AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Paname, Paname, Paname ! deux ans avant notre ère (Pv Dakeyras)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caleb Roarch
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 727
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Fourchelangue (2)
Créature : Humain ?
Date d'inscription : 23/02/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1340/1340  (1340/1340)
Points de mana:
1410/1410  (1410/1410)

MessageSujet: Paname, Paname, Paname ! deux ans avant notre ère (Pv Dakeyras)   Sam 23 Jan - 1:51

Son sourire satisfait fut sa seule réponse.

Ils s’envolèrent. Les heures défilèrent sans qu’ils ne s’adressent la parole et la faim se creusa au fur et à mesure de rester dans le ciel. Difficile de s’orienter sans GPS, il savait à peu près où se diriger pour aller en France alors quand le moment arriva de faire une pause, ils descendirent tous deux dans un petit village paumé dans la région du Nord Pas de Calais Picardie. « Wallers-Aremberg ». Un petit kiosque surplombait une petite place à proximité d’un bâtiment qui ressemblait à une école pour moldu. Lorsque cet endroit fut dégageait, Caleb et Dakeyras commandèrent une pizza et effacèrent la mémoire du brave pizzaïolo qui avait fait fi de leurs habits et de leurs balais. Ils se déplacèrent, préférant s’abandonner à un endroit discret. Ils optèrent pour ce qui ressemblât à un petit stade, se posant dans les gradins. Caleb regardait avidement la pizza sous l’odeur alléchante à faire frémir d’envie le cimetière du coin. Vivant à Poudlard, il n’avait eu droit qu’à de la nourriture saine ! Quel supplice. S’il devait bien reconnaître une qualité au monde moldu, c’est leurs talents culinaires.


Pour leur mission, il s’était finalement résilié à être franc avec Dakeyras. Le but de leur mission était trop important pour qu’il ne se permette de réussir. En ce qui concernait Poudlard, il ne lui révéla que des informations plus confuses les unes que les autres : « J’ai des maux de têtes », « j’ai des problèmes de mémoires », « Impression de déjà vu et sentiment de ne pas être à ma place », « le contact avec ma baguette est en totale contradiction avec ce que je vois du monde aujourd’hui », « James et Erell sont les seuls dont je me souvienne et pourtant … Je ne me rappelle presque pas de leurs visages, comme s’ils s’étaient évaporés sous des flammes trop ardentes pour m’en rappeler », «  Dans certains de mes rêves, j’ai l’impression d’avoir été un serpent noir de jais, immense, crachant du feu, je sais que c’est débile mais c’est récurrent, comme si j’avais quelque chose à comprendre de ça ». L’heure n’était plus à la méfiance bien qu’il ne comptait faire aucun traitement de faveur à son rival. D’ailleurs, ses anciens propos, bien qu’il les ait tenu ne sonnait plus très crédible en vue de la situation. Tout était étrange, même le ressenti qu’il avait envers celui dont tout lui intimait qu’il devait détester.  Une dernière question avant de reprendre la route devait néanmoins sortir de sa bouche :

- Et toi Dak’, de quoi te souviens-tu ?

Puis ils s’envolèrent de nouveaux. Les marcheurs dans le ciel. Plusieurs heures de vol avant d’atteindre enfin Paris. Vu du ciel, la ville parraissait immense. Elle l’était. Caleb perdit de sa confiance. Si James l’avait envoyé chercher Erell, Paris était le dernier endroit où elle était, mais en vue de l’immensité de la ville, ville de lumière, ville mondialement touristique, ville de romance, abritant des millions de personnes, comment allait-il la retrouver ? Il n’avait rien d’autre qu’un minuscule lien envers elle dont il ne se rappelait pas et qui ne fonctionnait qu’au bonheur la chance. Le crépuscule sonnait les cloches au fur et à mesure qu’il descendait.


- Cherchons un endroit où dormir, on commencera demain.

N’ayant que .. N’ayant aucun argent moldu, Caleb insista pour réitérer l’astuce du kiosque à Pizza dans un hôtel miteux. Ils prirent sans malencontreuses conséquences une chambre avec deux lits séparés. La tapisserie sentait le moisie et la tapisserie tombait en lambeaux. C’était vraiment ce qu’il pouvait se permettre de plus discret pour ne pas jouer avec le feu moldu en plus d’avoir bravé les nouvelles règles de Poudlard en s’échappant sans autorisations de l’école. La nuit fut longue, Caleb avait l’impression que les murs chuchotaient mais il réussit à dormir.

L’aube pointait. Il était temps. Ils quittèrent l’hotel pour se trouver un petit café sur le champ de Mars et prirent un petit-déjeuner français. Le jeune serpent n’en revenait pas !


- Oh mon dieu … Comment ils appellent ça déjà ? Des croissants au beurre ? Si j’avais su que de tels prodiges existaient, je me serais enfui de Poudlard bien avant !

L’alliage si intense de ce café crème avec le croissant était un cadeau en cet instant béni du matin. Il s’en doutait, s’il rentrait à Poudlard, il allait amèrement regretter cette gastronomie française. Prenant un air plus sérieux, il demanda au gryffon :

- Alors. Où as-tu vu Erell pour la dernière fois ?

_________________

D'un simple regard, la mort nous sépare.
La lumière est aveuglante, elle l'a toujours été. Il faut la détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dakeyras Bremer
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 467
Age : 23
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Télékinésie (2)
Date d'inscription : 18/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1350/1350  (1350/1350)
Points de mana:
1450/1450  (1450/1450)

MessageSujet: Re: Paname, Paname, Paname ! deux ans avant notre ère (Pv Dakeyras)   Mer 10 Fév - 10:08

Dakeyras aurait préféré éviter d’effacer la mémoire de ce pauvre homme qui venait de leur préparer une pizza plus qu’alléchante. A cette heure là, tout semblait calme dans cette ville. La campagne du nord de la France était un endroit nouveau pour Dakeyras, il n’y avait jamais voyagé, et la première impression n’était pas mauvaise, bien que pas extraordinaire non plus. Finalement, pour la météo ça ressemblait à l’Angleterre, et seules les constructions étaient un peu différentes. Les maisons étaient pour la plupart faites de briques rouges. Sauf l’école à côté de laquelle ils s’étaient posés, qui elle était bariolée de bleu clair, de rose et d’autre couleur assez étrange.

Alors qu’ils dégustaient leur pizza, et que Dakeyras appréciait le silence, n’ayant pas trop de volonté d’adresser la parole à son compagnon de voyage, le serpent se mit à parler. Il parla de Poudlard, de la façon dont il s’y sentait dernièrement. Dakeyras savait bien pourquoi maintenant. La révélation du constellateur avait été un choc, et en même temps un soulagement. Tout ça expliquait beaucoup de chose, sur sa mère, sur lui, mais aussi sur la situation actuelle du monde. Et s’il aurait volontiers partagé l’information avec quelqu’un de confiance, il n’était pas sur d’avoir envie de la faire avec Caleb. Alors lorsqu’il lui posa la question, le gryffon ne lui donna que la moitié de la vérité.


- A vrai dire je me souviens de tout Caleb, toutes ces choses horribles que vous avez commises. Ces élèves que vous avez tués de sang froid pour votre petite lutte de pouvoir. Erell que vous avez poussé à la mort. Oui, je me souviens de tout, et je ne l’oublie pas. Mais… Je dois admettre que quelque chose d’étrange se passe dans le monde, et à Poudlard. Je m’y sens étranger, comme si le monde tournait sans moi, ou à une vitesse différente que la mienne. C’est bizarre, et je ne sais pas comment l’expliquer.

Bien sûr la fin de sa réponse n’était qu’un mensonge, mais jamais il ne ferait suffisamment confiance à Caleb pour lui révéler qu’il était un céleste. Ca, c’était hors de question.
Alors qu’ils arrivaient au dessus de Paris, Dakeyras se remémorât de nombreux souvenirs, certains heureux avec ses parents alors qu’ils visitaient la capital française, d’autres terrible. La mort d’Erell était encore bien gravée dans sa mémoire, le sang coulant le long de son cou sur sa robe noire, et le vampire accroché à elle, aspirant sa vie hors de son corps. Il secoua la tête pour ne pas y penser.
Ils passèrent la nuit dans un hôtel miteux où Caleb obtint une chambre de la même façon que pour la pizza, heureusement l’hôtel n’avait pas de système de vidéo surveillance. L’odeur dans la chambre était insupportable, mais Dakeyras était tellement fatigué qu’il se laissa tomber sur un des lits, qui avait l’air propre, et s’endormi.

Le matin à Paris, sous un soleil plus que bienvenu, était étrangement calme. Dakeyras se souvenait quand il était venu avec sa mère et son père avoir était surpris par le vacarme infernal de la ville, par les modus courant dans tous les sens pour rejoindre les tunnels qui descendent dans le sol, ou alors à klaxonner comme des sauvages dans leurs voitures. Alors que par le passé tout le monde semblait pressé, ce n’était pas le cas aujourd’hui. Tout le monde autour d’eux avait l’air serein, se déplaçait à une allure normale, et tout le monde se disait bonjour, un grand sourire accroché au bord du visage. Même le serveur qui leur avait apporté le petit déjeuner était plus que sympathique, chose que le jeune garçon ne se souvenait pas avoir expérimenté lors de ses précédentes visites. Mais chose encore plus extraordinaire, le prix du petit déjeuner. Il était affiché à 3€, pour des viennoiseries, une boisson chaude, un jus de fruit et du pain frais, sur les champs de mars, c’était incroyable. La dernière fois qu’il était venu là, il se souvenait de la surprise de son père en découvrant qu’un verre d’eau gazeuse avec une rondelle de citron était de 3€. Les célestes avait alors sacrément envahit la totalité du monde, et les moldus n’avaient certainement pas été épargnés. Même l’économie avait drastiquement était modifié par cette reprise en main du monde. Mais là n’était pas la raison de leur présence aujourd’hui.


- Oui des croissants au beurre, j’adore ça moi aussi, tout comme les pains au chocolat, ou même cette baguette bien fraiche, je ne sais pas ce que nous attendons en Angleterre pour en produire aussi…

Dakeyras aurait bien discuté nourriture et viennoiseries pendant des heures avec Caleb, mais il fut ravi que son camarade en vienne au vrai sujet de discussion.

- La dernière fois que je l’ai vue…

La dernière fois, elle se faisait tué en haut d’un immeuble…

- La dernière fois que je l’ai vue, elle s’étendait sur le toit d’un bâtiment non loin d’ici. Je crois que je peux le retrouver. Suis-moi.

Alors qu’il finissait sa tasse de thé, il se leva et quitta la brasserie. Le serveur qui les vit faire les interpella, et c’est à ce moment là que le gryffon se mit à courir, suivit du serveur. Mais l’employé de restauration était en moins bonne forme que le garçon et il n’eut pas de mal à le semer, en espérant que le serpent le suivait. Puis il se dirigea vers le bâtiment en question. Un petit immeuble très chic, qui devait surement abriter des appartements de luxe, avec vu sur la tour Eiffel. L’entrée était bloquée à l’aide d’un digicode, mais heureusement il y avait un escalier de service sur le côté, pour que les gens puissent s’enfuir en cas d’incendie. C’est par là qu’ils grimpèrent sur le toit. Dakeyras se souvenait exactement à quel endroit elle avait perdu la vie. Il s’y rendit. Il ne restait plus une seule trace de sang, plus rien. Tout avait été parfaitement nettoyé.

- C’était là, je le sais, je m’en souviens. Je le vois encore dans mes rêves. C’est ici qu’il l’a tué.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/t12308-dakeyras-bremer
Caleb Roarch
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 727
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Fourchelangue (2)
Créature : Humain ?
Date d'inscription : 23/02/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1340/1340  (1340/1340)
Points de mana:
1410/1410  (1410/1410)

MessageSujet: Re: Paname, Paname, Paname ! deux ans avant notre ère (Pv Dakeyras)   Mer 10 Fév - 22:26

Il était étrange qu’après ce qu’ils avaient traversé ensemble, ils soient tout deux-là à savourer ensemble un petit déjeuner si différent de chez eux, un petit déjeuner royal, si le Serpentard n’avait pas eu la mémoire altérée, le petit déjeuner aurait été de courte durée. Il avait lancé la reprise de leur quête mais s’était obnubilé l’espace d’un instant sur son anneau avant que Dakeyras ne l’extirpe de son moment d’égarement. Le gryffon avait raison, quelque chose n’allait pas, il le ressentait, son anneau le lui indiquait, son corps le lui disait, son âme était bercé par l’appréhension qu’il ne devait pas être là, et pas en compagnie de ce compagnon de fortune. Mais il était la dernière piste pour la retrouver, la dernière chance pour la retrouver ainsi que son meurtrier dont il n’avait que la sensation d’un souvenir venant et partant, la nostalgie d’un savoir oublié. Qui que ce soit, il n’était pas n’importe qui.

- Je te suis !

Dit-il précipitamment en marchant sur ses pas. Pourquoi avait-il fallu que ce soit lui déjà ? Il n’avait aucun besoin d’être désagréable, d’ailleurs ses derniers propos lui semblaient tellement démeusurés, tellement illogique, Caleb n’avait rien d’un tueur sans merci ou baignant d’une quelconque méchanceté pourtant … Quelque chose en lui grondait, lançant cet appel de détresse, Dakeyras était en apparence très amical bien qu’il ait l’air de tenir quelque grief non justifié contre lui mais son être lui intimait qu’il était l’ennemi. Il faisait fi pourtant de ces impressions cinglantes, préférant se focaliser sur leur quête. Et puis, ils étaient à Paris, cela n’arriverait pas tous les jours, il pouvait voir depuis la rue où ils étaient la tour Eiffel, poignante figure emblématique de la France. Ces valeurs républicaines portées bien haut par le sommet de la merveille de France comme drapeau issant à la vue des cieux les couleurs de la Liberté, de l’Egalité et de Fraternité. Certain lieu était imprégné de magie et prodiguait ses effets à ceux qui se trouvaient sous sa coupe, si cette tour vendait la fierté aux peuples français, que se passerait il si elle venait à tomber un jour ? Caleb pressa le pas pour ne pas perdre son compagnon de fortune de vue et pour ne pas se faire attraper par le serveur. Accédant au toit dont le gryffondor s’échina à croire à une scène de crime, Caleb n’y voyait rien d’anormal mais une chose était sur dans ce monde, il ne fallait jamais se fier aux apparences.

- Je te crois Dakeyras mais … Qui est ce « Il » dont tu parles ?

Le corps du serpent émanait des palpitations, il redoutait sans en savoir la cause la réponse abrupte qui pouvait lui être révélé. De plus, il comprenait plus que jamais le fait d’être tourmenté en rêves. Il n’avait jamais l’impression d’être sujet à des sommeils paisibles et réparateurs comme la plupart des êtres qu’il côtoyait. Ils étaient toujours tourmentés, singulièrement aboutis dans des ténèbres aussi profond que puisse être l’espace lui-même. Il ne voulait pas en rajouter sur ce que ressentait Dakeyras, il avait l’air sincère, il lui vint une idée en tête et pour cela, un premier geste venait à être dévoiler, un premier secret.  Il leva sa main droite, observant son anneau et regarda le gryffon d’un œil alerte.

- Je ne sais pas ce qu’il s’est passé ici, tout ce que je peux faire est de trouver une piste si jamais ta baguette a lancé un sort, les baguettes choisissent leurs sorciers car elles ont leurs volontés propres, elles possèdent donc une conscience et une mémoire. Si c’est le cas, je peux tenter de retrouver le flux magique que ta baguette a laissé sur cette scène.

Il n’intimait aucun subterfuge et en guise de preuve, il prononça la formule magique.

- Fidi …

Etait-ce une magie reconnu dans ce monde ? Il n’y avait rien de ce genre à Poudlard dernièrement mais le corps du jeune garçon de douze ans se mua en un adulte de dix-huit ans.

- Il y a un sort … Je sais que mon père l’utilisait beaucoup, je ne l’ai jamais vraiment testé, je crois que je n’ai jamais eu le niveau mais quand je suis comme ça, j’ai l’impression que mes possibilités sont moins restreintes … le sort s’appelle : « Prior Incanto ». Tu dois me tendre ta baguette.

Caleb lui sortit la sienne. Un étrange sentiment lui vint, il savait que cette idée était bonne mais alors qu’il tenait sa baguette, il tiqua sans réagir sur cette dernière, tellement étrangère, il ne savait pas comment il l'avait eu mais il ne partageait rien avec elle. Il fronça les sourcils, ne comprenant pas de quoi devait signifier ce sentiment. Pour parer à ce spectacle, il rajouta :

- Par contre, on ne devrait pas traîner, si quelqu’un venait à nous surprendre ici.

_________________

D'un simple regard, la mort nous sépare.
La lumière est aveuglante, elle l'a toujours été. Il faut la détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paname, Paname, Paname ! deux ans avant notre ère (Pv Dakeyras)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paname, Paname, Paname ! deux ans avant notre ère (Pv Dakeyras)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nous nous y reprendrons à deux fois avant d'aller danser (Haley) - Terminé
» Voilà pourquoi il faut y réfléchir à deux fois avant d'embaucher un muzz
» Maxine - Un proverbe arabe dit 'ne baisse pas les bras, tu risquerais de le faire deux secondes avant le miracle'.
» paname paname on arrive ? emilie muller
» 26/10 - Méline, Eléo et CC en ballade à Paname...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Vaste Monde :: Reste du Monde-
Sauter vers: