AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1930/1930  (1930/1930)
Points de mana:
2500/2500  (2500/2500)

MessageSujet: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Mer 21 Mai - 22:18

Je vais partir, Edward.

Quelques mots murmurés sur un ton qui en disait long sur l’état d’esprit de celle qui les avait proférés. Les phénix s’étaient rassemblés et d’une seule émotion avaient pleuré la disparition d’un grand homme. Il leur fallait survivre à l’après Gabriel s’ils voulaient affronter le règne de terreur qui attendait la Grande Bretagne ... Plongée dans la détresse la plus profonde, Noxis n’avait que le vague sentiment d’être là, avec eux. Elle devait se reconstruire, rétablir les bases de son existence mise à mal par les trop sombres épreuves traversées ces derniers mois. Edward devrait le comprendre. Elle n’abandonnait pas. Elle ne pouvait simplement plus porter le fardeau avec lui.

Tu es là, et pourtant la solitude détruit mon âme heure après heure. Et te détruira avec moi si je n’y prends garde. Laisse-moi partir, libère-moi. Je reviendrai plus forte.

D’une légère pression de ses lèvres sur son front, en silence, il avait béni sa sœur, craignant pour elle, pour eux. Et l’avait cependant affranchie. Avait-elle remarqué avec quel soin il avait évité jusque là de parler de l’enfant ? De même frôler son ventre ? Devait-elle voyager dans les plus brumeuses sphères de son désarroi pour ne rien percevoir … Ses pas l’avaient menée vers son Ukraine aimée. De là, elle avait suivi les traces de ses ancêtres à travers toute la Russie, avant de revenir vers l’Europe où l’Autriche l’attendait, impériale, glaciale, inhospitalière … Le Ministère de la Magie, la première étape de sa quête …

Bonjour, je souhaite rencontrer Monsieur Habsbourg s’il vous plaît.

Son allemand plus qu’approximatif avait tout de même porté ses fruits et, avec une œillade entendue qui pouvait en dire très long pour qui comprenait, la réceptionniste l’invita à la suivre dans un petit salon particulièrement confortable. Elle ne devrait pas attendre très longtemps, le temps de prévenir Herr Habsbourg. L’anxiété l’avait envahie dès le moment où elle avait posé le pied dans le hall du Ministère. Et n’allait que croissant. Elle avait longuement réfléchi et savait qu’elle se devait d’être là. Affronter ses démons, l’obliger à faire face aux siens. Elle en sortirait peut être plus meurtrie encore. Mais au moins elle saurait. Comment réagirait-il ? S’attendait-il à ce que ça soit elle, la mystérieuse inconnue qui s’était présentée auprès d’une bien trop curieuse secrétaire, prête à alimenter les pires potins ? Et s’il avait décidé de ne plus jamais la voir ? Le silence prolongé à ses dernières lettres en disait assez long …

Il m’écoutera …

Ses doigts caressaient nerveusement le vélin de ce qu’elle tenait dans sa poche. Deux parchemins. Froissés et fatigués de trop de relectures. Abîmés de trop de doutes. Le bruit tant redouté se fit entendre, le bruit d’une porte que l’on ouvre. Assise dos à l'entrée, elle retardait le moment où elle se retournerait et où leurs yeux rencontreraient l’océan perdu des promesses oubliées qu’ils s’étaient faites.


HJ : Niveau timing: après la mort de Gabriel et après la réunion à Grimmauld.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Mensah Habsbourg
Adulte - Serpentard dans l'âme
Adulte - Serpentard dans l'âme
avatar

Nombre de messages : 4
Age Roleplay + Sorts : 59 ans sorts 1 2 3
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 22/05/2008

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Jeu 22 Mai - 19:39

Mensah était un homme arrogant. Il passait le plus clair de son temps à tyranniser son personnel de maison, comme ses employés du Ministère de la Magie Austro-Hongrois. La main-mise qu’il avait sur ces âmes étrangères était en fait la preuve de l’autorité naturelle dont il jouissait, mais aussi de sa plus profonde solitude; car au délà des hommes et des femmes qu’il avait à son service, rien ni personne n’avait de place dans son cœur. Il était seul, simple politique esseulé ou tyran abandonné du monde intelligible.

Toutefois, ceci n’était jamais dit, car en apparence, Mensah semblait être un homme de pouvoir. Illustre, connu de tous dans son pays, les gens mentaient et l’aimaient... Faussement, ils l’appréciaient ; naïvement, ils lui pardonnaient. De sorte que dans ce monde truqué, les hommes ne s’accordaient qu’un seul caprice: celui d’éviter les ennuis et le regard accusateur de Mensah. Tous savaient que si ce n’était pas le Ministre qu’il fallait louer, c’était bien plus l’homme perfide. « Rendons grâce au Habsbourg » formaient les mots vibrants et terribles qui rongeaient l’esprit des infidèles.

Étrangement pourtant, Mensah Habsbourg n’était pas un cadre du Ministère. Certes, il n’était pas un employé comme un autre, mais il n’était pas un visage central de la hiérarchie. Le respect, il l’avait volé en étant impitoyable, il l‘avait volé en étant despote et vendu. Oui, il n’était que fausseté. De tout son corps commandé par l’or et le faste, aucune relation qu’il avait pu se faire ne demeurait sans lien avec l’argent. D’amour ou de labeur, elles n’étaient qu’artifice corrompu.

***


Ce matin là, quelque chose se produisit. Ce n’était rien d’ordinaire, rien d’habituel, puisque cette chose, ou davantage cette femme, le raccrochait à un passé qui alors était presque oublié. Le passé d’un père, d’un couple, de princes déchus et d’un dauphin inhumain. Fallait-il que son devoir de père le rattrape aujourd’hui? Il avait vécu tant d’années sans aucune responsabilité, alors pourquoi fallait-il que cela change?

***


La secrétaire, tant de fois embrassée en des temps révolus, entra sans même frapper. L’homme qu’elle servait lui avait accordé ce privilège. Sans plus attendre, ni même se formaliser de politesses malvenues, elle lui annonça qu’une jeune femme l’attendait dans le hall.

Le tressaillement était toujours là, il lui parcourait l’échine pour venir hérisser les poils de ses avant-bras. Le simple mot femme évoquait pour lui luxure et passion. Il aurait pu vouer un culte aux femmes, et vice versa, mais c’était sans compter la violence qui caractérisait les nombreuses histoires qu‘il avait connues. Il était dominateur, cruel et phallocrate, ce qui, en ces temps avancés, ne trouvait guère d’intéressées parmi la gent féminine.

Il se leva et se dirigea vers la sortie. Il longea un premier couloir, puis un second, pour enfin se trouver dans le hall. La secrétaire lui indiqua un salon annexe, dans lequel il entra. Non loin de lui, une jeune femme était assise. Elle lui tournait le dos et tout ce que Mensah avait à observer était cette chevelure brune dont il s’amusait déjà à rechercher les parfums.

Se pourrait-il qu’elle soit une épouse, une amante oubliée, ou peut-être une folle, amoureuse de ma stature?


Mademoiselle, vous m’avez demandé?

Il était à présent à ses côtés, droit, fier et galant. Sa main suspendue dans les airs, attendant simplement que la belle daigne lui présenter la sienne, afin d’y déposer un baiser de déférence.

Permettez-moi de me présenter. Je suis Mensah Habsbourg, maître de ces lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1930/1930  (1930/1930)
Points de mana:
2500/2500  (2500/2500)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Ven 23 Mai - 20:35

Le flottement avait duré tout au plus quelques secondes. Elle retenait son souffle et sentait sa nuque se raidir à l'extrême tant elle était crispée. Il devait déjà l'avoir reconnue maintenant. Allait-il faire demi-tour ou se scandaliser de l'impudence dont elle faisait preuve en venant le trouver sur son lieu de travail ? Noxis n'avait jamais été fleur bleue et au grand jamais elle n'avait imaginé qu'il se jetterait à ses pieds, la couvrant de tendresse et pleurant pour qu'elle lui pardonne. Certainement pas. Ca ne lui ressemblait pas plus à elle qu'à lui. Et jusqu’à preuve du contraire, il la considérait toujours coupable d’elle ne savait quel crime aussi n’allait-il certainement pas réclamer son pardon … Elle attendait donc, anxieuse et effrayée. Mais dans toutes ses idées les plus folles, elle n’avait pas prévu ce que le sort lui avait réservé.

La dernière fois que sa voix avait résonné à ses oreilles, elle était certes sèche et ne dénotait plus du moindre attachement vis-à-vis d’elle. Mais elle aurait reconnu n’importe laquelle de ses modulations. Celle-là ne lui appartenait pas, elle n’avait pas besoin de se retourner pour s’en assurer. Aussi grave que celle d’Evan mais plus charmeuse. Même s’il voulait se moquer d’elle, il n’aurait pas été capable de la rendre si aguicheuse.

Non, ça ne devait pas se passer comme ça …

Elle n’avait qu’à tourner la tête pour comprendre la méprise. Pourtant elle ne s’y résigna pas tout de suite, subjuguée par une sensation étrange. L’espace d’un instant, elle s’était sentie soulagée. Remettre à plus tard des retrouvailles qui débuteraient certainement sur un mode plutôt pénible … C’était ridicule ! Où étaient sa détermination et ses résolutions de repartir avec une vérité, leur vérité ? A contre cœur, lentement, elle fit pivoter son visage vers celui dont elle avait déjà deviné l’identité avant même de le voir. Et tout lui revient, d’une traite. La vision lors du Tournoi de Poudlard, les confidences de l’homme blessé lors de leur retraite à la montagne. Elle avait face à lui le mâle brutal dont Evan lui avait conté la malfaisance.

Il fallait qu’elle se reprenne. Combien de temps son égarement avait-il duré ? La main tendue de Mensah flottait toujours devant elle… Malgré toute la répulsion que cette idée provoquait chez elle, elle fini par lui abandonner la sienne, tâchant de reprendre le contrôle de ses émotions.


Monsieur Habsbourg … Enchantée …

Une gamine de 16 ans n’aurait pas fait mieux. Aurait même fait nettement mieux question crédibilité. Là il devait se gausser, probablement même qu’il prenait un malin plaisir à voir à quel point Noxis se sentait peu à sa place dans ce boudoir aux relents d’adultère discret tandis qu’il prolongeait plus que nécessaire le contact physique.

Seigneur … Je ne suis pas faite pour ce genre de mise en scène.

Avant tout, gagner du temps. Pour se recomposer et trouver quoi faire, quoi dire. Elle se fit violence pour masquer autant que possible son trouble derrière un léger sourire particulièrement peu sincère. Elle perdait certainement la première manche mais c’était le mieux qu’elle pouvait s’offrir. La surprise était l’alliée de son adversaire pour cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Mensah Habsbourg
Adulte - Serpentard dans l'âme
Adulte - Serpentard dans l'âme
avatar

Nombre de messages : 4
Age Roleplay + Sorts : 59 ans sorts 1 2 3
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 22/05/2008

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Sam 24 Mai - 16:59

Son regard incertain et froid, comme ses pommettes pleines et brillantes ainsi que son cou lisse et délicat, formaient dans l'esprit de Mensah un dessin sans esquisse. Il admirait et touchait de ses yeux la plastique fragile de son hôte, toujours sans discrétion. Il savait qu’elle était probablement déjà venue, qu’ils s’étaient déjà rencontrés, mais comme toutes les autres fois il avait feint l’indifférence... Non pas qu’il jurait l’avoir reconnue, mais il ne laissait pas transparaître l’étonnement. Une simple amie...

...Particulière de son statut. L’avait-il déjà effleurée? Ou était-elle le bourgeon curieux et délicat qui n’attendait que l’été pour qu’on le déflore. Toutes ces questions, il se les posait. Il attendait, fier et courtois qu’elle l’invite. Un simple geste, un simple mouvement du bras lui suffirait pour comprendre.

C’est alors qu’elle avança délicatement vers lui, une main aventureuse et fragile à la fois. Sans la laisser trop de secondes en suspens, il la saisit tout en laissant ses yeux sévères et sournois plongé dans ceux de la belle. En un mouvement lent et surfait, il s’inclina pour que ses lèvres frôlent à peine la main qu’elle lui présentait. Cela lui semblait doux et rassurant, la manière qu’elle avait de lâcher prise et de se soumettre à la façon d’une proie déjà vaincue. Elle avait fait le premier geste, et il ne pouvait plus douter à présent.


Sa voix est plus suave encore que les milliers de femmes qu’a compté ma vie. Elle ne devra pas espérer repartir bredouille. Avec un si jolie petit minois, on ne peut que s’en trouver charmé.

Mais tout le plaisir est pour moi Mademoiselle... Mademoiselleuhh... Je ne crois pas vous avoir entendu vous présenter? Ou peut-être est-ce mon âge qui me trahit? Enfin, vous savez, on est encore très vif à cinquante ans...

Sans attendre de réaction de la part de son hôte, il se mit à rire. Il riait d’un de ces rires antipathiques et dérangeants qui le rendait presque vulgaire et déplacé. Mais de cela, il n’en avait que faire. Après tout, il n’avait pas besoin d’être sage et respectueux pour parvenir à ses fins. Il s’imaginait déjà ce qu’elle venait lui demander... Rien qu’un peu de passion et d'attention, comme toutes les autres...

Y a-t-il quelque chose que je puisse vous offrir avant que nous ne rejoignions mon bureau? Ma secrétaire se fera une joie de vous l’apporter. Une hydromel? Peut-être un thé?

Il la regardait, son petit sourire en coin.

Diable, quelles sont ces formes qui maintenant me sautent aux yeux? Est-elle une de ces désaxées qui viennent jusqu’ici pour me réclamer pension ou autres aliénations de richesse? Qu’allait-elle s’imaginer? Que le Habsbourg que je suis, allait s’incliner sans s’insurger? Je suis homme de loi, et en tant que tel je jure qu’elle n’aura rien ; ce même si je suis le père du monstre qui la déforme.

Le regard méfiant cette fois, il l’invita à avancer dans son bureau. Alors que tous deux marchaient, lui devant, et elle à quelques pas derrière, on pouvait entendre la petite secrétaire s’agiter pour disposer, non sans amour, quelques mets et boissons sur un plateau d’argent. Une fois assis sur son imposant fauteuil, Mensah regarda la jeune femme s’installer. Avec sérieux, il posa ses coudes sur le rebord du bureau et se pencha au dessus du plateau pour paraître plus provocant.


Alors dites-moi, en quoi puis-je vous être utile?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1930/1930  (1930/1930)
Points de mana:
2500/2500  (2500/2500)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Sam 24 Mai - 20:34

C’était sans aucun doute la première fois de sa vie que Noxis se retrouvait face à tel un prédateur. Elle n’avait pas besoin qu’il en dise plus pour avoir une très nette idée des pensées qui occupaient son esprit, de l’image qu’il devait avoir d’elle en ce moment et de la façon dont il envisageait la prolongation de leur entretien. Comment pouvait-il être si sur de lui ? Parce qu’à le voir, il avait toute certitude d’atteindre son but: il la considérait déjà soumise, la rétribution de l’immense honneur qu’il lui faisait à lui accorder son attention. Son malaise allait croissant et bientôt la fuite lui apparu comme l’unique alternative acceptable, l’évidence même.

Est-il obligé de laisser sa perversité me dénuder de telle manière ? Pour qui me prend-il ?

Sa voix emplit à nouveau la petite pièce, précédant un rire gras qui soulignait parfaitement les propos qu’il venait de tenir et le sous-entendu grossier qu’il y avait glissé. La colère commençait à faire son chemin dans l’esprit de Noxis. Il se rendrait compte qu’il l’avait méjugée et alors il ne pourrait qu’en être désolé … En réalité, elle n’était pas naïve au point d’imaginer un seul instant que cet homme puisse se sentir gêné face à qui que ce soit. Et encore moins si ce quelqu’un était une femme.

Oh que non, Monsieur Habsbourg, vous n’êtes certainement pas homme à perdre avec panache. Soit … Ce sera ma croix à porter jusqu’à la fin de cette entrevue.


Clymox. Noxis Clymox. Un simple verre d’eau fera l’affaire.

Les mots s’écoulaient, mécaniques, impersonnels. Les barrières de l’Ukraine s’érigeaient, rendant Noxis plus inaccessible encore. Or, ce n’était plus nécessaire. Un détail venait de sauter aux yeux de Mensah, détail arrondi qui devrait probablement quelque peu calmer ses ardeurs. Il ne se défit pas de sa courtoise arrogance mais du moins ne la déshabillait-il plus du regard. D’ailleurs elle n’avait plus droit qu’à la vision de sa large carrure qui la devançait déjà dans le couloir.

Et si je faisais demi-tour ? Maintenant ? Je l’imagine mal me retenir contre mon gré au beau milieu du Ministère …

L’idée était alléchante et elle faillit même y succomber. Pourtant … Il lui fallait se rendre à l’évidence. A aucun moment elle n’avait songé qu’Evan ne se trouverait pas ici. La secrétaire n’avait pas hésité un instant, il ne devait y avoir qu’un Habsbourg en ces lieux. Elle ne connaissait rien de la vie Autrichienne, comment pourrait-elle le retrouver ? Et une autre chose la retenait, sur laquelle elle ne parvenait pas à mettre un nom. Ce n’était pas très éloigné de la curiosité malsaine même si elle s’en défendrait toujours. Mais elle avait face à elle un père honni qui pourrait peut être lui en apprendre beaucoup sur son fils. Ce fût donc avec un énorme effort de volonté qu’elle continua à le suivre, consciente que le fait qu’il la devance était un détail de plus pour lui rappeler sa soit disant condition de mâle dominant. Jusqu’à son bureau. Son domaine, son terrain de jeu, là où plus d’une partie avait dû être jouée, plus d’un drame, plus d’une trahison. L’œillade de la secrétaire en disait long. C’est même une pointe de jalousie que Noxis y décela tandis qu’elle prenait place, réajustant sa robe et sa chevelure en quelques gestes nerveux. Elle ne devait plus se laisser impressionner. Evan méritait mieux et elle était capable de lui faire face.


Monsieur Habsbourg, je pense qu’il est inutile d’y aller par quatre chemins. Même s’il m’est … agréable … de vous rencontrer, vous n’êtes pas celui que je cherchais. Vous me direz que j’aurais pu vous épargner de vous faire perdre votre temps en vous le disant directement, j’espère que vous excuserez mon audace… A vrai dire, je ne connais rien de Vienne et si je pars maintenant, je n’ai aucune piste pour entamer mes recherches … Peut-être pourriez-vous m’aider ? La communauté magique autrichienne ne doit pas être plus large que celle de Londres et peut-être est-il de votre famille, son prénom est Evan…

Les paroles avaient à peine franchi ses lèvres qu’elle eu cette étouffante impression d’avoir agît de façon inconséquente. Elle ne le quittait plus des yeux, sondant son visage à la recherche de la moindre émotion qu’il y laisserait transparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Mensah Habsbourg
Adulte - Serpentard dans l'âme
Adulte - Serpentard dans l'âme
avatar

Nombre de messages : 4
Age Roleplay + Sorts : 59 ans sorts 1 2 3
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 22/05/2008

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Mar 27 Mai - 12:04

Elle s'était présentée sans s'épancher et quémandait déjà un simple verre d'eau. Quelle était donc cette malheureuse qui se contentait d'eau? Était-ce pour son enfant qu'elle craignait tant de goûter au vice, ou était-elle austère par nature? Mensah se l’imaginait douce et agréable, mais à présent, cette pensée lui semblait irréaliste. Il avait face à lui, une femme droite et réservée, expéditive dans sa manière de répondre, et presque aussi tyrannique que lui dans sa façon de se comporter. Pouvait-il espérer avoir enfin devant lui une amante à la hauteur de sa cruauté?

Eh bien soit... Si l’eau est ce qu’il vous faut, alors vous en disposerez.

Soudain, alors que tous deux avaient pris place dans le bureau étouffant et sombre de Mensah, les mots défilèrent. Fluides et efficaces, ils semblaient prendre goût à durer. Noxis Clymox, l’effrontée , ne s’arrêtait plus de parler. Elle posait là, devant le vieil homme, ce qu’elle avait à confier. Le mensonge ne semblait guère habiter son propos, mais Mensah n’était pas dupe. Il savait que les compliments, aussi subtils soient-ils, n’étaient pas sincères. Ils devaient uniquement servir le discours. Peut-être espérait-elle finalement le voir compatissant et prêt à lui rendre service...

Douces rêveries... Son imagination est naïve et bien trop prétentieuse. Y a-t-il quelqu’un qui lui aurait laissé croire que j’allais l’aider? Assurément non. Tout le monde ici sait que Mensah Habsbourg n’est pas homme à s’attendrir d’une progéniture, ni même d’un fils. Alors que vient-elle faire?

Vous dites?

Sa voix était glaciale et sans demi-mesure. Presque méprisant, il cherchait à lui faire comprendre que le sujet n’était pas à aborder entre ces murs, ni en aucun lieu.

Evan... Evan Habsbourg?

Les mots s’étaient échappés sans qu’il ne le souhaite, et sa conscience s’était révoltée pour que de sa bouche sorte cette simple question. A présent, l’association était claire. Il avait par sa spontanéité, confirmé à Noxis qu’il connaissait bien un dénommé Evan Habsbourg. Ainsi, le stratagème de la belle semblait avoir été efficace, car jamais elle n’avait laissé entendre qu’elle recherchait un Habsbourg. Mensah n’en doutait plus, elle ne tarderait pas à comprendre l’erreur de celui qui était en fait son beau-père.

Cette catin m’a piégé. Je n’ai plus d’autres choix que de la renvoyer d’où elle vient, ou d’assumer ce que j‘ai laissé entendre.

Sa fierté en avait pris un coup et son trouble était grand. Il ne voulait guère se confier, ni même aider la pauvre folle qu’il avait devant lui. Mais il imagina qu’en lui donnant quelques informations, il pourrait enfin retrouver l’enfant qui avait hanté ses nuits durant de longues années. Sa seule volonté de mettre un terme aux souvenirs d’une souffrance passée, le poussèrent à assumer et à ne pas lui cacher ce qu’il savait.

C’est bien cela? Vous recherchez Evan Habsbourg? Mon...Mon...

Il ne parvenait guère à placer de mot sur le visage qu’il avait connu, car l’enfant et sa mère avaient fui Vienne en abandonnant le père infidèle.

Mon fils.

Sans même s’attarder sur ce qu’il venait d’avouer, il enchaîna et ne laissa pas de temps à Noxis pour reprendre la parole. Il voulait avant tout éviter le flot d’émotion et de tendresse qui allait de paire avec de telles confidences pour qui ne s’appelait pas Mensah.

Je vous avouerai Madame que je n’ai guère de nouvelles de lui depuis presque 30ans. Nous sommes quelque peu en froid.

Il esquissa presque un sourire et se releva de son siège. Lentement, il posa une main sur l'appui-tête de ce dernier. Puis dans un mouvement brusque mais précis, il tira sa baguette de la poche intérieure de sa robe. Sans ciller ni même attendre, il la pointa vers Noxis et formula l’interdit.

Impero!

Tout s’était enchaîné dans son esprit après que Noxis l’ait fait tombé. Il ne pouvait supporter de se sentir dominé par une femme et il avait préféré la soumettre à la moindre de ses volontés plutôt que de poursuivre l’entretien. Son plan s’annonçait machiavélique et brillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1930/1930  (1930/1930)
Points de mana:
2500/2500  (2500/2500)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Mar 10 Juin - 21:34

Le soufflet ne s’était pas laissé attendre, voyageant sur les ailes d’une voix où tout le mépris du monde s’était concentré. Et quelle froideur ! Comment un tel gouffre avait-il pu se creuser entre un homme et son fils ? Elle remua légèrement sur son siège, une idée pernicieuse lui venant à l’esprit : son propre fils aurait-il la même relation avec son père, l’histoire se renouvelant de génération en génération là où l’amour s’était dilué en une haine consommée ? Mensah cracha le nom d’Evan, comme une vieille sorcière aurait craché la plus maudite des imprécations. Sans ce ton où l’exécration primait, Noxis n’aurait pu déceler le moindre sentiment, elle avait devant elle un maître du sang froid apparent.

Oui, votre fils, celui-là même qui a assisté impuissant aux violences que vous avez infligées à votre femme et à la cheville de qui vous n’arriverez jamais. Parce que vous êtes faible et pathétique, quoi que votre ego démesuré vous laisse croire.


C’est ce que je craignais. J’espérais que son séjour à Vienne lui aurait permis de renouer avec vous. Pour mieux faire le deuil de la paternité qu’il n’a jamais connue et vous affirmer le dégoût que vous lui inspirez.

Quel serait le prochain acte de cette pièce où rien ne se présentait comme le scénario aurait pu le laisser croire ? Noxis en avait rêvé les possibles trames, jour et nuit, les images défilant devant ses yeux, autant de possibilités évoquées, craintes, désirées. Et bien loin de ce que la fatalité lui avait réservé. La seule stabilité dans les sables mouvants qui s’agitaient devant elle était le portrait qu’elle s’était façonné de Mensah. Il se redressait à présent, leur entretien touchait à sa fin et elle ne pouvait dire si elle en était soulagée ou contrariée. Les yeux fixés sur le visage de l’homme ne perçurent pas la malignité qui l’habitait et qu’il camouflait avec tant de brio. Le geste avait été trop rapide, impossible à anticiper.


***


Le rideau tombe. Un velours pourpre, presque chaleureux.


Trois masques : la Fougue, la Sagesse, l’Ombre. Un décor tout en courbes élégantes, un pavillon de verre et de fer. Trois générations de femmes faisant face au tourment conjugué d’un ciel empli de nuages noirs et d’une mer déchaînée.

***


(La Fougue) Reste avec nous. Nous prendrons soin de cet enfant avec toi. Tu pourras demeurer ici, Eryan reviendra près de nous. Oublie Poudlard, les Pommeraies t’apporteront bien plus de sérénité que cet endroit où les souvenirs ne manqueront pas de se rappeler à toi et de te faire souffrir. Nous avons surmonté la tempête lorsque toi tu étais enfant, pourquoi ne parviendrions-nous pas à en faire autant cette fois ?

(La Sagesse) Sylvaria, arrête! N’as-tu donc aucune retenue ?

(La Fougue) Veux-tu que chaque pas lui rappelle Gabriel ou Evan ? Je saurai m'occuper de ma fille, de mon fils et de mon petit fils ! Le vieux Lehomel n’est pas parvenu à te faire entendre raison à l’époque, pourquoi veux-tu m’empêcher de faire ce qui doit être fait ?

(La Sagesse) Tu as eu le droit de choisir, j’aurais soutenu n’importe lequel de tes choix. Ne peux-tu accepter qu’elle puisse en faire autant ?

(L’Ombre) Je partirai demain. L’Orient Express me mènera où bon semblera à mon destin.

Elle s’était levée, tournant résolument le dos aux deux femmes de sa vie et était sortie rendre grâce aux éléments déchaînés. Les remous de la Mer Noire l’avaient accompagnée, suivis par les déclics hypnotiques du convoi de fer qui l’avaient menée à Sofia, Bucarest, Vienne …

***


Le rideau tombe. Un velours pourpre. Lourd. Etouffant. Poussiéreux.


La réalité s’échappait, qui avait déjà abandonné Noxis lorsqu’elle était sortie du pavillon quelques jours plus tôt. Voyage en eaux troubles jusqu’à une consécration à nulle autre pareille, symbolisée par un simple morceau de bois et un mot honni. La volonté d’un homme foncièrement mauvais contre celle d’une naïve oppressée maintenant de toute part, l’esprit ceint d’une chape de noirceur où l’irréel régnait en maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Mensah Habsbourg
Adulte - Serpentard dans l'âme
Adulte - Serpentard dans l'âme
avatar

Nombre de messages : 4
Age Roleplay + Sorts : 59 ans sorts 1 2 3
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 22/05/2008

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Mer 11 Juin - 16:59

La poésie frôlait l'erreur et sonnait le glas de l'innocence. De la bouche de Mensah sortit le châtiment. Froid et imparable. Il aurait aimé pouvoir être compréhensif et sympathique, mais sa vie avait été faite de toute autre chose. Il préférait rester dressé, comme pour mieux affronter les vents contraires. Faire plier ceux qui s’opposaient à son vice, cela lui paraissait bien plus facile. Car derrière tout cela, Mensah couvrait la paresse. Il n’avait d’énergie que pour étreindre, et non pour chérir.

Convaincu de son génie et du bien à venir, il n’avait pas hésité un seul instant à inviter Noxis dans son hôtel viennois. Hôtel particulier, comme on se l’imaginait, mais avant tout, des plus luxueux. La noble famille Habsbourg avait légué à son dernier successeur un trésor mesuré, mais suffisant pour le faire vivre. Il semblait ne se priver de rien, caché en ces lieux. Loin de l’usage pernicieux des Rois, il avait bâti un petit empire, et s’était volontairement perdu dans un quartier oublié.

***

Il avait demandé à faire servir le repas un peu plus tard. Il fallait d’abord habiller l’invitée. Car même si elle n’avait pas eu à discuter l’invitation, il fallait que sa parure soit à la hauteur du reste. Mensah la trouvait fort jolie, dans sa petite robe de voyage. Cependant, il considérait ses formes avec horreur. Le petit diable qui lui poussait dans les entrailles aveuglait les yeux curieux du beau père. Il voulait qu’on le fasse disparaître, qu’il n’ait pas à voir le ventre bombé plus longtemps.

Alors, de petites mains travaillèrent sans relâche pour répondre aux exigences du maître de maison. Elles avaient enfermé la jeune femme dans une robe en soie noire, de sorte que son ventre paraisse plus en harmonie avec ses hanches... Si désirables aux yeux du bourreau. Finalement, ce ne fut qu’après qu’on l’ait coiffée et parée d’une rivière de diamant, qu’on l’envoya dans le grand salon de l’hôtel. Là-bas, une fois assise en face de Mensah, elle n’avait plus qu’à attendre.

Le sortilège de l’Impero avait toujours fasciné Mensah. Cela faisait maintenant quelques jours qu’il la tenait entre ses mains, frêle créature venue d’Ukraine. Il n’avait plus besoin de baguette pour la maintenir sous contrôle, elle semblait comme vaincue, offerte à son propre maître. Il se contentait seulement d’éprouver ce qu’il lui restait de volonté... celle, innocente et faible, de l’enfant qu’elle portait.

Une fois qu’ils furent tous deux installés et après que Mensah ait agité une petite clochette, le repas fut servi. Séparés par une dizaine de plateaux d’argent, de vasques en or, et de chandeliers qui n’avaient rien à envier à ceux des chancelleries d’Europe, les deux se faisaient presque face. Il était de coutume que ce soit le mâle qui porte la première main aux plats, mais il ne s‘en formalisait plus lorsqu‘elle était à sa table. Il aimait plus que tout la regarder se saisir timidement des palaemons au miel qu’il faisait servir chaque soir. Elle avait cette façon, presque indécise, de faire glisser le voile qui lui réchauffait les épaules, pour pouvoir atteindre plus aisément le plat qu’on lui présentait.

Alors que Mensah commençait à mâcher sans retenue, une domestique vint lui glisser quelques mots à l’oreille. Apparemment ravi, il lui signifia d’un geste méprisant qu’elle pouvait se retirer. Sans attendre davantage, il ingurgita bruyamment ce qu’il lui restait en bouche, et prit la parole.


Mon amie, je viens d’avoir la confirmation par un de mes hommes de main que l’objet de vos recherches se trouve bien ici, à Vienne. Je ne vois donc pas de raison de vous garder à mes côtés plus longtemps. Vous partirez demain, au lever du jour. Il vous faut achever ce dont nous avons déjà parlé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1930/1930  (1930/1930)
Points de mana:
2500/2500  (2500/2500)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Mer 11 Juin - 22:50

Mensah devait jubiler de son triomphe: il ne perdit pas de temps pour quitter le Ministère, Noxis à son bras. Pour qui les croisèrent, il n’y avait aucune raison de douter qu’elle le suivait de son plein gré, la première recommandation de la discipline qu’il avait décidé de lui imposer portant sur son apparence. Elle devrait sourire, être attrayante, respirer la fierté de pouvoir s’afficher avec un homme tel que lui. Destination une demeure princière dont les pierres auraient eu beaucoup à raconter sur la perfidie et la bestialité de l’être humain. Celui-ci était mufle et détestable à souhait, la violence faisait partie de son quotidien. Cependant il épargna au moins cet outrage à la femme dont il avait pris le contrôle.

On aurait pu se demander pourquoi … Finalement, c’était pratique courante pour lui et il l’avait bel et bien à sa merci … Noxis, quoi qu’il en soit, ne percevait rien de ce qui l’entourait, elle errait sans conscience, obéissante, se prêtant aux jeux du Fou qui se croyait Roi. Comment de cette vacuité des sens le moindre questionnement aurait-il pu émaner? Cela pouvait-il être lié à ce que la fouille dont elle avait été l’objet avait donné ? Sa baguette, quelques babioles, un tube de rouge à lèvres, un passeport, son bracelet d’élémentaliste. Deux lettres… Avait-il pris un malin plaisir à les lire, à rire de leur disgrâce, à se gausser de mots qui n’étaient destinés qu’à elle ? Ces mots qui avaient achevé de la mettre à nu devant lui, que ferait-il de ses trouvailles ?

Elle le découvrirait bien assez tôt, si un jour il lui était permis de reprendre ses esprits. En attendant, elle était reléguée au rang d’objet. Précieux. Utile à qui saurait être patient. Ornement intéressant parmi les autres joyaux qui ornaient la table du Sieur Habsbourg et qu’il ne se lassait pas de regarder, comme si elle avait été sa nouvelle acquisition. Ciel que ce rôle ne lui convenait pas. Elle était loin la fière descendante des Clymox ! Soumise, timide, vaincue. Perdue pour tous.

Non, pas tout à fait. Mensah ne sacrifierait pas ce trophée sans une contrepartie qui en vaudrait la peine. Le sang coulerait pour son plus grand ravissement. Entre les verres de scotch dont il était friand, il lui dictait les sentiments qui seraient les siens le moment venu. Ce qu’elle ferait, ce qu’elle dirait, comment elle mettrait sa vengeance à exécution : n’avait-elle pas été abandonnée par ce moins que rien ? Recueillie dans une ville qui lui était hostile par un homme d’honneur qui protègerait sa descendance contre la malveillance de ce monstre que même la nature avait condamné en lui décernant ce physique grotesque. Bien entendu, il hurlerait à la folie quant tout serait terminé. Ou au meurtre de l’innocente si son plan ne se déroulait pas exactement comme il l’avait prévu. Quoi qu’il en soit, il en sortirait gagnant.

La domestique s’éclipsait et déjà le regard de braise de Mensah revenait sur son invitée. Le fauve jouerait-il encore quelque peu avec sa proie ou estimerait-il qu’elle se devait d’être reposée et parfaite pour l’accomplissement du lendemain ? Ces considérations étaient de toute manière à des lieues au-delà des préoccupations inexistantes de Noxis.


Très bien. Demain à l’aube je partirai. Je mettrai un point final à tout ceci. Si vous le permettez, je vais prendre congé dès à présent et partir me reposer.

Il était déjà derrière elle, attirant son fauteuil pour qu’elle puisse se lever sans peine, accaparant sa main pour la porter à ses lèvres et humer son parfum. Comme à chaque fois qu’il l’approchait, elle était parcourue d’un léger frémissement à son contact, comme si quelque dernier instinct de défense tentait d’ériger la barrière qui tiendrait Mensah à distance. Et peut-être était-ce réellement cela ?

Elle se leva avec le soleil et, lumineuse dans les atours et bijoux dont Mensah avait tenu qu’elle se pare, elle avait quitté l’hôtel particulier avec les possessions qu’il lui avait rendues. Des hommes de main, elle en vit deux. Le premier qui la fit traverser Vienne, le deuxième qui assura pour elle une entrée sans encombre dans un appartement qui ne payait vraiment pas de mine considérant d’où elle venait. Il n’y avait personne pour l’instant, il ne restait plus qu’à espérer qu’il rentrerait bientôt. Bien que cela n’avait dans l’absolu aucune importance. Elle avait le temps. Une seule chose à accomplir.

Son regard froid parcouru la pièce unique que comportait cette demeure de célibataire. Un fauteuil déplacé devant la fenêtre, son attente pouvait commencer. Qui ne fût pas longue. Il revenait d’une mission nocturne. A peine le bruit de la poignée de porte qu’on tournait qu’elle était debout, baguette tendue. A peine l’homme pénétrait dans la pièce qu’elle incantait. A peine avait-il pu reconnaître celle qui l’avait aimé autrefois que le sort le prenait de plein fouet.


Endoloris !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Evan Habsbourg
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 159
Age Roleplay + Sorts : 33ans sorts 1 2 3 SPE
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 18/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Ven 13 Juin - 19:33

Evan travaillait ici, à Vienne, depuis maintenant plus de 7 mois. Il était resté tout ce temps loin de sa belle et loin de la trahison dont elle avait osé faire preuve. Durant cet abandon, son sentiment ne fut jamais violent; car au delà du ressentiment, il paraissait simplement déçu. Sa mise à l’écart, qu’elle fut volontaire ou non, l’avait écrasé. De sorte qu'il ne fut jamais réellement à Vienne, le Habsbourg qu’il était à Londres. Incertain et affligé, ses sentiments pour Noxis étaient à l’image de son désarroi. Il ne vivait plus pour elle, mais pour l’enfant qu’il espérait toujours serrer dans ses bras.

Longtemps, il était resté assis là, sur le coin usé du lit. Il lisait inlassablement ce qu’elle lui avait écrit. Parce que même s’il était certain à présent de ne jamais plus pouvoir la récupérer, il continuait de l’aimer. Aussi profondément que ses plaies le lui permettaient encore, il la chérissait. Elle restait à ses yeux, l’effarouchée qu’il avait provoqué en duel dans la forêt interdite de Poudlard. Il se souvenait toujours que ce soir là, il avait cru l'avoir vaincu, alors qu’en réalité c’était elle qui l’avait touché.

Ses doigts glissaient sur les parchemins usés qu‘il gardait toujours dans le tiroir branlant de sa table de chevet. Il caressait les lettres, formant de sa main un mouvement lent et incohérent. A plusieurs reprises, il se surprit même à porter jusqu’à ses lèvres le petit bout de papier. Avec tristesse il l’embrassait, alors qu’avec regret il humait le parfum de sa belle. Les soirées s’enchaînaient, et avec elles suivaient les cortèges de solitude et d’angoisse. Evan restait accroché à ses derniers mots, sa dernière lettre.


« Tout a basculé sans même que je ne perçoive la moindre altération des choses qui m'entouraient. Autrefois les étoiles brillaient dans nos yeux … Tu les avais rallumées, un soir d'apothéose. Dans les montagnes de ton pays, elles étincelaient. Dans mon Ukraine, elles flamboyaient. Aujourd'hui elles se sont éteintes. Même si je veux croire le contraire, il me semble qu'elles ne se raviveront plus. Ce n'est pas à Morphée que je suis soumise lorsque mon visage effleure tes pensées. C'est à un froid intense, un vertige glacé que rien n'arrive à chasser, ancré dans une pénombre persistante. »


Il considérait les choses sans gravité, car il savait qu’il était le seul acteur et la seule victime de son malheur. Pourtant, la passion qui l’animait le poussait à assumer les actes de Noxis. Il s’en portait pour seul responsable. Comme si l’adultère était son oeuvre.

***

Ce matin là, et alors que le soleil se levait à peine, il retourna dans son appartement miteux qu’il louait à un russe pour quelques pièces d’or. Assise dans un coin, elle l’avait attendu. Lui ne l’avait pas vue. Il rentrait d’une mission de sûreté effectué pour le compte d’une milice britannique. Il était fatigué et il comptait simplement se laisser tomber sur un matelas de fortune, pour enfin commencer sa nuit. Seulement, après avoir tourné la poignée et être entré d’un petit pas dans la pièce, il eut à peine le temps de la reconnaître. Tout alla très vite. Elle s’était levée, et lui faisait face, baguette en main. D’un geste rapide et précis elle lança son sort.

Lui qui ne s’y attendait pas... Il se trouvait là, à genoux, fragilisé par la surprise. Pourquoi était-elle ici? Comment l’avait-elle retrouvé? Et pourquoi agissait-elle ainsi? Voulait-elle en finir? Les questions s’enchaînaient et aucune réponse n’apparaissait. Il était simplement au sol, plié par la douleur du sortilège que la belle lui infligeait.


Dernière édition par Evan Habsbourg le Mar 8 Juil - 11:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1930/1930  (1930/1930)
Points de mana:
2500/2500  (2500/2500)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Ven 20 Juin - 22:35

Souffre, Evan ! Pour toute la souffrance que tu m’as fait endurer !

L’abandon était d’une toute autre sorte cette fois. Elle n’était plus l’amante dont le regard se voilait tandis qu’elle cédait aux caprices de ses mains impatientes. Ce n’était plus à lui qu’elle s’abandonnait, jamais plus elle ne le ferait, jamais plus elle ne laisserait ses lèvres se poser sur les siennes. Non, elle s’offrait toute entière à la juste haine que Mensah avait distillée en elle. Une haine qui la transfigurait, la rendant aussi froide que la pierre qui scellait le tombeau de leur amour. La cruauté de son sourire n’avait d’égale que celle, perçante, du vert de ses yeux. Lentement, prenant un malin plaisir à le voir à sa merci, elle s’approcha de lui, s’amusant des ondes de douleurs qu’elle faisait subir à son corps.

Vas-tu me demander grâce ? Vas-tu me prier ? Parle Evan, crie, pleure, gémis ! Personne ne t’entendra, que moi ! Parce que tu es seul ici … Qui voudrais de toi ? Regarde-toi, tu es une loque ! Comment ai-je pu imaginer un seul instant qu’il y avait quoi que ce soit qui vaille la peine chez toi, au point de te laisser me convaincre de faire cet enfant ! A quelle vie est-il promis avec un père comme le sien ?

Un nouveau mouvement de baguette dirigée vers le dos de l’homme déjà agenouillé, fouillant dans son échine dans le but de provoquer de nouvelles vagues d'une douleur insupportable.

Un père qui a préféré se cacher que d’assumer ses actes … Tu t’es bien joué de moi, Evan, en me faisant croire à toutes tes histoires ! Je ne suis plus dupe à présent, tu m’as utilisée, tu ne m’as jamais aimée, tu n’en es pas capable ! Tu vas comprendre ce qu’il t’en coûtera aujourd’hui … Ton agonie sera longue Evan, pour te rappeler les interminables mois où j’ai espéré te voir revenir à mes côtés : idiote que j’étais, j’aurais dû considérer ton départ comme une bénédiction, j’étais enfin débarrassée de toi. Mais tu m’avais laissé ce petit souvenir qui toujours me rappellera que j’ai été faible, faible de me laisser convaincre par toi. Le mal est fait, je ne peux plus reculer, même si je désirerais ardemment que mon ventre ne porte pas les stigmates de ma crédulité. Tout au plus puis-je espérer qu’il ne te ressemble en rien !

Le dégoût suintait à présent des moindres mots qu’elle prononçait. De sa main libre, elle faisait tomber au sol tout ce qui faisait le quotidien de l’homme, arrachant les rares choses accrochées au mur, foulant du pied ses effets personnels.

Regarde ça Evan ! Dans ce que tu possèdes, vois ce que tu es. Rien. Le néant, le vide. La plaine déserte d’une vie sans intérêt. Je vais finalement rendre un service à l’humanité ? Peut-être me remerciera-t’on ? Moi je me remercierai en tous cas ! Je n’aurai plus sans cesse cette impression d’avoir laissé une œuvre inachevée derrière moi : ta destruction. Œil pour œil, dent pour dent. Mais je te le rends au centuple, tu n’aurais pas du jouer avec mes sentiments. Demain, ta mère ne reconnaîtra même pas ton visage, j’aurai pris soin d’en cacher la monstruosité !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Evan Habsbourg
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 159
Age Roleplay + Sorts : 33ans sorts 1 2 3 SPE
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 18/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Mar 8 Juil - 11:51

Il ne comprenait pas ce qui guidait sa belle. Elle était là, face à lui, droite et violente. Sans sourire ni virgule au coin de l’œil. Sa peau était lisse, juste tendue par la colère et la haine. Rien de ce qu’elle pouvait cracher ou hurler ne lui ressemblait. Elle accusait et condamnait…. Comme si Evan avait été le bourreau, et elle la victime.

Tout ce qui transparaissait était qu’enfin les plus subtils instruments de torture devenaient des jouets entre les mains d’une enfant. Elle n’était plus femme, mais simplement gamine ébahie par la force et la terreur. Avide de douleur et de contemplation. Elle n’était que le témoin du délicieux appareil pensé par le professeur Mensah.

Lui ne pensait pas. Il était trop faible, sonné par la violence de son entrée, et étouffé par l’étonnement. Il restait simplement là, à terre, plié par la douleur du sort qui s’estompait à mesure que la furie se perdait dans d’horribles discours. Elle marchait et parlait sans trouver d’occasions pour arrêter de crier. Comme si la colère était sa seule repentance.

Les doigts contre le plancher usé et rongé, le visage collé à la poussière, il n’imaginait pas qu’au même instant, devant les étincelants cafés des boulevards de Vienne, sur les terrasses des glaciers de renom, des femmes en toilettes voyantes se prélassaient sous les yeux des flâneurs abusés. Tout cela lui semblait loin. Trop loin en tout cas pour qu’il puisse se rappeler de la passion, du charme et de la tendresse. Il n’avait plus pour seul amour que le démon d’une femme désabusée et maintenant révoltée.

Il fallait qu’il se redresse, qu’il se lève tout au plus, pour qu’enfin il lui fasse face et qu’il se défende. Seulement, l’enfant était un obstacle intouchable. Lui faire du mal aurait été un crime, comme un viol. Evan l’attendait depuis si longtemps qu’il ne pouvait se risquer à l’atteindre. Tout comme sa mère, qui malgré la haine et la folie, demeurait la belle de l’Auror.

Lentement, il se redressa et rampa vers elle. Il n’avait ni la force de se lever ni celle de parler, mais il savait qu’il devait la rejoindre. A ses pieds, il n’osa d’abord pas la regarder, trop abasourdi par la violence de ses mots. Mais à mesure qu’elle parlait, il sentait qu’il lui fallait la regarder, plonger une dernière fois son regard dans le sien avant de se résigner.


Alors quoi ? C’est tout ce que tu désires ? Mettre un terme à tout cela ? Me faire souffrir pour te guérir ? Je ne comprends pas pourquoi tu me rends coupable de tous ces maux, mais je suis trop las pour me battre et chercher à l'expliquer. Si tu veux vraiment en finir, n’hésite pas et fais-le !

Je suis à toi…

Elle approcha innocemment de la bouche de son amant le petit bâton de bois. Elle aurait pu tout aussi bien lui dire « C’est là le jeu, pauvre petit… Agenouille-toi et supplies ». Mais rien de ce qui était à espérer ne pouvait être entendu. Elle était le maître du jeu, terrible et sombre, qui hantait l’esprit fou d’un amant.

S’étaient-ils connus avant ? Evan ne pouvait plus qu’en douter. Il ne savait pas même dire s’ils s’étaient déjà possédés tant la stupeur était grande. Seuls les yeux de la belle l’en persuadaient. Il attendait que l’éclair illumine les lames et les murs, pour avoir enfin l’impression que le monde se livrait à lui. Il ferma les paupières, lentement, comme pour y retenir les deux lueurs vertes qui s’y étaient perdues ; et n’attendit plus que le vertige oppresseur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1930/1930  (1930/1930)
Points de mana:
2500/2500  (2500/2500)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Sam 12 Juil - 21:42

Sa baguette traçait à présent les contours des lèvres d’Evan. Sur les siennes, la folie continuait à dessiner son ignoble sourire qui petit à petit se transformait en un rire abominable. Son être entier brillait de puissance et de haine que rien ne tentait plus de canaliser. Elle ne criait plus, sa voix avait pris ce ton moqueur que jamais on n’avait pu lui entendre.

Regardez le brave petit Auror à mes pieds. Tu crois pouvoir m’attendrir de la sorte ? Pour peu tu me dirais que tu es à moi. Mais ça je le sais que tu es à moi à présent, tu es à ma merci, mon jouet jusqu’à ce que je ne m’amuse plus. J’aurais pourtant aimé que tu demandes grâce, mais non, même ça tu ne le feras pas. Tu n’as même pas la force d’affronter mon regard alors celui de trouver les mots pour espérer te sauver, n’en parlons même pas. Tu peux encore le faire, me supplier de te laisser en vie au terme de ma visite. Cela m’agréerait, je trouverais cette idée tout simplement glamour et affolante. Tu me demanderais de te laisser devenir l’ombre de mon ombre, l’ombre de ma main, l’ombre de mon chien (*). Et je pourrais me gausser, laisser ce fol espoir te faire redresser le menton, lever tes paupières sur tes pupilles de sang qui étaient parvenues à me happer autrefois.

Un pas en arrière, elle reculait sa baguette et tendait le bras vers le sol, le dégoût à nouveau principale émotion transparaissant de son être.

Mais tu es trop faible pour avoir le moindre espoir Evan. Tu es insignifiance, une grave lacune dans ce combat ardu qu’est la vie. Quel pathétique humain tu fais là, c’est à se demander comment tu as survécu si longtemps. Ce jour là, lorsque je t’ai rencontré, j’aurais mieux fait de te laisser te noyer dans cette rivière. Ne venais-tu pas de me prouver que tu étais totalement incapable de faire face à un mage noir isolé ? Oui, te laisser te noyer. Comme ces portées de chatons que l’on enferme dans un sac avec des pierres et que l’on lance dans les remous ténébreux. Le rebut. Ce dont on n’a pas besoin. L’inutile. Les bouches indésirables à nourrir. Celles qui prennent notre air et notre espace.

Je ne t’accorderai pas la miséricorde de t’achever en un coup, d’un simple sortilège à la portée du premier mangemort venu. Je suis une Clymox. Une descendante des guerriers implacables des plaines d’Ukraine. La façon dont tu as commencé à me tuer à petit feu autrefois, c’est comme cela que je te mettrai à mort aujourd’hui.

Lève-toi, je te l’ordonne !


L’ordre était péremptoire et fut suivi de quelques sorts précis. Dans la main de Noxis se trouvait à présent une Claymore à la lame d’acier trempé couverte d’arabesques, à la poignée de bronze incrustée de pierres précieuses. Aux pieds d’Evan, une épée byzantine, courbée et acérée.

Je te défie aujourd’hui, Evan Habsbourg. Mais ce duel ne sera pas un simulacre comme celui que tu m'as servi ce soir maudit entre tous dans la Forêt Interdite. Il se soldera par la mort de l’un de nous. La tienne plus que probablement. Ma vie pourra reprendre alors. Enfin je serai libre.

Elle était prête, épée pointée vers son adversaire, imbue d’une excitation sans borne et de la volonté d’en découdre. Serait-il à la hauteur cette fois ?

(*) Merci à Brel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Evan Habsbourg
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 159
Age Roleplay + Sorts : 33ans sorts 1 2 3 SPE
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 18/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Lun 14 Juil - 11:57

De nouveau un sanglot étouffé vint à son oreille de la région du lit d’ébène. Combien de fois allait-elle raconter coup sur coup que chaque effrayante rechute se changeait en une mort plus rigide et plus irrémédiable ; que chaque nouvelle agonie ressemblait à une lutte contre quelque invisible adversaire. Il avait depuis longtemps cessé tout effort et tout mouvement, et il restait cloué au sol, désésperement englouti dans un tourbillon d’émotions violentes, dont la moins terrible peut-être, la moins dévorante, était un suprême effroi.

Il ne pouvait supporter davantage l’horreur et le mensonge que chaque syllabe échappée laissait entendre. Tout dans ce qu’elle avait à dire était une souffrance pour Evan. Mais parmi nimporte laquelle des souffrances qu’il avait eu à endurer jusque là, celle-ci était la plus fausse. Jamais Noxis n’avait prononcé pareilles accusations devant lui. Il ne l’avait jamais connue si violente et si méprisante. Ou peut-être alors ne la connaissait-il pas du tout.

Le seul risque face à cela demeurait donc le combat. Car tout le temps que Noxis se contentait des mots, elle éloignait les gestes. La perspective d’avoir à la violenter était pour Evan une souffrance sans doute plus inexplicable et plus contraignante qu‘aucune autre. Il ne se résolvait pas à devoir se servir de sa baguette qui depuis le début demeurait dans sa poche. L’enfant, lui, restait là, pris entre deux parents pour qui la violence serait probablement l’échappatoire.

Aux pieds de l’albinos, gisait une petite épée byzantine courbée et acérée, en tous points identique à celle qu’il avait porté dans la Forêt Interdite. Noxis quant à elle, présentait à son adversaire une Claymore.

Ainsi tu veux te battre et me donner la mort…

Plus confiant cette fois, il n’hésita pas à répondre aux provocations de la belle.


Dis-moi chérie, cela t’arrive-t-il souvent de te prendre pour un soldat foulant les steppes? Il faut croire que l’absence d’un homme à tes côtés à bien entamé ta féminité… Il est temps que je rentre à la maison.

Sans laisser de temps à Noxis, il se releva et passa le bras dans l’intérieur de son trois-quarts pour en sortir une baguette. Avant de lancer un accio afin d’attirer jusqu’à lui l’épée byzantine, Evan dressa sa baguette au plafond pour y repousser les meubles de la pièce. Ainsi tenu en suspens, le mobilier ne risquait plus de gêner le combat qui s’annonçait. Le sol était à présent nu, laissant seulement place aux deux amants et à leur folie.

D’un pas assuré, les yeux fermés à la manière d’une personne égarée dans un rêve, Evan s’avança audacieusement et palpablement dans le milieu de la chambre, en direction de l’être qui finirait enveloppé dans un suaire. Il frappa le premier et définit le premier pas, celui vers lequel ils tendaient déjà. Une foule de pensées inexprimables, causées par le combat, se ruèrent à l’improviste dans l’esprit de l’Auror. Pourtant, il tenait bon, il aurait même pu prétendre mener la danse. Dans un mouvement sûr et précis, il profita de la faiblesse de le femme enceinte, pour passer derrière elle et glisser sa lame sous son cou.

Délicatement il dégagea quelques cheveux de la nuque de sa Belle, et il s’approcha un peu plus d’elle afin de lui glisser quelques mots à l’oreille. Cependant, alors que le contact était proche et que les mots déjà s’avançaient, l’odeur de la trahison surpris Evan. Pas un instant il ne douta. Il était certain et savait parfaitement à qui appartenait ce venin. C’est pourquoi il n’hésita pas un instant en désarmant Noxis et en la repoussant pour qu’elle lui fasse face.

Décontenancé, il ne bougeait plus, il contemplait seulement l’apparition. C’était dans ses pensées un désordre fou, un tumulte inapaisable. Était-ce bien la belle qu’il avait en face de lui? Ou le monstre s’était-il emparé d’elle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1930/1930  (1930/1930)
Points de mana:
2500/2500  (2500/2500)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Lun 14 Juil - 21:14

Enfin il se levait. Elle était parvenue à allumer la petite lueur combattive que son arrivée intempestive avait mouchée avant l’heure … Et d’avance elle jubilait à l’idée de l’issue tragique que ce combat ne pourrait qu’avoir. Elle retrouvait même dans ses propos plein de panache l’homme fier qui ferait de lui un adversaire de choix. N’avait-elle pas foulé aux pieds son ego autant qu’elle l’avait pu pour l’inciter à réagir ? Son ton à elle fut tout autant provoquant tandis que ses prunelles étincelaient de triomphe.

Ce n’est pourtant pas faute de t’avoir invité à y revenir, Chéri … Quant à ma féminité, admire la une dernière fois, je suis certaines que mes hanches trouveront des mains assez habiles pour les enserrer et assez douces pour les caresser.

Maintenant qu’elle avait atteint son but, elle pouvait patienter encore les quelques secondes nécessaires à l’aménagement de la chambre miteuse. Et la goutte d’eau ultime rejoignait ses sœurs dans la clepsydre. Un coup précis et rapide qui marquait le début des hostilités sérieuses.

Bien, tu n’as pas perdu la main, Evan. Tu vas peut-être finalement me donner du fil à retordre …

Quelle comédie. Mensah avait réussi un coup de maître. Il avait distribué les rôles à des acteurs dont ce ne pourrait jamais être le répertoire. Et pourtant ils les assumaient, telle une seconde vie, sans questionnement, sans réticence. Ou presque. Parce que si Noxis n’était pas consciente de l’autodestruction à laquelle elle se destinait, Evan, lui, combattait un démon qui lui était familier. N’allait-il pas à son tour lever la main sur sa femme et sur son enfant ?

Vraiment, le plan était machiavélique à souhait, la souffrance instillée subtile et perfide. Mensah avait avancé ses pions sur l’échiquier et était vainqueur à tous les coups.

Combien de temps dura ce simulacre de combat ? La poupée de papier puisait dans ses dernières forces, encombrée, essoufflée, vaincue d’avance. L’issue évidente se précisa, la lame byzantine glissant sur la rivière de diamants pour terminer sa course sur la gorge blanche et offerte. Sa main dans ses cheveux, ses lèvres à son oreille. En d’autres temps, en d’autres lieux, que n’aurait-elle donné pour cette sensation de vertige que cela n’aurait pas manqué de susciter … Déjà il la repoussait, horrifié, l’obligeant à lui faire face.


Même cela tu n’es pas capable de l'assumer, me donner enfin la mort à laquelle j'ai pourtant aspiré… Tu aurais dû. Je ne te laisserai pas une deuxième chance.

Le souffle court, le teint fiévreux, elle éleva le bras. A son poignet, une pierre blanche pulsait, une magie qu’il ne pourrait contrer. Les mots se bousculaient, qu’elle tenta de prononcer. L’incantation était des plus simples, cependant ses composantes tournoyaient dans son esprit sans trouver de sens. La première sa voix la trahit, suivie de ses genoux qui se dérobèrent sous elle. La tête inclinée, elle luttait encore pour se redresser. En vain.

Le chef d’œuvre du misogyne qui aimait les femmes. Il ne restait plus à son fils que de cueillir la vie de celle qu’il avait aimée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Evan Habsbourg
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 159
Age Roleplay + Sorts : 33ans sorts 1 2 3 SPE
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 18/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Mer 16 Juil - 11:53

Dans les rues de Vienne, la vie semblait s'être suspendue. Aucun bruit ne se faisait entendre. Tout semblait calme, comme endormi. Pourtant, l'agitation demeurait bel et bien. Jamais les passants n'avaient cessé de flâner, jamais les enfants n'avaient cessé de crier et de s'amuser. Evan était seulement perdu, presque insensible et désemparé. Il l’avait bien entendue, Noxis, lui cracher sur le visage quelques dernières injures. Mais de tout ce qu’elle avait dit, il ne se souvenait de rien. Seuls l’habitaient encore la peur et l’angoisse.

Sans même en douter, il su qu‘elle portait sur elle le fumet du diable. L’odeur était si forte, qu’il s’en voulait à présent de ne pas l'avoir senti plus tôt. Lorsque Noxis s’écroula, il ne bougea pas. Trop occupé par ce qu’il venait de découvrir, il ne l’avait même pas vue. A présent, elle était au sol, gisant comme une loque. Et pourtant, il n’éprouvait ni crainte ni remords à l’abandonner ainsi. Il craignait seulement pour l’enfant.

Alors, sans même s'avancer jusqu'à elle pour l'aider à se relever, il sortit sa baguette pour l'en menacer. Il ne voulait pas l’aider, ni l’effrayer, mais seulement la faire parler. Il devait comprendre. Trouver les réponses à ses questions. Pourquoi le patriarche s’en était mêlé? Comment était-il parvenu jusqu’à elle? Pourquoi l’avait-elle laissé faire? Comment avait-elle pu se laisser berner par ce monstre? Il lui semblait à présent, que rien de ce que Noxis avait pu dire jusque là, ne venait d’elle. Aussi idiot que cela aurait pu paraître pour un autre, il ne le comprenait que maintenant. Il n’hésita alors plus, le bras tendu vers elle, à murmurer ce qui lui permettrait de savoir la vérité.


Legilimens!

Dans un vrombissement étrange, des bribes de souvenirs étrangers lui apparurent. Il était désormais le témoin désarmé de ce que sa Belle avait enduré ces derniers jours. Il la voyait, étrange princesse au milieu d’un décor étouffant. Précieuse et docile, elle allait et venait sous les ordres d’un vieillard. L’ambiance, horriblement oppressante, rendait l’introspection difficile pour Evan. Il savait bien qui était l’homme, malgré le temps qui depuis l’avait rongé. Il avait été son père, sombre et fou. Mais aujourd’hui il n’était plus rien. Il n'importait plus pour ceux qui l’avaient aimé un jour. Il traînait seulement derrière lui un cortège de déception et de violence. Il était un Habsbourg déchu, un prince déshérité. Rien de plus qu’un monstre.

Cependant Evan ne recherchait pas en Noxis, les plaies infligées par son bourreau. Il tentait seulement de retrouver ce qui avait pu la mettre dans cet état second. Il avait bien sa petite idée sur la chose, mais il préférait la confirmer avant de prendre les mesures qui s’imposaient.

L’image surgit alors, en un éclair éblouissant. Il le vit, Mensah Habsbourg, se lever lentement, poser une main sur l'appui-tête de son siège ; et dans un mouvement brusque mais précis, tirer sa baguette pour la pointer vers Noxis et formuler l’interdit.

Désormais, Evan savait parfaitement comment Mensah s’y étais pris pour avoir Noxis sous son joug. Il lui fallait reproduire le même sort pour qu’enfin la connexion entre eux deux soit rompue. Alors, sans ciller ni hésiter, il pointa de nouveau sa baguette vers Noxis.


Impero!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1930/1930  (1930/1930)
Points de mana:
2500/2500  (2500/2500)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Ven 18 Juil - 10:07

Derrière le rideau de velours pourpre la tragédie se jouait. La chape de noirceur avait atteint son comble, plus aucune trace de lumière pour laisser renaître le moindre espoir. Tout reposait désormais dans le questionnement d’Evan. L’homme blessé en finirait-il vite ? Lui prodiguerait-il la mort que Mensah avait désirée pour elle ? La baguette qu’il sortit enfin, qu’il dirigeait vers elle serait le dernier outil de sa vengeance des années méditées. Une vengeance à laquelle elle ne comprenait rien, à laquelle elle n’aurait jamais l’occasion de rien comprendre. Relevant le regard vers l’Auror, Noxis y laissait encore transparaître toute cette haine de seconde main, seule émotion qu’elle vivait encore. Aucune peur, aucun regret, cela aurait demandé une conscience qui avait commencé à se dissiper lorsqu’elle avait quitté l’Ukraine, qu’elle avait définitivement perdue lorsqu’elle avait atteint l’Autriche…

Et tandis qu’elle attendait la mort, cette dernière se refusa à elle. Là était la faille dans le plan du Monstre. N’ayant connu que trahisons et manipulations, comment aurait-il pu croire en un sentiment tel que celui qui habitait encore Evan malgré tout ce qu’il venait d’entendre et de subir ? Ce ne fût pas la mort qui lui fût offerte. Bien qu’elle eût sans doute été préférable à l’atroce souffrance qu’il lui infligeait à présent. Contre ce qu’il lui restait de volonté, fouiller, creuser, arracher des lambeaux de voiles destinés à cacher ce que trois jours aux côtés de Mensah avait pu créer de malin et d’ignoble. Evan revivait avec elle l’humiliation et autorisait maintenant les larmes à couler sur les joues de sa Belle.

Et tout fut terminé. Par ce mot même qui l’avait plongée dans les ténèbres qu’elle aurait crû définitives, l’aube renaissait dans son cycle glorieux, les lueurs timides du jour qui hésite encore à paraître entre les brumes. Toujours tremblante d’épuisement, la femme se troubla. Quel était ce visage grave qui la dominait, pourquoi la menaçait-il ainsi ? Une violente douleur au niveau de son ventre devait la couper dans sa chute vers la réalité.


Шсеttt, все идет хорошо, успокой ты, не испугайся, я собираюсь заботиться о нас ... (*)

Se balançant tout doucement d’avant en arrière, naturellement, elle berçait le petit être qui n’avait que trop subit ces derniers instants. Mais qui l’aidait à reprendre pied dans la pièce où petit à petit chaque chose retournait à sa place grâce à une magie beaucoup moins destructrice que celle qu’elle avait connue jusqu’ici. Quand elle reprit la parole, elle était toujours aussi confuse mais le calme commençait à reprendre ses droits.

Que s’est-il passé ?

Deux bras s’enserrèrent autour de sa taille pour la relever et la retenir debout alors que le sol de la chambre continuer de tanguer. Les brumes se dissipaient et elle put enfin le reconnaître pour celui qu’il était. Celui dont elle avait prié le retour pendant de trop longs mois.

Evan наконец ты там... (**)

Un soupir de soulagement franchit ses lèvres, bientôt suivi par les questions qui s’y bousculaient.

Que s’est-il passé Evan ? Où sommes-nous ? Comment suis-je arrivée ici ? Pourquoi ces épées ? Pourquoi ces larmes?


(*) Chut, tout va bien, calme toi, n’aies pas peur, je vais prendre soin de nous.
(**) Enfin tu es là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Evan Habsbourg
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 159
Age Roleplay + Sorts : 33ans sorts 1 2 3 SPE
Points Prestige : 2
Date d'inscription : 18/06/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de mana:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Ven 25 Juil - 13:33

Il ne s'était pas même rendu compte du sort qu'il lui avait lancé. Tout s'était enchaîné si vite, qu'il ne se souvenait plus d'avoir fait ce qu'il venait pourtant bien de faire. Il pouvait seulement s’imaginer qu’un autre l'avait fait à sa place. Il s'agissait sans doute d'un autre Evan, un Evan bien plus déterminé, bien plus courageux, et surtout bien plus audacieux. Car jamais, lui, n’aurait pris un tel risque. Jamais il n’aurait osé sacrifier la femme qu’il aime pour l’enfant qu’il s’apprêtait à choyer. Car même si Evan s’était persuadé jusque là qu’il n’aimait plus que l’enfant que sa belle portait, il savait à présent qu’il s’était trompé.

La revoir ainsi au sol, l’air perdu et désemparé, fut pour lui comme un électrochoc. Les paroles qu’elle murmura lui rappelèrent alors d’autres soirs passés à ses côtés. Elle avait dans la voix, cette douceur qui lui avait tant manqué. Il s’étonnait simplement de l’entendre parler russe. Comme si sa langue maternelle marquait une frontière de plus entre eux deux.

A peine se remit-il du sort qu’il venait d’infliger à Noxis, qu’il se précipita à ses côtés. Il se revoyait en Octobre, lorsqu'ils passèrent la soirée dans le Pavillon ukrainien et qu'elle lui avait demandé de lui faire oublier l'angoisse. Après un autre sort, elle s'était effondrée, et lui ne s'était pas avancé. Il l'avait laissée au sol, alors que le doute commençait seulement à le gagner. Cette fois, il ne voulait plus faire la même erreur. Il voulait la retrouver, profiter de nouveau du contact de ses lèvres, et sentir la douceur de sa nuque.


Une fois à ses côtés, il la releva et l'enserra du mieux qu'il le put. Il la sentait fragile, encore surprise et affaiblie. Mais il voulait s'assurer que c'était elle, et qu'elle allait bien. Il voulait sentir l'enfant, l'entendre bouger, et suivre ses mouvements d'une caresse sur le ventre de sa mère.

Ne te pose pas tant de questions. Je sais qu'il est difficile pour toi de comprendre, mais crois-moi, plus rien n'a d'importance maintenant que tu es là, avec moi. Tu vas me prendre pour un fou, j'en suis sûr, mais j'ai été tellement bête, je t'ai tellement fait souffrir, que je ne veux plus perdre de temps à présent. Je t'en supplie pardonne-moi! Il faut que nous recommencions, que nous partions loin d'ici, et que la vie reprenne. Parce que sans toi, je... je ne vis pas. J’ai besoin de toi, tu le sais!

Il tremblait presque en avouant cela, mais il savait qu’il fallait lui dire. Car jamais, il n’avait osé confier ce qu’il ressentait réellement, et il craignait de ne jamais plus pouvoir le faire. Maintenant qu’ils étaient de nouveau réunis, il comptait bien ne plus la perdre. Il fallait qu’ils oublient.

Avant que nous ne quittions Vienne, je veux seulement que tu me jures d’oublier tout ceci... Qu’importe ce qui vient de se produire, qu’importe ce que nous avons pu faire, il faut oublier.

Je ne veux plus me torturer à sa place. C’est à lui de regretter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noxis Clymox
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 8960
Age Roleplay + Sorts : 35 ans sorts 1 2 3
Capacités Spéciales : Elémentalisme Eau/Terre/Feu/Air - Magie des Anciens
Points Prestige : 6
Date d'inscription : 13/01/2006

Profil du Sorcier
Points de vie:
1930/1930  (1930/1930)
Points de mana:
2500/2500  (2500/2500)

MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   Lun 18 Aoû - 22:41

Il l’avait dit lui-même, elle risquait de le prendre pour un fou. Elle n’était en effet pas loin de le penser, remettant également en question son propre équilibre mental. Il n’avait pas à la prier, son pardon lui était acquis, tout ce qu’elle voulait c’est qu’il lui revienne. Ce qui l’étonnait beaucoup plus, c’est qu’il lui refuse les réponses à ses questions immédiates. Elle pouvait tirer un trait sur les derniers mois, mais il lui devait les derniers jours … Comment était-elle arrivée là ? Elle ne tenait plus debout que parce qu’il la tenait, ses membres la faisaient souffrir et l’épuisement était total. Elle avait l’impression d’avoir mené un nouveau combat, intense, dans le but de tuer, l’odeur du sang flottant encore dans ses narines.

Mais contre qui ? Elle ne voyait qu’une chambre à peine saccagée, la porte fermée.

Elle l’entendait bien, il regrettait tout ce qu’il s’était passé et tout devait reprendre comme avant, mieux encore puisqu’il acceptait enfin de mettre à nu ses sentiments pour elle. Mais … Pouvait-il vraiment imaginer qu’elle ne chercherait pas à savoir ? Qu’elle jurerait de ne pas chercher ?


Jurer … Evan … Tu sais que je voudrai connaître la vérité … Aussi abominable ou éprouvante qu’elle puisse être. L’as-tu déjà oublié ?

Ce regard … Elle pouvait y lire toute la détermination d’un homme qui ne faillirait plus à sa compagne. Cette intensité la faisait déjà flancher et elle était prête à promettre tout ce qu’il voudrait. Pour qu’enfin ils se retrouvent loin d’ici, qu’elle puisse s’allonger et se reposer à ses côtés. Que la vie reprenne ses droits sur la petite mort qui les avait consumés trop longtemps.

Ta volonté ne vacillera pas n’est-ce pas ? Tu resteras muet quoi que je dise …

Elle scruta une dernière fois son visage et abandonna les armes. Déposant sa joue sur son épaule, elle laissa échapper un dernier murmure.

Emmène-moi.

En totale synchronie, ils perçurent l’urgence de la situation. Ce n’était plus un simple désir de regagner des terres aimées, c’était la perception de l’hostilité de ces terres-ci. Déjà Evan l’agrippait par le bras, la faisant chanceler, et l’exhorta à sortir sur le palier. Un deuxième craquement sonore, suivi d’un troisième, leur confirmait qu’ils ne devaient pas perdre de temps. Une volée d’escaliers les séparait d’une petite porte donnant sur le toit de l’immeuble. Comptait-il vraiment qu’elle parvienne à les escalader en courant ? A n’en point douter. Avaient-ils réellement le choix par ailleurs ?

Le souffle court, elle entama la montée, chaque pas plus pénible que le précédent. Qu’allait-il faire, il était resté en arrière, lui intimant le silence. Elle ne tarda pas à le découvrir. Tandis que trois sorciers grimpaient consciencieusement les cinq étages les menant à la chambre d’Evan, ce dernier les attendait, baguette tendue. Lorsqu’il fût certain que Noxis avait atteint la porte, d’un sort il fit s’écrouler les plafonds des étages inférieurs sur ce qu’il devinait être les hommes de main de son père. Il la rejoignit en quelques bonds félins et ne perdit pas une minute pour l’entraîner sur le toit.

L’Auror l’entoura de ses bras, ses lèvres lui demandant de lui faire confiance. Elle devait se concentrer sur l’enfant, il dirigerait leur fuite à tous les trois. La tâche était dangereuse. Quelle autre alternative avaient-ils ? Leurs poursuivants ne tarderaient pas à débouler sur le toit. Il serait seul pour les combattre et elle serait une cible bien trop facile à atteindre. Confiance elle lui fit.

La dernière chose qu’elle vit avant de sombrer, ce fût la silhouette d’un pavillon se dressant fièrement sur des falaises battues par une mer déchaînée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potteroleplay.actifforum.com/viewtopic.forum?t=5568
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: * Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
* Vienne * Parfum d'Aggiornamento (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le parfum des roses d'hiver
» Un parfum de sulfure.
» Scénario Premier : " Le Parfum de la Veuve Amoureuse "
» Un parfum enivrant d''idéal prisonnier [Terminé]
» C'est comme un parfum de nocturnes qui aurait le goût des levers du jour - PV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Vaste Monde :: Reste du Monde-
Sauter vers: