AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La solitude qui ronge mon âme... (PV Caleb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Elizabeth Jonhson
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 146
Age : 19
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Nyctalope
Date d'inscription : 10/06/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
300/300  (300/300)
Points de mana:
400/400  (400/400)

MessageSujet: Re: La solitude qui ronge mon âme... (PV Caleb)   Jeu 30 Juin - 7:16

Elizabeth se réveilla, vaseuse, elle ouvrit doucement les yeux, la souffrance se faisant moins sentir que tout à l'heure. Elle avait encore mal mais la douleur était moins mordante. Elle réussit à se mettre assise sur son lit. Son lit ?
Elle observa la salle qui l'entourait. Elle se trouvait à l'infirmerie, personne ne se tenait à son chevet, ni une infirmière et encore moins le Serdaigle et le Serpentard de tout à l'heure. Elle se recoucha, ne se souvenant pas de la moitié de ce qui s'était passé entre le moment où l'autre cinglé l'avait jeté du haut d'un arbre et maintenant. Elle sentit quelque chose dans sa veste. Elle sortit de celle-ci un morceau de papier. Elle le déplia et lut en silence.


Spoiler:
 

Soignes-toi bien ? Non mais j'ai failli mourir ! En plus, il a mal écrit mon prénom !

Elle réfléchit quelques minutes et calma son énervement.

Mais qu'est-ce qu'il veut dire par : impliquée dans quelque chose de dangereux ?

Elle avait donc décidée de ne rien dire et simplement d'attendre la visite de Corwin.
Une infirmière entra dans son lieu de travail et retint un cri de stupeur quand elle vit la jeune fille. En effet, Elizabeth était couverte d'égratignures et de bleus, ses cheveux en bataille, elle faisait peine à voir.
La femme s'exclama :


Mais que vous est-il arrivé mademoiselle ?

[i]La jeune Serpentard ne savait quoi répondre, le mensonge n'était pas son fort, elle préféra nier que d'inventer une excuse totalement idiote qui ne fonctionnerait jamais.


Euh... Et bien... Je ne m'en rappelle plus...

Interdit, l'infirmière ne sut quoi répondre. Elle revint une minute plus tard, des cachets et boissons pleins les mains. Elle lui prescrit des tonnes de choses à prendre, ce qu'elle fit sous ses yeux attentifs. Elle afficha une mine dégoûtée, ces mixtures étaient vraiment dégoûtantes ! La soigneuse la prévint qu'elle risquait d'avoir des ennuis après être soignée. Elizabeth se retourna sur son lit, faisant comme s'il elle n'avait rien entendu.
Elle n'avait plus qu'à attendre la visite du Serdaigle, pour avoir des explications. Elle était impatiente mais elle plongea dans un sommeil réparateur, sans même s'en rendre compte, sûrement l'effet d'un des médicaments qu'elle venait d'ingurgiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Milual
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 59
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 SPE
Capacités Spéciales : Fourchelangue - Murmure glacé - Métamorphe brumée/fumée noire - Contrôle des rêves - Illusionniste - Nécroman de l'illusion
Créature : Humain possédé par un Graevoch (croque-mitaine) non révélé.
Date d'inscription : 30/03/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1590/1590  (1590/1590)
Points de mana:
1960/1960  (1960/1960)

MessageSujet: Re: La solitude qui ronge mon âme... (PV Caleb)   Sam 9 Juil - 12:15

Imbécile !!!

Cria-t-il après la créature qui commençait à prendre son envol.

Tu sais aussi bien que moi que ce n’est pas moi qui l’ai envoyé volé depuis la cime des arbres !

Gabriel était déçu de la part de Corwin, il avait l’impression que Corwin percevait bien plus facilement que quiconque les émotions des autres, et il aurait dû voir, et il aurait du même comprendre que ce n’était pas lui, ce n’était pas Caleb qui avait fait ça, que quelque chose lui avait provisoirement pris de force le contrôle de son corps. Où était le Serdaigle sage et réfléchi qu’il connaissait de d’habitude ?

Ce n’est pas moi …

Dit-il dans un murmure, regardant son ami partir dans le ciel …
Comment pouvait-il comprendre ce que Caleb lui-même ne comprenait pas ? Abjecte soumission du destin, cruauté de la vie, lui qui aimait avoir tout contrôle sur tout ce qu’il faisait, le voici prisonnier d’un sort mystérieux, si tenté que sort il y ait. Il ne savait même pas à quoi il avait à faire ? Des recherches s’imposaient, et sans aide de quiconque.
Regardant le sol, il eut une pensée pour son défunt maître et mentor.


James … Où es-tu quand j’ai besoin de toi …

Je suis pathétique …

Le lien avait été brisé, et la seul rumeur serait que Corwin aurait tué James, mais c’était impossible, il s’aimait, il les avait vus ensemble en Chine. Encore un mystère a élucidé en plus de son propre cas.
Il poussa un soupir …, plaça ses mains devant lui et eut un regard vitreux.


Qu’est-ce qui m’arrive … ?

Ignorant jusqu’à la nature même de son mal, il se disait qu’un petit tour dans la réserve serait intéressant, s’il y avait ce qu’il recherchait. Il avança péniblement vers la sortie de la Forêt Interdite, s’arrêtant à sa lisière et aux premiers abords du lacs. Un vide, voilà ce qu’il voyait en lui, comme si son âme avait été brusquement arrachée en deux, se scindant en deux partis distincte, lui de la chose, l’humain de … Du monstre …
Regardant plus loin, aucun élève n’était présent, il devait toujours être en cours, Caleb s’en voulait un peu de sécher, mais apprendre à déplacé un objet par les airs, il savait faire. Il vit Corwin au loin, s’avançant d’un pas las dans les profondeurs du lacs, lui aussi était mal, à sa façon. James devait surement lui manqué, et être pris pour son assassin ne devait pas être chose aisé à supporter.

Gabriel se posa sur le petit ponton du lac, à essayer de percevoir les profondeurs du lacs et ses sombres trésors .. Mais avec le soleil tapant contre les eaux, il n’y voyait que son reflet, et ce n’était même pas le bon. Gabriel, préfet de Serpentard … Il était clair que son anneau lui donné bien des privilèges, mais il n’était que le petit garçon de onze ans … Il devait avoué qu’il se trouvait un petit peu séduisant en regardant son reflet, au moins, avoir le pouvoir de vieillir le réconforté quant à savoir sur le physique qu’il aurait plus tard. Puis une lueur changea dans son reflet.
Gabriel se pencha vers l’eau, voir si ce n’était qu’une illusion d’optique, regardant son propre reflet, celui-ci commença à se métamorphosé, les traits livides, le mal embourbant ses veines du cou grimpant jusqu’aux abords du visage, le noir prenant la place sur la totalité des globes oculaires.


Tu es … A MOI !!!

Comme si une illusion s’était tissée d’elle-même essayant de l’attraper, Gabriel se projeta en arrière pour l’éviter. Se redressant avec vitesse, il dégaina sa baguette de l’Ombre devant lui, prêt à toutes attaques, et … Rien. Il n’y avait rien, plus d’illusion, plus de sombre Gabriel.
Approchant tout doucement vers l’étendue d’eau, le ponton grincé sous le poids du préfet reptilien, il pencha légèrement sa tête et rien. Soulagé, il rangea sa baguette à l’intérieur de sa cape. Il ne savait plus où donner de la tête, il ne savait plus discerner le vrai du faux, ni distingué la réalité de ce qu’il voyait …
Il fit demi-tour afin de prendre la direction du château, rentrer dans son dortoir, se poser sur un canapé ou dans son lit, penser, réfléchir, comprendre … Voilà ce qu’il lui fallait. Tournant les talons, il fut stoppé net dans sa marche. N’ayant même pas fait un pas, le Sombre Gabriel refit apparition devant lui, presque macabre cette fois.


Tu ne peux m’échapper …

Et l’illusion fondit sur lui. Poussant un cri de stupeur, Gabriel fut projeté en arrière, dans le Lac Noir.
Prenant une grande inspiration, il fut happé par les profondeurs, attiré vers le bas, regardant la lumière du soleil au-dessus de lui s’étendre avec la distance qui se créer peu à peu.


Tu m’appartiens !! Comment oses-tu me résister ?!

Tonna la voix dans sa tête.
La douleur qui allait avec rendait sa tête comme si elle était frappé à coup de marteau. C’était insupportable, un vrai supplice, comment pouvait-on supporter pareil souffrance ? Jamais il n’avait vécu pareil souffrance par lui-même. Puis il sentit une morsure à sa jambe.

Oh non c’est pas vrai …

Abaissant le regard, il vit l’objet de sa nouvelle douleur.

Saloperie de Strangulots !!

D’autres arrivèrent, par dizaines. Il y en avait trop, beaucoup trop, Gabriel se débattait dans tous les sens, frappant, repoussant cette vermine qui cherchait à l’emmené faire un aller simple vers les profondeurs du Lac.

Non c’est pas vrai … !

Ses membres étaient bloqués, il n’arrivait pas à atteindre sa baguette. Il voyait son sang s’échappé de son corps à cause des multiples morsures de Strangulots. Puis, un signe peut-être, il vit une forme humaine nageait avec aisance dans les profondeurs, s’aidant de ses ailes, le propulsant à de forte vitesse, il était comme un poisson dans son élément, se revigorant après un dur moment.

Corwin … ?

Il s’approchait un peu, et Gabriel put voir qu’il regardait dans sa direction.

Aide moi .. !! S’il te plait …

Aucun son, ne pas gaspillé le peu d’oxygène qu’il avait réussi à conserver, le peu qu’il lui permettait de survivre à la noyade…
Un espoir, son ami, un monstre. Un monstre comme lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corwin Egnis
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 347
Age : 25
Age Roleplay + Sorts : 15 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Emphrépathie noire - Force Accrue - Métamorphose Démon Sentinelle - Aura d'intimidation - Immunité au feu - Charme Oral
Créature : Démon Hybride
Date d'inscription : 11/03/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1000/1000  (1000/1000)
Points de mana:
1130/1130  (1130/1130)

MessageSujet: Re: La solitude qui ronge mon âme... (PV Caleb)   Sam 9 Juil - 12:35

Observant bien les environs, Corwin vérifia si aucune présence ne se manifestait dans les environs. Une fois rassuré, il courut vers l’étendue liquide et sombre aux abords de la forêt. Arrivé à destination, il ôta son pantalon, et plongea rapidement dans l’eau en quasi tenue d’Adam.

Le changement brutal d’élément et de température le calma instantanément. Il sentait poindre dans sa tête des notes revigorantes, mettant de côté tout ce qui lui assaillait l’esprit, avec tant de violence.
Nageant sur plusieurs mètres, il finit par descendre sous la surface, déployant alors allégrement ses ailes. Leur envergure gigantesque et leur densité faible mais robuste lui permettaient de s’en servir comme de nageoires, le poussant puissamment et à vive allure. Cette sensation de l’eau, passant ainsi contre son corps, lui permettait de tout oublier, lui octroyant un petit temps de répit, avant de revenir à la dure réalité.


Et une trace vînt alors à perturber ce moment. Corwin réussissait désormais à identifier certaines personnes de part la trace psychique que laissait leur esprit, comme un parfum propre à chacun. Et celle là, il l’avait quittée seulement quelques instants auparavant
.

Caleb…

Derrière cette "odeur", il décela la peur, bien ancrée dans la tête du garçon. L’angoisse, mêlée aux premières notes de panique. Quelque chose n’allait pas.
Avançant vers cette provenance, il aperçut alors Gabriel, proie d’une multitude de strangulots, apparemment bien décidés à l’emmener au fond des eaux
.

C’est pas vrai…

Corwin se mit alors à allonger le brassage de l’élément, et se rapprocha à grande vitesse du serpent devenu proie. Il ne décela rien de ce qu’il avait senti dans la forêt. Il était persuadé que quelque chose s’était emparé du serpentard un peu plus tôt, bien qu’il ne sache quoi. Toutefois, certaines pensées du garçon n’avait pas plu au serdaigle, comme sa non compatissance envers le sort d’Elizabeth. Et il savait alors qu’il s’agissait bien de la pensée réelle de Gabriel.

Cependant, il n’allait pas le laisser en si mauvaise posture. A l’approche des ailes, les petits monstres tournèrent leur faciès horrible dans leur direction, sans lâcher leur encas. Corwin se tînt alors devant eux, et des langues sombres se mirent à pourlécher ses jambes, remontant jusque son torse, puis sa tête. Et il fut bientôt recouvert d’une aura d’un noir profond et mauvais. Ses yeux se couvrirent d’une nappe pourpre, et des crocs menaçants pointèrent hors de sa gueule. Alors intimidées, les créatures relâchèrent subitement Gabriel, qui commençait à tourner de l’œil, et s’enfuirent aussi vite qu’elles étaient apparues, disparaissant parmi les fonds vaseux.

Corwin fondit sur Gabriel, et pulsa vers la lumière. Ils percèrent la surface, les ailes fendant le dessus lisse, et allèrent atterrir comme si de rien n’était sur la terre ferme, du côté opposé à celui que le serdaigle avait pénétré un peu avant.

Il posa le corps trempé de Gabriel sur le sol, et reprit forme humaine. Il le vit alors remuer, et se pencher subitement sur le côté pour vomir l’eau ingurgitée, sous le regard las de son sauveur
.

- Tu crois franchement qu’aller à l’eau aussi impunément est une bonne idée? Je commence à me poser des questions quant à ta faculté de réflexion…Caleb.

Peu importait l’aspect sous lequel il apparaissait. Pour Corwin, ce garçon demeurait l’élève de onze ans, et non celui devant ses yeux. Et derrière tout cet orgueil et cette soif de pouvoir et de colère que possédait Caleb, il sentait actuellement une certaine détresse, et il savait pertinemment que cela était dû à ce qu’il s’était passé dans la forêt.
Corwin décida donc de ne pas perdre de temps, et parla d’une voix brute, impassible
.

- Maintenant Caleb, tu vas reprendre ton souffle et me dire ce qu’il s’est passé tout à l’heure. Je ne suis pas là pour t’envoyer paître, et tu le sais. Alors tu vas me raconter ce qu’il t’es arrivé. Et n’aies pas dans l’idée de me raconter des bobards, parce que là ma patience est déjà bien entamée. Je te le rappelle, je suis ton ami, et je t’aiderai.

Il le fixa ardemment. Si son état changeait de nouveau pour celui des bois, Corwin ne perdrait pas de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/t12373-corwin-egnis-stigma
Gabriel Milual
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 59
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 SPE
Capacités Spéciales : Fourchelangue - Murmure glacé - Métamorphe brumée/fumée noire - Contrôle des rêves - Illusionniste - Nécroman de l'illusion
Créature : Humain possédé par un Graevoch (croque-mitaine) non révélé.
Date d'inscription : 30/03/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1590/1590  (1590/1590)
Points de mana:
1960/1960  (1960/1960)

MessageSujet: Re: La solitude qui ronge mon âme... (PV Caleb)   Sam 9 Juil - 12:43

Crachant une flopé d’eau de ses poumons, Gabriel ouvrit enfin les yeux hors de l’eau du Lac Noir. Corwin, par juste sa présence quelque peu volumineuse, avait fait fuir les strangulots grâce à ses ailes et remonta son corps jusqu’au rivage. C’était comme s’il était tombé dans un trou noir, fait de cauchemar en pagaye depuis qu’il s’était introduit dans la Forêt Interdite. Etait-ce toujours un cauchemar ? Regardant son corps martelé de multiples petites morsures, il se doutait que non. Mais qu’est-ce qu’il lui arrivait ? D’abord une voix, puis cette autre lui, c’était à n’y rien comprendre.

Et Corwin qui lui parlait maintenant, lui acheminant le moral plus bas que terre, le rendant coupable d’acte qu’il n’était lui-même pas responsable. Du moins, en partie … Son corps obéissait, mais pas lui. Un cauchemar qui essaye de le possédé.

La folie me guette …


Non .. Juste moi !

Gabriel, toujours sur ses genoux au sol, pose se deux mains contre ses tempes, et prononça plaintivement, en essayant de ne pas se faire entendre.

Faites que ça s’arrête, faites que ça s’arrête … !

Puis sentant une main sur son épaule, pendant un instant, Gabriel se sentit défaillant …
Repoussant la main de Corwin en essayant de lui envoyer un coup de poing, il dit d’une voix caverneuse :


Ôte tes sales pattes de là, Immonde cafff … Argh !

NON !

Le poing s’arrêta à quelque centimètre de la tête de Corwin. Gabriel avait repris le contrôle. Il retira son poing avant que Corwin s’énerve. Tout enfant qu’il était sous un tel fardeau, il approcha son anneau près de sa bouche et parla de façon que son ami ne comprenne pas.


Fídi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb Roarch
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 727
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Fourchelangue (2)
Créature : Humain ?
Date d'inscription : 23/02/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1340/1340  (1340/1340)
Points de mana:
1410/1410  (1410/1410)

MessageSujet: Re: La solitude qui ronge mon âme... (PV Caleb)   Sam 9 Juil - 12:45

L’aspect du préfet disparu, se modela pour rendre la place au petit garçon qu’il était, jeunot de onze ans, ne supportant pas ce qu’il lui arrive, commença à verser quelques sanglots.

Excuse-moi … Corwin, je sais pas ce qu’il m’arrive, je deviens cinglé, y a cette voix dans ma tête qui me parle tout le temps, je contrôle plus mon corps, je vois un deuxième moi, je .. Je …

Posant ses deux mains contre son visage, les larmes vinrent coulés le long de ses joues. La peur, un sentiment tellement amusant à faire subir aux autres, voilà qu’à présent qu’il le subissait sans savoir pourquoi. Surement la peur de se perdre lui-même.

Je ne sais plus qui je suis … Je ne sais plus quoi pensé … Je me souviens de tout ce que j’ai fait, de ces pouvoirs dont j’ai usé alors qu’ils ne sont pas à moi.

Enlevant ses mains de son visage, le ruissellement de ses larmes s’était taris, ne laissant qu’un visage d’un petit garçon apeuré, désorienté.

Qu’est-ce qu’il m’arrive ?

Caleb se tut. Aucune autre parole de sa part n’était nécessaire, et il espérait ardemment que celle de Corwin lui viendrait en aide, il ne savait pas quoi faire, ni ce qui lui arrivait, alors, quelqu’un comme … Corwin pourrait peut-être l’aidé ?
Mais le mal qui le rongeait a dit quelque chose d’intéressant en parlant à Corwin plus tôt. D’après le mal, Corwin ne viendrait pas d’en bas ? De quoi parlait-il ? Faisait-il une quelconque référence à …
L’Enfer ?


_________________

D'un simple regard, la mort nous sépare.
La lumière est aveuglante, elle l'a toujours été. Il faut la détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corwin Egnis
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 347
Age : 25
Age Roleplay + Sorts : 15 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Emphrépathie noire - Force Accrue - Métamorphose Démon Sentinelle - Aura d'intimidation - Immunité au feu - Charme Oral
Créature : Démon Hybride
Date d'inscription : 11/03/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1000/1000  (1000/1000)
Points de mana:
1130/1130  (1130/1130)

MessageSujet: Re: La solitude qui ronge mon âme... (PV Caleb)   Lun 11 Juil - 21:09

Caleb qui chiale…on aura tout vu!

La vue du garçon, et des lourdes larmes inondant ses yeux surprenaient Corwin. C’était la première fois que le petit serpent se laisser à aller à des sentiments moins acides, tout du moins devant lui. Et pour une fois, il faisait vraiment son âge; une petite tête de gamin affolé, complètement perdue. Et il sentait tout cette peur et ce désarroi, tellement présente qu’il en puait presque. Mais Corwin avait de la peine pour lui, pour avoir déjà ressenti le même genre de sentiment. Des sensations profondes d’incompréhension. Et à vrai dire, le serdaigle ne savait toujours pas ce qu’il était devenu. Personne n’aurait pu le lui dire, et de toute manière, il ne voulait pas que l’on se mêle de cela. Enfin pas les gens de l’école.

Je te contacterai très bientôt…

Il cligna des yeux puis se concentra de nouveau sur Caleb. Il fallait être présent pour lui, bien que Corwin ne sache ce dont il souffrait. Il s’approcha de lui, le prenant dans son ombre. Puis il posa la main sur la petite tête brune du serpent.

- Je ne sais pas ce qui t’habite Caleb. Et apparemment toi non plus. Il est vrai que si…

Une petite boule se forma au creux de sa gorge, lui enraillant la voix.

- …si James…avait été encore présent, il aurait sûrement trouvé quelque chose pour comprendre ce qu’il t’arrive. Mais…je ne dispose pas de ses pouvoirs… Cependant, je pourrai peut-être t’apporter du réconfort, et te prêter mon épaule pour t’accompagner, et t’aider dans ce que tu vis.

Il respira intensément.

- Je sens quelque chose en toi. C’est malsain. Cette chose sent l’ancienneté. Je ne peux pas vraiment te décrire, mais ce que tu dois savoir, et que, de toute façon, tu as sans doute déjà remarqué, c’est qu’elle est très dangereuse. Et cette Elizabeth en a fait les frais. Mais je vais t’aider à aller mieux.

Il sentit alors un brusque changement. La peine de Caleb sembla s’envoler instantanément, laissant peu à peu place à un état d’apaisement. Le garçon pouvait se sentir couler dans un cocon mental, douillet et chaud, lui apportant un réconfort plus que bienvenue.
Corwin se sentait chauffer, et une petite euphorie l’emplit
.

Je le sens…c’est moi qui ai fait ça! Put…j’y crois pas!!

Il demeura tout de même bouche bée. Personne ne pouvait détecter ce qu’il venait de faire, même pas le receveur de ces changements. Cela était tout à fait imperceptible. Mais Corwin savait qu’il en était la cause, intuitivement. Et le fait d’avoir ainsi calmé Caleb réussissait dans le même temps à le calmer lui-même.
Il sourit.


- Ca va aller. Tu n’es pas seul. Je pense que tu as besoin de repos Caleb, vraiment. Tu as…une sale gueule.

Il pouffa, tentant de montrer à Caleb qu’il ne devait rien craindre sur le moment. Il sentait toujours cet apaisement qu’il lui transmettait. Et cet état pourrait rester un certain temps. Le temps justement que le petit serpent puisse se remettre d’aplomb.

- Nous allons rentrer maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/t12373-corwin-egnis-stigma
Caleb Roarch
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 727
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Fourchelangue (2)
Créature : Humain ?
Date d'inscription : 23/02/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1340/1340  (1340/1340)
Points de mana:
1410/1410  (1410/1410)

MessageSujet: Re: La solitude qui ronge mon âme... (PV Caleb)   Lun 11 Juil - 22:44

Oui.

Avait-il répondu tout simplement. Quoiqu’il n’y ait pas d’autre chose à répondre sur le coup, qu’aurait-il pu répondre d’autre ? Toute la peine, la souffrance, le fardeau qu’il éprouvait s’était dissipé comme un nuage dispersé par le vent. Il n’y avait plus rien. Comme si par la seule présence de Corwin suffisait à le réconforté, à le mettre en sureté.

Oui, tu vas m’aider, car il n’y a que nous pas vrai ? Ce n’est plus une question d’organisation au sein de l’ADT, à nous deux on dépasse ça à présent.

Il quitta la position fœtale qu’il arborait, sous le regard de Corwin, il trouva la force de se lever à présent. Ce n’était pas normal comme sensation, il avait déjà éprouvé ce sentiment de puissance mental, cette force de l’esprit, mais c’était différent, la dernière fois, il était dans un parc, et c’était Andrew qui avait usé d’un charme. Là, il sentait dans son regard, que Corwin n’avait pas réellement forcé son esprit, mais il l’a aidé, il l’a apaisé.

Il n’y a que toi Corwin, que toi qui puisse m’aider, James était le reflet d’un humain, mais toi et moi, on est pas ça, on est autre chose …

Et il sourit, comme un enfant à qui on venait d’annoncer une bonne nouvelle, comme s’il découvrait le plus merveilleux des cadeaux le lendemain de Noel, ou voyait avec joie la taille immense de la dinde le soir de Thanksgiving. Il sourit, il ne se sent pas capable de faire autre chose, il sourit, regarde Corwin dans les yeux, comme dans un supplice étouffé, comme dans un remerciement à moitié pensé.

Je l’ai vu Corwin, le monstre tapi en moi. Il me ressemble, il est moi, mais il ne l’est pas, il est si beau, si pur, si puissant. Et il me veut, il m’a choisi… Tu m’entends Corwin, il m’a choisi !

Et le jeune serpent sourit de plus belle.
Que ce passait-il ? Il ne … pensait pas mot de ce qu’il prononçait, il ignorait totalement l’étendue de ce qu’il lui arrivait, il savait une chose, jamais il n’aurait reconnu être heureux d’être l’artifice, le jouet, d’une telle puissance maléfique, il savait que s’il le pouvait, il dirait à Corwin : « Tu ne comprends pas Corwin, tu ne le peux pas, tu n’es pas à ma place ! Chaque fois que j’utilise cette bague, je me sens plus faible, j’ai l’impression de me détacher de moi-même, de perdre une part de moi, qui se distingue de moi, qui veut se libéré de moi. Et ce qui me fait le plus peur, c’est que cette partie que je perds, elle ne fait pas le poids contre lui, ou elle. Il va gagner Corwin, et quand ce moment arrivera, je crois que je mourrais … J’ai peur Corwin … Si peur … »

Il étouffe, il bloque, il ne comprend pas.
D’où vient de pouvoir qui l’empêche de s’exprimer, qui le modèle, qui change sa façon de s’exprimer ? D’où vient cette chose qui ne lui permet plus de ressentir vraiment ce qu’il ressent, qui enfoui au plus profond de lui ses sentiments qui veulent explosés ? Comme une bombe à qui l’on impose un minuteur, faisant d’elle une bombe à retardement. Cette force savait-elle seulement ce qu’elle faisait ?
Etait-ce Corwin qui lui faisait un tel effet ? Il ne discernait dans ses yeux que cette lueur de satisfaction qui trompait le triomphe. Sans savoir de quoi il retournait, Caleb continua de parler.


J’avais l’impression de vivre un rêve, que beaucoup interpréterai de cauchemar, et il est apparu, lumineux d’une telle noirceur, il m’a montré ce à quoi devait ressembler le monde Corwin, et nous devons nous acquitté de cette tâche.

Son regard se détacha de Corwin, pour se posé à présent sur le château derrière lui. Cette école que James rêvait de voir brulé, et lui aussi d’ailleurs.

Il m’a montré ce qu’il m’a semblé être un de ses souvenirs, c’était pur, mon ami, si pur … Le monde, purifié par les flammes renaitra de ses cendres, et le monde connaitra un jour nouveau !

Il ne lâchait pas son regard, comme si son désir transcendait avec la volonté du mal qui le rongeait.

Le chaos .. C’est la seule solution …

Il se retourna vers le Serdaigle, affichant toujours ce sourire apaisé, forcé.

Oui, c’est à nous qu’il incombe de transformer le monde Corwin.Toi et moi, ensemble !

Non ! Ne m’écoute pas ! Ne m’écoute pas …
Il n’arrivait pas à le pensé, il n’arrivait pas à penser, il n’arrivait plus à pleurer, ni à détester, il n’arrivait à rien, juste à afficher un sourire chaleureux, un visage en paix, et des espoirs plein la tête.


Après tout, nous nous ressemblons Corwin, toi et moi, à quelques différences près, mais nous sommes pareil.

Et là, Caleb sourit de plus belle, comme si la plus belle chose venait d’arriver, ce que communément, les gens voyait sur leur visage quand on leur annoncer un mariage, ou une naissance, ou se remémorer un heureux souvenir. Caleb souriait de la même manière. Heureux de prononcer les mots qui vont suivre …

Oui mon ami, nous sommes des monstres …


Fin du Rp.

_________________

D'un simple regard, la mort nous sépare.
La lumière est aveuglante, elle l'a toujours été. Il faut la détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La solitude qui ronge mon âme... (PV Caleb)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La solitude qui ronge mon âme... (PV Caleb)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Éternelle solitude | Lumi |
» Dans la solitude du desert.
» joséphine ▬ « La solitude effraie une âme de vingt ans »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'École de sorcellerie Poudlard :: Parc et lac de Poudlard-
Sauter vers: