AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les liens du passés, Ondin et Ondine... *Sanctuaire des ondines* (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathaniel Hollyhurt
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : ~°~ Elémentaliste de l'Eau / Magie des Hollyhurt ~°~
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Les liens du passés, Ondin et Ondine... *Sanctuaire des ondines* (PV)   Mar 24 Juin - 10:09

Toute histoire possède un début et secrètement fantasme d’une fin. Lassé de l’habituelle, « il était une fois » à la fois niais et redondant, nous allons nous contenter de nous remémorer simplement les faits. Notre histoire débute, il y a environ, enfin quand il est dit qu’elle commence, pardonnez cette offense, elle continue, donc il y a environ soixante ans, le vent venait de se lever tendrement, jalousant la brume du matin, la rosée de l’aube, les courants d’air familiers… Doux comme un premier baisé, léger comme un nuage suave, il pénétra dans le cimetière calme, effleurant les quelques pierres tombales et le lac immense, créant de petites agitations sur sa surface… Lac, d’une eau cristalline à noyer un innocent qui se trouvait être le cœur même de ce sanctuaire. Aussi étrange qu’il était de trouver un lac au sein d’un cimetière, une statue accueillait la rive… Représentant, une femme à moitié dénudée, la poitrine finement dessinée, le visage impassiblement neutre, le regard liquide, les bras tendus vers le ciel comme un appel à la puissance, le vent poursuivait son épopée… Cependant, pris de cours, manquant d’air, il s’étouffa, laissant naître un silence alarmant… Silence qui ne dura point longtemps, en effet, une détonation retentit au loin… Quelques instants après un homme s’aventurait d’un pas aisé vers le lac… Grand, blond, les yeux d’un vert abominable, le jeune homme s’avançait, prenant de plus en plus d’allure… Son aura était pétrifiante, sa volonté de destruction se dessinait dans la moindre partie de son corps… Comme un témoin outré du spectacle qui allait se produire, la lune ferma les yeux, délaissant ses créatures bien aimées… Le destin des Hollyhurt allait prendre une nouvelle tournure…
Soixante ans après le drame, après cette intrusion empoisonnée du sanctuaire dont la lune était seule maîtresse, le vent se prélassait toujours, un sourire amnésique dessiné sur le cœur… Jalousant de façon récurrente, la brume du matin, la rosée de l’aube et les courants d’air quotidiens… La végétation était nettement plus dense, plus hostile, cherchant sûrement à ce que jamais le mal puisse un jour revenir… Dévalant chaque pente, admirant chaque recoin, en parfaite communion avec la lune, le vent aussi joyeux qu’un enfant à l’approche de Noël, sifflait harmonieusement, continuant sa promenade bucolique… Néanmoins, l’impensable arriva… Pris d ‘un hoquet meurtrier il s’essouffla, ne devenant qu’une simple brise, cherchant la force de lutter contre cette agression violente et sucrée, appelant à l’aide tel l’aurait fait un enfant devant le danger imminent, il sombra tragiquement, ne devenant plus rien… La magie qui résidait en ces lieux sacrés si était préparée… Réminiscence mortelle, secousse charnelle, lutte naturelle, sa cause était vouée à l’échec… Se pliant une nouvelle fois à cette oppression inconnue, Nathaniel Hollyhurt pénétra dans le cimetière… D’un mouvement de bras la végétation s’assécha, la lune frémit… Voulant se retirer, la magie de l’homme s’y opposa, condamnée à observer ce qu’elle avait ignoré lâchement il y a quelques années… Arrivé près du lac, l’héritier des Hollyhurt abandonna sa cape, puis enleva sa chemise écarlate, exposant ainsi son torse dessiné sur une finesse digne des traits d’Apollon… Se concentrant, il se remémora parfaitement ce que lui avait enseigné son grand-père… Lui qui avait capturé une ondine, afin de procréer un enfant, Narcisse… Matriarche actuelle de la famille Hollyhurt, mère de Nathaniel… D’une voix monocorde, teinté par l’obscure de sa magie, il s’agenouilla laissant la magie prendre forme…


« Moi Nathaniel Hollyhurt, scelle et entrave la magie qui réside en mon être, mon aura, mon âme… En ces lieux et en cette heure… »

Mise en scène futile et inutile penserez-vous ? Cependant détrompez-vous… D’un geste las et obligé, il sortit une petite fiole en cristal, contenant un élixir sombre extrêmement puissant… Capable d’ôter toute magie à un sorcier définitivement, la préparation demandait de très longues années d’acharnement et de sacrifice… Son antidote étant impardonnable… Pourtant, ne se souciant guère des effets secondaires de la potion qui ne l’attendraient pas, il but la potion…

« Ainsi soit fait… »

Un hurlement naquit sur ses lèvres rosées, son regard jura pour sombrer en un éclat noir éternel…

« Ainsi… Me voilà complètement face à mes pouvoirs d’ondine… Contrairement à toi, j’en suis un… Idiot… »

D’un rire cristallin maudissant son grand-père, Nathaniel leva son bras gauche, entraînant une secousse sur la surface du lac… Fermant les yeux, des filaments aqueux dansaient autour de lui…

« Entend mon chant… Créature de l’eau… Dépourvus de cœur, vouée à l’immortalité, entend la harangue de ton frère… Viens à moi… »

Les filaments générés par la magie du jeune homme s’étaient épaissis, devenant de plus en plus menaçant, éclairant honteusement la scène, la lune semblait pleurer…

Viens à moi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elibatiz A. Merenwen
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 35
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elementaliste de l'Eau, Enchanteresse en Runes, Don d'Empathie, Occlumens
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: Les liens du passés, Ondin et Ondine... *Sanctuaire des ondines* (PV)   Dim 29 Juin - 20:35

Clap clap clap...

Bon sang de bonsoir ! On est en juillet et la pluie tombe encore... Quelle félicité !

Eli souriait, le visage collé à la fenêtre de son bureau. Elle était assise sur le rebord et, comme une enfant à qui l'on aurait emmenée au cirque, regardait le paysage froid et disgracieux se mouvoir au gré de la volonté du vent. L'envie de sortir l'étreignis mais elle ne pouvait pas. Dès qu'elle mettrait le pied dehors, celui-ci se transformerait en une grosse queue de poisson. Certes, c'est joli, mais pas pratique pour se déplacer... Mais surtout, il était hors de question que des élèves de Poudlard sachent son secret !

Mais, en vérité, elle en avait marre de rester ici, cloitrée, enfermée. Son bureau avait beau être son chez-elle, elle s'y sentait de trop depuis quelques heures. Une envie irrépressible de sortir, comme un appel, la poussait à quitter cette pièce.

A quitter ce château...

A répondre à cet appel.

Eh bien, allons-y !

Elibatiz savait que ce qui l'attirait ne lui voulait peut-être pas que du bien. Mais il fallait qu'elle sache. Elle prit sa baguette et se dirigea vers la porte de son bureau. Et tout en traversant les couloirs, en direction de la porte d'entrée, elle se jetait tout un tas de sortilèges, variantes de l'Impervius.

Toujours prendre des précautions, ça en devient énervant !

Mais déjà, elle était arrivée aux Doubles-Portes de Poudlard que, presque 11 ans auparavant, elle avait franchi pour la première fois. Et un grand sourire éclaira son visage dès qu'elle les poussa. Il n'y a pas à dire : chez elle, c'était son élément...

Ou aller ? A Pré-au-Lard ? Hum... Nan, allons vers les montagnes !

Elle avait besoin d'air pour récupérer ces deux derniers jours d'enfermement. Elle alla donc vers les montagnes, escaladant, marchant à travers les sentiers... Les routes étaient étroites et sinueuses mais offraient un spectacle à vous décrocher la mâchoire. Poudlard, sous un ciel noir colère, toutes lumières allumées, semblait vouloir lutter contre les ténèbres en luisant de mille feux à travers le voile de la pluie.

Eli s'assit sur un rocher et regarda. Elle se perdit aussi dans ses pensées... Si bien que, deux heures plus tard, la nuit était tombée et qu'elle ne s'en était pas rendu compte. Ce qui l'avait sortie de ses rêveries, c'était la pluie. Elle avait cessée. Alors, Eli se leva et regarda vers le Ciel. La pluie ne reviendrait pas avant quelques jours. Elle se jeta tout les contre-sorts requis pour redevenir sensible à l'eau et marcha, en direction de Poudlard.

Sauf que ce qu'elle attendait depuis ce matin sembla enfin vouloir pointer le bout de son nez. Eli suffoquait. Elle n'arrivait pas à respirer et, tout au tour d'elle, le paysage s'estompait. En fait, on aurait dit que la pluie l'avait délavé et lui faisait perdre non seulement ses couleurs mais aussi ses formes.

Eli transplanait, indépendamment de sa volonté.

Entend mon chant, créature de l’eau… Dépourvue de cœur, vouée à l’immortalité, entend la harangue de ton frère… Viens à moi... !

Ces paroles résonnaient dans sa tête comme si l'on s'était efforcé de les lui crier au creux de l'oreille. Créature de l'eau... Qui donc requiert sa présence ? Ou la présence d'une de ses semblables... Était-il fou de vouloir attirer une Ondine ? Ou peut-être était-ce un de ces malades sanguinaires dont le seul but était d'attraper des Sirènes.

Des... Sirènes...
Pa. Thé. Tique.


Eli ouvrit les yeux, tandis qu'elle reprenait son souffle et que son cerveau bouillonnait de ces questions. Elle se releva et regarda autour d'elle.

Le décor avait changé.

Les montagnes de Poudlard avaient disparu. Elle était à présent dans une sorte de plaine. Il y avait un lac aussi.

Ouf...

Eli ne voyait presque rien tant il faisait noir. Mais elle réussit tout de même à comprendre que ces formes grisâtres faiblement éclairés par les maigres rayons de lune qui réussissaient à filtrer à travers les gros nuages blanc qui couvraient le Ciel étaient des Statues. Et que cette "plaine" était en fait un Cimetière.

L'odeur de l'air avait changée, elle venait de le remarquer. Elle n'était plus en Écosse. Elle était en France.

Son cœur bondit de joie à cette idée... Elle était chez elle. Chez elle ! Un sourire jubilatoire se dessina sur ses lèvres roses et elle faillit même sauter de joie. Ce qui l'en empêcha était son mauvais pressentiment. Elle s'approcha du lac, comme pour se rassurer et entendit quelqu'un venir. Il n'avait pas fait un bruit en se déplaçant, tant il était habile et gracieux de ses mouvements. Mais la jeune ondine avait "senti" sa présence.

Il était comme elle.


HJ : désolée du retard ! Je te laisse... ouvrir les hostilités ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel Hollyhurt
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : ~°~ Elémentaliste de l'Eau / Magie des Hollyhurt ~°~
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: Les liens du passés, Ondin et Ondine... *Sanctuaire des ondines* (PV)   Dim 6 Juil - 14:27

Depuis l’aube de sa création, la maîtresse de la nuit n’avait jamais vu pareil spectacle, ce nouvel intrus semblait plus instable que le précédent, contrairement à l’autre il avait utilisé la magie de ses douces, contrairement à l’infâme, son cœur ne battait pas pour une quelconque passion, le visage agité, Nathaniel Hollyhurt, s’avança tendrement dans l’eau… Une décharge glaciale lui traversa l’épiderme, d’une beauté élancée il se laissa surprendre par le résultat de son entreprise…

Le goût de l’échec… Amer…

Comment avait-il pu échouer ? Pensant tomber sur la génitrice de sa mère, il avait du manquer une étape, sauter un passage, sûrement un cafouillage sur un mot ? Nan jamais… Lui ? Nathaniel Hollyhurt se tromper ? Echouer ? Certainement pas… Se concentrant sur la créature, une once de surprise se dessina dans son regard… Il l’avait déjà croisé quelque part… Mais où ? Cherchant dans les méandres de sa mémoire, il l’observait, d’une beauté sans pareille, un charme qui pousserait n’importe quel preux chevalier à décrocher la lune, une expression de simplicité relative, un regard liquide, une moue propre à Carmen…

Oui… Poudlard…

L’ayant sûrement rencontré dans l’ombre d’un couloir, la beauté de cette femme l’avait déjà surpris…

Serait-ce un argument valable pour m’empêcher de ?

Plissant le poignet, telle la matérialisation d’une âme piégé entre l’aliénation et le dévouement, répondant à la magie de l’ondin, ne pouvant y déroger, sensibilité irrévocable, hurlement de mauvaise augure, l’eau s’agita… Aucune surprise ne se dessina sur le visage froid de Nathaniel, après tout il avait toujours eu ce qu’il voulait… Orgueil…Sentiment éternel et protecteur qui le perdrait sûrement un jour…

Pas pour ce soir… Ne me fais pas défaut…

D’un mouvement de main froid et hostile, une masse d’eau se dégagea des profondeurs aqueuses, la modelant à son grès, lui donnant un aspect menaçant, faisant des allés et retours entre lui et la créature, son regard se pervertit, abandonné par la magie, il devrait se débrouiller avec ses pouvoirs limités d’Ondin…


« Bonsoir… Et moi qui espérais tomber sur elle directement… Me faudrait-il du sang d’ondine ? »

Baissant le regard, les filets d’eau se solidifièrent devenant blanc comme neige, froid comme la mort… Un nouveau regard, puis une dizaine de lances hivernales se lancèrent en direction de la jeune femme… Eternel joueur, provocateur comme jamais, c’était une déclaration ouverte…

« J’ai toujours rêvé de goûter à la furie qui coule dans nos veines… »

Un combat contre une ondine ? Du temps à perdre ? Ou simplement, encore cette envie inlassable de savoir que la vie ne tient qu’à un fil… Aucune chance… Et alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elibatiz A. Merenwen
Le Monde regorge de Créatures
Le Monde regorge de Créatures
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 35
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elementaliste de l'Eau, Enchanteresse en Runes, Don d'Empathie, Occlumens
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: Les liens du passés, Ondin et Ondine... *Sanctuaire des ondines* (PV)   Lun 7 Juil - 17:38

Danger.

Danger...

Danger, danger, danger, par le Trident de Poséidon !


Ça, c'était ce que lui criaient ses sens depuis qu'elle avait ouvert les yeux.
Elle aurait pu transplaner.
S'échapper.

Qu'importe ! Sauve-toi ! hurlait, suppliante, la petite voix dans sa tête, celle-là même qui l'avait mue par ce sentiment d'insécurité, cette instinct de survie.

Mais son cœur lui disait de rester.

Et, pour la première fois de sa vie, elle allait peut-être regretter d'avoir fait passer sa curiosité devant son instinct.

L'homme qui se tenait devant elle, elle le connaissait. Pas personnellement. Mais elle l'avait déjà remarqué, au détour d'un couloir, dans une salle de réunion. Elle ne lui avait jamais parlé. Jamais. Il l'effrayait un peu. Pas avec cet air hautain avec lequel il semblait être né mais plutôt à cause de son aura. Elle dissimulait des choses que la jeune ondine refusait de découvrir. Une magie nouvelle, oscillant entre le blanc et le noir et dont l'odeur pouvait être celle du sang.

Elle n'avait jamais remarqué qu'il était aussi un Ondin.

Quelles étaient ses intentions, à présent ? Pas bonnes, en tout cas, à voir l'air de mécontentement qui défigurait son beau visage.

Voir même très mauvaises, réflexion faite...

Bonsoir… Et moi qui espérais tomber sur elle directement… Me faudrait-il du sang d’ondine ? Dit-il d'une voix glaciale.

Elle ? Qui ça, "elle" ?


Du sang d'ondine ? murmura-t-elle, surprise.

Comment savait-il ? Et pourquoi son aura avait-elle changée ?

Mais on s'en moque ! Il va te tuer !

La petite voix avait (encore) raison. Il fallait agir, son interlocuteur, ou plutôt "adversaire" créait déjà son arme : Des lances blanches comme l'Eden, froides comme la Mort.

Alors, là ! Non mais pour qui se prend-il ?

CRAC !

Elle avait esquivé l'attaque, alors que, d'habitude, elle détestait transplaner. Elle réapparut derrière lui, l'air très mécontent. Ses cheveux, attachés encore quelques secondes auparavant, voletaient, comme emportés par une brise salvatrice. La colère habitait ses traits, guidait ses actes et ses pensées.

Elle n'eut meme le besoin de tendre la main que les lances fondirent. Sa colere les avaoent reduites à l'etat de flaques. Celles-ci ramperent à travers la vase et la terre humide pour former de longs et tranchants pics de glace entremêles qui emprisonnerent les jambes du Professeur Hollyhurt. Elle savait qu'elle pourrait l'immobiliser encore tant qu'elle garderait sa concentration. S'il bougeait, ne serait-ce que d'un millimètre, sa peau risquait de se retrouver profondément tailladée.

De nouveau, elle baissa les bras, s'approcha de l'eau et une gigantesque masse d'eau s'eleva, prenant d'abord une forme cylindrique qui, sinueuse, se dota d'une tete à la gueule béante.

Le serpent allait avaler Nathaniel.


Faute de cela, tu gouteras aux douces et sombres joies de la mort, vil mortel ! Qu'en penses-tu ? fit-elle en un rictus.

Jamais elle n'avait parlé ainsi. Jamais son coté Ondine n'avait été plus prédominant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel Hollyhurt
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 28
Age Roleplay + Sorts : 25 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : ~°~ Elémentaliste de l'Eau / Magie des Hollyhurt ~°~
Points Prestige : 3
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: Les liens du passés, Ondin et Ondine... *Sanctuaire des ondines* (PV)   Dim 20 Juil - 13:38

Le visage détendu, il observait… Une foule d’applaudissement, le rideau allait être levé… Sombre ralentis, d’une grâce suprême, une avide mélancolie dans le sang, outrance à ses principes, sourire pincé, elle attaquait… Sur une cadence démesurée, elle allait frapper… Une gueule menaçante s’approchait dangereusement, manquant de lui briser les os, l’épiderme ainsi que sa douce personne, il était coincé, jambe entravée par une brise glaciale au niveau de ses jambes…

« Digne d’un ballet aqueux… Bravo mais… »

Ayant à l’instant étudié les mouvements de la jeune femme, l’œil avisé, il baissa son buste pour finalement se relever rapidement, une de ses mèches blondes balaya son visage concentré… Le rideau était enfin levé, pour seul spectateur la lune, il s’évapora en une brume opaque pour réapparaître en face de la créature… Mince sourire pour ce coup-là… Pris d’une légère nausée, il chuta…

… Plus difficile que je ne le pensais ?

Il était clair que sans magie, voué à son flux d’ondine il était destiné à l’échec… Cependant, même chez les ondines il existait ce qu’il maîtrisait avec grâce et précision dans son monde… Les enchantements… Son regard se brisa, son azure scindant s’abandonna en un gris cendré tel les restes meurtrier du passage de Calcifère sur une chaumière chaleureuse et accueillante …

Toi… Je ne vais pas te louper… Si c’est de la grande musique que tu veux… Tu vas être servie…


« Concerto pour deux ondins… Original non ? »

Sa bouche se plissa, perdu dans ses pensées, il déposa de nouveau son regard sur la jeune femme, par tous les saints qu’elle était belle… Amer était la muse qui lui inspirait tant de haine… Murmurant, sa voix était liquide… A chaque syllabe l’eau s’agitait… A chaque mot la lune semblait devenir de plus en plus blanche… Certes témoin, de cette scène odieuse, elle allait en devenir complice…

L’enchantement de Marine…


« Le huis-clos… L’endroit où excelle le fourbe… »

Son regard d’un gris perle, pleura ses cendres pour revêtir un indigo pastel, sucrée et emplie d’amertume… Rancœur passagère et impatiente…

« Prépare donc ton entendement liquide… »

Un dernier sourire et…

« Modeste allergie à l’aigreur du monde, remettant en cause la sainte architecture, s’il n’avait osé te créer, je t’aurais fait apparaître mais de peur qu’il te reprenne, je te rédige…



Attrayante est le mot qui se dessine sur mes lèvres lorsque tu vagabondes au loin dans mes songes…



Ravissante est la couleur que tu revêts lors de nos escapades nocturnes, une écharpe en laine lorsque j’ai froid, un parapluie de perles lorsque je pleurs, et quand je souris ?



Instabilité passionnelle, couronnée par l’envie d’un meurtre outrageant, défiant l’entendement banal et futile de l’humanité…


Négligeant la beauté de son cœur, entravant la bonté de son âme, dénigrant la pudeur de son corps, l’art n’a pas être beau, que faire quand l’œuvre se fond dans le postulat…


Eternel est le temps qu’il va me falloir pour me remettre de ma chute, en ce monde où réside la plus étrange de toutes les nymphes… »


Tout au long de sa complainte enchantée, chaque couplet semblait l’avoir transpercé… Voué à une défaite assurée, il ne perdrait pas son sang froid… Tout au long de son récit liquide, l’eau devenue rougeâtre s’était levée pour former un dôme autour des deux protagonistes, les enlaçant dangereusement, il laissait filtrer la lumière de la lune, plus blanche que jamais…

« Fixons des limites à notre petit jeu… »

Remuant son index, il parvint une nouvelle fois à lui donner vie… Elle qui était si bien maîtrisée par cette ondine, Nathaniel baissa son regard, derrière lui, un fidèle basilic aqueux surplombait son maître prêt à attaquer…

Do re mi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les liens du passés, Ondin et Ondine... *Sanctuaire des ondines* (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les liens du passés, Ondin et Ondine... *Sanctuaire des ondines* (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» Il est de retour ... Mais que s'est il passé depuis 3ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Vaste Monde :: Reste du Monde-
Sauter vers: