esprit le lion commençait à rugir. Si Djaniah était en danger, il n’y avait pas une minute à perdre. Mais Lilian …Il aurait été un bon guide au départ, il était cependant trop dangereux de le mêler à tout ça, sans compter sur le fait que Djaniah serait sans doute rassurée de le savoir en sécurité.


Je ne peux pas te laisser venir avec moi.
Si les choses sont aussi graves que tu le dis, on va avoir de sérieux ennuis ! Lilian, il faut que tu descendes et que tu trouves Ebe, elle veillera sur toi comme son propre fils. Tu peux avoir confiance en elle crois moi. Je te promets que je vais trouver ta sœur et que je la ramènerais ! Sans quoi je n’aurais de cesse jusqu’à ce que je la sauve enfin de ce lugubre complot.


Le Gryffondor tira sa baguette et transplana en bas, croisant Ebe qui tenait Atanys en sécurité comme une lionne veillant sur sa progéniture. Le Gryffondor se mit à sourire, la jeune Serpentard était bien étrange de se laisser ainsi materner. Cependant Jimy n’avait pas le temps de se moquer, il fallait agir vite.

Ebe !
Il y a conspiration, il faut que je retrouve Djaniah ! Le jeune prince est là haut, il faut veiller sur lui. Ata, occupes toi de lui avec ta grand-mère, je t’en prie. Accompagnez le, il semble savoir des choses que nous ignorons.


Jimy n’attendit aucune réponse, il se volatilisa aussitôt.
Dans le hall, à nouveau, le sorcier chercha la sortie. Il se retrouva face à une immense porte. Prenant son souffle, il hésita longuement. Devait il la pousser et s’engager dans tout cela les yeux fermés ? Pour Djaniah ce n’était plus une question. Jimy ouvrit la porte sèchement et s’engagea à l’extérieure. Sharko le dragon se précipita à la suite de son maître pour le tenir en sécurité, au moins pour l’aider en cas de danger.


Soyons discret mon ami.

Jimy avança lentement, mais il faisait sombre dans ces jardins.
L’air n’était pas le même, tout semblait plus pur qu’à l’ordinaire. Le sorcier éleva son arme vers l’avant et murmura un bref sort de lumière pour éclairer sa route dans la pénombre de la nuit. Tout paraissait plus clair, formidablement beau aussi. Que dire dans tant de beauté ? Si agréable et pourtant si frissonnante. Une aura de ténèbre pourrissait l’air. Des paroles ! Jimy eut un sursaut. Il ne reconnaissait pas ces voix, jusqu’à ce qu’il entende enfin l’unique objet de son amour. Djaniah était là, pas loin, mais où ?


Sharko tu m’aiderais plus si tu voulais bien …

Le dragon émit un petit grognement, à l’évidence il avait compris.
Se redressant lentement, l’immense créature, pourtant d’âge adolescente, se redressa de tout son long pour élever lentement son corps et le dresser sur ses pattes arrière. Dans une sorte de labyrinthe, il n’était pas si évident de se retrouver, car pour Jimy, le jardin entier était un cul de sac. Le dragon, la tête plus près des étoiles aperçut ce que son maître semblait tant réclamer. Retombant lourdement sur le sol et reprenant appui sur ses quatre pattes, Sharko saisit de sa gueule la cape de son maître et le lança sur son dos avant de se mettre à courir.


Tu pourrais pas être plus doux de temps en teeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeemps.

L’animal allait si vite que Jimy se surprit à se cramponner plus que d’ordinaire. Quelques mètres seulement avaient étaient parcourus et Jimy avait l’impression d’avoir traversé l’Amérique. Il tomba vulgairement sur le sol lorsque la bête cessa de bouger, puis il se releva et s’avança vers Djaniah, les cheveux ébouriffés. Il se fit remarquer, mais cela était il une erreur de sa part ?

DJANIAH !!

_________________

- Je n'ai plus de coeur que le coeur à ce que je fais - Et j'ai le visage de celui qui n'a plus que rancoeur -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djaniah Lebrec
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1939
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 4 SPE 1
Capacités Spéciales : Elémentalisme de l'eau / Charme oral / Illusion / Enchantement / Emphrépatie sombre
Créature : Nymphe des eaux
Points Prestige : 13
Date d'inscription : 23/06/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
1770/1770  (1770/1770)
Points de mana:
2470/2470  (2470/2470)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs   Sam 8 Mar - 15:44

Se retrouver face à mes deux parents était une expérience assez bizarre. Cela n’était pas arrivé depuis si longtemps… Mais la famille n’était pas encore au complet. Ma mère ici, je sentais que Lilian ne devait pas se trouver loin. Où ? Nulle idée. Enfin, sans doute à l’étage de notre manoir. Connaissant mon petit frère, s’il avait du attendre quelque part seul, il aurait préféré un lieu rassurant : ma chambre, la bibliothèque ou le jardin. Étant moi-même dehors, j’espérai que Jimy le trouverait à l’étage. Où pourrait-il être ailleurs ? Non, je ne devais pas me tromper.
Ces cinq longues minutes de silence se poursuivaient. J’avais trouvé au début que nous nous regardions tous les trois en chiens de faïence, prêts à mordre au moindre mot. Finalement non. C’était stupide, n’est-ce pas ? Je crois que j’aurai mieux préféré cela. C’aurait été plus sain d’enfin exprimer notre colère, notre tristesse et notre violence. Au lieu de ça, nous étions tous les trois, telles des statues de pierre plantées dans le sol, droits, fixes, impénétrables. La famille royale devenant semblable à ses mégalithes sacrés, qu’elle ironie… Ou quelle déception plutôt. Trop fiers pour entamer le dialogue, ou tout du moins tout ce qui y pourrait s’apparenter, nous restions éternellement dans l’attente qu’un pas soit fait par l’autre. Et pour parachever le tableau, la méfiance et l’hostilité alourdissait l’atmosphère.

Comme si une telle scène était normale entre des membres d’une même famille… C’est à vomir.

Mais à force de regarder mes géniteurs, puisque ainsi, je ne pouvais que les reléguer au plan de « géniteur » et non plus de parents, leurs regards m’apparurent un peu plus humains. Un peu plus proche de ce que j’avais pu connaître avant que tout ne s’écroule. Avant la maladie de Lilian et son incapacité à devenir Héritier. Avant…

Cela ne sert à rien de ressasser. Et ce n’est pas sa faute.

J’avais eu du mal à pardonner à mon frère. Mais c’était du passé et j’avais finit par comprendre qu’il n’y était pour rien. Brocéliande en avait décidé ainsi. Les yeux de mon père, de ce bleu-gris si clair, laissaient transparaître de la tristesse. Ou plutôt de l’amertume. Il avait tout gâché, et enfin semblait s’en rendre compte devant nous. Jamais avant je ne l’avais vu prit de remords ou de culpabilité. Non, il était trop infaillible pour ça ! Mais cette nuit, son regard révélait une sincérité rarement dévoilée. Il s’en voulait, et ça me faisait un bien fou de comprendre cela. Autre chose, une autre émotion scintillait au coin de ses pupilles. De la rancœur ? Non, ça n’y ressemblait pas. Du malaise de se trouver en quelque sorte piéger par son ancienne épouse ? Pas vraiment non plus… De…

L’amour ?

Était-ce vraiment possible ? Non, je devais voir ce que je voulais voir, et non ce qui était réellement. N’est-ce pas ? Comment aurait-il pu encore ressentir quoi que ce soit pour cette femme que je ne reconnaissais plus comme ma mère devant sa haine envers moi et mon père, son mépris de Brocéliande et son insatiable désir de revanche ? Parce que je la voyais bien moi, cette lueur au fond des yeux, qui ondulait dangereusement, emplie de colère et de tristesse, où se mêlaient vengeance et besoin de reconnaissance. Oh oui, je la reconnaissais bien… N’avais-je pas eu la même ?

Mais le jeu s’arrête là.

Je ne savais pas ce qu’exprimait mon regard. Je me méfiais de ma mère. Elle n’était pas venue pour rien. Pour faire du mal à quelqu’un ? Nous faire payer sa désillusion passée ? Le seul doute était, auquel, de mon père ou de moi en voulait-elle le plus ? Préférait-elle s’en prendre directement au roi de Bretagne ou à l’Héritière ? Si j’avais été à sa place, j’aurai fait du mal à l’Héritière, histoire de faire du mal du même coup au père… Mais je n’étais pas elle. Et elle n’avait pas le droit de me sous-estimer. Je savais me défendre, d’autant plus contre elle. Pourtant, ils ne me fixaient en réalité que très peu d’attention. Edric Lebrec et Sylvie Cliss s’affrontaient du regard dans ce silence. Ou peut-être communiquaient-ils sans que je n’y comprenne rien. Et j’avais de plus en plus l’impression de faire juste tâche.

Après tout, peut-être voulait-elle juste parler ? Se retrouver en tête à tête avec mon père ?

Quelque chose n’était pas claire. Et je ne saisissais plus quelles étaient les intentions de ma génitrice… Un grand bruit détourna mon attention. De l’air brassé, un sol foulé au point de le faire trembler et un atterrissage busque et le tout couronné par un cri digne de…


Jimy !

Le gryffon se démarquait toujours par sa capacité à entrer dans le décor de manière… fracassante. Malgré la situation il me décrocha un sourire : à la magnifique déclaration qu’il avait faite à mon père un peu plus tôt dans la soirée, il montrait un nouveau jour sous cette entrée légèrement brutale ! Mais plutôt qu’à sa manière d’arriver, la seule chose importante à mes yeux, c’était qu’il était là. Mais il n’y avait pas mon frère. Il ne l’avait pas trouvé ? Une montée panique commença à m’étreindre : et si ma mère lui avait fait du mal ? Évidemment, l’arrivé de mon compagnon n’était pas passé inaperçu. Haussement de sourcil pour mon père, moue dubitative pour elle. Pourtant, cela encore ne leur décrocha pas un mot. J’en avais marre qu’ils ne disent rien. Si au moins ils pouvaient se mettre à hurler ce qu’ils avaient sur le cœur ? Rien.

MAIS A QUOI VOUS JOUEZ ??! PAR MERLIN, répondez…

Ils n’en eurent de toute manière pas le temps. J’entendis une course effrénée vers nous, et derrière une femme encore juste sur le pas de la porte crier un prénom. Lilian courrait nous rejoindre. Un sourire éclaira mon visage soulagé. Jimy avait du le retrouver et l’avait confié à Ebe. Qu’est-ce qu’il avait grandit !

Lilian, arrête-toi on va rentrer.

Lui intimais-je, pour laisser nos parents seuls. Nous n’avions plus rien à faire ici. J’avais du avoir un faux mauvais pressentiment. Mais alors qu’il semblait entrer dans le cercle invisible que nous formions, mes parents, Jimy et les pierres, il se passa quelque chose. Je voyais Ebe toujours au loin, ne pas bouger et sans doute nous regarder. Lilian avait posé un pied au centre de notre groupuscule et c’était comme si tout s’était suspendu. Un arrêt sur image. Pas de coup de tonnerre assourdissant, de foudre zébrant le ciel jusqu’à la terre, de sol s’ouvrant pour laisser place aux abimes de l’Enfer… Rien de tout cela. Juste un moment de flottement, où le son semble avoir été coupé, la possibilité d’entrer en contact avec les autres annihilé, et le mouvement si ralenti… Je vis les pierres mégalithiques onduler. Des formes élancées s’en défaire et se mettre à danser, en rond, autour de nous. L’une des silhouettes tenant au creux de ce qui pouvait s’associer à des mains, une sphère bleutée dans laquelle des volutes de fumée pâle faisaient se mouvoir deux billes telles des yeux… La silhouette passa près de chacun d’entre nous. S’arrêta à la hauteur de mon frère. Se pencha sur lui, presque comme une mère sur son enfant. Avant de. De ? De lui enfoncer la boule dans le thorax de manière brutale et presque sadique. Lilian n’avait même pas frémit. Il ne semblait pas se rendre compte de se qui se passait. Hagard, envoûté. Une bourrasque de vent s’engouffra entre nous. Les silhouettes furent ramenées contre les pierres. Et mes deux parents se mirent à tomber, comme des feuilles, les yeux clos, pétrifiés mais toujours vivants. A mon tour, je sentis une force me happer par derrière, me tirer inexorablement vers le sol, sans que je n’y puisse rien faire. Je n’arrivai pas à voir Jimy. Mais avant d’atteindre le sol, j’eu juste le temps de voir les doigts de la silhouette, celle qui portait la « sphère aux yeux », faire signe de la rejoindre. Mon corps fut attiré vers elle, en elle avant le Noir.


[HJ : à partir de maintenant, les Rpistes concernés sont invités par ici…
Les autres invités au Bal d’Halloween peuvent bien entendu continuer ce Rp, en tenant compte qu’ils ne peuvent pas entrer dans le jardin. Un champ de force les en empêche, ils peuvent juste découvrir par les baies-vitrées les corps apparemment inanimés d’Edric, Sylvie, Djaniah et Jimy. D’autres surprises peuvent avoir lieu alors méfiez-vous… /HJ]

_________________
*Si le Destin ne mène pas à toi...?*

*... alors j'emprunterai un autre chemin.*

Héritière du Royaume de Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/Biographie-des-personnages-f
Djaniah Lebrec
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1939
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 4 SPE 1
Capacités Spéciales : Elémentalisme de l'eau / Charme oral / Illusion / Enchantement / Emphrépatie sombre
Créature : Nymphe des eaux
Points Prestige : 13
Date d'inscription : 23/06/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
1770/1770  (1770/1770)
Points de mana:
2470/2470  (2470/2470)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs   Mar 24 Nov - 13:12

HRP : Pour lire la suite des aventures, je vous donne le lien.

http://potteroleplay.actifforum.com/broceliande-f129/samhain-la-volonte-de-broceliande-pv-t10405.htm

Le message d'Edric qui suit clos le Rp qui se déroulait dans ces deux lieux.

_________________
*Si le Destin ne mène pas à toi...?*

*... alors j'emprunterai un autre chemin.*

Héritière du Royaume de Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/Biographie-des-personnages-f
Edric Lebrec
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 42
Age Roleplay + Sorts : 41 ans sorts 1 2 3
Date d'inscription : 14/10/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
950/950  (950/950)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs   Mar 24 Nov - 13:44

Un moment de non-vie, un temps de pause, d’irréalité suspendue. C’était cela l’expression la plus proche possible : une parenthèse suspendue entre temporalité et irréalité. Le roi avait été projeté comme les autres dans un état d’immuabilité. Pendant toute sa latence, il avait entendu les pensées de son petit garçon, les discussions des membres du Conseil, les paroles de sa fille aînée et de ses compagnons. Il avait suivit cette mise à l’épreuve par le biais strict des sons qui lui parvenaient grâce à Brocéliande. Et, comme s’il y avait été il pouvait reconstituer dans son imaginaire les images qui accompagnaient le monde sonore. Il savait que la biche était Morwenna transformée. Il comprenait ce qu’il se passait. Un soupir de soulagement. Elle tenait au creux de ses mains et contre son coeur une pierre bleue.

Djaniah a réussit. Elle a réussit.


Un moment d’angoisse.


Lilian a été choisit. Et c’est Ebe qui va devenir son Maître. Il va devenir Mage Sylvain. Mais il sera beaucoup plus que cela. Lilian...


Et comme venu de nulle part, il lui sembla percevoir une réponse. Une réponse donnée par Brocéliande elle-même. Lilian serait non seulement Mage Sylvain, mais Lilian serait l’incarnation de Brocéliande. La forêt magique, le berceau magique de la Bretagne verrait par les yeux de cet enfant, respirerait par le nez de cet enfant, entendrait par les oreilles de cet enfant, parlerait par la bouche de cet enfant. Lilian serait l’être humain, le lien entre les sorciers et la forêt. Il serait son protecteur, sa parole et sa sagesse. Pour la première fois depuis des siècles, un enfant Lebrec avait reçu à nouveau la pureté et la fragilité, la sensibilité et la sagesse qui le rendait corps pour la forêt. Lilian Lebrec avait été choisit.

Le choix des deux enfants d’Edric sonnait l’avènement d’une nouvelle ère pour la Bretagne. Une ère où tout se renouvellerait, où la forêt serait revitalisée et le peuple breton aussi. Djaniah serait la force du Gouvernement, Lilian serait la force d’intuition et de la nature. A eux deux, Brocéliande allait renaître et être protégée.

Edric rouvrit les yeux, et contempla sa famille élargie se réveiller doucement. Ce moment avait été sacré, ses enfants intronisés par Brocéliande elle-même.


------------------------ FIN DE LA NUIT DE SAMHAIN --------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RESIDENCE] *Londres* Manoir londonnien des Lebrecs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le Manoir Oublié
» RP dans le Manoir Hanté. Frissons garanties !
» [Manoir des Melasinir] Préparatifs et retrouvailles. [Roxane]
» smial hanté et course du manoir ...
» Souray au Manoir playboys avec la coupe!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Vaste Monde :: Autres lieux du Royaume-Uni-
Sauter vers: