AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chronique d'une vie familiale ... ordinaire ? (solitaire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anastasia de Rochefort
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 41
Age Roleplay + Sorts : 50 ans sorts 1 2 3 SPE
Date d'inscription : 02/10/2007

MessageSujet: Chronique d'une vie familiale ... ordinaire ? (solitaire)   Ven 13 Juin - 19:37

Iles Shetland, 1992


Découvrez Yann Tiersen!

« Une nouvelle soirée chez les fous ! »

La phrase était sortie toute seule de la bouche de la fille d’Anastasia. Cette dernière ne se rendait pas compte de la vérité absolue qu’elle venait de dire. Tout allait mal. Panne d’électricité. Obligé de manger un repas froid aux chandelles, certes ce dernier détail ne changeait pas de d’habitude, Anastasia adorant manger dans un style « médiévale ». Jasper était à l’autre bout de la table, en face d’Anastasia, tandis que leur fille était entre eux deux. Bien entendu, il ne pouvait pas discuter entre eux. De toute façon, la communication n’était pas vraiment le fort dans cette famille atypique.

Lorsqu’ils se croisaient dans les couloirs du manoir, c’est à peine s’ils se regardaient. Ils ne s’adressaient qu’un rapide hochement de tête, préférant éviter d’entamer une conversation stérile. Et finalement, cela leur convenait parfaitement.
Ce soir là, Anastasia avait pris la liberté de renvoyer chez eux les domestiques. Ils ne servaient à rien quand on pouvait utiliser la magie, mais Anastasia tenait tout de même à les garder. Après tout, sans domestique, son titre perdait presque toute sa magnificence. Tout ce qui importait à Anastasia n’était pas la vie des autres, mais son argent, sa fortune, son titre, le pouvoir qu’elle détenait sur les personnes de son entourage.

Après tout, pourquoi avoir choisi Jasper ? Et bien, parce que Jasper était puissant, était riche, avait un poste au Magenmagot. Jasper était-il beau ? Non. Anastasia était elle amoureuse ? Non plus, et elle savait que cela n’arriverait jamais. Elle avait son argent, son pouvoir, son titre. Elle ne l’aimait pas, et croyait dur comme fer que l’argent pouvait tout remplacer, même la beauté qui faisait défaut à ce pauvre Jasper. Voilà pourquoi elle ne le regardait jamais dans les yeux quand ils se croisaient ou quand ils se parlaient, et voilà pourquoi ils mangeaient aussi loin l’un de l’autre. Parce qu’elle ne voulait pas lire dans ces yeux, l’amour qu’il lui portait. C’était une souffrance pour Anastasia de lire cela dans les yeux, alors qu’elle était incapable de lui prodiguer la même chose.

Et est-ce que Anastasia avait des remords ? Bien sûr que non. Anastasia n’éprouvait jamais de remords, pour quoi que ce soit. Elle ne s’embarrassait pas de choses aussi « puérile » que les remords. Les remords étaient fait pour les faibles, or Anastasia était une battante. Elle était prête à tout pour réussir dans la vie. Prête à écraser les autres s’il le fallait, prête à les tuer, prête à les torturer. Franchir la limite de la légalité n’était pas un problème pour elle. Quand avait-elle commencé déjà ? Elle avait oublié … ça ne lui posait aucun problème de conscience. Sa conscience était en paix, malgré tous les « crimes » qu’elle avait commis. Elle dormait bien le soir. A la condition de ne pas avoir croisé le regard doux et amoureux de Jasper.

Il était naïf. Naïf de ne pas voir qu’elle n’était pas amoureuse de lui. Naïf de ne pas avoir remarqué qu’il n’avait aucune ressemblance avec sa fille. Naïf de croire qu’elle l’aimerait un jour. Naïf de croire que son argent disparaissait tout seul, alors qu’Anastasia sortait du manoir chaque jour avec une tenue différente.

Anastasia n’en revenait toujours pas de la chance qu’elle avait eu de croiser Jasper lors de ses études dans une université de Londres. Elle n’en revenait pas qu’il puisse exister des personnes aussi riches, aussi puissantes, mais tellement naïves. Mais elle comprenait, et remerciait, quand elle avait le temps, Dieu de lui avoir donné cette chance. Une chance incroyable qu’elle n’avait pas hésiter à saisir lorsqu’elle s’était présentée à elle.
Revenons à ce dîner. Un dîner presque normale, pour une famille anormale.


Elisabeth ! Surveilles ton langage, je t’en prie ! Nous ne sommes pas des rustres tout de même. Tu pourrais t’exprimer dans un langage un peu plus élaboré. De plus, nous ne sommes pas des … fous, comme tu dis.

Puis, se tournant vers Jasper, enfin tourner est un bien grand mot, car Anastasia n’avait déplacé sa tête que de quelques centimètres, et tentait d’observer le visage de son mari, éclairé faiblement par les chandelles, mais qui était quand même terriblement loin.

Tu vois ce qu’elle est devenue ? Une dévergondée ! A force de fréquenter ces jeunes roturiers dans la campagne. Tu ne sais même pas ce qu’elle a fait hier ! Nous avions rendez-vous à Londres, pour un essayage pour la robe qu’elle porterait lors de la Garden Party de d’Elisabeth. D’ailleurs, son petit-fils, William, est très joli, et je pense que …

« Mère ! Il n’a que 10 ans … Tu ne peut pas vouloir déjà un mariage que … »

Elisabeth ! Je te rappelle que ce serais un très grand honneur pour notre famille d’avoir des liens avec la famille royale. J’ai bien vu que tu lui plaisait ! Ne dis pas le contraire ! Arrête de ne penser qu’à toi !

Un lourd et pesant silence emplit la grande salle à manger. Les anges passaient au dessus de leurs têtes. A moins que cela ne fût des diablotins. Anastasia avait toujours eu le don d’insinuer un poison mortel dans les conversations qu’elle avait avec ses proches, rendant ainsi l’ambiance un peu plus morose. Elle rigolait en son for intérieur, rigolait de ce qu’elle venait de dire, rigolait en sachant que sa fille serait obligé de l’écouter, rigolait en sachant que bientôt, elle aurait sans doute une chambre à Buckingham, ou au moins au château de Windsor. Cela changerait un peu des pâles pièces du manoir familial dans les îles Shetland, ou du minuscule loft qu’elle possédait à Cannes, ou même de la froideur de la chambre qu’elle possédait au Kremlin. Buckingham avait tout de même beaucoup plus de classe.

Car après tout, l’herbe était toujours plus verte dans le champ du voisin. Elle avait d’abord eu son manoir à elle, un peu décrépi, en France, héritage direct de la famille de Rochefort. Mais avec le temps, personne n’avait pris soin de s’en occuper, et personne ne l’habitait plus. Elle se réfugiait donc dans son loft près de la côte d’Azur. Mais cela ne lui suffisait pas … Il lui fallait beaucoup plus. Et c’est là que Jasper était arrivé. Un Jasper riche, mais surtout un Jasper qui possédait un manoir meublé ! Voilà tout ce qu’il fallait à Anastasia.

En deux coups de baguette magique, et trois tours de louche dans un chaudron, elle avait élaboré un redoutable philtre d’amour. Car vous croyez encore que quelqu’un pouvait tomber amoureux d’une femme, où sur ses traits se lisait la méchanceté, la cupidité, … Non ! Elle avait tenté de séduire Jasper par ses propres moyens, croyant que seul son pouvoir de séduction lui servirait. Mais non, il était amoureux de quelqu’un d’autre. D’une autre femme. C’en était trop pour Anastasia. De rage, elle tua sa rivale, et concocta le philtre d’amour. Après tout, ce n’était pas une sorcière pour rien. Il lui suffisait juste d’entretenir le philtre, en versant, chaque jour, quelques gouttes du philtre dans le verre de brandy qu’il buvait tous les soirs.

Revenons à nos moutons. Anastasia avait jeté un froid sur la table, ce dont elle était très fière. Encore une fois, elle arrivait à ses fins. La longue pièce froide n’était pas éclairé, et la nuit était tombé au dehors. Elle ne le savait pas vu que les tentures étaient tirés devant les fenêtres, mais elle le sentait.

Le repars arrivait à sa fin. Anastasia se leva, et s’approcha d’une des grandes fenêtres. Elle souleva la tenture, lourde et pourpre, observa le paysage qui s’étalait devant elle. Le coin était perdu. Aucune habitation aux alentours. Devant elle s’étalait la plaine typique des îles Shetland, avec le brouillard qui recouvrait le sol, donnant l’esprit que le manoir flottait. Quelques moutons étaient cependant là, broutant l’herbe qui poussait trop par endroit. Plus loin, on pouvait distinguer la mer. Le brouillard recouvrait aussi une partie de la mer, comme si c’était une mer de brouillard, plutôt qu’une mer d’eau. Pas une lumière non plus dans les îles adjacentes. A croire que les voisins étaient tous à Londres …

Le dîner est fini. Dit-elle d’une voix clame et posée. Elle savait exactement ce qu’il fallait qu’elle fasse à présent. Jasper s’était levé quittant la table, sans même un regard pour sa femme. Son assiette était encore pleine. Il s’était à peine servi du dessert qu’elle n’avait pas concocté avec amour. Sarah aussi s’était levé. Tous les deux se dirigeaient vers la bibliothèque. Anastasia devait bien reconnaître cela. Même si Elisabeth n’était pas la fille de Jasper, elle avait hérité de son caractère solitaire. Ils allaient passer plusieurs heures à lire des livres sans grand intérêt, lui buvant du brandy, et elle buvant sa tisane. Mais Anastasia avait d’autre projet pour sa fille ce soir. Elle avait presque 11 ans maintenant, et elle avait déjà révélé des pouvoirs magiques. Il fallait qu’elle aille à l’école pour apprendre à maîtriser ses pouvoirs. Anastasia avait déjà de grands projets pour sa fille.


Non, reste Elisabeth !

« Mère ? Que … ? »

Anastasia attendit patiemment que Jasper sorte de la salle à manger, sans même un regard en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chronique d'une vie familiale ... ordinaire ? (solitaire)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vers l’adoption d’un plan unique de planification familiale
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» Une patrouille presque ordinaire [PV:Naïla]
» Rêverie solitaire
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Vaste Monde :: Autres lieux du Royaume-Uni-
Sauter vers: