AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
John
Invité



MessageSujet: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Jeu 21 Déc - 22:54

Il faut dire avant tout qu'Hugo Vynx aurait dû être mort. Là-dessus, pas de doute possible. John lui avait injecté un venin, l'avait vu tomber puis agoniser devant lui. John Mayor avait donc été responsable de son meurtre et le nom de Mayor était une garantie dans le monde des sorciers, quel que fût le délit qu'il lui plaisait de commettre.
Le vieux Vynx aurait dû être aussi mort qu'un clou de porte. Pas que l'on sache réellement à quel point puisse être mort un clou de porte, mais la sagesse de nos ancêtres réside en cette image, alors autant l'emprunter...
Pourtant il en était autrement, Hugo Vynx était bel et bien en vie et cela n'avait aucun sens en vérité !
John le savait-il ? Bien sûr. Comment aurait-il pu l'ignorer.
Hugo Vynx avait participé à son procès, l'avait condamné à Azkaban à perpétuité. Si les mangemorts et les partisans de la reine des détraqueurs n'avaient pas levé le petit doigt, John y serait même encore à l'heure qu'il est.
Mais voila, un jour, et parmi tous les bons jours de l'année, la veille de Noël, John avait été libéré, ou, plus exactement, il avait réussi l'exploit de s'échapper d'Azkaban (grâce à une aide fort précieuse, dirons-nous, pour ne pas froisser son ego)
Fatigué, contraint de se cacher, il avait rejoint son château aussi vite que possible et s'y était terré. Ayant transplané jusque là-bas, il ne lui avait pas fallut plus de quelques minutes pour s'enfermer à l'intérieur de la demeure. Quelques autres minutes suffirent pour qu'il entende un, puis deux, puis trois coups, frappés à sa porte.


Par un tel froid, quel imbécile peut bien ressentir l'envie de venir jusqu'ici ?

La surprise de John, baguette en main, fut grande lorsqu'il vit s'ouvrir sa porte sur deux moldus, grelottants, emmaillotés dans d'affreuses guenilles, une vilaine tasse rouge tremblotante dans la main de l'un d'eux. Pour ceux qui l'ignoreraient encore, le château de John était censé être protégé par toutes sortes de sorts et aucun moldu n'aurait dû pouvoir y accéder. Mais son emprisonnement avait changé bien des choses autour de John, et les sorts de protections avaient tant faibli que n'importe quel énergumène semblait à présent pouvoir atteindre son domaine.

-Une petite pièce pour les pauvres déshérités ? quémanda le moldu qui tenait la tasse.

Et pourquoi devrais-je vous donner quelque chose ? demanda John en reniflant dédaigneusement.

-C'est Noël monsieur, la période où les gens deviennent généreux, où l'on se met à penser à son prochain...

L'impatience de John, malmenée par la présence à sa porte de ces horribles moldus, arriva à son paroxysme avec cette phrase.

Voila qu'ils viennent quémander de l'argent maintenant ? En plus de nous pourrir la vie !

La tentation était grande de se servir de sa baguette et il ne put se reteindre plus longtemps quand il entendit les piécettes tinter dans la tasse que le plus bedonnant des deux moldus secouait avec entrain. Les deux hommes ne firent pas long feu, anéantis par les sortilèges de mort que John lança.

Joyeux Noël à vous aussi ! s'exclama-t-il d'une voix sans émotion.

Débarrassé de ces deux enquiquineurs, John referma la porte et partit jusque dans sa cuisine où il se prépara une tasse de thé tout en maugréant.

Bah...
Noël ? Rendre généreux ? Balivernes !
Noël ? Joyeux ? Sornettes !


Dernière édition par Eilane Snake le Jeu 21 Déc - 22:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Ven 22 Déc - 17:08

Noël. Une période de joie, et d'allégresse, qui devait selon la coutume raviver les coeurs des hommes, et les transcender d'espoir.
Néanmoins, pour notre vieil homme, Noël n'était plus une fête depuis bien longtemps. Cette période de l'année le remplissait de peine et de mélancolie. Car n'ayant personne avec qui la partager, étant donné que toute sa famille, avait été assassinée, ou alors s'était éloignée du vieux mage noir. Il marchait donc dans une allée emplit de brume blanche, se déversant fortement, sur la terre, comme par une volonté de purification, car plus qu'une fête familiale, Noël emplissait aussi le coeur de tout les croyants. Vous jugerez donc la mélancolie de notre vieillard, dépourvus de famille, et profondément athée.


Lyzander, regarda finalement devant lui, et vit la campagne comme il ne l'avait jamais vue. Un voile sacré semblait l'avoir englobée toute entière, et outre le froid, tout n'était que sensation de volupté. Sa cape noir de jais, était maintenant remplis de flocons d'un blanc intense, qui pouvait faire passer notre personnage, pour un ange sortit tout droit des enfers.

Ses pas crissaient sur la neige presque éblouissante. Néanmoins, chacun d'eux, le menait vers le manoir du mangemort bien connus de tous: John Mayor. Celui-ci l'avait convoqué,peu après sa sortie d'Azkaban. Le vieux nécromancien avait vus dans ce retour, un présage funeste, qui se certifiera avec le temps. Toujours est il, qu'a ce moment précis, le plus vieux représentant des Irgémancie, marchait promptement vers le manoir noir, dont le toit, pointait au bout du sentier. Il y serait dans moins de cinq minutes, mais de toute son âme, il voulait que cette route ne s'achève jamais, tant la pureté de celle-ci le réconfortait.

Il arriva finalement devant le manoir. Il semblait posé la, comme une pustule sur le visage de la plus belle femme. La neige ne pouvait tomber dessus, et à ses alentours, il ne transparaissait de la pureté blanche, qu'une boue associé à un amas de graviers gris clairs. Une épaisse fumée sortait de ce bâtiment lugubre, ou seul la mort semblait s'échapper. Le manoir semblait vous observer, tant les lumières de ses fenêtres affriolaient. Les gargouilles, placées au quatre coin de cette imposante bâtisse, se faisaient avocats du diable, et gardiens.

Lyzander, finit par s'approcher de la porte. Elle était en bois sombre, tel l'âme du propriétaire, et celle de notre visiteur. La poignée de porte montrait trois serpents entrelacés, s'entre-dévorant.
Lyzander passa sa main sur son bras droit, où siégeait sa marque, symbole de son appartenance au groupuscule le plus puissant du monde des sorciers: les Mangemorts. Il finit par taper trois coups, qui résonnèrent jusque dans les tréfonds du manoir.

Le sort en est jeté....


Dernière édition par Aliénor Yggdrasil le Lun 25 Déc - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Ven 22 Déc - 23:24

John avait en effet convoqué Lyzander Irgémancie à le rejoindre dans son manoir, le jour même de son évasion d'Azkaban. Et ce jour, rappelons-le, n'était autre que la veille même de Noël. La plupart des gens, un soir comme ce soir-là, préparait les fêtes de fin d'années, faisait le tour des magasins à la recherche des derniers présents manquant encore au pied de leur sapin, achetait la dinde qui rôtirait le lendemain midi.
Peu d'entre eux se retrouvaient plongés dans une telle maussaderie que celle qui accablait John et le vieillard qui se rendait jusque chez lui.
Aucune décoration n'ornait le manoir, aucune dinde ne se préparait à répandre son délicieux fumet dans la cuisine, aucun chant joyeux ne résonnait ici bas, aucun cadeau n'attendait au pied d'un sapin lui aussi absent de la demeure du lieutenant de Voldemort.
La seule once de chaleur qui réussissait à régner dans cet endroit affreusement froid se trouvait être un feu de cheminée qui brûlait dans le salon du manoir.
C'était toutefois un bien maigre feu de cheminée, John n'ayant aucune raison de donner à sa demeure un quelconque air chaleureux ou amical !

John, donc, assis dans son fauteuil, auprès du feu de cheminée, attendait la visite du vieil Irgémancie. Il savait que ce qu'il allait ordonner à Lyzander ne lui plairait pas, mais qu'importait pour un coeur de pierre comme John ? Voldemort lui avait demandé de se charger de donner à Lyzander sa nouvelle mission et il le ferait sans hausser un sourcil. Pourquoi Voldemort souhaitait cela ? Peu importait à John ! Lui-même se fichait de ce qui adviendrait par la suite pour Lyzander, tant qu'il restait fidèle aux mangemorts !

Quand les coups retentirent dans les pièces du manoir, John maugréait encore. Il se leva, lançant un nouveau :


Joyeux Noël ? Balivernes !

Mais où sont ces saletés d'elfes de maison quand on a besoin d'eux ?

Il descendit les marches de son étroit escalier puis s'approcha de la porte d'entrée. La lumière qui passait par les fenêtres était assombrie par la neige et le soir déjà proche. John ouvrit la porte et, sans un sourire, sans un sentiment, accueillit Lyzander. Un simple claquement de doigt l'invita à suivre John jusqu'au salon, le seul endroit dont la température était à peu près appréciable et la lumière à présent suffisante.

Lyzander.

Aucun cillement, et une voix encore plus glaciale que les pièces de son manoir, accompagnèrent l'unique mot que prononça John en guise de bienvenue.

Le Seigneur des Ténèbres m'a parlé de ton cas. Tu cherches à ramener ta femme, et, en échange de quelque chose que désire le Seigneur des Ténèbres, tu pourras connaître le secret qui la fera revivre. Tu es prêt à faire ce qui te sera demandé ?

La question n'attendait pas réellement de réponse. Il s'agissait d'avantage d'un défi que d'autre chose car John, de toute manière, était bien décidé à forcer Lyzander Irgémancie à accomplir cette nouvelle mission, qu'il soit intéressé ou non par l'offre de Voldemort. Au pire, se disait John, sa baguette magique était toujours un très bon moyen de pression !
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Silver
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 1411
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 34 ans sorts 1 2 3 4 MT1 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Communion Clairvoyante - Occlumens - Force Accrue - 9 Nécromancies Affinité Mort et Sang -
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 16/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
2292/2292  (2292/2292)
Points de mana:
2870/2870  (2870/2870)

MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Mer 3 Jan - 11:47

C’est tôt que notre tueuse à gage s’était levée se matin là ! Habillée toujours d’un petit tailleur noir avec une ceinture dorée, comme pour les petites occasions. Mais pour ce qu’elle entendait de faire après la déception qu’elle avait eu en apprenant la fuite de la prison de ce vieil enquiquineur, elle avait mit des chaussures à talons, là, c’était seulement pour les grandes occasions. Mais que comptait-elle fêter au juste ? Ca, il fallait être derrière ses yeux glacés pour en avoir une idée. Une chose était certaine en tout cas, elle allait lui rendre visite, comme pour faire bonne figure et s’assurer qu’il allait bien. Inutile de dire qu’après tout, il est l’une des grandes figures des mangemorts. Mais, pourquoi ne pas en profiter après tout… ?
Arrivant dans la rue de l’habitation de John Mayor, Ella se remis un coup de rouge à lèvre et de fond de teint, puis elle poussa la porte du petit portail.

Alors c’est là qu’il habite ? Ses goûts en matière de fleurs sont horribles et ne parlons pas quant aux qualifications de son jardinier ! S’il en a un, j’espère pour lui qu’il va le virer sous peu !
Hmm sa maison fait vraiment peur maintenant que je la voix de plus près !
Même la poignée de sa porte est complètement crasseuse ! Sa femme de ménage non plus ne doit pas être extra ! A moins qu’il ne le fasse jamais le ménage ?


Sur cette pensée, perplexe, Ella tapa trois grands coups à la porte du manoir, maison, villa ?
Et sans attendre de réponses, prise par l’envi de visiter cet endroit encore curieux pour elle, la sorcière poussa la porte pour entrer. Mais, avant qu’elle n’eut pu y poser la main, celle-ci céda d’elle-même ! Ella un peu sur ses gardes sortit sa baguette et pénétra les lieux avec prudence.


JOHN ?! Vous êtes là ?
Joooohn ? Je passe vous voir pour m’assurer que vous allez bien ! On ne vous a pas revu au repaire, alors … Euh, … Y a quelqu’un ?!


La sorcière regardait partout autour d’elle, mais elle ne voyait personne, elle regarda d’abord ai salon, puis à la cuisine, tout était de telle sorte que l’on aurait cru que John n’avait rien touché depuis son départ en prison ! La nourriture moisie, la poussière en grande quantité !
C’était plus un appartement c’était une caverne ! Il fallait dire que d’un autre côté il ne devait pas avoir de la famille qui pouvait s’en occuper lorsqu’il s’absentait.


Bon, je crois que je suis bonne pour monter au premier, … Pas que cela m’effraie, mais déjà que le premier est digne de n’importe quel film d’horreur !
Bon ! Je me lance.


Ella monta alors une marche, puis l’autre, puis encore une, elle essayait d’être discrète, mais chaque fois qu’elle en montait une, elle grinçait, craquait ! Rien à y faire, ici John ne craignait pas de ne pas entendre ses invités, ou ses pas invités non plus d’ailleurs !
Alors qu’elle allait s’approchait d’une chambre, un bruit avait retenti dans son dos. Une brusque volte face, les sens en éveils et une main sur son cœur qui s’était mis à battre rapidement, elle n’aperçut personne, se reprenant peu à peu, elle se décida à simplement aller s’asseoir en bas, sur un petit fauteuil en l’attendant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?p=42484#4248
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Mer 3 Jan - 12:19

Ce que John avait demandé à Lyzander était une chose terrible, abominable, que seule la monstruosité des mangemorts pouvait avoir dictée. Il lui avait d'abord servi une tasse de thé, attendant sa réaction à ses premières paroles. Et Lyzander avait demandé quel serait le prix à payer pour ramener sa défunte femme.
Alors John lui avait expliqué : une vie contre une autre vie, sa femme contre son fils.
Lyzander ne s'était pas braqué longtemps, même si la douleur avait pu se lire un court instant sur son visage. Et il avait accepté, le regard impassible, de sacrifier Elwyn.
Pourquoi Voldemort désirait voir le fils de Lyzander Irgémancie périr ? Tout simplement parce qu'il était le seul lien unissant encore le mangemort au "bien"... Elwyn était un obstacle, un danger qui, sait-on jamais, pouvait ramener Lyzander vers "la lumière" au lieu de le laisser continuer à s'enfoncer dans les ténèbres.
Voldemort tiendrait-il parole et ramènerait-il la femme de Lyzander en échange ? John ne pouvait qu'en douter.
Lyzander avait donc quitté le manoir, sans rien ajouter de plus. Ce que John ignorait, en revanche, c'est ce qu'il avait fait ensuite...
Mué par le désespoir, il avait maudit le Lieutenant de Voldemort de manière si profonde, si puissante, que les ténèbres, elles-même, avaient répondu à son appel...
Mais John ne s'en rendrait compte que bien plus tard...

A présent John était assis auprès du maigre feu de cheminée qui brûlait dans le salon du premier et c'est alors qu'il commençait tout juste à s'assoupir que la voix d'Ellana le ramena à la froide réalité.

Que veux-t-elle celle-là ?

Se refusant à répondre immédiatement, il laissa la mangemorte flâner un peu dans l'escalier. Mais cette femme ressemblait plus à une fouineuse qu'à une servante et John n'aimait pas les fouineurs (Dire que John n'aimait personne aurait été plus judicieux, me direz-vous. Soit ! John n'aimait personne.)
Il se leva finalement, descendit l'escalier, rejoint la pièce où se trouvait assise Ellana et se racla bruyamment la gorge pour faire remarquer sa présence.


Ellana ? Qui est l'imbécile qui vous a autorisé à vous installer ici ? Sûrement pas moi !
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Silver
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 1411
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 34 ans sorts 1 2 3 4 MT1 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Communion Clairvoyante - Occlumens - Force Accrue - 9 Nécromancies Affinité Mort et Sang -
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 16/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
2292/2292  (2292/2292)
Points de mana:
2870/2870  (2870/2870)

MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Mer 3 Jan - 13:11

Ella avait prit soin de rester silencieuse pour ne déranger personne, quand soudain, un raclement de gorge lui fit comprendre qu’en réalité elle était observée depuis le début.
Il était là, non très agréable et complètement agressif ! Inutile de dire à quel point Ella avait du mal avec ce sorcier des fois, pourtant, c’était lui le premier mangemort qu’elle avait rencontré ! Et c’était aussi lui le premier pour lequel elle avait prit plaisir à le voir disparaître !


L’imbécile qui m’a permit de m’installer ?

Ella regarda un instant autour d’elle, comme pour se moquer.

Ah bah oui je ne vois vraiment que vous ici !

Puis elle se redressa, les mains toutes deux agrippées à son petit sac à main, un air chaleureux mais qui sonnait presque faux.

John, je ne suis pas là pour vous embêter ! Je suis simplement venu vous faire une petite proposition ! Comment faites vous donc pour vivre dans une telle baraque !? Ce n’est plus une maison depuis longtemps à en voir l’apparence !
Allons, vous ne comptez tout de même pas passer Noël ici Mr Mayor ?


Elle lui sourit alors un petit peu, mais un peu, histoire de ne pas faire trop froide.

En fait, nous sommes seuls avec Théotime, et je n’ai pas oublié que c’est vous qui m’avez menée au mangemorts ! Je vous dois bien une petite invitation pour les fêtes de Noël non ?
Venez donc manger avec nous ! Notre table est assez grande et notre gîte accueillant ! J’insiste ! Ce serait un honneur de vous avoir à ma table Mr !


Voyant qu’il ne semblait pas trop emballé pour le moment, elle se rapprocha un peu de lui, comme pour donner insistance à ses propos.

Il y aura de la dinde, de la bière et du gâteau ! Je sais à quel point les repas d’Azkaban sont maigres et miteux ! Je vous préparerais quelque chose de succulent !
Allons, vous ne serez pas déçu John.


Elle le fixa un court instant bien droit dans les yeux, espérant qu’il prenne sa proposition très au sérieux. Puis, elle jeta encore un œil dans la pièce, regardant un peu partout, John n’y avait sûrement pas prêté attention, mais la petite maligne ne portait plus ses gants en entrant dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?p=42484#4248
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Mer 3 Jan - 18:52

Le discours d'Ellana sonna creux et aucun sourire n'accompagna la réponse glaciale et défaite d'amabilité que lui offrit John Mayor.

Passer Noël ici ou ailleurs, qu'importe ! Cette fête n'est qu'idioties et bons sentiments dégoulinant. A vomir !
Noël est juste bon pour les moldus et les imbéciles ! Je suis déçu de voir que tu y attaches de l'importance.
Et qui est ce Théotime ? Pas un de nos "collègues". Non, je le saurais...
Ne me dis pas que tu t'es laissée monter la tête par un abruti quelconque. Ce n'est pas digne de toi !


John croisa les bras et prit son air le plus renfrogné. Comme s'il avait envie de fêter Noël. Comme s'il n'avait pas d'autres choses à faire bien plus pressantes, plus importantes, plus primordiales.

Noël ? Qui a bien pu inventer de telles sornettes ? Je vous en ficherais, moi, des Noëls par ci, Noël par là !

Remballe ton invitation et tes boniments et fiche moi le camp sur le champ. Ca m'évitera de m'énerver et de priver du seigneur des ténèbres d'une de ses servantes. Je n'ai ni l'envie ni le temps d'écouter d'autres balivernes sur Noël et les regroupements familiaux et festifs qu'il engendre !
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Silver
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 1411
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 34 ans sorts 1 2 3 4 MT1 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Communion Clairvoyante - Occlumens - Force Accrue - 9 Nécromancies Affinité Mort et Sang -
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 16/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
2292/2292  (2292/2292)
Points de mana:
2870/2870  (2870/2870)

MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Jeu 4 Jan - 19:57

Ellana prit alors un air outré ! Pour une fois quelle montrait un peu de compassion ! Même si elle était fausse, ça avait au moins le mérite de s’inaugurer ! Croisant les bras elle l’écouta la démolir lentement avec un air dépité. Se jurant alors qu’elle finirait par en avoir raison, elle prit la direction de la sortie en vitesse, estimant ne plus rien avoir à faire sur les lieux.

Il me regarde de choisir ce qui est digne de moi ou non ! En tant que l’élément qui m’a recruté je vous respecte John, mais là, vous commencez à mettre fin à tout ce que j’aurais pu faire pour vous aider ! Allez donc vous faire voir si cela vous plait ! Moi, je tiens tout de même mon invitation.

Elle releva soudainement le menton, mit ses cheveux en arrière, puis, la main sur la poignée de la porte elle passa celle-ci avec une certaine nervosité.
Ella n’aimait pas vraiment être brutalisée de la sorte, mais pour cette période de l’année, ça pouvait passer. Elle n’ajouta donc rien.


Qu’il reste dans son cimetière ce vieux screugneugneu, et qu’il y crève tien !
C’est la dernière fois que je tente de lui prêter main forte ! Je vais vraiment finir par l’empoisonner celui là s’il est comme ça tout le temps !
Ah voldemort vous me poussez à faire bien des choses…


Ellana se retourna une dernière fois vers la bâtisse avant de passer à nouveau le portail pour en quitter le jardin.
Cette maison lui faisait froid dans le dos, c’était presque le clone de la cabane hurlante à ce train là ! Et si elle était hantée ?
Ella rigola alors, priant presque pour que ce soit vrai, ça lui ferait du bien à ce vieux fou d’avoir un peu peur !


Bon il est temps de rentrer ! Théotime m’attend à la maison, et on a besoin de parler, vraiment.

Ella disparu alors peu à peu à travers la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?p=42484#4248
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Ven 5 Jan - 12:35

John, sur les talons d'Ellana, la "raccompagna" jusqu'à la porte à coups de "balivernes" et de "fiche-moi le camps". il n'aimait pas être dérangé, même pour une invitation (encore moins pour une invitation, à vrai dire). Le temps s'écoulait à une vitesse bien trop élevé pour se permettre de le gaspiller avec de telles sottises.
Il sortit à l'air frais (si frais, plus exactement, qu'il se mit à grelotter) et regarda Ellana partir, comme pour s'assurer qu'elle ne rôderait plus dans les parages.


Bon débarra. Une invitation ? Et puis quoi encore ? Me prendrait-elle pour mère Thérésa?
Bientôt elle finira par ramper aux pieds de son Théojenesaisplusquoi et par lui manger dans la main. Quelles idioties que l'amour, Noël et tout le reste !


Quand Ellana disparut enfin derrière les derniers bosquets, John, qui avait fait quelques pas, s'en retourna en direction de son manoir.
Un sursaut d'étonnement le secoua. La porte était fermée. Il ne se rappelait nullement l'avoir poussée !
En fronçant à peine les sourcils, il s'empara de la poignée, qui sembla décidée à résister.


En voila une autre...

Il n'eut le temps de formuler plus clairement ses pensées brouillonnes.
Ce qui se passa alors était de l'ordre de l'improbable, de l'impossible et de d'inexplicable. Si vous aviez assisté à ce que John vit à cet instant, vous auriez sans doute fuit en courant à toutes jambes, aussi loin que possible de cette baraque. Mais John n'était pas homme à s'effrayer pour si peu et il observa le phénomène, intrigué, presque déjà persuadé qu'il ne s'agissait que d'une bête hallucination.
Le frappoir de la porte d'entrée, ne représentant en temps normal qu'une simple boucle de ferraille, avait commencé à se muer en autre chose. Et là était toute l'incohérence de la scène : cette chose ressemblait trait pour trait au visage d'un homme, d'un vieillard ridé par les année. Il s'agissait d'un visage connu et fort peu apprécié par John : le visage d'Hugo Vynx avait pris la place du frappoir et paraissait sourire cyniquement au propriétaire du manoir.
John cligna des yeux, une fois, deux fois. Puis regarda à nouveau le frappoir redevenu boucle de fer.


Balivernes !

Il entra dans le manoir et referma la porte à double tour derrière lui. Plus personne n'aurait la possibilité de pénétrer là pour ce soir.
Décidé à ne pas se laisser impressionner par une hallucination qui ne pouvait être dû qu'à la fatigue ou aux quelques gouttes d'alcool bues plus tôt dans la soirée, il grimpa les escaliers, essayant de ne pas frissonner à chaque craquement que le vieux bois émettait dans l'obscurité dont John raffolait habituellement.


Arrivé au salon, il se rassit dans son fauteuil, non sans avoir d'abord enfilé une lourde robe de chambre dont le tissu tanné et rapiécé rappelait qu'il aurait fallut depuis bien longtemps déjà la changer.
Son regard balaya la pièce et il se surpris à croire apercevoir des formes cachées derrière les placards.


Sornettes. Il n'y a personne d'autre que moi ici. Ce sont les ombres du feu qui se reflètent sur les murs !

S'installant plus confortablement, John se mit à fixer le maigre feu qui commençait petit à petit à se mourir. Ses paupières se trouvaient lourdes et ses yeux n'allaient pas tarder à se fermer lorsqu'il entendit, quelque part, non loin de là, une cloche retentir.
Il y avait bien une cloche accrochée dans une pièce du rez de chaussée, mais elle n'avait pour ainsi dire jamais servi, et personne, de toute manière, n'aurait eu la possibilité de l'actionner depuis dehors !


Mon imagination me joue des tours, voilà tout !

Mais John arrivait de moins en moins à s'en persuader. Cloué sur place, incapable de se lever et d'aller voir par lui-même ce qui se passait, il ne put qu'entendre en frémissant les bruits de chaînes qui tintinnabulaient dans l'escalier.

Qui est là ? tenta-t-il sans grande conviction. Qui est là ? demanda-t-il encore, cette fois un peu plus fort.

Malgré sa torpeur, il réussit tout de même à empoigner sa baguette magique. Au moins s'il s'agissait d'un intrus dangereux, il pourrait l'éliminer !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Sam 6 Jan - 17:39

John…
Il cherchait. Aveuglément. A tâtons avec son esprit. Mais il pouvait ne rien trouver…
Non. Il n’y avait rien à trouver. Il était seul. Lui et la noirceur cauchemardesque de son cœur.
Il n’y avait aucune évasion, aucun espoir de rédemption ?!
Ses yeux se sont ouverts et ils m’ont vu… Moi ?! A la place du frappoir…
Il n’y a pas cru. Pauvre enfant, il s’y refusait. Il n’était pas encore tout à fait prêt à rejoindre le monde de l’éveil.


L’obscurité t’a engloutie dans sa vague. Elle obstrue ton esprit. Elle a presque gagné sa bataille…
Ta vie est meurtre, convoitise, jalousie et folie. Qui viendra te sauver ? Moi ?
« Quelqu’un d’autre le fera », tu en as tant laissé sur cette rengaine…


Ca y est, j’arrive. Le feu s’éteint peu à peu, laissant place à droite comme à gauche à une obscurité plus envahissante.
Des sons de cloches, le bruit de mes chaînes, hallucinations ?
Tu hésites. Tu réclames déjà cette lumière que tu avais tant rejetée…
Un mot, un son, un effort bien minime de briser cette suffocation.


Tu m’as demandé. Me voilà.

Ouvre, ferme les yeux…Tu ne fuiras pas cette fois.
Tu n’auras pas de seconde chance. La dernière…Réagis.
Pourquoi garder cette air ? Ma vision ne t’est pas étrangère ?! Tout juste un peu plus limpide, et intelligible…
Ou est passé ton audace ? Celle de ton procès et les autres ? Je suis comme ce jour… Barbe blanche et grisonnante, air calme et avisé.
Et toujours borné à te remettre sur la voie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Dim 7 Jan - 22:17

Le cliquetis d'une baguette magique tombant sur le sol. Un soupir d'étonnement, d'inquiétude, de peur. Le bruit de quelqu'un qui se lève et fait quelques pas en arrière.
De nombreux sons vinrent s'ajouter à ceux que faisait l'étrange invité.

John d'abord, continua à penser qu'il rêvait. Un rêve éveillé, bien sur. Le genre de choses qui arrivent lorsqu'on a accumulé trop de fatigue et que l'on a besoin d'une bonne nuit de sommeil. Et de cela, John avait en effet grand besoin !
Mais après s'être maintes fois frotté les yeux et pincé le dessus de la main, il lui fallut bien admettre l'effrayante vérité : tout cela était aussi réel que son rôle de lieutenant des ténèbres au repaire ou son incarcération à Azkaban !
Déglutissant avec difficulté, il observa la "chose" qui se trouvait maintenant dans la pièce.
Cette "chose" avait tout de l'apparence fantomatique des esprits. L'ennui, c'est que le visage qu'elle avait pris était celui de quelqu'un de bien vivant !


Je vous connaît ! maugréa John baissé en train de ramasser sa baguette tout en ne lâchant pas des yeux l'apparition. Vous êtes Hugo Vynx !

Sa baguette à nouveau en main, John la brandit en direction de l'esprit.

De quel droit rentrez-vous chez moi ? Vous allez voir comment je traite les intrus quand il s'aventure dans mon domaine !

Mais la formule qu'il s'était mentalement préparé à lancer ne dépassa pas ses lèvres. Quelque chose l'empêchait, semblait-il, d'user de sa magie. Quoi donc ? L'atmosphère n'était-elle pas devenue soudainement différente, depuis qu'il était re-rentré dans le manoir ? Que se passait-il encore ?
Alors les yeux de John s'arrêtèrent sur les chaînes qui entravaient l'apparition, et ses sourcils se froncèrent à tel point qu'ils se rejoignirent au milieu de son front.


Qu'est-ce que c'est que ça, encore ? demanda-t-il avec tout le mépris que lui évoquait le visage d'Hugo Vynx, désignant les chaînes de sa baguette qu'il tenait toujours fermement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Dim 14 Jan - 21:47

Ainsi, tu as remarqué…
Un sourire se dessine sur le visage du pseudo Hugo Vynx, ravi de l’intérêt que John porte à ses liens. Celui-ci ne peut s’empêcher de pointer sa personne de sa baguette comme si il en avait une quelconque utilité. Hugo, lui, exposait calmement ses réponses, répondant ou non, aux attentes de son interlocuteur…

Je porte la chaîne que j'ai forgé pendant ma vie. C'est moi qui l'ai faite, anneau par anneau, aune par aune ;
je l'ai attachée autour de moi librement et je la porte de mon plein gré.

Voudrais-tu connaître le poids et la longueur de l'énorme câble que tu portes toi-même ?


Les pensées de John semblent danser alors à l’intérieur de la pièce, tel une pensine, révélant ainsi chacun de ses méfaits, les uns après les autres. Du premier jour de sa naissance à son procès. Les êtres exécutés au nom de Voldemort, ceux tués de sa main, ceux assassinés sous sa demande… Lorsque cet afflux de souvenir prend fin, l’apparition lâche un pénible soupir.
Ah, c'est une chaîne considérable !

Elle se montre plus sérieuse, moins tolérante. Ses sourcils se froncent, son regard perd le soupçon de quiétude qui demeurait en elle. Sa voix semble plus rauque, plus sèche en prévision de ses futurs paroles…
Trois fantômes, et ce durant trois jours, sans répit, viendront pour te hanter.
Le tout pour ta rédemption.


Sans préavis, il quitte la pièce s’échappant par la fenêtre afin de rejoindre des myriades d'autres fantômes qui ont envahis la ville. Il lâche néanmoins une dernière phrase à travers l'ouverture…

Le premier viendra quand une heure sonnera.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Lun 15 Jan - 11:25

Une chaîne ? Pour me faire payer mes pêchés ? Balivernes ! Quelle est donc cette farce que vous essayez de me jouer ? Si vous pensez réussir à m'avoir de cette manière, vous vous trompez !

Mais John avait beau tenter de faire le fier par la parole, il ne s'en trouvait pas moins terrorisé. Ses bras et ses jambes tremblaient, et sa tête commençait à lui tourner.
Lorsque l'apparition lui annonça, avec un calme désuet face à cette nouvelle, que trois esprits viendraient le hanter, John poussa un râle de terreur et s'effondra par terre devant le fantôme d'Hugo Vynx.


D'autres esprits ? Votre venue n'était-elle pas suffisante pour me pourrir ma fin de journée ? Et ne pourrais-je pas tous les voir en même temps ? Dans une seule soirée ? Et pourquoi j'en aurais besoin d'ailleurs ? Faites donc finir ce cauchemar.

Mais Hugo Vynx ne semblait plus disposé à répondre. John le regarda avec une impuissance qui ne lui ressemblait guère, s'éloigner de lui, puis disparaître par la fenêtre, se fondant au beau milieu d'une nuée d'autres fantômes. En voyant cela, John frissonna de la tête aux pieds, referma la fenêtre d'un geste vif et alla se terrer au fond de son lit en grelottant. C'est alors seulement que la voix d'Hugo Vynx résonna une dernière fois :

"Le premier viendra quand une heure sonnera"

John regarda, incrédule, sa pendule : il était plus de deux heures du matin !
Le calme revenu dans sa demeure, il commençait de plus en plus à croire à une hallucination car les souvenirs de cette rencontre s'estompaient déjà légèrement pour laisser place à ce que son esprit préférait se rappeler.


Sornettes !

Et John tira fermement les rideaux de son lit à baldaquin, pour s'endormir aussitôt.

Mais quelque chose le réveilla en sursaut et, lorsqu'il regarda la pendule au dessus de son lit, il fut si désappointé qu'il releva ses couvertures jusqu'au dessus de son nez : il était à peine minuit. C'étaient sûrement les douze coups au clocher le plus proche qui l'avaient sorti de son sommeil ! Mais John ne comprenait plus rien... Il était plus de deux heures lorsqu'il s'était endormi !

Alors John se mit à faire quelque chose qu'il détestait : attendre. Et chaque minute qui le rapprochait de l'heure fatidique le rendait un peu plus nerveux.


Ce ne peut être qu'idiotie. J'ai rêvé très certainement.

Mais s'il avait été réellement persuadé d'avoir rêvé, John se serait rendormi, sans aucune inquiétude de voir à présent la petite aiguille de son horloge se rapprocher dangereusement du nombre 12 tandis que la grande était presque arrivée sur le 1 !

Et finalement, l'heure tant redoutée sonna...
Revenir en haut Aller en bas
Pline Pinine
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 290
Age Roleplay + Sorts : environ 120 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : magie des anciens, prophète.
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 09/08/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Mar 16 Jan - 17:43

Lorsque le coup unique termina de raisonner macabrement dans le manoir sombre, pendant une demi seconde rien ne se passa, le temps avait comme suspendu son envol. Tout et tous semblaient retenir leur souffle avec John, en attente de quelque chose… oui mais en attente de quoi ?
La tension de la chambre était presque palpable tellement elle était dense et lorsqu’une volute de fumée blanchâtre se dégagea du feu mourrant et rejoignit le centre de la pièce, ce fut comme si tous les murs de la maison avaient soupiré de soulagement.

Tout d’abord ce ne fut qu’un nuage qui, progressivement, forma un corps. Un corps qui avait les dimensions d’un enfant puis qui grandit et finit par se voûter. Les traits se précisèrent et un visage de vieillard plus que centenaire se dessina.
Pline Pinine tel qu’il était vraiment apparut. On reconnaissait aisément les deux yeux brillants et le sourire enfantin.
C’est d’ailleurs la voix d’un enfant qui résonna à travers la chambre et toute la batisse faisant trembler les fondations et l’homme en face de lui.


Je me nomme Pline Pinine et pour vous, en cette nuit si particulière je suis le fantôme des noêls passés. Tel que tu me vois je suis à la fois réel et irréel, à la fois du présent et du passé mais saches que tout ce que tu verras cette nuit existe ou plutôt a existé.

Le vieillard recula au centre de la pièce, toujours en restant face à John. Son visage ridé garda son sourire lorsqu’il tendit la main au mangemort et prononça non plus de sa voix d’enfant mais d’une voix d’homme :

Viens à moi et accroches-toi a mon bras, tu verras que je te soutiendrais de bien des manières.
Approches et ne crains pas de voir ce que tu connais déjà…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Mer 17 Jan - 16:15

John regarda l'apparition prendre forme avec un mélange de terreur, d'appréhension et d'effarement. Il s'était attendu à tout, sauf à ça. Il avait déjà entendu parlé, une fois, d'un certain Pline Pinine. Ce dernier était devenu le directeur de la gazette des sorciers juste avant l'arrestation de John (ou juste après peut-être ? Les choses s'emmêlaient dans les souvenirs du lieutenant des Ténèbres !)
Ce dont il était sur, par contre, c'était que Pline Pinine était un être tout ce qu'il y avait de plus vivant. Mais alors qui était ce fantôme devant lui ? Quel était ce sombre sortilège qui rendait ce monde tout à coup totalement altéré ?
John frissonna en entendant la voix d'enfant que soutenait ce corps de vieillard, quelque chose d'étrange s'y trouvait caché comme si cette voix en savait plus long à propos de son âme elle-même que toutes les personnes de tous les horizons que John avait côtoyé durant sa maigre existence.


Vous êtes donc le premier des trois esprits dont Hugo Vynx m'a prédit la visite ?

Son assurance s'était évadée de John comme de la fumée s'évade d'une cigarette et la consume, minute après minute. Il sentait ses jambes flageoler et se ramollir tellement qu'elles le soutenaient à peine. Malgré tout il se leva de son lit, tremblant encore, ne lâchant pas du regard un seul instant ce vieillard fantomatique qui l'invitait à lui tenir la main. Avec répugnance, il prit le bras de Pline Pinine...

Et où m'emmènes-tu, esprit ?

Étrangement, John c'était mis à tutoyer l'esprit des Noëls passés comme si ça avait été des plus naturel. A présent, il n'attendait plus qu'une réponse, tout en se sentant plus effrayé que jamais à l'idée de ce qui allait advenir de lui !
Revenir en haut Aller en bas
Pline Pinine
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 290
Age Roleplay + Sorts : environ 120 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : magie des anciens, prophète.
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 09/08/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Sam 20 Jan - 21:01

Pline ne répondit pas a John, il le laissa l'agripper et sentit le tremblement de sa main, il sourit et son air malicieux apparut sur son visage fantomatique.
Il écarta lentement son col de sa main libre et tira sur une chainette qui pendait a son coup, un retourneur de temps apparut dans sa main.
De ses doigts de vieillard il fit tourner la petite molette.
Le sol sembla bouger sous leur pieds et le temps se mit a reculer.
Pline toujours son sourire aux lèvres murmura au mangemort tétanisé a ses cotés:


Un esprit des noêls passés ne peut t'emmener qu'a des moments précis de noel.

Enfin leurs pieds retombèrent sur du solide, un dallage ancien de plusieurs siècles foulé par des milliers d'étudiants de tous horizons ainsi en ont décidé les créateurs de cette si prestigieuse école.
Poudlard il y a quelques années.

Le viellard s'avança jusqu'a la porte de la grande salle oû les élèves avaient et ont toujours l'habitude de manger mais pas de chamailleries ni de bruits de couverts qui résonnaient ce jour-là, pourtant les décorations qui ornaient la grande salle étaient magnifiques et invitaient a la fête, mais la pièce était quasiment vide. Trois élèves a la table de pouffsoufle mélangés a des griffondors et des serdaigles qui s'étaient regroupés mettant à l'écart l'unique serpentard présent: John a 11 ans et déteste déjà noel.
Tout autour d'eux la salle se transforme, d'autres noêls passent dans cette si vaste salle, et John est toujours plus triste, toujours plus morne, toujours plus seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Dim 21 Jan - 15:04

Ce fut avec un mélange d'envie, de dégoût et d'attrait à moitié dissimulé que John pénétra dans ce lieu de savoir accompagné par l'esprit des Noëls passés. Tous ses sens s'étaient mis en éveil. Il était conscient d'une multitude de choses, de sons, d'odeurs, tous lui rappelant ce qui avait fait son enfance et son adolescence.
Le regard teinté de dépit, il s'observa lui-même à onze an, seul, délaissé de ses camarades dont il ne désirait de toute manière pas la compagnie. Noël était prétexte, chaque année, à une grande solitude. La plupart des élèves rentraient chez eux, mais pas John qui restait toujours au château. Et petit à petit il s'était enfermé dans sa bulle d'indifférence face à l'attitude des autres élèves. Et au fil des années, au fil du temps qui défilait sous ses yeux comme défilent les paysages à travers les vitres teintées d'un train marchant à toute vapeur, John vit cette indifférence se transformer, petit à petit, jusqu'à devenir du mépris et de la haine.
Les Noëls continuèrent ainsi leur course effrénée, jusqu'à ce que l'adolescent devienne un adulte et que l'élève quitte les murs de Poudlard.


Montre m'en davantage esprit. Je veux tout revoir !

C'était étonnant pour John de ressentir une telle nostalgie, une telle envie irrépressible de ne faire plus qu'un avec son passé. Mais c'était ainsi, peut-être s'agissait-il, en vérité, du pouvoir de l'esprit des Noëls passés...
Le fantôme ne répondit pas, mais les Noëls passèrent les un après les autres, doucement ou plus vite selon si John souhaitait s'y attarder....

Enfin, un Noël apparut devant John, un Noël qui avait été différent de tous les autres, bien que pourtant tellement similaires à ceux vécus ensuite. Il ne se trouvait plus dans Poudlard, l'endroit qu'il voyait ne ressemblait en rien à une école pour sorciers. Non, la froideur et les ténèbres régnaient là en maître, aussi puissante et envoûtantes que le propriétaire de ces lieux. John - le John du passé - se tenait là, et la vivacité de son regard, la hauteur de sa stature rappelait qu'il était à présent devenu le lieutenant des Ténèbres. C'était un soir de Noël comme un autre. Il avait du rester tard au repaire pour lire des dossiers, organiser une attaque, préparer une offensive à l'aide des plans de Lord Voldemort lui-même à qui il obéissait au doigt et à l'oeil.

Il n'y avait aucune décoration de Noël au repaire, et l'âme même de cette veillée était entièrement absente de ces lieux. Mais pourtant, les mangemorts faisaient la fête, à leur manière bien sur.
Le John du présent se promena parmi ses alliés, et les contempla l'un après l'autre. Parfois il poussait une exclamation de surprise, de joie ou de dédain selon ce qu'il pensait de la personne en face de lui. Puis il revint vers lui-même. Qu'il était jeune encore !
En face de lui se trouvait une femme...jeune elle aussi, ses longs cheveux roux retombant en boucles sur ses épaules.
Le John du présent sentit le trouble l'envahir. Il tourna la tête vers le fantôme des Noëls passés, mais celui-ci restait toujours muet.
Revenir en haut Aller en bas
Akasha Kementari
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 502
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 27 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 05/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Mer 31 Jan - 13:00

Noël... Une fête comme il y en a tant d'autres, mais synonyme de réjouissances, quel que soit le parti. Le repère des mangemorts se trouvait en ébullition. Tous les statuts se confondaient, du simple espions au seigneur même des ténèbres. Une musique païenne résonnait dans la salle de réunion, réagencée en salle de réception. Vus de l'extérieur, ces mangemorts ne pouvaient qu'avoir l'air épanouis, honnêtes et droits. Pour la première fois depuis des mois, ils dialoguaient sur des sujets pour le moins personnels, légers et initiateurs d'une jovialité peu commune.
Parmi eux, une jeune femme, vêtue de noir de la tête au pieds, mais exhibant une longue chevelure rousse. Riant, jouant, et dansant à tout va, elle n'avait pas semblé se soucier le moins du monde des instances supérieures du repère, et avait savouré une soirée en compagnie de ses collègues de bas niveau hiérarchique. Pourtant, cette soirée sonnait le glas d'un changement irrémédiable dans son existence. La fin d'un attachement, d'une espérance inutile, porteuse d'un dépitement complet. Il était temps... temps de reconsidérer sa vie... repartir de zéro...
Au fil de ses pérégrinations au sein de la salle, la jeune Akasha n'avait eu de cesse de chercher un certain individu. Lieutenant des ténèbres, possesseur d'un pouvoir hors normes, John respirait la jouissance statutaire. Cette jouissance... il ne l'avait acquise qu'au prix de maints efforts. Désormais, les échelons avaient tous été gravis...

*Pouvoir, pouvoir... Tu emplis les esprits, tu kidnappes les personnalités, aux prix même de leurs anciens rêves... Tu m'as enlevé John... mais tu n'auras pas l'essence de ma volonté...*

Enfin, lorsqu'elle avait trouvé le jeune homme, quelques secondes d'hésitation avaient suivi le croisement de leurs regards. Une détermination farouche émanait de ceux d'Akasha, alors qu'un mélange indescriptible de malaise et de sûreté se lisait sur ceux du John du passé. peut être avait il déjà compris... Peut être faudrait il mettre les points sur les i.
Leur dialogue perdurait, cheminant vers l'inéluctable conclusion, quant le John du présent les aperçut, suivi de près par le fantôme des Noëls passés. Dès lors, les deux intrus purent saisir chaque parcelle de leur échange, subissant de plein fouet sa teneur, si tant est qu'ils se sentent concernés...


"Votre esprit s'est troublé. Vous n'êtes plus le jeune fou emplit d'espérance qui m'avait promis un avenir bienheureux, dans la richesse et l'amour mutuel. Le seigneur des ténèbres est devenu votre idole, le régisseur de votre vie... Je ne suis plus qu'une étincelle mourante, à vos yeux, qui ne possède ni le droit ni la possibilité de contester cet état de fait...

Combien de temps cela fait il, maintenant, que vous avez lâché ma main ?"


A ces mots, quelques gouttes avaient perlé le long des joues de la mangemort, contrastant nettement avec l'environnement réjoui qui l'entourait. Seul un deuil profond, tout juste parvenu à sa conscience, était perceptible aux alentours. Le fantôme des Noëls passés pouvait comprendre cette peine, et illuminait de sa lumière le liquide chaud coulant le long du visage de la jeune femme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Mer 31 Jan - 22:22

Le vieux John - du moins le plus vieux des deux qui se trouvaient dans la pièce où se déroulait la fête de Noël des mangemorts - ne put retenir une exclamation de tristesse lorsqu'il comprit quel était le Noël auquel il assistait à présent. Il se tourna un instant vers l'ombre fantômatique l'accompagnant. Le regard du lieutenant des Ténèbres, d'habitude si dur, s'était terni de larmes.

Par pitié esprit, ne pourrait-on pas passer directement à un autre Noël ?

Mais John vit son espoir disparaître quand Pline, l'esprit des Noëls passés, secoua la tête en signe de refus. Ainsi le lieutenant des Ténèbres allait devoir affronter l'une des seules scènes de sa vie qui pouvait briser son coeur et lui arracher quelques pleurs.
Devant lui, le John du passé écoutait les paroles lourdes de reproches que lui adressait cette femme aux cheveux de feu, cette Akasha de malheur. John sursauta en s'entendant lui-même, d'une voix au timbre rajeunit bien entendu, lui répondre avec une voix si mélancolique qu'elle lui ressemblait à peine, malgré l'air méprisant pourtant familier.


Me reprochez-vous ce changement de position ? Je pourrais à présent obtenir tout ce que je désire. Quoique vous en pensiez, cela valait sans doute quelques sacrifices.
Certes notre union est à présent vouée à l'échec, mais tant de choses vont s'ouvrir à nous désormais. Vous pourriez encore m'accompagner... Si même notre Seigneur se permet de posséder une favorite, il n'y a aucune raison pour que je ne puisse en faire autant.
Mais encore faudrait-il que vous acceptiez de vous pliez toute entière à mes volontés.
Le feriez-vous Akasha ? Feriez-vous cela tout en sachant que nous ne serons jamais plus le couple que vous espériez tant ?


Le John des temps présent retint ses larmes derrière ses yeux vitreux. Cela faisait si longtemps qu'il avait oublié être capable de tenir de tels propos, être capable de faire preuve d'un minimum de tendresse... même si celle-ci, en l'occurrence, était malheureusement sur le point de disparaître avec les derniers soubresauts d'affection que lui faisait ressentir Akasha.
Il se souvenait de cette nuit comme si c'était hier... La femme qu'autrefois il avait aimé allait le quitter. Elle n'accepterait pas sa proposition et elle partirait, fermant définitivement le coeur du lieutenant de Voldemort...


Esprit, je n'en peux plus, allons-nous en. Je ne veux pas voir ce qui suivra.

Mais une fois de plus l'esprit ne répondit pas et John se retrouva contraint de continuer à observer.
Revenir en haut Aller en bas
Akasha Kementari
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 502
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 27 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 05/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Lun 12 Fév - 13:03

Des sacrifices. Oh oui, l'accès à un poste d'une telle ampleur méritait bien quelques sacrifices. Mais comment demander à celle à qui vous aviez promis la lune de rester dans l'ombre, d'accepter de ne plus être le centre de vos préoccupations, ou ne serait-ce que du plus infime de vos regards ? Comment, dites moi le ! Cela, le lieutenant des ténèbres ne se trouvait plus dans la capacité de le comprendre. Tout était devenu si simple, pour lui ! Il n'avait qu'à claquer des doigts, et le monde s'offrait à lui. Les challenges n'existaient plus que dans ses songes. Et Akasha, là dedans ? Une ombre venant d'un passé révolu, tout juste digne de devenir un sbire comme un autre, peut être seulement plus ancré dans les souvenirs du lieutenant.

Qui désirerait posséder une telle vie ? Qui serait capable de s'abandonner, pour l'amour de celui qui ne vous regarde plus que lorsqu'il y est contraint ? Nul être doué de raison, en toute logique.
Aussi, une fois que le John du passé eut terminé son discours, emplit d'une hypocrisie sans limites, Akasha esquissa une moue dégoûtée, dépitée, comme si la trahison se trouvait être la pire qui soit. Non, elle ne se transformerait pas en objet, réagissant au moindre désir de son maître. Quitte à le perdre à jamais, elle resterait une femme libre de choix et d'actes. Prenant une forte inspiration, elle reprit la parole, d'un ton sans appel, définitif.


"Je ne serai jamais la favorite de qui que ce soit. Un objet périphérique, qui ne vous permettrait que de jouer plus amplement le rôle de maître de notre caste ? Je suis désolée. L'esclavagisme n'a jamais été de mon fait. Donnez vous tout entier à votre rang, oubliez qui vous étiez, ainsi que les gens qui comptaient pour vous. Enfermez vous dans cette carapace de pouvoir ! Mais ne venez pas me demander de vouer ma vie à celui qui ne m'apportera jamais ce don je rêve !

Sur ce, je vous souhaite une bonne continuation. Soyez un lieutenant émérite, c'est tout ce que j'attendrai de vous, désormais. "


La portée de ces paroles devait longtemps torturer l'esprit d'Akasha. Avait elle fait le bon choix ? Serait elle plus libre de cette manière que d'une autre ? Nul ne le saurait, de toute évidence. Mais la jeune femme restait intimement persuadée que, quel que soit son choix à ce sujet, les répercutions seraient les mêmes. John Mayor lui avait échappé de sa propre volonté. Elle n'avait rien à se reprocher, quoi qu'il arrive.
Après avoir fixé le sol quelques instants, la jeune mangemort esquissa une mince révérence et tourna le dos au John du passé, avant de rejoindre les convives attablés. Rien ne fut fait sans qu'elle ait auparavant essuyé les quelques larmes qui avaient discrètement roulé le long de ses joues empourprées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Mar 13 Fév - 13:24

Et voila, elle l'avait dit, elle l'avait fait. Le John du présent regardait son homologue du passé contempler une dernière fois le visage de celle qu'il avait aimé, et petit à petit, le jeune lieutenant des Ténèbres se renferma sur lui-même, laissant s'échapper les dernières bribes de sentiments qui planaient encore dans son coeur. Son regard devint plus sombre, pus froid, mais aussi plus vide, et de sur son visage disparut à jamais le dernier vrai et heureux sourire qui aurait pu s'y afficher.
Le spectateur du présent laissa s'écouler ses larmes, mué par l'envie de rattraper Akasha, de lui agripper la main, de l'entraîner avec lui pour la ramener auprès du John qu'elle venait de quitter et d'abandonner.
Un instant, il essaya de le faire, de serrer sa main dans la sienne, mes ses doigts ne rencontrèrent que le contact du vide...
Il était incapable d'empêcher les choses de se passer, il ne pouvait qu'observer leur terrible répercutions sur lui-même.
Se tournant vers l'esprit des Noëls passés, John se laissa tomber accroupi et le supplia, les mains tendues vers lui.


Ce supplice ne peut-il pas cesser ? J'en ai assez vu pour toute une vie... Partons, esprit. Je vous en supplie et je vous l'ordonne, emmenez moi aussi loin d'ici que possible !

Il espérait que cette fois cette personne qui lui semblait à la fois jeune et vieille accéderait à sa requête, car plus rien de bon n subsisterait jamais au repaire après le départ d'Akasha...
Sans que John n s'en aperçoive, son coeur commençait petit à petit à s'ouvrir, laissant d'une plaie encore minuscule pour l'instant se déverser un flot de tristesse...
Revenir en haut Aller en bas
Pline Pinine
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 290
Age Roleplay + Sorts : environ 120 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : magie des anciens, prophète.
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 09/08/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Mer 14 Fév - 0:18

Pline a put observer à loisir le mangemort qu'il guide, les souvenirs sont douloureux et pourtant nécessaires, plus cela fait de mal et plus il se rend compte de ce qu'il a fait de sa vie. Lorsque John se laisse tomber et tend les mains en le suppliant, Pline ne prononce tout d'abord aucun mot puis lentement accueille les mains du mangemort dans les siennes, il le relève et enfin secoue la tête, son regard est dur et à la fois réconfortant:

Non je ne vous ramène pas encore car vous avez encore besoin que l'on vous remémore certains souvenirs. Vous en avez besoin même si vous ignorez encore à quel point.

Le vieillard reprend la chainette qui pend à son cou et le sablier se met à nouveau à tourner les emportant encore une fois dans les méandre du temps. Ils se retrouvent à présent devant une petite maison dans une petite ville près de Londres, une lumière à la fenêtre indique qu'il y a quelqu'un à l'intérieur. Pline lache la main de John et s'avance il traverse le mur comme un fantome et avant de disapraitre invite le mangemort à le suivre.
John le rejoint et découvre la scène. Devant lui deux personnes fêtent noêls, l'une des deux, John vient de la quitter dans un autre noêl. Akasha est là et elle sourit, avec elle un jeune homme aux cheveux blancs si particulier. Yorwann lève son verre à noêl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Sam 17 Fév - 22:47

Il allait lever son verre à ce Noël, à cette fête que seul ceux qui sont seuls renient...
A une fête qui n'est qu'un pretexte mais qui donne des milliers de raisons et souvenirs.
A cette soirée qui par sa présence à elle valait bien une vie. N'importe quelle vie.
Les bulles gazeuses de ce liquide profondèment ambré ne cherchaient que leurs libertés et se fesant crépitaient dans les verres que Yorwann avait en main.
Il lui en passa un. A Akasha.
Le métal habituel de ses yeux avait fondu et laissait place à un argenté que peu connaissait. Crystal qu'elle avait trouvé sous le charbon nocif.
Il la prit doucement par la taille, accroché par son magnétisme et, malicieux, c'est à son oreille qu'il murmura:


"A tout ces Noëls désuets qui n'ont pas eu la chance de t'avoir comme ange.
Compatissons."


Yorwann planta un baiser sur ces lèvres séraphiques, les yeux aussi pétillants que les bulles anarchistes.

"A ce Noël tel que s'il y'avait du poison dans ce verre, je mourrais bête et heureux."

L'étrange feulement franchit ses lèvres et alla se lover dans l'âtre d'un feu aux lueurs férocement chatoyantes.
Yorwann prit alors un ton plus grave d'où perçait une ironie espiègle pour ces quelques mots:

"Buvons."
Mais avant de porter le verre à ses lèvres, il s'arrêta, mû par une pensée soudaine et.. oui, impromptue.
C'est d'un ton rêveur qu'il porta ces dires à Akasha:


"J'ai eu des nouvelles d'un de tes vieux amis, Yavi.
Il est étrange qu'elles me viennent en ce moment même.
Mais qu'y puis-je ? La magie de ce jour enneigé ...
Tu ne devineras jamais de qui il s'agit mais je ne vais pas brider ton impatience.
On m'a apporté des nouvelles de John Mayor.. Il est seul, seul avec son ego.
On le dit.. fini."


Les traits de Yorwann se modifièrent pour laisser place à l'éternel provocateur.

"C'est la morale de l'histoire, le pourri rempli de convictions les voit s'effondrer.
Et de ses murailles, il ne reste rien, juste un gout amer dans la bouche.
Il fera bientôt les poubelles marmonnant ses regrets, l'haleine chargée d'alcool.
Que c'est caustique."


Yorwann leva alors son verre:

"A ce Noël qui abrite aussi les marmonneurs du vent."

L'amour, c'est être pétillant de champagne.
Et oublier le mauvais vin d'avant et ne pas penser, légèrement enivré, à l'eau du lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Akasha Kementari
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 502
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 27 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 05/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Dim 18 Fév - 13:38

Les journées passent et se ressemblent, n'est-ce pas ? Voici des années que la jeune Akasha se séparait peu à peu de l'embrigadement, de ce passé si douloureux qu'il lui prenait le coeur de temps à autres. Elle avait été une bête suivante durant trop longtemps, vivant et ressentant chaque instant pour celui qui lui avait tendu la main, pour la première fois. Celui qui après s'être repus de sa présence rassurante, l'avait envoyée valser, lorsque de nouvelles activités s'étaient présentées à lui. Ce genre d'expérience forge l'esprit, à n'en pas douter. Progressivement, les portes du coeur se referment, scellant des sentiments tellement ponctuels et fragiles, qu'il faudrait un ouragan pour les faire émerger de nouveau. John Mayor ne possèderait jamais la clef du cadenas, c'était certain. Cette clef, circulant à l'intérieur de chaque vaisseaux sanguin, entourée de particules vitales, n'avait que peu de chance d'être saisie. Noirceur, profit, ambition... Tant de notions qui paraissaient excessivement lointaine, passées. A leur énonciation, la clef d'Akasha bouchait ses artères, provoquant des malaises peu communs. Seule la désinvolture, le désengagement, et un brin de sentimentalisme forgeaient depuis des années maintenant, le vécu de l'ancienne maîtresse des ténèbres.
Oh oui, la dépression s'était emparée d'elle, sur le coup de la rupture. La sorcière émérite était devenue un simple mollusque, tout juste bon à entretenir les conversations au seing du repère. Elle était devenue ombre de son passé, attendant l'opération chirurgicale qui rendrait la vie à cette clef emprisonnée.

Et, en cette soirée, le chirurgien se trouvait devant elle, figure désormais emblématique, figurant dans ses songes, à chaque instant. La noirceur de John Mayor avait laissé place à la lumière de Yorwann Polynice... antagonisme effarant. A croire qu'il en fallait peu pour chambouler à nouveau le halot de brouillard enchaînant Akasha. Contre lui, elle oubliait tout, s'enivrait de la moindre de ses paroles, vivait chaque instant comme s'il était le dernier. L'éloge aurait pu être perpétuellement nourri.
Mais voici qu'il exhumait des souvenirs trop longtemps enfouis, tout en les dénigrant avec foi. Cette époque était passée, à son profit, et en cette soirée de réjouissances, il était permis de s'en moquer. Nul ne pouvait en douter...


"Alors, rions de sa déchéance, porteuse de notre élévation commune. Même si nous risquons d'autant puer l'alcool que lui ! Triste vérité...

A ce Noël, tel que si je n'avais pas plongé mes ailes dans ton cristal, je serais déchue et damnée."


Il était ce rien qui est tout, et Mayor n'était que ce tout qui n'est rien. Situation paradoxale. Bientôt, ils seraient trois, alors que Mayor perdrait son "ami", sombrant de ce fait dans l'asociabilité la plus complète. Avec assurance, la main d'Akasha saisit celle de Yorwann, qu'elle fit monter jusqu'à son ventre, légèrement rebondit. Les portes s'étaient ouvertes, il était temps pour elles d'engendrer la perpétuité !

{Pourquoi tresser l'antithèse de l'habitée ?
Damned, ses cheveux respirent l'électricité.
Hihi, bienheureux celui qui prédit l'antiquité,
Dans des songes éclairés, sans ambiguïté !}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   Jeu 22 Fév - 10:43

Les temps avaient changé, les lieux également. Le sol que les pieds de John foule lui était inconnu et pendant un instant il se demande ce qu'il fichait dans pareil endroit.
Il avança maladroitement, le coeur saignant encore de sa dernière vision. Mais la plaie n'était pas profonde... pas assez... quelques jours de sommeil et d'oubli lui aurait suffit pour la refermer et pour redevenir l'être froid, grinçant, cassant et quasiment inhumain qu'il utilisait comme façade ! Le fantôme des Noëls passés ne pouvait, semblait-il, pas accepter une si petite bataille et encore une fois il allait mettre au supplice John... Un supplice plus puissant, plus profond encore que les autres.
John, sans vraiment se douter de ce qui l'attendait, pénétra dans la petite maison. Il eut presque l'impression que son coeur avait lâché tant le spectacle auquel il assistait le lui lacérait. Akasha était là... Cette femme qu'il avait tellement aimé, puis de qui il s'était détourné avec toute sa conviction pour devenir le lieutenant des Ténèbres. John remarqua à peine l'autre protagoniste de cette pièce sordide qui se jouait rien que pour lui. C'était un homme au cheveu blond. Plus tard, il ne retiendrait rien de plus en se le remémorant.
Non pas qu'il n'observait pas avec minutie le couple... Mais toute son attention avait été attirée par le ventre arrondi de la femme aux cheveux de feu...
Elle était enceinte ! Et pas de lui, pas de John Mayor.
John déglutit avec difficulté, réalisant que si les circonstances avaient été autres, l'enfant d'Akasha aurait pu être le sien.
La plaie s'agrandit dans son coeur, lui faisant souffrir le martyre.
C'en était trop, c'en était plus qu'il ne pouvait supporter !
Il sentit ses larmes sortirent de ses yeux en entendant la conversation du couple, une conversation qui le concernait et qui le blessait encore plus.
Il n'eut même pas un mot à dire cette fois. Ses yeux se fermèrent de désespoir et de rage. Il ne voulait plus voir, il voulait être aveugle.

Et quand ils se rouvrirent, il était dans sa chambre... assis sur son lit. Il scruta la pénombre de la pièce, mais le fantômes des Noëls passés semblait avoir disparu.
Il se rallongea sur le lit et réfléchit longuement à tout ce qu'il venait de voir et de vivre...
Tout ça n'avait-il été qu'un rêve ? A présent qu'il retrouvait la chaleur de son foyer, les souvenirs de John sur ce qui venait de se passer se faisait plus flou, plus irréels...
Bercé par ses questionnements, il s'endormit plus rapidement qu'un enfant.

Mais si les doutes étaient permis, John ne tarderait pas à comprendre que le rêve n'était autre que la réalité...

Quand les lourdes paupières se séparèrent de nouveau, libérant John de ces images éparpillées dans son esprit, bribes frivoles de souvenirs, la nuit emplissait de nouveau la pièce. L’homme demeura quelques temps étendu sur son lit, là, immobile, le regard fixé au plafond… Machinalement, il tourna la tête vers l’horloge, mais à vrai dire, nul besoin, il se doutait déjà.

00h54

L’heure allait sonner, et son second visiteur allait apparaître, comme cela avait été prédit. Il le savait. Vivement, il se redressa et, marmonnant quelques phrases à voix basse, il ouvrit en grand les rideaux qui entouraient sa modeste couche. Celui-ci ne le surprendrait pas.

01h00

L’attente. John s’était de nouveau étendu sur son lit, les bras étendus de chaque côté de son corps. Il allait arriver. A quoi ressemblerait-il ? Que lui montrerait-il ?

01h05

Toujours rien… Le Lieutenant se redressa et balaya la pièce du regard. Avidement, il scruta, chaque recoin. Il s’était préparé. Apparition fantomatique, morbide, cadavérique… Un visage livide, blême, aux traits agressifs, sereins… Qu’importe ! Il s’attendait à tout.

01h10

Quelle sensation nous traverse lorsque nous attendons une chose avec la plus grande impatience (s’agissait-il là véritablement d’impatience ?) et que celle-ci ne vient pas… Seul le silence, lourd, accablant, régnait dans la pièce. Comme si plus rien au dehors ne semblait exister. Plus rien au dehors, plus rien au-dedans…

01h15

Ne viendrait-il pas ? Si, il viendrait, c’en était certain. Peut-être était-ce une intention de son visiteur… John reprit son inspection minutieuse de sa chambre. C’est alors que son regard localisa quelque chose qui n’avait pas attiré son intention la fois précédente. Une lueur rougeâtre émanait de sous sa porte. Une lumière vive, qui, alors qu’il venait d’en prendre conscience, vint envahir la pièce, teintant les rideaux, les murs, le plafond… Le lieutenant se leva, ses pieds frôlant le sol froid avec une légère appréhension. A pas hésitant, il s’avança vers cette porte et, alors qu’il allait poser sa main sur la poignée, une voix s’éleva de l’autre côté, forte et grasse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: *Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor   

Revenir en haut Aller en bas
 
*Angleterre* Un chant de Noël - Chez John Mayor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chez Madame Guipure, prêt-à-porter.
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Is Starvation Contagious? By John Maxwell
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» visite chez le gynéco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Vaste Monde :: Autres lieux du Royaume-Uni-
Sauter vers: