AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Just Can't get Enough -(PV Carnelune)-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jimy Raven
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 1269
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Capacités Spéciales : ... Mystère ...
Créature : Enfant du Feu -
Date d'inscription : 26/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1750/1750  (1750/1750)
Points de mana:
2270/2270  (2270/2270)

MessageSujet: Just Can't get Enough -(PV Carnelune)-   Mer 27 Avr - 9:07

Jimy rentrait, simplement.
Il avait par dessus son épaule quelques rayons de soleil qui éclairaient en passant son visage marqué par la fatigue, assortis d'un coup de vent balayant ses cheveux que légèrement ondulés. Le petit passage sur le terrain l'avait conduit à se retirer plus tôt, lassé de voir ces "enfants" jouer entre eux, courant après la première ball comme si elle avait été effleurée par l'un des plus grands joueurs de "pied ball" moldu. Un petit air auto suffisant, le garçon était déjà parti dans une douce rêverie, ne manifestant, de façon curieuse, aucune émotion en surface. Pourtant Raven avait été contraint malgré lui d'évoluer, tiré, arraché de sa place si confortable. Le coeur brisé d'abord, puis tout le reste, peu à peu. Et pourtant, il ne faisait que saigner. Ce qui en soit devait le rendre plus fort. Son dragon ne l'avait pas quitté, marchant presque dans ses pas, ronronnant presque, couinant pour attirer l'attention de son allié, espérant le consoler. Le garçon finit indéniablement par s'arrêter, se retournant pour serrer son énorme museau contre son torse. La créature ferma les yeux, profitant de ce contact qu'elle aimait tant. Jimy fit chauffer les paume de ses mains pour lui tapoter les écailles, ce qui fit frissonner le dragon. Ces créature qui avaient pourtant le sang froid aimaient vraiment la chaleur.


-Tu m'as suivi ? Je ne pensais pas que tu tenais à me parler à ce point là.

Puis il ferma les yeux à son tour.
Aussitôt, les images d'une rencontre précédentes lui vinrent à l'esprit. Carnelune connaissait James. En observant Jimy, c'était un autre homme qu'elle voyait. Un jeunot bien d'aplomb sur ses jambes, visiblement caractériel, ce même air rêveur néanmoins. Mais il dégageait quelque chose de rassurant, dans lequel on avait volontiers envi de se complaire. Sa présence ne devait indisposer que peu de monde. Pourtant on pouvait lire tout de même une certaine forme de maladresse dans ses yeux, ainsi que la flamme d'une douleur vive le brûlant de l'intérieur. Mais les regard bleu de Raven était profond, orageux, presque chaud à côté de la glace qui avait gelé comme la puissante méduse les cibles des yeux de James. Deux borne de la même pile, pourtant nécessaires pour que le courant passe. La vérité ...


-Alors ? Je suis différent de lui ?

C'est que Jimy ne déplorait pas James.
Il avait eu la force de se libérer, d'assumer de bas instincts qu'il s'était lui même interdit. James était sa version libérée, celle qui avait sans conscience la force de faire tout ce que lui s'était interdit. Si seulement son seul désir n'avait pas été de le détruire ... Observant Carnelune, Jimy sans savoir pourquoi amena devant son regard l'un de ses poignet, une sensation de vide. Il manquait quelque chose ...


-Tu lui as fait un cadeau ?

Si tel avait été le cas, Jimy aurait du le recevoir aussi.
Car le reflet ne peut changer si l'original ne change lui même. Cela voulait-il dire que le processus de séparation avait été entamé et que James avait trouvé un moyen d'opérer la première phase ? Jimy soupira, cela ne lui inspirait rien de bon. Si James devenait incontrôlable, les morts à venir étaient toutes inévitable.


-Tu es la nouvelle assistante d'éducation, si j'ose dire. Comment peux-tu tolérer un être tel que lui dans l'enceinte de cette école ? N'as-tu point ressenti tout le mal qu'il veut aux gens ? Même à ceux qu'il aime ... Les voir mourir, c'est tout ce dont il est capable. Car j'aspire à voir les miens vivre ...

_________________

- Je n'ai plus de coeur que le coeur à ce que je fais - Et j'ai le visage de celui qui n'a plus que rancoeur -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carnelune Evebena
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 348
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 19 ans sorts 1 2 3 MT1-2
Points Prestige : 17
Date d'inscription : 16/03/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
750/750  (750/750)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Just Can't get Enough -(PV Carnelune)-   Ven 29 Avr - 16:31

Il continuait à s'éloigner. Indifférent au contresort qu'elle avait lancé, il quittait le terrain, et Carnelune reprit pied avec la réalité. Elle remarqua distraitement le dragon qui suivait Jimy (un nouveau venu l'avait appelé ainsi), l'infériorité numérique (ou du moins intellectuelle) Serpentard, les remarques acerbes des Gryffondor, et une part d'elle se demanda si en sa qualité de préfète, elle avait pour devoir de remettre ces jeunes gens dans le droit chemin.

*On ne vit qu'une fois...*

Elle chassa leurs paroles infantiles de ses pensées et emboîta le pas à Jimy et à sa curieuse escorte. Sans s'en rendre compte, elle prenait garde à ne pas avancer trop vite, ne cherchant pas à les rattraper. Que faisait-elle là, derrière lui ? Elle n'en savait trop rien. Enfin, si. Elle voulait des réponses. A quelles questions ? Elle le verrait en temps voulu... Une seconde, elle surexposa la silhouette de James à celle de Jimy, et son cœur se serra comme s'il voulait se déchirer de lui-même. Il aurait été aisé de les confondre à cette distance... Mais leurs démarches, leurs postures, et sans doute leurs expressions et leurs paroles, si on ne regardait qu'elles, montraient deux personnes totalement différentes.

Quelques mètres devant elle, le garçon s'arrêta, se retournant et enlaçant le dragon. Elle se surprit en utilisant ce mot. "Garçon". Alors qu'elle aurait davantage utilisé le terme "homme" pour parler de James...


-Tu m'as suivi ? Je ne pensais pas que tu tenais à me parler à ce point là.

*Je ne le pensais pas moi-même...*

Elle s'approcha à quelques pas de lui, se permettant à sa seconde phrase de le détailler avec soin. Elle écoutait ce qu'il lui disait, toutefois sa voix la trahirait si elle s'essayait à parler...

Endormis, quand leur esprit sommeillait, ils devaient être absolument identiques. A nouveau, Carnelune, se sentit défaillir, et chassa l'image de ces deux êtres inconscients, aussi semblables que si un miroir s'était glissée entre eux, de ses pensées.
Elle avait appris, au travers de son frère contre nature quand la lune luisait pleine dans le ciel, à voir aussi bien par les yeux de l'esprit que par ceux physiques. Aussi, quand elle pensait à James, elle voyait certes ses iris bleus, sa peau pâle et ses mèches noires... Mais, sans ce gouffre au fond des yeux, sans ces intonations dans la voix, sans... sans cet air de violon dans chacun de ses gestes, ce n'était qu'une enveloppe vide, une coquille dont on a hérité...

L'âme affecte autant un visage que les gènes. Si la ressemblance entre James et Jimy était frappante, la jeune femme se doutait qu'on pourrait déceler davantage de fragments de caractère identiques entre elle et le reflet.

Elle se rendit compte que, si elle pensait à "garçon" en regardant Jimy, ce n'était en rien péjoratif. Il dégageait une aura plus... légère, qui donnait davantage envie de se confier, et qu'elle associait à l'"innocence" enfantine, quand le courage qu'on manifeste n'est pas une façade mais de la bravoure et de la loyauté à l'état pur. Elle avait été ainsi à une époque... avant que sa famille ne se désagrège autour d'elle. Après, elle en était venue à se considérer comme une "femme" : distante et recluse, au jardin intérieur teinté d'ombres et de sang... comme James lui était apparu. Elle ne faisait que leur transposer ses expériences...
Un instant, en regardant le visage de Jimy, elle le revit nimbé de flammes, un sourire félin sur le visage, un ronronnement dans la gorge... mais quand elle plongea dans ses yeux, elle sut que jamais plus elle ne pourrait les confondre.

Que James soit un reflet, peu importe : elle le voyait comme un être à part entière, et selon les souvenirs qu'elle en gardait, Jimy était une personne toute autre. Aussi put-elle soutenir franchement son regard, et ouvrir la bouche sans craindre d'entendre sa voix trembler.


- Je pense qu'il serait plus correct de dire que c'est lui qui diffère de toi plutôt que l'inverse... dit-elle d'un ton plus léger qu'elle ne l'aurait cru. Mais - arrête-moi si je me trompe... - s'il est ton reflet, alors ne devez-vous pas être une même chair à l'origine, avec les mêmes souvenirs, les mêmes blessures ?

Elle s'arrêta un instant, choisissant ses mots, plus ébranlée qu'elle ne le laissait paraitre par ce qu'il avait dit.

- La seule différence, c'est que vous ne les avez pas exploités de la même manière...

Ses pensées s'égarèrent un instant. L'un disait reflet, l'autre double. Alors James avait-il vraiment eu le choix ? Avait-il réveillé ce que l'éducation de Jimy avait dissimulé, une nature bien plus sombre, osant ce que le garçon se refusait à faire ? Ou, ne pouvant que refléter les émotions de Jimy, avait-il été prédestiné à combattre pour des buts fondamentalement opposés ?

- Tu me dis qu'il est maléfique... Qu'est-ce qui me prouve que tu ne pourrais devenir pareil à lui ?

Toutefois, alors qu'elle le regardait, fier et jeune, si jeune, elle sut qu'il n'était pas être à changer si radicalement. Il avait choisi sa voie...

- Jimy.

Qui suis-je pour pouvoir décider de la part d'ombre en chacun ? Je ne connais pas les limites de la mienne. Je ne connais pas non plus les tiennes, ni les siennes. Et même si je le savais...


Elle se rappela mentalement à l'ordre. Avant d'être l'origine de James, il était surtout un élève... Bien informé apparemment, sans doute préfet. Et il y avait des limites à ne pas dépasser...

Toutefois, s'il avait été de l'espèce à tout confier aux adultes, les choses n'en seraient pas là. Il y avait des blessures communes aux deux, elle le sentait...

* ... Moi qui suis par certains points similaires à eux... Aurais-je pu, si mes choix, si mes sensations avaient été différents, être aussi opposée à ce que je suis, que Jimy est opposé à James ?*

Pâle frisson. Elle ferma ses yeux, penchant la tête, et ses cheveux se répandirent autour de son visage.


- Si je savais ce qu'il était... Est-ce-que je détournerais mon regard de lui ? Ou est-ce-que je tenterai follement de faire ce que je ne peux accomplir ?

J'ai, en acceptant ce poste ici, fait un serment. Jamais je n'ai brisé les miens, du moins au sens où je l'entends... J'ai fait le serment de considérer cet endroit comme ma maison, et chacun de ses occupants comme un membre de ma famille. Mais je ne peux protéger personne d'une ombre...


*Ombre que chacun a en soi.
Tu auras beau me dire qu'il est mauvais... Je le sais sans doute déjà. Mais si tu voyais le sang qu'il y a sur mes mains, tu penserais de même de moi...

Tu me prouverais qu'il est un danger pour cette école... En ce moment, mon cœur broyé se contenterait de dire qu'il n'y peut rien. Ne m'en veux pas, Jimy. Mais si tu recherches une alliée, tu ne la trouveras pas en moi...*

_________________

Cette ombre de visage qui me hante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/t12321-carnelune-evebena
Jimy Raven
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 1269
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Capacités Spéciales : ... Mystère ...
Créature : Enfant du Feu -
Date d'inscription : 26/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1750/1750  (1750/1750)
Points de mana:
2270/2270  (2270/2270)

MessageSujet: Re: Just Can't get Enough -(PV Carnelune)-   Sam 30 Avr - 9:47

- Ce que la raison ignore -

-Demoiselle ...

Susurra-t-il d'un ton plein de remords.
Comment le lui expliquer ? Comment annoncer à cette femme qu'en réalité, James était autant lui qu'il était James ? Liés pieds et mains, comme deux siamois visiblement pareils mais pourtant si différents, chacun une face de la pièce, les deux nécessaires pour l'unité. La vérité, c'est que Jimy était terrifié à l'idée de se séparer de celui qui aurait pu tout aussi bien être à sa place. Les autres ne voyaient en James que de la haine, jusqu'à Carnelune du moins, mais il y avait en lui aussi tant de tristesse. Des larmes de sang qui se ruaient en flaque sur le sol, le vidant de tout son être à chaque instant et pris d'une douleur palpable, il s'empêchait pourtant de hurler ... James ... Se détournant un instant du visage plein de questions qui lui faisait face, le sorcier chercha à se reprendre, secouant la tête, posant les doigts sur son front. Tapotant l'encolure du dragon, il le fit décoller, l'invitant à rejoindre le ciel sans lui. Cette fois, Jimy James Raven resterait bien au sol, s'empêchant d'ignorer encore ce qu'il ressentait vraiment, fuyant la douleur et le mal comme un enfant. Car il en était un, finalement ...

-Tu serais plus forte que moi si tu pouvais détourner ton regard de lui. Oh Carnelune ... Je suis fatigué de lutter. James ... N'est pas mon opposé, c'est mon complément. Sans lui je suis dépourvu de cette rage d'agir, de cette hargne qui me poussait toujours à défoncer le moindre obstacle. De ma passion ... Il est ma force de vivre. Depuis qu'il n'est plus là, je n'ai que ce goût amère dans la bouche, celui de la mort.

Alors c'était vrai ?
Jimy Raven, l'éternel optimiste avait-il perdu sa joie de vivre ? Sans pêché à expié, pourquoi toujours s'efforcer de lutter pour prouver au ciel qu'il a tort ? Pourquoi sourire quand on voudrait pleurer ? Pourquoi se réjouir de la venue d'un nouveau jour, d'avoir plus de temps pour rattraper le mal, corriger ses erreurs ? Jimy n'était plus qu'une pile de lumière à l'état pur, un être blanc dépourvu de toute ombre. Le leader tel qu'on l'imagine. Pas celui qu'il voulait être.


-En fait je suis jaloux. Horriblement jaloux. Il est beau ... Il répond à tous ses désirs sans se soucier des conséquences, il peut pleurer, se libérer de sa peine sans honte et moi ...

Lui, il était coincé.
Du moins il fut prisonnier de son propre corps, incapable de s'en libérer et grâce à James, il pouvait accomplir tout ce à quoi il s'était refusé. Le revers de la médaille, c'est qu'il était contraint d'y assister en simple spectateur. Car à chaque nouvelle horreur commise par James, Jimy en conservait tous les souvenirs. Même à cet instant, s'il se concentrait, il pourrait entendre battre son coeur. La vérité, c'est que les fantasmes ne doivent jamais se réaliser. James était un fantasme, un rêve d'agir et de devenir, un parallèle qui faisait vibrer Jimy à certains instants, une ligne pourtant qu'il ne souhaitait pas franchir.

-Viens ...

Prenant Carnelune par la main, il la tira avec lui à travers des buissons qui formaient un petit bois épineux. Se piquant les jambes en les franchissant, Jimy ne releva pas la douleur et tirant toujours l'autre préfète derrière lui, le sorcier continua encore, puis encore, jusqu'à ce qu'ils ne sachent plus où ils étaient. Atterrissant dans une petite clairière d'herbe haute, sèche, rocailleuse, Jimy cessa de tenir la sorcière et une expression de tristesse sur le visage, il admira un magnifique olivier au coeur de l'endroit.

-La différence essentielle entre James et moi, c'est que face à l'assouvissement de toutes ses plus basses pulsions, il se prive de suivre un but. Et n'avons nous pas tous besoin d'une raison de vivre ? James s'est fixé l'objectif de me détruire, un objectif superficiel qu'il pourrait atteindre mais si ça arrivait, ou si nous étions séparés, quelles seraient ses chances de survie sans moi ? C'est le propre du reflet dans le miroir ...

Puis avançant lentement, Jimy déblaya quelques herbes.
Dégageant le tronc énorme de l'arbre ancestral, le garçon frotta l'écorce un moment, la palpant, tournant autour jusqu'à enfin révéler un coeur dans lequel trônaient deux initiales : "A&S".


-Alan et Sarah Raven. Nos parents. A lui comme à moi. Les circonstances de ma naissance ne sont pas celles de tous les sorciers, des plus communs aux moins normaux. James est né de leur amour, peut être même plus que moi. Mais nous avions un destin à accomplir dès nos premiers cris de vie et c'est lui qui m'a tenu la main, qui m'a donné la force de survivre à toutes ces épreuves. En me quittant, il m'a à la fois libéré et condamné. Il a récolté toute la haine, toute la peine qui m'habitait, toute la rancœur que j'avais contre le monde. Il a le coeur brisé ... Il a unifié le mien en partant. Je n'arrive pas à lui en vouloir, "Dryade" de ses songes, je le connais, voilà tout ...

Quelque part, James avait toujours parlé à Jimy.
Ils étaient sans l'être comme des frères qui s'étaient entre aidés au fil des années, se séparant pourtant à mesure du temps, de par la fin de l'animosité qui animait Jimy, de par la folle volonté de se venger qui consumait James. Il était dangereux, qu'elle le veuille ou non, Carnelune devrait l'admettre.


-Si je ne trouve pas un moyen de l'arrêter bientôt, tout ce qu'il y a de bon en cette école est voué à disparaître ...

_________________

- Je n'ai plus de coeur que le coeur à ce que je fais - Et j'ai le visage de celui qui n'a plus que rancoeur -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carnelune Evebena
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 348
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 19 ans sorts 1 2 3 MT1-2
Points Prestige : 17
Date d'inscription : 16/03/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
750/750  (750/750)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Just Can't get Enough -(PV Carnelune)-   Sam 30 Avr - 15:13

Carnelune s'accroupit, ramassant autour d'elle les plis de son jupon. Une réponse trop hâtive n'était pas de mise ; pas après ce que venait de lui dire Jimy. Elle avait saisi la douleur dans ses paroles, et la rancœur. Alors que quelques minutes avant, elle n'était que renfermement et tristesse axée sur elle-même, par compassion pour lui (ou pour James ?) elle barricada ses propres émotions dans un recoin de son esprit, tout en laissant de côté le masque de froide suffisance qu'elle arborait en public. Si elle avait eu à souffrir de ses choix, Jimy, lui, subissait ceux d'autres que lui.
Elle passa deux doigts sur la gravure dans l'écorce, en un rapide salut à ces deux-là qui avaient su s'aimer, et se releva.


- Quel genre de parents peuvent laisser leurs propres enfants subir ce sort ? Même s'ils ne peuvent le contrer, ils...

Elle s'arrêta. Qu'aurait-elle voulu dire ? Que, plutôt que de laisser un être se scinder en deux parts inégales et condamnées à la souffrance, il valait mieux les plonger dans une nuit, si noire et profonde qu'on n'en verrait jamais la fin ?

Deux moitiés distinctes. L'une dotée de la haine et la passion, l'autre des remords et de la capacité d'aspirer à un but.


- Ne l'envie pas. Il te jalouse autant que toi.

*Comment je le sais ? Je n'ai pas besoin de te le dire : tu en as davantage conscience que moi...*

Il manquait autant à James qu'à Jimy pour être complet. Il n'était pas vraiment un reflet, mais une moitié. Une moitié liée au jeune sorcier qui se tenait face à elle.

Elle laissa son regard dériver sur lui. *Toujours trop jeune pour souffrir, jamais assez vieux pour voir mourir.* Avait-il cherché à la manipuler ? Elle en doutait, mais en tout cas, il avait su trouver les mots qui la touchaient.

*Magie, sorciers... Le monde était bien plus simple quand je me tenais à l'écart de vous...

Non, il était déjà aussi complexe, mais j'avais des œillères qui me le cachaient... Je suis tout aussi dépouillée de scrupules que James. Je vivais au jour le jour, ne me préoccupant que de moi, et voilà que tous les liens que je m'étais refusée à nouer avec les autres, je les trouve déjà solidement tressés entre moi et ces lieux et ces personnes... Au fond, mon choix, ce n'était pas de savoir si j'allais venir ici ou non. C'était de savoir quand est-ce-que je serai apte à venir....*


Et elle avait su que ce moment était venu alors qu'elle retirait sa lame du corps du premier homme qu'elle avait tué afin d'en recevoir de l'argent. Elle l'avait su quand elle avait tourné la tête et vu l'enfant qui la regardait. Elle l'avait su quand il lui avait déclaré :
"Il n'était jamais gentil avec nous... Il nous aimait pas et c'est tant mieux si il est mort." Alors elle avait reconduit le petit dans sa chambre, l'avait bordé, l'avait embrassé, et s'était échappée par une fenêtre.

- Je ne peux rien te promettre, Jimy. Tu sais que je ne m'opposerais pas à lui si je n'y était pas obligée. Le monde s'écroulerait autour de moi par sa faute, je m'enfuirais sans estimer rien devoir à personne.

Elle contempla un instant la petite clairière, l'olivier ancestral, la lumière du soleil sur les herbes et les feuilles. Elle se plaisait ici, mais il n'était pas dans sa nature de se battre à la mort pour une poignée d'idéaux. Toutefois, il n'en était pas ainsi pour tous ceux qui considéraient ce château comme leur foyer.

- Mais je protègerai les enfants. S'il le faut, je les prendrai en charge, pour leur apporter ce qui m'a été refusé. Il n'y a rien de plus que je pourrais, que j'accepterais de faire.

*Et je ne sais même pas comment je réagirais si tu m'annonçais que tu allais le détruire... Ma peau est encore à vif aux endroits où il l'a effleurée... Je ne veux pas avoir à me dire qu'il n'est plus, je...*

Comme une lame de fond qui noie soudain un désert, le désespoir s'abattit violemment sur elle, rouvrant les blessures qui avaient commencé à se refermer, les parsemant de sel, et la douleur emplit son être tout entier, la submergeant, l'empêchant de rassembler ses pensées, son esprit tout entier déchiré par la souffrance. Ses jambes tremblant sous elle, elle chancela et se rattrapa à l'arbre, l'enserrant de ses bras, des spasmes secouant son corps.


- Comment... comment pourrais-je seulement songer à un monde où il n'est plus ? Même si, même s'il n'est pas à moi et ne le sera jamais... Je lui ai dit, que maintenant qu'il était apparu dans ma vie, jamais plus je ne pourrai supporter la solitude... Mais je voudrais au moins avoir l'espoir que si l'apaisement m'est refusé, lui peut aspirer à quelques instants de bonheur... Il a été le seul à trouver la clef qui ouvrait la cage dans laquelle je m'étais enfermée, ne... Ne me demande pas de prendre une part dans sa disparition. Je ne peux le voir autrement que comme il m'est apparu... car je sais que je ne rencontrerai plus jamais un être comme lui.

S'effondrant au sol, dissimulant son visage dans ses mains pâles, elle tenta de faire taire la tristesse et la douleur, mais ne parvint qu'à les rendre plus vivaces encore. Elle n'avait pas oublié la présence de Jimy, et, pour lui, parvint à dire de sa voix habituelle, sans qu'elle soit secouée de sanglots :

- Les enfants. Tous ceux qui ne peuvent se défendre par eux-mêmes. Il n'y a que s'il s'en prend à eux que je me lèverai contre lui.
Tu t'es adressé à la personne la moins susceptible de te comprendre, Jimy. Je m'en excuse... Mais je ne peux pas être celle que je ne suis pas.

_________________

Cette ombre de visage qui me hante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/t12321-carnelune-evebena
Jimy Raven
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 1269
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Capacités Spéciales : ... Mystère ...
Créature : Enfant du Feu -
Date d'inscription : 26/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1750/1750  (1750/1750)
Points de mana:
2270/2270  (2270/2270)

MessageSujet: Re: Just Can't get Enough -(PV Carnelune)-   Dim 8 Mai - 16:07

- Au commencement -

-Mais je ne veux pas de ton aide ...

Susurra-t-il simplement.
Se posant de l'autre côté du gros tronc, il fixa les lieux, fermant les yeux un court moment pour s'apaiser. A l'inverse de Carnelune, Jimy ne sut se retenir et en l'espace seulement de quelques instants, il laissa une larme couler le long de sa joue pour évacuer sa détresse, sa peur et sa colère tout en même temps. Mais elle ne le vit pas. Jimy ne voulait pas la raisonner, il voulait qu'elle accepte. James et lui étaient voués à disparaître ensemble si aucune conciliation n'était faite. Il ne s'en était pas pris aux enfants, il fallait être fou pour ignorer qu'inévitablement, il en viendrait là. Et attendrait-elle que quelqu'un meurt pour réagir enfin ? Jimy sentit un certain dédain à son égard augmenter en lui. Finalement, peut être n'était-elle pas aussi forte que James le lui avait fait ressentir. Esquissant un très vague rictus peiné, le jeune Raven l'interrompit cependant dans ses dernières paroles.


-Je sais aussi bien que James qui tu es. Je ne te demande pas d'aller contre ta nature, seulement de croire en une chose et une seule ...

Puis il baissa les yeux.
Jimy fit alors doucement le tour de l'arbre et attrapant l'une des mains de Carnelune, il instaura en elle une chaleur sans nom, réconfortante, tout le contraire de James. Jimy était un être de lumière en cet instant, la peau aussi scintillante que l'éclat du soleil et il lui adressait un regard plein de compassion ... La dernière volonté avant d'enfoncer plus encore la lame déjà prise dans une plaie béante.


-Il détruira tout ce qu'il touchera.

Elle l'aimait, c'était évident.
Avançant ses lèvres vers le front de Carnelune, Jimy y déposa un tendre et doux baiser. Puis se retirant, il s'éloigna d'elle, s'asseyant à nouveau mais cette fois juste à côté, lui lançant de temps à autre des regards, parcourant sa peau blême. Elle était si belle ... Jimy se plongea alors dans un souvenir profond, ou plutôt le souvenir d'une histoire que lui racontait souvent sa mère.


-A l'aube des temps ... Quand l'homme n'était encore que l'esclave des éléments, sans contrôle sur eux, soumis aux dieux, le monde était dangereux. Il n'y avait nulle endroit où s'établir, nulle lieu où survivre. Et nous n'étions encore qu'une petite tribut. Cinq, peut être si personnes. Parmi eux, un sorcier. Il inculqua la théologie à ses congénères, les poussa à croire en une force inhérente, à le fois en nous et hors de nous. Mais face à la lourdeur de se cacher sans cesse, le peuple des hommes en avait fini par oublier la beauté du soleil, toujours reclus dans de sombres cavernes, seul endroit où nulle ne pouvait les atteindre. Et un beau jour, le sorcier leur enseigna comment voir, comment parler aux créatures magiques. De façon étonnante, elles avaient appris à survivre en ce monde hostile où nulle autre n'avait su s'épanouir. Malgré la crainte qu'elles avaient des hommes, elles acceptèrent de leur montrer ... Et le temps passa. Les premiers élémentalistes naquirent. Maîtrisant le feu, la terre, l'eau, l'air ... Tous les ingrédients utiles à la vie. Mais ce n'était pas assez. Un beau jour, les choses menacèrent de se compliquer et les créatures, soucieuses du monde comme toujours, en étant les gardiennes, décidèrent de choisir des élus parmi les humains les plus nobles, afin de leur insuffler le souffle d'un des éléments. Mais parmi tous les éléments, il y en ait un, plus exclusif que tous les autres, un qui ne daignait pas se complaire dans un hôte et qui pourtant ne souhaitait pas non plus être inhérent à tous, égoïste ... Le feu ... Il était une femme, dans le monde des Gobelins pour laquelle une pierre magique avait accepté de scintiller une fois. Elle avait été emplie de tristesse, frappée par le sort de l'infertilité, alors qu'elle désirait plus que tout avoir un enfant ... Une nuit, un malheur eu lieu et elle tomba terriblement malade. Le chef Gobelin savait que sa pierre de feu, offrande des plans élémentaires n'avait jamais scintillé pour qui que ce soit ... Alors, dans le doute et face à cet élément mourant qu'était le feu, il présenta le corps de la mère à l'élément. La pierre l'adopta ... Sous un cortège funèbre, Sarah Raven fut choisie pour porter l'enfant du feu. La vie au creux de ses entrailles vint à naître et la légende tant attendue par les Gobelins se réalisa. Ils avaient un élu ... Alan Raven était bien entendu comme un père pour l'enfant, d'un point de vue biologique, mais il savait qu'au plus profond de son premier fils, ce n'était pas son sang qui coulait dans ses veines. Les Gobelins supplièrent les Raven de protéger l'enfant du mal, de le garder jusqu'à maturité, jusqu'à ce qu'enfin il puisse accomplir sa mission, à l'abri des regards malfamés. C'est ainsi que furent liés à lui une Elfe de maison, un dragon et la pierre elle même, reflet de son porteur.

Jimy s'interrompit alors un instant, reprenant son souffle. Il n'avait jamais parlé de cela à personne avant aujourd'hui ...

-Je n'en suis pas sûr, mais il se pourrait que James soit l'émanation de la pierre, son enfant à l'état pur ... Je suis humain en apparence, mais au fond de moi, je ne l'ai jamais été.

Le sorcier relâcha alors son corps.
Timidement, il plongea l'une de ses mains dans sa poche de pantalon et toujours hésitant, il en tira une magnifique pierre lui prenant la main, d'un rouge vif, presque couleur sang et dans un léger scintillement, le minéral se mit à irradier d'une beauté sans nom, réduisant la peine en ces lieux presque à zéro, la transformant en une étrange compassion.


-Je suis soumis à un destin tellement plus fort que moi et ... J'ai si peur ...

Puis il plongea son regard dans celui de Carnelune, de démordant pas, ne la quittant des yeux sous aucun prétexte. Un regard bienveillant et aussi envieux au possible ... Un regard dangereux ...

_________________

- Je n'ai plus de coeur que le coeur à ce que je fais - Et j'ai le visage de celui qui n'a plus que rancoeur -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carnelune Evebena
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 348
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 19 ans sorts 1 2 3 MT1-2
Points Prestige : 17
Date d'inscription : 16/03/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
750/750  (750/750)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Just Can't get Enough -(PV Carnelune)-   Jeu 19 Mai - 17:16

- Tu m'as montré... -

Carnelune regarda longuement Jimy. Elle n'avait jamais cru aux contes de fées, même tout petit enfant, mais l'histoire que venait de raconter le Gryffondor semblait bien loin de se dérouler dans un monde enchanteur où la fin est toujours heureuse... Car dans notre univers, la paix n'est trop souvent qu'une illusion, et cela, Carnelune, et Jimy aussi, ne le savaient que trop bien. Élevée au milieu de Moldus, la jeune femme n'avait laissé que peu de place dans sa vie pour la magie, et elle sentait qu'elle ne comprendrait jamais tout ce que Jimy venait de lui dire. Parallèlement, elle se doutait aussi qu'il n'attendait pas d'elle qu'elle en réalise toutes les implications - pas maintenant...

Baigné de l'étrange lueur qui émanait de la pierre, le visage du garçon était figé, ses yeux rivés aux siens. Étrange spectacle qu'ils devaient donner tous les deux. Elle, pâle et osseuse, drapée dans ses vêtements sombre. Lui, tenant au creux de sa main cet étrange artefact, ressemblant à un esprit égaré au milieu des hommes. Et la pierre en elle-même, scintillant comme un astre, teintée du plus sombre des rouges... Plus que jamais, Carnelune se sentait étrangère à ce monde. Mais il lui semblait qu'une présence, partout autour d'elle dans cette clairière, lui insufflait une confiance en elle qu'elle avait oubliée, et, pour la première fois, elle pensa clairement que ce n'était pas à elle de s'adapter, mais à ce peuple de sorciers de l'accepter telle qu'elle était.

Prenant le menton du jeune homme entre deux doigts, elle lui fit relever la tête.


- Face à la peur, il n'y a nul conseil que je peux te donner. Mais si ce poids s'est déposé sur tes épaules, c'est que tu es capable de le porter. Je... Je n'ai jamais été douée pour parler. Peut-être même jamais douée pour penser. Je ne sais pas serrer les gens sur mon cœur, je ne sais même pas si j'ai ce qu'on appelle du "cœur"... La compassion et la capacité de réconforter sont deux des choses que j'ai perdues dans mon enfance. Pourtant, je peux t'assurer qu'il y a une partie de moi qui désormais te soutiendra, où que tu sois, quoi que tu fasses.

* Qui vous soutiendra tous les deux... Peut-être que ton destin est un fardeau que tu ne pourras pas supporter. Mais, à deux, vous irez bien plus loin que vous n'auriez pu l'espérer...*

Carnelune se releva, épousseta son jupon. Elle laissa son regard glisser encore une fois sur le jeune homme, sur la pierre qui flamboyait entre ses doigts, appréciant le simple réconfort qu'elle lui prodiguait. Elle n'était encore au fond qu'une enfant, qu'on avait fait jouer trop tôt dans la cour des grands, mais maintenant qu'elle avait été confrontée pour l'une des rares fois de sa vie à des personnes plus pures et plus jeunes qu'elle, maintenant qu'elle avait réalisé ces gouffres en elle et à quel point ils la blessaient, elle découvrait ce penchant de l'esprit : l'humanité...

Encore au fond d'elle, se tenait tapis le désespoir et la tristesse, mais la chaleur de la pierre les avait refoulés, et le regard de Jimy les avait scellés, du moins pour un temps...

*Jimy, tu m'as montré bien plus que je ne le méritais, et j'en suis... reconnaissante ? Je te l'ai dit, je ne serai jamais ton alliée, je ne serai jamais celle de personne. Mais tu es bien plus grand que tu ne le crois...*

_________________

Cette ombre de visage qui me hante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/t12321-carnelune-evebena
Jimy Raven
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 1269
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Capacités Spéciales : ... Mystère ...
Créature : Enfant du Feu -
Date d'inscription : 26/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1750/1750  (1750/1750)
Points de mana:
2270/2270  (2270/2270)

MessageSujet: Re: Just Can't get Enough -(PV Carnelune)-   Jeu 2 Juin - 13:55

Sweet Dreams

Une ritournelle infernale implacable. Une fin lente et agonisante.
On était tous des pions sur un vulgaire échiquier. Et combien, combien avait la force d'oser braver la loi des couleur pour poser le pied sur une autre case que la sienne. Le monde est vaste et sombre, plus noir à chaque jour comment le mauvais sort d'un de ses nombreux atours. Jimy était un objet, un objet dans ce monde de brutes qui ne voulaient que sa mort. Mais il avait eu la décence de se rendre utile. Qui était James ? Cet homme, ce jeune homme sans peur au visage d'ange. Qui le savait seulement ? C'était un petit jeu infernal auquel Raven n'était qu'un spectateur. Il se voyait souvent dans cette glace froide et vide de sens, se détestait, subissait la lourde désillusion de sa laideur. Oui, parfaitement, car il se trouvait laid. Il y a plusieurs sens à laideur, beaucoup ne réalisent pas son étendue mais ils ne s'arrête qu'à un facteur aussi superficiel que le suppose le contraire de la beauté. Sur un vaste terrain vide de pots cassés, au beau milieu de nulle part il était un indésirable à sa personne vulgairement tiraillée entre une complaisance externe et un sentiment d'insalubrité profond. Il était une bâtisse en ruine, un monument bouffé par les infectes effluves du temps. Un morceau de ruban noir à l'état brut, enroulé autour d'un écrin de nacre dont la nature était corrompue par ce filet léger et si sensible à l'oeil. On ne voyait que lui. Et dans son plus grand malheur, James comme Jimy devait sentir la réalité d'une dualité aussi dure et inextricable ...

Some of them want to abuse you ...

Pourquoi lutter ? Il serait tellement délicieux de se laisser tomber.
A deux, c'était pire. Jimy et James n'agissaient pas ensemble, comment l'un pouvait-il supporter son autre, si l'autre et aussi "impuissemment" incapable de réagir face à la violence d'un regard fugace ? N'être que deux objets, qui, maladroitement disposés engendre l'angle mort le plus blafard, aussi pâle qu'une neige stérile recouvrant le mauvais sort d'un sol sans fertilité. Ils voulaient tous le toucher, effleurer sa joue comme pour l'atteindre dans sa toute puissance. Car son plus grand bien, leur plus grand mal était d'être intouchable. Le contact de la peau, ces deux doigts lui tenant le menton, il ne les vit pas comme agression. Il la fixa, simplement, épar. Que pouvait-il lui dire ? Effleurant à son tour les longs cheveux brun de la jeune femme, il retira vaguement l'immense pouvoir de la pierre et l'immola à nouveau de leur vue. Plongé dans le noir de sa poche, le garçon ferma les yeux, il était drogué.

Some of them want to use you ...

Le monde n'était pas beau, en rien joyeux. Un immense ramassis de conneries. Et Raven restait là, le fixant béatement face à la joie de réaliser qu'il n'en faisait plus partie. Il n'est pas de cruauté à la singularité, pas plus qu'à vouloir se sentir autrement plus dispersé à des choses moins brutes que l'immuable monde quotidien. Etait-il plus désirable parce qu'il était libre ? Tous ceux qui ont des chaînes veulent toucher du doigt la liberté. Ils ont tort ... Ils se trompent. Ce n'est pas sa liberté qu'ils veulent. Ce n'est pas son pouvoir, sa force de s'écarter des sentiers battus, ce n'est pas son bien le plus précieux ...

Some of them want to get used by you.

Jimy tourna finalement de nouveau le regard sur Carnelune, sa beauté froide, son rictus inversé, l'emprunte de la tristesse sur ses pommettes grises. L'absence de tout ce qui aurait du la composer, l'effet inverse même de sa distendue composition. Elle était ailleurs aussi, isolée du bien vécu et des bonnes aventures. Une gitane, dansant sur le feu de son bûché fraîchement illuminé dans un éclair de haine. Les gens beaux n'ont pas le droit d'exister autrement que dans les contes ...


-Ils sont prêts à tout pour cacher leur laideur.

Murmura-t-il dans un non sens contraignant.
Il s'éprit à se reprendre, convaincu qu'il devait s'y tenir. Elle attendait qu'il soit James. Il attendait qu'elle ne soit plus. Être demeurait tout le problème. Un filet d'air, c'est ce qu'ils auraient du être, s'aérer, éprouver la paix d'un ultime flottement. S'évanouir en pleine nature, aussi vite que l'on été apparus. Elle était une femme, une si belle femme. Il aimait son absente présence, complètement déchirante.


-Je comprends pourquoi James s'est pratiquement entiché de toi.

Et se relevant, il commença à s'éloigner, visant une sortie théâtrale pour le moins grotesque. Le suivrait-elle ?

Some of them want to be abused ...

_________________

- Je n'ai plus de coeur que le coeur à ce que je fais - Et j'ai le visage de celui qui n'a plus que rancoeur -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carnelune Evebena
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 348
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 19 ans sorts 1 2 3 MT1-2
Points Prestige : 17
Date d'inscription : 16/03/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
750/750  (750/750)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Just Can't get Enough -(PV Carnelune)-   Sam 18 Juin - 18:43

- Et ces larmes de sang... -

Avait-il conscience de la splendeur qu’il dégageait ?

Une dureté froide, un air glacial, l’expression d’un homme qui porte sur ses épaules le poids de tout un monde… En ce moment il ressemblait tant à James, teinté de l’amertume qu’elle avait goûtée du bout des lèvres chez le reflet, qu’elle contempla sa nuque d’un regard brûlant, chargé de tout le désir qu’elle avait refoulé, de toute la haine et l’amour qu’elle éprouvait pour cette ombre qui avait commis ce que nul autre n’avait jamais osé ; ouvrir la porte de son univers et en prendre la place centrale… Un regard plein de mots qu’elle ne pouvait dire, de larmes qu’elle ne pouvait verser, de gestes qu’elle ne pouvait faire… Elle s’était affranchie des règles communes il y a longtemps, mais s’en était appliqué à elle-même de si implacables qu’elle se retrouvait pieds et poings liés, et ce de sa propre volonté… Ne pas montrer ses sentiments. Ne pas faire confiance à nul autre qu’à soi. Ne pas s’attacher.

Ne pas montrer ses sentiments…
En avait-elle seulement ? N’était-elle pas qu’une stature de marbre blanc et froid même caressé par le soleil, son cœur de pierre incapable de s’émouvoir ? Comment pouvait-elle appeler sentiment ce qui étreignait son esprit un moment avant de disparaitre, car ce serait dire qu’elle aimait celui, qu’elle aimait ce qui la détruisait ? Des gouttes salées coulant le long de ses joues quand son être si restreint se perchait sur la ligne qui séparait la raison de la folie, afin d’endiguer le peu d’émotions qu’elle savait contenir…

Ne pas faire confiance à nul autre que soi…
Mais elle n’avait plus aucune confiance en elle.

Ne pas s’attacher…
Et James était apparu, sombre et lumineux, tout ce qu’elle avait jamais osé imaginer réuni dans un être à la pureté imparfaite, chargé d’émotions tellement plus intenses que celles qu’elle se permettait de dessiner dans ses songes. Et elle s’était livrée à lui, sans réfléchir, sans conditions, envoutée par cette ombre qui parlait la même langue qu’elle…
Et il l’avait trahie, d’une trahison qu’elle acceptait certes ; mais elle leur en voudrait éternellement, à lui et à elle-même, de lui avoir laissé croire que quelqu’un, quelque part, penserait à elle de temps à autres… Lui avoir laissé croire que quelqu’un tenait à elle, non par obligation mais par choix, parce qu’elle avait su conquérir son coeur… Elle s’était enfuie en réalisant que cela ne pouvait être entre James et elle, mais elle avait au moins espéré qu’il lui garderait une place dans son esprit…
Et Jimy de ses derniers mots balayait tout ce à quoi elle aspirait encore, lui causant un mal encore plus grand que le bien que lui avait procuré la pierre.

Lui se détournait d’elle, chassant de son visage et de ses gestes ce qui l’avait fait ressembler à la seule personne qui ait jamais su la conquérir, redevenant le garçon qu’elle avait commencé à apprécier, mais qui avait su la blesser aussi bien que l’avait fait James.

Demoiselle sombre, figure onirique et cauchemardesque, silhouette droite à côté de l’arbre. Son cœur était brisé, mais sa volonté perdurait, et maintenant que Jimy avait ôté tout espoir de son âme, elle se retrouvait exactement telle qu’elle était arrivée ici. Sans attaches, pleine des regrets et des ressentiments que lui avaient causé chacune des personnes qui avaient revêtu à ses yeux le voile de l’amour… Des parents disparus trop tôt. Un grand-père qui ne l’avait pas comprise. Un petit frère qu’elle n’avait su protéger. Un oncle qui avait perdu son respect.

Un reflet qu’elle peinait à oublier.

- ... mais qui ne parviendront pas à me détruire. -

Mais son regard n’était plus chargé de tristesse. Ses iris avaient regagné cette fixité inhabituelle chez les humains normaux, mais plus parce qu’elle refoulait ses sentiments. Parce qu’elle les acceptait, ses yeux retrouvaient une dureté de fer, celle de ceux qui ont le cœur lourd, supportent son poids et se servent des obstacles qu’il place sur leur passage pour avancer.

Elle ne se laisserait plus hanter.
Le violon qui jouait près d’un lac, dans son univers, résonnait de plus en plus fort, mais elle ne le fuyait pas.

Elle ne se cacherait plus ce qui germait en elle.
Elle aimait James.

Elle ne se ferait plus d’illusions.

- Contrairement à vous deux, je suis seule.

Elle l’avait toujours été. Elle le serait probablement toujours. Mais tenter d’éviter cela serait combattre sa nature.

Un sourire fleurit sur ses lèvres. Il n’était pas joyeux, il n’était pas rassurant. Il était l’accompagnant parfait à ses prunelles de fer trempé.

Carnelune plongea dans une profonde révérence adressé au dos de Jimy. Geste ironique, parodie sombre des grandes dames d‘autrefois.

*Pratiquement entiché de moi… On ne peut éprouver autre chose pour moi qu’une attirance passagère ou une crainte et un mépris tenaces. Nous sommes tellement différents, petit bout d’homme…*

Se détournant de lui, elle s’enfonça de sa souple démarche féline dans les broussailles, se dirigeant vers l’orée du bois. Comme son rêve avec James s’était fini sans un au revoir, sa rencontre avec Jimy s’arrêtait là. Elle s’arrêta, se retourna à demi, fixant les mèches brunes du Gryffon. Le sourire sur ses lèvres s’étira, et elle quitta là ce lieu qui désormais lui était dédié, comme le lac dans ses pensées se référerait toujours à James.


_________________

Cette ombre de visage qui me hante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/t12321-carnelune-evebena
Jimy Raven
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 1269
Age : 27
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3 SPE 1 2
Capacités Spéciales : ... Mystère ...
Créature : Enfant du Feu -
Date d'inscription : 26/02/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1750/1750  (1750/1750)
Points de mana:
2270/2270  (2270/2270)

MessageSujet: Re: Just Can't get Enough -(PV Carnelune)-   Jeu 30 Juin - 9:40

En quittant la place, Jimy repensa à Carnelune.
A ce qu'elle avait dit, pu sous entendre et dans sa tête, aucune parole ne se bousculait vraiment. Les choses n'étaient pas particulièrement significatives, pas plus avec elle qu'ailleurs, mais elle avait une façon de les faire vivre qui lui était propre. Jimy pouvait encore visualiser l'entrevue qu'elle avait eu avec James, leurs regards complice, il sentait la musique en lui. Mais il était allergique à la mémoire de son reflet, comme un poison qui venait l'asphyxier, l'empêcher lentement de respirer. Il suffoquait d'ailleurs. Enfin seul il se mit à courir dans la lande, aussi vite que possible et lorsqu'enfin il trouva un coin tranquille, il alla s'adosser au premier arbre assez fort pour le soutenir. Les deux mains sur les genoux, il se pencha légèrement, tentant le tout pour le tout afin de se reprendre, évacuant tant bien que mal les nausées qui l'accablaient. Une lame monta lentement vers son oeil gauche et passant le revers de sa main sur sa joue, il l'essuya délicatement, reniflant allègrement pour se déparer de sa tristesse soudaine.

-Pourquoi ressentir toutes ces choses alors que je les ignore pourtant ?

[i]Mais il avait besoin de se défouler encore, de se détendre.
S'élançant à nouveau dans les broussailles, Jimy se mit à courir aussi vite que possible, à vive allure, il accéléra encore et encore, jusqu'à se perdre dans la lande sans même se retourner. Il voyait encore au loin les tours de Poudlard, majestueuse mais bien ternes pour un moment plutôt éclairé. Il ne savait pas pourquoi il courait, seulement qu'il en avait le plus grand besoin et sans se poser de questions, il continua encore un peu, sentant le vent passer dans ses cheveux. Jusqu'à s'écrouler de fatigue sur le sol. Un bruit de cassure retentit dans sa poche. Passant une main sur son pantalon assorti à son gilet de Gryffondor, le jeune brun en tira un tout petit cadre en argent dont la vitre avait souffert. En admirant bien la photo, il put reconnaître Djaniah lui embrassant la joue et faisant signe à l'objectif, des séries de bonjour répétés et des bisous à n'en plus finir. Un maigre sourire sur les lèvres, le garçon se redressa sur lui même, les fesses sur le sol et sans attendre, il entreprit une méditation quelconque pour se débarrasser des noires pensées qui l'avaient assaillies.

-Peut être que finalement je ne suis pas fait pour fouler cette terre. Ô puissant éléments, pourquoi m'avoir offert à elle si c'est pour me donner l'envie de m'en défaire ?

Et sans ajouter un seul mot, il ferma les yeux.
Pour la première fois depuis longtemps, un élan de sérénité s'offrit à lui et sans attendre il s'envola dans un songe léger et pur, dénué de toute obscure pensée. Mais chaque fois qu'il fermait les yeux, tâchant de s'enfouir dans son subconscient, il sentait qu'il y avait un vide au creux de son encéphale, comme la marque déplaisante d'une dispersion. Comme si on l'avait amputé d'une part de son esprit. Mais en se concentrant bien, vraiment beaucoup, il pouvait tout de même sentir la partie de lui qui lui avait échappé, de façon diffuse, lointaine ...

-James ... qu'as tu fait ?

- FIN -

_________________

- Je n'ai plus de coeur que le coeur à ce que je fais - Et j'ai le visage de celui qui n'a plus que rancoeur -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Just Can't get Enough -(PV Carnelune)-   

Revenir en haut Aller en bas
 
Just Can't get Enough -(PV Carnelune)-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'École de sorcellerie Poudlard :: Terrain de Quidditch-
Sauter vers: