AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loélia Dannan
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
avatar

Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
600/600  (600/600)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Lun 25 Avr - 17:24

J’étais revenu par le dernier train. D’ailleurs, j’avais été surprise par le nombre d’élèves qui ne quittaient Poudlard que le temps du week end de Pâques. Ma foi, ce n’était pas si improbable que ça avec les révisions à mener, les examens qui approchaient à grand pas, et il faut dire que l’école était tout de même d’un accueil agréable en cette saison. J’oubliais bien sûr les sportifs qui ne rateraient pas un seul entrainement de vol quand bien même on leur aurait coupé la main.

Je profitais de la fin de l’après midi pour errer dans les serres de botanique. C’était un endroit calme et reposant où j’étais certaine de ne croiser personne puisque assez éloigné du château. J’aimais cet endroit. Cette odeur de terre humide et d’engrais, mêlé au parfum des fleurs. Le plus entêtant était celui des fleurs qui pendaient au plafond. Je griffonner quelques fleurs par ci, rédigeait une note ou deux par là. Le figuier Abyssinien était l’un de mes sujets d’observation favori. Tellement intéressant que je ne vis absolument pas que de lourds nuages gris s’étaient amoncelés au dessus du lac, masquant le soleil et se déplaçant aussi vite que de la fumée portée par la brise.


Les orages étaient ma plus grande terreur. On m’avait diagnostiqué bronthopobe il y a trois ans. Si j’avais su ce qui allait me tomber sur la tête ce soir là, je me serais gentiment réfugiée dans le dortoir en attendant que cela passe. Or un orage se préparait. Chose non pas exceptionnelle au vue des températures anormalement élevé de ce mois d’avril mais à laquelle je n’avais pas songé devoir faire face seule et isoler dans l’une des serres de l’école. Quoi qu’il en soit, la nuit semblait être tombée en quelques minutes. Intriguée par cette soudaine obscurité, je jetai un œil à l’extérieur et je fus presque immédiatement accueillie par un grondement sourd. Non pas comme ceux que l’on pouvait comparer à des tirs d’artillerie et qui précédaient en temps normal un orage normal. C’était plutôt une détonation supersonique, comme lorsqu’un avion de chasse franchissait le mur du son.


Je reculais, le visage blême. Un autre éclair éclaira le ciel. Malgré ma phobie, je restais stupéfaite face à l’évènement qui se déroulait sous mes yeux. Le ciel était rouge sang et non blanc, comme c’est le cas lorsque la foudre tonne, puis il s’est brusquement éclairci. Un profond silence a suivi … Jusqu’à ce qu’un coup de tonnerre fracassant ne fasse vibrer les vitres. Sa violence fut elle que je sentis mon cœur dégringolé dans ma poitrine et mes jambes se dérober. Par je ne sais quel instinct stupide, je suis rentré me réfugier sous une table de la serre en claquant la porte. Je n’arrivai pas à contrôler les battements de mon cœur qui tapait si fort dans ma poitrine et mes mains de trembler. Dehors, les éclairs de feu continuaient de tracer des zigzags de feu et le ciel était toujours de cette étrange couleur pourpre.


_________________



Quand les larmes de l'ange inonderont la Terre, alors s'ouvriront les portes de l'Enfer.Et tandis que les anges seront sur le point de mourir, ce sera au jeune homme de périr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinx Rowel
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Age Roleplay + Sorts : 21 ans sorts 1 2 3 4 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Duellisme (2) / Hyper-sécrétion d'adrénaline (1) / Occlumancie (1)
Créature : Humain
Date d'inscription : 24/11/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
880/880  (880/880)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Lun 25 Avr - 18:04

Depuis quelque temps, une étrange rumeurs courait au sein de l'école. Mais les rumeurs sont bien fondées sur quelques choses, non ? Ainsi, juste par curiosité, Jinx s'était rendu dans les serres qui serait le théâtre de plants de cannabis. De toute manière, cela m'étonnerait beaucoup, le professeur Madec est tout à fait compétente ... et puis c'est mon devoir aussi !

En effet, si quelques plantes prohibées devaient se voir pousser pour ensuite donner naissance à un quelconque trafic, il était du devoir de Jinx d'intervenir. Aussi se dirigeât-il sous une pluie battante vers les serres. Lorsqu'il arrivât, Jinx se félicitât d'avoir emprunté un anorak car seul ses chaussures n'avaient pas étés protégés par le manteau de caoutchouc et ses chaussettes était imbibées d'eau.

Il poussât lentement la porte fermée et pénétrât dans la serre habituellement fermée à clé. Botrange ... Sortant sa baguette de sa poche intérieur, Jinx alluma en allumât l'extrémité et commença ses recherches lorsqu'il aperçu une petite silhouette blottit sous la table, une petite fille apparemment.
Se baissant, il vint à sa rencontre toujours sur ses gardes (on ne sait jamais quelle créatures peuvent trainer dans les serres ), il lui était déjà arriver de voir un botruc se glisser entre ses jambes durant un cour de cinquième années où ils avaient dû extraire de la sève d'arbre du cap. Puis il vit un petit uniforme de l'école, s'était une élève.


Hey, petite, ça va ? N'ai pas peur, je m'appelle Jinx, je suis préfet.

Jinx voulait sa voix rassurante et la gamine leva les yeux vers lui, yeux emplit de terreur. Il y a quelques choses ici ou tu as seulement peur de l'orage ? Jinx se permit un petit sourire mais la boutade n'avait pas l'air du gout de la jeune fille ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/presentations-et-biographies
Kurun Aven
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 172
Age : 26
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Prescience (1)
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 19/08/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
560/560  (560/560)
Points de mana:
520/520  (520/520)

MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Lun 25 Avr - 19:23

Kurun aimait l'orage, mais, la pluie qui l'accompagnait se faisait trop froide pour la bretonne. Aussi, elle se glissa dans le premier bâtiment ouvert qu'elle trouva : la serre.
Sous les panneaux de verre, elle pourrait se délecter de la vision éclatante de la nature, et ce, sans tomber malade.
Anrev l'accompagna à l'abri, se posant enfin sur le bras de sa maîtresse, profitant de son perchoir pour secouer son plumage mouillé. Elle rit aux éclaboussures incertaines et à l'apparente mauvaise humeur de l'oiseau qui se recroquevillait sur lui même.

- Tu as froid mon beau... Pourtant, ce temps là est le tien non ?

Elle se tourna, plaçant le faucon devant elle pour mieux le caresser, admirant le ciel saigné par les éclairs le transperçant.
Soudain, elle se retourna vers une présence derrière elle. Là, derrière les tables se découpait une silhouette qu'elle ne reconnu pas peine. Elle ferma les yeux, silencieuse, se concentrant.
---(Flash)---
Insigne.
Gryffondor.
Brun.
Enfant apeurée.
Poufsouffle.
Mains serrées.
Plumage.
Assurance.
Sourire.
Jinx Rowel.
---(Flash)---


La petite scenette qui venait de se dérouler sous ses yeux la fit sourire. En se rapprochant, elle vit que c'était effectivement Jinx, qui était occupé sous la table. Trop occupé pour se rendre compte de la présence de la jeune femme.

- Jinx, ça va ?

Annonça-t-elle d'une voix certaine. Si sa vision était exacte, il y avait sous la table une très jolie jeune fille, morte de peur, que Jinx tenterait de rassurer.
Elle s'approcha encore et se mis à genoux à côté de son camarade, penchant la tête pour voir ce qu'il observait.
Anrev, quand à lui, s'était redressé. Droit et fier comme un coq sur le bras de la jeune femme. Il avait adopté l'air serein de sa compagne, qui, tendrement, souriait à la petite chose blottie contre le sol de terre battue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/t12163-kurun-aven#244786
Caleb Roarch
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 727
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Fourchelangue (2)
Créature : Humain ?
Date d'inscription : 23/02/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1340/1340  (1340/1340)
Points de mana:
1410/1410  (1410/1410)

MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Lun 25 Avr - 21:21

Qu’est-ce qu’une balade dans la forêt Interdite avait d’exceptionnelle ? Et bien juste le fait que ce soit interdit premièrement, mais Caleb aimait cette ambiance solitaire qui s’en dégageait, enfin solitaire, d’innombrables espèces vivaient dans ces bois, et bien qu’il aimait être seul, il préférait de loin la compagnie de ces êtres que celles des autres élèves.
Il s’était même fait un ami, un Taipan Intérieur, un rare reptilien vivant normalement en Australie, trop timide pour être remarqué dans ces bois, et trop venimeux pour avoir été remarqué par quelqu’un. Caleb avait fait toutes les démarches pour se lier avec cet animal, de plus entre serpent, pourquoi ne s’entendrait-il pas ? Caleb était tout aussi dangereux que le serpent, et c’est pour cela qu’ils finirent par s’entendre si bien.
Le fait est que malgré leur discutions, leurs balades, leurs rires comme leurs engueulades, le ciel s’embrasait. D’un bleu éclatant, vint le pourpre, comme une membrane venant d’être déchiré, le sang affluait dans tous les sens.


Pardonne-moi mon ami, je dois partir. Je reviendrais, promis.

Il avait envie de rester dans ces bois, profiter de chaque moment passé avec son ami, profiter de ces instants de solitudes, de méditations, profiter de ne pas être déranger pour une quelconque raisons absurdes ou importantes, juste lui, et cette forêt. Malheureusement le temps ne jouait guère en sa faveur. Le ciel commençait à verser ses premières larmes, qu’est-ce qui avait bien pu se passer pour que le ciel pleure à ce point ? La Forêt Interdite était d’origine humide. Caleb allait être trempé de la tête au pied s’il restait dans ces bois. Alors il quitta son ami, et prit la direction du château.

Le retour. Caleb avançait d’un pas plus que lent, la lassitude le prenait pour rentrer, il fallait dire qu’il ne serait heureux dans ce château qu’une fois celui-ci en ruines. Bien que cette pensée le réjouissait au plus haut point, son crâne raisonnait un nom qui le mettait à rude épreuve. Loélia.
Leur dernière rencontre au parc avait été éprouvante pour lui. Il savait depuis ce temps, il en était même devenu certains, il l’aimait… Oui, il l’aimait jusqu’à un point que jamais il n’aurait cru atteindre avec toute la volonté du monde. Mais c’était tellement spontané, tellement soudain, tellement pur, qu’il en était totalement déboussoler. Son absence aura eu au moins le mérite de lui laisser le temps de réfléchir. Cet amour était tellement contradictoire avec ses pensées, sa nature, ses idéaux. Elle était l’exacte inverse de lui, et lui n’était pas vraiment le genre de personne sur lesquels on pouvait compter parmi les personnes les plus exemplaires puisque faire le mal était une nature qu’il devait mettre en pratique le plus souvent possible pour satisfaire son besoin d’être en accord avec soi-même, son bonheur.

Mais depuis peu, une nouvelle facette du bonheur se présentait à lui, un nouveau visage, celui de Loélia. Comment le bonheur pouvait-il avoir un autre visage que de réduire à néant tout sur son passage ? Pourquoi elle ? Bon d’accord elle avait surpassé la définition même du mot magnifique. D’accord ses yeux noisette dorés étaient captivant. Ok rien que son odeur ravivait les battements d’ailes de papillons dans son ventre. Ok la proximité entre eux accélérait le rythme cardiaque de sa poitrine. Mais bon, pas de quoi en faire un plat non ? Quoiqu’il en soit, elle hantait sa tête comme une moule accroché à son rocher.

Le vent soufflait de plus en plus, la pluie devenait plus que surprenante, et le tonnerre terrorisé le ciel à la recherche d’une victime sans doute. Caleb était trempé, intégralement. Avec beaucoup de mal pourtant, il s’était emmitouflé sous sa cape, seuls ses yeux ressortaient sous les éclats du tonnerre. Il se dirigeait vers le château, encore si loin. Le mieux pour lui, était qu’il passe par les serres botaniques le temps que le temps retrouve son calme. Décision surement plus sage que d’aller directement à Poudlard sous ce temps, de plus que le chemin était encore assez long.

Les serres en vues, toujours inondé de la pluie, Caleb marchait vers en direction de celles-ci. Des voix se faisaient entendre de l’une des serres de l’école, en se rapprochant, il discernait deux silhouettes accroupis. Par la fenêtre, il voyait Jinx et … Loélia ?
Loélia ? Blottit contre Jinx ? C’était une blague ? Pourquoi ? Comment ? Non il devait y avoir une explication plus rationnelle pour expliquer ce fait. Impossible qu’elle aille se réfugier dans les bras d’un autre, de plus, cet autre était bien trop âgé pour elle. Mon dieu, serais-ce les affres de la jalousie qui prenait possession de ses pensées ? A vrai dire, oui …

Caleb était à présent devant la fenêtre, la haine fusait dans chaque globule rouge, globules blanche de son être. Il n’appréciait pas la vue que lui offrait le destin. Se moquait-il de lui ? Une nouvelle fois ? Qu’importe, il règlerait ce petit problème plus tard. Il ne pouvait pas partir, mais ne pouvait plus rentrer. Songeant à rentrer dans une autre serre, il ne pouvait pas, il devait savoir ce qu’il allait se passer entre elle et Jinx.

Non, tout sauf ça, je vous en supplie …

La jalousie allait le gangrené jusqu’à le rendre complètement fou …


_________________

D'un simple regard, la mort nous sépare.
La lumière est aveuglante, elle l'a toujours été. Il faut la détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loélia Dannan
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
avatar

Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
600/600  (600/600)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Mar 26 Avr - 7:24

La crise de panique s’emparée de moi. Muscles tendus à l’extrême, respiration erratique, tremblements, palpitations … Je pris ma tête entre mes mains et me mettais en boule un peu plus. Il finirait bien par partir. Soudain, pour accroitre mon malaise grandissant, j’entendis la porte de la serre s’ouvrir. Je retiens mon souffle et sortis ma baguette. Ce qui venait d’entrer dans la serre avait au moins le mérite de détourner mon esprit de l’orage. Je distinguais un pan de cape, c’était donc un élève. Je poussais un infime soupir de soulagement. Une tête apparu de dessus de la table. C’était un gryffon. Oh... Mais c’était le gryffon du duel ! Chose qui me fut confirmé quand il annonça qu’il était Jinx et préfet. Grand bien te fasse aurais-je voulu rétorqué mais j’étais tétanisé. Puis il enchaina :

Il y a quelques choses ici ou tu as seulement peur de l'orage ?


Pardon ? Seulement peur de l’orage ? SEULEMENT peur de l’orage ? Non, mais pour qui il me prenait lui ? Ce n’était pas un orage banal. Il n’avait donc rien vu. Je voulu ouvrir la bouche mais à cet instant précis, j’ai vu l’éclair tracé un Z dans le ciel comme une fissure dans une assiette céleste géante. La foudre est tombée si près que je cru qu’elle avait touché la serre voisine. Alors, comme tout a l’heure, le ciel est devenu rouge sang. Puis, le temps que mes yeux s’habituent au changement de lumière, le ciel avait repris ses teintes gris foncées. Je manquais d’air un instant. Puis je fixai Jinx, qui ne semblait absolument pas se rendre compte de l’étrangeté de ce phénomène météorologique. Je fermais les yeux. Peut être étais je en proie à une crise de folie ? Je réfléchissais à ce que j’avais bu ou manger … Quand la porte de la serre s’ouvrit à nouveau. Je sursautais. Je ne distinguais rien mais j’entendis des rires. Des rires ? Des rires féminins. Ma foi. S’il y en avait que cela amusait.

Tante Ivy m’avait déjà parlé de ces orages. C’était un Orage d’Oblivion. Plusieurs mythes et histoires couraient sur ce phénomène météorologique mais la plus répandue et la plus connue disait que durant les temps troublés, le peuple attendait un sauveur. Si celui-ci venait à se révéler alors les forces du mal envoyé un Orage d’Oblivion pour empêcher quiconque de venir en aide à cette personne. Je n’avais aucune idée de qui était cette personne ni si cette histoire était vraie. Néanmoins, si cela venait à se vérifier et bien … Les forces du mal étaient à l’heure actuelle d’une puissance extrême. Ce constat me rendit nauséeuse. Et encore plus anéantie. Si telle était leur puissance, personne ne pourrait nous sauver. La jeune fille au rire cristallin demanda à Jinx d’une voix mélodieuse s’il se sentait bien. Je me pinçai l’arrête du nez, histoire de reprendre mon calme.

En tout cas, si on admettait que la tempête qui s’abattait sur Poudlard était l’œuvre des forces du mal et non pas, comme le penserait toute personne censée, la rencontre de deux fronts d’air, quelqu’un au dessus devait être sacrément énervé car à peine avait elle eu le temps de finir sa phrase que la foudre à déchiré le ciel en deux. Elle est tombé si près que, l’espace d’une seconde, je cru qu’elle m’avait touché. Qu’elle avait éventré la serre. J’ai hurlé sans oser lever les yeux vers le ciel pour en regarder sa couleur. Étrangement, mes deux camarades semblaient eux aussi mal à l’aise à présent. La jeune femme scrutait l’extérieur de la serre et Jinx se mis à genoux devant moi. Bien qu’il provoqué chez moi des sentiments ambivalents, ses bras me semblait être encore le seul refuge censé. Je me blottis contre lui, le t-shirt collé à mon dos par la sueur froide. Je ne me rendis même pas compte que j’étais entrain de pleurer.


Il était tout simplement temps que le ciel s’ouvre, libérant des trombes d’eau. La pluie tombée si drue qu’on n’y voyait plus à deux mètres devant soit et elle transformait l’herbe en rivière de boue. Les gouttes faisaient un vacarme assourdissant sur le toit de verre. Je me cramponnais à Jinx comme si j’allais me noyer. La peur eu raison de moi quand je vis l’eau boueuse s’infiltrer sous la porte de la serre .

_________________



Quand les larmes de l'ange inonderont la Terre, alors s'ouvriront les portes de l'Enfer.Et tandis que les anges seront sur le point de mourir, ce sera au jeune homme de périr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinx Rowel
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Age Roleplay + Sorts : 21 ans sorts 1 2 3 4 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Duellisme (2) / Hyper-sécrétion d'adrénaline (1) / Occlumancie (1)
Créature : Humain
Date d'inscription : 24/11/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
880/880  (880/880)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Mar 26 Avr - 21:25

La pluie tombait de plus en plus drue et martelait sans relâche le toit de la serre. Chaque gouttes tombées était amplifiées par les autres qui suivaient et ainsi, un roulement de tambour incessant se faisait entendre dans la serre.
Jinx toujours assis sous la table sursauta et se cogna la tête sous la table lorsqu'une voix qu'il connaissait bien lui demanda s'il allait bien. Se retournant pour regarder une Kurun trempée, Jinx leva le majeur et l'index en signe de salut puis chuchota à l'oreille de la petite fille blottit contre lui.


Hey petite princesse, et si on sortait doucement de sous la table toi et moi, comme ca on pourrait discuter tranquillement et se réchauffer un peu, tu es d'accord ?

La petite fille leva des yeux embués vers lui, on pouvait lire en elle la peur de celle qui est face à sa phobie. Jinx avait déjà fait les frais de maléfice d'effroi, et ce qu'il avait ressenti semblait être dérisoire par rapport au sentiment de peur que devait éprouvé la jeune Poufsouffle. L'enlaçant par la taille, Jinx la souleva le plus lentement et doucement du sol pour l'associer sur la table où elle s'était réfugié, puis attendit quelques secondes que l'inspiration vienne et chantonna.

Dans cette serre humide et froide,
règne la peur d'une jeune Poufsouffles,
si la chaleur pouvait la réconforter par un souffle,
tel le chant mélodieux d'une parade.
Calor.


Jinx fit décrire un arc de cercle à son bras en prenant soin d'englober Kurun à qui il avait fait signe de s'approcher et la fillette assise à coté de lui.
Ce n'était pas de la grande magie mais l'effet fût suffisamment fort pour que l'air remonte en quelques secondes d'un quinzaine de degré autour d'eux.


Bon, et maintenant que nous sommes au sec et au chaud, si tu me disais ce que tu faisais ici, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/presentations-et-biographies
Kurun Aven
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 172
Age : 26
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Prescience (1)
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 19/08/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
560/560  (560/560)
Points de mana:
520/520  (520/520)

MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Mar 26 Avr - 21:53

Kurun apprécia le sort lancé par son camarade mais ne pu s'empêcher d'intervenir face à la maladresse du jeune homme. A coup sûr, il n'avait pas l'habitude de rassurer des petites filles... Et n'ayant jamais été petite fille auparavant, il ne devait pas savoir ce que cela faisait.
Elle posa donc sa main sur son épaule avec un regard entendu, et se rapprocha de la jeune fille tremblante malgré la chaleur. Lui changer les idées, ne pas lui rappeler qu'elle était ici, et encore moins en lui demandant comment : cela obligeait la pauvre innocente à se remémorer la scène et donc l'objet de sa frayeur. Anrev, qui commençait à s'agiter à cause du soudain changement de température paru d'accord avec Kurun. Non, elle n'avait pas utilisé de mots, car ils avaient comprit l'un comme l'autre que les sentiments n'en avaient pas besoin, non, nul besoin d'échanger des banalités ou de se parler par le biais d'objets et d'évènements ou de s'oublier dans l'abstraction et la complexité de ce discours pseudo-poétique appelé language.
Il s'envola donc brièvement, à peine un battemen d'aile, à peine un saut pour atterir sur les jambes recroquevillées de la jeune fille, tout contre son abdomen, blottit comme un enfant contre sa mère.

- Jinx, tu peux mettre la clim' ? Il fait un peu chaud maintenant pour mon petit noble...

Se disant, elle enleva le gant qu'elle portait encore. Elle espérait que Jinx n'en ferai rien malgré la gêne du faucon car ce cocon de douceur rassurait la jeunette. Et, de sa voix douce, elle s'adressa à la jeune fille au bord des larmes.

- Il s'appelle Anrev. Ca veut dire 'orage' en breton, et moi c'est Kurun, 'éclair'. Tu vois, toutes les tempêtes ne sont pas faites du même mal ! ... Tu peux le caresser si tu veux. Il n'y a pas de danger : il a l'air de t'apprécier et de vouloir t'aider.

L'oiseau avait été d'une rare douceur avec l'enfant assise grâce à Jinx. Un chouette travail d'équipe. Se lovant contre elle, il était là pour lui rappeler que la peur peut être vaincue... ici avec la tendresse et la confiance.
Elle avait peur, probablement aurait-elle préféré mourir que de vivre cet instant, piégée dans un monde dont elle ne voulait pas. La Gryffondor avait connu cela étant plus jeune, dans d'autres circonstances, et, elle savait à quel point c'était important d'avoir quelque chose du monde réel auquel se raccrocher. Elle pouvait imaginé l'angoisse de cette lutte intérieure, cette envie d'exprimer sa peur, et l'audace de ne pas le faire, étouffant là un sentiment gênant. Etrangement, les animaux étaient des alliées bien plus efficaces que les êtres humains dans ce genre de contexte. Ils étaient le repère du monde, le lien, le pont pour traverser le trou noir entre le monde intérieur et celui, violent, de l'extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/t12163-kurun-aven#244786
Jinx Rowel
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Age Roleplay + Sorts : 21 ans sorts 1 2 3 4 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Duellisme (2) / Hyper-sécrétion d'adrénaline (1) / Occlumancie (1)
Créature : Humain
Date d'inscription : 24/11/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
880/880  (880/880)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Mer 27 Avr - 6:54

L'air ambiant s'était nettement réchauffé, mais n'était pas pour être agréable, au contraire ! Malgré que l'enchantement fût réussit, l'air était lourd et difficilement respirable, le jeune homme acquiesça donc lorsque Kurun lui demanda de baisser la température. Mais il ne voulait pas déranger Kurun et la fillette durant leur échange.
Il s'approcha du Kurun et lui glissa quelques mots aux oreilles.


Je suis ici pour faire une petite vérification, j'en ai pour cinq minutes.

Jinx sortit sa baguette et se concentra. Effectuer des enchantement n'était pas sa tasse de thé, mais les faire un sortilège informulé, cela lui apprendrait d'autant plus à se concentrer. Le préfet leva sa baguette devant lui et attendit quelques instant, puis commença son enchantement à haute voix.

Il fait chaud, peut-être trop,
que mon dernier enchantement soit modifié,
je ne voudrais pas être en nage et me déshydraté,
que la température ambiante baisse de cinq degrés.


Jinx choisit de ne pas mettre de déclencheur puisqu'en vérité, il ne connaissait pas le sortilège pour faire descendre la température. Faudrait que je me renseigne !

Puis il s'éloigna lentement des filles et se mit à passer au peigne fin la totalité des plantes de la serres. Il était loin de toutes les connaitre, mais savait la plupart du temps identifié des pousses de mandragores, ou encore bubobulbes répandant dans leurs sillages une odeur d'essence qui n'était pas pour déplaire à Jinx. Il venait de passer en revue le premier bac lorsque se retournant pour s'occuper du deuxième, il vît une silhouette au dehors qui regardait à l'intérieur. Son instinct pris le dessus et aussitôt il sprinta jusqu'à la porte, l'ouvrant d'un violent coup d'épaule, mais la petite silhouette venait juste de s'enfuir sous la pluie battante et Jinx ne pût juste apercevoir que sa cape aux couleurs de Serpentards. En rentrant au château, je regarderais qui est trempé, on verra bien.

Puis re-rentrant dans la serre, il n'eut plus envi de regarder dans tous les bacs, de toute manière, si du cannabis poussait à Poudlard, quelqu'un aurait tôt fait de le voir, donc aucun risque pour qu'il puisse arriver à maturité dans les serres.
Se disant cela, Jinx retourna près des filles voir où Kurun en était avec la jeune Poufsouffles.[/i]


Dernière édition par Jinx Rowel le Dim 1 Mai - 20:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/presentations-et-biographies
Loélia Dannan
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
avatar

Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
600/600  (600/600)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Mer 27 Avr - 15:47

Hey petite princesse, et si on sortait doucement de sous la table toi et moi, comme ca on pourrait discuter tranquillement et se réchauffer un peu, tu es d'accord ?

Le chuchotement de Jinx au creux de mon oreille me fit l’effet d’une douche chaude. Comme si un souffle d’apaisement passait dans toutes les fibres de mon corps. Mon cœur retrouvait doucement un rythme normal même si la météo extérieure ne semblait pas vouloir changer de ton.

Je hochais doucement la tête contre sa poitrine. Quand il m’enlaça par la taille pour me soulever de terre et m’assoir sur la table, j’eu une sensation étrange au creux du ventre. Non pas comme celle que j’éprouvais avec Caleb ou avec Hector. La multitude de petits papillons. C’était comme si la certitude qu’il ne m’arriverait rien s’était nichée contre mon nombril. Je me souvenais de cette sensation. C’était si loin … Si loin dans mes souvenirs … Mais j’en été certaine. Les bras de Jinx étaient aussi forts et sécurisants que ceux de mon père.

Le préfet gryffon se mit à chantonner. Et la température monta en flèche. Je jetai un coup d’œil à la jeune fille qui nous avait rejoints un peu plus tôt. Elle était belle comme un cœur. Je me demandais si c’était la petite amie de Jinx. Puis je me ravisai. En quoi cela me concernait il ? Quoi qu’en y réfléchissant bien, ils formeraient un beau couple. Je secouai la tête pour en chasser ces pensées. A cet instant précis, Jinx repris la parole :


Bon, et maintenant que nous sommes au sec et au chaud, si tu me disais ce que tu faisais ici, hein ?

Je restai un moment hébété. Incapable de me souvenir ce que j’étais venu faire ici. L’orage avait tout effacé. Orage qui maintenant faisait tombé la grêle et les arbres autours de nous. Et le pire c’est que je m’en fichais. Je voyais les branches d’arbre balayées par le vent passer à toutes allures devant les vitres mais rien ne pouvait plus me faire peur. Jinx avait créé le cocon salvateur. Soudain, le figuier me revient en mémoire et je m’apprêtais à répondre quand la belle brune vient poser une main sur l’épaule du gryffon avec l’air de dire « mon pauvre chéri, tu es à côté de la plaque. » Je réprimais un sourire. C’était peut être bien sa moitié d’orange finalement. Une touffe de plume s’agita. Une touffe que je n’avais pas encore remarquée tellement elle se fondait au corps de l’autre gryffon.

Jinx, tu peux mettre la clim' ? Il fait un peu chaud maintenant pour mon petit noble...

Intéressante comparaison qui allée tellement bien à l’oiseau. Un faucon. Splendide. Un jour, Tante Ivy en avait ramené un à la maison. Il s’était blessé au barbelait de la clôture. Malheureusement même les décoctions de ma tante n’avaient pas réussi à le sauver. C’était un souvenir douloureux. Maintenant, celui là était posé sur mes genoux. Il était très doux. Je lui touché délicatement le bout des ailes comme sa maîtresse m’avait enjoint à le faire. Anrev semblait apprécier.

Jinx, prenant conscience que l’élévation de la température était peut être légèrement exagérée récita un autre psaume avant de se mettre à farfouiller dans la serre. En tant normal, ma curiosité m’aurait poussé à lui demander ce qu’il cherchait. Mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui le ciel avait envoyé un message. Aujourd’hui, je tenais le symbole de la liberté sur mes genoux. Je ne voulais pas en savoir plus. Je n’étais pas capable d’en savoir plus.

Alors que je m’apprêtais à échanger avec Kurun sur son lien si particulier avec cet oiseau, Jinx se figea puis détala comme un lapin vers la porte de la serre. Mon cœur dégringola dans ma poitrine. Il n’allait pas sortir sous ce temps ? Je me levais d’un bond sans réfléchir, Anrev s’élevant d’un battement d’ailes gracieux. Kurun n’eu même pas le temps de réagir que j’étais déjà entrain de suivre Jinx vers la sortie. Prête à lui jetai un sort s’il osait mettre le nez dehors. Après tout, je ne mettais pas gênée avec Caleb.

Je failli heurter le gryffon qui s’arrêta brusquement à l’encablure de la porte. Qu’avait il vu ? Déjà, il faisait demi-tour et sembla surpris de me voir quelques mètres derrière lui. Je me sentis rougir mais un point attira mon regard. Une silhouette. Jinx dit sûrement quelque chose car un son sourd me parvient aux oreilles sans que je n’en saisisse le sens. Point noir qui fuit sous la pluie, eau qui coule le long de son dos … Cette démarche. Ce pas vif et précis de quelqu’un sûr de lui. L’éclat d’argent se mêlant au vert. Impossible.

Je me sentis vaciller. Sans plus réfléchir, je bousculais Jinx et sortit de la serre en courant, sans cape, sans rien. Juste mon t-shirt sur le dos. L’eau traversa mes vêtements en un rien de temps et aplatit mes cheveux sur ma tête. J’ai pourtant continué à courir, glissant sur l’herbe humide. Je ne savais même pas s’ils s’étaient lancé à ma poursuite. Pour une fois, j’avais un atout. J’étais rapide. Petite, je faisais de l’athlétisme. Le seul sport que m’avait autorisé Tante Margot.


C’est à ce moment là qu’il a recommencé à grêler, au début, je pensais juste avoir heurté un caillou. Puis j’en ai senti un autre. Et un autre encore. Bientôt, des grains de glace s’abattaient sur ma tête, mes épaules, mes cuisses, mes chevilles. Mais je continuais. Il était impossible que je me sois trompé. Mais je ne pouvais pas l’appeler. Mes poumons étaient en feu. Celui que je poursuivais du sentir, avoir une intuition … Il du savoir que je le suivais car il se retourna vivement, sa baguette pointée sur moi. Ce qui me stoppa immédiatement. J’entendis des bruits de pas derrière moi, preuve que l’un des deux gryffons m’avait suivi. Mais je ne me retournai pas. Restant droite et fière sous la tempête. Je fis alors un pas en avant, balayant de la main l’eau qui ruisselait sur mon visage. Caleb.

_________________



Quand les larmes de l'ange inonderont la Terre, alors s'ouvriront les portes de l'Enfer.Et tandis que les anges seront sur le point de mourir, ce sera au jeune homme de périr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurun Aven
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 172
Age : 26
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Prescience (1)
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 19/08/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
560/560  (560/560)
Points de mana:
520/520  (520/520)

MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Jeu 28 Avr - 19:33

Et elle avait couru, là, seule, sous la pluie et la grêle battante.
Anrev avait déjà rejoint l'avant-bras de sa maîtresse qui dans un regard surpris s'était dressée aux côtés de son camarade.
Il suffit d'un simple échange de regard pour que Jinx et Kurun se mettent à courir tout deux derrière la petite.
Partir. En état de choc...qui était l'ombre qu'elle suivait...

Courant, gagnant du terrain, Kurun remarqua que la pluie et la grêle qui assomait presque la Poufsouffle ne les atteignaient pas. En effet, Jinx courait dans l'herbe mouillée, sa baguette levée.

Je ne l'ai pourtant pas entendu prononcer de sort...

Mais déjà, la jeune fille s'était arrêtée, l'ombre encapuchonnée pointant sa baguette vers elle. L'oiseau vola jusque l'enfant, alors que les deux Gryffondors se placèrent devant elle, comme pour la protéger de cet inconnu.
Cette enfant était un peu comme Erell. Innocente, douce... Et c'est cela qui toucha la jeune femme. Elle ne permettrai pas qu'il soit fait du mal à la pureté et l'innocence.

- Baisse ta baguette de suite, qui que tu sois...

Avait-elle menacé. Mais, à l'attitude de la silhouette, qui semblait assez petite, Kurun compris que quelque chose n'allait pas. Sans attendre, elle fit un pas en arrière pour se rapprocher de la petite et laissa place à Jinx. Leurs baguettes menaçant toujours l'ombre, elle voulu le désarmer dans l'instant, mais le travail d'équipe primait : Jinx était meilleur duelliste, et Kurun plus à même de protéger la jeunette qui ne semblait pas avoir peur.

- Locomotor mortis ...
Impervius.

Ennonça-t-elle distinctement, prenant le relais de son camarade près au combat.
Dans le fond, la jeune femme espérait ce combat inutile et donc évitable : c'est pourquoi elle avait immobilisé l'ombre, mais, le comportement du petit Serpentard face à eux la laissait perplexe. Qu'attendait-il ? Qu'espérait-il en cet instant ? Et surtout, qui était-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/t12163-kurun-aven#244786
Caleb Roarch
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 727
Age : 24
Age Roleplay + Sorts : 14 ans sorts 1 2
Capacités Spéciales : Fourchelangue (2)
Créature : Humain ?
Date d'inscription : 23/02/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
1340/1340  (1340/1340)
Points de mana:
1410/1410  (1410/1410)

MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Dim 1 Mai - 17:30

Sur une pensée qu’il préfèrerait effacer de son esprit, elle se matérialisa juste devant lui. Loélia dans les bras de Jinx …
Les yeux écarquillés, son cœur se déchirait sans qu’il ne puisse faire quoique ce soit. C’était impossible, comment pouvait-elle le trahir, comment pouvait-elle allait vers un autre que lui ? Il ne comptait vraiment pas à ses yeux ?
Le tonnerre grondait de plus en plus fort derrière Caleb, la pluie était toujours aussi prenante, jamais il n’avait vu de tel tempête à Poudlard, ni n’importe où d’ailleurs. Etait-il possible qu’il s’agisse d’un phénomène naturel ? Ce ne devais pas être le cas, un ciel si pourpre, et des éclairs si puissants, immense, d’une tel beauté, avec une grâce si intense … Et ceux-ci commencèrent à heurter le sol derrière Caleb.

Un premier coup de tonnerre d’une lumière intense dans cette nuit si sombre, vint poser ses lèvres non loin derrière la serre. Mais sa luminosité vint tout éclairer, et le visage du jeune Serpentard avait du paraître à Jinx car celui-ci courut immédiatement à la porte de la serre pour démasquer celui qui les observait. Prit d’une angoisse, Caleb s’enfui sous cette pluie de foudre.

Des pas dans l’obscurité. On le suivait. Il courait toujours, faisant un pas sur sa droite, il venait tout juste d’éviter un coup de tonnerre, sans était tellement effrayant, son rythme cardiaque s’accélérait sous la peur et l’adrénaline. L’extérieur de Poudlard n’était plus du tout sûr, la foudre faisait son marché, prenait possession de son domaine aléatoire.
Il en évita un autre de justesse cette fois ci. On pourrait dire que les cieux s’abattaient sur Caleb ! Mais les coups répétait eurent raison de lui, il avait ralenti sa marche active, et fut rattrapé par celle qui porter un parfum qu’il aimait tant, Loélia …

Le ciel était vraiment trop menaçant, et le serpent avait l’intime conviction qu’il lui en voulait, si ce n’était pas ça, quelle serait l’autre raison ? Il se retourna vivement vers la Poufsouffle, et pointa automatiquement sa baguette sur elle, il était déchiré entre l’envie de l’éloigner pour la protéger des éclairs et l’envie de la faire souffrir pour le spectacle qu’elle venait de lui offrir avec Jinx …

Loélia fut bientôt rattrapé par Kurun et Jinx qui lui courait eux aussi après. Caleb les regardait tous, un regard de dégoût, qui cachait une douleur immense qu’il croyait ne jamais ressentir … Et en plus des attentats électriques, les menaces tombèrent sur lui.


Baisse ta baguette de suite, qui que tu sois...

Ce qu’il ne fut pas évidemment, jamais il ne se laisserait faire par qui que ce soit, et bien que l’écart de niveau fût trop grand entre eux, il n’éprouvait aucune peur, aucune défaillance dans son attitude devant elle. Kurun … Ses parents l’auraient-elle appeler ainsi car elle était née sous une pluie d’orage semblable à celle-ci ce soir? Une théorie plausible, mais qui n’intéressait le garçon plus que ça. De plus, sous des menaces, elle ne l’intéressait même pas du tout.

Le silence pour Caleb, mais des visages soudain apeurés devant lui. Jinx, Kurun et Loélia se reculèrent à une allure folle, bouche bée en regardant Caleb. Le terrain était pris d’une telle luminosité à éblouir les aveugles. Caleb leva la tête vers le ciel, juste pour s’informer d’où le prochain éclair allait tomber.
Tout ce qui venait de ce passé ne comptait plus désormais…


{Flash}

Je n’ai rien fait de bien qui puisse impressionner mon père dans ma vie … J’étais sur le point de réaliser quelque chose qui m’aurait valu son amour pour toujours, la chute de Poudlard … Il aurait été fier de moi … Maintenant la partie est finie, et on ne me laisse pas le temps de continuer à jouer …
Qui me regrettera ? Je n’ai pas de famille, excepté mon côté maternelle, mais je n’en connais aucun, je n’ai pas d’amis, c’est inutile et cela porte préjudice à un moment où un autre … Loélia ? J’espère qu’à elle au moins je lui manquerais … Mais bon, l’amour est éphémère, elle m’oubliera d’ici deux semaines … J’avais un avenir ! Je le savais ! Pourquoi maintenant ? Pourquoi ici ? Je ne comprendrais jamais comment la terre nous rappelle à elle. Je vais redevenir poussière, une poussière insignifiante, qui n’a pas eu le temps d’accomplir quoi que ce soit …
Ma vie n’a été qu’une souffrance continuelle jusqu’à ta rencontre Loélia, j’espère avoir une place dans ton cœur pour toujours, et que parfois tu penseras toujours à moi.
Je t’aime…


{Flash}

Et Caleb vit l’endroit où l’éclair allait s’abattre, il ferma les yeux, c’était inutile de regarder à présent, il garda cette somptueuse image qui venait de s’offrir à lui, la pointe d’une foudre, personne n’avait eu l’honneur de regarder un éclair de cet angle, c’était juste magnifique …


Il ne sentait rien, plus de pluie, et ses jambes cessèrent de lui obéir. Impossible de courir, il était piégé, par cette sotte qui lui avait jeté un sort.


Locomotor mortis

Et l’éclair fondit sur lui. Caleb n’émis aucun son quand la foudre le percuta en pleine poitrine. Il n’entendit ni le son qu’il venait d’écrire dans l’air, ni les cris des trois spectateurs. Juste le silence le plus complet.

Ce n’est qu’une farce, tout n’est qu’une farce…

Il ria dans sa tête face à cette situation. La foudre le traversa, imprégnant le jeune garçon de sa toute puissance. Pendant une seconde, tout son corps luisait de cette lumière aveuglante. Étais-ce la fin ? Sa fin ?

Invisible de l’extérieur, il y avait quelque chose qui bougeait en lui. Ce pouvoir maléfique, qui s’était réfugié en lui en Chine, sentant son extinction arriver, il se mit d’une façon folle en activité. Se concentrant au niveau de la poitrine du petit garçon, il se mira pour protéger son réceptacle à tout prix. Une chance pour Caleb, qui ne se voyait pas aux yeux de de Kurun, Jinx et Loélia, mais que lui savait enfouis en lui.
Il croyait fermement mourir, et eux aussi, mais il était tout juste sauvé. Miracle ou coïncidence ? Peut importer, seul le résultat était là, il était sauf.

A présent, il était là, allongés au sol, l’éclair était parti aussi vite qu’il était apparu. Tout c’était produit en une fraction de seconde. Paraissant pour mort, et bien qu’il ait les yeux ouvert, il ne voyait rien. Qu’allait-il advenir à présent ? Il n’en savait fichtre rien … Le destin lui-même n’avait surement pas écris cette fin …


_________________

D'un simple regard, la mort nous sépare.
La lumière est aveuglante, elle l'a toujours été. Il faut la détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loélia Dannan
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
avatar

Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2011

Profil du Sorcier
Points de vie:
600/600  (600/600)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Lun 2 Mai - 10:01

En cet instant, quantité de mots prirent tous leurs sens. Comme le calme avant la tempête. Le terrain était lumineux. Comme si des milliers d’ampoules s’étaient niché dans le sol. La lumière était si forte qu’elle en devenait aveuglante. Il devait y avoir un bruit monstre autours de moi mais je n’entendais plus rien. Rien de rien. Juste les battements de mon cœur. J’étais comme anesthésié. Incapable de bouger, de parler, de ressentir quoi que ce soit. La pluie froide sur ma peau ne me faisait plus rien, je ne la sentais plus dégouliner le long de mes vêtements. Les grêlons continuaient de m’écorcher les bras et les jambes mais je ne les percevais pas non plus.

Puis je vis Caleb tourner la tête vers le ciel. Et la foudre le transpercer. Les mots : anéantis, détruis, brisé, cassé, déprimé, abattu, pulvérisé, éparpillé, vidé se succédèrent dans l’horreur qui montait en moi. Je n’ai pas hurlé. De toute façon, je n’aurais pas pu émettre le moindre son, même si j’avais voulu. La peur qui avait saisi mon cœur depuis le début de l’orage – mais que j’avais mis en veilleuse pour pouvoir suivre mon aimé – a semblé brusquement se contracter, stoppant toute arrivée de sang dans le reste de mon corps.

Je ne sais même pas comment j’ai réussi à le rejoindre. Je ne savais plus distinguer si l’eau qui me brouillait la vue était la pluie ou bien mes larmes. J’imagine que j’ai dû trébucher. En tout cas, quand je me suis laissé tomber à genoux près de lui, j’avais les genoux et les cuisses remplis d’écorchures. Il ne bougeait plus. Il ne me voyait plus non plus. Ses yeux grands ouverts étaient devenus vitreux. Je pris sa main dans la mienne, sa main aussi froide que le marbre. Ses lèvres étaient déjà entrain de bleuir. Non, non… L’affolement me gagna. Je pris sa tête entre mes mains et la posa délicatement sur mes genoux. Je passais une main douce dans ses cheveux, comme lorsque nous étions au parc et que je me contentai alors de le bercer. Je posai ma tête contre son front. Cherchant l’apaisement contre sa peau. Mais rien ne vient.

Jinx était venu me rejoindre, et posa une main sur mon épaule. Je savais qu’il allait me le prendre. Qu’il allait l’emmener. Je ne voulais pas. Je secouais farouchement la tête en signe de dénégation. Je vis, avec stupéfaction, mes larmes s’écraser sur la pâle figure de Caleb. D’un geste mécanique, je les essuyais du bout du pouce même si je savais pertinemment qu’il ne pouvait plus sentir la caresse de ma main. Puis soudain, l’idée me vient. Comme une dernière bulle de chaleur, elle envahie mon cœur. Je scrutais à présent le regard vide de l’être aimé, à la recherche de la moindre parcelle d’espoir. Je ne captais rien. Juste le néant et le noir mais j’essayais tout de même. Je me mis à lui souffler mes paroles :

« Caleb, si tu m’entends, où que tu sois maintenant, s’il te plait ne me laisse pas. Ne me laisse pas ici toute seule alors que je suis revenue pour toi. Je t’en pris, je t’en supplie, ne m’abandonne pas.

La douleur dans ma tête se faisait de plus en plus forte et pourtant rien ne semblait se passer. Peut être parce que l’on ne pouvait pas charmer les morts mais j’étais incapable d’admettre cette réalité. Je sentais mes dernières forces s’égrainaient dans les trois mots suivants :

Je t’aime. »

Je luttais quelques secondes encore contre l’inconscience, le temps de me rouler en boule contre lui, puis je fermais les yeux, me laissant engloutir par le néant. Seul chose restant sur cette terre pour m’ôter la terrifiante sensation de douleur et de perte qui me rongeais le cœur. Je sentis Jinx à côté de moi. Et l’aura de Kurun non loin de là. Je ne sais pas combien de temps je restais ainsi. Prostrée. Dans l’attente de me réveiller et de réaliser que tout ceci n’était qu’un horrible cauchemar.

Je fixais sans la voir l’étendue d’eau du lac qui était encore illuminée d’éclats d’argents quand les derniers éclairs fendaient le ciel. Rien ne se passa. La pluie cessa. Rien ne se passa. Les nuages s’estompèrent. Rien ne se passa. Le soleil repris timidement ses droits. Rien de plus n’arriva. C’est quand les oiseaux se remirent à chanter que j’ai compris qu’il ne reviendrait pas. Même pas pour moi.

Engourdie et dans un état second, je me levais alors, ignorant Jinx qui s’était assis près de moi en attendant que cela passe. Ignorant Kurun et Anrev. Ignorant tout et rien. Car tout et rien n’avait plus la moindre importance. Je me laissais guider par mes pieds. Tout droit vers le lac. Je sentis l’eau froide. Elle me fit frissonner. Je repoussais légèrement les algues et les roseaux et continuait de m’enfoncer dans l’eau. J’en étais à présent jusqu’à la taille. Je sortis ma baguette. Et la pointa sur mon cœur. Un sort et tout serait terminé. La douleur cesserait.


_________________



Quand les larmes de l'ange inonderont la Terre, alors s'ouvriront les portes de l'Enfer.Et tandis que les anges seront sur le point de mourir, ce sera au jeune homme de périr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinx Rowel
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Age Roleplay + Sorts : 21 ans sorts 1 2 3 4 SPE 1 2
Capacités Spéciales : Duellisme (2) / Hyper-sécrétion d'adrénaline (1) / Occlumancie (1)
Créature : Humain
Date d'inscription : 24/11/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
880/880  (880/880)
Points de mana:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Lun 2 Mai - 16:14

Un regard entre deux personnes peut tout dire, et le regard que lança Jinx en disait long. Tous deux partirent dans une course effrénée pour rattraper la petite Loélia courant comme un feu-follet derrière la mystérieuse personne. Nul doute que cela ne présagerais rien de bon.
Jamais Jinx n'avait sprinter aussi longtemps et difficilement (la cigarette supposa-t-il.) Sa vu était flou du au énormes gouttes d'eau battants ses cheveux, et les grêlons tapaient contre sa peau avec une telle violence qu'ils déchirèrent pas endroit des pans entiers de sa robe.
Ne voyant que quelques mètres devant lui, il faillit percuter Kurun qui l'avait dépassé durant la course pour enfin voir qui était cette personne sous le capuchon noir : Caleb.
Alors toi mon petit, tu as intérêt à avoir une sacrée bonne explication à me donner !
Mais enfin de compte, Caleb n'aurait aucunement besoin de lui en donner. Les éclairs commencer à tomber très bas et Jinx fut de moins en moins rassuré, jusqu'au moment ou tous quatre levèrent les yeux vers une étincelle dans le ciel, puis un éclair aveuglant vint frapper le sol, transperçant Caleb de par en par.
Jinx avait peur pour sa vie, mais encore plus pour celle de Kurun et de Loélia, quand à Caleb, plus rien ne pourrait plus jamais l'affecter.
Se précipitant aux trousse de la petite fille vers le corps de Caleb mutilé, Jinx enleva sa robe pour recouvrir le torse transpercé du jeune garçon. La vision du sang ne l'émut pas, mais se qui frappa Jinx, s'était cette émotion sur le visage de Loélia, cette détresse, ce vide créer en un instant, et à jamais dans présent dans son cœur.

A ce moment, Jinx pensa au fin fond de lui-même : Erell aurait-elle réagi de cette manière ? Serait-elle resté auprès de moi pour consoler mon cadavre, ou bien aurait-elle fuit comme une lâche ? Le préfet ne préféra pas y penser. Un élève venait de mourir sous ses yeux, et enfin de compte, Jinx n'était même pas choqué ! Juste peut-être ému mais il n'avait pas crié lorsque l'éclair s'était abbatu sur Caleb.
S'asseyant aux côtés de Loélia, Jinx essaya en vain de dissuader une jeune âme comme la sienne de contempler ce spectacle, mais elle refusait, elle voulait le voir, lui dire combien elle l'aimait, lui faire ses adieux.

Puis au bout de ce qui parût une éternité au Gryffondor, le ciel se leva et enfin le beau temps repris ses droits. Dans un petit mouvement, Loélia se leva et partit doucement vers le lac. Elle veux surement être seul.
Jinx, lui, préféra resté au coté de Caleb, peut-être lui dire lui aussi au revoir.

Mon pauvre Caleb, si tu m'entend et j'espère que tu m'entendra, je veux que tu saches que rien n'as jamais été facile entre nous, et pourtant, bien que je ne m'en sois pas rendu compte tout de suite, je t'aimais bien, t'étais quelqu'un de bien derrière ce décor de petit vaniteux. Alors voilà, je te dis au revoir. J'espère que j'aurais le plaisir de te voir la haut dans quelques années.

Jinx croisa les bras de Caleb mais alors qu'il touchait sa peau tiède et ... tiède ? Oui, la peau tiède du jeune garçon. En premier lieu, Jinx croyait seulement qu'il se trompait, mais il lui prit le pouls au niveau du coup et se rendit compte qu'un rythme cardiaque était présent, faible mais présent.
Il enleva alors d'un coup la cape qu'il avait posée sur le buste de Caleb pour voir à l'œuvre ce que nombre de sorcier se seraient damnés pour voir : de la magie à l'état pur. Une multitude de petites lueurs bleu s'agitaient en tout sens sur l'énorme trou que Caleb avait au milieu du corps et travaillaient à l'unisson pour le ranimer. C'est un miracle !
C'est un putain de miracle !

Se retournant avidement pour prévenir Loélia, il vit la petite fille aux abords du lacs. Sans concerter Kurun, il se leva en trombe, glissa une première fois dans la boue et repris sa course de plus belle. Enlevant son pull et sortant sa baguette, il s'écria : Accio baguette !
Puis arrivé aux rives, il plongea la tête la première et atteignit la petite en quelques mouvements de crawle.
La saisissant par le torse, il lui susurra au coin de l'oreille.


Ne fais pas ça, il vit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/presentations-et-biographies
Kurun Aven
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Nombre de messages : 172
Age : 26
Age Roleplay + Sorts : 17 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Prescience (1)
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 19/08/2010

Profil du Sorcier
Points de vie:
560/560  (560/560)
Points de mana:
520/520  (520/520)

MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   Dim 22 Mai - 18:31

***Horreur, culpabilité, surprise, lumière...

Nulle notion de temps, l'espace a disparu dans un désarroi collectif. Prévenir le Directeur. Coeur qui bat, genoux sur le sol humide aux côtés de la jeune fille en pleurs... La fausse attitude supérieur de Jinx en devient excécrable... Et alors qu'il fait tout, sans laisser à Kurun l'occasion de réparer son tort, ne la laissant pas expier ses péchés, il pointe sa baguette vers la jeune fille au bord de l'eau...

Kurun aurai suivi la petite, si, en touchant le manteau du petit serpent elle n'avait pas eu cette étrange sensation au creux de son ventre... La sensation que tout n'est pas à sa place, que la vie est dans la mort, la mort dans la vie, que la vue est une pure imposture...

Et maintenant, elle venait de pousser la baguette de Jinx, lui intimant un Non ferme contre son geste trop dangereux. Elle se mis à courir mais très vite, sa cheville se tordit et le sol boueux attira la jeune femme inquiète.
Le temps de redresser la tête, elle vit Jinx courir au devant et récupérer la jeune fille qui s'était immergé. De loin, elle eu l'impression qu'il la regardait avec haine et sévérité.

Il te voit comme la coupable que tu es Kurun, et là, tu n'as même pas suivi Loélia comme tu l'aurai fait... regarde toi, criminelle en cet instant...

Se redressant alors, Kurun parti en courant, en boitant, s'isoler, se réfugier, se punir de son acte... De toute façon, Jinx s'était déjà occupée du garçon au sol.

Excuse moi...

Murmura-t-elle en passant à côté du corps étendu. Les larmes de culpabilité ne cessèrent de couler, hydratant ses lèvres d'un sel trop connu pour être savouré. Coupable. Il fallait maintenant plaider coupable.

Elle disparu, là-bas, dans le nuage de culpabilité de honte et de peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/t12163-kurun-aven#244786
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: *Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
*Serre de Botanique * Orage d'Oblivion [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit d'orage...{libre}
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'École de sorcellerie Poudlard :: Parc et lac de Poudlard-
Sauter vers: