AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Gabriel d'Arbanville
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 37
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Ambidextre, sortilèges informulés
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 30/07/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
1240/1240  (1240/1240)
Points de mana:
1600/1600  (1600/1600)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Mar 12 Aoû - 21:29

Gabriel jeta un œil à sa montre gousset, il avait un peu d’avance sur l’horaire qu’avait convenu Lenthan. Il avait pensé le trouver à son manoir, c’est pourtant une femme à la mine sévère qui lui avait ouvert, Calandra… l’aînée des filles de son supérieur, au moins l’austérité de celle ci ne l’avait pas désarçonné. Et l’avait laissé attendre dans le salon, il espérait que son directeur ne serait pas long… non qu’il manquait d’aise ici. Et puis il ne pouvait refuser l’invitation de Lenthan… il avait été surpris évidemment, mais ce qui le préoccupait de plus en plus avait un autre nom

Aléatha…

Le plus étrange d’ailleurs, il ne savait pas s’il espérait la voir, ou si sa seule évocation le comblerait d’embarras. Il était venu pour ça quelque part, mais l’admettre… ah si loin de la créature insensible qu’il paraissait être le plus souvent, d’Arbanville n’aimait pas admettre la moindre faiblesse, et il s’en découvrait peut être une… bah il saurait bien mettre de coté cet écart…

Soudain des cris, une dispute, et il ne put empêcher un sourire, bien vite ravalé d’ailleurs, alors qu’il reconnut sa voix, bien avant de la voir encore marquée de terre et de feuillages.

La première fois un dragon rugissait au milieu des feuilles de papier, et cette fois ci il tonne au milieu des rosiers…

Elle ne l’a pas vu, et tandis qu’elle vocifère il la voit trébucher vers lui, lui, qui s’embarrassait de cette rencontre, rougit soudain alors qu’il la sauve de la chute qu’elle lui imputerait sans le moindre doute. Lui retenant le bras, il l’aide à reprendre son équilibre… il contient la gêne que sa mémoire essaie de lui imposer… tiendra t il seulement tout le temps de cette soirée ?

Je vous en prie, il n’était pas dans mes intentions de vous gêner, mademoiselle Quindiniar, votre père m’avait invité, mais je le précède semble t il. Il m’attendait pour dix sept heure…

Son regard se pose sur le bouquet précieux qu’elle tient, sa lèvre se plisse imperceptiblement

Quel homme a pu lui faire un tel présent ? ah, evidemment il y a quelqu’un pour lui offrir ceci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aléatha Quindiniar
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 1526
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 MD2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 07/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Mer 13 Aoû - 9:33

L’esprit de la blondinette était tiraillé de tous côtés, la confusion la plus totale régnait, qui devait bien être palpable ne fût-ce que par son entrée à des lieues de sa grâce habituelle. Un maelstrom de sentiments qui l’entraînait vers le fond et lui faisait totalement perdre pied. En à peine une vingtaine de minute, elle avait vécu le bonheur intense de revoir son ami, la crainte de ce que ses paroles lui avaient laissé croire et son départ brutal. Et, point d’orgue de tout cela, l’intervention sans aucun tact de Calandra qui avait ouvert les vannes de ce que l’humeur chaotique d’Aléatha pouvait créer de pire. Fallait-il en plus que cela continue avec ce d’Arbanville qui n’avait rien de mieux à faire que de se trouver exactement dans ses pattes ? D’ailleurs que faisait-il là ? S’étaient-ils tous ligués pour lui ruiner sa journée ?

Invitation. Mon père. L’invité de Papa est déjà là … Oui, Cal l’avait dit. Pourquoi moi ?

Une grande lassitude l’envahit. Elle qui avait pour seule envie de s’enfermer dans sa chambre, elle allait pouvoir faire bonne figure en attendant que Lenthan arrive. Par l’Ancêtre, pourquoi n’avait-il pas prévenu Gabriel qu’il ne serait finalement pas là avant dix-huit heures ? En plus celui-ci arrivait à l’avance… Elle entendait encore Calandra lui annoncer l’invitation d’un ton presqu’indigné. On n’avait pas idée de juste laisser un billet sur le grand miroir du salon : « Collègue du Ministère vient manger ce soir. Arrivera 17h».


Elle fit un effort sur elle-même. En toute objectivité, il n’y était pour rien. Et sa hargne, c’était sur sa sœur qu’elle était dirigée à la base. Oh, il en ferait plus que probablement les frais aussi, on appellait ça des dommages collatéraux. Et puis s’il n’avait pas été dans son chemin …

L’invité de papa hein ? Ah mais je vois que tu en fais plus grand cas que des miens d’invités, Cal ! Les siens on les reçoit au salon, les miens dehors n’est-ce pas ! Il a plus de prestance sans doute ? Ses manières t’agréent davantage ?

Sa voix avait baissé d’un ton mais elle était encore frémissante de colère. Sans un regard pour sa sœur qui était totalement mortifiée face à un comportement aussi scandaleux, elle allait s’éloigner de Gabriel qui la soutenait toujours lorsqu’une violente douleur à la cheville lui fit pousser un cri et resserrer convulsivement ses doigts dans l’avant bras de l’Auror. Prochaine victime : ce fichu jardinier qui n’avait pas ramassé les rosiers morts. L’un d’entre eux s’était accroché au bas de sa robe et les épines avaient fait leur boulot d’épines : la blesser. Continuant à prendre appui sur Gabriel, elle lui déposa sans ménagement le fameux bouquet dans les bras et entreprit de se débarrasser du rosier mort. Elle suspendit son mouvement pour braquer deux yeux méfiants, presqu'accusateurs, sur ceux de l’homme.

Faites attention, c’est fragile et j’y tiens énormément.

Après un « oh pardon », on aurait pu s’attendre à autre chose que ça. Genre « merci de m’avoir soutenue » ou tout simplement « bonjour ». Non, c’était Aléatha, pas Calandra. Et pour l’instant, elle tâchait de contrôler sa colère et de détacher cette crasse de sa robe. Alors l’étiquette et la bienséance, on en reparlerait après.

(Calandra):
Théa … Monsieur d’Arbanville, je vous prie d’excuser ma sœur, je ne sais vraiment pas …

STOP ! Arrête Cal ! Monsieur d’Arbanville me connaît il me connaît même très bien par un procédé que je n’ai toujours pas avalé d’ailleurs , c'est un grand garçon et il décidera par lui-même comment il veut considérer ma conduite. Ou ma non conduite à en juger par ta tête. Respire !

Enfin libérée de sa torture (tout est relatif), elle tendit la main pour récupérer son dû. Il y eu un bref instant de flottement où son regard laissa percer toute sa détresse. Dans chaque joyau, elle voyait la minutie avec laquelle Gringott avait voulu lui confectionner un présent digne d’elle. Les larmes lui montèrent aux yeux et elle ne put retenir quelques dernières paroles amères.

Et de toute manière, il ne viendra plus ici. Tu ne seras plus jamais amenée à le voir puisque la vision de gens comme lui t’insupporte. Pourtant, tu devrais réaliser un jour tout ce que tu leur dois …

Aucun replis stratégique n’était envisageable dans sa chambre. Le seul endroit où elle pouvait encore imaginer retourner était …

Vous aimez les roses Monsieur d’Arbanville ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5886
Gabriel d'Arbanville
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 37
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Ambidextre, sortilèges informulés
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 30/07/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
1240/1240  (1240/1240)
Points de mana:
1600/1600  (1600/1600)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Mer 13 Aoû - 19:00

Son expression passait d’un vague fond de détresse à l’incompréhension la plus totale, quelque chose lui échappait complètement…

Si vous le souhaitez je peux revenir plus tard je ne voudrais pas que ma présence vous incommode sans raison…

Evidemment ni l’une ni l’autre n’avait porter son attention à ses mots, vaine tentative, était il honnête avec lui-même ? tout de même se trouver là, les bras chargés d’un bouquet dont il jalousait silencieusement l’auteur, elle s’appuyait sur lui sans douceur, et son regard rageur, voilà quel serait au mieux son lot. Il ne put qu’acquiescer lors qu’elle lui intimait de prendre soin des fleurs ouvragées, les doigts de la belle crispés sur le bras du jeune auror, il n’avait pas cillé, à le croire stupéfié,c’était souvent ainsi qu’il dissimulait l’embarras.

Elle y tient à ces fleurs... j'y tiendrais aussi à sa place, quoi de plus normal, quoi de plus étrange… chaque rencontre me frustre davantage que la précédente.

Ses yeux portaient ailleurs que sur la jeune femme, il aurait été inconvenant de laisser son regard glisser sur elle.
Non mais à quoi tu penses ! Elle te hait ! Et tu ne peux pas lui en vouloir…
Il prit conscience de son impolitesse, il n’avait pas prêté d’avantage égard à Calandra alors qu’elle avait montré elle bien plus d’attentions.

Ne vous excusez pas, ni pour vous ni pour elle. C’est moi qui suis en avance, c’est moi qui porte l’inconfort que je vous impose.

Il y avait eu quelque chose dans le regard d’Aléatha quand elle avait repris l’objet précieux, de la douleur ? De la tristesse ? Quoique ce fût Gabriel se sentit soudainement honteux, comme s’il assistait, voyeur, à quelque chose d’excessivement privé, une vie dont il ne pouvait qu’être exclus. Finalement ce rapport qu’il avait demandé peu avant était aussi vide de sens qu’on le pouvait, il n’y avait rien que du vent dans ces quelques traces d’encres… rien qui saurait dire qui était cette personne…
Quelle maladresse, quelle futilité… est ce cela mon travail vraiment ?
Il laissait libre à cours à une empathie qui ne lui ressemblait pas… son visage le trahissait il ? Sans doute mais qui le verrait… pouvait il pour autant le cacher ? il ne le voulait pas vraiment, pour l’instant il était ce Gabriel qu’il taisait depuis des années…

Citation :
Et de toute manière, il ne viendra plus ici. Tu ne seras plus jamais amenée à le voir puisque la vision de gens comme lui t’insupporte. Pourtant, tu devrais réaliser un jour tout ce que tu leur dois …

Un instant de flottement, oui evidemment quelque chose lui échappait ? était ce lui qui serait "personna non grata" ici ? les gens comme lui ? il ne comprenait pas vraiment ? qu’est ce que cela pouvait signifier ? Lenthan avait il prévu de lui donner congé ? était il trop dur avec les employés du bureau des aurors ?... le coup suivant le prit par surprise.

Les roses ? Oui, qui n’aime pas les roses d’ailleurs ? mais je ne connais pas grand-chose à la botanique, je n’ai jamais su qu’apprécier le parfum ou la fleur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aléatha Quindiniar
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 1526
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 MD2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 07/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Mer 13 Aoû - 23:59

Fallait-il donc qu’il s’excuse tout le temps ? Avait-elle trouvé le pendant masculin de la digne Calandra ? Ah c’est certain que ça devait lui plaire, cet étalage de bonnes manières … Elle s’en gargariserait plus que certainement dès qu’elle le pourrait, assénant à sa cadette que face à quelqu’un d’aaaaauuusssi charmant que Monsieur d’Arbanville elle s’était comportée de façon éhontée, le mettant mal à l’aise et dans une position délicate par ses caprices d’écervelée. Qu’en outre, elle était inconséquente, tout de même, avait-elle envisagé que cela pourrait avoir des répercussions ? De quel père Lenthan aurait-il l’air qui n’avait pas appris à sa fille à se tenir correctement en société? Aléatha le devinait déjà son sermon, écrit en lettres étincelantes sur la mine réprobatrice.

D’ailleurs peut-être avait-elle raison. En témoignait le fait que Gabriel évite ostensiblement de la regarder, le visage toujours aussi austère et froid. Finalement, qu’est-ce que Calandra avait besoin qu’elle soit là ? Qu’elle s’en occupe elle-même, elle s’en sortirait mieux seule et n’aurait pas à afficher sa honte. Mais ça, Aléatha était trop fière pour s’y résoudre. Ce n’était pas l’envie de disparaître qui manquait mais elle ne laisserait pas à Calandra le plaisir d’avoir raison quant à sa puérilité. Elle allait même reprendre les choses en mains. Il lui fallait juste quelques instants pour vraiment se ressaisir. Gabriel lui en donnait à présent l’occasion. Incertaine, la voix cristalline reprit.


Vous allez admirer les plus belles qu’il vous ait jamais été donné de voir. Ne bougez pas, j’arrive.

Devant le regard assassin qui lui fût dédié, Calandra n’opposa aucune résistance. Cela aurait totalement manqué de sens de l’à propos que de relancer un débat houleux alors qu’Aléatha semblait réentendre raison. Elle se limita à achever de rentrer dans la pièce et faire disparaître à l’aide de sa baguette les traces de feuilles, de terre et de rosiers morts indignement ramenés sur le tapis persan du salon, tout en s’excusant sur le retard de Lenthan et en servant des banalités d’usage sur la vie au Ministère. Aléatha, quant à elle disparu pour mieux revenir, le bouquet soigneusement disposé dans sa chambre et sa mise réajustée.

D’un signe de la main, elle invita Gabriel à la suivre et reprit, non sans une certaine nostalgie et dans un silence presque religieux, le chemin emprunté plus tôt avec Gringott. La magie avait ceci de merveilleux que, peu importe la saison, les roses étaient toujours au zénith de leur beauté. Noires, parfaites, délicieusement parfumées. A un autre endroit qu’ici, dans un jardin d’hiver, il en poussait de pareilles. Qu’elle ne verrait sans doute jamais et qui accompagnaient à présent un dormeur éternel. Elle fronça les sourcils en réalisant tout à coup à quel point le jardin avait été négligé et décida qu’il était plus que temps d’y remédier. Oubliant totalement pour un temps la présence de l’Auror, elle entreprit de faire disparaître ce qui entachait la magnificence de l’endroit. Combien de temps dura cet égarement, elle n’aurait pu le dire. Il avait fait long feu son soucis de paraître plus polie … Se mordillant la lèvre elle reporta enfin son attention sur Gabriel, incertaine.


Je m’emporte. Mais vous savez le personnel de nos jours … Je me demande à quoi sert ce jardinier que Calandra paye une fortune et qui est juste bon à arracher les mauvaises herbes. Lorsque ma mère était encore là, c’est elle qui s’occupait du jardin. Elle en a dessiné tous les plans et c’est elle qui a tenu à ce que la roseraie soit ici, choisissant cette variété particulière de roses. Tenez …

Délicatement, elle en cueilli un bouton qu’elle tendit à Gabriel, le tenant comme s’il s’était agi de la plus fragile des créations.

Même vous qui n’y connaissez rien en botanique, vous devez admettre qu’elles sont sublimes, non ? Lorsque je suis ici, ma chambre donne sur ce côté du jardin. Je les sens et je les vois dès mon réveil. Probablement l’une des seules choses que je regretterai quand je serai partie.

Elle leur accordait à nouveau tout son intérêt, les caressant rêveusement du bout des doigts, se penchant sur l’une ou l’autre pour humer leur exquise senteur.

Oh bien entendu vous ne pouvez pas savoir où je pars … Vous vous souvenez de mon amie Cerise ? Que vous avez rencontrée dans mon bureau ? Nous avons décidé d’habiter ensemble, à Londres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5886
Gabriel d'Arbanville
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 37
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Ambidextre, sortilèges informulés
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 30/07/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
1240/1240  (1240/1240)
Points de mana:
1600/1600  (1600/1600)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Ven 15 Aoû - 14:50

Il était resté sur les talons de la jeune femme qui le conduisait vers la roseraie, il y avait quelque chose de solennel ici qu’il ne comprenait pas vraiment, mais quelque peu intimidé il s’efforçait de taire le claquement sourd de ses pas. Tout en ce manoir parlait d’une gloire ancienne, mais, et Gabriel s’en voulut de penser cela, l’endroit semblait presque mort, comme un tombeau royal… Calandra elle, ne déparait guère de l’ensemble, bien que l’aînée de la demeure et maîtresse de maison elle semblait en être la servante, s’attachant à ce que rien ne vienne troubler ce linceul. Il aurait presque douté que quiconque puisse y vivre réellement. Aléatha jurait avec le reste, bien trop lumineuse, et bien trop spontanée… la meilleure façon de la décrire ici aurait de la dire vivante simplement, merveilleusement vivante. Toute cette ambiance le rendait nerveux, cette austérité pesante, presque palpable avait inconsciemment mis Gabriel sur la défensive, le dos raide et l’œil aux aguets, il suivait Aléatha, comme un oiseau de proie, des réflexes rien de plus enregistrant les détails comme sur un champ de bataille, mais rien n’aurait pu vraiment le préparer ici…

Et pourtant il savait qu’il se rendait à la roseraie mais il ne s’attendait pas à cela… la propreté chirurgicale de la demeure, et ce jardin magnifique et pourtant à demi abandonné, la magie bien sûr, il ne pouvait même concevoir que ces fleurs noires avaient leur pareils, chacune, parfaite, recélait la définition même de la rose, mais il gisait ici et là quelques feuilles mortes, fleurs années et les outils abandonnés d’un jardinier qu’Aléatha ne manquait pas de maudire.

Il resta là à l’entrée, émut de ce spectacle, et alors que ses yeux béaient et qu’il s’abreuvait du parfum suave des roses noires, il abandonna son farouche contrôle de lui même, les épaules et le dos trahirent qu’il n’était pas ce rocher glacé sur lequel se brisait d’ordinaires les états d’âme de ses pairs, et alors que la jeune femme faisait disparaître les maladresses de ce jardin extraordinaire il se perdit totalement, un instant suspendu d’une tristesse presque éblouissante…

C’est elle qui le ramène soudain à l’instant, lui tendant un bouton parfait, qu’il se désole de voir séparé de sa tige nourricière. Il le saisit doucement au creux de sa main, et sa maladresse révèle comme il craint de l’écraser. La fleur l’enivre tandis que les yeux clos il la porte à son visage.


Votre mère aimait ce jardin et elle a fait une merveille, pour votre jardinier ce n’est rien de plus qu’une corvée… on ne devrait jamais laisser un autre soigner ce qui nous parait important… Vous avez raison, je n’ai jamais vu de roses qu’on pourrait comparer aux vôtres… Et les roses noires ne sont pas celle que j’affectionne le plus pourtant

Ainsi voilà ce que vous voyez chaque matin ? et sur cette triste demeure… je ne peux pas vous blâmer de rejoindre Londres.

Oui bien entendu je me souviens de votre amie Cerise, de très bonne compagnie… Vous avez raison de rejoindre Londres, c’est une cité vivante, et, il a un rire étouffé, vous serez mieux avec votre amie qu’avec la… régente de la maison. J’ai investi la capitale aussi il y a quelques temps, enfin un peu après que votre père ne m’ait pris à son service… une petite maison sur Baker Street, dans le centre ville moldu… J’ai toujours mieux aimé ce coté de la ville de toute façon, même s’ils sont toujours à se croire dans une foumilière, les gens y sont plus simples et moi souvent plus anonymes… et les soirées y sont tellement plus agréables…

Si cela vous plait, je pourrait vous montrer quelques uns des plus beaux coins de Londres, et le meilleur des restaurants…
Instant de flottement…
Qu’est ce que j’ai dit là… erm… à vous et votre amie bien entendu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aléatha Quindiniar
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 1526
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 MD2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 07/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Ven 15 Aoû - 20:23

Elle laissa échapper un léger rire en voyant avec quelle douceur il s'emparait de la fleur, avec quelle délectation il en humait la fragrance. Ainsi il était capable de délicatesse et pouvait se laisser aller à profiter d'un instant présent, d'un instant volé. En témoignait son visage d'ordinaire si fermé et sur lequel, fait impensable quelques minutes plus tôt, de réelles émotions tourbillonnaient… Il abordait même des propos fort éloignés de ce qu'il lui avait laissé entendre jusque là. Des propos où transparaissaient autre chose que le formalisme lié à une éducation sans faille ni compromis. Il lui fallait l'admettre, c'était beaucoup plus plaisant.

Je me demande ce que Cal penserait de ce changement radical de température. La connaissant, elle serait encore capable d'estimer que c'est de ma faute si d'Arbanville met ses bonnes manières dans sa poche. Enfin, avec un type comme ça, elles ne sont jamais bien loin les bonnes manières, n'exagérons rien !


Vous n'avez pas tort, on n'est jamais mieux servi que par soi-même … Mais enfin, tout de même … Je n'ai pas l'âme à passer ma vie dans la terre et les épines, chacun sa spécialité ! Vous m’imaginez réellement boueuse et hirsute à tout va ?

Le naturel ne revenait-il pas toujours au galop, peu importe les circonstances ?

Je crois … Je crois que j'avais juste besoin de me défouler un peu et redonner la figure qu'elle méritait à la roseraie. Parce qu’effectivement ma mère l’affectionnait tout particulièrement et c’est un peu de son âme qu’il subsiste ici : Calandra devrait y prendre beaucoup plus garde. D’ailleurs je lui dirai de renvoyer ce jardinier : s’il n’est pas passionné par son métier, qu’il en change ou qu’il trouve d’autres employeurs.

Le verdict était impitoyable. Mais l’enjeu était de taille … Ce n’était pas totalement par hasard si Gringott s’était tellement laissé aller à ses effusions de tendresse. Elles n’étaient certainement pas feintes mais la petite créature devait, tout comme Aléatha, retrouver en ces lieux la trace indélébile de celle qu’il avait tant aimée autrefois, cela ne pouvait qu’accentuer sa mélancolie et l’horrible sensation de perte qu’ils avaient subie tous les deux autrefois.

La normalité reprenait ses droits et Miss Quindiniar renaissait de ses cendres. Elle prenait à nouveau conscience des paroles qui étaient prononcées et n’en perdait plus une. Le rire étouffé de Gabriel lorsqu’il gratifia Calandra de régente des lieux ne lui échappa d’ailleurs pas et fut accueilli par un froncement de sourcil. Ne s’autorisait-il pas le droit de juger l’aînée de la fratrie, celle par qui le Manoir tenait finalement toujours debout ? Il ne dû son salut qu’à la fraîcheur de l’altercation entre les deux sœurs. Parce qu’on ne se permettait pas de juger le moindre membre du clan Quindiniar !

Ne la jugez pas trop vite. Calandra est bien plus qu’il n’y parait. Et, quoi que vous ayez pu croire, mon affection lui est acquise sans condition aucune.

Elle n’épilogua pas, enveloppant sa pudeur par rapport à cet aspect très intime de sa vie dans un sourire forcé. Quelque part, Aléatha ne voulait pas non plus briser la magie du moment et du lieu par une nouvelle discorde qui les ramènerait au point de départ de tout ceci. Surtout qu’il avait déjà abandonné le sujet Calandra pour celui de Londres.

J’aime aussi les quartiers moldus de Londres. Notez qu’ils ne sont pas toujours extrêmement bien famés, je l’ai appris à mes dépends l’année passée. Mais moi aussi j’aime y perdre mon identité et ne pas avoir constamment les regards braqués sur moi comme sur la fille du grand Lenthan. Anonyme moi aussi. Je peux y goûter la saveur de la liberté …

Et il la surprit. Ainsi, pour une fois, ce n’était pas elle la cible de peu discrètes attentions. Son sourire s’épanouit.

Oh ! Vous l’avez dit ! Alors tout cela … C’était dans le but d’approcher Cerise ?

Il n'y avait plus qu'une immense complicité dans son regard braqué sur les yeux gris bleus de l'Auror ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5886
Gabriel d'Arbanville
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 37
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Ambidextre, sortilèges informulés
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 30/07/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
1240/1240  (1240/1240)
Points de mana:
1600/1600  (1600/1600)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Dim 17 Aoû - 21:25

Rien n’aurait pu le désarçonner plus que les derniers mots d’Aléatha, et c’est un hoquet de surprise qui lui fit perdre son souffle. C’est toussant comme feulant qu’il lui répondit

Excusez moi, vous m’avez surpris… peinant un peu à reprendre sa respiration convenablement, les mots s’arrachaient à demi de sa gorge, les yeux qu’il posa sur Aléatha dissimulaient mal un trop plein d’émotions refoulées…
Je… non je proposais de vous montrer Londres… en toute amitié. Même si votre amie a un charme que je ne peux nier… j’ai appris depuis longtemps que les élans de mon cœur pouvaient me faire trop de mal.
Il ne pouvait pas la regarder en face tandis qu’il épanchait son âme en toute frustration.
Que ce soit mon frère en premier… ou vo… ou une femme, je crois m’être toujours fourvoyé…
Tout venait de là chez Gabriel après tout, et même si son aveu en révélait trop, le coup porté l’avait sonné plus qu’aucun des deux ne pouvait l’imaginer, il ne pouvait pas dissimuler la tristesse qui gardait au fond de lui, son regard gris bleu s’ouvrait sur une solitude abyssale…

Bah je ne suis pas doué pour les rapports humains, comme vous l’avez remarqué. je vous envie un peu j’imagine, tant de gens vous estiment. Je n’ai pas appris à faire confiance, par crainte d’être manipulé, utilisé… puis abandonné hors d’usage.

Les mains fourrées dans ses poches, il avait perdu de la noblesse de sa posture, pour celle presque boudeuse d’un poète en plein spleen. Et pas un instant il ne se tourna vers elle, comme si en ne la dévisageant point il niait son témoignage.
Le plus pénible dans tout ça ce sont les gens que je croise et qui ne comprennent pas, je peine tellement à me dévoiler que je doit être par trop énigmatique…
Les mots résonnèrent, puis ils ne résonnèrent plus, tandis que Gabriel demeurait pensif. Son regard si profond revient sur son interlocutrice, et une moue pincée.

Je vous importune avec mes états d’âmes ne faites pas attention, quoique ces mots puissent signifier le visage le démentait.

Tu ne me verras jamais n’est ce pas ? Est il si étrange que sombre comme je suis, je m’égare à ta lumière ? Tant pis…
De toute façon il serait cruel de ma part d’inviter une femme dans ma vie, il me déplairait qu’on s’en prenne à t… à elle pour m’atteindre moi…

Pardon, parlons d’autre chose voulez vous ? Parlez moi un peu de vous, finalement je ne sais pas grand-chose de ce que vous faites.
Il a un rire mi figue mi raisin… enfin je n’ai pas le droit de vous demander ça, j’ai déjà été indélicat avec vous une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aléatha Quindiniar
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 1526
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 MD2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 07/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Mar 19 Aoû - 1:40

Le sourire parfaitement sincère qu’elle lui avait offert se figea devant le flot de sentiments qui voila la surface d’ordinaire si lisse du visage de Gabriel. Elle l’aurait giflé qu’elle aurait probablement eu un résultat identique. Pourtant, à aucun moment cette fois elle n’avait voulu le blesser … Au contraire, elle le retrouvait comme il s’était montré à Cerise et elle, se réfugiant des assiduités chocolatières de Flore au Ministère … Elle en était venue à l’apprécier ce Gabriel là, même si elle estimait qu’il lui avait totalement manqué de respect par la suite (à raison, il fallait bien l’avouer, même une non peste aurait considéré l’outrage comme manifeste).

Et là … Elle se retrouvait pétrifiée, incapable de prononcer une parole pour le faire cesser de parler. Réalisait-il seulement l’embarras dans laquelle il la mettait à se dévoiler de la sorte, à elle qui était encore une presqu’inconnue pour lui et qui n’avait jamais eu l’oreille compatissante ni la réputation de l’avoir. Il était sur sa lancée et les mots s’égrenaient, vifs et coupants, autant de secrets qui ne la regardaient pas et qu’il lui jetait en pâture.
Au moins à un moment revint-il sur une surface stable où elle trouvait à redire. Parce qu’elle ne voulait clairement pas parler des relations fraternelles ou amoureuses de Gabriel ! Maintenant qu’elle commençait à douter de ce qu’elle avait compris et qui lui avait trompeusement indiqué le nom de Cerise en lettres éclatantes, le cheminement se poursuivait et elle n’était pas certaine de ce qu’elle souhaitait percevoir … Ca non, elle n’était pas prête.


Votre vision n’est pas correcte. Non, pas correcte du tout. Je n’ai pas plus de don pour les rapports humains et peu de gens m’estiment. A la différence, je m’en moque par contre. Mais je vous rejoins quant au fait que trop souvent la confiance que l’on a accordée se retourne contre nous. Je ne veux pas qu’on m’utilise pour mon nom. A cela je préfère encore rester seule.

Et il revenait sur un terrain où elle ne voulait à nouveau pas s’engager. Qu’aurait-elle pu dire ? Elle ne put toutefois pas s’empêcher de murmurer quelques mots.

Je ne sais pas si je fais partie de ces gens que vous … croisez … Mais pour moi, oui, vous êtes énigmatique.

L’avait-il entendue ? Au moins maintenant la regardait-il à nouveau. Était-ce moins gênant que lorsqu’il l’évitait à tous prix ?

Ne vous excusez pas. Ce doit être lié à cet endroit. Il doit subsister une trace d’Elle. Elle était douce et aimante. Beaucoup s’épanchaient. Je n’aurais peut être pas du vous amener ici, la mélancolie est parfois plus puissante que la beauté…

Elle amorçait quelques pas en direction de l’ouverture dans les feuillages. Mais s’il ne bougeait pas, elle ne pourrait passer sans le frôler. Aussi s’arrêta-t’elle, indécise. Surtout qu’au même moment, il eut des paroles qui accentuèrent la difficulté de la situation. Elle n’avait vécu que de trop près ce qu’il décrivait.

Qui que ce soit à qui vous tenez est une arme contre vous Monsieur d’Arbanville…

Expliquez ce que vous venez de dire à mon père. Il pourrait vous en compter sur la question.

Parler … de … Oh … M’asséner ce sujet ne manque-t’il pas singulièrement de délicatesse ? A moins que vous n’ayez envie de l’aborder à nouveau afin de m’apporter d’autres lumières, je crois préférable de l’enterrer une bonne fois pour toute sur votre promesse que plus jamais vous ne me ferez subir une telle humiliation. Même si je ne comprends pas ce qui peut vous intéresser, j’admets que je préfère de loin votre démarche et vos questions à ce procédé de butor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5886
Gabriel d'Arbanville
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 37
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Ambidextre, sortilèges informulés
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 30/07/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
1240/1240  (1240/1240)
Points de mana:
1600/1600  (1600/1600)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Mar 19 Aoû - 21:25

Quel piètre auror je fais… Vous m’aviez dit que je n’avais pas besoin d’être tel que je suis, sur l’exemple de votre père. Finalement je me découvre beaucoup de faiblesses depuis que je stationne à Londres. J’étais attaché diplomatique auparavant, la chance de connaître des visages dans tous les pays… et la chance de n’en connaître aucun. Ici c’est différent… Les visages ne changent pas. D’un coté je regrette cette vie de voyages mais en même temps, je suis bien plus utile en demeurant à Londres… Et que j’aime cette ville !


Vous avez tort vous savez… Il y en a qui vous estiment énormément, votre amie par exemple, ou cet autre qui vous a offert ce magnifique bouquet… je n’avais jamais rien vu de si magnifiquement ouvragé d’ailleurs.
Son ton glissait vers celui de l’ironie, Et il y a bien sûr la horde des envieux, mais si on devait les compter vous auriez un suprême avantage sur moi… Moi mauvais joueur ? Je peux compter les moldus ?

Il l’avait entendu évidemment, regarder ailleurs ne l’avait pas empêché de rester terriblement conscient de sa proximité, Pas exactement, il y a des centaines de visage chaque jour au ministère, des ombres de vie frôlées et pour qui je joues un rôle… et d’un autre coté il y en a avec qui j’essaie de me passer du masque, il roule comiquement des yeux pour accuser cette difficulté quasi insurmontable, avec la déconcertante facilité que vous connaissez, vous faites partie de ceux là…

Il tentait de dissiper le malaise qu’il avait invoqué sans s’en rendre compte, ma la mélancolie de la roseraie était tenace. Les roses sont noires, magnifiques certes mais vous avez raison elles assombrissent mon humeur… Il lui laisse enfin la place de passer, une vague d’excuse dans le regard… j’aime mieux les blanches vous savez, et quelques rares bleues, les moldus les colorent mais elles ne poussent pas bleues… pourtant dans un jardin ce serait un peu de ciel à portée de doigt….

Comme il se sentait maladroit, même ses tentatives pour reprendre pied manquaient de naturel, mais avec un peu de chance elle ferait mine de rien. Elle ne pouvait être dupe, il n'en avait pas le moindre doute, mais elle avait l'air de ne pas vouloir jouer de sa faiblesse...
La vraie question que je me pose cette fois est de savoir qui vous êtes, pas d'enquête rien de tel...juste vous connaître et ne pas faire que vous croiser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aléatha Quindiniar
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 1526
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 MD2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 07/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Sam 23 Aoû - 23:15

Attaché diplomatique ? Comme William alors ? Peut-être l’avez-vous déjà croisé auparavant dans votre carrière ? De ce que j’en connais, ce monde n’est pas très vaste : beaucoup d’appelés, peu d’élus … Quand la bienséance et les belles paroles préservent les plus importants accords politiques … Finalement, ce n’est pas très différent du monde du commerce … Je comprends mieux votre aisance à porter un masque maintenant.

La curiosité déliait à nouveau sa langue et son tact légendaire. Question bienséance, on repasserait sur sa dernière remarque qui n’avait absolument plus rien de mesuré question amabilité. Ce qui était plus étonnant, par contre, c’était cette curiosité toute neuve qu’elle affichait à l’encontre de Gabriel. Était-il en train de l’amadouer par ses manières un peu maladroites ? Des compliments discrets, des pas en avant suivis de bonds en arrière, le tout englobé dans des questions qui n’avaient pas toujours l’air d’en être...

Mais là vous prenez des exemples évidents ! Cerise est mon amie et a appris à m’accepter avec tous mes défauts. Quant à … l’auteur de ce bouquet … Il me connaît depuis que je suis née et n’est plus du tout objectif à mon égard.

Elle avait à peine hésité. Mais hésité tout de même. Du tout qu’elle avait honte de l’identité de Gringott. Mais si elle connaissait la haine viscérale que Calandra lui vouait, elle devinait l’antipathie que Lenthan lui réservait. Et si elle se trompait du tout au tout sur ce qu’elle commençait à croire de Gabriel et qu’il jugeait de bon ton de relater leur conversation à son père, il était inutile que le nom du Gobelin soit mentionné. Elle était loin d’en être convaincue, mais savait-on jamais ? Par contre, la mention du bouquet lui fit monter un nouveau sourire aux lèvres.

Oh, ainsi vous avez remarqué quelle merveille je tenais dans les mains ? Ce ne sont certes pas des moldus qui ont pu créer un tel chef d’œuvre. Et extrêmement rares sont les sorciers qui pourraient prétendre en approcher la perfection. D’ailleurs, Monsieur le mauvais joueur, puisqu’ainsi vous vous êtes défini, pourquoi en ajoutant les moldus pourriez-vous prétendre défier le degré de jalousie que je provoque ?

Elle avançait déjà vers la trouée dans le mur de roses en lui jetant un regard moqueur par-dessous ses cils. Mais, s’avisant du bouton qu’il tenait toujours délicatement dans le creux de sa main, elle s’arrêta et lui montra d’un geste la tige qui lui avait offert la fleur. Une nouvelle rose, intacte, tout aussi sublime, offrait ses pétales au soleil d’hiver qui parvenait jusqu’à eux.

Que vous ne regrettiez pas … Elles ont ceci de particulier qu’à peine cueillies, elles éclosent à nouveau. Cycle de vie, cycle d’humeurs … Aussi … Souriez maintenant, je vous l'ordonne et j'aime qu'on m'obéisse ! En échange de quoi … Oui, je peux envisager de vous en dire plus sur moi. Puisque vous avez l’air de ne pas vouloir lâcher prise. Tout d’abord, si elles existaient, les plus belles seraient violettes. Pas noires, ni blanches, ni même bleues. Aussi célestes que puissent être les émotions que les roses bleues d’un jardin évoqueraient pour vous.

Un défi ? C’était probable.

Ensuite … Je vais tenter de vous apprendre des choses que votre ami Boot n’est parvenu ni à ramener ni à trafiquer. Saviez-vous par exemple que je suis passionnée par tout ce qui se rapporte aux pierres précieuses ? Bien entendu, le fait que ma famille soit dans leur négoce a grandement participé à l’éveil de cet amour. Le bouquet que vous avez vu tout à l’heure ne m’a pas été offert par hasard. Non, il a été confectionné pour moi par des mains expertes.

Deux petits yeux plissés luisaient de fierté dans les feuillages. Il avait mis à l'abri des remarques acerbes d'une soeur sa Princesse mais n'était pas encore disposé à la soustraire de son regard. Le bouquet? Non, certainement pas par hasard. Cet humain qui faisait maladroitement mine de pudeur et voulait en savoir trop sur elle ? Il faudrait peut-être songer à l'en libérer ... La fierté devenait sauvagerie et malice ...

Lorsque je ne m’abîme pas dans la contemplation de mes pierres ou dans la lecture de grimoires, il me plaît à me perdre dans l’une ou l’autre petite église pour y écouter des chœurs. C’est en général là que les sons paraissent les plus purs. Et l’œil en ressort ravi lorsque l’architecture a été pensée par un maître. D’ailleurs … Je peux passer des heures à flâner dans de vieux villages, des cités oubliées, à l’écoute de ce que les pierres ont à me raconter sur les fastes d’antan. Par contre, je me passe très bien de ceux qui ne laisseront jamais leur trace. Par médiocrité, ou manque évident de goût.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5886
Gabriel d'Arbanville
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 37
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Ambidextre, sortilèges informulés
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 30/07/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
1240/1240  (1240/1240)
Points de mana:
1600/1600  (1600/1600)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Mer 27 Aoû - 21:38

Vous savez pourquoi les gens vous envient ? D’une façon ou d’une autre ceux là vous admirent, d’une certaine façon ils vous trouvent brillante, ils aiment votre lumière, mais contrairement à ceux qui vous portent de l’affection il n’aiment pas que cette lumière soit votre.
Là où nous aimons cette lumière parce qu’elle émane de toi…

Les rares qui ont un peu d’estime pour moi comptent essentiellement des moldus dans leur rang, Des hommes de lois comme moi. J’interviens comme consultant auprès d’eux régulièrement, ça me permet de garder un œil sur ce que les moldus pourraient soupçonner de notre monde. Mon esprit de déduction les surprends, mais ils se sous estiment je pense, cependant ce sont les seuls… admirateurs ? Que je puisse opposer à votre armée …

Et d’ailleurs même si mes exemples vous semblent évident, ils sont pourtant éloquents… Cerise a appris à vous accepter avec vos défauts, l’autre vous connaît depuis toujours…

Il relève la main devant le visage d’Aléatha, le bouton reposant au creux de sa paume.

Vous m’avez dit vos fleurs parfaites, mais vous avez remarqué que j’ai annoncé préférer une autre couleur, et puis c’est une fleur coupée, il en manque la tige, la vie n’y est plus si naturelle… bref ce sont quelques défauts…

L'ombre d'une réflexion passe sur son visage, il cherche ses mots

vous allez comprendre…
Il respire le parfum capiteux qui s’en dégage avec délectation…
Cette fleur est merveilleuse, et personne ne pourrait y résister s’il a seulement un cœur qui bat, et bien qu’elle ait des « défauts », est aussi parfaite qu’on pouvait la rêver. Je ne sais presque rien de cette fleur, est ce que cela m’empêche de l’apprécier autant que vous qui avez toujours connu cette roseraie ?
Mes exemples étaient parmi les meilleurs Aléatha, il y en a qui vous aiment, au-delà de ceux qui vous jalousent.


Il a un franc éclat de rire alors qu’elle lui ordonne un sourire, il s’était détendu à parler par images, tout était toujours plus simple à énoncer ainsi, même s’il y perdait de son coté méthodique au mois ses idées restaient à sa main, et il pouvait avouer entre les lignes milles secrets auquel personne n’aurait prêté garde… des images, mais pour quelqu’un comme Gabriel tous les mots comptent. Toujours est il que sa métaphore lui avait redonné un peu d’humanité et de calme.

Existent-elles vos roses violettes ? J’ai du mal à imaginer le jardin je l’avoue, mais quoi qu’il en soit je ne les trouverais sans doute pas la perfection que vous y voyez, plutôt je ne m’attends pas à ce qu’un autre violet soit si délicat, je ne voudrais pas les comparer… Je n’ai pas la main verte de toute façon, il y a peu de chances pour que j'ai l'occasion de voir ça

Des roses violettes seraient jalouses non ? ses yeux semblent posés sur le bouton qu'il tend toujours vers elle, mais son regard gris bleu ne baisse pas avec sa main finalement, il contemple timidement le seul éclat violet qui flotte ici...

Evidemment Gabriel n’avait pas pris conscience du témoin indiscret qui épiait la conversation, il n’aurait peut être pas parlé si librement, mais il n’était pas sur ses gardes ici, il n’y avait nul ennemi ici, aucun « monstre dissimulé sous le lit » dont il se méfiait presque en permanence… était ce là la véritable magie qu’exerçait théa sur le jeune Auror, elle le lavait de ses inquiétudes, même s’il ne pouvait s’en rendre compte.

Vous êtes une érudite finalement, d’écrits et d’arts, et de contemplation… ce sont des choses qui nous échappent le plus souvent et maintenant encore plus, comme si tout émerveillement quittait ce monde, à croire que plus personne ne veut y passer du temps… ou comprendre. Mais je vous rejoins sur les livres, ils dévorent ma vie plus souvent qu’à leur tour, la où je manque de connaissance en matière de pierre précieuse… je peinerais à les nommer pour la plupart, alors pour ce qui va au-delà de l’œil profane…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aléatha Quindiniar
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 1526
Age Roleplay + Sorts : 20 ans sorts 1 2 3 MD2
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 07/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Ven 29 Aoû - 23:32

Ainsi c’est lumineuse qu’il me voit ?

Elle pouvait essayer tant qu’elle le voulait de fermer son esprit à ce qu’il tentait de lui dire tout en le camouflant, cela devenait de plus en plus difficile de faire abstraction des paroles de miel qu’il laissait couler de ses lèvres. Il lui fallait l’admettre … C’était même plaisant… Mais pour combien de temps ? Aussi longtemps qu’ils étaient à l’abri dans la roseraie et qu’ils ne devaient faire face ni l’un ni l’autre à leur petite vie de tous les jours. Où il était hors de question que le très distingué Gabriel d’Arbanville s’extasie sur de vulgaires pétales de roses et la pestement parfaite - parfaitement peste Aléatha Quindiniar dévoile des pans de son humanité pourtant bien présente. Une fois que les parfums auraient cessé de caresser leurs narines, la normalité reprendrait ses droits et tout serait oublié. La coutumière capricieuse était bien incapable de dire si c’était ce qu’elle souhaitait réellement.

La visite de Gringott m’a par trop chamboulée. Voilà que je vois des mots doux là où il n’y a que polie conversation d’un homme trop courtois pour aimablement prendre congé.

Et pourtant de nouvelles paroles venaient balayer ce simulacre de certitude. Il avait l’air tellement … sincère… Et il aurait pu tellement facilement s’engouffrer dans ces conversations de salon que Calandra aurait accueillies avec son habituel flegme de femme du monde. Non, il s’émerveillait avec elle, on pouvait même imaginer qu’il s’émerveillait d’être là, avec elle, tout simplement. Et, aussi déroutant que cela lui semblait, elle aimait cette sensation. In extremis, elle retint son index de venir effleurer sa bouche pour le faire taire. Un tel contact physique aurait été fondamentalement déplacé. Et elle voulait encore l’entendre. Quitte à utiliser les armes typiquement féminines qui se jouaient de l’ego sommeillant en tout homme.


Alors je vous mets au défi de m’en offrir. Même une seule … Trouvez-la, ramenez-la moi.

Le léger bruissement dans les feuillages ne lui fait pas relever le nez. L’ami indiscret qui n’avait aucune raison de se trouver là avait déjà perçu ce que les deux jeunes gens n’avaient pas encore remarqué. L’arrivée d’un père que les dernières paroles de son subalterne avait quelque peu désarçonné. Tâchant de graver dans sa mémoire les traits du visage de Gabriel pour le jour où il pourrait lui faire ravaler ses mensonges, il disparut pour de bon, regagnant Londres empli de ses mauvaises pensées.

Je vous en crois capable … Vu l’estime que vous porte mon père … Et oui, il n’y a pas que les Moldus Monsieur d’Arbanville ! D’ailleurs vous ne seriez pas là aujourd’hui si vous n’étiez pas parvenu à le séduire par ce fameux esprit de déduction qui plait apparemment tant à ces autres hommes de lois que vous aidez. Est-ce en lisant que vous avez développé ce don ? Je crois que nous avons beaucoup à apprendre en prenant juste le temps de tourner quelques pages … J’ai obtenu de Calandra de pouvoir emmener avec moi les livres de ma mère. Elle avait une bibliothèque phénoménale : quand je serai à Londres, si vous le voulez, je vous en ferai découvrir certains volumes ? Beaucoup traitent de magie, bien entendu. Mais d’autres encore sont des invitations aux voyages immobiles. Des reproductions des plus magnifiques peintures, des recueils de littérature enchanteresse ou encore des traités d’architecture romane, ma préférée … Et si d’aventure les pier …

Elle avait repris le chemin vers la maison tout en parlant et enfin elle le voyait. Un début de tempête couvait dans ses yeux, qu’il tentait temporairement de contenir. Mais ça, seule sa fille était capable de le déceler. Et d’en deviner la raison. Ce qui eu pour effet immédiat de réveiller la colère que l’intermède de la roseraie était parvenu à étouffer. Loin de la chaleur avec laquelle elle accueillait d’ordinaire Lenthan, elle se fit instantanément distante.

Ah, Papa, te voilà … Calandra a dû notamment te dire où nous étions. Je te laisse Monsieur d’Arbanville, j’espère qu’il n’a pas passé un moment trop désagréable en ma compagnie.

Sur le point de regagner le perron, elle se retourna une dernière fois vers Gabriel. Désolée elle l’était, sincèrement. Seul son regard en témoignait, aucun mot pour apaiser ce sentiment de fin brutale de ... « quelque chose ». Un intermède, rien de plus.

Nous nous reverrons probablement ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5886
Lenthan Quindiniar
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 489
Age Roleplay + Sorts : 53 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Légilimens occlumens
Date d'inscription : 12/03/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1620/1620  (1620/1620)
Points de mana:
1390/1390  (1390/1390)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Dim 31 Aoû - 19:35

Loin de l’ambiance parfois étouffante du Ministère. Voilà où Lenthan avait envie pour une fois de s’entretenir avec Gabriel. Le choix fût vite fait : s’il n’y rentrait plus très souvent, lui préférant la demeure confortable d’Abdonise, le manoir semblait une alternative des plus appréciables. Pour ce qu’il connaissait de son très discret sous-directeur, il l’appréciait beaucoup. Et sans pour autant vouloir forcer le passage vers une intimité qui serait d’office faussée, le moment était venu d’organiser une réunion un peu plus officieuse dans un cadre plus neutre. C’était à la dernière minute qu’il avait jugé utile de prévenir Calandra, ce qui la ferait plus que certainement rager même s’il savait que ça ne durerait pas longtemps.

De toute manière, elle trouverait certainement quelque chose à y redire donc considérons que je lui ai mâché la besogne.

Et à la dernière minute également qu’il avait prévenu son aînée qu’il serait en retard. Enfin il arrivait. Elle lui avait bien entendu directement sauté dessus, tenant les propos qu’il savait qu’elle tiendrait. Par contre, elle lui fit aussi part d’un élément dont il aurait préféré ne plus jamais entendre parler. Et cet élément portait un nom. Gringott le Fou. Son sang ne fit qu’un tour. Il s’était déjà exprimé à son sujet, faisant savoir que le Gobelin n’était plus le bienvenu au Manoir. Mais non, bien entendu, c’était trop demander à Aléatha que de s’en tenir à quelque chose d’aussi simple sans aucune autre explication ! Mais que pouvait-il ajouter de plus ? La créature s’était entourée de mille précautions et l’Auror n’avait aucune preuve contre lui. Pourtant c’était son travail de s’inquiéter d’agissements susceptibles de troubler l’ordre public. Et son travail de père également d’en mettre sa famille à l’abri.

La peste soit de toi parfois, Théa !

D’après les indications de Calandra il la trouverait à la Roseraie. Avec d’Arbanville.

Comment diable est-elle parvenue à l’attirer dans un pareil endroit ? Je ne sais pas pourquoi mais j’ai du mal à l’imaginer affublé d’un tablier de jardinier …

La réponse à cette question muette ne semblait pas évidente …

Ramener et offrir quoi ? Qu’a-t’elle été inventer pour me le tourmenter ? Il m’a l’air particulièrement à l’aise avec elle … Je n’aurais pourtant jamais misé sur une telle éventualité, surtout tenant compte de l’épisode Boot. Et on dirait que Calandra a finalement déclaré forfait par rapport à la Bibliothèque … Ce n’est pas plus mal.

Il les distinguait à présent et son visage devait avoir repris son air affable. Pour tous, certainement. Mais pas pour elle. Et effectivement, à en juger par l’accueil glacial qu’elle lui réserva, elle savait qu’ils devraient à nouveau avoir une conversation. Il était inutile de la remettre à plus tard, elle serait très courte de toute façon : Lenthan était toujours fermement décidé à ne pas argumenter sur la question.


Bonjour Théa. Oui Calandra m’a dit ça aussi. Je croyais avoir été très clair et je vois qu’une fois de plus ce que je dis ne tracasse personne dans cette maison. Je ne veux plus du Fou ici, c’est une fréquentation que je te déconseille fortement ! J’espère m’être fait comprendre cette fois.

Bien entendu, une telle altercation, aussi minime qu’elle puisse paraître, le peinait lourdement. Il ne pouvait en dire trop et en plus il avait un public. Même si c’était un public très discret, c’était un public tout de même. Et Aléatha apprécierait encore moins les remontrances. D’ailleurs elle ne répondait même pas et disparaissait sans un mot par les fenêtres de sa chambre laissées ouvertes malgré la fraîcheur qui commençait à tomber.

Bonsoir d’Arbanville. Désolé pour le retard. Et pour cette petite scène d’une vie familiale bien ordinaire. Je n’aime pas intervenir dans sa vie mais il arrive parfois …

Il ponctua ses derniers mots d’un haussement d'épaules et finit par tendre la main à Gabriel en guise de salut. Et il l’invita à regagner le salon puis sa bibliothèque où ils pourraient s’entretenir à leur aise avant le repas qu’il devinait déjà plantureux grâce aux bons soins de Calandra.

Booooon … Whisky pour moi, prenez ce qu’il vous plaira parmi tout ceci. Bien … Avant les réjouissances du festin, expédions les quelques tracasseries de notre labeur quotidien voulez-vous ? Alors, nos nouvelles recrues ? Je me suis laissé dire que vos méthodes étaient pour le moins personnelles ?

Mis de côté l’incident du jardin: professionnel jusqu’au bout des ongles Lenthan accordait maintenant toute son attention à Gabriel, le visage souriant d’anticipation à ce qu’il allait apprendre. La partie qu’il connaissait l’avait fortement amusé et, surtout, beaucoup plu. Il voulait à présent entendre la version du sorcier prometteur qui se tenait devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel d'Arbanville
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 37
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Ambidextre, sortilèges informulés
Points Prestige : 1
Date d'inscription : 30/07/2007

Profil du Sorcier
Points de vie:
1240/1240  (1240/1240)
Points de mana:
1600/1600  (1600/1600)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Mar 2 Sep - 20:48

Son visage s’était vidé de toute expression au moment même où Aléatha avait salué son père, de même retrouvait il le port strict qu’il s’imposait, ce masque qui lui était devenu si naturel avec les années de protocole.

Le fou ? Une chose était sûre, il lui manquait des informations, mais il y avait eu trop de détails flous qui ne demandaient qu’à être mis en perspective. Une énigme qui seyait aux habitudes du jeune auror.

Un visiteur m’a précédé, il n’était pas au goût de Lenthan ni de son aînée. Ils le surnomment le fou, mais ça ne peut pas être son nom… le bouquet de fleur aussi… elle a dit qu’il n’était à la portée d’un infime poignée de sorciers d’en approcher la qualité…
Si son visage ne témoignait de rien, son esprit tournait à plein. Une réponse lui viendrait fatalement.
Non ça ne me concerne ne rien…

Il était resté discret pendant l’altercation familiale, faisant mine de ne pas en être le témoin avec le tact consommé d’un ambassadeur en mission. Quelque part cette armure le rassurait et il n’en sacrifiait pas grand-chose en capturant le dernier regard de la jeune femme, l’ombre d’une douceur au fond des yeux, le temps de ciller à peine plus longuement qu’à l’ordinaire.
Elle disparaît… et qui sait quand il y aura à nouveau telles conditions…
Un simple moment d’égarement vite confiné dans un coin de son esprit, il n’oublierait rien de cet épisode improbable.

La poignée de main qu’il fini par échanger avec son supérieur est presque un soulagement en fin de compte, la tension que le père et la fille avaient suscitée en si peu de mots dissipée.


Bonsoir monsieur, Je vous en prie, ne vous excusez pas, la compagnie de votre fille a été un plaisir pour moi, et j’ose espérer qu’elle partagera ce point de vue…
Malgré toutes les raisons que j’ai pu lui donner de m’en vouloir par ailleurs.

Il le suit à travers la vaste demeure, le laps de temps pour rejoindre la bibliothèque contait avec éloquence les dimensions pharaoniques du manoir Quindiniar, mais le voyage en valait la peine, pour la deuxième fois ici ses épaules marquèrent un légèrement relâchement dans l’intensité de sa concentration. Les livres rassuraient Gabriel, les écrits ne trichent pas, ils ne disparaissent jamais vraiment…
Tandis qu’il se servait à son tour un whisky, Lenthan lui posa la question qu’il attendait, sa méthode, celle qu’il avait utilisé avec Boot, et que beaucoup d’autres rencontreraient tant qu’il serait à ce poste.
Il prend la peine de s’asseoir tranquillement, le verre à la main il savait déjà qu’il ne le viderait pas, la vie de diplomate lui avait appris à se contrôler au milieu des mondanités, et l’alcool pouvait facilement émousser son acuité.


Effectivement mes entretiens sont très personnels, mais je ne suis pas partisan de recruter un Auror sur son seul dossier, alors je les mets à l’épreuve. Vous avez dû entendre parler du cas Perceval Boot, vous me l’avez confié vous-même… En fin de compte il a estimé que le service ne lui convenait pas, quoiqu’il en soit s’il n’avait pas la motivation suffisante au bout de mes quelques épreuves il aurait pu n’être pas fiable en situation réelle.
Et mettre tout le monde en danger… mais au moins en se désistant je n’ai pas à aller plus loin quant à son dossier…

Vous savez, je réitèrerai cette épreuve auprès des autres, la filature des membres du ministère, et il y a beaucoup de raisons derrière tout ça.
Est-ce que vous me cautionnerez ? Il se penche en avant dans son fauteuil, ses coudes posés sur ses genoux, quelque chose qui lui tient à cœur visiblement.

Pour commencer c’est l’enquête la plus difficile qui soit, et la plus importante en général, cerner un individu est difficile, d’autant plus si l’on est étranger de la cible. Il y a toujours un risque, mais au moins on court peu de risques à l’intérieur du ministère…
Bien que votre fille m’ai fait remarqué une faille là dedans et qui me conforte pourtant…

D’un autre coté il y a peu d’employés ministériels qui soient au-delà de tout soupçon. En dehors des Aurors puisque nous sommes sous serment. Mais y aurait-il une faille parmi les autres et toute notre structure serait en danger… avons-nous la possibilité d’avoir confiance en d’autres que nous même ? On ne nous aimera pas pour ça…
Il a un dernier soupir presque résigné. A terme j’espère que nous pourrons avoir une meilleure idée de notre situation… qu’en pensez vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenthan Quindiniar
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 489
Age Roleplay + Sorts : 53 ans sorts 1 2 3 SPE
Capacités Spéciales : Légilimens occlumens
Date d'inscription : 12/03/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1620/1620  (1620/1620)
Points de mana:
1390/1390  (1390/1390)

MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   Sam 13 Sep - 20:56

Effectivement. Pas à mon goût me semble un euphémisme. Il viendra peut être un moment où je vous confierai la mission de traquer ce Gobelin, d’Arbanville … Mais il me faut rassembler plus d’éléments. Et ce jour là, elle voudra nous arracher les yeux à tous les deux, soyez sans illusion.

Ses pensées à lui ne l’empêchaient pas d’apprécier comment les réflexions de Gabriel s’était rapidement mises en marche, ne perdant pas une seconde, pas un détail. Une fois de plus il se félicita de l’inspiration qui avait été la sienne en lui proposant de devenir son bras droit. Ce qu’il perçu ensuite le laissa par contre interdit. A peine un nuage sur le visage du jeune homme et qui ouvrait un tel éventail de possibilités …

Conditions ? Quelles conditions ? Un plaisir pour elle … Si ça n’avait pas été le cas, vous n’auriez absolument aucun doute sur la question … Estimez-vous juste heureux de ne pas avoir subit trop de conséquences de la hargne que vous n’avez pas manqué de susciter cette fois-là.

Les secondes s’écoulèrent, du jardin par endroit sauvage les deux hommes avaient gagné le havre ordonné de la bibliothèque. Les affaires sérieuses pouvaient commencer. Lenthan ne fût d’ailleurs pas déçu.


Je ne peux qu’abonder dans votre sens ! Combien sont-ils, que des résultats scolaires et le souhait de faire renaître les chevaliers sans peur et sans reproches des anciens temps amènent en nos bureaux ? Comme si c’était suffisant pour faire d’eux les Aurors que nous attendons. Et oui, j’ai entendu parler du cas Boot. Vu l’enquête que vous lui avez mis sur le dos, le contraire aurait été étonnant. Vous n’avez pas froid aux yeux… Ma fille ne m’en a rien dit mais je doute qu’elle ait apprécié outre mesure votre initiative. Le choix de la cible était intéressant, c’est indéniable : la recrue a dû être quelque peu désarçonnée par un tel choix. Bref, j’aime beaucoup

Ne pensez pas si fort d’Arbanville ! Ce n’est que moi en face de vous … Mais d’autres personnes feraient nettement plus cas de ce que vous ne prenez pas la peine de cacher. Je devrais songer à lui suggérer un entraînement. Nous ne pouvons pas nous permettre la moindre faille et celle-ci est potentiellement vertigineuse. Par contre, de quel dossier parle-t’il, voilà un mystère. Enfin … S’il juge utile de m’en parler, il le fera. Autrement peut-être n’est-ce pas très important.

Aléatha peut ne pas soulever la sympathie chez tout le monde mais elle reste au moins aussi agréable qu’un mangemort. S’il a déclaré forfait avec elle … Effectivement j’aime autant qu’il ne nous ait pas fait perdre notre temps, allez savoir comment il aurait abordé une mission plus sérieuse ou dangereuse. Le fait que nous soyons en sous effectif ne doit pas nous obliger à nous entourer d’individus dont nous sommes moyennement satisfaits.

Vous cautionner ? En quoi … ?

Ces dernières pensées perçues forçaient au silence et à l’écoute. Ce que Lenthan s’imposa avec une curiosité non dissimulée et un sourire grandissant à mesure que les explications venaient. Il ponctua les dernières paroles du jeune homme par le bruit mat de son poing venant s’écraser sur l’accoudoir de son fauteuil dans un geste victorieux.


Je vous félicite d’Arbanville ! Vos initiatives auprès de nos apprentis me plaisaient, même si je ne parvenais pas à mettre une raison précise sur cet enthousiasme. Maintenant que j’y vois plus clair … Vos arguments me convainquent sans peine. Pour la difficulté de l’exercice demandé et … pour les informations que de telles enquêtes pourraient nous ramener. Vous avez totalement raison, je doute que cela plaise outre mesure à nos collègues des autres départements : je dis bien des autres départements puisque, comme vous le dites, les Aurors nous sont d’ores et déjà liés. Quand bien même … Il est une expression qui s’applique fort bien à tout ceci : « qui se sente morveux qu’il se mouche ». Vous et moi recevrons personnellement ceux que de telles enquêtes contrarient … S’ils n’ont rien à se reprocher, ils devraient apprécier que nous prenions soin de tester ceux sensés les protéger … Dans le cas contraire … Peut-être nos apprentis pourront nous rapporter de précieuses informations à leur propos …

La discussion continua encore un moment entre les deux hommes avant d’être interrompue par un léger heurt sur la porte. L’austère Calandra les priait de la rejoindre au salon où le repas ne tarderait pas à être servi. Invitant Gabriel à le précéder, Lenthan ne se fit pas attendre et regagna les quartiers familiaux de la grande demeure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RESIDENCE] *Bournemouth* Manoir Quindiniar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Le Manoir Oublié
» RP dans le Manoir Hanté. Frissons garanties !
» [Manoir des Melasinir] Préparatifs et retrouvailles. [Roxane]
» smial hanté et course du manoir ...
» Souray au Manoir playboys avec la coupe!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Vaste Monde :: Autres lieux du Royaume-Uni-
Sauter vers: