AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 * Paris * Passé, avenir, eaux troubles. [ One post RP]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Léocadie de Dinechin
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 97
Age Roleplay + Sorts : 16 ans sorts 1 2
Date d'inscription : 27/05/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
450/450  (450/450)
Points de mana:
400/400  (400/400)

MessageSujet: * Paris * Passé, avenir, eaux troubles. [ One post RP]   Lun 25 Juil - 14:32

Coup de fourchette dans la chiffonnade de surimi et de pamplemousse rose achetée au traiteur du coin, sur le trajet du retour. Quelques heures de voyage en solitaire. Sous la pluie. Rien de tel pour vous remettre plus ou moins les idées en place.

Je ne veux pas d’une histoire. Rien que des faits. Voilà, c’est ça. Pas d’adjectifs, ni d’adverbes, rien que des noms et des verbes. Limité les choses à des actions, c’est dans mes cordes .Avant, il y aurait eu de la place pour le ressentis et les sentiments. Maintenant, non. Je ne veux pas qu’il y en ai. C’est un mot inconnu à mon vocabulaire. Une histoire, un amoureux, c’est un truc que les autres ont comme la mononucléose ou un poney.

Je repousse l’assiette d’un geste brusque. L’action est ton domaine, le réflexe une seconde nature, bouge ! J’attrape le tas de publicités menaçant de faire exploser ma boîte aux lettres quelques instants plus tôt. Fichue conscience qui me souffle à chaque instant et de manière de plus en plus pernicieuse : pourtant quand tu es partie ce matin, il y a eu cette émotion palpitante autours d’un silence en forme de déclaration. Je réprime mon irritation et compulse les fines feuilles de papier.

Quand j’en ressors une épaisse enveloppe de papier craft. La curiosité me pique au vif et balaye toute once de mauvaise humeur. Personne ne sait que je crèche ici et pourtant mon nom est inscrit en hiéroglyphe « pattes de mouche » sur ce paquet. Je l’ouvre. Un dossier. Un dossier qui contient douze fichiers. Douze articles de journaux. De journaux bretons et nationaux.

Je reconnais le premier pour l’avoir consulté à de nombreuses reprises durant mon enfance. Découpé à mon attention par une travailleuse sociale plus maternelle que les autres, il a longtemps fait partie des maigres possessions que j’emportais avec moi de famille d’accueil en famille d’accueil. C’était ça, ma gourmette et un foulard en tissus vert amande. Je ne sais même plus d’où vient ce foulard, ni à qui il appartenait.

L’article en question relate l’incroyable découverte d’un bébé âgé de quelques jours abandonné dans la neige par des inconnus que le journaliste n’hésite pas à traiter de monstres sans cœur à l’esprit dérangé. Une photo illustre l’article. Prise quelques heures après que le bébé a été sauvé, elle le montre couché dans un berceau, ses grand yeux sombres semblant sonder le monde à la recherche d’un détail essentiel que lui seul sait manquant.

Cette photo m’est familière. C’est la seule que je possède de moi bébé. Je l’ai regardé des milliers de fois, cherchant a percé la douloureuse énigme de mon arrivée sur terre me posant en boucle la question qui a martelé mon enfance : est ce que ce sont mes parents qui se sont débarrassés de moi de cette abominable façon ou ai-je été enlevé puis abandonné dans la neige par un fou ?
Je n’ai toujours pas de réponse.

Je connais également les dix articles suivants. Ils relatent peu ou prou la même chose : le bébé sauvé par miracle, la recherche de ses parents, les hypothèses des enquêteurs, leurs déductions, leurs pistes, les déceptions et l’impuissance.

Le dernier article est différent.

Publié un an plus tard, il n’évoque pas mon incompréhensible apparition mais une disparition. Celle d’une jeune femme, Noémie Landsman. Elle s’est volatilisée alors qu’elle gagnait la superette où elle travaillait à Brest. Disparue alors qu’elle marchait d’un pas alerte, le sourire aux lèvres, dans un quartier calme et sans histoire. L’article et court, sans aucune âme et raccroche sa disparition à celle des dizaines de personnes qui, chaque année et sans raisons véritables, quittent leur domicile et ne reviennent jamais.

Qu’est ce que ce fichier fait au milieu de ceux qui me concernent ?

Je rumine la question un moment avant de réaliser que ce n’est pas celle que je devrais me poser. Qui est la personne qui m’a fait parvenir ce dossier et pourquoi ?

Cinq minutes d’intense réflexion n’aboutissent à rien, je décide de retourner à la source. J’allume mon antique ordinateur portable, une bonne occasion dans un marché aux puces qui passe une bonne partie de l’année à respirer la poussière et la naphtaline au fond d’une vielle malle, et lance une première recherche sur la toile en accolant les mots Noémie Landsman. Le nombre de réponses que j’obtiens dépasse les limites du raisonnable.

A Noémie Landsman, j’ajoute enlèvement puis Brest ainsi que superette. Toujours trop vague pour être exploité. Lorsque je précise la date stipulée dans l’article, mon vieux coucou m’annonce en revanche qu’il n’y a aucun résultat à fournir.

Par les fesses de Lucifer !

Je repousse ma chaise et me lève. Je me fiche de cette Noémie, je me fiche de savoir qui envoi ce genre de lettre et de savoir pourquoi elle fouille dans mon passé, je me fiche de tout.

Je me fiche de tout.

Je me lève, prend une douche, verse un bol de croquette à la siamoise, jette, sans un regard, les publicités et le dossier dans la corbeille à papier puis m’effondre sur mon lit, les yeux grand ouvert. Je regarde vaguement ma fenêtre de bois blanc. Un rideau, ça serait bien, c’est tellement plus chale…

Sommeil épais, écrasant, pareil à un gouffre. Dépourvu de rêve.

Sommeil dont j’émerge enfin vers quatre heures de l’après midi, allongée sur mon lit et sur le dos, les bras écartés. Je me redresse, fourrage dans un tiroir : du papier, un stylo. Je m’assois par terre et c’est sur mes genoux que j’écris la lettre la plus importante de toute ma vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
* Paris * Passé, avenir, eaux troubles. [ One post RP]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perdu en eaux troubles
» La quête du Temple des Eaux Troubles.
» Laurent Delahousse
» [Main Blade Winner : Salle du Trone] Eaux troubles et troubles faits
» Thalasso en eaux troubles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Vaste Monde :: Reste du Monde-
Sauter vers: